Les événements de 2019 - 31 décembre 2019

TÉLÉTHON OES 2019

MUSIQUE

Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour
Dennis Deyoung | Le Capitole Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour
Pionniers et Pionnières | Réseau Ovation Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour
L'Étoile salle de spectacles | Les Immortels Une nuit sous les ponts de Paris Nicola Ciccone
Accueil | Veronic Dicaire Afficher l’image source SPEC | Les artistes à découvrir | Francostalgie
 
Troupe V'la l'Bon Vent | Événement | Événements et Activités dans ...
Destination ville de Québec Résultats de recherche d'images pour « PA METHOT KARAOKÉ » Résultats de recherche d'images pour « les années woodstock comediha » Résultats de recherche d'images pour « compagnie créole comediha »
SPEC | Les artistes à découvrir | Debbie Lynch-White ZAZ - 24 avril 2019 | Le Centre Vidéotron
Le Blog à Part d'Yves Duteil – -Respect- Magneto Trio | ecoutedonc.ca
  ACCUEIL | Émilie Clepper Léger | DARAN

HUMOUR

Résultats de recherche d'images pour « kev adams comediha »  Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour
Afficher l’image source Résultat de recherche d'images pour Résultats de recherche d'images pour « les grandes crues » Résultat de recherche d'images pour
Martin Petit Résultat de recherche d'images pour Julien Lacroix - Programmation | Salle Albert-Rousseau Rosalie Vaillancourt - Enfant roi
Résultat de recherche d'images pour
 
Résultats de recherche d'images pour « fabien cloutier comediha »
Mike Ward
ALEXANDRE BARRETTE – Semi – Croquant | Supplémentaire | Théâtre ...    

ÉMISSIONS-THÉÂTRE-CINÉMA-COMÉDIES MUSICALES

 Résultats de recherche d'images pour « le mystere d'irma vep »      
       
       
       
 La mallette rouge    
Résultats de recherche d'images pour « discussions avec ,mes parents »

 CIRQUE-MAGIE-JEUNESSE-ÉVENEMENTS

 Disney sur glace célèbre 100 ans de magie  AXEL  Serge Fiori - Seul Ensemble  
Résultats de recherche d'images pour « comediha juke box »

ENTREVUES

Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour
       
 
Résultats de recherche d'images pour « le grand marché »

 




Entrevue avec Martin Savoie - 01 janvier 2019

Entrevue avec Martin Savoie…le gars aux racines très profondes

Juste avant le souper je me suis entretenue avec un Beauceron passionné de son art le conteur-chanteur-danseur et musicien Martin Savoie. J'ai découvert un gars aux multiples talents qui est bien décidé à faire le tour de la boule avec son spectacle Beauce. J'ai voulu en apprendre un peu plus sur lui et vous le faire découvrir pour ceuzx qui ne le connaissent pas déjà. 

Lyne : Allo Martin, c’est la première fois qu’on se rencontre alors j’aimerais que tu me parle un peu de toi et de ton parcours

Martin : J’ai commencé à faire de la danse, de la gigue traditionnelle à l’âge de 7 ans et ça n’a jamais arrêté depuis. Avec la troupe Manigance ça m’a permis de voyager d’aller en Grèce, en Suisse, en France et au Japon afin de transmettre au gens notre culture québécoise. Au fil des années, j’ai mis sur pied une troupe de danse Les jarrets noirs. Par la suite, il y a eu La grande débâcle qui nous a amené un peu partout. Nous étions et nous sommes encore les fiers beaucerons qui représentent partout le Canada, le Québec et la Beauce

Lyne : Te considères-tu comme un conteur, un danseur, un chanteur ou toutes ces réponses

Martin : Moi je suis un gars énergique, un beauceron avec les jarrets noirs. Je suis un artiste mais en même temps je suis un entrepreneur, je fais de l’immobilier, je fais aussi du développement des affaires et je fais des spectacles.

Lyne : Parle-moi de ton spectacle

Martin : On va parler de la Beauce, des beaucerons qui ont les deux pieds dans l’eau. L’eau de vie, l’eau de la rivière chaudière et de l’eau d’érable. Tu sais l’idée de faire un one man show m’habitait depuis longtemps. Avec La grande débâcle en plus de faire de la musique, je racontais des histoires, j’amenais les gens chez Josépha. Alors avec le spectacle Beauce, je me gâte, je suis rendu à cette étape- là.

Lyne : Qui t’as donné le coup de pied au derrière pour aller de l’avant avec ce projet-là?

Martin : Je fais des ateliers de développement personnel et dans ces ateliers-là comme animateur je dis aux gens de passer à l’action alors j’ai mis en application mes paroles. J’ai assisté au spectacle de Boucar Diouf et après le spectacle, j’ai dit au directeur de la salle ‘’J’ai un spectacle pour toi’’ Il me répond ‘’Parfait appelle-moi lundi’’. Le lundi je l’ai appelé, nous avons fixé une date et il m’a demandé ’’Comment s’appelle ton spectacle’’ Je lui ai répondu’’ Je ne sais pas encore’’ Imaginez le spectacle n’était pas encore écrit. Je me suis tourné vers Aline Carrier qui est une femme d’expérience et nous avons bâti ensemble le texte, la mise en scène de Beauce. Je m’inspire de mes expériences personnelles dans toutes mes légendes les noms des personnages sont inspirés des gens qui font partie de ma famille ou de mon entourage et je laisse la chance aux gens de déceler ce qui est le faux et le vrai du vrai.

Lyne : D’un bout à l’autre, c’est la passion d’un beauceron?

Martin : Absolument et en plus j’ai le privilège d’être avec Guymont Cyr à l’accordéon qui m’accompagne sur scène. Je raconte et il vient m’être de l’énergie et des émotions avec sa musique et c’est le fun. Ce grand gaillard- là a toujours été près de moi. Demain on part pour l’Ontario avec La Grande Débâcle.

Lyne : Aujourd’hui tu présentes ton spectacle dans ta région, mais as-tu l’intention de le faire voyager?

Martin : Oui c’est certain, j’ai rempli la scène de Ovascène de Sainte-Marie 500 personnes deux fois. Ce n’est pas toute ma famille et des amis proches qui sont venus me voir, j’étais bien fier et j’ai réalisé que ce spectacle devait absolument voyager.

Lyne : Trouves-tu que la culture est valorisée en Beauce?

Martin: En fait en Beauce, nous avons une culture entrepreneuriale très forte. Une culture de solidarité, une culture de fête, nous sommes très festifs. La fête peut se faire dans le garage autour d’une auto que nous sommes entrain de refaire. La fête peut aussi se faire autour d’un feu de camp, après une grosse journée d’ouvrage. Les entrepreneurs en construction le vendredi à 15hres mettent la bière sur la table, ça existe. La culture est moins valorisée car je crois quelle est méconnue. Tout le monde s’entend pour dire que c’est le fun d’aller voir un bon show d’humour, de musique ou une bonne pièce de théâtre ça fait du bien, ça recharge les batteries. De le dire et de l’installer dans le quotidien des gens c’est autre chose. Il faut investir du temps et de l’argent mais ça s’en vient, j’ai bon espoir. Nous avons une belle diversité de spectacles présentés à la scène Ovascène et les gens se déplacent, ils viennent voir donc on pique leur curiosité ce qui n’était pas le cas il n’y a pas si longtemps. Nous avons encore de grands pas à faire au niveau de la culture. Je pense que la nouvelle réalité de manque de mains d’œuvres va nous aider. Si les entrepreneurs ne créés pas des places pour que les employés puissent avoir du plaisir et décrocher de la routine et bien les jeunes vont quitter la Beauce pour s’installer dans les grandes villes. Il faut une ouverture des entreprises au niveau de la culture. Ils doivent se dire on va investir sur l’humain. Pas besoin d’aller loin pour avoir la chance d’assister à de bons spectacles.

Lyne : Martin Savoie un gros merci ce fût un plaisir de te rencontrer

Pour suivre Martin Savoie

www.martinsavoie.ca

Et tous les jeudis jusqu’au 29 août à la Cabane à Pierre de Frampton

www.cabaneapierre.com

Lyne LaRoche




Francostalgie - 01 janvier 2019

Francostalgie…Un BEAU voyage musical qui rend les gens heureux

Hier soir se tenait au Capitole de Québec, la première d’une série de 20 représentations de la revue musicale Francostalgie. Durant plus de 2 heures 30, les artistes Maxime Landry, Michaël, Éléonore Lagacé et Vanessa Duchel ont interprété plus de 65 chansons popularisées entre les années 1965 à 1995.

Grâce à la technologie, c’est via un vidéo que l’animateur de cette soirée nul autre que le légendaire Michel Ducker a relaté différentes tranches de vie et d’anecdotes venant agrémenter et appuyer chacune des chansons interprétées avec brio par les quatre grandes voix. Reconnu pour être celui qui a donné à nos artistes québécois la chance de se faire connaitre avec son émission culte Champs-Élysées, Michel Drucker est devenu au fil des ans, l’ami de tout le monde. Plusieurs artistes lui doivent beaucoup on a juste à penser à notre grande Céline qu’il a fait découvrir à la France en 1983. Aujourd’hui, il continu d’avoir un plaisir fou à venir ici au Québec car il a su se tailler une place de choix dans le cœur des québécois.

Le point fort du spectacle est sans contredit les magnifiques chansons souvenirs que les monuments de la chanson française et québécoise nous ont fait découvrir avec les années et qui avec Francostalgie sont livrées avec brio par des jeunes chanteurs qui y mettent leur couleur sans dénaturer l’essence de ces grands succès. Leur complicité et leur justesse dans l’interprétation des chansons aux nuances dramatiques autant que dans les rythmées nous démontre à quel point leur talent est immense. Accompagnés par des musiciens chevronnés et dans une mise en scène très efficace, le quatuor a du plaisir à nous amener dans ce voyage à travers trois décennies.

Le spectacle ratisse large de France Gall à Lynda Lemay en passant par Charles Aznavour, Johnny Hallyday, Jos Dassin, Robert Charlebois, Patrick Bruel, Claude Dubois, Patrick Bruel, Beau Dommage, Céline Dion et plus encore.

Mes coups de coeur

L'auteur-compositeur-interprète Maxime Landry, nous a encore une fois démontré son immense talent en interprétant la Bohème et Cassé la voix

La voix de Michael a fait résonner les murs du Capitole avec son interprétation de Le blues du businessman.

Vanessa Duchel a donné des frissons au public avec Une femme avec toi, Pour que tu m’aimes encore et Que je t’aime

La pétillante et talentueuse Éléonore Lagacé avec toute la fougue qu’on lui connait a décroché un sourire à tout le monde avec sa Poupée de cire, poupée de son et Ça plane pour moi et assise au piano, elle nous a complètement charmé avec Amoureuse de Véronique Samson.

Ils nous ont démontré avec aisance et finesse que ces grandes chansons sont encore d’actualités et quelles ne mourront jamais.

Francostalgie c’est trois décennies en chansons livrées par quatre artistes de grands talents. Un beau voyage musical qui rend les gens heureux. Une soirée où l’on passe par toute une gamme d’émotions. J‘en aurais pris encore et encore. A voir absolument, jusqu'au 4 août au Capitole de Québec

 

Francostalgie, c’est encore une idée géniale d’un grand amoureux de la musique et de l’art dans sous toute ses formes le producteur de Entourage spectacle Éric Young.

Pour plus d’information Francostalgie

www.francostalgie.com

www.lecapitole.com

Lyne LaRoche




Elektro - 01 janvier 2019

ELEKTRO

Théâtre La Fenière

LaScène Lebourgneuf

Une association et une renaissance réussies.

Après un incendie en 2012 qui avait détruit la grange à L’Ancienne-Lorette qui présentait les pièces de théâtre d’été depuis plusieurs décennies, La Fenière compagnie théâtrale nous offre sa 176e comédie en association avec LaScène Lebourgneuf. La Fenière poursuit sa mission avec ce nouveau texte d’Anne Bernard-Lenoir et Olivier Challet : Elektro.

Un homme et une femme se rencontrent dans un magasin d’électroménagers haut de gamme. Ils attendent chacun leur conjoint. Cette période d’attente les amènera à un échange satirique sur le luxe et la consommation.

Moderne, inventive et intelligente cette pièce a tout pour vous plaire. Les dialogues sont parfois chargés mais rendus avec une aisance surprenante qui les rend très accessibles. La première partie nous fait découvrir le grand talent de Sylvain Perron. Son texte est livré avec spontanéité et naturel. Nicola Boulanger nous offre aussi une belle performance en deuxième partie, avec son discours sur les garanties prolongées… essoufflant! Catherine Côté et Valérie Boutin ne sont pas en reste. Elles complètent magnifiquement bien le quatuor.

Le décor plus que minimaliste, laisse toute la place à notre imagination. Quelques cubes placés d’une certaine façon forment une unité de salle de bain, séparés et dépliés ils forment un réfrigérateur, un duo laveuse et sécheuse, un comptoir de magasin, même un cercueil.

Une pièce parfaite pour une soirée où l’on oublie ses tracas. Souhaitons que cette association ne soit qu’un début.

Pour ma part, c’était ma première visite à la salle Lebourgneuf et je peux vous dire que j'ai été agréablement surprise. J’ai beaucoup aimé les sièges qui sont très confortables et la scène qui est à proximité des spectateurs. Un bel endroit à découvrir…Pour ajouter encore plus de plaisir, il n'y pas de problème de stationnement.

La mise en scène très efficace est de Carol Cassistat

Elecktro jusqu'au 24 août à la salle Lebourgneuf

www.lascenelebourgneuf.com

www.lafeniere.ca




Jonathan Roy - 01 janvier 2019

Fête de la famille à Saint-Émile

Jonathan Roy… comme un super héros

Après avoir chanté devant 14 000 personnes à Honolulu, après avoir fait la première partie de Lionel Richie et des Backstreet Boys, après avoir travaillé avec Corey Hart, Jonathan Roy était de retour chez-lui à Québec sur la scène de La Pizz 67 ce dimanche pour La fête de la famille à Saint-Émile.

Tout d’abord laissez-moi vous dire que j’étais assez fière de voir le jeune homme qu’il est devenu. Quand Jonathan a commencé à chanter, j’allais le voir évoluer à toutes les semaines à la Casbah sur la rue St-Joseph. Je me souviens très bien qu’il n’était à l’époque pas très à l’aise avec la langue française mais à chaque semaine, il s’améliorait.

Le 11 mai 2009, ce fût le lancement officiel de son premier album What I’ve become. Pour ce grand événement toute sa famille était réunie, la fierté se lisait dans les yeux de sa grand-mère, sa mère, son père, son frère et de sa sœur. Quand il s’est installé sur la scène avec sa guitare, on aurait pu entendre voler une mouche. Après avoir livré quelques-unes des pièces de son album, il s’est avancé vers sa mère et il lui a tendu une rose. Je m’en souviendrai toujours, tellement c’était émouvant. Déjà à cette époque, on savait qu’il avait énormément de talent mais qu’il devait faire sa place et que ça ne serait pas facile. Il faut dire qu’étant le fils de Patrick Roy, les critiques n’étaient pas toujours tendres avec lui. Alors vous comprendrez que pour moi, de le voir arriver sur scène comme un super héros, de bouger de communiquer avec son public et de voir ses fans chanter avec lui ses succès ça m’a fait un petit pincement au coeur. J’ai ressenti comme une grande fierté de le voir si habilement habiter la scène et de livrer son spectacle avec brio

Pour le plus grand plaisir de ses fans il a interprété ses nombreux succès radiophoniques tels que ‘’ Danielle Denmark", "Your My Ace" et "Good Things".

Petit souvenir

Aujourd’hui, je suis bien fière de lui, et je peux dire que je ne m’étais pas trompée

Vous pouvez le suivre sur sa page Facebook https://www.facebook.com/JonathanRoyOfficial

Ou au www.jonathanroyofficial.com

Son nouveau single sortira bientôt - Keeping me Alive-Me garder en vie

Aussi, le 19 mars dernier, devant 18 millions de spectateurs il a participé à l’émission America's Got Talent, vous devrez écouter l’émission pour savoir ce qui s’est passé.

Lyne LaRoche

 




10 ans de mariage - 01 janvier 2019

10 ans de mariage

Une comédie complètement hilarante

Présentée jusqu’au 25 août au Théâtre Bleu de St-Jean-de-Brébeuf, la comédie 10 ans de mariage est tellement d’une grande intensité quelle nous fait oublier tout autour de nous.

Ce texte de Alil Vardar déterre les sentiments et les comportements les plus sombres et les plus loufoques qui arrivent quand un couple se sépare. Plus souvent qu’autrement, il y en a un des deux qui a le sentiment d’avoir fait le tour et il n’est plus bien dans la routine,  de toute évidence, il a besoin de nouveauté.

Synopsis

Pour leurs 10 ans de mariage, Lise organise une soirée surprise à son mari Alec. Ce dernier a non seulement oublié cette date, mais il a choisi cette soirée pour dire à sa femme qu’il veut divorcer. Naturellement, les tensions vont inévitablement éclater ce qui va nous amener directement à ce qui arrive tout le temps. C’est-à-dire tout ce que l’être humain peut dire ou peut faire comme médisance, menteries et tricheries quand le couple prend le bord.

À leur arrivée sur scène, se déploie la maison où se déroulera la majeure partie de l’action et croyez-moi, de l’action il y en aura…Pour Lise bien des illusions vont tomber et pour Alec ses hypocrisies vont être dénoncées.

Jamin Chtouki est d’une intensité incroyable. Exubérant à souhait dans le rôle d’Alec, il met de la folie et de l’humour dans cette arène de tensions et de confrontations. Alyssa Pellerin Boudreau dans son rôle d’épouse nous captive et nous bouleverse au plus haut point. Elle pénètre la peau de son personnage magistralement bien. Les chansons culte d’Alec et de Lise nous plongent dans une ambiance qui nous plongent dans nos souvenirs d’antan.

Vous aurez deviné que j’ai beaucoup aimé la pièce mais aussi le duo d’acteurs. Ils sont tous les deux émouvants et comiques à la fois. Ils nous font passer par toute une gamme d’émotion. Mais plus souvent qu’autrement, on rit et on se reconnait un peu partout dans la pièce. Leurs non-dits et leurs mimiques sont hilarants. Les applaudissements spontanés tout au long de la pièce et l’ovation à la toute fin prouve hors de tout doute que le public a tout comme moi été charmé et que la comédie 10 ans de mariage vaut assurément le détour.

10 ans de mariage est présentée jusqu’au 25 août 2019 les dimanches

Les vendredis et samedis est présentée la pièce Les dessous de Vidas

Pour plus d'informations visitez

https://regiondethetford.chaudiereappalaches.com/fr/voyage-quebec/region-de-thetford/saint-jean-de-brebeuf/le-theatre-bleu/theatre-d-ete/

Lyne LaRoche




Les Grandes Crues ComédiHa 2019 - 01 janvier 2019

Les Grandes Crues

Deux filles qui n’ont pas peur des mots.

Elles sont crues, directes, drôles et réalistes

Dans le cadre du ComédiHa Fest-Québec hier soir le Théâtre Petit Champlain accueillait le duo féminin de l’heure Les grandes Crues. Deux filles qui n’ont pas peur des mots. Elles sont crues, directes, drôles et réalistes. Elles dépeignent la société d’aujourd’hui avec un humour décapant et coriace.

Le spectacle débutait à 21 heures et plus d’une centaine de personnes ont dû rebrousser chemin car le théâtre Petit Champlain était plein à craquer. Pas surprenant que dès leur entrée sur scène, le public a accueilli le duo comme des Rock Star.

Sous forme de mini-gala les Grandes Crues ont présentée six humoristes de la relève et je dois vous avouer que la relève en humour est forte. Ce fût un 60 minutes de rires en continus.

Animé par Les Grandes Crues, il n’y a pas eu de temps mort. Les oreilles chastes et pures en ont eu pour leur argent car les filles défrisent une matante en s’il vous plait.

Les Grandes Crues

Elles sont finissantes de l’École de l’humour cuvée 2014

Ève Coté est originaire de la Gaspésie. Elle a fait la première partie du spectacle plein air de Lise Dion dans le cadre du ComédieHa Fest! Québec. Et par la suite, elle a assuré la première partie des spectacles de la tournée québécoise Le temps qui court de Lise Dion.

Marie-Lyne Joncas est née à Roberval mais en exil depuis près de 20ans, vous l’avez sûrement vu à la télé Ces gars-là à V, Les 400 coups à TVA et elle est animatrice dans les coulisses du Mike Ward Show.

Pour connaitre les dates de leur spectacle

http://www.sixiemesens.ca/agenda/les-grandes-crues/

Vous pouvez les suivre sur leur page Facebook

https://www.facebook.com/Les-Grandes-Crues-1243234505702440/

Lyne LaRoche

ComediHa! Fest-Québec… une programmation toujours aussi diversifiée

Cette année pour ses 20 ans, le plus grand festival d’humour francophone au monde a mis le paquet, il y en a vraiment pour tous les goûts.

Tout d’abord, c’est plus de 350 spectacles et activités dans près de 20 lieux qui sont présentés.

500 artistes et artisans y participent. Les festivaliers peuvent choisir leur propre parcours humoristique et croyez-moi c’est impossible de voir tout ce qui se passe.

Du 7 au 18 août 2019




Le prénom - 01 janvier 2019

6 août 2019

LE PRÉNOM

Théâtre La Bordée

Du théâtre d’été à La Bordée… quelle idée fantastique.

Cette comédie grinçante, pièce et film français à succès adaptée pour le Québec par Maryse Warda, a fait l’unanimité mardi soir à la première. La distribution, qui s’en donne à cœur joie, nous offre un spectacle impressionnant.

Lors d’un dîner familial, l’un des convives annonce qu’il va appeler son fils « Adolphe », ce qui provoque une crise de colère de la part des autres qui considèrent que ce prénom est tabou depuis Hitler. La discussion s’envenime et la soirée tourne au règlement de comptes. S’ensuivent alors les non-dits et les vérités de chacun et tous finissent par avoir de violentes altercations.

La pièce décrit bien comment une situation peut s’envenimer même si on veut l’inverse. Après l’avoir joué au Saguenay l’été dernier, la troupe reprend le flambeau avec toute l’expérience et le texte bien ancré en mémoire. Une chorégraphie, qui résume la première partie à la vitesse grand V après l’entracte, nous le démontre clairement. Les acteurs sont tous remarquables, mais Ariel Charest est vraiment exceptionnelle dans son rôle de « Zabounette ». Sa tirade vers la fin de la pièce lorsqu’elle en eu ras-le-bol est vraiment impressionnante.

Une comédie savoureuse où chaos, démesure et règlement de comptes sont au rendez-vous! Irrésistiblement désopilant! Divertissement et plaisir garantie. Du 6 au 31 août 2019

Avec Maxime Beauregard Martin, Ariel Charest, Paul Fruteau de Laclos, Nicolas Létourneau, Nathalie Séguin.

Production du Théâtre Dream Team

Texte Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte

Adaptation d’Emmanuel Bédard et Maryse Warda

Mise en scène Marie-Josée Bastien et Jonathan Gagnon

www.bordee.qc.ca

Louiselle LaVoie




Guylaine Tanguay ComédiHa! - 01 janvier 2019

Guylaine Tanguay met le feu au Village d’Youville

Dans le cadre du festival de ComédiHa Fest-Québec, hier soir, la chanteuse Guylaine Tanguay présentait son spectacle country sur la scène du Village D’Youville. Un peu avant que débute le spectacle, quelques brins de pluie nous laissait croire la venue d’une averse mais dès les premières notes la dynamique chanteuse a a su rapidement embarquer la foule qui s’était déplacé afin de venir chanter et danser sur les airs country de leur idole.

Entourée de cinq musiciens , elle a mis le party dans la place car en l’espace de quelques secondes tout le monde dansait sur les airs connues qu’elle a interprété. Reconnue pour être une fille qui aime recevoir, elle avait pris le soin d’inviter à son party quelques personalités bien appréciées du public.

Comme elle se plait souvent à dire''Faire un party seule ce n’est pas terrible, ca prend du monde et ca prend différents styles'' Alors, arborant fièrement son chapeau de cowboy la belle Guylaine a pour le plus grand plaisir des spectateurs invité notre Jean Batailleur Wilfred Lebouthillier, l’armoniciste Guy Bélanger,l’humoriste Mathieu Gratton, le chanteur Jordan Levesque que nous avons découvert à son audition à l’aveugle lors de la populaire émission La Voix. Son interprétation incroyable de la pièce country Tennessee Whiskey avait fait touner les quatre chaises, mais c’est avec Marc Dupré qu’il avait choisi de continuer l’aventure et nul autre que Claircy sa maman. Ce qui a donné un spectacle des plus diversifié et réussie comme elle seule peut le faire.

Elle en a aussi profité pour remercier ComédiHa pour avoir fait une place au country cette année, ce qui lui a mérité un tonnerre d’applaudissements

Mes coups de cœur

Son interprétation de I feel Like a Woman et Footloose

Wilfred et son interprétation de Les Acadiens de Fugain et Jean Batailleur

L’adaptation humoristique de la chanson L’arbre est dans ses feuilles de Mathieu Gratoon

Le medley mère-fille Ma mère chantait toujours, À qui le p’tit cœur après neuf heures, Partons la mer est belle, c’était émouvant.

Sans oublier naturellement le youdeling de Guylaine qui est fabuleux.

Cette soirée fût un succès sur toute la ligne. En plus d’avoir une température clémente, les gens étaient au rendez-vous et l’énergique et dynamique Guylaine Tanguay a littéralement mis le feu au Carré D’Youville.

Vous pouvez suivre Guylaine

www.guylainetanguay.ca

Lyne LaRoche




Mike Ward Sous Écoute - 01 janvier 2019

Sous écoute avec Mike Ward…Juste du vrai

C’est sous le Grand Chapiteau du Village ComediHa Fest de Québec que j’ai assisté pour la première fois à l’enregistrement d’un podcast (sous écoute) de l’humoriste Mike Ward. Ses invités étaient nul autre que Jean-Claude Gélinas(Farfadet) et selon ses dires le plus vieils humoristes en fonction Francois Léveillée

Pour cet événement, le chapiteau était comble à son maximum réunissant des gens de tous âges. Dès son arrivé, Mike a eu droit à un tonnerre applaudissements. Assis autour d’une table ronde ses deux acolytes pour la soirée s’en sont donné à cœur joie en arbordant différents sujets et anecdotes sans filtre. Ils ont même osé lui poser la question à savoir si c’était payant maintenant de faire le podcast, ce que Mike a répondu a suscité des miniques hilarantes de leur part. Sans script, sans montage et surtout sans censure. Les trois humoristes ont offert au public des moments uniques et cocasses.

Ce qu’il faut savoir

Le Sous-écoute (podcast de Mike Ward)

Après plus d’un million de chargements par mois, le podcast francophone humoristique de Mike Ward est le plus écouté au monde. Chaque semaine, il recoit des personalités du monde du divertissement et il parle avec eux de différents sujets sans censure et ca donne quelque chose de fantastique. On comprend pourquoi il connait un succès monstre car contrairement à ce que les gens ont l’habitude d’écouter à la TV ce sont des entrevues qui sont bien souvent coupées au montage mais avec Mike Ward Sous Écoute c’est juste du vrai.

Voici les dates pour les prochains enregistrements de Mike Ward Sous Écoute au festival ComediHa

14 Août - 22h30 (Grand Chapiteau – Village Vidéotron)

15 Août - 22h30 (Grand Chapiteau – Village Vidéotron)

16 Août - 22h30 (Grand Chapiteau – Village Vidéotron)

Vous pouvez suivre Mike Ward

www.mikeward.ca

Avez-vous vos lumettes jaunes?

Lyne LaRoche




La Voix Expérience - 01 janvier 2019

La Voix Expérience

Un spectacle rassembleur

Tout le monde avait revêtu leurs beaux habits hier soir pour la première d’une série de douze représentations de La Voix Expérience au Capitole de Québec. Sur le tapis rouge, les sourires étaient rayonnants, on pouvait sentir la fierté et la fébrilité de tous les participants.

Le spectacle, La Voix Expérience nous fait vivre des moments d’extase. Dès notre entrée dans la salle un numéro nous est assigné comme si nous allions passer une audition à l’aveugle. On entend ce qui se passe en coulisse, on devient candidat et c’est exaltant.

La Voix Expérience c’est plus d’une cinquantaine de chansons d’une grande diversité puisqu’elle nous fait passer de Zaz à Elton John, de Jean-Pierre Ferland à Cindy Lauper et de Ginette Reno à Shawn Mendes…

Les chansons déboulent, les artistes chantent et dansent pour le public toujours aussi amoureux de ses artistes qu’ils ont eu la chance de voir évoluer dans leurs écrans de télévision.

Le spectacle La Voix Expérience c’est 11 artistes quelques-uns qui débutent dans le métier mais aussi de bons vieux routiers qui sont pleins d’énergie et qui sont à la hauteur de l’immense commande qu’ils doivent remplir en présentant ce spectacle de 2 heures 30.

Tout le monde est exploité à son plein potentiel grâce à mise  la  scène ingénieuse de Jean-Francois Blais.

Tout au long de la soirée, il y a plusieurs moments de grâce, c’est un cocktail musical riche en émotion et en énergie.

Le duo entre la belle Rafaëlle Roy et Vincent Chouinard au piano interprétant Tu m’aimes-tu et Je t’aime encore.

Un peu plus haut livré par Colin Moore, Yama Laurent, Briana Victoria, Rafaelle, Samantha Neves et Geneviève Jodoin. Six voix différentes sans failles remplies d’émotion.

Le piano-man Christian Marc Gendron a fait bouillonner son piano avec I’m Still Standing.

Un Let It Be de Yama et de Geneviève Jodoin à en couper le souffle.  Quelle idée géniale de mettre la gagnante 2018 et 2019 ensemble.

Un Always On My Mind par l’attachant Jacques Comeau, Cryin par Mélissa Ouimet, Sweet Madame Blue par Rick Pagano et Briana Victoria,

While My Guitar Gently Weeps avec Mélissa Ouimet et Jordan Lévesque et un The Show Must Go One livré par tous, c’était incroyablement bon.

La grande gagnante de La Voix, Geneviève Jodoin était en pleine possession de tous ses moyens. Elle a su encore une fois amplifier la note qui nous fait vibrer au maximum. Elle est l’exemple parfait qu’il faut croire en ses rêves et qu’il ne faut jamais abandonner. Ses interprétations de Tenir debout et I Love Rock & Roll nous a encore démontré à quel point cette fille-là a un talent fou.

Marc Dupré sans contredit le coach le plus attendu, a littéralement mis le feu au Capitole entouré de sa cohorte d’artistes bourrée de talent. Il a interprété Une raison d’exister, La tempête, Ton départ et Nous sommes les mêmes.

Pour la finale, les artistes étaient invités à rendre un hommage à leur idole respectif, il y en avait pour tous les goûts. Et notre Geneviève a terminé la soirée avec la chanson de Gilles Vigneault Pendant que. M. Vigneault doit jubiler de voir à quel point Geneviève s'est approprié sa chanson et la sublime couleur qu’elle lui a donné

Les décors, les lumières, les confettis, les serpentins tout y était, rien n’avait été laissé au hasard. À plusieurs reprises la foule s’est levé, tout le monde dansait, chantait et tapait des mains. Ce fût une grande fête, que le public n’est pas près d’oublier. C’est assurément le party de l’année 2019.

Bilan

La Voix Expérience c’est un spectacle rassembleur avec tout ce que cela suppose de fougue. On sort de là complètement énergisé, c’est indescriptible. J’ai adoré, à voir absolument!

Au Capitole de Québec jusqu’au 31 août

www.lecapitole.com

Au Théâtre St-Denis du 4 au 8 septembre

www.theatrestdenis.com

L’album est disponible maintenant

Retrouvez les  plus belles voix des équipes Lara, Marc, Alex et Eric qui interprètent les meilleures chansons qui ont séduit le Québec

Si vous désirez tenter votre chance, n’oubliez pas les préauditions pour la 8e saison qui se dérouleront

À Montréal à l’Hôtel Gouverneur de la rue Saint-Hubert du 16 au 18 août

À Québec à l’hôtel Hilton du 22 au 25 août

Lyne LaRoche




Gala Kev Adams - 01 janvier 2019

Gala Kev Adams

Surprises et découvertes

Hier soir, la méga star francaise Kev Adam présentait son gala dans le cadre du ComédiHa Fest-Québec. Amalgamant tantôt un québécois, tantôt un francais, ce fut un gala rempli de surprises et de découvertes.

Dès le débout, sur écran géant on le voit entrain de préparer son gala devant Rachid Badouri en espérant qu’il approuve ses idées. Les mimiques et les réponses de Rachid sont tordantes.

Son numéro d’ouverture metttant en avant plan toutes les images, les clichés et les préjugés qui existent autour des québécois était vraiment drôle. Que l’on pense au sirop d’érable, à la chemise carottée, aux chevreuils, à la poutine, à la course de traineaux à chiens et même le hockey, tout y était. Même Olivier Dion avec une perruque blonde, représentant notre Céline a interprété une chanson dont le titre voulait tout dire Les francais ont de petites graines.

On peut dire que l’humoriste sait comment se faire aimer. Il a vraiment fait ses classes en apprenant notre franc-parler et nos habitudes. Il a réussi à séduire l’auditoire au grand complet.

 

Certains de ses invités ont été de belles découvertes que l’on pense à l’excessif Jarry, au magicien Éric Antoine, à l’hilarant Olivier de Benoist et mon coup de cœur de la soirée l’humoriste Alex Fredo.

En ce qui concerne nos humoristes Franky, Boucar Diouf et Fabien Cloutier ont comme d’habitude performé à la hauteur des attentes du public.

Le numéro dont on se souviendra longtemps est sans aucun doute celui ou Michel Courtemanche mimait ce que Kev Adams racontait sur sa première visite au Québec. C’était complètement ahurrissant. Quelle bonne idée! Pensez seulement aux mimiques que Courtemanche sait faire, c’était drôle à en avoir mal aux machoires. Une finale qui vaut son pesant d’or autant pour le public que pour Kev Adams, Courtemanche étant son idole.

Bilan

Chapeau pour Kev Adams il a réussi à se faire apprécier des québecois, il sera assurément un autre Français chouchou d’adoption.

Son premier one man show sera présenté à la salle Albert Rousseau

15 mars 2020

https://www.sallealbertrousseau.com/programmation/kev-adams/

Vous pouvez le suivre au

http://kevadams-officiel.fr/

Lyne LaRoche




La Compagnie Créole - 01 janvier 2019

Toujours le party avec la Compagnie Créole

Hier soir dans le cadre du ComédiHa Fest-Québec, le groupe Antillais chouchou des Québécois La Compagnie Créole a réchauffé le cœur de ses fans sur la scène Loto-Québec du Village d’Youville.

Comme toujours, qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il fasse froid, quand les premières notes des incontournables chansons de la Compagnie Créole débutent, une vague de chaleur intense nous traverse automatiquement le corps et le cœur.

Dès la toute première pièce les gens se sont mis à danser et à chanter sur les airs du Douanier rousseau en passant par Le Bal masqué, La machine à danser, Ca fait rire les oiseaux, Cadeau du ciel, Ba moin En Ti Bo, C’est bon pour le moral et plus encore…

Tout le monde avait envie de festoyer, heureusement quelques balades nous ont permis de reprendre notre souffle.

Avec leur énergie contagieuse et leur musique rassembleuse, La Compagnie Créole nous a permis de nous évader du train-train quotidien en nous injectant de fortes doses de chaleur. À la toute fin, nous avions tous le sourire et la musique dans le cœur!

L’exercice de séduction de la troupe antillaise qui évolue au Québec depuis plus de 30 ans s’est encore élevée grâce à leur colorée et joyeuse performance de l’ensemble qui vieillit en beauté.

Pour suivre La Compagnie Créole

https://productionsmartinleclerc.com/artistes/la-compagnie-creole/

Lyne LaRoche




P-A ET SON KARAOKÉ GÉANT - 01 janvier 2019

P-A Méthot et son Karaoké géant…un franc succès

Tout le monde le sait, le karaoké fait un retour en force. Que ce soit dans les bars ou pour une soirée maison, quand il y a un un karaoké, une chose est certaine on sait d’avance qu’on va avoir du fun et qu’on passser une soirée avec des fous rires garantis.

Ce soir sur la scène Loto Québec du Village D’Youville, l’humoriste P-A Méthot présentait son Karaoké Extravaganza . Dans le cadre de son 20è anniversaire ComediHa Fest-Québec avait donné carte blanche à l’humoriste. Pour ce faire, il s’est entouré d’amis festifs et ca donné un fichu de beau party. Il faut dire que juste à le voir tripper, on trippe

Tout d’abord, il a débuté la soirée avec Fille de personne de Hubert Lenoir, ce qui lui a permis de faire ses vocalises afin de pouvoir performer plus tard en interprétant Shook Me All Night Long d’AC/DC.

 

Entouré de quatre musiciens et d’une dizaine d’artistes, , il s’en est donné à cœur joie, lui qui est un passionné de Karaoké. Devant la scène un écran géant ou défilait les paroles permettait à l’immense foule de chanter en même temps comme si elle était une immense chorale.

Les artistes invités ont aussi embarqué dans le jeu, Emmanuel Auger du District 31 a fait réagir ses fans et Julie Couture de TVA Nouvelle en a surpris plusieurs. La talentueuse Véronique Claveau avec C’est zéro à la Julie Masse , Maxime Landry en Boy George, l’humoriste Julien Tremblay en George Michael, la rockeuse Annie Soleil Proteau en Marjo avec son Illégal, Mélissa Bédard et son Show Most go One de Queen incroyable et un I Will Survive par Eleonore Lagacé était complètement électrisant .Ajoutez à cela T’es dans la lune, des BB, L’Amérique de Joe Dassin et Celebration de Kool and The Gang. Il y en avait pour tous les goûts.

Pour la finale, les artistes étaient tous sur scène pour interpréter un des succès de Charlebois qui était parfait pour le Karaoké de P-A ’Si j’avais les ailes d’un ange, je partirais pour QUÉBEC

Bilan

Le party de P-A Méthot en plein air a été un grand rassemblement de plus d’une dizaine d’artistes qui sont des amateurs de Karaoké. Ce soir, ils ont collectivement partagé leur passion de la musique et de la scène. À voir tous les gens qui se sont déplacés et l’ambiance festive qu’il y avait, je suis prête à parier que ce ne sera pas le dernier Karaoké de P-A, car ce fût un immense succès.

Vous pouvez suivre P-A Méthot

www.pamethot.com

Lyne LaRoche




ComédieHa fete ses 20 ans avec Gregory Charles - 01 janvier 2019

ComédiHa Fest fête en grand ses 20 ans avec Gregory Charles

Samedi soir dernier, celui que l’on surnomme le Juke-Box humain Gregory Charles était de passage sur la scène Loto Québec afin de présenter un spectacle relatant les 20 dernières années musicales. Dans le cadre du 20e anniversaire du ComédiHa Fest, comme tous les autres spectacles présentés au Village D’Youville, le spectacle était entièrement gratuit.

Entouré de six musiciens, de sa choriste la talentueuse Kim Richardson et de ses invités vedettes, Gregory a comme toujours réussi à amener tout le monde dans son beau et grand voyage musical. Des Cowboys Fringants à Metallica en passant par Britney Spears, et la Compagnie Créole pour ne nommer que ceux-ci, il a littéralement mis le party dans la place. Assis au piano, il a livré de la musique de tous les styles et de tous les genres comme lui seul peut le faire. Il est un véritable moteur de recherche, aucun titre de chanson, aucune date ne lui échappe. Son talent est époustouflant. Animateur, acteur, chanteur, musicien, compositeur, professeur, il est tout à la fois.

Gregory aime s’entourer de beaux talents alors pour cette soirée, il avait invité une de nos belles voix Annie Villeneuve qui a interprété Alors on danse de Stromae, ainsi que l’auteur, compositeur, interprète et multi-instrumentiste québécois Karim Ouellet et sa sœur la rappeuse Sarahmée qui nous a donné toute une performance.

Encore une fois, Gregory a fait chanter et danser la foule pour la dernière soirée du ComediHa Fest Québec. Encore du grand Gregory

Vous pouvez suivre Gregory Charles

https://gregexperience.com/

Lyne LaRoche

 




Mamma Mia - 01 janvier 2019

Mamma Mia assurément la comédie à voir en 2019

Créée, il y a exactement 20 ans à Londres, la populaire comédie musicale Mamma Mia nous donnait rendez-vous hier à la salle Albert Rousseau.

Tout d’abord, je dois vous dire qu’en ce qui concerne les comédies musicales, je suis de celle qui n’en raffole pas nécessairement. D’habitude, j’essaie de passer mon tour et je délègue facilement la couverture médiatique à quelqu’un de mon équipe. Mais, cette fois-ci pour différentes raisons c’est moi qui en a hérité, quelle héritage!

En plus, j’avais entendu dire que les chansons seraient en français, pas besoin de vous dire qu’il n’y avait pas beaucoup d’enthousiasme de ma part et encore moins de celle de mon conjoint photographe qui lui, déteste les comédies musicales. Alors nous y sommes allés vraiment sans attente en se disant ‘’On partira à l’entracte’’

D’un grand coup nous nous sommes retrouvés au chaud soleil de la Grèce sur une petite île ou des artistes de grands talents accompagnés de neuf musiciens chevronnés nous en ont mis pleins les yeux et les oreilles.

Tous les ingrédients y étaient pour que ça soit un succès. Que ce soit au niveau du décor tout simplement à en couper le souffle, les chorégraphies exceptionnelles, les costumes complètement électrisants, les éclairages fabuleux et le haut calibre des chanteurs, c’était magique. On se regardait et on n’en croyait pas nos yeux et nos oreilles.

À la base, le show devait être en anglais et à la dernière minute la production a décidé que ce serait en français. Naturellement les artistes ont du réapprendrent le show au grand complet et il faut avouer que l’idée était tout à fait géniale. Autant nous étions attentifs aux chansons, autant nous avons porté attention au texte et à l’histoire. Le français étant notre langue, notre vocabulaire, on suit les personnages beaucoup plus facilement. Bien au-delà des chansons, on y retrouve toute l’émotion qui s’y dégage.

Les chansons d’Abba ne sont pas dénaturées bien au contraire, les textes sont incroyablement beaux.

La méga- production ne présente pas moins de 30 comédiens-chanteurs-danseurs et musiciens sur scène. On assiste à un show bien rôdé car il cumule plus de 8 800 heures de répétitions et 40 représentations à Montréal.

Pour Mamma Mia, le talentueux metteur en scène Serge Postigo n’avait pas juste un défi de taille à relever en s’attaquant aux grands hits du groupe mythique Suédois Abba il devait aussi réussir à monter une comédie musicale qui se démarquerait du film culte. Et il y réussi avec brio.

Bilan

Pendant plus de deux heures avec entracte, on est ébloui par tout ce que nous avons devant nous car c’est plus beau et plus grand que nature. Pour la finale tout le monde est debout, chante, danse et frappe des mains. C’est une finale prodigieuse, je ne vous en dis pas plus.

En 2019, il faut retenir de l’histoire de Mamma Mia qu’une famille c’est ce qu’on décide d’en faire. Ce n’est pas nécessaire de savoir si on a le même sang, l’important c’est d’avoir des gens autour de nous qui nous aiment et principalement il faut se connaitre soi-même

Denis et moi nous vous disons : C’est le spectacle de l’année à voir!

Je vous en donne ma parole. À voir l’ovation que la troupe a eu nous ne sommes pas les seuls à vous dire Allez-y achetez vos billets, vous allez vous faire un immense cadeau.

La grande fête se poursuit sous le soleil de la Grèce jusqu'au 14 septembre avec Mamma Mia!.

Réservez vos places dès maintenant!
? ACHAT DE BILLETS

Groupe Juste pour rire
https://www.hahaha.com/

Salle Albert-Rousseau
https://www.sallealbertrousseau.com/

Lyne LaRoche




Piment Fort - 01 janvier 2019

Piment Fort au ComédiHa…des rires à profusion

Pour la quatrième fois, le ComédiHa Fest-Québec a fait revivre Piment Fort pour le plus grand bonheur des festivaliers. Toujours aussi populaire, l’animateur chouchou, le coloré Normand Brathwaite a reçu ses trois invités Mc Gilles, François  Bouliane et Franky.

Les C’est chaud, C’est chaud, mais mesdames et monsieurs, j’ai eu le temps de compter avec mon oeil de … fusaient de tous bord, tout côté, le public était en délire.

Comme d’habitude, les trois panélistes ont reçu leurs piments grâce au public qui pouvait voter en levant leur carton rouge jaune, vert. Celui qui s’est démarqué le plus est l’inimitable Franky. Sa désinvolture et son sens inné de la repartie ont donné des moments complètement hilarants. Surtout quand Normand a posé la question ‘’Comment flirter Élizabeth Blouin-Brathwaite ?’’Franky n’en a pas manqué une. Il est aussi celui qui a remporté le plus de piments.

Et naturellement notre Normand portait ses chapeaux assortis à ses questions.

Ce fût un moment de grand divertissement, Piment Fort c’est toujours un grand succès au ComédiHa !

Vous pouvez suivre

MC Gilles https://www.mcgilles.com/

Francois Bouliane https://phaneuf.ca/artistes/francois-boulianne/

Franky https://engageunhumoriste.com/artiste/franky/

Lyne LaRoche




Gala Fabien Cloutier - 01 janvier 2019

Un gala réussi pour Fabien Cloutier

Pour la deuxième année consécutive dans le cadre du ComediHa Fest Québec, Fabien Cloutier a présenté samedi soir le dernier Gala au Palais Montcalm. Un gala qui lui ressemble, en toute simplicité. Cette année il a misé sur quelques humoristes de la relève mais surtout sur la diversité.

Avec le style d’humour engagé qu’on lui connait, il a partagé son regard sur la vie et sur la société en générale. Avec son franc parlé, il a tiré sur plein de choses et comme toujours il a atteint ses cibles. Reconnu pour être un gars qui n’a pas la langue dans sa poche, il nous a encore une fois brassé la cage et c’était rafraichissant

Que voulez-vous Fabien Cloutier on l’aime. Quand il parle, on l’écoute, il gagne à tout coup. Ce soir, Il a débuté la soirée avec un numéro consacré aux extrémistes et Kim Lizotte est venue le rejoindre sur scène, nous avons eu droit à de fichus bons moments. L’auteur-humoriste est reconnue pour ne pas avoir peur de dire ses opinions et avec son sens de la repartie, imaginez les situations cocasses qu’elle et Fabien nous ont livré.. C’était un duo d’enfer.

C’est le comédien, écrivain aux multiples facettes l’humoriste Michel Boujenah qui a débuté la soirée suivi par le chouchou de tous les québécois Boucar Diouf qui nous a rappelé que ca fait déjà 28 ans qu’il est au Québec. Louis T nous a entretenu avec comme sujet la masculité et les tâches ménagères. Nous avons même appris qu’il n’aimait pas vraiment le sexe. Par la suite, le clou de la soirée fût la présence des beaux frères. Le duo d'acrobates se dévêt entièrement s'amusant à jongler avec des serviettes sans que jamais l'essentiel ne soit visible. Le public s'amuse dans ce suspense où les gars en montrent toujours un peu plus, Par la suite l’humoriste P-A Méthot nous a livré un numéro complètement ahurissant au sujet de la météo et des inondations. S’en ai suivi Julien Corriveau et son humour absurde et Catherine Éthier nous a présenté l’humour à sa facon.Thomas Wiesel nous a déclaré qu’il vient de la Suisse et qu’il aimerait bien que son nom circule plus au Québec. Alors pour ce faire il a fait 6000 kilomètres pour 8 minutes de blagues au ComédiHa Fest-Québec. Il a même ouvert un compte chez Desjardins et il a ajouté vous avez intérêt à rigoler. Mc Gilles et Alain Crête ont amusé le public avec leur numéros sur ‘’Les nouvelles du terroir’’

Pour son numéro final, Fabien a déclaré à Martin Matte qu’il souhaitait devenir vegan, ce qui a donné lieu à une chicane entre lui et Martin Matte. Tous les artistes du gala ont eu droit à une ovation.

En bref, un gala réussi sur toute la ligne pour Fabien Cloutier

Mes coups de cœur

Fabine Cloutier et Kim Lizotte

Boucar Diouf

P-A Méthot

Les Beaux-frères

Vous pouvez suivre Fabien Cloutier

https://fabiencloutier.com/

Lyne LaRoche




Les années Woodstock - 01 janvier 2019

Les années Woodstock comme si vous y étiez

Une belle histoire livrée par des artistes de talent

Pour ses 20 ans ComédiHa Fest-Québec a présenté sur la scène Loto Québec un des plus beaux spectacles nous rappelant de bons souvenirs pour les gens de ma génération soit les années du Flower Power. Qui ne se souvient pas des années Peace and Love! Pour plusieurs d’entre nous on avait la boucle de ceinture autour de la taille. La génération un peu hippie, ou la musique prenait une grande place et à cette époque, il n’y en avait pas de problème. Tout le monde était cool, relax et un peu gelée. Est-ce qu’en 2019 tout est pareil peut-êtrer pas mais ce qui est resté c’est la musique qui prend encore une grande place dans nos vies et maintenant c’est légal d’être gelée.

 

Avant que débute la soirée des Années Woodstock, l’animateur de foule a pris le soin de bien réchauffer l’assistance ‘’Les années Woodstock c’est un beau voyage dans le temps et pour ca, ca prend un ukulélé et une chanson de l’année 69. J’ai choisi Heres Comes The Son de l’auteur compositeur George Harrison’’Alors tout le monde chantait en cœur, le refrain pendant que l’animateur avait changé les paroles pour les mettre en francais, c’était très drôle.

Par la suite, le party a débuté avec un enchainement de succès dont Freedom (Richies Havens), Bad Moon Rising (Creedance Clearwater)I Feel Good (James Brown)Star Spangled Banner(Jimmi Hendrix) Dream On(Aerosmith), Du Alanis Morissette, Joe Cocker, Janis Joplin, Peter Gabriel, Bob Dylan, Metallica et plus encore…

Le spectacle étant présenté le 14 août dernier fût un bel adon car il y a 50 ans jour pour jour c’était le premier spectacle du Festival Woodstock. Pour ce faire les artistes Miriam Baghdassarian, Pascal Dufour et Rick Hugues ont interprétés les grands hits des années 1969-1994 et 1999. En arrière d’eux un écran géant était installé afin de relater les moments phares du grand rassemblement de ce festival qui a transformé le visage du le rock and roll. On pouvait y voir le titre de la chanson, le nom de l’interprète et l’année de sa sortie.

Parlons chanteurs

L’énergique Miriam Baghdassarian que nous avons eu la chance de connaitre à la saison 6 de La Voix. Savoix est incroyable, elle nous en a donné des frissons.

Pascal Dufour renommé pour être un guitarisete incroyable, il a épaté la foule avec sa voix unique

Rick Hughes à lui seul est capable d’électriser la foule, sa puissance vocale nous fait lever le poil sur les bras. C’est tout un artiste. Tout comme sa sœur la belle Lulu que j’adore.

On peut dire chapeau au créateur Mike Gauthier qui a réussi à faire un show indémodable. Le choix des artistes, les voix, le répertoire, les costumes et le visuel sont parfaits sur toute la ligne.

La margie a opérée totalement, comme si nous étions en 1969

Pour toutes les dates des représentations du spectacle

« American Story Show 2 : Les années Woodstock »

https://lesanneeswoodstock.com

Mike Gauthier

Facebook : https://www.facebook.com/mikegauthieranimateur/

Miriam Baghdassarian :

https://www.facebook.com/MiriamBaghdassarian/

Rick Hughes :

https://www.facebook.com/RickHughesOfficiel/

Pascal Dufour :

https://www.facebook.com/PascalDufourOfficielle/

Lyne Laroche




Un tour d'horizon ComédieHa! - 01 janvier 2019

ComedieHa Fest-Québec 20è édition, l'année de tous les records

Le plus important festival d’humour francophone au monde

Après 12 jours de festivités au cœur de la Capitale, c’est mission accomplie pour la 20e édition du ComedieHa! Fest-Québec. Avec un budget de plus de 14 M$, dont 87 % de financement privé, le ComediHa! Fest a su consolider sa position de plus grand festival d’humour francophone au monde, réunissant 500 artistes et artisans à Québec pour présenter plus de 350 spectacles dans une vingtaine de lieux de diffusion inusités et éphémères. De l’humour, en passant par la magie, l’improvisation, les podcasts et les rencontres avec les artistes, le ComediHa! Fest-Québec a su diversifier son offre plus que jamais et développer des nouveaux publics et des communautés qui amèneront certainement un vent de fraicheur dans les années à venir. 

 

Sur la scène Loto Québec au Village D’Youville

Les soirées thématiques dont Les Denis Chante Plume avec Les Denis Drolet, Le party Country avec Guylaine Tanguay, Le bal masqué avec La Compagnie Créole, Le grand feu de camp avec les 2Frères, Le Karaoké Extravaganza avec P-A Méthot, Quand on rit on a toujours 20 ans avec Gregory Charle et Les années Woodstock avec Rick Hugues, Miriam Baghdassarian et Pascal Dufour, ont rassemblé en grand nombre les festivaliers à tous les soirs. C’était très festif, en plus les spectacles étaient gratuits.

Les incontrournables

Mike Ward Sous-Écoute (podcast) a encore une fois été un franc succès.Àtous les soirs le chapiteau était plein à craquer. Les gens restaient même dehors à l’extérieur de la tente pour écouter Mike et ses invités.

Le fameux Piment fort-Show animé par le coloré Normand Brathwaite a lui aussi été un grand suCcès à tous les soirs c’était rempli à pleine capacité.

Les shows mystères, le Roast Battle, les Show XXX ont attiré beaucoup de grande foule.

Endroit

Le Palais Montcalm, le théâtre Petit Champlain, la grande Allée avec le Village Vidéotron , le Village D’youville, le Village Pigeonnier sont tous des endroits où les festivaliers pouvaent se rendre dans une même soirée choissant ce qu’ils voulaient entendrent ou voir.

Juke Box

Un Juke Box vivant était installé ou l’on pouvait demander et entendre nos chansons préférée.Il y avait aussiI une Tyrolienne géante, le défi tombe à l’eau ainsi que des terasses animées à tous les soirs..

On mange

Au cœur de la Grande Allée, on pouvait jouer avec des jeux de table en attendant d’assister à un de nos spectacles favoris, tout en dégustant un bon snack d’un de nos food truck ou tout simplement prendre un bonne bière ou un cocktail.Les 5 à 7 les blés d’inde étaient gratuits.

Les Galas

Présentés par Vidéotron au Palais Montcalm nous avons eu droit à sept galas dont l’animation avait été confiée à Phil Roy, P-A Méthot, Fabien Cloutier, Kev Adam, Pierre Hébert, Les Denis Drolet et Normand Brathwaite.Les galas affichaient tous complet.

Mini Gala

L’heure de pointe mettait en vedette Les Grandes Crues, Francois Léveillée, Guillaume Wagner, Kim Lévesque Lizotte, Alex Perron, Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques, Daniel Grenier, Martin Vachon, Olivier Martineau et Mathieu Cyr ont déplacés à tous les soirs des foules impressionnantes.

Humour émergeant

Comme à chaque année, une place importante a été réservée à l’humour émergent et aux artistes de la relève. Pierre-Yves Roy-Desmarais, Alexandre Forest, Jean-François Provençal, Julien Corriveau, Franky, Mike Beaudoin, Gabrielle Caron, Pascal Cameron, Alex Roof, Charles Pellerin, François Boulianne et Coco Béliveau ont participés au Festival lors de divers spectacles, dont 60 minutes de stand-up et le Show XXX.

Impro

À Chaque soir, les fans d’impro ont pu assister à des affrontements grâce au Théâtre de la LNI et au Punch Club Man 2 Man. Les amateurs de podcasts ont aussi trouvés leur compte avec une série de différents podcasts enregistrés devant public.

Humour du monde

Au plan international, la série Humour du monde a rassemblé des humoristes de l’heure provenant de plusieurs pays de la francophonie, dont Véronique Gallo, Laura Laune et Thomas Wiesel.

La magie

Les mordus de magie ont eu le bonheur d’assister aux prestations de Vincent C et du mentaliste Fabien Olicard. Du côté anglophone, Randy Feltface, une marionnette australienne audacieuse qui a fait fureur au Fringe d’Edimbourg a prouvé quelle était capable de faire du Stand up.

Bilan

J’aurais aimé tous les faires mais c’était impossible. Ce fût un immense succès sur toute la ligne.Le public a beaucoup aimé si on se fit à l’achalandage qu’il y avait partout à tous les soirs. Tout le monde en eu pour son compte.

Un immense BRAVO à Sylvain Parent Bédard et à toute son équipe incluant tous les bénévoles qui ont fait en sorte que les 12 jours de la 20è édition de ComédiHa Fest-Québec soit encore cette année un immense succès.

On se donne rendez-vous en 2020 pour la 21è édion du ComédiHa Fest-Québec

Lyne LaRoche




Dennis DeYoung - 01 janvier 2019

Dennis DeYoung…toujours de belles retrouvailles!

C’était hier soir, le coup d'envoi de l'Agora Fest, qui recevait la légende de rock progressif, Dennis DeYoung, ex chanteur du groupe Styx.

C'est en grande forme vocale et physique, que Dennis DeYoung est arrivé sur scène afin de nous présenter son spectacle pour les quarante ans de l'album « The grand illusion".

Heureux de se produire devant son public québécois qu’il aime tant, c’est avec dix minutes d'avance soit 20h50, qu’il s’est présenté sur scène afin de nous présenter l’intégral de l'album « The grand illusion", qui inclut entre autres Come sail away ainsi que bien sûr tous ses plus grands succès.

L’Agora qui était rempli aux trois-quarts d'un public, majoritairement âgé de quarante ans et plus, en a eu pour son argent avec un spectacle de grande qualité avec un son et un visuel impeccable.

S’adressant en français à ses fans en nous disant ’’ Bonsoir, mes amis’’ Vous ne m'avez pas oublié? Il était clair que non et ils ont été récompensés.

Nous interprétant ses plus grands hits Mr. Roboto,Lady , Too much time on my hands, The Best of Time, Show me the Way sans oublier celle qu’il a composé pour sa douce moitié Suzanne (toujours à ses côté sur scène) la magnifique chanson Babe

Il a aussi invité, comme il le fait depuis une dizaine d'années, le chanteur de Rock Story Jean Ravel à se joindre à lui sur scène. Un duo de feu!

Pour clore la soirée, il nous a offert Renegade et la classique des classiques Suite Madame Blue, le public était comblé!

Pour réchauffer le public, la première partie était assurée par le groupe Undercover, qui nous a fait revivre durant une heure, plusieurs grands succès des icônes du rock incluant Yes, Queen, Van Halen, Journey etc… La table est mise pour recevoir notre tête d'affiche!

Même si la météo semblait incertaine en début de soirée, Mère Nature était de notre côté pour nous offrir une magnifique soirée encore une fois à l’Agora de Québec!

L'Agora Fest se poursuit ce soir avec le groupe rock Limp Biskit et c'est Koriass qui fermera le bal dimanche.

 

Bilan

Remémorant nos plus beaux souvenirs de jeunesse, le dynamique Dennis DeYoung livre un spectacle à la hauteur de toutes nos attentes.

Caroline Gagnon




Discussions avec mes parents - 01 janvier 2019

La saison 2 de Discussions avec mes parents

Encore plus drôle

Comme ce fût un franc succès l’an dernier, Francois Morency a décidé de renouveler l’expérience et d’inviter ses fans et les gens des médias au Théâtre Petit Champlain pour un visionnement des trois premiers épisodes de la deuxième saison de Discussions avec mes parents 2 . Donc hier, j’ai eu le privilège d’y assister et voici mes commentaires.

La première saison était drôle mais avait moins de punch que celle-ci. La saison 2 est sans temps mort. On se reconnait encore plus, on rit en se tapant sur les genoux. Les anecdotes sont encore plus croustillantes, il y a plus de scènes dans chaques épisodes, les textes sont savoureux et la musique est améliorée. C’est un feu roulant on embarque et on n’a pas le goût que ca finisse.

Les comédiens sont encore meilleurs. C’est certain qu’avec une première année d’expérience en arrière de la cravate cette année ils campent leur personnage à merveille, ils les maitrisent parfaitement bien.

Rappellons-nous que les comédiens qui font partie de la distribution sont tous originaires de la Ville de Québec, Vincent Bilodeau (père), Marie-Ginette Guay (mère), Caroline Bouchard (soeur) et Francois Morency , il n’y a que Blaise Tardif, qui interprète le frère de François qui vient de Montréal. Selon Francois, il y quelques personnages qui vont revenir cette année et de nouveaux vont s’y greffer.

C’est certain que je ne vous dévoilerai pas les moments forts mais je peux vous dire que si je me fie à ma réaction et celles des 200 personnes présentes au Théâtre Petit Champlain, l’ultime test est passé pour cette belle gang de Discussions avec mes parents car ce fût une belle réussite.

Francois était dans les coulisses lors des visionnements et à la fin il s’est empressé de dire ‘’ Vous ne savez pas comment c’est le fun et ca fait du bien de vous entendre rire.’’

C’est lundi le 9 septembre à 19h30 sur sur Ici Radio-Canada Télé que débutera la deuxième saison comprenant treize épisodes. Ne la manquez pas, des rires assurés vous attendent.

NB

La saison 1 est toujours disponible sur Ici Tou.TV Extra.

Un visionnement pour les gens de Montréal aura lieu le 5 septembre prochain.

Lyne LaRoche




Massage secret - 01 janvier 2019

6 septembre 2019

MASSAGE SECRET

Il y a du nouveau au Nouveau Théâtre de l’Île d’Orléans cette année!

Du théâtre d’été à l’automne. Une première qui se déroulera du 6 septembre au 13 octobre 2019, un bon divertissement pour alléger les jours qui refroidissent et raccourcissent.

Cougar, le chef d’une dangereuse bande de motards, poursuit Jambon et Patpou qu’il accuse d’avoir essayé de l’assassiner. Les deux ex-mécaniciens se cachent dans un centre de santé tenu par la belle-sœur de Jambon et se font passer pour des massothérapeutes. L’adaptation est ardue, mais les choses se compliqueront encore plus lorsqu’ils découvriront que leur premier client est… Cougar.

La pièce Massage secret de Claude Montminy démarre sur une pièce de Georges Thorogood : Bad to the bone. Denis Marchand, en chef de bande, campe bien son personnage. Caractériel, il est agressif et on sent qu’il est prêt à tout pour mettre la main sur nos deux hurluberlus. Quant à ceux-ci, ils sont farfelus à souhait. Il faut voir Jambon dans son déguisement d’espion pour essayer de soutirer des aveux du mafieux et pour découvrir la mesure de leur détermination.

La musique est un personnage qui explique ou souligne une situation ou une émotion. Le choix des pièces musicales est surprenant et toujours judicieux. Bien que le scénario soit convenu, il sert bien les interprètes et laisse place à de petites perles de drôlerie.

Une pièce à voir pour se détendre, déconnecter et rire. Une petite parenthèse dans la folie de la rentrée et du retour au travail.

Distribution : Jean-Philippe Côté, Charles Fournier, Catherine Oksana Desjardins et Denis Marchand.

Mise en scène de Sébastien Dorval

http://nouveautheatredelile.com/

Louiselle LaVoie




Véronic Dicaire - 01 janvier 2019

 

Impossible que ça soit meilleur

Véronic Dicaire au sommet de son art

Hier soir, la talentueuse Véronic Dicaire s’est installé pour une série de concerts en résidence au Théâtre Capitole de Québec. Entourée de quatre musiciens et de cinq danseurs Véronic a renoué avec son public composé de gens de tous âges.

Au sommet de sa forme, elle nous amène avec elle dans un marathon qui nous fait apprécier au plus haut point son talent exceptionnel d’imitatrice, chanteuse et même de danseuse. Le décor et les éclairages sont à en couper le souffre. Durant un peu plus de deux heures sans entracte et sans temps mort, elle revisite admirablement bien les hits d’une cinquantaine de chanteuses dans une mise en scène impeccable.

Son numéro d’ouverture donne le ton à la soirée car entourée de ses danseurs, elle livre un ‘’What About Us’’ de Pink, époustouflant!

Le spectacle propose différents segments passant de Jeunesse d’aujourd’hui aux Comédies musicale, du Spotify au Spoty-Caire, de la chanteuse qui chante dans le corps d’une autre, de la chanson qu’elle ne chantera jamais et plus encore … On a l’impression qu’on assiste à un spectacle de variétés, où tous les artistes y passent. Son numéro sur les comédies musicales qu’elle présente Annie, Fame, Chicago et Grease nous donne le goût de nous lever et de danser mais nos yeux et nos oreilles sont tellement rivés sur ses performances qu’on n’ose pas pour ne rien manquer.

Dans le numéro de L’histoire de la vie de Céline, Véronic impressionne. Je vous confirme, elle tient la fameuse note et sans forcer.

Dans celui de la chanteuse qui chante dans le corps d’une autre on y entend Fais-moi la tendresse de Ginette Reno dans le corps de Diane Dufresne. Dans les chansons qu’elle ne chantera jamais on entend Sofia Nolin chanter Y a d’la joie, ces mimiques sont complètement hilarantes.

Sa version de la chanson Changer de Don Juan est un petit bijou. Pour la finale après avoir livré plus d’une 50e de voix, elle nous interprète la très belle chanson d’Yvon Deschamps Aimons-nous avec sa voix. Quel beau moment!

J’aurais pu vous en parler encore plus mais j’aime mieux vous laisser le plaisir de découvrir la suite de ce magnifique spectacle. Croyez-moi vous serez impressionné!

Bilan

C’est un show rempli de surprises. Véronic habite ces personnages comme personne d’autre sait le faire. Il faut entendre sa souplesse vocale et sa puissance pour comprendre qu’elle est unique.

Jusqu’au 22 septembre au Capitole de Québec

www.veronicdicaire.com

Lyne LaRoche




Nicola Ciccone - 01 janvier 2019

Le voleur d’histoires inconscient…Nicola Ciccone

Le long chemin

Hier soir, Nicola Ciccone s’est arrêté au Théâtre Petit Champlain pour la première fois depuis 20 ans afin de présenter son spectacle Le long chemin. Oui c’est un beau cadeau qu’il a fait à son public mais aussi à lui-même ‘’ Je me fais un cadeau de chanter ses chanson-là presque tout nu seulement avec un piano et une voix’’. Il a débuté la soirée avec l’Opéra du mendiant son premier grand succès en fait celui qui l’a rendu populaire.

Comme d’habitude Nicola chante l’amour encore et encore. Il est le maitre des mots. En l’écoutant on se demande comment il fait pour rendre ses histoires aussi belles même si quelque fois elles sont empreintes de nostalgie.

Tout au long de la soirée, il nous fait découvrir les chansons de son nouvel opus sans laisser de côté ses plus grands succès.

Avant chaque interprétation, il prend le temps de présenter sa chanson, il se raconte, il nous raconte. ‘’Le long chemin, c’est le chemin de vie sur lequel on marche tous. On y rencontre des joies, des intempéries, des succès et des échecs. Par moment, tout est clair et on aperçoit l’horizon. D’autres fois, on s’y perd. Si l’on est chanceux, on réussit à y marcher à deux. Alors là, s’y perdre n’est plus dangereux et on rêve d’y marcher pour toujours’’

En février dernier, Nicola a frôlé la mort suite à un accident de voiture, un face à face. Pendant sa convalescence, il en a profité pour écrire les chansons de son nouvel album qui se veut à la fois un hymne à la vie, au courage à l’espoir et à l’amour.

Avec ce 12è album en carrière, il rend hommage à la femme avec deux magnifiques chansons soit ‘’ La plus grande chose qu’on dit à une femme et Superman est une femme. Il aborde aussi la peine d’amour avec la chanson Pleure. Après avoir perdu son père en 2016, il lui avait écrite une chanson Oh toi mon père qu’il avait mis sur son album Esprit libre. Comme il recevait beaucoup de messages de gens qui lui écrivaient pour lui dire à quel point cette chanson les aidaient dans leur processus d’adieu, Nicola a décidé d’en faire une réorchestration. En date d’aujourd’hui la vidéo cumule plus de 600 000 visionnements sur You Tube. Lui qui à la base ne voulait pas mettre cette chanson sur son album, le texte est sublime.

Durant le spectacle on y entend aussi ‘’Ciao Bella, Elle, Ne me quitte pas, Je vais t’aimer, J’taime pas j’t’adore, un ami, Nous sommes six milliards, J’taime tout court

Pour écrire de si beaux textes, il se sert de son quotidien et de sa vie mais il se nourrit aussi des gens. Se considérant comme un voleur d’histoires inconscient, non pas méchant, il vole des petits moments du quotidien de la vie de tout le monde autour de lui. C’est pour cette raison que ces textes sont remplis d’autant de sincérité et qu’on a l’impression qu’il les a écrits pour nous.

Quand Nicola chante tout le monde écoute. Il est tellement authentique et charismatique, qu’il réussit à la perfection à faire voyager les gens dans ses histoires, dans sa musique et dans ses passions.

Somme toute, une soirée toute en douceur, en tendresse, teintée d’amour comme seul lui peut la chanter.

Surveillez son passage près de chez-vous car il part en tournée et il est présentement à l’écriture de son quatrième livre.

www.nicolaciccone.com

Lyne LaRoche




La Martinique gourmande - 01 janvier 2019

Martinique gourmande 2019

Du 19 au 29 septembre

Ce lundi, Fréderic Sanche, Consul général de France à Québec et Marie-Line Lesdema, 1re Vice-Présidente du comité Martiniquais du tourisme, conviaient les médias et quelques dizaines d’invités à la Résidence de France sur la rue des Braves pour le lancement officiel de l’édition 2019 de Martinique gourmande. Ce festival de gastronomie Martiniquaise, implanté à Montréal depuis 2008 à l’initiative du Comité Martiniquais du tourisme, est l’occasion de déguster des boissons et des mets typiquement martiniquais. Pour une troisième année, Martinique gourmande se tiendra simultanément à Québec. Le concept est simple. En visitant l’un des quinze restaurants participants, dans le cadre de l’évènement qui se tiendra cette année du 19 au 29 septembre, vous aurez, comme lors du lancement, l’occasion de gouter au plaisir de la gastronomie de l’Ile aux fleurs.

À l’occasion du lancement, les chefs Fabrice Filin, Matthieu, Jolly, Pascal Sigère et Jérémie Jean-Baptiste nous avaient concocté des petits amuse-gueules aux parfums et aux couleurs de la Martinique. Des bouchées sublimes qui nous ont transportés dans les Antilles, entre volcan et palmiers. Comme nous le disait le chef Jean-Baptiste, les recettes martiniquaises sont construites à base de fruits, d’épices et de chocolat. Mais dans chaque recette on y ajoute une ou deux doses d’amour. Qui dit Martinique, dit aussi Rhum. Les rhums Trois-Rivières et St-James ont aussi excité nos papilles gustatives et nous ont réchauffés comme un doux bain de soleil.

Si comme moi, vous avez eu le bonheur de visiter la Martinique et de rencontrer ses sympathiques habitants, Martinique gourmande 2019 sera l’occasion de marcher à nouveau sur ses plages de sable volcanique, de danser un petit Zouk ou simplement de vous replonger dans son art de vivre. Si vous n’avez jamais eu la chance de vivre la Martinique, il y a fort à parier qu’après avoir visité un des quarante-deux partenaires de Québec et Montréal durant les dix jours de l’évènement, vous ayez le gout de vous envoler pour vivre l’expérience Martinique. À tout le moins, ce sera l’occasion de prolonger l’été.

En plus de courir la chance de vous mériter un séjour en Martinique, vous pourrez obtenir tous les détails de ce festival et connaitre le nom des commerces participants en vous rendant au martiniquegourmande.ca

Bon festival!

Claude Gignac




Broue - 01 janvier 2019

Broue version 2.0

La culture québécoise est marquée de quelques productions marquantes. À l’instar de La petite vie, des Bye-Bye et de quelques films cultes, Broue a marqué à jamais l’histoire culturelle du Québec.

Créée par les auteurs Claude Meunier, Jean-Pierre Plante, Francine Ruel et Louis Saia, Broue est présentée pour la première fois en 1979 par les comédiens Michel Côté, Marc Messier et Marcel Gauthier. Tout ce beau monde était loin de se douter qu’il venait de donner naissance à un monstre. Un monstre du théâtre.

Après 38 années de service, après avoir donné pas moins de 3322 représentations devant     3 394 195 spectateurs, Côté, Messier et Gauthier font un arrêt définitif. Cette gigantesque aventure est inscrite dans le livre des records Guinness pour « Le record mondial de longévité pour la pièce de théâtre jouée par une même distribution de comédiens ».

En juin dernier, quarante ans après sa mise au monde, Broue renait de ses cendres dans une « Nouvelle administration » formée des acteurs Benoît Brière, Martin Drainville et Luc Guérin.

C’est cette mouture qui est venue rencontrer le public de Québec ce jeudi pour y offrir 5 représentations en 4 soirs à la Salle Albert-Rousseau.

Lorsque l’équivalent de presque la moitié du Québec a vu Broue, la surprise n’est pas nécessairement la force de la version 2.0. On a cependant hâte de revoir Verrue, Pointu, Bonin, Travolta et toute cette bande de joyeux clients marquant l’histoire du Québec.

À vingt heures précise, Martin Drainville s’est avancé sur scène à travers le grand rideau rouge pour venir nous replonger en 1979, au moment de la création de la loi 55 qui mettait fin à l’interdiction aux femmes d’entrer dans les tavernes. Cette loi sonnera le glas de ces refuges masculins où les hommes réinventaient le monde à grands coups de citations pas toujours très philosophiques…

D’entrée de jeux, Benoit Brière marque un grand coup en incarnant Verrue, cet assidu de la Taverne Chez Willy. Après avoir titubé sur les planches de la taverne et fait la laveuse à une mouche, Verrue ira s’assoir tranquille au fond de la taverne.

Pointu, ce sympathique pompier, viendra offrir à Bob une carte du Club automobile et tentera de faire la leçon dans un français, ou un anglais, parfois un peu approximatif. Un moment hilarant.

Rod, Roger, Peter, Conrad, Ti-Mile, son fils Léo et quelques autres clients se succèderont autour des caisses de Molson, de Laurentide et de 50.

L’amitié qui lie les excellents comédiens de la mouture 2019 vient renforcer la complicité des personnages. Brière, Drainville et Guérin sont tellement bons qu’ils en viennent même à nous faire oublier les comédiens originaux. Ce qui n’est pas peu dire.

On sentait que les spectateurs, dont plus de 80% avaient déjà vu la pièce, s’amusaient en se rappelant certaines répliques qui sont devenues des classiques. « J’ai peur de me faire voler mes gants par les ceuses qui ont des mains ». « Are you an england? ». Ou, « Japon, veux-tu dire la Chine ou quelqu’un qui jappe? »

Si Broue, l’originale a connu un succès sans pareil, je prédis que la nouvelle administration de la Taverne Chez Willy saura connaitre une longue vie.

Vous voulez tout savoir sur Broue, les auteurs, les comédiens, l’histoire et le calendrier, n’hésitez pas à vous rendre au broue.ca

Broue, un classique, une valeur sûre!

Claude Gignac




Les journées de la culture - 01 janvier 2019

23è édition Les Journées de la culture

Il y a en pour tout le monde…Profitez-en!

Des activités gratuites pour les amoureux de culture partout!

Pour ceux qui ne savent pas encore qu’est-ce que les journées de la culture et bien en voici un bref apercu.

Les journées de la culture sont orchestrées par Culture pour tous, organisme qui s’est donné pour mission de faire connaître les arts et la culture comme facteurs essentiels d’épanouissement par des programmes de sensibilisation et d’éducation favorisant la participation des citoyens.

Chaque année, le dernier vendredi du mois de septembre et les deux jours suivants, les arts et la culture sont au cœur de cette grande fête populaire se déroulant dans plus de 300 villes et villages, d’un bout à l’autre du Québec. Ateliers, démonstrations, parcours et prestations en tous genres composent la programmation de l‘événement. De tous les âges et tous les styles, de tous les milieux et dans toutes les régions, tout le monde est invité à participer à une multitude d’activités gratuites et interactives, toutes disciplines confondues!

Lundi dernier, les médias étaient convoqué au Pavillon Lasonde au Musée national des beaux arts afin d’assister à la présentation des activités qui auront lieu dans la Capitale Nationale du 27 au 29 septembre. Les deux portes-paroles cette année Marie Soleil Dion et Dany Laferrière nous ont entretenus de l’importance qu’ont ces journées de la culture.

Tout d’abord, la présidente directrice générale des journées de la culture pour tous Mme Louise Sicure nous a parler de la thématique ‘’La renconte’’qui a pour but de bâtir des ponts et de tisser des liens. Elle a invité les gens à s’empiffrer de culture.

L’écrivain et scénariste Dany Laferrière nous a parlé del’importance de se parler, de communiquer lui qui est passé maître dans l’art de dire les choses. Natif de Port-au-Prince, il nous rappelé le désastre que les survivants avaient vécu après le tragique événement. Il nous a fait comprendre qu’au-delà de l’argent et du matériel, ce qui est resté ce sont les gens qui se sont demandé ‘’Comment ca va toi?’’ Il nous a fait prendre conscience de la beauté des petites choses.

La comédienne Marie-Soleil Dion nous a dévoilé ses coups de cœur dont le Ballet de Québec qui est une activité agréable à faire. On ne va pas juste assister à la répétition du spectacle mais nous allons entrer dans la culture. Ce n’est pas juste pour les artistes à en devenir mais aussi pour les artisans à en devenir, ceux qui veulent être derrière les caméras et derrière la scène. Les gens vont voir de quelle facon cela fonctionne les répétitions.

C’est avec fierté que Mme Nathalie Roy Ministre de la culture et des communications nous a rappelé que le volet de la journée de la culture prend de plus en plus d’empleur depuis trois ans et qu’il faut continuer de développer des nouveaux publics et de ne pas hésiter à consommer de la culture.

Pour connaitre tous les renseignements visitez

www.culkturepourtous.ca ----- www.journéesdelaculture.qc.ca

Lyne LaRoche




Entrevue avec Laurence Jalbert - 01 janvier 2019

Entrevue avec Laurence Jalbert

Au pays de Nana Mouskouri

Cette semaine j’ai eu la chance de rencontrer une femme authentique au grand cœur la talentueuse Laurence Jalbert. Dès les premières minutes la chimie a opérée. À quelques reprises ont a bifurqué, on a ri, on a pleuré, croyez-moi, je ne l’oublierai jamais.

C’est au restaurant Il Teatro du Capitole de Québec que j’avais rendez-vous avec elle afin de parler de son nouvel album Au pays de Nana Mouskouri.

Lyne : Tout d’abord comment vas-tu?

Laurence:Je vais super bien, je suis en forme.

Lyne : Parlons de ton nouvel album Au pays de Nana paraitrait-il que tu as dit oui tout de suite à ce projet

Laurence : Oh que oui! Ça fait des années que je travaille avec Mario sur des projets de concepts comme Quand le country dit bonjour, Album de Roger Wittaker, la tournée et l’album Les incontournables. Dans ces projets, j’interprétais une ou deux chansons d’un artiste et c’était tout. Car dans ce genre de concepts on peut y mettre notre couleur dans l’interprétation mais comme il y a plusieurs artistes aux niveaux des arrangements on ne peut pas vraiment.

Mais là, je me gâte car c’est le répertoire complet de Nana dans mon enveloppe sonore à moi. Alors j’ai dit oui, tout de suite, il fallait que ce soit moi qui fasse cet album. Le but n’est pas de chanter comme elle car de toute façon je n’ai pas la même voix qu’elle. Comme dit Mario, ‘’Ça ne sert à rien de faire les chansons pareilles car elles sont déjà faites’’ Ce qu’il faut c’est remettre ces chansons-là à jour pour que le public les redécouvre. Nana Mouskouri pour moi fait partie de mon ADN de par ma maman. Tu sais, c’est extraordinaire ce que cette femme-là m’a appris parce qu’elle passait par ma mère qui chantait ces chansons. Je ne peux pas penser à Nana une seule seconde sans voir ma mère avec son tablier dans la cuisine chanter Dans le soleil et dans le vent. Le but c’est d’interpréter ces chansons avec tout le respect du monde et de ne pas les dénaturer.

Lyne : Comment ce projet est arrivé jusqu’à toi?

Laurence : Je parlais au téléphone avec mon agent et juste avant de raccrocher il me dit ‘’Sais-tu quoi, Mario a un nouveau projet mais je comprends plus ou moins, parce que moi, Nana Mouskouri, je ne l’ai pas connu tant que ça’’ J’ai dit quoi ! Viens-tu de me dire Nana Mouskouri? il me répond ‘’Oui mais il me semble que Nana Mouskouri ce n’est pas trop connue…. Et là, je lui dis ‘’Il faut que ça soit moi qui fasse ce projet-là, tape dans google Nana Mouskouri, nomme-moi une toune pis je vais te la chanter du début jusqu’à la fin. Il me dit ‘’Es-tu sérieuse? je vais appeler Mario’’. Ça pris 5 minutes, le téléphone a sonné et Mario m’a dit ‘’Quelle bonne idée ! À partir de ce moment-là tout a déboulé, le choix des chansons, quand on rentre en studio, et voilà ça donne notre rencontre d’aujourd’hui à parler de cet album-là. Avec une équipe incroyable et les efforts de Mario Pelchat car je tiens à le dire, il est le seul à comprendre que pour que les gens sachent qu’un projet existe, qu’un album vient de sortir pour que le public puisse aller l’acheter, il faut en parler. On appelle ça du marketing et de la promotion. Avec Mario ce n’est pas on va chercher une subvention, tu fais un album, une petite tape dans le dos une petite pub à la tv, puis après plus rien. Non, ce n’est pas comme ça que ça se passe avec lui. Tu n’as qu’à regarder la pochette de l’album, elle est magnifique toute veloutée. La pub télé a été tournée une belle longue journée. Mario ça lui coûte de l’argent mais ses projets fonctionnent. Il faudrait que tout le monde fonctionne comme ça. Si on veut que notre chanson francophone reste la tête en dehors de l’eau, il faut que les gens arrêtent d’aller chercher des subventions, la mettre dans leur poche puis se servir d’un artiste pour faire des guilis guilis! Moi j’en ai ras le bol de voir ça. Alors, je n’ai pas vraiment besoin de te dire à quel point, je suis contente de faire partie de cette belle gang là avec Mario. Comme nous avons tous le même agent et que nous sommes une grande famille, Mario, Paul Daraiches, Maxime Landry et Annie Blanchard ont tous chanté avec moi. Jusqu’à la fin de l’enregistrement je flottais sur un nuage, moi qui ne voulais plus sortir d’album.

Lyne : Est-ce que c’est une des raisons, qui fait en sorte que tu as arrêté d’écrire des chansons?

Laurence : C’est certain que ça atténue le goût, mais j’écris des livres. Des fois, je m’installe je viens d’avoir un beau flash, pour écrire une chanson et ça s’arrête-là. On veut bien se battre contre des moulins à vent. Tu sais Lyne, j’ai deux enfants et six petits-enfants, est-ce que je mets mes efforts à me battre pour faire de la musique et pour faire passer mes chansons! Je vais dire comme l’autre le temps qu’il me reste, je veux le passer avec ma famille, mes enfants, mes petits et non pour faire passer mes tounes. C’est certain que j’ai des chansons qui ont tourné à la radio, c’est ce qui m’a fait connaitre et que les gens se déplacent pour venir à mes spectacles. Je n’ai pas de reproches à faire à qui que ce soit mais les radios, les diffuseurs de spectacles, les maisons de disques, aidez-nous à vous aider, on veut tellement que tous les projets rayonnent. Ce n’est pas une question de ‘’J’en ai vendu plus que toi et se péter les bretelles’’ Aidez-nous à garder notre langue vivante et notre milieu artistique de la chanson francophone vivante. Restons en équipe parce qu’en ce moment on ne travaille pas en équipe, c’est un non-sens.

Lyne : D’habitude avec un nouvel album vient une tournée. Alors dis-moi est-ce que la tournée va s’appeler Au pays de Nana et de Laurence? Est-ce que le spectacle sera teinté de ce nouvel album mais aussi de tes grands succès.

Laurence : C’est quasi impossible pour moi de faire un show sans faire quelques-unes de mes chansons. Oui, c’est certain que nos deux univers vont s’entrecroiser.

Lyne : Je ne me trompe pas quand je dis que tu adores faire de la scène que ça te permet de rencontrer des gens?

Laurence : Je suis une passionnée des tournées car ça me permet d’être en contact direct avec le public. Cette semaine, j’ai fait cinq spectacles et ça me nourrit. La seule chose je m’ennuie DE mes petits- enfants.

Lyne : Sur ton nouvel opus, y a-t-il une chanson que tu affectionne particulièrement

Laurence : Oui, La vague, j’ai une anecdote à te raconter. Quand j’étais petite ma mère me la chantait. Je l’ai chanté à mes enfants et aujourd’hui, je la chante à mes petits-enfants. Jamais au grand jamais, je dis à mes petits-enfants ‘’Mamie passe à la télé ce soir, non quand je suis avec eux, je suis leur grand-mère. Mais quand j’ai fait l’album de Nana, un soir je leur ai dit mamie va vous faire écouter quelque chose. Alors, je leur ai fait écouter La vague et ils m’ont dit ‘’Mamie c’est notre chanson’’

Lyne : À ce moment-là, elle et moi sommes devenues très émotives, les larmes aux yeux. L’amour de ses petits vaut tout l’or du monde, je l’ai ressenti tellement fort. C’est une vraie mamie.

Lyne : Dis-moi si je me trompe, cet album c’est autant un hommage à Nana qu’à ta mère?

Laurence : Oui, ma mère était avec moi tout le long en studio, j’avais même amené sa photo. Pendant tout le processus elle était avec moi, donc cet album, c’est elle et moi.

Lyne : Est-ce qu’elle a eu le temps avant de partir de voir comment ta carrière était fleurissante?

Laurence : Oui, voici une autre anecdote. Tu sais j’avais 15 ans et un claviériste m’a entendu chanter dans un bar et il m’a dit : T’en viens-tu avec nous autre demain on va faire une tournée? Je suis arrivé dans la nuit, j’ai annoncé ca à mes parents, on a braillés toute la nuit et ils m’ont laissé partir. Ma mère qui était judéo-chrétienne m’a mis le seul et l’unique 50$ qui lui restait dans ma poche et elle n’a pas dit un mot. Je sais que ce geste-là de confiance ultime que ma mère m’a accordé a déterminé tout le reste de ma vie et de ma carrière. Combien y a de gens qui disent ‘’Moi mes parents ne voulaient pas, moi non plus ils ne voulaient pas, mais ils savaient que s’ils ne me laissaient pas partir que j’allais mourir. Ils le savaient, ils ne me l’ont jamais dit, mais ils le savaient. Moi, une carrière je n’en avais rien à foutre, j’ai toujours été une passionnée, je ne suis pas du tout carriériste, je devais juste aller en direction de cette passion, s’ils m’avaient bloqué là-dedans, je serais morte.

Lyne : Parle-moi de ton deuxième livre qui sortira en novembre prochain?

Laurence : Les principes, les valeurs, les synchronicités avec des situations en exemple qui me sont arrivées ou qui sont arrivés aux autres. Il ne me reste que quelques corrections à faire mais je termine sous peu. Il sort le 7 novembre prochain. Ce n’est pas une recette pour rebondir mais juste comment on trouve l’espoir, de quel côté tourner la tête quand arrive le temps de voir la lumière. En tous cas moi ça m’a servi en svp.

Lyne : Laurence si j’avais quelque chose à te souhaiter pour le futur?

Laurence : C’est certain la santé, c’est la seule chose que je demande. La santé va me permettre de faire des shows, de la musique, de chanter La vague à mes petits, le plus vieux a 13 ans, il faut que je me dépêche à lui chanter encore quelques fois. La santé va me permettre de faire tout ça.

Bilan de mon entrevue

En plus d’être une artiste de grand talent, j’ai découvert aujourd’hui une femme, une mamie d’une authenticité incroyable. Elle donne aux gens ce qu’elle aimerait recevoir, de l’amour et des sourires. On sait tous que le pire existe, on le vit souvent le pire et Dieu sait qu’elle ne l’a pas eu facile, mais Laurence Jalbert inspire le mieux et le beau à travers ces chansons et sa personnalité.

Savez-vous? Je l’adore

Merci Laurence pour ce magnifique moment!

L’album Au pays de Nana est en vente partout.

La sortie de son deuxième livre est prévue pour le 7 novembre prochain

Elle est en tournée un peu partout surveillez son passage

Lyne LaRoche




Entrevue Les Immortels - 01 janvier 2019

Entrevue Les Immortels

Le spectacle c’est juste des chansons qui ont marqué notre mémoire collective, un spectacle pour le public.

C’est au Faks sur Maguire que cette semaine j’ai eu la chance de piquer une jasette avec deux des cinq chanteurs qui feront revivre à la salle Albert Rousseau le 6 octobre prochain cinq grands fleurons de la chanson française.

Le spectacle Les Immortels c'est une succession de succès qui conjuguent l'émotion à la fougue de Gilbert Bécaud, la grâce de Dalida, le charme de Joe Dassin, les cris du cœur de Johnny Hallyday et l'intensité d'Édith Piaf.

Aujourd’hui, c’est avec la talentueuse Rita Tabbach qui reprendra le répertoire d’Édith Piaf et David Thibault qui incarnera Johnny Hallyday que nous parlerons de ce spectacle.

Lyne : Bonjour à vous deux, on va parler de vos carrières respectives tout à l’heure mais pour commencer dites-moi, pourquoi avoir accepté de participer au projet de Martin Leclerc?

Rita : J’étais tellement ravie qu’on m’approche pour un spectacle comme celui-là. Premièrement le plaisir de partager la scène avec d’autres artistes c’est quelque chose que j’ai toujours apprécié de faire tout au long de ma carrière. J’ai souvent fait des spectacles en groupe et c’était pour moi une belle occasion d’en refaire un. Deuxièmement, parce que les chansons choisies sont dans mon répertoire chouchou évidemment et troisièmement la proposition d’interpréter le répertoire d’Édith Piaf. Je suis aux anges, ça représente un énorme défi mais tellement riche au niveau musical, je n’avais aucune raison d’hésiter

David : Moi, j’ai accepté premièrement parce qu’on m’a dit que j’allais interpréter les chansons de Johnny Hallyday, pour moi c’est le Elvis français. Quand j’ai fait The Voice en 2015 c’est là que j’ai connu la carrière de Johnny. Aujourd’hui je m’intéresse beaucoup à sa carrière et à sa vie aussi. Ce show-là va me permettre même si ce n’est pas de la personnification ou de l’imitation ça va me rapprocher plus du personnage de Johnny. C’est aussi un grand défi, un beau challenge pour moi. Ce n’est pas juste chanter car dans le show, il y a beaucoup d’interactions, de mise en scène donc pour moi c’est vraiment un grand défi. Aussi c’est ma première revue musicale. Je suis le petit jeunot de la gang alors j’apprends beaucoup avec eux.

Lyne : Parlez-moi du spectacle à quoi doit-on s’attendre?

Rita : En fait le spectacle est un hommage à cinq légendes françaises, des artistes qui sont devenues immortels et chacun de nous va couvrir le répertoire d’un artiste en particulier. David (Johnny Hallyday) Julie Massicotte (Dalida) Philippe Berghella (Bécaud), Martin Giroux ( Dassin) et moi Edith Piaf. Le spectacle est extrêmement dynamique très rythmé. La mise en scène de Joel Legendre est rassembleuse évidemment. On reconnait sa touche personnelle. C’est un spectacle très complet.

David : On a eu plein de deuils à faire, sinon on aurait pu faire un show de cinq-six heures. Mais je crois que Joel a eu l’étincelle de choisir les gros hits et de faire un show ou il n’y a aucun temps mort. Comme le dit Rita, c’est un show très dynamique. Les gens n’auront pas le temps de s’ennuyer. Ce sont toutes des chansons que les gens connaissent, ils vont pouvoir chanter avec nous.

Rita : Ce qui est intéressant aussi c’est que ce soit toutes des personnalités différentes. Il y a tout un monde entre le rock de Johnny, la poésie de Gilbert Bécaud, le côté chansonnier de Joe Dassin, le côté dramatique d’Édith Piaf et l’exotisme de Dalida. Un spectacle qui va plaire à tout le monde. Aussi entre-nous on a beaucoup de plaisir, il y a des solos, des duos, des numéros de groupe c’est vraiment un spectacle varié.

David : Ce qui est le fun aussi c’est que nous sommes souvent tout le monde ensemble sur la scène, même si on fait un solo, les voix des autres chantent quand même avec nous. C’est très amical comme show.

Lyne : Est-ce que c’est vous qui avez décidé quel artiste vous alliez représenter ou c’est Joel qui a décidé?

David : Oui, Joel, il a su choisir la bonne personne pour le bon répertoire. Je ne me serais pas vu en Gilbert Bécaud mais en Johnny Hallyday oui. En plus j’y ressemble un peu quand il était jeune, je bouge comme lui sur scène.

Lyne : Y a-t-il une chanson dans le spectacle qui vous a été soumise et que vous ne connaissiez pas?

Rita : Je les connaissais pas mal toutes mais il y avait des chansons que je n’avais jamais interprété. Je pense à Mon Dieu, qui est un monument de chanson, mais en fait Edith Piaf c’est monument par-dessus monument. C’est très exigeant de chanter du Édith Piaf, autant vocalement qu’émotivement parce que c’est toujours intense. Tu ne peux pas le faire à moitié c’est toujours online. Mais j’étais très heureuse de pouvoir faire du Édith Piaf parce que je trouve qu’elle avait une part d’ombre et je l’ai moi aussi cette part d’ombre là et je ne m’en cache pas. Je l’assume à 100% et j’aime ce répertoire là à cause de ça.

David : C’est pareil comme Rita, je les connaissais toutes mais il y en avait que je n’avais jamais chanté. Par exemple Que je t’aime, qui est assez intense. C’est pour ça que c’est un beau défi pour moi, parce qu’il a de grandes chansons Johnny. C’est très vocal ce show-là, c’est un beau show où tout le monde a sa place.

Lyne : Comme c ’est un show de groupe ça doit être moins stressant de ne pas être tout seul sur scène?

Rita : Oui effectivement on partage le plaisir et aussi notre stress ensemble.

Lyne : Comment c’est de se faire diriger par Joel Legendre?

Rita : C’est le fun, moi je l’aime beaucoup car il est très rigoureux et j’aime la rigueur. Il est très précis et très rassembleur et c’est primordial dans un spectacle comme celui-là. C’est un spectacle pas prétentieux, généreux et chaleureux à l’image de Joel. Il voit tout, il prend les bonnes décisions. Juste hier on a été obligé de couper des chansons, il a fallu faire des choix et il a fait les bons. On a beaucoup de plaisir à travailler avec lui. En ce qui me concerne, c’est la première fois et j’adore ça!

David : Moi ce que j’aime de Joel, c’est qu’il est strict mais c’est vraiment le fun de travailler avec. Il n’est pas plate et méchant, s’il y a quelque chose qui ne fait pas, il nous le dit avec douceur. Si on a des questions, il nous écoute, il nous répond et nous explique le pourquoi, et c’est très important.

Lyne : Parlons maintenant de vos carrières respectives

Rita : Parallèlement au spectacle Les Immortels, le spectacle Sous les ponts de Paris continu, l’album du même titre est toujours en vente. J’ai aussi commencé à conceptualiser un deuxième album Sous les ponts de Paris 2 qui sera complètement différent du premier. Plus piano, violon des chansons douces qui vont nous bercer. Également il y aura un premier album de chansons originales qui sortira en 2020. Des chansons dont je travaille dessus depuis deux ans déjà et qui j’espère trouveront leur chemin jusqu’au cœur des gens.

David : Je serai aussi en spectacle le 13 octobre prochain à la salle Albert Rousseau avec Les pionniers –Pionnières ou je partagerai la scène avec Brigitte Boisjoli, Martin Fontaine, Cindy Bédard, Annie Blanchard, Luce Dufault, Laurence Jalbert, Paul Daraîche. Ce show là c’est vraiment cool nous revisitons les grands succès américains, Elvis, Johnny Cash...On se gâte. Je suis aussi entrain de travailler sur un album original en français qui reste toujours dans le thème du Rock and Roll. J’ai bien hâte de voir ce que les gens vont dirent de ça. Quand les gens viennent voir mes shows, ils sortent de là contents mais est-ce qu’ils me connaissent plus personnellement, c’est certain que non. Alors je veux donner plus de mon histoire à moi à travers mes chansons. J’espère sortir ça en 2020 moi aussi.

Lyne : Qu’est-ce que vous aimeriez que je vous souhaite pour l’année qui vient?

Rita : Pour moi, un rêve farfelu ce serait de faire une autre comédie musicale, mais juste d’être heureuse et que ça continu. Parce que dans ce métier-là, je suis bien placé pour le savoir, ça fait quand même 15 ans que je roule ma bosse, il y a des hauts et des bas. C’est drôle parce qu’à 15 ans je rêvais d’être une chanteuse internationale et honnêtement aujourd’hui je ne veux plus ça. Je veux juste chanter, continuer à gagner ma vie comme ça, je ne veux pas être obligé de changer de métier car je suis une grande passionnée.

David : C’est la même chose pour moi, pouvoir continuer à faire ce que je fais et que les gens soient touchés par mes chansons qui seront sur mon premier album.

Lyne : Un grand merci à vous deux, ce fût un réel plaisir.

Rita : Lyne c’est un plaisir partagé

Bilan de mon entrevue

David, tout le monde le connait, tout le monde a été témoin de son talent. En ce qui concerne Rita, on l'a vu dans plusieurs comédies musicales .En 2014 elle a participé à la deuxième édition de La Voix. Moi, je la connait depuis ses débuts et s'il y a une artiste que je trouve qui est méconnue, c'est bien elle. Son talent est exceptionnel, sa voix est incroyable. J'ai rencontré deux jeunes artistes passionnés qui ne demandent qu'à faire leur métier en touchant le coeur des gens. Rita et David bonne continuité xx

Pour savoir où et quand le spectacle Les Immortels s’arrêtera chez-vous

Visitez : https://productionsmartinleclerc.com/spectacles/les-immortels/

Pour suivre la Carrière de Rita Tabbakh

Visitez : https://ritatabbakh.com/

Pour suivre la Carrière de David Thibault

https://productionsmartinleclerc.com/artistes/david-thibault/

Lyne LaRoche




Film Valérie - 01 janvier 2019

Valérie, un film audacieux

Hier soir, le Festival de cinéma de la ville de Québec a présenté la version restaurée par Éléphant du film Valérie. Imaginez, ça fait 50 ans qu’on a eu droit à notre premier film érotique. À l’époque, tout le monde ne parlait que de ça!

Synopsis

Danielle Ouimet campe le rôle d’une orpheline qui s'ennuie dans son couvent. Elle le quitte de manière spectaculaire, se libère, devient danseuse topless puis prostituée. Mais au bout de tout cela, elle rencontre l'amour et revient dans le droit chemin.

Selon l’étoile de ce film Danielle Ouimet, quand le film est sorti ‘’En ce qui concerne les hommes, il n’y avait pas trop de problèmes mis à part qu’ils s’attendaient tous à ce je dise oui à leurs avances. Pour les femmes, elles étaient jalouses, elles avaient peur que je parte avec leur homme!

Lyne : Est-ce que vous saviez dès le départ, qu’il y aurait des scènes de nudité?

Danielle : Oui et non. Dans le film à un certain moment je devais mettre une robe en arrière d’un paravent et Denis m’a dit’’ Ne te cache pas, enfile-là.’’ J’ai dit, quoi? Il m’a dit Si tu n’es pas capable, ce n’est pas grave, on va te trouver un autre rôle dans le film. Je lui ai demandé de me laisser seule que j’allais réfléchir. J’ai décidé de mon avenir cette journée-là. C’est grâce au long métrage de Denis Héroux que ma carrière de comédienne a été lancée.

Lyne : De regarder ces images-là aujourd’hui, vous devez ressentir une certaine fierté car vous étiez et vous êtes encore très belle.

Danielle : Oui, mais tu sais dans ce temps-là, c’était quelque chose de se montrer les seins mais aujourd’hui, il n’y a vraiment rien là. Moi qui pensais que ce film passerait inaperçu après un certain temps, me voilà 50 ans plus tard à être là pour en parler et pour le revoir. Qui aurait dit!

Lyne : Quelle a été la réaction de votre entourage, vos parents?

Danielle : Mes parents ne m’en ont jamais parlé. Je ne savais même s’ils avaient visionné le film, je l’ai su dernièrement par une de mes cousines.

Bilan

Éléphant a décidé de restaurer le film Valérie car il fait partie de notre patrimoine. Ce fût le premier film à déshabillé une petite Québécoise audacieuse et 50 ans plus tard, tout le monde se souvient de la belle Valérie.

Dans la salle pleine à craquer, il y avait des gens de tous âges qui désiraient voir le fameux film. Pour certains, c’était de voir l’évolution qu’il y a eu au niveau des films érotiques. Pour d’autres, c’était de le revoir et de rencontrer la belle Valérie. Mais pour la plupart c’était des hommes qui n’avaient pas l’âge quand le film est sorti et dans le temps, ils avaient entendu leurs pères dirent en cachette avec d’autres hommes ‘’J’ai vu le film Valérie hier, j’te dis qu’elle a de maudits beaux nichons’’

Pour une certaine génération, la belle Valérie aura été leur fantasme et avec raison. Souvenons-nous qu’à cette époque les seules fois ou on pouvait voir des photos sexy c’était dans le catalogue chez SEARS. Aujourd’hui, on est rendu beaucoup plus loin que ça!

Éléphant

Dans sa mémoire, ELÉPHANT : Mémoire du cinéma immortalise 40 millions d’images de l’histoire du Québec, trois quarts de siècle de notre vie, de nos habitudes, de nos costumes, de notre architecture et de nos paysages. Des images en mouvement. Un incontournable album de famille disponible en tout temps. Cet album, vous pouvez l’ouvrir dans le nuage Illico, sur ITunes partout au Canada et dans tous les pays du monde où le français ou l’anglais est la langue officielle.

Lyne LaRoche




Une nuit sous les ponts de Paris - 01 janvier 2019

Une nuit sous les ponts de Paris

Une nuit sous les ponts de Paris…

Hier soir, j’ai assisté à la première du spectacle Une nuit sous les ponts de Paris. Le spectacle rend hommage aux légendes de la chanson française. Installée au Capitole de Québec du 27 au 29 septembre, la revue musicale vous fera voyager dans vos souvenirs.

Dès la levée du rideau, nous sommes transportés directement sous le pont de Paris dans un petit café ou la musique, la danse et les chansons nous font vivre un voyage inoubliable. Plus de 18 artistes livrent des performances incroyables. L’accordéon étant un instrument très lié à la culture française viendra mettre l’ambiance dans les mains de Viviane Arnoux l’accordéoniste de Hugues Aufray depuis 17 ans. Native de Saint-Georges la talentueuse violoniste Marjorie Bourque, fait résonner son violon sur les chansons de Bécaud, Fugain, Lama, Dalida, Aznavour, Mireille Mathieu, Nana Mouskouri, Johnny Halliday, Sardou, Claude François, Adamo, Alain Barrière, etc.

Les chorégraphies sont ingénieuses, la mise en scène et les décors sont à couper le souffle. On a même eu droit à une danseuse de ballet qui a suscité une pluie d’applaudissement. Les voix des chanteurs se marient à merveille. Les costumes nous rappellent que nous ne sommes plus à Québec mais bien dans un café de Paris sans avoir été obligé d’attendre à l’aéroport.

On entend les grands succès qui ont bercé notre enfance dont Sous le ciel de Paris, Do You Do You St-Tropez, Acropolis Adieu, Aline, Laisse-moi t’aimer, Avec le temps, Une femme avec toi, Les plaisirs démodés, Que je t’aime, Le téléphone pleur, Tu t’en vas, La maladie d’amour. La bohème, Les p’tite femmes de Pigalle, Valentine, Soleil Soleil et Il venait d’avoir 18 ans.

Bilan

Une nuit sous les ponts de Paris c’est un beau voyage à travers 75 ans d’histoire. 100 costumes, 40 chansons des chanteurs aux voix sublimes, des danseurs de grands talents qui nous font revivre la belle époque de la chanson française

Lyne LaRoche




Julien Lacroix - 01 janvier 2019

Julien Lacroix

Jusqu’ici tout va bien… Puis bang !

L’humoriste Julien Lacroix présentait hier soir son premier spectacle solo, Jusqu’ici tout va bien, à la salle Albert Rousseau. C’est dans une salle comble qu’il a livré un spectacle à la hauteur de toutes les attentes.

Même s’il n’a pas fait l’école de l’humour Julien n’a vraiment pas chômé cette année. En plus de rôder son show pendant plus d’un an, il a fait de la radio, des capsules web, des séries télé et web et il a même présenter son premier film Mon ami Walid.

Avec Jusqu’ici tout va bien, son côté baveux lui sert bien surtout quand il interagie avec son public. Ses propos souvent rébarbatifs et ses manières impolies contribuent grandement à démystifier l’humour avec un grand H. On l’écoute et on ne sait pas trop quand il va fesser. Il a le don de nous embarquer dans son univers et bang! on recoit un coup de poing en plein visage. C’est sa force on ne voit pas venir les coups. Qu’on se le dise, il est extrêmement drôle. Il nous en met plein les yeux et les oreilles.

L’humoriste n’épargne personne tout le monde y passe et c’est diablement efficace.

Malgré son show rôdé au quart de tour, l’hyperactif se permet une quinzaine de minutes d’impro et il est fort, très fort. Il arrive facilement à nous faire oublier ses allures de jeune flo. La seule chose qu’on pourrait lui reprocher, c’est qu’il crie beaucoup mais bon, c’est sûrement dû à mon âge si j’en parle car les jeunes semblaient appréciés énormément.

Somme toute, et pour résumer c’est mission accomplie pour Julien Lacroix. En nous confrontant il atteint la cible qu’il voulait       ‘’FAIRE RIRE et RIRE DE TOUT’’

Première partie

La tâche de réchauffer la salle avait été confiée à Mathieu Pepper et croyez-moi, il a réussi haut la main. Il est comme un poisson dans l’eau sur la scène. Le sympathique et attachant gaillard a un talent inné pour faire rire. Surveillez son premier one man show !

Pour plus d’informations

www.julienlacroix.ca

www.mathieupepper.com

Lyne LaRoche




Claude Saucier - 01 janvier 2019

Entrevue avec Claude Saucier

C’est au restaurant Il Teatro du Capitole de Québec que j’avais rendez-vous avec Monsieur Claude Saucier afin de parler de son nouveau projet    C’est si bonde danser.

Je débuterai en vous disant :

Qui ne connait pas Claude Saucier? Qui ne connait pas cette voix unique qui depuis presque 50 ans nous parle à la radio. À la barre de l’émission C’est si bon depuis presque bientôt 10 ans sur les ondes de ICI Musique, il fracasse des records d’auditoire partout. Pas surprenant, car il est une bible concernant l’histoire de la musique des années 30 à 70. D’un calme incroyable, il est en même temps très volubile, il ratisse large. Il a la faculté de nous présenter la musique sous une toute autre forme. À la fin de chaque émission, on a l’impression d’en connaitre davantage au sujet des plus beaux airs.

Claude Saucier en a fait un métier mais avant tout une passion.

Lyne : Nous allons parler de ce projet mais avant tout dites-moi comment on fait pour perdurer si longtemps dans ce métier?

Claude : Si j’avais une recette, j’écrirais un livre, j’en vendrais sûrement des millions. Je pense que je suis chanceux mais je suis aussi travaillant et persévérant et j’ai un peu de talent. À travers tout ce que j’ai fait, des fois je pensais que c’était fini et tout d’un coup, ça rebondissait. C’est le cas de C’est si bon. Quand c’est arrivé il y a bientôt 10 ans, j’étais sur le bord de prendre ma retraite. Il y avait un vent de changement à Radio Canada, il misait beaucoup sur les jeunes et ce n’était pas grave pour moi. J’avais 60 ans, il était temps que je laisse ma place. Et j’ai entendu le bruit qui disait qu’il cherchait des nouvelles émissions qui s’ouvraient à l’hypothèse de diffuser les classiques des années 30-40 en anglais dans une chaine francophone, c’était assez spéciales. Alors, je me suis dit, je peux, peut-être leur offrir quelque chose. Comme les conditions économiques étaient sévères à cette époque, je leur ai proposé un clé en main. C’est-à-dire, faire toute l’émission, faire les feuilles de route, préparer les enchainements, faire la recherche, tout ce dont j’avais besoin c’était d’un réalisateur pour chapeauter l’ensemble. Je leur ai proposé ça, je pensais que j’aurais des nouvelles dans un an qu’il me dirait non et que je m’en irais chez-nous. Deux mois plus tard, ils m’ont dit : Ton projet on le veut dans trois semaines. Alors, trois semaines plus tard, j’étais à l’œuvre. Évidemment je l’ai développé, peaufiné et amélioré. J’étais bien loin de penser que l’émission durerait 10 ans encore bien moins loin de penser quelle serait numéro 1 partout le samedi après-midi à 16 heures et ça fait cinq ans que c’est comme ça.

« Je suis dans un plat de bonbon »

Lyne : Comment vous est venu l’idée de sortir de votre studio et d’aller à la rencontre de votre public?

Claude : Ca faisait quelques années que les auditeurs me disaient, faites un spectacle, faites nous danser. On danse dans nos cuisines. Radio Canada n’est pas un producteur de spectacles alors je ne savais pas comment m’y prendre. L’an dernier, nous sommes venus au Château Frontenac. Il y a une organisation commerciale qui a favorisé le fait que nous venions passer une soirée avec l’orchestre de Roland Martel et ça fait les nouvelles partout. Il y a un producteur à Montréal Martin Leclerc qui a entendu ça et il a été intéressé. Il a proposé à Radio Canada de le produire. Radio Canada a dit : On va mettre une valeur ajoutée on va danser. C’est un méchant défi, il a fallu tout d’abord trouver l’endroit pour mettre une piste de danse et qu’il y est assez de place pour qu’il puisse y rentrer assez de monde pour que ce soit rentable. Et il a trouvé à Québec, le Capitole, le Casino de Montréal, Le Granada, Le Casino du Lac Leamy, Le Dix 30 …et j’en ai pour un an à me promener… j’irai dans 12 salles. Ici au Capitole on a même une supplémentaire qui s’est ajoutée le 24 avril

.

Lyne : La première se fait ici à Québec?

Claude; Absolument le 13 octobre, je suis un petit peu sur les nerfs. Tu sais c’est une grosse affaire, il y aura 18 musiciens le top de la crème des musiciens de Jazz, on a engagé des petits débutants comme chanteurs soit Marc Hervieux et Kim Richardson. Ils ont dit oui, je n’en reviens pas, c’est extraordinaire. Comme je suis le directeur artistique, Joel Legendre et moi avons parlé des heures de musiques. Je lui ai montré ma liste de chansons pour le spectacle. Tout le monde a accepté mes choix. Joel a tout brassé ça et il a fait la mise en scène du spectacle. Je ne voulais pas que ce soit spectaculaire mais que ça me ressemble. Tous les ingrédients sont là, on commence le 13 à Québec.

Lyne : Est-ce que vous êtes fébrile plus le temps avance?

Claude : Je me couche le soir et j’y pense. Ça fait 50 ans que je fais ce métier-là mais je n’ai jamais été sur une scène comme animateur. C’est décidé, je vais faire un monologue d’ouverture c’est clair pour commencer la soirée. Alors tout ça m’énerve un peu. J’ai l’impression d’avoir gagné un prix que Loto Québec ne peut pas donner. J’en reviens juste pas moi-même à mon âge. Mes jeunes camarades à Montréal veulent tous être là, je n’ai pas besoin de te dire qu’ils me taquinent.

Lyne : Comment on se prépare pour C’est si bon …de danser?

Claude : Depuis janvier, j’ai travaillé comme un vrai fou. Je regarde mes textes pour les mémoriser, je vais aller aux répétitions la première semaine d’octobre, je vais aux réunions. C’est beaucoup de détails à s’occuper mais je suis heureux.

Lyne : Qu’est-ce que je peux vous souhaiter pour l’avenir?

Claude : J’ai déjà tout eu.

Lyne: Un gros merci pour cette belle rencontre, c’est un honneur pour moi de vous avoir rencontré

Claude : Moi aussi Lyne

Le spectacle C’est si bon de danser sera présenté au Capitole de Québec le 13 octobre prochain et une supplémentaire est ajoutée le 24 avril 2020

Pour savoir si Claude Saucier passera près de chez-vous pour vous faire danser

Visitez :

https://productionsmartinleclerc.com/spectacles/cest-si-bon-de-danser/

www.lecapitole.com

Vous pouvez l’entendre tous les samedis et dimanche dès 16 heures sur ICCI Musique

Lyne LaRoche




Les Immortels - 01 janvier 2019

Du plaisir et de l’émotion

Un beau voyage dans le temps

 

Hier soir, était présentée à la salle Albert Rousseau la première de la revue musicale Les Immortels. C’est dans une salle comble que les artistes Rita Tabbakh, Philippe Berghella, Martin Giroux, Julie Massicotte et David Thibault ont rendu un vibrant hommage à cinq légendes de la chanson française soit Piaf, Bécaud, Dassin, Dalida et Hallyday.

Entourés de cinq musiciens, ils ont interprété les grands succès de la chanson française qui ont fait l’histoire et qui ont marqués le public des deux côtés de l’Atlantique depuis des lustres.

La beauté et la voix de Rita Tabbach a donné la chair de poule à tout le monde. Quand elle chantait on ne pouvait pas faire autrement que d’avoir les yeux rivés sur elle. Ses interprétations de Mon Dieu, L’hymne à l’amour et de Non je ne regrette rien étaient à la fois intenses, intelligentes et sensibles.

Philippe Berghella a su donner à Gilbert Bécaud ses airs de noblesse avec ses interprétations. Reconnu pour sa magnifique voix, il a su séduire le public avec Et maintenant, Je reviens te chercher et L’amour est mort.

Grâce à Martin Giroux qui a plongé dans l’univers de Dassin, ses classiques ont soigneusement étés interprété. Il a conquis tout le monde avec Dans les yeux d’Émilie, Si tu t’appelles Mélancolie et Les plus belles années de ma vie.

Julie Massicotte a interprété avec justesse et passion Il venait d’avoir 18 ans, Gigi L’amoroso et un Besame Mucho très entrainant. Du Dalida comme on l’aime.

Et le petit jeunot de l’équipe David Thibaut a salué avec brio la mémoire de Johnny Hallyday avec Le pénitencier, Noir c’est noir et Que je t’aime.

Grâce à la mise en scène très efficace de Joel Legendre, les chansons n’ont pas seulement été livrées sur un plateau d’argent, elle a fait en sorte que les cinq disparus se rencontrent. Que ce soit en solo, en duo, en trio ou en groupe, les cinq artistes ont livré des performances incroyables. Ils nous ont  littéralement fait vibrer sachant nous transmettre l’émotion brute de ces belles mélodies qui ont bercées notre vie.

Un de mes grand coup de cœur fût le pot-pourri ou on a pu entendre Sous le ciel de Paris, Quand il est mort le poète, Les champs Élysées, Milord, Souvenirs, souvenirs, L’été indien, L’important c’est la rose, Le temps des fleurs … l’assistance complète est devenue une immense chorale.

Bilan

Les fans de la chanson française ont assurément reçu leur dose ce soir grâce aux talents exceptionnels de Rita, Philippe, Martin, Julie et David.

Les Immortels, un incontournable!

Le spectacle sera présenté un peu partout

Pour plus d’informations visitez

https://productionsmartinleclerc.com/spectacles/les-immortels/

Lyne LaRoche




Entrevue avec Jonathan Painchaud - 01 janvier 2019

Entrevue avec Jonathan Painchaud

C’est au restaurant Tapas et Liège sur Maguire que j’avais rendez-vous avec Jonathan Painchaud afin de parler de son nouvel album 45 TOURS. C’est en sirotant un bon thé que nous avons parlé de toutes les belles choses qui lui arrivent.

Lyne : Allo Jo, est-ce que je me trompe en disant que tu es vraiment sur ton X. 25 ans de carrière, 45 ans d’âge, la sortie d’un nouvel album regroupant plusieurs de tes grands succès incluant deux nouvelles compositions, une tournée avec SaleBarbes qui fracasse des records, coup donc, comment vas-tu?

Jonathan : C’est un Momentum, c’est le fun. Tu sais, une carrière c’est comme une balançoire y a des bouts on va de l’avant, y a des bouts où on va de l’arrière, y a des bouts qu’on n’a pas d’élan du tout. J’ai appris avec les années à apprécier quand ça repart vers l’avant. C’est étourdissant, ça met du vent dans les cheveux mais c’est vraiment le fun. Il y a eu des périodes dans ma vie où j’étais un peu moins à même d’apprécier ces moments-là. Les premières fois quand ça part, tu penses que ça va rester dans les airs tout le temps mais avec le temps t’apprend assez vite qu’il faut que tu apprennes à gérer les hauts et les bas de ce métier-là. De faire aussi attention aux gens qui t’entourent, les gens qui te donnent des claques dans le dos parce que c’est eux qui vont te redonner ces poussées là quand tu vas redescendre. Aujourd’hui, c’est un beau moment à vivre et je suis mieux équipé que quand j’étais plus jeune pour apprécier tout ça.

Lyne : Comment t’es venu l’idée de faire une compilation de tes succès toute en douceur, juste à trois guitares?

Jo : On savait qu’on voulait faire une compilation de reprises mais on ne savait pas trop comment. Il y a un bar mythique à Montréal qui s’appelle Le vert Bouteille. Moi c’est mon bar de quartier, j’habitais à quatre portes de là.

D’un petit bar de quartier il est passé à la place où tout le monde qui est quelqu’un de connu a monté son show là parce qu’il y a une clientèle de qualité, ce sont de vrais amateurs de musique. Il y a une magie qui s’opère là. La propriétaire qui était là toutes les années où je fréquentais le bar a vendu à ses employés. Donc pour son party de départ, Daniel Boucher, Antoine Gratton et moi sommes allé jouer pour elle. Personne ne savait que tout ça allait arriver. Il n’y avait que huit personnes dans l’bar, ça n’avait pas été annoncé nulle part. Imagine, elle est revenue d’un souper avec 5-6 de ses amis, ils lui avaient bandés les yeux et nous étions là pour faire de la musique. Et c’est à ce moment-là, que les gens de ma compagnie de disque pour la première fois curieusement ont entendus mes tounes juste à la guitare. Ce n’était pas la première fois qu’ils les entendaient mais d’habitude c’est toujours avec un band. Moi, j’avais l’impression d’être dans mon salon, complètement dénudé. Dans ces moments- là les gens ne prêtent pas l’oreille de la même façon. C’est eux qui me sont arrivés avec l’idée de ce serait le fun de faire une compilation qui ressemble à ce que nous venons d’entendre. C’est de cette façon qu’on a attaqué le projet.

Lyne : Parles-moi des deux nouvelles chansons que tu as écrites?

Jo : Ce sont des chansons que j’ai lancé en cours d’année en sachant pas trop quelle vie elles allaient prendre. Quand le projet de faire une compilation des débuts de ma carrière à aujourd’hui a été du concret, j’ai décidé de les mettre car c’est ce que je fais aujourd’hui dans le présent.

T’es tout ce que j’attendais, c’est une chanson qui allait très bien avec mes autres tounes, elle est assez épurée, il y a un peu de violon et c’est tout. Mais Instagram Queen détonait un peu avec les autres, car elle est plus rock. On a donc décidé de la reprendre dans la même formule que les autres et d’en faire une chanson un peu plus feu de camp. Curieusement, c’est de cette chanson que je me fais le plus parlé ça me touche beaucoup. Je m’attendais à me faire parler beaucoup des chansons Okoumé puis j’chus content car elles sont particulièrement réussies. C’est le fun de reprendre des chansons qu’on a écrit à 20-21 ans. C’est certain qu’à 45 ans on n’a plus les mêmes propos, on n’a pas tout à fait la même façon de raconter les choses, on ne les vit pas non plus de la même façon. Le répertoire d’Okoumé c’est ben plus ‘’ On n’est pas pressé sur rien, on prend ça cool, on ne veut pas prouver rien non plus’’

Lyne : Auras-tu du temps pour partir en tournée avec ce nouvel album?

Jo : Honnêtement, je vais faire quelques shows dans la couronne de Montréal car je vais en faire plusieurs avec SaleBarbes. J’ai aussi des obligations familiales, c’est important que je m’occupe de ma fille. Je ne veux pas partir une semaine en tournée. Mais c’est certain qu’on va tricoter quelque chose pour revenir faire un tour à Québec car c’est ici que tout a commencé. C’est un incontournable Québec. Disons que dans l’immédiat je ne peux pas encore te donner une date

Lyne: SaleBarbes ça vous a vraiment pris par surprise?

Jo : C’est n’importe quoi. Ce sont des gars qui se sont faite une équipe de garage pis on les repêche dans la ligue nationale. Lyne je vais te dire que dans le succès, il y a toujours un 50% d’inconnu puis un 50% de chance et de teaming. T’as ben beau écrire les meilleures tounes, avoir du budget, avoir beaucoup de stratégie, si le teaming n’est pas là, il n’y a rien que tu peux faire pour ça. Nous sommes arrivés avec une proposition pour SaleBarbes qui est simple qui est facile à comprendre et qui n’existe pas. Nous avons ramassé une niche qui était non exploitée et je peux te dire qu’il n’y a rien qui vient d’une équipe de marketing là-dedans. Nous sommes juste 5 gars qui veulent avoir du fun. Nous jouons à être un band, nous jouons avec des instruments qui ne sont pas les nôtres, donc on ne peut pas épater la galerie avec nos performances. SaleBarbes c’est donner la permission au public et à nous –même d’être juste dans le bonheur. Il y a comme un laisser- aller dans la musique Acadienne qui permet de nous amuser.

Lyne : Si j’avais à souhaiter quelque chose à Jonathan Painchaud ce serait quoi

Jo : Que les gens continuent à adopter mes chansons encore longtemps. Et que les beaux moments que je vis en ce moment ne s’arrêtent pas.

Jonathan Painchaud est parmi les auteurs-compositeurs-interprètes les plus talentueux de sa génération.  Son nouvel album 45 Tours dans lequel figurent ses plus grands succès réédités en version acoustique, ainsi que ses extraits les plus récents est un vrai petit bijou.

45 Tours est en vente dès maintenant

Vous pouvez le suivre au www.jonathanpainchaud.com pour connaitre les dates de ces spectacles personnels mais aussi avec SaleBarbes

LyneLaRoche

 




Entrevue Richard Abel - 01 janvier 2019

Rendez-vous manqué avec Richard Abel

Entrevue téléphonique s’impose

La semaine dernière le virtuose Richard Abel était de passage à Québec pour faire la promotion de son nouvel album. Je ne pouvais pas aller à sa rencontre, par contre, il n’était pas question pour moi de mettre cette entrevue sur la glace. On m’avait toujours dit que le virtuose était un des artistes les plus sympathiques et drôles de la colonie artistique. Alors nous avons décidé de faire cette entrevue au téléphone. Je peux vous dire que je n’ai pas été déçue et que les rumeurs qui circulent à son égard, sont vraies.

Quand il reviendra faire un petit tour à Québec, c’est certain que j’irai à sa rencontre. Je déplore aussi le fait qu’on ne le voit pas plus souvent à la télé. Pourtant le public l’aime et le suit depuis des années.

Lyne : Tout d’abord, presque 40 ans de carrière, un peu plus d’un million d’albums vendus, tu as presque fait le tour de la boule, ta musique n’a pas de frontière, Richard quand tu es seul et que tu penses à ta carrière, tu dois être fier pas à peu près?

Richard : Oui ça m’aide à accepter le fait que la musique instrumentale soit trop souvent snobée et mise de côté. Ça m’aide à avoir la motivation pour continuer. Quelque minute avant qu’on ne se parle, j’étais justement entrain de dealer quelque chose avec l’Inde. J’y suis aller trois fois et les gens veulent que j’y retourne.

Lyne : Comment t’es venu l’idée de faire un album hommage aux grands?

Richard : En fait, tout a commencé quand on a écrit ma biographie. Ça m’a obligé à faire un super grand ménage et du triage dans toutes les photos que j’avais. J’avais plusieurs boîtes, j’avais déjà commencé à le faire mais au bout de deux trois heures je me décourageais. Pour la biographie, je n’avais pas le choix de le faire. Après que tout soit fait, ça m’a donné le courage de le faire avec mes feuilles de musique.

J’ai trois classeurs de quatre tiroirs pleins de feuilles de musique. Je ne m’y retrouvais plus alors j’ai décidé de les classer par le nom des artistes et c’est comme ça que m’est venue l’idée. Je regardais les chansons de Aznavour et je me disais ‘’Faudrait bien que je lui rendre un petit hommage, Mireille Mathieu pareille…J’ai commencé à mettre des pièces de côté puis je me suis dit ‘’Pourquoi ne ferais-je pas un album hommage à ces grands artistes-là’’ Je voulais y aller avec des valeurs sûres car aujourd’hui on vend de moins en moins de CD. Dans les nouvelles plusieurs n’ont même plus de lecteur CD. J’en ai parlé avec mon équipe et ils ont trouvé que mon idée était bonne.

Lyne : Tu devais avoir du stock pour faire plus d’un album, ça t’a sûrement obligé à mettre plusieurs chansons que tu aimais de côté?

Richard : Oui, on m’a reproché de ne pas avoir mis Ginette sur cet album mais il y avait déjà 12 titres plus un medley, je ne pouvais pas en mettre plus. Mais dans mon spectacle je joue du Ginette Reno.

Il faut le voir en spectacle pour pouvoir l’apprécier encore plus

Lyne : Tu vas sûrement partir en tournée avec cet album-là?

Richard : Oui nous sommes en train de regarder tout ça, car nous voulons faire quelque chose de spécial en 2020 pour mon 40è anniversaire. On se pose des questions à savoir si nous ferons un album 40è ou si nous allons continuer à faire la promotion cette album-là On débroussaille ça en ce moment. Nous sommes déjà en négociation avec un grand producteur, c’est certain qu’il va y avoir un bel événement.

Lyne : Pour avoir assister à quelques-uns de tes spectacles on peut dire que c’est du grand Richard Abel. Tu déploie tes ailes pas juste un peu, tu chantes, tu es drôle et surtout tu es proche de ton public.

Richard : Bien merci, l’humour a toujours été très important il m’a souvent aidé dans la vie.

Une émission à Télémag Vivre jeune en musique et en santé

Le sujet de la première émission l’Alzheimer et de démence

Lyne : Tout à l’heure tu m’as parlé de l’Inde as-tu d’autres projets?

Richard : Je ne sais pas si tu en as entendu parler mais j’étais à Québec pour faire la promotion de mon album et il y a eu un revirement de situation. Je t’annonce que pour la première fois en carrière, je vais animer une émission à Québec à TéléMag.

Lyne : Comment ce nouveau défi est arrivé dans ta vie?

Richard : Il y a à peu près 4 ou 5 ans j’ai fait 51 émissions avec sœur Angèle sur le réseau TVA à l’émission La victoire de l’amour. Moi, je m’occupais du volet musique et eux s’occupait du volet religion. L’année passée Éric Fortier le directeur de Télémag m’a approché. Il voulait faire deux émissions spéciales d’une demi-heure sur moi. Il trouvait que j’avais un bon parcours et il voulait faire quelque chose de bien. Quand on s’est rencontré, pour ce meating- là, j’étais avec un de mes amis qui est docteur en biologie Éric Simard. C’est un spécialiste en vieillissement, c’est un grand chercheur. Il travaille en collaboration avec l’Université de Concordia. Ils ont trouvé plusieurs molécules dont deux qui ralentissent le vieillissement. Il a fait des entrevues dans tous les journaux et à la télévision.

Donc, j’avais rendez-vous avec Éric et je lui ai dit’’ Je suis avec un de mes amis qui est biologiste, il est ici pour faire une conférence. Vous en profiterez pour poser vos questions. Alors nous nous sommes rencontrés au Parmesan et tout le monde a commencé à lui poser des questions. Du style’’ Qu’est-ce qu’il y a dans la viande rouge qui n’est pas bon? Mon père fait de la goutte pourquoi ça s’appelle comme ça? C’est quoi au juste le diabète? En bref, nous sommes passé près de deux heures à lui poser des questions. Moi aussi je lui en posais car tu sais quand j’étais jeune, j’étudiais pour devenir médecin. Alors tu comprends bien que j’avais un réel plaisir à discuter avec lui. Alors, Éric a eu un flash et il m’a dit’’ Richard tu as fait 51 émissions de télévision ou tu t’occupais de la musique et les autres de la religion alors pourquoi on ne ferait pas pareil? Au lieu de parler de religion on va parler santé. Télémag ne fera pas deux émissions sur toi on va en faire 14. Tu seras l’animateur et Éric Simard sera ton co- animateur. Vous allez parler de musique et de santé. Je vous regarde aller et je trouve cela très intéressant. On fait ça!

En ce moment j’ai 4 émissions pilote d’enregistrées qui vont être diffusées à la mi-octobre. Ça va s’appeler Vivre jeune en musique et en santé. C’est une émission qui se veut sympathique et comme je suis spontané alors cette émission va me ressembler. Il y aura deux blocs ou on va parler santé et il y aura deux blocs musicaux. Le sujet de la première émission sera l’Alzheimer et de démence. Ça touche beaucoup de gens.

Lyne : Si tu avais un autre rêve à réaliser ce serait quoi?

Richard : Mes rêves étaient de toucher à d’autres sphères comme animer une émission ou jouer dans un téléroman et vois-tu s’est arrivé!

Lyne : Si j’avais quelque chose à te souhaiter pour l’avenir?

Richard : Quand je pense à ma nouvelle émission de télévision, je peux te dire que la santé n’est pas acquise. Alors ce serait d’avoir la santé pour pouvoir poursuivre mes rêves et mes ambitions et continuer d’aller à la rencontre des gens, de mon public que j’aime profondément.

Lyne : Un gros merci pour ta disponibilité et je te souhaite le mot de Cambronne pour tous tes nouveaux projets

BILAN

L’album Hommage aux plus grands artistes de tous les temps est en vente dès maintenant. Un album réunissant des titres comme La Bohème, Love me tender, Fernando, Tellement j’ai d’amour pour toi, Hallelujah, Acropolis, Tico, Tico…et plus encore!

Un petit secret

Si vous désirez chanter et être accompagné par le seul, le vrai et l’unique Richard Abel c’est l‘album qu’il faut vous procurer. Aussi, un beau cadeau à offrir.

Richard sera à la barre de l’émission Vivre jeune en musique et en santé à Télémag . L’émission sera diffusée six fois par semaine et en rediffusion en janvier 2020.

Le sujet pour la première émission l’Alzheimer et de démence.

Pour savoir quand l’émission sera diffusée visitez www.tele-mag.tv

Pour connaitre tout sur Richard Abel visitez son site www.richardabel.ca

Vous pouvez aussi suivre sur sa page Facebook https://www.facebook.com/richard.abel.543

Lyne LaRoche




PIONNIÈRES PIONNIERS - 01 janvier 2019

Pionnières & Pionniers

Un spectacle country… haut de gamme

Spécialement conçu pour le Festival Western de St-Tite, le spectacle PIONNIÈRES PIONNIERS était présenté dimanche soir dernier à la salle Albert Rousseau. Les amoureux de la musique country s’étaient donné rendez-vous afin d’entendent les hits des années 50-60 et 70.

Chapeauté par la pétillante Brigitte Boisjoli et le fougueux Martin Fontaine, le spectacle d’une durée de plus de deux heures avec entracte a fait le bonheur de millier de spectateurs.   Entourés de cinq musiciens, les neuf artistes ont uni leur talent afin d’honorer et de faire revivre les pionnières et les pionniers qui ont chanté cette musique qui se veut rassembleuse.

Grâce à leur indéniable talent Laurence Jalbert, Luce Dufault, Cindy Bédard, Annie Blanchard, Paul Daraiche, Tommy Charles, David Thibault sans oublier Brigitte et Martin ont livré plus une trentaine de chansons qui ont marqué le cœur du public.

Tout d’abord, l’énergique et passionnée Brigitte Boisjoli a remercié le public pour s’être déplacé en si grand nombre et a lancé ‘’ Si vous êtes ici c’est que vous aimez le country, sinon la soirée va être longue en maudit’’

Toujours avec son brin de folie, elle a mis une ambiance de party comme elle seule peut le faire.

Tout au long de la soirée ce fût un feu roulant que ce soit en solo, en duo, en trio ou en groupe les artistes ont plongé dans nos souvenirs nous rappelant nos origines musicales. Ils nous ont prouvé encore que la musique country est toujours bien présente dans nos vies, car c’est la musique du cœur et elle fait du bien.

Les filles ont partagé la scène et uni leur voix rendant un vibrant hommage aux reines de la chanson country dont Renée Martel, Julie Daraîche, Marie King, Loretta Lynn, Connie Francis, Tammy Wynette, Patsy Cline, Dolly Parton, Wanda Jackson, Brenda Lee.

Les gars nous en ont mis plein la vue car ils ont revisité quelques classiques du rock and roll dont Elvis Presley, Johnny Cash, Jerry Lee Lewis, Carl Perkins et Roy Orbison.

Arborant son traditionnel chapeau de cowboy, le charismatique Paul Daraîche nous a offert un medley en français que les gens ont beaucoup apprécié.  

Pour la finale, tout le monde s’est rassemblé autour de Paul pour interpréter Que la lune est belle ce soir de la famille Daraîche, c'était très émouvant.

Littéralement conquis,le public a conclu la soirée avec un tonnerre d'applaudissements et une longue ovation bien méritée.

Bilan

Le country, c’est la musique qui demeurera pour toujours dans notre mémoire collective. 

PIONNIÈRES ET PIONNIERS

C’est un spectacle rassembleur, où l’on chante, on danse, où on a juste du gros fun !

Un spectacle à voir absolument!

Pour plus d’informations visitez

 https://productionsmartinleclerc.com/spectacles/pionnieres-et-pionniers/

Lyne LaRoche




Simon Gouache - 01 janvier 2019

Une belle soirée avec Simon Gouache

Il voulait créer un effet Wow! C’est réussi!

L’humoriste n’a jamais fait de première médiatique pour son premier one man show. Il n’avait aucune grosse machine en arrière de lui, son but c’était juste se faire connaitre. Il a opté pour le bouche-à-oreille, et il avait bien raison, car il a vendu plus de 50 000 billets.

Il nous revient avec son deuxième spectacle solo Une belle soirée qu’il présentait hier soir pour la première fois ici à Québec à la salle Octave Crémazie du Grand Théâtre.

C’est dans une salle remplie de gens de tous âges que l’humoriste a partagé ses réflexions, ses questionnements, et des nouveaux défis qui l’attendaient autant dans sa vie personnelle que professionnelle,

En ouverture de la soirée, il a demandé au public qui l’avait déjà vu sur scène et il s’est empressé de dire ‘’ Vous avez bien fait de venir, car c’est la seule place que je fais bonne impression’’ Ceux qui le connaisse s’entende pour dire qu’il est souvent dans son monde, qu’il n’a pas l’air sympathique du tout. Pourtant avec sa belle binette et son sourire éclatant, il sait comment amener son public à la place ou il  veut qu’il soit.

Il ne réinvente pas l’humour, mais ces sujets et la façon qu’il nous les livre prouve hors de tout doute qu’il maitrise à la perfection son art. Il se moque de l’absurdité avec séduction et ça marche. Même s’il est caféinomane, sur scène, il se promène lentement tout en racontant une anecdote ou juste en faisant une réflexion et bang, c’est un punch qui arrive. Les gens rient presque à tous les coups. Il nous parle de son statut de mon oncle avec ses deux petites nièces, de la relation que son père a avec les téléphones intelligents et internet, de son anxiété qu’il réussit à maitriser, de la trentaine et de la relation qu’il a avec sa mère ‘’J’ai 34 ans et quand il y a quelque chose qui m’arrive, j’appelle ma mère, comme si elle était capable de tout régler’’. Il pense à sa vie tout haut en se demandant qui il est et qui il veut devenir.

Pour terminer la soirée, il dit avoir trouvé la femme de sa vie et qu’elle vient du Saguenay ‘’Quand je l’ai vu la première fois, j’ai su que c’était la bonne. Il y a juste un hic, c’est quand nous faisons l’amour…’’ Bon, en ce qui me concerne, il n’est pas question que je vous raconte la suite. Vous devrez allez voir son show qu’il promènera un peu partout.

Bilan : Tout le monde se reconnait dans ses anecdotes et dans ses réflexions. Il est un bon raconteur et un grand observateur. Dans sa façon de parler et de gesticuler, il atteint sa cible, il déclenche les rires à tout coup. Simon Gouache voulait se faire connaitre, c’est réussi. Il voulait faire rire, c’est réussi, il voulait que les gens passent Une belle soirée, c’est réussi !

Il peut maintenant aller prendre un bon café!

Des supplémentaires du spectacle auront lieu les 30 novembre et 16 janvier, à la salle Albert-Rousseau.

Pour suivre Simon Gouache visitez www.simongouache.com

Lyne LaRoche




Une croisière qui a du chien - 01 janvier 2019

Une croisière qui a du chien sur le Louis-Joliet

Un Noel du campeur…pas comme les autres

En collaboration avec la boutique Chien Mondain, le bateau Louis Jolliet s’est fait l’hôte d’une croisière bien appréciée des gens qui ont à cœur la beauté et le bien-être de leur animal de compagnie.

Certains diront Inusité et ils auront bien raison.

Je vous avouerai bien franchement, quand j’ai reçu l’invitation, j’ai accepté tout de suite car j’étais curieuse. Étant moi-même parent-chien de Maggysue une petite chienne croisée bichon maltais-Yorkshire et d’un petit matou du nom de Monsieur Arthur et bien vous comprendrez que ça m’intéressait d’assister à ce spectacle.

Dès notre arrivée, les maitres et leur compagnon à quatre pattes étaient déjà en mode séduction. Plusieurs avaient enfilés leur petit manteau, d’autres arboraient fièrement leurs petites boucles de ruban. Il y en avait même qui était confortablement installé dans leur carrosse.

Tous les passagers à deux pattes ont eu droit à une panoplie de canapés préparés par le chef du bateau et deux verres de bulles. Pour les invités à quatre pattes, ils ont eu droit à un foulard et des grignotines de luxe avec l’inscription AML.

Quand le bateau a commencé doucement à voguer sur l’eau, le défilé de mode canine a commencé. Que ce soit, la chemise à carreau qui est très tendance cette année, la robe de Noel avec ou sans traine, la couverte de couleur vive, les bijoux et les accessoires haut de gamme, il y en avait vraiment pour tous les goûts. Les petits poilus se sont pavanés les uns après les autres afin d’exhiber leur look de ‘’Hé toi, m’as-tu vu passer?’’

Avouons que cette croisière est une bonne idée. Nos animaux de compagnie font partie intégrante de notre famille et ce n’est pas tous les jours que nous les parents-chiens avons la chance de faire une croisière en compagnie de notre animal.

Je me suis entretenu avec les représentants du CHU de Québec dans le cadre de leur service de zoothérapie. J’ai aussi fait la connaissance des gens d’affaires dans le formidable monde canin.

Mon coup de cœur va à Animora, un gel dentaire aux canneberges

En 2018, Andrée-Ann Adam et Jean-Philippe Côté avaient comme objectif la santé des animaux de compagnie et ils ont fondé ensemble Animora

Je vous invite à lire leur histoire au https://animora.ca/notre-equipe/

 

Pendant cette croisière des plus originales d’une durée de 90 minutes, c’est dans une ambiance très festive que même le Père Noel a eu du plaisir à se faire prendre en photo avec les petits poilus devant le regard rigolo de ses lutins.

Ce fût une belle expérience pour tout le monde et encore plus pour nos petits poilus.

Le forfait incluait :

Croisière de 1h30 sur le fleuve

Deux verres de bulles

Bouchées et canapés préparés par notre Chef

Animation et accès au mini-défilé de mode canin présenté par la boutique Chien Mondain

Adulte avec pitou : 54.99$

Enfants (6-7 ans) : 24.99$

Enfants (0-5ans) : Gratuit

Si vous désirez avoir plus d’informations sur ce genre de croisières pour l'année 2020 visitez

Les croisières AML

https://www.croisieresaml.com/

Lyne LaRoche




Entrevue Nathalie Simard - 01 janvier 2019

L’amour a pris son temps…elle a enfin ce qu’elle mérite

Rencontre avec Nathalie Simard

Cette semaine c’est au resto-bar Sapristi sur St-Jean que j’avais rendez-vous avec l’idole de toute une génération. Elle a marqué la vie de plusieurs enfants en leur livrant de merveilleux souvenirs. Elle a donné la force et le courage à d’autres femmes de parler, de dénoncer. Elle ne l’a pas eu facile durant des années mais aujourd’hui, elle a un sourire contagieux, des étoiles dans les yeux, elle est belle comme le jour et elle transpire le bonheur, je vous parle de Nathalie Simard.

Anecdote

La dernière fois que nous nous sommes rencontrés, c’était en mai dernier alors que Nathalie et sa fille Ève donnaient une prestation au Téléthon Opération Enfant Soleil. Moi, j’étais en salle de presse afin de faire des entrevues d’environ 3-4 minutes avec les artistes. Cette journée-là, j’avais beaucoup de misère à poser mes questions, je n’avais presque pas de voix. La première chose qu’elle m’a dit ‘’ Merci Lyne pour la belle critique que tu as faites quand tu as assisté à mon show le mois dernier’’ Je suis resté surprise car je ne m’y attendais vraiment pas. Par la suite, je lui ai posé trois petites questions et avant de partir elle m’a dit ‘’Il faut que tu te soignes’’ croyez-le ou pas, elle m’a dit quoi faire pour retrouver la voix.

Nathalie Simard c’est ça, une femme au grand cœur avec énormément d’empathie. Elle sème le bonheur partout où elle passe, c’est une véritable bouffée d’air frais.

Lyne : Bonjour Nath, je n’ai pas besoin de te demander si tu vas bien car je pense que ça se voit!

Nath : Oui je suis très heureuse et je suis vraiment en contrôle. Je me sens bien, je n’ai plus peur de rien, je suis en paix. Je viens de faire les deux premiers spectacles de ma nouvelle tournée, les gens sont au rendez-vous, j’ai des parterres de feu, les médias sont là pour me donner un petit coup pouce, je suis très touchée et très contente.

Lyne : Avant la sortie de ton album et la première de ton nouveau spectacle étais-tu fébrile?

Nath : C’est comme si je faisais un saut en parachute, je me suis lancée, c’est ça. Nous ne sommes plus dans l’époque des 3-4 cent milles albums vendus, naturellement, il y a certaines exceptions mais ce n’est quand même pas facile car le marché a beaucoup changé. C’est beaucoup plus ce changement-là qui est stressant. En même temps je te dirais que pendant des années, j’étais là pour plusieurs sujets, je faisais des conférences, j’aidais les gens, mais aujourd’hui la chanteuse avait besoin de chanter et en plus le teaming était là. 50 ans d’âge, 40 ans de carrière, ma perte de poids tout était là, c’était le bon moment pour faire un retour. On souhaite juste que ça touche le cœur des gens, que ça marche. Je ne demande pas mieux que d’avoir de beaux parterres.

Lyne : Tu dois avoir un méchant beau feeling de voir de que tes fans soient encore là?

Nath : Oui à qui le dis-tu! Je me trouve super chanceuse.

Lyne : Les fameuses premières médiatiques, ça t’énerves-tu?

Nath : Non, moi quand je suis sur scène je m’adresse aux gens, aux humains. Oui, vous avez un crayon dans les mains, vous avez une certaine portée mais vous êtres des humains. Alors je tasse tout l’aspect médiatique et quand je parle c’est à tous ceux qui ont un cœur. Pour moi, l’authenticité, c’est très important et ça ne changera jamais.

Tu sais je n’ai pas engagé de scripteur pour faire mes textes, j’ai mes idées comment présenter mes chansons mais je ne sais jamais de quelle façon ça va sortir. À 50 ans, il n’y a personne qui va venir me dire comment présenter ‘’Amène toi chez nous’’ Ça te prouve comment je me sens, je suis en pleine possession de tous mes moyens. Je suis bien ancrée, j’ai travaillé toute ma vie pour être dans cet état d’âme-là, autant physique que mental.

Lyne : Parle-moi de ton équipe?

Nath : Depuis que je suis toute petite que je suis entouré. Quelques fois j’ai été entouré de mauvaises personnes mais aujourd’hui, je me donne le droit de choisir. Tous ceux qui sont avec moi dans ce show-là, je les aime d’amour. Je ne m’entoure pas de pollution, je ne m’entoure pas d’un talent qui n’a pas une belle attitude. Je veux avoir des gens autour de moi qui sont là pour les bonnes raisons, des passionnés. Je leur dis tout le temps : ‘’On ne travaille pas ensemble, on passionne’’ On a la chance de gagner notre vie avec la musique, nous sommes choyés, gratitude à la vie. Je ne veux pas travailler avec des égaux. Moi toute seule, je ne suis rien alors j’ai beaucoup de reconnaissance envers mon équipe, on fait un beau team, l’éclairagiste, le sound man, le metteur en scène...Tout le monde qui est là fait ça pour les bonnes raisons. De s’entourer d’une gang qui croit en toi, c’est la clef du succès. Des pommes pourrîtes je n’en veux pas, j’en ai enlevé une couple y a un certain temps.

Lyne : Parles-moi de ton nouveau spectacle

Nath: C’est un spectacle de variétés, je vais faire mes grands succès, des chansons qui ont beaucoup jouées à la radio. C’est clair que je ne pouvais pas faire toutes les chansons de 40 ans de carrière ça n’aurait pas eu de bon sens. Puis aussi, il faut dire que certaines chansons ne me tentaient pas du tout. En plus je voulais montrer autre chose. Le show est rempli de coup de cœur. Je fais une chanson de Whitney Houston, un medley disco, Purple Rain de Prince que j’affectionne particulièrement, il y a aussi une bulle d’enfance, un medley des plus belles chansons françaises en bref, c’est un spectacle qui va plaire à tout le monde à plusieurs générations. Je ratisse large car j’aime ça de même.

Lyne : C’est un show qui te ressemble?

Nath : Oui, c’est pour ça que je ne voulais pas être prise dans un carcan. Je voulais offrir au public, un show qui me ressemble, qui bouge, on danse on a du plaisir. Quand je suis sur scène, je suis comme dans un terrain de jeu, comme un poisson dans l’eau, je m’amuse. Je ne veux pas que ce soit un show triste, c’est certain qu’il y a des moments chargés d’émotions, comme quand ma fille Ève chante. Elle est mon invitée spéciale sur mes shows.

Lyne : En parlant d’Ève, on dit que la pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre, elle a une voix sublime, dis-moi tu dois être fière pas à peu près?

Nath : Oh que oui, je suis tellement fière. Tu sais de l’avoir avec moi sur scène c’est incroyable comment ça me fait du bien. Je dis souvent que je remercie ceux qui ont été méchants avec moi car grâce à eux, je suis devenue une meilleure mère, parce que ma fille a tout un coffre d’outils, pas juste un petit baluchon. Pour moi, c’est beaucoup plus que la fille qui chante avec sa mère, c’est plutôt un beau message d’espoir.

Lyne : Ève pourrait facilement faire une carrière de chanteuse, est-ce que c’est dans ses projets?

Nath : Tu sais Lyne, Ève a le meilleur des deux mondes. Elle a sa petite entreprise de tonte, elle adore les animaux. Comme elle travaille à son compte et bien ça lui permet de venir chanter sur scène avec moi. Donc, elle combine ses passions, elle trippe et elle aime ça. Elle a une place de choix à côté de moi sur scène, elle est bien entourée, elle n’a pas de stress malsain. Si demain, ça s’arrête, elle va pouvoir continuer à faire du toilettage s’en se faire juger. Moi quand j’ai dénoncé, j’ai vécu des périodes difficiles. J’aurais aimé ça allé travailler comme caissière dans un supermarché, mais de quelle façon tu penses que j’aurais été reçue? Faque je pâtissais, puis j’attendais que quelque chose arrive. Le temps était long en titi. Alors pour Ève, je veux qu’elle vive de beaux moments, chanter c’est un beau bonus et de l’autre côté elle a toujours sa sécurité.

AVANT LE 5 NOVEMBRE NATHALIE DEMANDE AUX GENS DE QUÉBEC

Nath : Je demande aux gens de Québec de me faire parvenir des photos d’eux, soit seul, soit en couple, en famille ou avec leur animal de compagnie. Mon metteur en scène va faire un montage. Les photos vont passer sur un écran le temps d’une chanson. Je demande aux gens de participer à mon spectacle. Ça va être un super beau moment. Et tous ceux qui vont se voir sur l’écran, auront droit à un passage VIP après le spectacle, on va se rencontrer.

Aujourd’hui peut importe ce qui arrive, pour chaque problème il y a une solution.

Lyne : Il y a dix ans si quelqu’un t’avait dit ‘’Nath en 2019, tu vas être de retour sur scène, tu vas te produire dans de grosses salles et elles vont être pleines’’ L’aurais-tu crue?

Nath : Peut-être pas, malgré que je me disais souvent, je vais être encore en vie. Parce que tu sais, même quand j’étais à mon plus bas, je croyais toujours qu’il y aurait une petite lumière. J’avais la chance d’avoir Ève, c’est fou à quel point les enfants nous donnent de la force et ils ne sont pas conscients de ça. Aujourd’hui ma fille le sait, elle a été mon inspiration, c’est elle qui m’a aidé à continuer. J’essayais de vivre, de partir des projets, il n’y avait rien qui marchait je me disais, il faut que ça arrête, il y en a d’autres, laissez-moi tranquille un peu.

Lyne : Moi je me dis toujours plus ça fait longtemps que ça va mal, plus tu t’approches à ce que ça aille bien.

Nath : Je suis tellement d’accord avec toi et c’est vrai. Quand le mouvement ME TOO est arrivé ça m’a enlevé un méchant poids sur les épaules. Ce n’était plus juste moi qui avait le focus. D’un coup sec, il y en avait d’autre, je n’étais plus la seule. À l’époque, j‘ai brisé une image du show-business. L’idée préconçue du monsieur avec cravate qui est super gentil, s’est envolée. J’ai dénoncé et plusieurs portes se sont refermées sur moi. J’étais dans un climat de peur. J’aurais pu tomber dans les excès comme l’alcool mais j’ai été chanceuse, sur ce côté-là je ressemble à ma mère. Elle prenait de temps en temps sa petite crème de menthe et c’était tout. Moi, je suis plutôt tombé dans l’excès de la cigarette. Je fumais deux paquets et demi par jour. Aujourd’hui je suis bien fière de te dire que ça fait un an que Lévis et moi avons arrêté de fumer.

Lyne : Tout le monde ne parle que de ta perte de poids, dis-moi comment te sens-tu?

Nath : Je suis très bien. Je n’ai plus mal aux jambes, j’étais sur le bord de faire du diabète et du cholestérol mais avec la chirurgie tout a rentré dans l’ordre. Je ne mange pas beaucoup mais de toute façon on mange toujours trop. Tu sais ce que je trouve le plus dur c’est que j’adore le pepsi. J’étais toute contente, j’avais trouvé une compagnie qui avait de la liqueur de toute les sortes, Pepsi, 7 up, Ginger Ale, Orangeade sans calorie, sans sucre. Mais je ne peux plus prendre rien de pétillant ça ne passe pas. Ça c’est mon plus grand deuil.

Lyne : Qu’est-ce que je pourrais souhaiter pour l’avenir à cette belle personne qui est en avant de moi?

Nath : Que ça continu de bien aller et que la tournée marche. On se croise les doigts

Lyne : Nath un gros merci pour ta gentillesse et ta grande disponibilité

On se donne rendez-vous le 5 novembre prochain à la salle Albert Rousseau pour la première de son nouveau spectacle L’amour a pris son temps

Pour savoir toutes les dates visitez :

https://productionsmartinleclerc.com/spectacles/nathalie-simard-lamour-a-pris-son-temps/

Son album L’amour a pris son temps est en vente dès maintenant

Elle sera aussi sur scène avec Brigitte Boisjoli, Christian Marc Gendron, Marie Michèle Desrosiers, Yoan, Marie-Denise Pelletier et Marie-Élaine Thibert pour le spectacle

Noel une tradition en chanson qui sera présenté le 1 décembre à la salle Albert Rousseau.

https://www.sallealbertrousseau.com/programmation/noel-une-tradition-en-chanson/

Nathalie a aussi lancée une trilogie dont un livre intitulé Je veux vivre, c’est un recueil de 23 témoignages de « survivantes », majoritairement des femmes, mais il y a aussi deux hommes, qui ont vécu des situations de violence. C’est un message d'espoir qui démontre qu'il est possible de s'en sortir, même si le parcours est parsemé d’embûches.

Pour chaque livre vendu, une somme de 1 $ sera versée à La Bouée régionale du Lac-Mégantic, une maison d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants.

Nathalie fait aussi une série de conférences-spectacles qui vise à sensibiliser et informer le public sur toutes les formes de violence, incluant la cyberintimidation.

Vous pouvez la suivre sur sa page Facebook

Ma note personnelle

Il y a de ces personnes qui ont un parcours rempli d’embûches et qui réussissent pareil à se ternir la tête hors de l’eau. Il y a de ces personnes qui nous touchent au plus profond de nous-même et Nathalie fait partie de celles-là. Je me considère très chanceuse d’avoir pu passer un 20 minutes en compagnie de l’idole de toute une génération. Je le sais, je ne peux pas vous dire combien j’ai reçu de messages qui disaient ‘’Chanceuse, tu es avec mon idole’’ Vous aussi vous pourriez passer un moment en compagnie de Nathalie Simard.

Participez en grand nombre, envoyez-lui vos photos tout de suite et procurez-vous vos billets pour le 5 novembre prochain vous aurez peut-être la chance d’immortaliser ce beau moment sur photo avec votre idole.

Quelque fois ça arrive, on a une idole et quand on la rencontre on est déçu! Avec Nathalie,  c’est le contraire, vous allez l’aimer encore plus.

Lyne LaRoche




Corbeil et Maranda - 01 janvier 2019

Corbeil et Maranda

Deux grands fous qui font rire avec l’énergie du désespoir

Hier soir, le duo Corbeil et Maranda présentait leur premier spectacle au Capitole de Québec.

Ces deux grands fous sont connus pour chacun leur carrière respective. Jean-Marie Corbeil roule sa bosse comme humoriste, il anime des soirées de gala pour les entreprises et il a incarné le rôle d’un pédophile dans District 31. François Maranda est le Chevalier dans la pub de Bélair Direct, il a une carrière d’acteur et d’animateur.

Le spectacle d’une durée de deux heures avec entracte ne propose aucun fil conducteur. On a eu droit à des numéros de mimes bruités, des sketchs, des personnages, des costumes, des imitations, différents décors, des chorégraphies et quelques pas de danse.

Naifs titre du spectacle atteint timidement les spectateurs. Mais, Il faut quand même donner à césar ce qui lui appartient, il y a des points forts. Les imitations de Garou, Ginette Reno, Régis Labeaume, Michel Côté Christian Bégin livré par Maranda sont très réussies. Leur personnification d’une haie de cèdre, d’un préservatif, d’un rideau de douche…sont hilarantes.

Un autre de leurs bons numéros est celui dont ils se mettent dans la peau de deux médecins, on a droit à des répliques ingénieuses et vraiment drôles. Toujours en passant du coq à l’âne Maranda personnifie un chanteur Français chiant qui est en studio afin d’enregistrer la chanson Je l’aime à mourir. Corbeil installé à la console de son n’entend pas les bonnes paroles. Tout le monde ri car les paroles changées parlent de sexe et qu’on le veuille ou non, le sexe fait rire. Aussi dans ce même numéro Corbeil joue la carte de la dépression en prenant des pilules à outrance car il ne comprend pas ce qui lui arrive.

Quelques complications au niveau du son probablement improvisées ont réussies à faire rire.. La venue sur scène du chef d’antennes de TVA Pierre Jobin lisant un bulletin de nouvelles accompagnés des deux hurluberlus a aussi donné un bon moment.

Étant la tournée présentée par Ameublement Tanguay, sur écran géan durant la soirée on nous a servi quatre publicités créatives bien pensées.

Bilan

Le nouveau tandem tire son épingle du jeu car autant certains numéros sont forts autant certains tombent morts dans l’œuf. Je me permets toujours de dire qu’une première pour certain n’est jamais très bonne à moins de l’avoir rôdée très longtemps. Il reste encore plusieurs choses à fignoler dans ce spectacle. Mais assis en arrière de moi un jeune homme a énormément ri. Je me suis alors permise de lui demander ‘’Comment vous les trouvés? Et il m’a répondu ‘’ Ils sont vraiment très drôles’’ alors somme toute il y a incontestablement un public pour tout.

Pour savoir les dates de leur tournée

www.corbeiletmaranda.ca

Lyne LaRoche




Corneille - 01 janvier 2019

Parce qu’on aime Corneille

On en veut encore et encore

J’ai eu la chance d’assister hier soir à la grande première du nouveau spectacle de Corneille à L’Olympia de Montréal. Amorçant ainsi l’envol de sa nouvelle tournée ‘’Parce qu’on aime’’ titre aussi de son nouvel album co-écrit avec sa conjointe Sofia qui n’est jamais bien loin dans l’assistance.

Pour le plus grand bonheur de ses fans, l’auteur-compositeur-interprète a présenté les chansons de son huitième opus sans pour autant laisser de côté ses plus grands succès.

Ce huitième album entièrement en francais offre des textes bien écrits et soignés à l'image de Corneille.

C’est avec ‘’Le chant des cygnes’’ qu’il a débuté la soirée, chanson tirée de son dernier album pour nous amener par la suite avec ‘’Espoir en stéréo’’ plus rythmée afin de réchauffer l’ambiance. A travers ses écrits il se raconte, les spectateurs sont réceptifs à son charme, sa sensibilité et à son vécu. Sa voix chaude et unique vient nous chercher à coup sûr.

En arrière-plan, un orchestre du tonnerre qui réagit au quart de tour avec le chanteur ainsi que les choristes forment une équipe gagnante.

Après l’entracte, il enfile ‘’Comme un fils’’ et atteint la cible, soit, celle d’émouvoir le public par la véracité sans détours de ses propos.

Quand il a interprété la chanson qui nous la fait découvrir et aimé ‘’Seul au monde’’ et par la suite ''On vit chaque jours comme si c'était le dernier'' tout le monde s’est levé de son siège, les bras en l’air dansant et chantant en cœur ces hymnes à l’amour qui demeureront toujours des  incontournables.

Il a enchainé avec une chanson pour la gent masculine ‘’Le bon Dieu est une femme’’ ou le public masculin est invité à chanter. C’était tellement festif, que les dames n’ont pu s’empêcher de chanter. Les voix se mélangeant à merveille, l’ambiance était incroyable, on se sentait bien, là, maintenant.

Au rappel la générosité du chanteur nous comble avec ‘’Qu’est-ce que tu fais’,‘’Le bonheur’’ et pour finir ‘’It ain’t over’’ de l’album Love &soul’’.

Bilan

Tout au long de la soirée, Corneille nous fait passer un très bon moment.

C'est avec ces mots vrais et profonds qui sont les siens que Corneille nous amène dans son univers et on le suit car il vient toucher nos cœurs et nos âmes.

Ce spectacle est un hymne à l’amour signé par Corneille et son équipe. On en redemande encore et encore !

En spectacle à travers le Québec et en France pour 2019 et 2020, vous pouvez suivre Corneille au www.corneilleofficiel.com

Geneviève Trudeau




Jouliks - 01 janvier 2019

Jouliks, on y croit jusqu’au bout

Plus de dix ans après Les pieds dans le vide, la comédienne et réalisatrice Mariloup Wolfe nous présentait cette semaine son deuxième long métrage Jouliks. Le film est l‘adaptation de la pièce de théâtre de l’actrice et dramaturge Marie- Christine Lê-Huu

Synopsis

Jouliks est l’histoire d’amour de Véra et Zak vue par l’enfant du couple. La petite Yanna âgée de 7 ans est élevée loin des convenances. Elle ne va pas à l’école, elle ne sait même pas ce que c’est un anniversaire. Pour les 30 ans de leur fille Véra, les grands-parents maternels décident de venir passer une semaine chez eux et tous les repères de la petites vont être chamboulés. La grand-mère va mettre beaucoup de pression pour que la petite famille entre dans les rangs dits normaux de la société en générale. Yanna ne sera pas au bout de ses peines car elle sera confrontée à un immense drame soit celui de la mort tragique de ses parents qui en passant ne les appelle jamais maman ou papa.

Au tout début, j’ai eu un peu de misère à embarquer mais après quelques minutes, l’histoire m’a captivée et je suis resté assise sur le bout de mon siège. La petite Yanna vient tout de suite nous chercher. Elle traite le sujet de façon lumineuse même si elle a des réflexions qui sont parfois désarmantes. Sa lucidité et sa façon brusque quand elle parle à sa grand-mère qu’elle déteste, nous perturbe au plus haut point. Autant elle nous touche profondément au cœur autant elle nous fait sourire.  Baignant dans une vie libre marquée par la passion extrême de ses parents, les mots qui sortent de sa bouche sont remplis de poésie. Plus le film avance, plus on se rend compte qu’il n’y a pas seulement la petite qui est écorchée au passage, mais tous les personnages le sont à différents niveaux. Les événements tragiques de cette famille auraient pu être évités mais le destin en a décidé autrement.

Ce film nous fait découvrir de nouveaux talents car la distribution est méconnue du grand public. Parlons de Lilou Roy-Lanouette (Yanna) le personnage clé du film, elle est adorable. Ses cheveux blonds et ses yeux verts transpercent l’image on dirait deux émeraudes qui nous fixent. Elle joue son rôle à la perfection, elle nous surprend et nous émerveille. Ses possibilités de faire une belle carrière d’actrice sont infinies

Le duo d’acteurs Jeanne Roux-Côté (Véra) et Victor Andrés Trelles-Turgeon (Zak) ne fait aucun faux pas. Ils sont très convaincants. Malgré les doutes, les contradictions et les déchirements, l’irrésistible goût de l’amour prend tout son sens dans cette immense vibration de liberté.

Étant elle-même comédienne Mariloup Wolfe a extrêmement bien réalisée ce film. Elle doit être très fière car «Jouliks» est en nomination dans cinq catégories au Milan International Film Festival Awards (MIFF) en Italie.  

Mariloup est finaliste pour la meilleure réalisation, et Marie-Christine Lê-Huu pour le meilleur scénario. Le film est aussi en nomination pour la meilleure direction photo, le meilleur premier rôle masculin et le meilleur film.

Les gagnants seront connus en novembre et décembre.

Il prendra l’affiche le vendredi 1 novembre

Un beau film d’amour crève-cœur qui restera assurément dans votre mémoire

Lyne Laroche




Plume - 01 janvier 2019

Plume Latraverse et son Trio Laid sont loin d'être tous croches!

Hier soir, j'ai assisté au nouveau spectacle de Plume Latraverse et son Trio Laid, intitulé Séquelles, présenté à la salle Octave-Crémazie du Grand Théâtre de Québec.

Il n'y a pas à dire, Plume et ses comparses, le guitariste Jean-Claude Marsan et le bassiste Grégoire Morency attirent toujours autant les foules. Depuis des années, sa musique indémodable demeure toujours autant appréciée du public québécois.

Ce soir par contre, notre légendaire trio s'est transformé en quatuor suite à une blessure au majeur de Jean-Paul Marsan. Afin de porter main forte au trio, c’est le guitariste Donald Meunier, dont l'immense talent est indéniable qui s'est joint au groupe.

Plume, nous a entraîné dans son univers, en passant par Marie-Lou à El Nino et de New-Orleans à La ballade des caisses de 24 enchainant avec Ainsi Soit-il, Le roi d’la marchette, Dans la piaule de Louis, Les niaiseuses, Les mauvais compagnons, Piste cyclable… le tout agrémenté d'un jeu de guitares mélodiques que nous voudrions entendre pendant des heures et des heures…

C'est toujours avec une grande humilité et un bon sens de l’humour que Plume s’adresse à son public. Comme on le remarque à chaque fois, ses fans lui répondent très bien en chantant et en applaudissant avec ferveur. Une très belle énergie régnait dans la salle.

Maître dans l'art de jouer avec les mots, notre poète des temps modernes nous a encore une fois charmé par son génie propre à lui ainsi que par le talent exceptionnel de ses musiciens, en nous présentant comme toujours, un spectacle d'une grande qualité.

Plume peut se vanter de laisser à son public de très bonnes séquelles!

Plume et son Trio Laid se produiront également demain soir sur la scène Octave-Crémazie et une supplémentaire vient tout récemment de s'ajouter le 9 avril prochain. Je vous invite à vous procurer des billets. Ce spectacle sera à la hauteur de vos attentes!

Caroline Gagnon

www.grandtheatre.qc.ca




Nathalie Simard - 01 janvier 2019

Nathalie Simard…L’amour a pris son temps

Sept ovations bien méritées

Hier soir, l’idole de toute une génération Nathalie Simard présentait son nouveau spectacle L’amour a pris son temps. Quel bonheur de la voir et de l’entendre enfin à Québec. C’est dans une salle comble que notre sympathique amie (car elle est depuis longtemps l’amie de tous) a offert à ses fans un spectacle à la hauteur de toutes les attentes. Sept ovations, des tonnerres d’applaudissements et des On t’aime Nathalie voilà ce qu’elle a reçu de son public hier soir à la salle Albert Rousseau

En forme plus que jamais, Nathalie avait un beau prétexte pour revenir sur scène cette année car elle fête ses 40 ans de carrière avec quelques petites pauses, 50 ans d’âge et 70 livres en moins.

Durant la soirée, Nathalie et ses musiciens nous ont transporté à travers certaines des plus belles mélodies toutes catégories confondues. La très grande complicité entre eux est palpable. Un jour, en entrevue pendant notre bavardage elle m’avait balancé « Je dis toujours à mes musiciens on ne travaille pas ensemble, on passionne ensemble » et bien croyez-moi, ça se voit. Durant le spectacle à plusieurs reprises, elle prend le temps de leur donner un petit bisou sur la joue, elle aime son monde.

En plus de livrer un répertoire qui a meublé soit nos souvenirs d’enfance, d’adolescence ou d’adulte, elle nous a partagé de belles confidences toujours avec une aisance incroyable

Même si la salle Albert Rousseau est immense, l’intimité qui régnait dans la salle était stupéfiante. Tout le monde était suspendu à ces lèvres quand elle chantait et quand elle parlait. À 50 ans, il n’est pas trop tard pour réaliser ses rêves, elle est un exemple de courage. Je ne le redirai jamais assez, elle est belle comme le jour, elle transpire le bonheur. Que ce soit dans ses interprétations disco, dans son medley des plus belles chansons françaises ou dans son numéro relié à nos souvenirs d’enfances, elle nous transporte avec brio dans son univers. Sa passion, son immense talent, sa générosité et son charisme font de Nathalie Simard un vrai thermomètre à frissons. Émouvante et drôle à la fois, elle a ce petit quelque chose qui vient nous chercher au plus haut point.   

Parmi son répertoire, Nathalie a interprété quelques chansons en anglais dont mes trois coups cœur soit « Like The Way I Do » Melissa Etheridge « Purple Rain » Prince et « The Greatest Love of All » de Whitney Houston. Sa voix, sa douceur et sa fougue ont littéralement conquis la salle au grand complet.  

En hommage à ses parents elle leur a dédié avec des étoiles dans les yeux un Il était une fois dans l’ouest qui a surpris tout le monde, c’était magnifique.

Sa fille Ève l’a rejoint sur scène afin d’interpréter en duo la chanson Sweet Child Of Mine de Guns N’ Roses. Par la suite elle a offert à sa mère un Somewhere Over the Rainbow à sa façon qui a prouvé hors de tout doute que la pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre. Elle aussi les gens se sont levés d’un seul coup pour lui montrer leur appréciation. 

Elle a terminé la soirée avec L’amour a pris son temps tout en douceur

 Bilan

Avec toute la simplicité qu’on lui connait, Nathalie livre un spectacle dynamique, drôle et touchant à la fois. Ses interprétations bien senties et son immense talent ont permis à son public de lui offrir des hommages hors normes. Elle est tellement facile à aimer!

Un spectacle qui restera gravé dans nos mémoires

Elle sera de retour à la salle Albert Rousseau le 1 décembre entourée de Brigitte Boisjoli, Marie Michèle Desrosiers, Marie Denise Pelletier, Marie-Élaine Thibert et Christian Marc Gendron pour le spectacle Noel une tradition en chanson.

  https://www.sallealbertrousseau.com/programmation/noel-une-tradition-en-chanson/

Nathalie sera en tournée un peu partout, pour la suivre visitez

https://productionsmartinleclerc.com/artistes/nathalie-simard/

Vous pouvez aussi la suivre sur sa page Facebook

https://www.facebook.com/NathalieSimard.Artiste/

Lyne LaRoche




Mario Tessier - 01 janvier 2019

Mario Tessier

Transparent, une recette plus que réussie

Hier c’était soir de première à Québec pour Mario Tessier qui présentait son deuxième one- man- show Transparent.

Dans ce spectacle, il nous revient avec un show complètement différent de son premier. Cette fois-ci il y va avec la simplicité et la transparence et du vrai bon stand-up. Âgé de 48 ans, il a entrepris une quête personnelle qu’il tente plutôt bien que mal d’accomplir en vieillissant. Il laisse tomber les tabous et avec son auto dérision, il nous parle de tout ce qu’on s’impose, nous les êtres humains pour ne pas déplaire aux autres. Il essaie d’appliquer ce nouveau savoir-faire mais il réalise que ce n’est pas toujours facile.

Sans aucune retenue, il nous expose son point de vue. Il débute la soirée en nous parlant du trafic de Montréal, de sa rencontre avec Clint Eastwood et de son envahissante docteure. Il y a va avec plusieurs confessions comme celle où il avoue être très très coquet, qu’il possède une panoplie de petits pots crème et qu’il a même eu recours au Botox en cachette. Il introduit avec douceur sa relation de couple qui dure depuis 20 ans. Il se demande ce qu’il pourrait offrir à sa douce Dominique quelque chose qui vient de lui « Je l’aime ma Dominique » un beau prétexte pour habilement inclure une chanson qu’il pourrait lui faire s’il était chanteur. On craque tous car il a une superbe belle voix. Il enchaine en nous lisant un poème qu’il a écrit pour elle le matin à l’endos d’un carton de boîte de céréales qui fait effet sur son public car la réaction des gens est instantanée. La vieillesse, les réseaux sociaux, les massages sont tous des thèmes abordées qui sont aussi hilarants grâce à ses mimiques et sa grande gueule. On y apprend aussi qu’il aime le vin et qu’il est épicurien. Tout au long du spectacle on voit qu’il s’amuse, qu’il se laisse aller et son public aime car les gens rient beaucoup. La mise en scène de Serge Postigo est très efficace.

Le spectacle d’une durée de 90 minutes est une drôle de belle thérapie livrée par un humoriste qui visiblement est aimé de tous. Avec ses parcelles d’histoires, ses mimiques et sa douce folie Mario Tessier peut dire mission accomplie.

BILAN

Additionné à son talent d’humoriste et de raconteur de l’authenticité et de la simplicité ça donne Transparent, un spectacle drôle et efficace qui continu de faire naitre une belle complicité entre lui et son public.

À voir!

Lyne LaRoche

Vous pouvez suivre Mario Tessier

https://mariotessier.ca/

Sur sa page Facebook

https://www.facebook.com/MarioTessierOfficiel/

Il sera de nouveau en spectacle à Québec en supplémentaire le 18 janvier au Capitole, ainsi que le 13 février à la salle Albert-Rousseau. 

http://www.lecapitole.com/fr/spectacles/mario-tessier-2020/

https://www.sallealbertrousseau.com/programmation/mario-tessier/

 




Maxim Martin - 01 janvier 2019

Brinquebalant, Maxim Martin dit Fuckoff!

Jeudi soir dernier, l'humoriste Maxim Martin présentait à l'Impérial Bell la première de son 5e one man show Fuckoff!  Malgré ses 50 ans bien sonnés et son train de vie beaucoup plus saint, je peux vous dire qu'il est bien loin de s'avoir assagit quand il parle. On sent bien que le fil conducteur du spectacle c’est parler de tout sans retenue, car croyez-moi, il est loin d’avoir peur de déplaire à qui que ce soit. Pourtant dans l’ère ou on vit maintenant, il y a certains sujets délicats que personnes n’osent abordés mais avec Maxim c’est Fuckoff!

Après 30 ans de carrière, il fallait s’attendre à ce qu’il fesse fort avec ce nouveau spectacle et il le fait. Le regard sur la société en général qu’il porte vient brasser la carcasse à tout le monde. Avec lui, il n’y a aucun tabou, il se permet tout, il livre totalement le fond de sa pensée. Sincèrement s’il se garde un jardin secret, je me demande bien qu’est-ce que ça peut être!

Pourquoi aujourd’hui on ne peut plus dire «fif» ou «moumoune»?  La victimisation, les enfants des années 80, la pornographie, la politique, l’immigration, les générations X et Y,les réseaux sociaux, il a une vision large et il n’omet pas de s’interroger sur l’hypocrisie et la langue de bois qui en résulte quand les gens abordent ces sujets délicats.

On apprend aussi que le code de la bonne conduite a été mis de côté quand il s’est chicané avec ’’Siri’’ et que son téléphone s’est mis à le bouder en allant mal après. Selon lui, peut-être même qu’il est de connivence avec sa cafetière qui a arrêté de fonctionner elle aussi.  Il effleure la nouveauté d’avoir un fils de 10 ans, les projets de sa fille Livia, son voyage en Europe, sa rencontre avec les cygnes et le massage thaïlandais auquel il a eu droit. Au reste, il ne se gêne pas pour aborder son statut de célibataire,sa sexualité, sa virilité et plus encore. Ces pirouettes pleines d’humour lui donnent la victoire.

Bilan

Avec Maxim Martin on peut rire de tout, on doit rire de tout. Il conclut par un constat : la grande capacité d’adaptation que l’homme doit avoir en développant deux nouvelles stratégies pour être bien, c’est-à-dire lâcher prise et Fuckoff!!

Maxim Martin a encore la clef du coffre pour faire rire!

Première partie

Francis Grenier humoriste de la relève a eu la tâche de dégeler la salle et il a réussi parfaitement. Il se présente avec une bonne dose d’autodérision et ça marche. Les gens rient. On va le revoir c’est certain! Retenez son nom Francis Grenier.

Maxime sera de retour à l’Impérial Bell ce soir à 20 hres

Pour savoir toutes les dates de sa tournée

http://maximmartin.com/

Lyne LaRoche




En mode Dany Bédar - 01 janvier 2019

En mode avec Dany Bédar

C'est au Confessionnal du Capitole de Québec que Dany Bédar a fait le lancement de son 9è album. Nous avons eu le privilège d’entendre quelques chansons tirées de ce nouvel opus aux couleurs pop, folk et country. Des textes comme lui seul peut faire et comme toujours une chanson ver d’oreille.

Aussi bien le dire tout de suite, je suis fan de l’auteur-compositeur-interprète depuis la parution de son premier album en 2002. Il écrit toujours des textes qui touchent de près ou de loin les gens. Depuis ces débuts, j’ai fait plusieurs entrevues avec lui, mais aujourd’hui ça fait cinq ans qu’on n’a pas piquer une bonne jasette ensemble. Alors pas besoin de vous dire que je me gâte, pis en passant, il est encore aussi beau.

Lyne : Allo Dany comment vas-tu?

Dany : Je vais super bien.

Lyne : Dis-moi ou étais-tu passé dans ces dernières années?

Dany : Ben, il y a eu la chicane on a fait 150 shows dans les trois dernières années, il y a eu la venue au monde de mon gars, j’ai pris un petit brake entre les deux, j’ai sorti un album en 2016 regroupant tous mes grands succès en studio avec mon frère Martin et mon ami Christian Marc Gendron, je n’ai pas chômé. C’est certain, quand on voit moins un artiste au grand écran on pense souvent qu’il ne travaille pas mais c’est le contraire on travaille plus fort.

Lyne : Tu es reconnu pour écrire des textes dont les gens peuvent s’approprier facilement, dis-moi ce nouvel album, est-ce toi qui l’a entièrement écrit et composé?

Dany : Oui entièrement, je raconte ma vie en 10 chansons. Comme je suis un gars de famille en studio, c’était important pour moi de m’entourer d’amis dont mon frère Martin qui est le batteur de la chicane qui s’est partagé les partions avec Yanick Boivin ex batteur de Yelo Molo qui fait maintenant partie de La Chicane. Mon bassiste est Fred Beauséjour et le pianiste François Blouin. Moi, je me suis occupé des guitares.

Lyne : Quel ont été des influences musicales pour cet album?

Dany : Je te dirais Éric Clapton, Stevie Ray Vaughan, du vieux folk, ouin c’est à peu près ça.

Lyne : Il y a dix chansons sur l’album et Je pense que t’es en amour est une autre de tes chansons vers d’oreille, parle-moi un peu de son histoire.

Dany : C’est un de mes musiciens qui me parlait tout le temps d’une nouvelle femme qu’il venait de rencontrer et j’ai fini par lui dire Ouain mon gars «Je pense que t’es en amour»

Lyne : Tu as écrit aussi une superbe belle chanson qui fait référence à la mort de ton grand-père maternel qui a affecté toute ta famille, c'était important pour toi?

 Dany : Oui, je voulais juste lui faire un petit clin d’œil. Tu ne vas pas pleureur en l’écoutant, tu vas juste penser à des êtres chers que tu as perdus.

Lyne : Être papa est-ce que ça changé ta façon d’écrire, est-ce que t’as eu des idées de chansons pour lui?

Dany : Oh que oui! car c’est mon humain préféré. Il m’émeut à tous les jours. Il m’impressionne tellement car c’est un cascadeur, il m’inquiète. C’est aussi un tripeux de musique. Il a sa salle de jeu évidemment mais il prend son micro, son petit piano de jouet et ça me fascine de voir mon petit humain préféré grandir dans la musique. Il a quatre ans et il ne comprend pas encore pourquoi il doit partager son papa avec autant de gens. Quand il voit papa à la télé dans la boite à images, c’est incroyable pour lui. Un moment donné c’est certain qu’il va venir rouler des fils avec moi mais là il a juste quatre ans.

Lyne : Trouves-tu ca dur la vie de tournée depuis que tu es papa?

Dany : En tant que papa j’ai une responsabilité envers lui, tout d’abord d’être présent, de l’élever, d’y apprendre des trucs. Je l’ai vu faire ses premiers pas, je l’ai vu prendre ses premières cuillérées de céréales. C’est un prématuré alors il était fragile. Pour lui c’était spectaculaire d’arriver sur terre. Il était un petit superman fragile mais en même temps si fort qui nous rendait si fragile.  Alors oui, il y a un avant et un après et c’est difficile partir plusieurs jours.

Lyne : Avec un nouvel album vient une nouvelle tournée?

Dany : Oui, en février, mars et ensuite je vais faire beaucoup de festivals.

Lyne : Écris-tu encore pour d’autres artistes?

Dany : Absolument, je suis entrain de griffonner quelque chose pour La Chicane

Lyne : Vas-tu continuer aussi à faire des shows avec La Chicane?

Dany : Ben oui, c’est mon cœur je l’ai tatoué dans le dos. Nous sommes cinq gars qui se connait par cœur. Juste hier, on s’est retrouvé dans un chalet dans le nord à faire des tounes, parce qu’on s’aime, pis nous sommes des passionnés de musique.

Lyne : Avec cet album, tu vas remonter sur scène en solo es-tu un peu nerveux?

Dany : Oui, en plus c’est des nouvelles tounes, un nouveau trip, un nouveau buzz. Quand tu es seul sur scène tu ne peux pas te cacher en arrière de personne. Dans le bois tu seul, pis dans le bois à deux, t’as pas mal moins peur.

Lyne : Si j’avais quelque chose à te souhaiter pour l’année 2020

Dany : Écoute c’est très bien parti. On a eu de beaux résultats, des belles critiques, alors juste que ça continu comme ça et de continuer de rencontrer encore des gens extraordinaires comme toi qui savent poser les bonnes questions et qui m’aide à continuer.

Lyne : C’est toujours un plaisir de piquer une jasette avec toi

L’album est en vente maintenant et pour plus d’informations visitez :

http://danybedar.ca/

Lyne LaRoche




Patrick Bruel - 01 janvier 2019

Patrick Bruel, Un amour inconditionnel

Patrick Bruel a de nouveau traversé l’atlantique pour revoir ses fans québécois avec qui l’histoire d’amour dure depuis déjà 30 ans. Il semble bien que l’amour inconditionnel que lui vouent ses admiratrices a eu le dessus sur les allégations d’inconduite sexuelle.

Après un spectacle couronné de succès devant plus de 10 000 fans au Centre Bell plus tôt cette semaine, c’est au Centre Vidéotron qu’il venait rencontrer ses admiratrices et admirateurs de Québec ce samedi. Pas moins de 11 213 irréductibles l’attendaient bras ouverts.

Dès les premières notes, son visage pixélisé sur l’écran fait place à la silhouette du chanteur qui se découpe à contrejour. Il n’en fallait pas plus pour faire bondir la foule entassée au parterre.  Comment ça va pour vous?, Alors regarde, Tout recommencer et Dors s’enchainent. Qui a le droit lui fournit une première ovation chaleureuse et soutenue.

Bruel s’assoie au piano pour offrir à ses fans conquises et comblées Je t’aime. Il laissera la chorale de fans finir la chanson comme pour un peu se faire dire Je t’aime. Après nous avoir présenté le quartier de son enfance avec Rue Mouffetard, il enchainera avec la toujours très populaire Place des grands hommes.

Comme dans un jeu de séduction entre Bruel et son public, le visage de ses fans défilera régulièrement sur l’immense écran utilisé judicieusement. Des éclairages soignés et un son impeccable, le tout dans une mise en scène formatée et rodée au quart de tour, contribueront à faire passer une très belle soirée à son public. À en croire sa réaction, le bonheur était partagé. Il nous a confié que le Centre Vidéotron était la plus belle salle dans laquelle il a joué. «Ça fait du bien d’être là ». Il nous dira aussi qu’il garde un excellent souvenir de son passage au Festival d’été de Québec, sous la pluie en 2015. « Entre vous et moi, c’est pour la vie ».

Idan Raiche et Mory Hatem, que l’on a connu à La voix, sont venus se joindre à Patrick Bruel pour nous livrer la touchante Pourquoi ne pas y croire, dans un message d’espoir sur la tolérance entre les peuples.

L’artiste à la voix toujours aussi puissante, s’est livré de façon énergique, appuyé par cinq solides musiciens. Dans un mélange très efficace entre les pièces plus rock et les chansons plus douces, Bruel a su marier habilement ses chansons plus récentes à ses plus vieux succès et même à quelques titres moins connus dont Est-ce que tu danseras avec moi? 

Il nous est apparu parfois songeur notamment au rappel. Après nous avoir offert la très belle Avec le temps de Léo Ferré et À tout à l’heure, il nous a dit : « On se reverra. Je ne sais pas où, mais on se reverra », comme pour un peu se convaincre.

Une soirée où, autant le public que l’artiste, retourneront à la maison le cœur rempli d’amour.

Vous souhaitez savoir tout sur  l’actualité, sa biographie. Voir des photos, ses vidéos et connaitre ses dates de spectacles, rendez-vous au www.pratrickbruel.com

Claude Gignac




Michel Louvain - 01 janvier 2019

Avec Michel Louvain

C’est la belle vie

Cet après-midi plus de 1300 personnes s’étaient donné rendez-vous à la salle Albert Rousseau afin d’assister au spectacle de leur idole. Ce qui distingue Michel Louvain des autres chanteurs, c’est son charisme, son élégance (boutons de manchettes, cravate, veston et pantalon sans aucun petit pli) sa beauté et sa voix unique.

Du haut de ses 82 ans, il cumule 62 ans de carrière et il vient de sortir son 32è album, La belle vie. Quand on le regarde on a de la difficulté à croire qu’il a vieilli comme nous tous car il est en grande forme et plus beau que jamais. Cette nouvelle tournée La belle vie, nous démontre à quel point, Michel est toujours aussi passionné quand il est sur scène, on le sent heureux et bien.

Dès qu’il est apparu sur la scène les gens l’on accueilli avec des « On t’aime Michel » et une pluie d’applaudissements s’est fait entendre. Il a débuté le spectacle avec la chanson La belle vie. Entouré de ses quatre musiciens et de ses deux choristes, il a interprété les titres incontournables de son répertoire, des reprises de même que des pièces de son plus récent opus.

Par la suite, il s’est adressé à son public « Merci d’être là cette après-midi pour entendre mon tour de chant. Je pense que c’est le 9è shows qu’on fait de cette nouvelle tournée, on est booké jusqu'en 2021 » On pouvait voir la fierté dans son visage.

« J’ai décidé via ma page Facebook d’inviter les gens à me donner des choix de chansons alors j’espère que vous allez les aimer. Le dernier spectacle que j’ai fait à Québec c’était avec l’OSQ, je n’oublierai jamais ça. Pour cette nouvelle tournée, j’ai changé un peu mes chansons mais ne vous inquiétez pas, je n’ai pas enlevé La dame en bleu. Ce qui a suscité des rires et des ouf!

Pour la première partie il a offert à son public de merveilleux souvenirs dont : C’est magnifique, Les roses de Picardie, L’important c’est la rose, L’amour est dans ta rue, Besame Mucho, C’est la faute au Bossa Nova, Salut les amoureux, Quand tu liras cette lettre, Un baiser de toi, N’oublie jamais, Ton amour a changé ma vie, Chante la vie chante ainsi que Quando Quando qu’il a interprété en duo avec sa choriste Lorraine L’écuyer. La très grande complicité entre les deux était palpable.

Mon bilan pour cette première partie est que malgré ses 82 ans bien sonnés, sa force réside dans sa capacité d’innover à cela s’ajoute la relation de confiance réciproque qui est bien réelle entre lui et son public et naturellement son immense talent.

En deuxième partie, il nous revient avec La dame en bleu. Tous les spectateurs lui ont prouvé leur amour inconditionnel en chantant ‘’ Je suis amoureux de Michel Louvain ‘’ On peut dire que le petit Poulin était vraiment content. Par la suite on a eu droit à un medley country avec Quand on est en amour, Song Song Blue, Au bout du monde avec toi, Mille après mille, Que c’est beau la vie.

Puis il s’est empressé de dire « Bon ben là on va relaxer, c’est le bloc Louvain » Il a débuté avec la première chanson qu’il a enregistré sur disque à l’âge de vingt. Cette même chanson, il l’avait interprétée le 3 mai 1958 pour le gala des Splendeurs au Colisée Pepsi. Tout de suite le lendemain, sa carrière avait pris son envol, je parle de Buenas Noches Mi Amor. Dès les premières notes, la réaction des gens a été automatique ha…il a par la suite enchaîné avec Pourquoi donc as-tu brisé mon cœur qui a littéralement comblé tout le monde. À différents moments durant le concert, les gens ont laissé aller leur cœur et la salle complète s’est transformée en une immense chorale. C’était magnifique.

Pour la finale, il a interprété avec toujours beaucoup d’émotions Un certain sourire. Il fallait s’y attendre car c’était la chanson préférée de sa mère et il ne fait jamais un spectacle sans faire un petit clin d’œil à sa maman.

Bilan

La belle vie c’est de la passer en compagnie de Michel Louvain qui nous rappelle mille et un souvenirs en nous interprétant avec sa voix unique les chansons qui nous accompagnent depuis toujours. C’est certain que les fans de Michel sont sortis de la salle Albert Rousseau comblés et évidemment avec un Certain sourire!

Noel s’en vient, pourquoi pas offrir en cadeau le nouvel album La belle vie ou en acheter deux billets pour assister au spectacle afin de passer une agréable soirée en compagnie d’une personne chère à vos yeux. Puis si vous avez un porte- feuille pas pire et bien pourquoi pas les deux.

Tout le monde aime Michel Louvain

Pour avoir toutes les dates de ses spectacles visitez

www.michel-louvain.com

Lyne LaRoche




Martin Petit - 01 janvier 2019

L’incendiaire Martin Petit…remis en liberté avec promesse de comparaitre 

Hier soir, l’humoriste Martin Petit présentait à la salle Albert Rousseau son quatrième one-man-show Pyromane. Après avoir assisté à son spectacle on comprend parfaitement bien pourquoi il a attendu 9 ans avant de remonter sur scène. La raison est simple : Il voulait mettre le feu à la bonne place et il a réussi.

Avec Martin Petit on peut rire de tout en commençant par soi-même.

Ayant acquis une indéniable aisance sur scène on peut sans l’ombre d’un doute dire qu’il livre un spectacle libérateur.  Selon lui tous les sujets sont abordables et méritent d’être abordés.  Après 30 ans de carrière, il s’est comment s’y prendre pour allumer les conversations le lendemain matin autour de la machine à café. Malgré la lourdeur de certains sujets qu’il aborde, il vient chatouiller les gens de façon à faire avancer le débat.

Dès son entrée sur scène il s’est adressé à son public en leur parlant de tout ce qui a changé dans sa vie et dans la société depuis son dernier spectacle.  

Martin Petit reste piquant et pertinent, tout en demeurant respectueux des personnes dont il se moque.

Il aborde presque tous les sujets autant épineux que simples et il n’hésite pas à causer certains malaises. Les handicapés et leur place de stationnement, le port de la burqa, les cours de relations sexuelles à l’école, le mouvement #metoo, les milléniaux, la génération X et les baby boomers, la pédophilie, les réseaux sociaux, le sexe chez les personnes âgés, les menstruations et plus encore. Contrairement à ce qui est devenu une mode depuis ces derniers temps en humour, aucune fois durant le spectacle une tête de turc sera pris dans l’assistance, il fait même attention pour ne pas heurter gratuitement et méchamment son public. Il s’expose aussi en parlant de sa cinquantaine, de ses deux enfants et de sa blonde.

À un certain moment, Martin lâchera quelque chose sur un sujet délicat et les gens dans la salle feront quelques ‘’hoouuuuuuuu’’ et il leur répondra « le show c’est Pyromane, pas Paparman » ce qui a provoqué des rires à en avoir mal aux côtes. Le spectacle est rôdé au quart de tour, l’humoriste s’est parfaitement ou il s’en va et il a un plaisir fou à puncher sans qu’on s’y attende.

Le spectacle est d’une durée de 90 minutes sans entracte.

 Bilan

Sa belle personnalité et ses mimiques amènent encore plus d’originalité dans le spectacle.

Avec Pyromane, Martin Petit a relevé le défi haut la main à en juger par les multiples rires, les applaudissements et la longue ovation qui lui ont été servies. Le Pyromane Martin Petit est remis en liberté avec promesse de comparaitre dans plusieurs supplémentaires.

Pour connaitre toutes les dates

 https://martinpetit.com/

Lyne LaRoche

 




Yannick De Martino - 01 janvier 2019

Yannick De Martino, une bibitte étrange… intelligente

Hier, c’était soir de première pour l’humoriste Yannick De Martino qui présentait son premier one-man-show Les dalmatiens sont énormes en campagne. Un titre aussi bizarre que son affiche ou on le voit à côté d’une vache qui n’ose pas le regarder, quelle belle idée! Il n’en fallait pas plus pour remplir à pleine capacité le théâtre Petit Champlain.

Petite bio

Yannick a fait ses débuts en 2011 avec En route vers mon premier gala. Au fil des années, il a fait plusieurs apparitions dans les Galas Juste pour rire, au Zoofest et au ComediHa! Fest-Québec… Par la suite, il a participé à plusieurs émissions de télévision dont Like-moi ! Dans ma tête avec Patrick Groulx, Les Prodiges avec Julien Lacroix…Il s’est aussi joint au Sous écoute animé par Mike Ward. On a pu le voir dans les publicités de Boréale Bières et dans le Maitre Glacier. En 2018, pour la première fois, il touche au cinéma dans le film Mon ami Walib. Toujours en 2018, il est en nomination pour le Podcast humoristique de l'année pour Ça ou ça, avec Mehdi Bousaidan et pour la Découverte de l’année au gala des Olivier

Après avoir eu un agenda aussi bien chargé, après avoir touché à plusieurs projets, il a décidé de se lancer dans l’exercice périlleux de présenter son premier one-man-show. Et il avait raison.

En assistant à son premier spectacle, on comprend bien vite que son humour est assez particulier. Unique en son genre, il fait de l’humour social tout en étant nonchalant. Avec son humour décalé et sa façon de jouer avec les mots, il réussit à nous faire entrer dans son univers. Son humour n’est pas toujours facile à cerner et ses blagues ne sont pas toujours drôles mais demandez-moi pas pourquoi, tout le monde ri, incluant moi-même. Il parle de tout et de rien mais il y a toujours une suite logique à la toute fin.

Bilan

Somme toute, Yannick De Martino est une bibitte étrange, originale et intelligente qui connait bien sa langue française.

Il a un talent naturel qui désarme et qui fait beaucoup rire. À la toute fin, on sort de la salle et on se demande mais qu’est-ce qui vient de se passer!

Pour savoir tout sur Yannick De Martino visitez :

https://yannickdemartino.com/

Lyne LaRoche




Entrevue France D'amour - 01 janvier 2019

Entrevue France D’Amour

D’Amour et Rock ‘n’ Roll !

Cette semaine, c'est au Café Éco sur LeBourgneuf que je me suis entretenue avec France D'Amour afin de parler de son nouvel album D’Amour et Rock ‘n’ Roll ! Je connais France depuis longtemps et à chaque fois qu’on pique une jasette ensemble, j'ai toujours l'impression qu'on s'est parlé hier.  Cette semaine, elle était rayonnante de bonheur. Notre rockeuse avait les yeux pétillants et ça se sentait qu’elle était contente d'être ici à Québec pour nous parler de son 13è opus.

Lyne : Allo France, depuis les débuts de ta carrière, ce n'est pas la première fois qu'on se rencontre pour parler de la sortie d'un nouvel album, mais là, j'ai enfin l'impression de te retrouver comme il y a 20 ans, est-ce que je me trompe?

France : Tu as eu l’album?

Lyne : Oui, hier et je l'ai écouté trois fois. Je peux même te dire que D’Amour et Rock ‘n’ Roll ! est un ver d'oreille.

France : Ah oui, là tu me fais vraiment plaisir. Je suis tellement contente tous ceux que j'ai rencontré et qui l'ont écouté ont eu de très bonnes réactions.

Lyne : Qu'est-ce qui a été le déclic pour que tu reviennes avec du Rock?

France : Le public me le demandait et je le sentais aussi. À mon lancement mes fans disaient ça fait 20 ans qu'on attend cet album-là.

Lyne : Durant ces dernières années, tu as touché à plusieurs styles, dirais-tu que tu avais besoin d'explorer autre chose que le rock?

France : Oui c'est effectivement ça. Tout d’abord j'avais besoin d'explorer autre chose, car tu sais la musique a toujours été mon école. À un moment donné ce n'est pas parce que t'aime quelque chose que t’es bon dans cette affaire-là. J'ai découvert que le Rock, ça correspond bien à ma personnalité, à ce que j'ai envie de dire, en tant que musicienne alors je me suis écouté et j'ai écouté le public.

Des fois, j'écoutais les artistes parler de leur ambition et je me disais « On dirait que je n'ai pas d'ambition comparer aux autres » et je me suis rendue compte, que je n'ai pas l'ambition de conquérir l’univers, j’ai juste l'ambition de me conquérir moi-même, de m’apprécier à ma juste valeur et de m’écouter, en fait de moins me déprécier.

Lyne :   Je ne dois pas être la seule à te le dire, j’ai l’impression que tu n'as pas vieillie, tu as encore le feu sacré quand tu es sur scène.

France : C'est tu quoi Lyne, c'est la chose que je me fais dire le plus souvent ‘’T’as pas d’âge, t'as pas vieillie’’ pourtant physiquement oui, oui, j'ai vieilli. Tout suit le chemin de la gravité, c'est évident.  Moi, je pense qu'on décide de devenir vieux. Quand les gens disent des commentaires comme ‘’ Moi je n'ai plus l'âge pour faire ça! T'as plus l'âge pour porter une jupe courte! Ben l'adolescente en moi je la valorise, je la garde vivante. Je sais qu'un jour le physique ne suivra plus mais en attendant je ne me mets pas de barrière parce que la société a décidé qu'à 50 ans une fille ne fait plus si ou ne fait plus ça.

Dernièrement une photo de moi a été publiée dans le journal de Montréal, la langue sortie on a choisi cette photo-là. Ce n'est pas le journal qui a décidé on les a tous regardé et c'est celle-là que j'ai choisi. Je savais qu'il y aurait des gens qui diraient « Voyons France ça ne se fait pas » mais moi je l’aime. Je n’essaie pas d’être sexy, je n’essaie pas d’être belle, j'essaie juste d'avoir du plaisir. Tous les jours, c'est mon but avoir du plaisir et être le plus naturelle possible.

Lyne : Pour ce nouvel album, c'est toi qui a écrit paroles et musique?

France : Oui pour les textes et la musique c'est en collaboration avec mon guitariste

Lyne : En écoutant l’album on se rend compte qu’il y a une suite logique. Quel a été le fil conducteur pour l'écriture de l’album?

France :Ces temps-ci on entend souvent ça, être dans le moment présent alors mon album c'est une photo polaroid de l'année 2019. La chanson Non, c'est non c’est comme le(#moiAussi) ça s'est passé en 2017 mais c'est encore d'actualité. Cet album parle des préoccupations qu'on a tous en 2019. La chanson Le fil conducteur dit qu'on est tous sur le web, on est tous connectés, quand ça bouge quelque part on le ressent tous On se rejoint. On a tous des paradoxes entre nous autres, des fois nous sommes très social mais des fois on aime être dans notre bulle on veut pus rien savoir, on a des contraires mais On se rejoint. Mon album je le trouve actuel, c'est ce que j'avais envie de dire.

Lyne : Sur l'album à la toute fin, il y a une très belle chanson que tu as composé pour ton père dont le titre est T'étais mon père veux-tu m’en parler?

France : Évidemment mon père est décédé. La chanson n'est pas nécessairement dans le même courant que l'album mais elle n'avait  pas le choix d'être là, je devais faire une belle place à mon père sur cet album. La chanson était déjà écrite lors des funérailles de mon père mais je n'étais pas capable de la chanter, j'ai lu seulement le texte.

Lyne : Quelle est la première toune que tu as écrite?

France : Le fil conducteur.

Lyne : Quelle est la chanson qui te ressemble le plus ?

France : D’Amour et Rock ‘n’ Roll c'est ma vie, je suis toujours sur la 40.  Bleu sur mon cœur c'est ma chanson préférée en show, à cause de la drive qu’il y a dedans. Elle est aussi un peu féministe.  Je suis une fille sérieuse mais je suis capable de me lâcher. Je ne suis pas un top modèle mais j'ai une bonne tête, j'aime jouer mais je sais compter. Je ressemble aux filles d'aujourd'hui. Je suis une mère mais j’ai un cœur d’enfant. On est toutes un peu écorchées par la vie mais les histoires qui nous ont blessées, on a appris de ça, car le chemin du cœur nous amène toujours plus loin

Lyne : Tu es la maman d'un grand garçon, comment perçois t’il ton retour au Rock?

France : Mon fils n’est pas un fan de France D’Amour, il écoute de la musique de gars.  Mais celui-là, c'est son album préféré. Quand je lui ai envoyé mon album et qu'il a écouté Le fil conducteur il m'a dit « Celle-là mom, elle va passer partout » Il trippe.

Lyne : Avec un nouvel album d’habitude vient une tournée?

France : Oui, mais moi je suis toujours en show la semaine dernière j'étais à Montréal et le lendemain à Chibougamau. Dans mon spectacle, j'insère tranquillement mes nouvelles chansons. À mon dernier show, j'en ai fait cinq et la réaction du public était vraiment cool.

Lyne : Tu as signé avec MP3 c’est-à-dire travailler avec Mario Pelchat pourquoi?

France : Ce n'est pas pour rien que j'ai signé avec MP3. Mario est un vrai fan de musique. C'est un grand amoureux. Tu sais d'habitude, tu fais écouter ton album, c'est à dire deux trois chansons, puis les gens de la business se mettre à jaser. Mario lui c'est ‘’ Je veux en écouter une autre et une autre. Il a écouté l’album au grand complet, il m'a impressionné, c'est un vrai fan. Je suis dans une belle gang qui aime la musique.

Lyne : Ton prochain spectacle à Québec est pour quand?

France : Le 10 avril prochain au Petit Champlain

Lyne : Si j'avais à te souhaiter quelque chose pour l'avenir ce serait quoi?

France : Mise à part trouver un chum qui a de l'allure (RIRE) que mes salles soient pleines, que les gens aiment l'album. Tu sais, je peux faire des milliers de kilomètres pour croiser le destin des gens. Ce n'est pas juste pour faire de la musique mais pour les inspirer. C'est ma façon de mettre l'épaule à la roue pour avoir un meilleur monde. La musique, c'est la meilleure des médecines douces.

Lyne : Alors disons aux gens d'en écouter encore plus. France c'est toujours un grand plaisir, un gros merci.

France D'Amour sera en spectacle le 10 avril prochain au théâtre Petit Champlain

Son album D’Amour et Rock ‘n’ Roll ! est en vente dès maintenant

Pour tout savoir visitez : www.francedamour.ca

Lyne LaRoche




Entrevue Martin Levac - 01 janvier 2019

Martin Levac fait un dernier tour de piste

Pour une dernière fois

Dance Into the light les 21-22 et 23 novembre au Capitole de Québec

Martin Levac est le meilleur personnificateur de Phil Collins. Il a présenté plus de 250 spectacles tout au long de ces dix dernières années devant plus de 300 000 spectateurs.  Cette semaine, il fera son dernier tour de piste sur la scène du Capitole de Québec en présentant son spectacle Dance Into the light. Je dois vous dire qu’ayant déjà assisté deux fois à son spectacle, je ne l’avais jamais rencontré. Cette semaine, c’est au Bonnet d’Âne sur la rue St-Jean que j’ai eu le privilège de passer un 20 minutes en sa compagnie et de rencontrer la superbe équipe qui l’entoure. Ils sont vraiment tous agréables à côtoyer. C’est ça la clef d’un succès qui perdure.

Martin : Oui, ça va être ben ben émotif. Mes amis, ma famille, mon band tout le monde va être là. Même si on sait qu’il va y avoir autre chose après, c’est quand même une grosse étape à passer. Ça fait dix ans de notre vie qu’on est ensemble. On a vécu des mariages, des divorces, l’arrivée des enfants, le début des classes, les enfants qui quittent la maison, c’est incroyable ce qu’on a vécu mon band et moi. On a vu les up and down de tout le monde, c’est quelque chose de tourner une page, j’en parle là puis ça me rend émotif. C’est vraiment une belle histoire de famille.

Lyne : Quand tu as commencé à faire Dance Into the light, étais-tu un fan fini de Collins ou à cause de ta voix, ton look et ton talent de drummer ça fait en sorte que c’était comme logique que tu le personnifie

Martin : Quand j’étais adolescent, j’étais un fan fini de Phil Collins. Du plus loin que je me souvienne, j’ai commencé à écouter du Phil Collins et du Genesis vers 13-14 ans. Très rapidement je suis devenu fan, j’achetais les albums, je les écoutais en boucle et j’avais toujours hâte d’assister au show. J’aimais la musique de ce gars-là mais pas juste de lui de d’autres personnes aussi. Mais comme je suis drummer et que j’avais déjà des similitudes avec lui dont la voix, je me suis lancé. Par contre je dois te dire que ce n’étais pas un plan de carrière pour moi, je voulais écrire mes chansons et faire des succès. La vie en a voulu autrement. J’ai été finaliste au Festival de Granby et j’étais dans ma phase de détachement, je ne voulais plus rien savoir de Phil Collins, j’étais dans la jeune vingtaine. Jusqu’à un certain moment donné, j’ai fait la paix avec ça. Je n’étais pas pour bouder toute ma vie Phil alors quand les gens me demandaient ‘’Fais-nous donc une toune de Phil Collins’’ ça rendait du monde heureux.  Ca fait que je me suis dit pourquoi je me priverais puis en même temps que je priverais les gens de ce plaisir alors je me suis dit ben on va le faire mais pour de vrai et en grand.

Lyne : Est-ce que tu as déjà rencontré Phil Collins?

Martin : Oui 4 fois. La première fois à Verdun à CKOI j’étais là pour des entrevues, on s’est parlé 5 minutes, la deuxième fois c’était à Genève on a passé la journée complète ensemble et il a même joué sur ma batterie en finale du show, en 2010 c’était à New-York durant sa tournée Motown et puis la dernière fois, c’est à Tout le monde en parle, on s’était arrangé pour qu’on soit tous les deux sur le même show ensemble.

Lyne : Comment est-il?

Martin : C’est un gars super sympathique, il est humble, il ne se prend pas pour un autre, il est vraiment terre à terre. Pour lui, Michael Jackson et Elvis sont des personnages mais pas lui. Il ne comprend pas trop pourquoi, il se fait personnifier car dans sa tête, il n’est pas un personnage, il se voit comme un gars ben ordinaire.

Des nouveaux projets pour 2020

Lyne : Maintenant parlons de ton nouveau spectacle, à quoi doit-on s’attendre?

Martin : Il n’y aura plus de personnification. Avec Dance Into the light j’étais musicien, chanteur et aussi comédien. Entre les chansons je parlais en anglais, je faisais semblant d’avoir un accent britannique, j’étais Phil Collins. Les gens ne savaient pas trop si j’étais un québécois, je jouais avec ça et ça rendait les gens heureux. Il avait l’impression d’être à la vraie affaire et c’était le but en faisant ça.

Avec le nouveau spectacle étant donné que je vais mixer deux répertoires, car Phil Collins n’a jamais mixer les deux, il a toujours séparé les deux, c’est-à-dire, sa carrière solo et sa carrière avec Genesis. Avec mon nouveau spectacle, je vais pouvoir mixer les deux mondes ensemble, puis devenir Martin. Entre les chansons je vais me permettre de dire au public pourquoi j’ai choisi telle ou telle chanson. Ce sera plus une immersion dans mon univers musical soit celle de Phil Collins et de Genesis qui finalement est la trame sonore de tout le monde.

Lyne : Donc tu redeviens Martin Levac?

Martin : Oui, mais le personnage de Collins ne sera pas bien loin. Je vais peut-être même le laisser sortir un peu et le laisser parler, on verra.

Lyne : Est-ce que tu seras encore entouré des mêmes musiciens et de la même équipe?

Martin : Oui, rien ne change. Quand on a une équipe gagnante, on la garde.

Lyne : Avez-vous commencé à pratiquer?

Martin : Le répertoire est déjà choisi, on va commencer en février.

Lyne : Ya t-il un rêve ultime que tu aimerais réaliser dans ta carrière?

Martin : Ben quand j’étais jeune, je rêvais que Phil Collins tombait malade et que Genesis m’appelait pour que je remplace Collins à pied levé comme ça. Dans le fond, on dirait que c’est ça qui m’a toujours motivé à aller de l’avant. Je me disais, ils vont peut-être m’appeler. Et crois-le ou pas en 2009-2010 et 2011 j’ai joué avec le guitariste de Collins, Darish Palmer. Imagine j’étais sur scène avec lui. Finalement ce serait peut-être ça mon rêve ultime, on s’entend pour dire que tout ce beau monde-là est vieillissant aujourd’hui, ils ne font plus vraiment de grande tournée mais ce serait vraiment un beau rêve à réaliser.

Lyne : Si un jour on t’avait dit que tu aurais eu un si grand succès avec Dance Into the live, l’aurais-tu cru

Martin : C’est certain que non. En 2001 j’ai reçu un appel de Musical Box et c’est là que tout a commencé. Donc ça fait 18 ans que je le personnifie professionnellement.

Lyne : Est-ce que ça t’es déjà arrivé d’avoir une écoeurite aigue de ce répertoire?

Martin : Oui, il y a eu une période où je l’ai eu cette fameuse écoeurite. C’était à la fin de Musical Box et au début du spectacle Dance Into the light. Il y a eu un 3 ans ou ça n’allait pas bien dans ma vie et ça n’allait pas bien non plus dans ma carrière. Je t’avoue que là, j’avais vraiment envie de lâcher la musique, je voulais tout abandonner. J’enseignais la carrosserie automobile d’ailleurs j’ai fait ça pendant 20 ans. Je me disais que la musique ce n’était plus pour moi, ça m’attirait juste du malheur, ça ne me plaisait plus du tout. Et c’est là que j’ai commencé à travailler avec ma femme Janice elle est devenue ma gérante. C’est à partir de ce moment-là que notre vie a changé. On a tous les deux lâché nos jobs pour s’occuper à temps pleins de notre business de musique et on ne fait que ça depuis 2008. Ça pris ça pour que je recommence à aimer ma vie musicale.

Lyne : As-tu déjà eu l’idée de ne faire que du Martin Levac?

Martin : Oui, en 2015 j’ai sorti un album qui s’appelait 1985 j’ai écrit 12 chansons à la saveur des années 80, nous sommes partis en tournée, on a fait une vingtaine de shows.

Lyne : Est-ce que tu continu d’écrire des chansons?

Marin : Oui encore aujourd’hui. Mon métier c’est de faire du Genesis et du Phil Collins et les autres choses je vois ça comme des petits projets, des à côté.

Lyne : Disons que je te souhaite pour les 10 prochaines années un succès aussi grandiose que Dance Into the light que dirais-tu?

Martin : Je te dirais on va y aller avec un 5 ans, j’ai 48 ans, j’ai encore de l’énergie. Donc ça m’amènerait à 53 ans avec le gros band.

Lyne : Ta première au Capitole sera les 27-28 novembre 2020 si je ne me trompe pas

Martin : Oui, c’est en plein ça

Lyne : As-tu hâte?

Martin : Oui j’ai choisi mes tounes il y a des incontournables comme Another Day in Paradise que je ne peux pas mettre de côté, car tout le monde la chante. Avec le nouveau show on va leur servir le meilleur, de la belle musique avec une grande intensité. On va rentrer dedans, on va les vivre les tounes, puis on va vivre chaque moment de chaque show comme si c’était les derniers.  Et toute l’équipe est comme ça, nous sommes des passionnés, jamais notre passion c’est détérioré depuis 10 ans. Vois-tu encore aujourd’hui, on s’améliore encore et il ne reste que 4 shows avant la fin de Dance Into The light.

Lyne : Martin est-ce qu’on peut dire que tu es heureux aujourd’hui?

Martin : Ben oui, très heureux, j’ai la santé, j’ai ma femme avec qui je travaille, je suis bien entouré, mes enfants et mes parents sont bien, je suis vraiment à une belle place dans ma vie. Pis je rends du monde heureux que pourrais-je souhaiter de mieux!

Lyne : Martin ce fût un plaisir de te rencontrer

Pour vous procurez des billets pour les derniers spectacle au Capitole de Québec

http://www.lecapitole.com/fr/spectacles/dance-into-the-light-2019/

Martin est omniprésent sur tous les réseaux sociaux

Il répond à tout le monde, lui et son équipe sont très proactifs.

Vous pouvez suivre Martin Levac

www.martinlevac.com

Sur sa page Facebook

https://www.facebook.com/MartinLevacMusic/

Voici ce que Phil Collins a dit de Martin Levac.

"Martin, le batteur... Je ne sais pas si j’ai jamais si bien joué... peut-être que je l'ai fait, mais il a joué fantastiquement bien, il fait tout ce que j'ai fait avec la main gauche et la main droite... C’est très personnel et il a en quelque sorte copié ça, donc c'est très intéressant. Martin a saisi TOUTES mes nuances personnelles, vocalement et à la batterie... ça m'a rappelé que j'étais bon !!!!!!".  - Phil Collins à la radio suisse

Lyne LaRoche

 




Korine Côté - 01 janvier 2019

Korine Côté surprend, attaque, séduit et fait rire avec Gros plan!

Hier soir, à la salle Albert Rousseau   Korine Côté présentait son deuxième one-man-show ‘’ Gros plan’’.

C’est sur la chanson ‘’Corinne’’ des Trois Accord, qu’elle est entrée sur scène. Tout comme dans son premier show, tout de suite elle a récolté les rires. Son aisance sur scène, ses textes riches et réfléchis et son talent d’humoriste impressionne. 

Durant 90 minutes sans entracte, elle pose son regard sur les petites choses qui se passent autour d’elle et dans la société en générale et ça déclenche les rires presqu’à tout coup. Découvrant la maternité cette année, elle avoue que son petit Henri a de quoi lui donner de la matière à raconter et elle a bien raison, ses histoires sont délicieuses.  Elle nous parle de son physique pleinement assumé avec beaucoup d’autodérision et d’originalité et des ronflements de son chum qui sont…

Elle aborde différents sujets suite à son grand sens de l’observation comme les émissions rénovations, les petites annonces, le jus de pruneau, les vomissements, les contraceptifs, les téléréalités, la discrimination, les réseaux sociaux et même de son plancher pelvien…Aucun sujet ne lui échappe, elle rit de tout en passant par elle-même.

Sa façon de parler, ses mimiques, ses imitations et ses bruitages le tout livré avec simplicité démontre à quel point elle a un talent fou. Certaines anecdotes qu’elle raconte sont divinement exploitées à son maximum et elle score totalement.

Bien qu’il n’y a pas de fil conducteur précis dans le spectacle, elle nous amène un peu partout et ca marche, les gens rient vraiment beaucoup.

Les textes sont signés par Gabrielle Garon et François Bouliane et la mise en scène est d’Alexandre Barrette

Bilan

Loin d’avoir peur de ses idées, Korine surprend, attaque, séduit et fait rire!

Avec ce deuxième one-women-show, elle mérite amplement son titre d’humoriste car elle obtient un score parfait!

Elle sera de retour en supplémentaire à la salle Albert Rousseau le 21 mai 2020

https://www.sallealbertrousseau.com/programmation/korine-cote/

 Pour avoir plus d’informations sur ces dates de spectacles visitez

www.korinecote.com

Lyne LaRoche




Rosalie Vaillancourt - 01 janvier 2019

Rosalie Vaillancourt, une vraie bouffée d’air frais

Hier c’était soir de première à la salle Albert Rousseau pour l’humoriste Rosalie Vaillancourt qui présentait son premier spectacle solo Enfant roi.

À première vue, elle a une binette de petite fille quasiment angélique, elle parle avec une petite voix mais très vite elle se change en démone. Sarcastique, trash, ironique et crue c’est sans filtre que la blondinette sert au plus grand plaisir de ses fans, l’humour qui l’a fait connaitre.

Elle se démarque dans la façon qu’elle a de livrer ses messages. Le concept de son spectacle est simple, elle veut nous démontrer que malgré son humour indécent et cynique, elle est une bonne personne car elle a mis son ‘’tampon porte bonheur’’

Son numéro d’ouverture est un dessin animé dans lequel Rosalie se fait jeter un mauvais sort par une sorcière. D’ici la fin du spectacle elle devra démontrer à tout le monde, qu’elle est une bonne personne, car si elle ne le fait pas, elle sera transformée en « tas de merde».

Le succès de son show c’est son franc-parler. Il devient vite son arme pour déclencher les rires pas à en avoir mal aux côtes mais on ri du début à la fin.  Viens s’ajouter à ça un décor parfait, des photos et des vidéos qui défilent sur un écran géant et un coffre à souvenir qui lui permet de parler des relations avec ses ex. La petite tornade ne se prive pas, elle y va avec la totale en interprétant même deux chansons.

Ses sujets de prédilections sont la sexualité, les menstruations, la vieillesse, le bénévolat, l’hypocrisie l’insensibilité, l’homme idéal… N’ayant pas la langue dans sa poche elle va même remercier le public d’avoir payé pour se faire crier dans les oreilles. Avec son sourire narquois et intelligent, elle s’est pertinemment ou ça va réagir dans la salle. On apprend aussi qu’elle et son ancien copain étaient des grands voyageurs mais qu’il voulait visiter une place dont elle n’y tenait pas du tout. Elle brosse aussi un portrait de ses parents en disant que sa mère est féministe et que son père l’attendait dans son auto en lisant le Devoir lors de son bal de graduation. Elle nous parle aussi de son amitié avec Jérémie un jeune trisomique moment presque émouvant.

À la toute fin, elle espère que les journalistes vont écrire dans leur critique que son humour est intelligent même si elle a dit le mot pénis 28 fois durant la soirée.

Moi je dirais que son humour est intelligent car ce qu’on retient du spectacle, c’est qu’elle est unique. Tout d’abord, il n’y a aucun humoriste en ce moment qui fait ce genre d’humour au Québec et il n’y a qu’elle qui a cette voix stridente et quelque peu énervante.

Mais c’est quand même une bonne personne cette  Rosalie Vaillancourt

La mise en scène de Pierre-François Legendre est très efficace

NB: Les Denis Drolet et Michel Barrette participent aussi aux autres projets de Rosalie

Bilan

Avec Enfant roi, Rosalie Vaillancourt est une véritable bouffée d’air frais. Malgré son allure angélique, elle livre un spectacle sarcastique, trash, ironique et cru avec brio. Avec son énergie son naturel et son intelligence, elle atteint haut la main son but, celui de faire rire.

Rosalie sera de retour à la salle Albert Rousseau en supplémentaire le 3 mars 2020

https://www.sallealbertrousseau.com/programmation/rosalie-vaillancourt/

Pour plus d’informations visitez :

www.rosalievaillancourt.com

Lyne LaRoche




Dance into the light (finale) - 01 janvier 2019

Une illusion parfaite qui disparaitra

Dance into the light, pour la dernière fois!

Hier soir au Capitole de Québec débutait une série de trois spectacles pour Martin Levac qui viendra mettre un point final à son énorme succès Dance into the light.

Depuis 10 ans, Martin et son équipe de sept musiciens rendent hommage à la carrière solo de Phil Collins avec le spectacle « Dance into the light ». C’est plus de 250 spectacles qui a été présenté tout au long de ces dix dernières années devant plus de 300 000 spectateurs. C’est tout un exploit pour un spectacle hommage car n’ayons pas peur de le dire, bien souvent ce genre de spectacle est boudé.

Quelqu’un a dit un jour ‘’ Un prêtre aurait pu vouloir faire un exorcisme tellement Levac a parfaitement capturé Collins’’ et il avait raison. Il a la même voix et le même accent britannique quand il parle, ses mimiques, ses pas de danse sont les mêmes et installé derrière sa batterie ou à son piano, avec ses mains il fait les mêmes gestes. On n’a pas de difficulté à comprendre pourquoi le succès a été si grand et la raison pour laquelle Phil Collins a approuvé le spectacle Dance into the light, c'est que Martin  possède Collins. Ajouté à cela un super jeu de lumières et des musiciens chevronnés tout y est pour vivre l’ambiance survoltée des années 80-90.

Ce soir, Martin s’est permis de parler un peu plus en français mais toujours avec un petit accent, ce qui a été très apprécié de plusieurs spectateurs. Sans entracte durant un plus de deux heures tous les grands succès y passent « Against all odds Sussudio, Dance into the light, Separate lives, Can’t stop loving you, Easy Lover, One more night, In The Air Tonight, Don’t lose my number, Another Day in Paradise, et plus encore…un solo de saxophone parfaitement exécuté se mérite aussi une ovation.

 
 

C’est un feu roulant de hits qui défilent et les gens ne se gênent pas pour se lever et danser durant un medley hallucinant. Question de réchauffer la salle encore plus Martin se réinstalle à la batterie et fait un duo avec son batteur. Encore une autre ovation! La salle est complètement conquise par Cynthia Harding et Marie-Christine Despestre qui viennent déposée leurs superbes voix en duo avec Martin. Pour clore cette magnifique soirée que j’ai immortalisé dans ma mémoire et sur photos, Martin et sa bande nous ont livré Take me home.

À la toute fin, le public a applaudi avec beaucoup d’énergie. Sur le visage de Martin et de ses musiciens, une grande émotion s’est fait sentir, mais assurément avec le sentiment d’un devoir accompli.

Bilan

Dance into the light est un des meilleurs spectacles que j’ai eu la chance de voir!

Merci à Martin Levac et à sa belle gang pour les bons moments que vous avez offert pendant ces dix dernières années à vos fans. Vous les avez rendus heureux grâce à votre immense talent et votre passion contagieuse pour la musique de Phil Collins

Ce n’est pas un adieu mais un aurevoir car Martin Levac et ses musiciens seront de retour en 2020 avec un nouveau spectacle.

Il ne reste que quelques billets pour les deux dernières représentations soit le 22-23 novembre au Capitole de Québec.

Pour plus d’informations visitez

www.martinleva.com

http://www.lecapitole.com/fr/spectacles/dance-into-the-light-2019/

Martin Levac sera en spectacle au Centre d’Art la chapelle le 30 novembre prochain il présentera son spectacle en formule trio

A Visible Jazz Touch of Genesis 

Un retour aux sources remanié à la saveur jazz qui ne pourra que vous séduire !

www.lachapellespectacles.com

Lyne LaRoche




Le Noel des idoles - 01 janvier 2019

Le Noel des Idoles

Un spectacle qui fait du bien!

Hier soir au Capitole de Québec, c’était la première du spectacle Le Noel des idoles. Animé par le coloré Mario Lirette (qui a enfilé tout au long du spectacle différents costumes de Noel) le cœur était à la fête pour les gens qui s’étaient déplacé en grand nombre afin de voir et d’entendre les plus beaux airs de Noel interprété par les artistes qui ont marqué plusieurs générations.  Comme d’habitude, entre chacune des chansons, l’animateur s’est amusé à raconter ses histoires grivoises qui plaisent toujours au public.

Un mois jour pour jour avant Noel, les idoles Michèle Richard, Patsy Gallant, Gilles Girard, Tony Massarelli, et Jenny Rock ont interprété leurs plus grands succès et les classiques de Noël.  C’est avec toute l’intensité et la passion qui les anime, que les idoles ont littéralement pris d’assaut la scène n’offrant comme toujours à leurs fans que le meilleur d’eux-mêmes. Ils ont tous raconté leur Noel d’enfance nous rappelant que Noel c’est l’amour.

Dans une mise en scène de Nelson Minville, les idoles nous ont livré un spectacle réconfortant et divertissant durant deux heures avec entracte, un spectacle qui fait du bien!

La soirée a débuté avec la chanson Valse de Noel interprétée par l’élégante Michel Richard. Par la suite elle nous a livré un Je suis libre beaucoup plus senti qui a énormément plu aux spectateurs.

Patsy Gallant toujours aussi en voix a brillé avec ses interprétations de Most Wonderful Time of The Year et Besoin d’amour.

Vêtu de son habit blanc, la voix de Gille Girard a résonné partout dans le Capitole avec Ton amour a changé ma vie et Le sentier de neige.

La pétillante Jenny Rock avec son Noel Rock et son Douliou St-Tropez a fait chanter tout le monde.  

Le bel italien Tony Massarelli a encore une fois fait battre le cœur de la gent féminine avec son Feliz Navidad , Quand la neige tombera et son classique Aimer et mentir

Pour clore ce magnifique spectacle, tout le monde était réuni afin d’unir leur voix en interprétant Vive le vent. Une finale qui a soulevé la foule très satisfaite de leur soirée.

 

 

Première partie

La première partie a été confié à la chanteuse Brigitte M qui a interprété avec sa voix unique quelques-unes des chansons qui se retrouvent sur son nouvel album, Noel entre amis dont : Noel en cadeau, Nella Fantasia et Ave Maria.

 La tournée du spectacle Le Noel des idoles se poursuit surveillez son passage près de chez vous

Lyne LaRoche




Billy Tellier - 01 janvier 2019

Hypocrite(s) le malheur des uns fait le bonheur des autres

Chaudement accueilli hier soir, l’humoriste Billy Tellier a pris d’assaut la salle Albert Rousseau en présentant son deuxième one-man-show Hypocrite (s).

Presque 6 ans se sont écoulés depuis son premier spectacle mais il est loin d’avoir chômé. Il a script-édité plusieurs spectacles dont celui de Rachid Badouri, Alexandre Barrette et de Maxim Martin. Il a fait plusieurs apparitions à la télé et il a participé aux scénarios des films De père en flic et Le sens de l’humour. Ajoutez à ça, la venue d’un deuxième enfant en janvier, le rodage de son deuxième one-man show et l’animation de Debout les comiques à CKOI, il a raison quand il dit à plusieurs reprises durant la soirée ‘’Il faut que je dorme’’

Le fil conducteur du spectacle est simple, nous prouver qu’on est tous des hypocrite(s).  Il tourne au ridicule tous nos petits travers et les côtés sombres que nous avons tous.  Avec son œil d’observateur, il nous démontre à quel point on se complique la vie en voulant toujours être à son meilleure et à vouloir bien paraitre tout le temps.

Sa force est dans la façon qu’il a de dire les choses. Avec ses mimiques, ses postures et son solide sens de la répartie très aiguisé, il arrive à planter tout le monde y compris lui-même sans que ça fasse trop mal, il déclenche les rires à tout coup. Quelques-uns rient jaune mais c’est le but.

Enchainant plusieurs sujets dont la chicane de couple dont il est passé maitre, les allergies de son fils, les faux amis, les parents menteurs et la fausse nostalgie, Billy réussi avec brio à nous prouver que le malheur des uns fait le bonheur des autres.

Durant 90 minutes sans entracte, il livre un spectacle redoutablement drôle. Avec doigté il teste l’honnêteté de son public. Est-ce que vous auriez ramené une caisse de bière au dépanneur à la caissière qui se serait trompée dans le prix ? Vous madame, vous êtes dans un ascenseur avec votre plus gros fantasme et il veut vous faire l’amour, le feriez- vous? Pas besoin de vous dire qu’il casse la baraque immédiatement. Il démontre parfaitement que l’adage qui dit « Dans les petits pots les meilleurs onguents » est parfaitement vrai.

Ses numéros sur la pornographie et sur les règles des jeux de société sont sans temps mort, ils font beaucoup rire.  La mise en scène très efficace est de Laurent Paquin.

Bilan

Avec  Hypocrite(s)Billy Tellier mitraille tout le monde.

C'est un des meilleurs spectacles d'humour que j'ai vu cette année.

J'ai ri du début à la fin! À voir absolument!

Pour connaitre toutes les dates de sa tournée

www.billytellier.com

Lyne Laroche




Le livre (La vraie nature) - 01 janvier 2019

Le livre du chalet

La vraie nature...Comme si vous y étiez!

Si vous avez aimé les émissions de La vraie nature présentées le dimanche soir sur les ondes de TVA, alors vous allez adorer le livre.

Tout d’abord parlons de l’animateur Jean-Philippe Dion. Tout le monde veut savoir si le fameux chalet lui appartient et bien non. Dans le livre, vous y apprendrez où il est né et plus encore.

Quand l’émission débute dans votre télé, ce que vous voyez ce sont les artistes qui rament dans la fameuse barque. Mais avant qu’ils arrivent, il se passe bien d’autres choses que vous le public vous ne voyez pas mais avec le livre vous allez tout découvrir. Avouons-le, l’humain en général est curieux et avec le livre La vraie nature vous allez être gâtés.

Avec cet ouvrage rempli de photos Jean-Philippe Dion et ses complices reviennent sur les moments forts des deux premières saisons de l’émission et ils vous racontent ce qui s’est passé devant et derrière les caméras. Plusieurs moments inédits vous seront dévoilés. Vous allez plonger directement dans l'atmosphère du chalet de La vraie nature en passant par les confidences, les soupers aux chandelles, les recettes et les cocktails de vos artistes préférés.

Conçu à l’image de l’émission, vous aurez l’impression vous aussi de passer un weekend au chalet. Vous apprendrez comment corder une corde de bois, comment vous remettre d’une gueule de bois, (parce que c’est arrivé à certains artistes le lendemain matin) comment vous débarrasser des fameuses mouches à fruits et plus encore.

Plusieurs recettes de vos artistes vous seront sont dévoilées en voici un petit aperçu : Le poulet asiatique aux épices de Denis Bouchard, les boulettes sauce tomate de Patsy Gallant, l’osso bucco de Lara Fabien, le ragoût de pattes de Michel Bergeron (celui que Céline et René adoraient) sans oublier la tarte aux pommes de Lise Dion et le gâteau moka de Guylaine Tremblay.

Vous y retrouverez aussi les confidences de Sophie Lorain, Sonia Vachon, Mitsou, Judy Richards, France Castel, Jean-François Breau, Gino Chouinard, Janette Bertrand et plusieurs autres personnalités.

Le temps des fêtes arrive, quel beau cadeau à offrir !

Le livre La vraie nature est disponible dès maintenant dans toutes les bonnes librairies.

Et pour ceux qui se posent la question, oui, l’émission reviendra en ondes à l’hiver.

Lyne LaRoche




Le livre Brigitte Leblanc - 01 janvier 2019

Brigitte Leblanc

Une de mes plus belles découvertes en 2019

Native du petit village de Pointe-aux-Loups, aux Îles de la Madeleine, Brigitte Leblanc est une chanteuse multi-instrumentiste. C’est donc à 16 ans, accordéon en bandoulière, que Brigitte quitte ses Îles natales pour la Grand’Terre. Dès lors, commence son combat d’une vie entremêlée à ses rêves de reconnaissance et sa confrontation entre la réalité, l’espérance et les déceptions.

Il est plutôt rare que je me retrouve à aimer quelqu’un juste en lisant son livre mais c’est ce qui m’est arrivé avec le tien.

Je ne serais jamais partie est un ouvrage qui relate l’histoire de sa vie avec authenticité. La tempête des îles de la Madeleine comme on la surnomme nous ouvre son coeur en nous racontant son vécu. Ses histoires sont drôles, touchantes, choquantes et troublantes à la fois.

L’instinct de survie, la passion de la musique, les mauvaises personnes autour d’elle, les dépendances, Brigitte parle de tout sans retenue. Elle donne espoir et confiance en l’avenir. Elle a une belle originalité dans son écriture et son témoignage est très inspirant.  La lecture de son livre m’a vraiment donné le goût de la rencontrer.

Préface de Paul Daraîche

« Brigitte Leblanc est une artiste multidisciplinaire dans le vrai sens du terme : une auteure-compositrice-interprète, une musicienne de talent qui maîtrise la guitare, le piano, l’harmonica et, bien sûr, l’accordéon » Paul Daraîche.

Une belle histoire à lire d’une artiste qui en a bavé mais qui aujourd’hui respire le bonheur

https://archambault.ca/livres/je-ne-serais-jamais-partie/leblanc-brigitte/9782924973066/?id=2906693&cat=1884314

Lyne LaRoche




Noel une tradition en chanson - 01 janvier 2019

Noel une tradition en chanson

C’est une enfilade de classiques de Noel et du jour de l’an qui nous amène dans la féérie du temps des fêtes  

Grâce à Evenko et les Productions Martin Leclerc, la magie de Noel était au rendez-vous à la salle Albert Rousseau aujourd’hui pour deux représentations du nouveau spectacle Noel une tradition en chanson dont la mise en scène est signée par François Chénier

Le spectacle nous a fait vivre un moment unique de cette atmosphère des Fêtes qui annonce les rassemblements, la joie, mais aussi l’émerveillement.

Cette année pour la troisième édition, sept de nos plus belles voix étaient réunies sur scène afin de nous faire revivre nos traditions de Noel. En solo, en duo ou en groupe, ils ont interprété nos plus beaux classiques de Noel et du jour de l’an. Que ce soit Marie Michèle Desrosiers qui interprète (It’s the most wonderful time of the year) Marie-Élaine Thibert (Hallelujah), Marie-Denise Pelletier (Joyeux Noel) Yoan (Le sentier de neige) Christian-Marc Gendron (Marie-Noel), Brigitte Boisjoli (I’ll be home or Christmas) et Nathalie Simard ( All I want for Christmas tree) tout était en place pour passer un agréable moment. Chaque interprète nous a confié ce que cette période de l’année représentait pour elle ou pour lui et sa famille.

Il y a eu de nombreux moments très émouvants dont il est impossible de tous les répertoriés mais il y a eu aussi les traditionnelles chansons du jour de l’an dont on a pu s’empêcher de se taper dans les mains et de chanter.

Tous réunis autour du piano de Christian -Marc Gendron Gendron, nos talentueux interprètes ont offert au public (Mon beau sapin, Vive le vent, Les anges dans nos campagnes, L’enfant au tambour, Petit papa Noel, Le petit renne au nez rouge) un excellent medley qui nous a rappelé nos Noel d’enfance.

Mes coups de coeur

L’amour a pris son temps par Nathalie Simard, elle me donne des frissons à chaque fois qu’elle l’interprète.

The prayer le duo composé de Marie-Denise Pelletier et de Christian- Marc Gendron était parfait. Déjà que la pièce vient nous chercher dès les premières notes, imaginez lorsqu’ils y ont ajouté leurs voix puissantes et incroyablement justes, c’était grandiose.

Sur un prélude de Bach /Avé Maria Marie-Denise Pelletier a laissé personne indifférent venant même nous chercher quelques larmes.

C’est avec brio que Yoan à la guitare a livré avec sa voix unique l’incontournable Blue Christmas.

Marie-Élaine Thibert et Marie-Denise Pelletier ont fait une remarquable performance en interprétant Noel à Jérusalem.

Le  Minuit Chrétien de Christian-Marc Gendron avec sa voix puissante a été sans faille.

On ne pouvait pas trouver meilleure interprète que Brigitte Boisjoli pour livrer un Amazing Grace aussi juste.

 

Marie-Michèle Desrosiers a déposé sa voix envoutante sur la très belle chanson Sainte Nuit

Pour la finale, quoi de mieux qu’un pot-pourri de chansons du jour de l’an avec La danse à St-Dilon/Dans nos vieilles maisons/C’est comme ça que ça s’passe/Le temps d’une dinde/ Le jour de l’an/ La cuisinière.

La pétillante Brigitte Boisjoli ayant bien pris soin d’inviter le public à se lever afin de terminer le spectacle en beauté.

Au rappel que demander de mieux que 23 décembre, joyeux Noel Monsieur Côté interprété par tous les artistes y compris le public au grand complet.  

Bilan

Savez-vous quels sont les critères pour qu’un party du temps des fêtes soit réussi?

Tout d’abord il faut de l’originalité, un beau décor, de la bonne musique et des gens charismatiques qui ont une seule idée en tête, faire en sorte que la visite soit comblée et ne manque de rien. Noel une tradition en chanson, c’est ça!

Pour connaitre toutes les dates

 https://www.evenko.ca/fr/artistes/7825/noel-une-tradition-en-chanson

Lyne LaRoche




Album Héritage de Noel - 01 janvier 2019

L’album Héritage de Noel avec René Turgeon

Pour le meilleur ou pour le pire, une panoplie d'albums de Noël fait son apparition dès la fin de novembre. Personne n'y échappe. À tous les ans, j'en reçois une quantité industrielle pour en faire l'écoute afin de donner mes commentaires. Cette année n'a pas fait exception à la règle après en avoir écouté au moins une dizaine, voilà qu'on m'en propose un autre, celui  de René Turgeon. Tout d'abord, je dois vous dire que n'étant pas une adepte du temps des fêtes, j’avais l’impression d’avoir fait le tour pour cette année. J'ai toujours trouvé que les albums de Noël se ressemblent tous, donc je n'avais aucune attente.

Je me suis installé derrière mon ordinateur afin d'écouter la première chanson et surprise! Enfin, je venais de trouver un album qui n'était pas  comme les autres. La première chanson est en duo avec Yves Lambert (Bottine souriante) elle s'intitule La chanson des mensonges, la deuxième  Petit papa Noel, alors là je me dis bon, je me suis emballée pour rien. La troisième débute La plus belle nuit en duo avec Paul Daraîche.

Héritage de Noël”, c’est le 14è album de René Turgeon mais c'est son tout premier album de Noel.Il est  accompagné par une pléiade d'invités, il chante en duo avec de grands noms de la musique dont : Mario Pelchat, Paul Daraîche, Yves Lambert, Patrick Norman, Maxime Landry, Nathalie Lord, Émilie Daraîche et le légendaire Denis Côté à l’accordéon!

J'ai tellement aimé l'album, que j'ai eu le goût de rencontrer cette belle  voix qui m'a réconcilié avec la musique du temps des fêtes... À suivre!

Avec cet album vous y retrouverez quelques pièces traditionnelles et d'autres qui sont moins connues mais qui méritent de l'être beaucoup plus. Le medley du temps des fêtes sera assurément vous faire danser vous et vos convives.

Ne boudez pas votre plaisir

Héritage de Noël, un album à découvrir!

Lyne LaRoche




Entrevue René Turgeon - 01 janvier 2019

 

Entrevue René Turgeon

Un Beauceron qui réalise ses rêves

Son album Héritage de Noel va assurément l’amener  ailleurs!

 

Après avoir entendu son album Héritage de Noel, j'ai eu le goût d'en apprendre un peu plus sur Renée Turgeon. Alors aujourd'hui, c'est au Café Eco sur Lebourgneuf que nous avions rendez-vous. J'ai fait la rencontre d'un homme charmant, un vrai passionné de musique qui fait ce qu'il faut pour réaliser ses rêves.

Lyne : Bonjour René,  j'aimerais que tu me parles un peu de toi

René : En 1995, j'ai sorti un album avec la participation de Georges Hamel qui s'est super bien vendu.  Comme tu le sais sûrement déjà, Georges Hamel était  un icône de la musique country, il a vendus presque 2 millions d’album en carrière. De 1995 à 2005, j'ai enregistré  10 albums d'affilés par la suite, j'ai pris une pause car ma conjointe et moi sommes devenus parents de deux magnifiques petites filles. En 2010, j'ai sorti l'album Un rêve d'enfant. En 2015, Georges Hamel est décédé, avec  l'accord de son épouse Réjeanne et de ses enfants est né l'album Georges Hamel à ma façon. Cet album a été mon premier distribué en magasin et  plusieurs radios ont décidés de le faire tourner. Grâce à tous ca et à la grande visibilité médiatique qu'il y a eu,  nous avons vendus  10 000 copies, en un mois je suis devenu beaucoup plus connu.En 2017 mon treizième album  album Héritage a connu aussi un beau succès, j'ai vendu plus de 10 000 copies. Paul Daraîche a réalisé l'album et il a accepté de  chanter en duo avec moi la très belle chanson À ma mère.

Cette année, s'ajoute mon 14è album  Héritage de Noel réalisé encore par Paul Daraîche mais cette fois-ci avec plusieurs beaux duos dont  Mario Pelchat, Maxime Landry, Patrick Norman et sa conjointe Nathalie Lord, Émilie Daraîche et Yves Lambert (La bottine souriante). Avec ces belles voix qui chante  Noël avec moi, je ne peux demander rien de mieux.

Lyne : Qu'est-ce qu'il représente pour toi ce 14è album?

René : Il représente beaucoup. J’y ai mis tout mon cœur, toute mes énergies, je m’y  suis dévoué entièrement, j'ai travaillé énormément. Maintenant nous espérons  avoir de bons résultats. 

Lyne : Ce matin, j'ai appris que ton album était 8è meilleur vendeur au Québec, qu'est-ce que ca te fais?

René : C'est une belle nouvelle, ça veut dire qu'il a fait son entrée dans le top 10 de l’Adisq. Je suis bien fier car il y a tellement d'artistes qui sortent  des albums de Noel, je suis chanceux.

Lyne : Si je ne me trompe  pas c'est ton premier album de Noël, quel a été le déclic?

René : Avant cette année,  je n’aurais pas été prêt. Quand on décide de faire un album de Noël, il ne faut pas s'attendre à le rentabiliser tout de suite, car faire un album de qualité ça coûte le prix d'une maison dans mon petit village. Et tant qu'à  faire un album de Noel,  je voulais le faire à mon goût.  Dans une carrière tu n'en fais pas des tonnes d’album de Noel. Avec Héritage de Noel j'ai le privilège d'avoir des participations incroyables de personnes aimées et connues du grand public, alors je me fais aussi  un énorme cadeau.

Lyne : Ton album est très différents des autres tu en est conscient?

René : Oui c’est très gentil de ta part.  Il y a des chansons qu'on chantait chez mon grand-père, plusieurs sont tirées des partys de famille qu'on avait chez nous.

Lyne : Tu es  aussi un homme d’affaire, que fais-tu?

René : Je suis président d'une entreprise de structures d'acier avec ma sœur. C'est l'entreprise familiale que nous avons racheté à  mon père il y a maintenant 11 ans, nous avons  une cinquantaine d’employés. 

Lyne : Comment tu réussi  à faire cohabiter ton travail à l'usine et ta passion pour  la musique qui te demande beaucoup ces temps-ci?

René : Je réussis assez bien, c'est beaucoup de travail, je te dirais que je suis un peu fatigué mais je profite au maximum de ce qui m'arrive.

Lyne : Avec cet album-là qui est entrain de t’ouvrir beaucoup de  portes,  tu t'attends à quoi?

René : C’est certain que je vise les spectacles en salle, je serai pour la troisième fois à la salle Méchatigan de St-Marie de Beauce le 30 mai prochain et je ferai aussi plein de petites salles dont les dates seront annoncées prochainement.

Lyne : Tu as encore fait appel à Paul Daraîche pour la réalisation de ce nouvel album

René : Oui et  je voulais aussi qu'il m'écrive une chanson. Il m’a composé La plus belle nuit  que nous chantons  en duo. Au départ, il n'y avait pas d’autre  duo qui était prévu mais j'ai rencontré Mario Pelchat qui est un ami et il a accepté de faire un duo avec moi. Tant qu'à en faire deux aussi bien en faire plusieurs alors Patrick Norman et sa conjointe Nathalie Lord, Émilie Daraiche, Maxime Landry  et Yves Lambert (Bottine souriante) ont eux aussi acceptés. Ils sont tous des amours, je suis bien fier de ces belles collaborations.

Lyne : Comment ta famille réagit-elle  à tout ce qui se passe?

René : Ma blonde surveille ma santé, mes filles sont bien fières 

Lyne : Quand tu as commencé à faire des spectacles, pensais-tu que ca te prendrais plusieurs années avant d'être connu?

René : Non,  Sincèrement moi je pensais devenir un artiste à 22 ans.  J'aurais donc voulu que ca parte là, mais s’en fût autrement. Oui,  je faisais plusieurs festival par année, je faisais des shows autant que j'en voulais mais  jamais de télé, jamais de shows d'envergures, pas de radios et pas de belles entrevues comme nous sommes entrain de faire. Il n'y avait rien de tout ça et pourtant j'aurais tant voulu. Vois-tu quand j'ai lâché prise en 2015, c'est là que tout est arrivé. Depuis tout a déboulé pour moi c'est une belle et grosse réussite. Si on regarde d'où  je suis parti, je me trouve très chanceux d’avoir aujourd’hui le respect, l'amour et l'amitié  de tous ses grands artistes, je me sens vraiment choyé.

Lyne : Si je me projette dans le temps disons 5 ans où aimerais-tu être?

René : C’est certain que j'aimerais faire une tournée de spectacles, une tournée de Noël dans le temps des fêtes, faire des collaborations de spectacles, j'aimerais tellement  ca, c'est mon rêve et d'avoir la santé naturellement.

Lyne : Les vacances de Noël approchent vas-tu enfin te reposer?

René : Oui nous partons en famille pour la Floride, ca va faire beaucoup de  bien.

Lyne; René, ce fût un immense plaisir de te rencontrer, je te souhaite tout le succès du monde car tu le mérite.

Procurez-vous Héritage de Noel, il est en vente partout

Pour en savoir plus visitez son site internet et vous pouvez aussi le suivre sur sa page facebook

www.reneturgeon.com

Lyne Laroche




Lawrence Gowen - 01 janvier 2019

Grand retour de Gowan à Québec!

Hier soir, c’est avec un grand plaisir que j’ai assisté au spectacle du chanteur canadien d’origine écossaise, Gowan, à la Salle Albert-Rousseau de Québec. Ayant écouté très assidument ses albums dans les années 80 et eu la chance de le voir en spectacle à deux reprises à cette même époque, j’avais très hâte de le revoir sur scène!

Devant un public majoritairement de la génération X, Larry Gowan est arrivé sur scène avec la chanson ‘’Cosmetics’’, premier titre de l’album à succès ‘’Strange Animal’’. Dès les premières notes de piano, la réponse du public a été instantanée!    

Entouré de ses musiciens dont son frère Terry Gowan à la basse, Bob Mc Alpine à la guitare, Ryan Bovaird au clavier et le légendaire batteur de Styx Todd Sucherman (qui nous a offert un solo époustouflant), Larry Gowan nous a donné deux heures de spectacle avec ses plus grandes chansons!

S’exprimant exclusivement en français, Gowan a fait le survol de son répertoire avec entre autres "Criminal mind", "Strange animal" et "All the lovers in the world".

Au rappel, il nous a interprété la chanson d’Harmonium "Pour un instant" qu'il a enregistré en 1997 et que le public a chanté avec lui à l'unisson. Il a clôturé cette magnifique soirée, avec l'immense succès "Moonlight desires" de l'album "Great dirty world".

La foule lui a offert au moins cinq ovations debout! Son énergie était contagieuse.

Bilan

Gowan comme toujours a offert à son public un spectacle haut en couleurs. Son intensité et son immense talent font de lui un artiste exceptionnel, c’est pourquoi ses fans le suivent dans tous ses projets au fil des ans. Il a toujours une grande place de choix dans le cœur du public québécois. Avec son charisme et son sens de l'humour, il n’y a pas à dire, Gowan est une "bibitte étrange" mais très attachante!

Caroline Gagnon

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Marc Dupré - 01 janvier 2019

Le party musical 3 de Marc Dupré complètement malade!

Un méchant bon party!

Une ambiance survoltée, ballons, confettis, serpentins, jeux de lumières incroyables, bracelets lumineux, un super enlignement de chansons festives, un choix d’invités parfait le tout animé par un chanteur et imitateur hors pair que demander de plus!

En résidence jusqu’au 31 décembre et en supplémentaire les 2-3 janvier 2020, l’auteur-compositeur-interprète Marc Dupré était de retour hier soir au Théâtre Capitole pour son traditionnel spectacle du temps des Fêtes, le party musical 3.

Toujours aussi rassembleur et authentique, il nous a transporté dans son univers avec toute l’intensité qu’on lui connait. Il a interprété quelques pièces de son 7è album Rien ne se perd sans laisser pour autant de côté ses succès et des reprises populaires qu’il affectionne particulièrement.

Il a débuté la soirée avec Du bonheur dans les étoiles et Une raison d’exister et Jodan Lévesque l’a rejoint pour 23 décembre. Rafaëlle Roy et Mélissa Ouimet ont enchainé avec All I Want For Christmas Is You qui a littéralement donné le ton à cette soirée des plus festives. Comme si l’ambiance n’était pas déjà à son apogée Rick Pagano a interprété Baby Please Come Home

De La Compagnie créole en passant par les Backstreet Boys, Elvis, AC/DC tout le monde était debout faisant aller leurs bracelets lumineux et croyez-moi l’intensité est restée la même tout au long de la soirée. Véritable bête de scène et animateur hors pair Dupré s’est parfaitement comment faire lever une foule, le choix de ses chansons 27 en tout était parfait sur toute la ligne.

   

Interprétée par toute la gang, Life Is a Highway et I Love Rock’n’Roll ont soulevé la salle au grand complet. Pour sa part Ludovic Bourgeois a rendu un vibrant hommage à son père très sentie avec la chanson Tu ne sauras jamais.

Marc ne s’est pas contenté de faire chanter et danser son public, il est allé le rejoindre au parterre et même au balcon, il a littéralement mis le feu au Capitole de Québec rempli à craquer. Même si ces dernières années il a laissé de côté ses imitations, il a eu un malin plaisir à imiter son ami Alex Nevsky. D’ailleurs Marc reviendra à ses anciennes amours car il animera un Gala au Comediha le 20 août prochain. Avec le party musical 3 Marc Dupré offre un cadeau immense à son public qui lui est toujours aussi fidèle mais à lui-même aussi.

Pour terminer en beauté tout le monde était sur la scène pour interpréter Nous sommes les mêmes

Marc reprendra place dans son fauteuil en tant que coach à La Voix dès février.

Première partie

La tâche de bien réchauffer le public avait été confié à Ludovic Bourgeois qu’il a réussi avec brio. Il débuté en lançant ‘’Je veux remercier Marc Dupré de faire ma deuxième partie’’. Tout de suite il nous a donné le goût de faire la fête. Il a interprété Desert Song et quelques- uns des titres de son deuxième album. Pour terminer c’est avec la chanson Snob des BB ce qui lui a valu une belle ovation.

Bilan

Vous désirez danser, chanter, rire et vous éclater complètement, c’est le spectacle à voir absolument!

Pour réserver vos billets

www.lecapitole.com

Billetterie: 418 694-4444 • 1 800 261-9903

Lyne LaRoche




AXEL - 01 janvier 2019

Axel, dans l’imaginaire de l’artiste

Axel, la seconde production sur glace, la 48e au total pour Le Cirque du Soleil s’arrête à Québec pour y donner sept représentations en quatre jours du 12 au 15 décembre. Deux ans après la présentation de Crystal, qui avait reçu de très bonnes critiques, Axel a été conçu pour nous faire vivre une ambiance plus près du concert d’Aréna.

Pour l’occasion, Patricia Ruel, directrice de création de cette nouvelle production, qui a été mise sur pied en tout juste un an, a confié la mise en scène à un autre québécois, Fernand Rainville. Malgré le succès de Crystal, tous deux avaient la commande d’aller ailleurs. De faire vivre une nouvelle expérience aux spectateurs.

Le chanteur australien  Jayden Sierra a été choisi pour interpréter le rôle principal d’Axel,  un chanteur qui tombe amoureux d’une fille et s’invente un monde dans l’univers de la bande dessinée.

En ouverture, le chanteur de 24 ans, armé d’une guitare en bandoulière, fait son apparition en patins. Résonnent alors les premières notes de Mad World, de Tears For Fears. La magie des éclairages plonge alors Axel au cœur de la ville, dans Un monde de fou.

La première partie du spectacle nous transportera dans le monde imaginaire d’Axel à travers des numéros où les très belles projections sur glace et le patinage seront les principaux points d’attraction. Des numéros qui seront parfois dilués par leurs longueurs et une simplicité inhabituelle pour le Cirque du Soleil.

En plus du patin, la musique occupe une place de choix dans cette production dont l’équipe de conception est presqu’entièrement québécoise. La direction musicale a été confiée à Philippe Brault. Aux pièces originales de Brault, des succès des Bee-Gee’s (You should be dancing), de Radiohead (Creep) et de Rihanna (Diamonds) ont été savamment réarrangées à la sauce Cirque du soleil. Pour l’occasion, les musiciens ont été rapprochés autour de la patinoire.

La deuxième partie du spectacle nous a donné des numéros plus spectaculaires et réussis, tant par le dynamisme que par la qualité des prestations et leur niveau de difficulté.

Le tableau «L’étoile » nous a donné droit à un équilibriste très spectaculaire sur échelle. Une danse en duo fort réussie, était en fait un solo accompagné d’un mannequin.

Les tableaux de la seconde moitié de la soirée nous transporteront enfin dans le monde du Cirque du soleil où l’agilité des athlètes saura côtoyer la volupté des patineurs dans des numéros tantôt gracieux, tantôt dynamiques mais toujours magnifiquement livrés entre force et fragilité.

Plusieurs des 41 artistes, dont 17 sont des patineurs professionnels, entoureront Axel dans un Hip-Hop tonitruant (Jump Around) de House of pain.

J’ai, pour ma part, trouvé que la seconde partie du spectacle venait racheter un début plutôt lent et un peu fade pour en faire une autre production du Cirque du soleil que le public saura apprécier.

La troupe déménage sa production pour une série de spectacles à Montréal du 19 au 29 décembre. Une belle sortie pour le temps des fêtes.

Suivez le Cirque du soleil au www.cirquedusoleil.com

Claude Gignac




Sylvain Cossette - 01 janvier 2019

Un voyage dans le temps inoubliable

Sylvain Cossette

La tournée 80s

Hier soir, Sylvain Cossette  présentait la première d'une série de huit  représentations  de son spectacle La tournée 80s au Capitole de Québec. C'est devant une salle comble que l'auteur-compositeur-interprète a été accueilli comme une vraie rockstar. Le chanteur a fait un bond très réussi  dans les années 80 sur le bon ton et avec le bon son. Il a visiblement donné de nombreuses sensations aux plus vieux et il a su charmer les plus jeunes à voir la réaction du public.

Dès les premières notes, la frénésie s’est emparée des spectateurs qui pour la majorité étaient de grands connaisseurs de cette époque ayant  été les premiers témoins à voir apparaître les vidéoclips, les cassettes VHS et les soirées disco endiablées. 

C'est avec un medley débutant par Never tear Us Apart, Let’s Dance, What You Need, Relax, Every Breath You Take, Don't You Forget, Everybody Wants To Rule The World, Broken Wings que le spectacle a débuté.  Il n'en fallait pas plus pour que le parterre se transforme en piste de danse. 

Les éclairages étaient fabuleux, le son était impeccable et la mise en scène était drôle et efficace. Entouré de quatre excellents musiciens dont le talentueux Matt Laurent  la   complicité entre les gars était palpable. Il faut dire que Sylvain laisse beaucoup de place à ses musiciens car à différents moments de la soirée nous avons eu droit à de belles démonstrations de leur savoir-faire pour notre plus grand plaisir.

Enchaînant avec des succès tels que Maniac, Don’t Do It, Wake Me Up Before You Go-Go, Hungry Like The Wolf , Africa, et Purple Rain pour ne nommer que ceux-ci, c’était quasi impossible pour ceux qui avaient résisté à la tentation de se lever, de ne pas le faire, plus la soirée avançait plus les sièges étaient désertés.

Même si le spectacle est composé de chansons anglophones, il  fait un clin d’œil  à son ami Patrick Bourgeois en interprétant Fais attention et Loulou. Une pluie d'applaudissement s'est fait ressentir, signe indéfectible de l'affection que le public avait et  a encore pour le regretté. Par la suite, il a interprété Larmes de métal étant selon lui  une chanson new wave québécoise, ce qui a provoqué des rires et des applaudissements. Dans ce numéro, il fait aussi une place aux chansons popularisées par des Québécois dont Safety Dance de Man Whithout Hats et Sunglass at Night de Corey Hart.

Un bloc était aussi réservé aux plus belles chansons d'amour et à la demande du chanteur tous les couples se sont levés afin de se remémorer les slows d’antan.

 

Bilan

Avec la tournée 80s, Sylvain nous en met encore plein la gueule. Plus le spectacle avance plus l'ambiance  est survoltée. Le choix des chansons, la puissance et la justesse de sa voix ainsi que l’énergie contagieuse qu’il dégage, nous démontre à quel point Cossette  est impressionnant.  Après  plus de deux heures de show et plus d'une quarantaine de chansons, j'en aurais pris encore et je ne suis pas la seule à voir l'ovation que le public lui avait réservée

La tournée des années 80s…c’est juste des hits, un show  à voir absolument!

Le spectacle est présenté jusqu'au 28 décembre au Capitole de Québec et en supplémentaires le 4 janvier 2020.

http://www.lecapitole.com/fr/spectacles/la-tournée-80s-de-sylvain-cossette-2019/

Pour connaître toutes les dates de la tournée

www.sylvaincossette.net

Lyne LaRoche




Franck Dubosc - 01 janvier 2019

 

Franck Dubosc et sa cinquantaine…sans tabou

Hier soir, Franck Dubosc présentait son cinquième spectacle Fifty Fyfty au Grand Théâtre de Québec. Débarquant pour la première fois au Québec avec son spectacle solo, l'humoriste interagit beaucoup avec son public, et ce, dès le début de sa prestation.

Dans un décor lumineux ou les lettre de son nom éclairaient la salle au grand complet, il est apparu en disant « C’est ridicule, vous applaudissez et vous n’avez pas encore vu le spectacle, c’est de la merde » Déjà, il venait de donner le ton à la soirée.

« A 50 balais, le plus dur c’est que t’es un vieux pour les jeunes, et t’es un jeune pour les vieux, t’es fifty fifty, mi- figue, mi -raisin. Un type de 50 ans, c’est comme un yaourt bientôt à la date limite, faut le consommer vite. »  Avec son petit air dragueur et ses yeux charmeurs, il enlève sa veste comme s’il disait aux dames ‘’Ce sera qui la chanceuse ce soir’’

Le beau bonhomme livre un spectacle juste un peu trash sans être vulgaire. Son côté séducteur, lui sert véritablement bien car même s’il lance quelques blagues à la saveur macho, il met la gent féminine dans sa petite poche arrière.   Étant un éternel séducteur et même s’il a calmé ses ardeurs, les femmes et l’amour sont encore des sujets qu’il affectionne particulièrement. Marié à une libanaise avec qui il a eu deux garçons, le spectacle est en grande partie axé sur sa vie de tous les jours, de l’argent, de la manière dont il vit sa célébrité, de ses enfants et de sa cinquantaine.

Avec la cinquantaine vient toujours des petits pépins de santé alors dans un numéro complètement hilarant, il nous raconte qu’il rencontre son proctologue au six mois dû à l’opération qu’il a dû subir à cause d’un « abcès de la marge anale » Selon ses dires, tout le personnel de l’hôpital faisait illusion au film « Camping » dans lequel il incarne le rôle de Patrick, un campeur dragueur.

Il parle sans filtre de son corps qui ne répond plus comme avant et ça le rend sympathique et très drôle. Dubosc n’en manque pas une.  Il rigole de lui mais des autres aussi. Il excelle dans sa façon de raconter les choses.

 « J’ai une belle vie, et je vais en vacances dans les îles. Quand je veux faire des belles photos, je vais dans des pays pauvres »

Pour ceux qui pensent qu'il s'est assagi avec l'âge, détrompez-vous, il a juste changé sa façon de dire les choses. Ses propos sont souvent changés en autodérision et ils sont teintés d’une pointe d’absurde.

 D’un charisme indéniable Franck Dubosc a réussi pour son premier spectacle solo à Québec, à relever le défi, soit de faire rire les spectateurs qui y prenaient place.

Pour avoir plus d'informations

https://franck-dubosc.fr/

Lyne LaRoche

 




P-A faire le beau - 01 janvier 2019

P-A Méthot : Plus beau et plus drôle que jamais!

Hier soir, j’ai eu l’immense bonheur de pouvoir assister à la première du tout nouveau one-man show de P-A Méthot intitulé « Faire le beau », à la salle Albert-Rousseau de Québec.

Devant un public impatient d’entendre ses nouvelles histoires rocambolesques, c’est dans une forme splendide que l’humoriste s’est présenté sur scène. Toujours aussi sympathique, dès le tout début P-A a comme d'habitude charmé l’assistance avec ses mimiques et son franc-parler. 

Après avoir présenté des spectacles à grands déploiements sur différents thèmes musicaux, le voilà de retour à nouveau seul, avec son micro, afin de nous entraîner dans son monde délirant. Il a débuté la soirée en nous racontant la raison de sa perte de poids non négligeable de 70 livres!

En effet, notre P-A a subi une intervention au cœur et fût en convalescence l’an dernier. Confiner sur le divan de son salon à regarder les petits bijoux de notre télévision diffusés en journée,  c’est de façon hilarante qu’il nous les a décrites. Les émissions comme la vie à 600 livres et les publicités prépayées lui ont donné de bonnes munitions car tout le monde riait juste à voir ses mimiques.

Il nous raconte également qu’il a eu recours à une chirurgie d’ordre esthétique, dont je vous laisse le soin d’en découvrir la nature et il a fait appel à une clinique privée. Il nous en fait un topo qui, sur certains points, fait l’envie de bien des patients…

Il nous raconte que maintenant au point où il en est rendu dans sa vie, il veut faire ce qui lui plaît. Ne plus faire le « beau » pour des futilités. Il veut se concentrer sur ce qui est important dans sa vie et il nous en donne quelques exemples…

Il y va même avec une confidence. Il nous parle d’un certain rêve qu’il caressait quand il était jeune et décide de foncer et de nous le partager. Le résultat est plutôt surprenant!

Attachant et beau sous toutes ses coutures, P-A prouve encore qu’il a vraiment un talent naturel pour divertir et faire rire les gens. J’ai passé une excellente soirée, j’ai ri du début à la fin et je ne suis pas la seule car les éclats de rires résonnaient aux quatre coins de la salle.

Bravo!

Le spectacle est d’une durée de 1h45 sans entracte

Ne ratez pas votre chance d’assister à ses futures représentations.

P-A Méthot sera de retour à la salle Albert-Rousseau les 24-25 et 26 janvier 2019 ainsi que les 16-17 et 18 mai 2019.

Caroline Gagnon

www.pamethot.com

www.sallealbertrousseau.com




Le mystère d'Irma Vep - 01 janvier 2019

Résultats de recherche d'images pour « le mystere d'irma vep »

LE MYSTÈRE D’IRMA VEP

Salle Albert Rousseau

Déjanté et rocambolesque pour notre plus grand plaisir

Avec la même équipe de concepteurs qu’en 2004, Le mystère d’Irma Vep nous en fait voir de toutes les couleurs. Éric Bernier et Serge Postigo récidivent en force et en beauté.

Nous sommes en 1840, quelque part sur les landes d’Angleterre. Lord Hillcrest, célèbre égyptologue, rentre au bercail en compagnie de Lady Enid, sa nouvelle et virginale épouse. Au manoir de Mandacrest, ils égrènent les heures avec les domestiques Nicodemus et Jane, alors que plane encore le souvenir de la première épouse de Lord Hillcrest, la mystérieuse et regrettée Irma Vep. Celle dont le nom n’est rien de moins que l’anagramme du mot vampire.

Par moment hilarant, parfois rocambolesque, disjoncté et irrévérencieux, nos deux protagonistes s’en donnent à cœur joie. En une fraction de seconde, ils changent de costumes se transformant de Lady Enid en Nicodemus puis en loup-garou. À eux deux, ils incarnent une dizaine de personnages et effectuent une soixantaine de changements de costumes par représentation. Parsemée de références à la culture québécoise, la mise en scène endiablée de Martin Faucher est réglée au quart de tour. Costumes, perruques, accessoires et décors, tout surprend.

Deux grandes prestations d’acteurs. Éric Bernier et Serge Postigo jouent avec des accents britanniques, québécois et arabes, avec leur voix parfois aigue ou grave. Ils font des chorégraphies hilarantes et des cabrioles étonnantes.

Un spectacle audacieux, hilarant, rempli de rebondissement et le tout joué avec brio. À ne pas manquer!

Une pièce de Charles Ludlam avec Martin Faucher à la mise en scène

www.sallealbertrousseau.com

Louiselle LaVoie




3764 Elvis Presley Blvd - 01 janvier 2019

Guylaine Tanguay nous honore avec Elvis

Hier soir, Guylaine Tanguay présentait la première d’une série de trois de son nouveau spectacle 3764 Elvis Presley Blvd au Cabaret du Casino de Montréal.

C’est dans une forme splendide que Guylaine est arrivée sur scène nous offrant un spectacle à la hauteur de toutes les attentes. Il y a quelques années après un passage à Nashville, la reine du country s’était imprégnée de l’histoire du King en se disant qu’un jour elle allait présenter à sa façon, comme elle sait si bien le faire les grandes chansons d’Elvis.

La chanteuse respire le bonheur sur scène, elle nous amène dans le répertoire des grandes chansons d’Elvis avec une aisance incroyable. Entourée de quatre musiciens et de supers danseurs effectuant des chorégraphies agiles et synchronisées, l’équipe de cette grande chanteuse agrémente au plus haut point le visuel et l’ambiance du spectacle. C’est plus d’une quarantaine de chansons que notre Guylaine livre de façon magistrale.

Elle a débuté la soirée avec Trouble et Suspicion Minds nous laissant immédiatement comprendre qu’elle pouvait chanter n’importe quoi tellement cette fille-là a du talent. C’est avec une aisance incroyable qu’elle nous interprète tous les plus grands hits don’t Jailhouse Rock, Love Me Tender, Viva Las Vegas, Can’t Help Falling In Love, Don’t be Cruel, One Night, Hound Dog, It’s Now or Never, Love Me Tender,Viva Las Vegas pour ne nommer que ceux-ci que Guylaine réussie à nous faire croire que d’un seul coup nous sommes dans un Cabaret de Las Vegas et qu’on vit quelque chose d’inimaginable.

Celle que l’on surnomme la Reine du Country avoue même avoir fait des recherches et qu’elle a trouvé Elvis qui faisait du ‘’yodeling’’. Elle qui est reconnue pour être la championne de cet art, c’est pour le plus grand plaisir de tous qu’elle nous en a fait un petit bout.

Pour la finale, elle nous a livré son ‘’Amazing Grace’’ à la Gospel qui m’a fait encore plus apprécier la puissance et la chaleur de sa voix. Un My Way qui donne des frissons et sur une note de party un Burning Love dont tout le monde va se rappeler.

3764 Elvis Presley Blvd, c’est un moment de pur bonheur qui m’a fait vivre le moment présent à son meilleur. C’est un spectacle à ne pas manquer livré par une grande dame de la chanson qui est d’une grande générosité

Le spectacle sera présenté Au cabaret du casino de Montréal jusqu’au 2 février et une tournée au Québec par la suite pourra satisfaire chacun de vous.

L’album 3764 Elvis Presley Blvd est en vente partout

Pour plus d’informations

www.guylainetanguay.ca

Geneviève Trudeau




Mon ami Walib - 01 janvier 2019

Mon ami Walid, un bijou bipolaire

Tourner un long métrage sans subvention ni producteur tient du miracle. C’est pourtant le tour de force qu’on réussit d’Adib Alkhalidey et Julien Lacroix. Un budget total de 150 000$ dont 80 000$ amassés via une campagne de socio-financement sur le web. 753 généreux contributeurs, dont quelques-uns étaient présents dans la salle, ont fourni cette somme que l’on peut qualifier de microscopique en comparaison avec les budgets habituellement consentis pour les productions québécoises.

Walid, un caissier d’épicerie dépressif veut s'enlever la vie. Antonin, son collègue « différent » lui sauve la vie. Walid voudrait bien retrouver la quiétude de la solitude mais Antonin voit les choses autrement. Il s’assure de protéger son nouveau meilleur ami. Au grand dam de Walid, ils deviennent alors inséparables.

Dans une suite de scènes cocasses Antonin (Lacroix) suit pas à pas son ami Walid (Alkhalidey) et tente de lui faire retrouver le chemin du bonheur. Guy Jodoin est admirable dans son rôle du gérant d’épicerie à la gestion et aux habitudes un peu particulières. Que dire de Christian Bégin dans le rôle d’un gourou dont la thérapie prend une drôle de tournure. Adib Alkhalidey et Julien Lacroix sont aussi très bons dans leurs rôles. Plusieurs comédiens vedettes feront des apparitions dans des rôles secondaires.

Ce film à petit budget a habilement été réalisé par Alkhalidey. En 73 petites minutes, lui et Lacroix nous transporteront au cœur d’une caricature du malheur. Walid a beau faire la rencontre de vraies machines à joie, rien ne fonctionne.

Après nous avoir fait rire à travers tensions et malaises, Antonin (Lacroix) nous amène dans l’aile psychiatrique dans une scène troublante.

Les deux comparses nous laisseront dans une finale qui porte à la réflexion. Sans bruler le punch, ce film, où la métaphore est omniprésente, nous conduit au cœur de la maladie mentale à travers la solitude qui habite les gens différents, qui habite tant de gens.

Ce film est un pur bonheur. Un bijou que l’on se plait de regarder pour sa comédie mais que l’on veut revoir pour comprendre l’immensité du drame que vivent ses personnages.

Consultez le www.monamiwalid.ca pour connaitre l’horaire et l’endroit où vous pourrez savourer se film. Adib Alkhalidey et Julien Lacroix, qui sont venus répondre aux questions du public après la projection, nous ont confirmé que leur film sera prochainement présenté dans deux salles au cinéma Le Clap.

Claude Gignac




Bilan - 01 janvier 2019

5 février 2019

Bilan

L’explosion d’une famille

Marcel Dubé a fait partie de plusieurs de nos dimanches soir à la télévision de Radio-Canada. C’est en 1960, dans l’émission Le Téléthéâtre de Radio-Canada que Bilan voie le jour avec Janine Sutto et Jean Duceppe qui incarnent le couple Larose. Huit ans plus tard, elle est présentée sur les planches du TNM. Aujourd’hui, c’est sur les planches de la salle Albert-Rousseau que nous la redécouvrons.

C'est la fête chez William Larose. Homme d'affaires prospère, perpétuellement enivré de sa propre puissance, il célèbre ce soir-là son entrée en politique comme organisateur des Bleus, alors que «l'équipe du tonnerre » de Jean Lesage vient tout juste de prendre le pouvoir. Mais au cours de cette soirée destinée à célébrer son accession au sommet de la pyramide sociale, il réalise peu à peu que son ascendance sur son épouse, sur ses enfants, son entreprise, en fait, sur sa propre vie, s'est effritée et qu'il ne comprend rien au monde nouveau qu'il n'a pas vu se mettre en place autour de lui.

Vous aurez deviné, la matière première des textes de Marcel Dubé était le drame ; l’espérance d’émancipation de la femme, le goût de liberté et d’indépendance des enfants, la déchéance morale dans la quête insatiable de pouvoir et d’argent.

Dans cette pièce, nous retrouvons des hommes d’affaires magouilleurs, des maris dominants, autoritaires, même violents, des femmes en quête d’indépendance et des enfants trop gâtés. La distribution est impressionnante et leurs performances remarquables. Sylvie Léonard et Guy Jodoin, les deux têtes d’affiche incarnent magnifiquement un couple à l’aube de l’éclatement.

La mise en scène de Benoît Bermeulen nous offre sur des panneaux-écrans situés au-dessus du décor et en arrière-plan, plusieurs clins d’œil aux téléthéâtres et aux Beaux Dimanches. Henri Bergeron, Janine Sutto y apparaitront ainsi que des gros plans des comédiens.

Les costumes d’une grande élégance sont magnifiques et nombreux.

Pour un retour aux années 60 garantie. Un classique de Marcel Dubé.

Avec Christine Beaulieu, Joseph Bellerose, Philippe Cousineau, Mickaël Gouin, Rachel Graton, Guy Jodoin, Sylvie Léonard, Marie-Ève Milot, Jonathan Morier, Jean-Philippe Perras, Mathieu Quesnel etDenis Trudel.

www.sallealbertrousseau.com

www.tnm.qc.ca/bilan

Louiselle LaVoie

 




Laurel et Hardy - 01 janvier 2019

6 février

 

2019

LAUREL ET HARDY

De Patrice Dubois et Luc Michaud

Salle Albert-Rousseau

Ludique, rocambolesque et touchant.

C’est l’histoire de 2 monstres sacrés de l’humour des années 20, 30 40 et 50. Le premier duo comique. Mais c’est aussi l’histoire d’une grande amitié entre 2 hommes.

Cette pièce est un mélange de cours didactique, de comédie musicale et de théâtre. Beaucoup d’énergie : c’est un feu roulant de chansons, de scènes comiques et de belles chorégraphies. Ils reproduisent sur scène des numéros véridiques de Laurel et Hardy et même une scène mythique d’un film. Louis Champagne et André Robitaille forment un duo d’enfer. Ils portent la pièce à bout de bras. L’énergie qu’ils déploient est impressionnante. Même dans les moments plus calmes, les situations tournent au burlesque. Un diner entre amis devient une suite de situations cocasses.

La mise en scène de Normand Chouinard et de Carl Béchard est réglée au quart de tour. Il n’y a pas beaucoup de place pour l’improvisation. Certaines scènes déclenchent des applaudissements et d’autres le rire. Tous les autres acteurs tirent leur épingle du jeu surtout Brigitte Lafleur en improbable femme russe de Stanley Laurel est un délice. Myriam Leblanc se change comme un caméléon dans de multiples personnages.

La musique est un personnage à part entière. Elle est entrainante : charleston, jazz et musique des années 30 et 40. Leur chanson thème rappelle à de nombreuses personnes des souvenirs car tout le monde a entendu au moins une fois : C’est moi Laurel, c’est toi Hardy, c’est toi le gros et moi le petit….

Une pièce à voir pour connaitre une partie de l’histoire de l’humour. Ce duo a inspiré plusieurs générations d’humoristes et fait rire les gens sur les 5 continents. Et au-delà de la didactique, cette pièce nous amuse, nous touche et nous fait passer un bon moment.

Avec André Robitaille, Louis Champagne, Bernard Fortin, Stéphane Archambault, Brigitte Lafleur, Myriam Leblanc, Alexandre Bergeron, Martin Héroux et Marie-Ève Soulard-La Ferrière.

La pièce est à la salle Albert Rousseau jusqu’au 9 février 2019.

www.sallealbertrouseau.com

Louiselle LaVoie




Daran - 01 janvier 2019

Daran, Un retour aux sources

Après un album intimiste où il a baladé son spectacle, seul à la guitare et à l’harmonica à plus de deux-cent reprises, Daran est revenu à ses anciennes amours en nous présentant un album au son résolument plus rock. Endorphine, son 10e enregistrement, s’apparente beaucoup plus à ses premiers disques alors qu’il évoluait avec Les chaises.

Encore une fois, la plume agile de son fidèle collaborateur Pierre-Yves Lebert, dont les textes sont aussi revendicateurs, habille la musique de Daran. Personnellement, j’ai trouvé Endorphine en deçà de ses derniers albums que j’ai écoutés et que j’écoute encore à répétitions. Des pièces où il y avait une place pour chaque note, une place pour chaque mot.

Dans la belle salle du Théâtre du Petit Champlain, une de ses préférées, Daran est resté fidèle à ses habitudes samedi soir. Il a consacré la première partie de son récital à l’intégrité de l’album Endorphine. Afin de s’approcher le plus fidèlement possible du disque, Daran a choisi d’incorporer des enregistrements (play back) au spectacle, ceux-ci servant souvent de lien et d’introduction. On peut se questionner sur ce choix, lui qui était très bien entouré sur scène par trois très bons musiciens dont l’excellent André Papanicolaou. Le spectacle m’aura permis d’apprécier d’avantage Endorphine dont la puissance trouve toute sa place en directe. Après l’ouverture avec l’atmosphérique Dure à cuir et la douce Elle dit, le rock a pris son envol avec Pauvre ça rime à rien. Halima, Tout tout seul, Une plage sans chien et Ici… Les guitares électriques chargées à bloc rempliront les haut-parleurs, grâce à la grande dextérité de Daran et Papanicolaou.

Pour la seconde partie, enchainée sans intermission, Daran a pigé dans sa discographie sans toutefois détonner. La sélection s’est majoritairement constituée de pièces plus rock de son répertoire. Il aura malgré tout, réussi à inclure adroitement L’exile de son précédent album, revisitée pour permettre à ses complices de s’exprimer.

Dans un court rappel, Daran terminera la soirée en beauté. Accompagné de Papanicolaou à la guitare et à la voix il s’assoira sur un moniteur de son, à l’avant-scène, pour nous livrer la très belle version d’Une sorte d’église. Un beau moment.

A mon sens, Endorphine n’est peut-être pas le meilleur spectacle de Daran auquel j’ai assisté. Il aura cependant, comme toujours, été l’occasion d’apprécier son immense talent et sa voix toujours aussi puissante. Il n’aura pu quitter la scène sans entendre un « On t’aime Daran » lancé par un fan.

La jeune auteure-compositrice interprète de St-Agapit Alicia Deschênes est venue ouvrir la soirée avec les pièces de son tout nouveau disque produit par Daran. La jeune femme un peu timide a suscité l’intérêt du public grâce à sa folk douce et introspective. Elle aura l’opportunité de défendre son matériel en mai prochain, cette fois en tête d’affiche, toujours sur cette même scène.

Vous pouvez suivre Daran en consultant son site au www.daran.ca

Claude Gignac




Émilie Clepper - 01 janvier 2019

Émilie Clepper version 2.0

J’ai déjà assisté à quelques spectacles de cette jeune artiste émergeante depuis ses débuts. En avril 2014, lorsque j’ai eu le plaisir de revoir Émilie Clepper en spectacle, elle nous avait confié qu’elle en était à un dernier spectacle en sol québécois avant longtemps. Née d’une mère québécoise et d’un père Texan, la chanteuse qui a grandi dans la région de Québec, se préparait à aller vivre auprès de son père au pays de l’oncle Sam.

C’est avec un grand plaisir qu’on la retrouvait sur les planches du Théâtre du Petit Champlain ce samedi. Elle qui nous avait, dans les premières années, présenté quatre albums anglophones, venait maintenant nous présenter son nouvel enregistrement paru à l’automne dernier. Un produit cent pour cent francophone dont la réalisation a été confiée à Benoit Pinette mieux connu sous le nom de Tire le Coyote. Une alliance naturelle.

Moi qui étais fan de celle qui puisait son inspiration musicale dans les racines folks américaines, nous avait habitués à des textes écrits dans la langue de Shakespeare. Les textes ont cette fois, migrés vers la langue de Molière. Et quel beau voyage. Pour l’occasion, issu d’un projet de longue date, l’écriture a été confiée à son amie d’enfance, l’auteure Sara Garneau. De beaux textes qui collent parfaitement à la peau de la nouvelle Clepper.

La grande migration, c’est le passage de l’anglais vers le français. C’est un voyage intérieur. Une transformation qui nous donne une version 2.0 de la chanteuse. Dans un look plus mature, Émilie Clepper a choisi de mettre de côté sa guitare pour se concentrer sur la livraison des textes. Elle est passée d’une bonne auteure-compositrice à une interprète de grand talent. Dans une facture moderne, les magnifiques textes de Gaudreau, l’amènent autour de l’univers de Piaf et Barbara. La musique de Clepper est livrée par un excellent trio de musiciens (batterie, piano et contrebasse) occasionnellement appuyé par un chaleureux violon.

Tout au long de cette déroutante mais combien agréable retrouvaille, Émilie Clepper nous offrira l’ensemble de son nouveau projet, interagissant régulièrement avec son public pour habillement raconter la genèse de ses chansons qui nous font voyager de Limoilou à la Colombie-Britannique. Du plus loin jusqu’au cœur d’elle-même. Les grands vents, Sur la route, Fous de bassan et Désert blanc retiennent l’attention mais ce qui retient d’avantage l’attention, c’est la beauté de l’ensemble du projet. Afin de compléter cette immersion francophone, elle a interprété, avec la complicité de Vincent Gagnon au piano, un très beau texte de Clémence Desrochers, popularisé par Pauline Julien qu’elle avait interprété lors d’un récent passage à l’émission Belle et Bum.

Je vous invite à venir découvrir ou redécouvrir Émilie Clepper qui sera à Montréal et Sherbrooke en mars avant de revenir à Lévis pour se produire à l’Anglicane le 13 avril. Vous pouvez la suivre en consultant le emilieclepper.ca

Claude Gignac




Alexandre Barrette - 01 janvier 2019

Alexandre Barrette : « Semi-croquant, un mélange parfait!»

Hier soir, j’ai eu le plaisir d’assister à la grande première du troisième one-man show de l’humoriste Alexandre Barrette intitulé « Semi-croquant », à la salle Albert-Rousseau de Québec.

C’est à guichet fermé, que l’humoriste originaire de Québec, s’est présenté sur scène, pour nous offrir son tout nouveau spectacle, devant un public majoritairement jeune.

Par contre, après nous avoir interrogé à savoir s’il y avait des gens de l’âge de ses parents, soit 70 ans et plus, un homme a clamé fort qu’il en avait 77 et que sa femme 77 et demi, ce qui en faisait la doyenne de la salle!

Durant environ une heure quarante-cinq, Alexandre Barrette nous a parlé de différents sujets dont sa famille, des sports (dont le tennis qu’il affectionne particulièrement), de la piètre qualité du français, surtout dans les réseaux sociaux!

Et tant qu’à parler des réseaux sociaux, il nous raconte de façon très drôle mais ô combien réaliste, le fait qu’il a des gens en perpétuelle quête d’attention, en employant toutes sortes de moyens pour se faire remonter l’estime, à grands coups de « like »!

À l’occasion, au beau milieu d’une histoire, il intègre un gentil clin d’oeil, juste assez croquant envers un de ses comparse humoriste, ce qui déclenche des fous rires à tout coup!

De plus, il aborde le fameux sujet de la prise de poids, lorsque nous atteignons un certain âge, ainsi que les moyens pour remédier à la situation.

Qu’il nous parle du quartier Hochelaga, où il habite, ou encore d’anecdotes de tournée, il n’y a aucun silence dans la salle. Le rire est continuel!

Il est vraiment très drôle, juste un peu osé mais sans tomber dans la vulgarité! Son humour est intelligent et rafraîchissant!

Alexandre Barrette se produira également demain soir, aussi à guichet fermé. Par contre, il sera de retour les 27-28 et 29 mai ainsi que le 18 juin et il reste encore des billets. Je vous le recommande, plaisir garanti!

www.alexandrebarrette.com

www.sallealbertrousseau.com

                                                                                                                  Caroline Gagnon




Chandler - 01 janvier 2019

Title 1

 

Title 2

M. Chandler, heureux malgré tout

C’est en octobre 2016, suite à une rencontre avec les gars de Magnéto Trio, que Yan Kelly leur a proposé de s’associer. Kelly a vite perçu un possible rapprochement entre ses chansons et la musique des trois virtuoses. Sylvain Clavet, Mario Légaré et Rick Haworth ont immédiatement répondu « présents » à l’invitation lancée par l’auteur-compositeur interprète.

Voilà comment M. Chandler est né. Le nouveau quatuor s’est retrouvé au studio Sunset Hill de Morin Heights pour y enregistrer les chansons de l’album éponyme, paru en avril dernier.

Yan Kelly nous avait habitués à des textes en anglais. Aussi étonnant que ça puisse paraitre, c’est à la demande d’Haworth, l’anglo du groupe, que Kelly a préparé des textes en français pour le premier album du projet M. Chandler.

Jeudi dernier, les quatre musiciens étaient réunis sur la scène du Théâtre du Petit Champlain pour nous présenter la famille de M. Chandler. Pour l’occasion, M, Chanler a fait appel à … Yan Kelly pour ouvrir la soirée. Seul à la guitare, il nous a livré quelques pièces de son répertoire anglophone dont la très belle Take me home. Les gars du Magnéto Trio ont rapidement pris la relève pour la seconde partie de la première partie. Le tout, selon les explications mathématiques d’Haworth. Ils nous ont offert quelques très belles pièces instrumentales dont deux qu’ils ont jouées sur la scène de Place D’Youville lors d’un lointain festival d’Été.

Puis, en première partie de la seconde partie… ce fut au tour de M. Chandler. Dans une formule où le quatuor nous a livré l’intégralité de l’album, Yan Kelly et ses copains, n’ont pas cessé de cabotiner entre les chansons. Pour eux c’est clair, ils sont sur scène parce qu’ils y ont du plaisir. Ça parait. Après Les nuits blanches, on a eu droit à vieillir à mort, premier extrait radio du projet. M. Chandler c’est une pop aux accents folk et aux teintes parfois un peu jazzées. Fidèle à ses habitudes, Kelly nous propose un texte traitant de l’environnement, la très belle Silence de glace. Comprimés pour déprimés nous fera entendre l’immense talent des musiciens. Que ce soit Clavet à la batterie, Légaré à la basse ou Haworth à la guitare, chacun manœuvre son instrument tel un virtuose. Kelly n’est pas en reste au volant de sa six cordes.

Sous de beaux éclairages agrémentés par des projections sur cinq parapluies disposés en arrière-scène, M. Chandler aura été de très agréable compagnie. Pince-sans-rire, Haworth a tenté en vain de nous expliquer l’origine du nom du groupe. Il a par contre habilement décortiqué le style vestimentaire raffiné des quatre gars s’approvisionnant chez l’Équipeur et à l’Armée du Salut.

La planante Rêver ensemble nous amènera lentement vers le départ de cette belle et sympathique visite.

M. Chandler se résume en quelques mots. Talent, expérience et bonheur. Une belle soirée passée avec quatre sympathiques bonshommes.

M. Chandler poursuivra sa visite du Québec, empruntant notamment dans les prochains jours, les routes de Saint-Jean-sur-Richelieu, Magog et Montréal.

Une soirée extraordinaire…rien de moins!!!!

Claude Gignac




Sauver des vies - 01 janvier 2019

27 février 2019

SAUVER DES VIES

Théâtre de la Bordée

Du rire aux larmes, tout en étant empreint d’amour.

Trois ans après sa création à Premier Acte, le premier texte de Pascale Renaud-Hébert Sauver des vies se retrouve sur les planches du théâtre de La Bordée.

Muriel, 48 ans, et Maude, mi-vingtaine, sont toutes deux atteintes d’une grave maladie. La première ferme les yeux et fait comme si de rien n’était pour « préserver » ses fils; la seconde les garde grands ouverts et fonce dans la vie avec l’énergie de la révolte, entraînant son amoureux dans le vertige de la lucidité.

Malgré le sujet infiniment triste, qui est d’accepter la mort à venir, cette jeune auteure réussi à nous faire rire. Lorsque les hommes de leur vie (fils, mari et ami) se retrouvent dans une situation ridicule devant une machine distributrice, celle-ci deviendra pendant un moment un exutoire, un objet sur lequel ils pourront se défouler et avoir le dessus. Les allés-retours dans le temps allègent aussi la trame dramatique.

Émouvant, attendrissant et débordant d’amour les uns pour les autres, autant le couple de parent que le jeune couple nous ont bouleversés. (Petit conseil : apportez-vous quelques papiers-mouchoirs.) Maxime Beauregard-Martin, Vincent Champoux, Ariel Charest et Sophie Dion sont remarquables.

De plus en plus en demande Pascale Renaud-Hébert participe à la nouvelle série M’entends-tu? diffusée à Télé-Québec, à l’adaptation d’Antigone présentée au Trident en mars, et a fait partie de la distribution de Rotterdam présentée le mois passé à La Bordée. Une nouvelle auteure à découvrir. Sauver des vies une pièce bouleversante à voir absolument.

 

Texte et mise en scène de Pascale Renaud-Hébert

Distribution : Maxime Beauregard-Martin, Vincent Champoux, Ariel Charest, Samuel Corbeil, Sophie Dion, Marc-Antoine Marceau.

Jusqu’au 23 mars 2019

www.bordee.qc.ca

Louiselle LaVoix




Don Juan - 01 janvier 2019

Une soirée mémorable avec Don Juan

Après avoir été acclamée par plus de 600 000 personnes à travers le monde et afin de célébrer le 15è anniversaire de Don Juan la comédie musicale est de retour mais cette fois-ci en adaptation symphonique.

Interprétée par sept grandes voix, l'oeuvre de Félix Gray est tout simplement grandiose enveloppée par l'OSQ. Le chef d’orchestre Simon Leclerc est le maitre d’œuvre de cette adaptation. Pour ce concert, sans entracte c’est plus d’une vingtaine de chansons qui ont été sélectionnées parmi la cinquantaine de titres du répertoire de Don Juan.

Sans côté théâtrale et sans décor, cette relecture met le talent des artistes, l’intensité des mots et de la musique au premier plan.

Parmi la distribution, on y retrouve Robert Marien qui nous a fait frissonner en interprétant Mon fils. Mario Pelchat avec sa voix unique a livré avec brio Les femmes et en duo avec Cassiopée, leurs voix se sont mariées merveilleusement bien avec Les amoureux de Séville. Ils en ont même profité pour faire quelques petits pas de danse. Tout en retenue, Cindy Daniel a interprété N’as-tu pas honte. Jean-François Brault a réussi à mettre de l’ambiance en demandant au gens de frapper dans les mains durant la chanson Du plaisir et lui aussi s’est fait aller un petit peu le popotin. Philippe Berghalla nous a fait redécouvrir à quel point sa voix était belle avec la chanson Le sang des soldats. Et la sublime Marie-Ève Janvier que ce soit en solo en duo ou en trio vient nous chercher au plus profond de nous avec sa beauté et sa voix en interprétant Je l’aime.

Mais qu’on se le dise, quand le duo d’amoureux Janvier et Brault se sont pris la main afin de livrer Changer et Seulement l’amour, une vague d’amour et d’émotion s’est fait ressentir partout dans le Grand Théâtre. Rappelons-nous que leur histoire d’amour a débuté il y a 15 ans grâce à Don Juan.

Pour la finale, l’ensemble du groupe s’est réuni pour l’interprétation de la chanson Seul. Le public s’est levé d’un grand coup satisfait de cette soirée mémorable.

Don Juan une œuvre de qualité livrée par une distribution parfaite sous la direction de Simon Leclerc. Un divertissement à ne pas manquer!

Don Juan sera présenté demain soir le 9 mars prochain au Grand Théâtre à la salle Louis-Fréchette

Pour plus d’information :

www.grandtheatre.qc.ca

Lyne LaRoche




La magie de Disney 100 ans - 01 janvier 2019

100 ans de magie et ça continu

Hier, les personnages de Disney se sont installés au Centre Vidéotron afin d’y présenter du 8 au 10 mars, le spectacle 100 ans de magie.

On comprend pourquoi, les parents autant que les enfants sont toujours aussi impressionnés. Tous les personnages qu'on aime retrouver dans leur aventure sont au rendez-vous. Plus particulièrement, les personnages de Elsa, Anna et Olaf font la joie des enfants qui s’exclament en les voyant arriver sur la glace. Les personnages du roi Lion chantent Hakuna Matata au grand plaisir des petits. Tout au long du spectacle, c’est au rythme des chansons de Disney que les enfants chantent haut et fort car c’est plus d’une trentaine de chansons qui nous est présenté Il y a une ambiance de pur plaisir. La joie et l’émerveillement est sur tous les visages.

Des décors à en couper le souffle ou on y retrouve, des châteaux fabuleux, des éclairages et des images projetées sur la glace, des rideaux suspendus comme s’ils descendaient du ciel tout y est pour que la magie s’installe. C’est véritablement un spectacle haut en couleur animé par une cascade de personnages Disney.

Le talent des patineurs est incroyable. Les spectateurs n’ont pas assez de deux yeux pour tout voir. Blanche-neige, Cendrillon, Jasmine, Dingo, Donald Minnie et le légendaire Mickey, défilent tous sur la patinoire sur les musiques des films cultes de Disney. Le nouveau spectacle 100 ans de magie est présenté au Centre Vidéotron du 8 au 10 mars.

Un spectacle à ne pas manquer car comme d’habitude, ce sont de beaux moments de plaisir en famille qui resteront gravés dans votre mémoire longtemps.

Le spectacle est de 90 minutes et il y a une petite pause.

Les prochains spectacles seront présentés

Samedi 9 mars 11 h et 15 h

Dimanche 10 mars 11 h et 15 h

Audrey Lavallée

 




Yves Duteil - 01 janvier 2019

Yves Duteil, 40 ans plus tard… Un hymne à l’amour

Après cinq ans d’absence sur disque, Yves Duteil a repris sa plume pour composer les chansons de l’album Respect. Paru il y a un peu plus d’un an, Respect reste dans le monde de Duteil, un monde d’amour, de sensibilité, un monde de douceur.

Pour nous présenter le fruit de son écriture, l’auteur-compositeur interprète a concocté la tournée 40 ans plus tard. Ce dimanche, à la Salle Albert-Rousseau, il a amorcé la portion québécoise de cette tournée.

40 ans plus tard est un habile mélange de plusieurs pièces tirés de son plus récent album auquel vient se greffer quelques incontournables.

Après nous avoir salué, sans dire un mot, Duteil s’est assis devant le piano pour nous interpréter Mon piano a cent ans. Il a, par la suite, enchainé deux titres tirés d’albums antérieurs, soit, Le mur de la prison d’en face et Fragile. Il a par la suite, agrippé sa guitare pour Argentine aux rythmes bossa-nova.

D’une grande sensibilité, ses textes sont empreints d’amour et de regards sur les autres. Il rendra hommage à son beau-père de 94 ans avec Le passeur de lumière. Mon petit âne corse sera inspiré par sa fille tandis que Quarante ans plus tard ne sera rien de moins qu’un hommage à sa Noëlle, avec qui il partage sa vie depuis autant d’années.

Le sympathique chanteur fera un bref arrêt à son concert pour nous demander de joindre les mains pour représenter l’émoticône « Respect » le temps d’un autoportrait qui sera publié sur Facebook. Il achèvera la première partie du spectacle avec son grand classique Prendre un enfant qui lui a valu une première de quatre ovations debout.

Ses textes, souvent biographiques, sont touchants. La chanson des justes, inspirées par les gens qui ont subi la guerre et Mohammed et Aïcha sont particulièrement belles. Dans cette dernière, Duteil raconte habilement la double peine que subit le peuple de confession musulmane.

Pour cette tournée, Yves Duteil s’est entouré d’une équipe franco-québécoise. Sur scène Jacques Roy à la contrebasse assure la direction musicale. Derrière la batterie, on retrouve Dominic Cloutier pendant que le violoncelliste Philippe Nadal vient ajouter une touche dramatique grâce à son talent à manipuler l’archet. Dans un geste de générosité, Duteil et sa bande ont prolongé quelques chansons pour permettre au public de se joindre au spectacle en jouant aux choristes.

Au rappel, il lui était impossible de ne pas nous offrir La langue de chez nous. Une chanson toujours aussi belle. Pour les enfants du monde entier, et Apprendre, composée et interprétée pour les funérailles de Paul Gérin-Lajoie viendront clore ce beau spectacle.

Il ne quittera la scène qu’après avoir demandé à ses fans de participer à un court film dédié aux députés français qui se prononceront prochainement pour une directive sur les droits d’auteurs européens.

40 ans plus tard c’est l’hymne à la beauté, un hymne aux mots, un hymne à l’amour.

Le calendrier complet de la tournée «40 ans plus tard», d’Yves Duteil, est disponible sur le site de l’artiste (www.blog.yvesduteil.com).

Claude Gignac




Des promesses - 01 janvier 2019

26 mars 2019

 

DES PROMESSES, DES PROMESSES

Théâtre de la Bordée

 

Miss Brodie a derrière elle une carrière d’enseignante marquée par quelques coups d’éclat. Après avoir pris sa retraite, elle reprend du service, le temps d’une suppléance dans une école primaire de Londres. Dans cette classe dont personne ne veut, une jeune élève somalienne refuse de parler. Liées par les secrets qu’elles portent toutes les deux, la fillette et l’enseignante tisseront un lien des plus forts, au-delà des mots et de la bêtise humaine.

Cette pièce est toujours d’actualité et même si elle a été écrite en Écosse, les mêmes pressions sociales du politiquement correct régissent les interactions sociales du Québec. Malgré toute cette pression, Miss Brodie tient bon, donne son avis et tente d’éviter la venue de ces personnes qui, elle le sait, traumatisera les enfants. La finesse de la pièce vient du fait qu’on laisse les spectateurs déduire ce qui semble l’évidence. Jamais le mot inceste n’est dit et pourtant les descriptions sont soulignées au crayon gras.

Que dire de la performance de Micheline Bernard. Seule sur scène, elle bondit d’un personnage à l’autre et seulement par l’intonation ou une posture, nous savons qui elle personnifie. Dès le début de la pièce, elle capte l’attention de son auditoire. C’est phénoménal! Bien souvent les gens dans la salle parlent ou font des commentaires, mais ce soir pas un mot. Un silence religieux(!). Les gens absorbés et au bout de leur chaise attendaient la suite.

Une pièce de théâtre intelligente à voir absolument! Pour les discussions et les questionnements qu’elle provoquera. Pour la réflexion qu’elle propose. Pour les préjugés et leurs effets pervers qu’elle met au visage, cette pièce nous démontre que le théâtre n’est pas que divertissement mais aussi un art utile et nécessaire.

Jusqu’au 5 avril 2019

Texte de Douglas Maxwell

Traduction de Maryse Warda

Mise en scène de Denis Bernard

www.theatrelalicorne.com

www.bordee.qc.ca

Louiselle LaVoie




Tanguy - 01 janvier 2019

TANGUY

Salle Albert Rousseau

Amusant, divertissant, situations cocasses, tout y est pour une soirée réussie.

Quelle est le meilleur moment pour quitter le nid familial? Cela peut être différent tout dépendant de qui nous sommes, parents ou enfant….

Dans ce cas, après s’être occupé de leur fils pendant 30 années les parents de Tanguy aimeraient bien retrouver leur intimité, leur liberté. Ils ne voient pas d’autre solution que de prendre les grands moyens, par moment un peu drastique voir même draconien.

Le film Tanguy, véritable phénomène social, a attiré plus de quatre millions de spectateurs uniquement en France, lors de sa sortie en 2001. Depuis l’énorme succès du long métrage français, l’expression être un Tanguy est devenu un terme couramment utilisé dans nos conversations pour désigner un enfant qui ne veut plus quitter le nid familial.

L’histoire : Ce couple a tout pour être heureux. Ils ont la mi- cinquantaine et mènent des carrières florissantes. Ils sont toujours très amoureux l’un de l’autre, et leur relation est passionnée comme au premier jour. Ils ont un fils, Tanguy, qui à trente ans poursuit avec grand succès des études chinoises tout en enseignant à l’université. Tanguy est beau, charmant, brillant, tombeur et zen. Le fils rêvé… sauf qu’il habite toujours chez ses parents! Édith et Paul Ducas ont tout pour être heureux. Il n’y a qu’une ombre à leur bonheur : comment se débarrasser de Tanguy? Comment chasse-t-on du nid l’oisillon qui ne veut pas voler de ses propres ailes?

La mise en situation. La pièce démarre lentement, le temps de présenter les personnages, leurs habitudes, leurs petites manies, leur environnement. Puis la guerre commence. Les pièges qu’Édith et Paul Ducas (Marie-Chantal Perron et Normand D’Amour) manigancent et exécutent, donnent un nouveau souffle, un élan à la comédie. Marie-Chantal Perron et Normand D’Amour sont irrévérencieux à souhait. Pour que leur fils ne manque pas son voyage à Beijing, Paul est prêt à tout. Normand D’Amour nous offre un échange avec la préposée d’Air Canada une performance à ne pas manquer. Intense, surprenant, très impressionnant!

France Castel (la grand-mère) est une bouffée d’air frais à chaque apparition. Elle joue avec les situations et trouve toujours un refrain qui nous y réfère (Oxygène, Bye, bye mon « Tanguy »,…). Roger La Rue tire son épingle du jeu avec sa prestation du juge.

Le chant, la danse et une panoplie de personnages incarnés tour à tour par cinq autres comédiens complète cette adaptation québécoise. Amusant, divertissant, situations cocasses, tout y est pour une soirée réussie. Une pièce à voir.

 

D’après le scénario du film Tanguy écrit par Étienne Chatiliez et Laurent Chouchan. Une adaptation d’Yves Morin. Dans une mise en scène de Normand Chouinard avec Normand D’Amour, France Castel, Marie-Chantal Perron, Christophe Payeur, Roger Larue, Violette Chauveau, Anne-Marie Binette, Hilaire St-Laurent et Katherine Riva.

À la salle Albert-Rousseau le 28mars 2019, 14 et 15 octobre 2019.

www.tandem.mu

www.sallealbertrousseau.com

Louiselle LaVoie




Patrick Groulx (entrevue) - 01 janvier 2019

Entrevue avec Patrick Groulx

4e One man show ‘’ Groulx’’

 Du 100% Groulx

Comme je vous le dit souvent, il y a des gens avec qui c’est toujours un pur bonheur de piquer une jasette et l’humoriste Patrick Groulx fait partie de ceux-ci. Deux années se sont écoulées depuis ma dernière entrevue avec lui. Aujourd’hui, j’ai eu la chance de piquer une jasette avec car il remonte sur scène le 11 avril prochain au Grand Théâtre de Québec pour présenter son nouveau spectacle ‘’Groulx’’. Voici mon entrevue avec un des gars les plus sympathiques que je connaisse.

Lyne : Allo Patrick, la dernière fois qu’on s’est parlé, c’était pour me parler de tes trois petits pas fins. Tu n’étais pas encore prêt à remonter sur scène, mais dis-moi si je me trompe, ça t’a redonné le goût, je pense!

Patrick : Oui, j’ai fait une mini tournée avec eux car je testais des numéros pour l’émission Dans ma tête. À cette époque, je m’étais dit que j’allais prendre 5 ans avant de sortir un nouveau spectacle.

Lyne : Parle-moi de ce 4è one man show, à quoi doit-on s’attendre?

Patrick : Je pense que c’est mon show préféré à date. Je m’amuse énormément. Tu sais j’ai eu 5 ans justement pour vivre des choses. Moi quand j’ai commencé à faire de la tournée j'avais 19 ans. Quand j’ai arrêté, il y a 5 ans, ça faisait quand même 20 ans que j’étais en tournée, dans les hôtels. Je n’avais pas de vie de famille. Tu le sais nous autres souvent nos shows sont présentés les fins de semaines. Des vies sociales ont en a pas beaucoup. Alors j’avais décidé de prendre une sabbatique pour me rapprocher de ma famille, des enfants, et aussi de réussir le plus possible mon rôle de père. Ça m’a fait du bien et je pense que je reviens plus fort à cause de ça. En 5 ans j’ai eu le temps d’en vivre des événements. Ça m’a permis aussi de penser à quel genre de show je voulais offrir au gens. Avec ce show-là, c’est comme si je m’étais déprogrammer, je voulais aller ailleurs, je voulais être créatif. Quelque fois, j’ai écrit des bouts de numéros le matin même et je les testais le soir, j’ai fait des lectures sur scène, il n’y a rien que je n’ai pas essayé. Faque je suis très fier de ce spectacle-là.

Lyne: Il a été bien rôdé, je pense que c'est plus de 65 rodages que tu as fait, tu voulais bien faire les choses.

Patrick: Oui, je ne voulais pas offrir n'importe quoi aux gens. 

Lyne : Parle-moi de tes collaborateurs

Patrick : Pierre Fiola et Francois Avard sont toujours là en fait depuis mon 3e show et il y a Julien Tapp qui s’est greffé à tous ce beau monde-là. C’est certain que je voulais un show qui parle de moi, de mes expériences, des événements que j’ai vécus et que j’ai vu mais je suis entouré de supers bons auteurs et j’adore collaborer avec eux. Des fois j’ai l’impression d’avoir fait le tour d’un numéro et eux autres, ils m’amènent ailleurs. Ils m’ouvrent d’autres portes, c’est vraiment le fun.

Lyne : Le fil conducteur de ton show est le bonheur. Peut-on dire qu’à 44 ans tu fais maintenant ce que tu veux et que tu es ou tu voulais être. En bref que tu es un homme heureux?

Patrick : Je dirais que oui, je n’ai jamais été aussi heureux de ma vie. Je sais plus ou je m’en vais. J’aime mon rôle de père. Dans les quatre dernières années, je me suis séparé de la mère de mes enfants mais nous sommes encore très proche, on s’aime encore beaucoup, on fait encore des trucs en famille. J’ai la chance d’avoir une blonde que j’adore. Ma blonde a deux enfants avec qui je m’entend super bien et que j’aime beaucoup aussi, tu sais tout va bien. La vie est belle. Le fil conducteur du show, c’est parti de mon père. Quand j’ai eu 40 ans, je me souvenu de mon père quand lui a eu 40 ans, j’avais 16-17 ans à l’époque. Il m’avait dit qu’il n’avait jamais été aussi heureux, pis à 50-60 aussi c’était la même affaire. Alors je posais des questions autour de moi et je me demandais pourquoi qu’en vieillissant on est plus heureux mais que personne ne veut vieillir, j’essayais de comprendre. Aujourd’hui je l’ai trouvé c’est qu’en vieillissant on se fout de ce que les autres pensent de nous. Puis plus on apprend à se connaitre, plus on a envie de se faire plaisir, d’être heureux. Ça de l’air sérieux comme ça, mais c’est loin d’être sérieux. Dans le show je raconte les fois ou j’ai eu l’air fou, ou je me suis mis le pied dans la bouche, je me raconte et ça rit.

Lyne : J’ai regardé les critiques de ta première Montréalaise et les critiques sont supers bonnes, es-tu nerveux pour ta première à Québec le 11 avril prochain?

Patrick : Oui, j’ai eu de bonnes critiques, je suis vraiment content, Et oui, je suis toujours nerveux car je ne prends jamais rien pour acquis. Je veux toujours arriver prêt et solide afin d’offrir le meilleur spectacle possible. Ça n’a jamais été une cachette, Québec a toujours été un de mes coups de cœur professionnel. Dans mon jeune âge, je venais jouer ici au Dagobert, j’avais 20 ans j’étais dans un groupe d’humour. C’était le fun. Depuis c’est toujours un plaisir d’y revenir.

Lyne : Mis à part la longue tournée que tu vas faire, je sais que ton cerveau est toujours en constante ébullition as-tu toujours de nouveaux projets en tête?

Patrick : Oui, des fois je passe même des nuits blanches à penser. En ce moment nous sommes en attente à savoir si l’émission Maitre du chantier va revenir. J’ai une série web que j’ai fait pour Steamatic Canada qui m’avait demandé de faire des publicités pour la compagnie. Je leur ai dit que je voulais faire quelque chose de plus élaboré plus artistique avec des sketchs drôles et je voulais écrire des punchs. J’invite les gens à aller voir sur ma page Facebook pour voir à quoi ça ressemble. Les gens donnent leurs commentaires et on est super content. Ça vient tout juste de sortir cette semaine. J’ai toujours pleins de projets en tête mais ma priorité pour le moment, c’est la tournée.

Lyne : Là c’est le temps du pitch de vente, dis aux gens pourquoi il devrait aller voir Groulx?

Patrick : Parce que je ne sais pas combien de temps je vais être là, il y a la relève qui nous pousse. Le milieu change tout évolue. Parce qu’aussi j’ai travaillé très fort pour livrer un bon show et j’en suis fier. Je ne suis pas vraiment bon pour me vendre, mais je pense que c’est le meilleur de ma carrière.

Lyne : Pat, c’est toujours un grand plaisir de piquer une jasette avec toi, saches que tu es un de mes humoristes préférés et que j’ai bien hâte d’assister à ton soir de première le 11 avril prochain.

Patrick Groulx présentera son 4e one man show  Groulx le 11 avril prochain au Grand Théâtre de Québec et en supplémentaire le 22 octobre

Il reste encore quelques billets

www.grandtheatre.qc.ca

Il sera aussi au Centre d'Art la Chapelle le 16 mai et le 8 septembre 

www.centredartlachapelle.com

Pour connaitre toutes les dates de la tournée

www.patrickgroulx.com

Visitez aussi sa page facebook

https://www.facebook.com/PatrickGroulxHumoriste/

Lyne LaRoche




Mon vrai monde Denis Lévesque - 01 janvier 2019

Mon vrai monde de Denis Lévesque

C’est au Capitole de Québec qu’hier soir Denis Lévesque présentait la première de son spectacle Mon vrai monde.

Passé maitre depuis longtemps dans l’art de faire des entrevues étonnantes, surprenantes et quelques fois même déconcertantes, que ce soit avec monsieur et madame tout le monde ou avec de grandes vedettes internationales, l’animateur chouchou a prouvé hors de tout doute qu’il n’y avait rien à son épreuve.

Imaginez l’audace et le courage que ce gars- là a eu en décidant de sortir de sa zone de confort et de mettre littéralement sa tête sur le billot, moi je lui lève mon chapeau.

Parlons spectacle

Tout d’abord, je ne m’attendais à rien, j’étais curieuse de voir de quelle façon il allait réussir à capter mon attention jusqu’à la toute fin. Et bien laissez-moi vous dire qu’il y est arrivé avec brio comme il le fait si bien à tous les soirs au petit écran.

Entouré de ses quatre musiciens, d’entrée de jeu il a lancé ‘’ Ce n'est pas un concert, pas une conférence, pas un talk-show, pas du "stand-up"…’’C'est un mélange de tout ça’’

En effet, durant plus de deux heures avec entracte, il a interprété quelques chansons de son premier album Sous mes pas et il nous a aussi fait découvrir celles de son nouvel opus‘’ Ca va aller’’. J’ai eu plusieurs coups de cœur dont ‘’C’est fini’’ le texte lui a été inspiré à la mort de son collègue de travail et ami Jean Lapierre. Un texte qui donne des frissons.

Il raconte ses débuts, les moments marquants qu’il a eu sur son passage, ses entrevues improvisées et il fait tout ça en toute simplicité avec beaucoup d’émotion et d’humour. Comme décor, simplement deux écrans viennent soutenir ses dires en diffusant des photos d’archives, des bouts d’entrevues et il a installé son bureau et sa chaise d’intervieweur. Fidèle comme toujours à lui-même, il se laisse aller doucement sans essayer de battre des records absolument de performance. Il veut juste que les gens passent un bon moment, c’est ça Denis Lévesque, son bonheur est contagieux.

Naturellement c’était impossible pour lui de ne pas faire monter sur scène son épouse la belle et sympathique Pascale Wilhelmy car selon ses dires c’est le segment qu’il entend le plus parler à l’émission. Paraitrait-il que le public avait vu bien avant eux leur idylle qui se développait au petit écran. Par la suite l’animateur Pierre Jobin chef d’antenne à TVA est venu le rejoindre aussi pour parler de leurs débuts et y raconter quelques anecdotes croustillantes.

Au rappel, notre Denis national s’est fait aller le popotin en interprétant un des succès de Elton John, Crocodile Rock. Tout le monde était debout, lui confirmant qu’il avait eu raison de venir à la rencontre de son public. C’est avec la chanson titre de son dernier album ‘’Ca va aller’’ qu’il a conclu cette soirée riche en émotions et en surprises.

Mes trois chansons coups de cœur

La lumière

Ca va aller

C’est fini

Bilan

Denis Lévesque livre un spectacle à sa couleur, rempli d’authenticité et de simplicité.

Comment ne pas l’aimer!

Lyne LaRoche




Ingrid St-Pierre - 01 janvier 2019

Ingrid St-Pierre

Comme un cerf-volant de velours

Samedi soir, la salle Octave-Crémazie du Grand Théâtre de Québec accueillait l’auteure-compositrice-interprète Ingrid St-Pierre. Si je vous dis qu’elle s’y produisait pour la douzième fois, je n’ai pas besoin de vous préciser que c’est un lieu qu’elle affectionne.

Elle venait nous voir pour nous présenter Petite plage, son tout dernier album paru en janvier dernier.

C’est vêtu d’une robe à pastilles multicolores qu’elle s’est approchée du clavier au centre de la scène. Elle scintille comme une étoile. Elle nous livre ses premiers accords, ses premiers mots.

Elle ira, par la suite, s’assoir derrière un long piano à queue pour nous interpréter La vie devant. Dans un élan d’autodérision, elle nous a confié que la veille, elle était restée coincée pendant de longues minutes dans une petite pièce juste avant son spectacle. Elle qui est claustrophobe. « Du grand St-Pierre » .

Après un voyage vers Tokyo jellybean, St-Pierre nous a fait entrer dans l’univers de son fils qui ne dort jamais, avec l’imaginaire de Les éléphant massaï.

Assister à un spectacle d’Ingrid St-Pierre, c’est un peu comme lire son journal personnel. Elle nous parle notamment de son fils et de sa grand-mère qui a souffert de la maladie d’Alzheimer avec la très belle Ficelle. Elle nous parle de sa vie.

Entourée sur scène de Laurie Torres aux percussions, de Camille Paquette-Roy au violoncelle et de Mathieu Désy à la contrebasse, elle livrera ses chansons dans de magnifiques arrangements. Les voix des trois complices ajoutent une touche aérienne à ses chansons planantes.

En deuxième partie devant son auditoire toujours aussi attentif, Ingrid maintenant habillée d’une robe gris-argent et portant de grosses espadrilles blanches, est descendue dans la salle, a remonté l’allée pour s’installer tout près de moi. Quel bonheur. Après être presque tombée en s’assaillant sur le dossier du fauteuil, c’est armée d’un ukulélé et sans micro qu’elle a interprété Les épousailles, une chanson inspirée par Georges Brassens .

Je ne connaissais que très peu Ingrid St-Pierre. Je n’avais pas d’attentes. J’ai fait une très belle rencontre. Cette femme d’une grande douceur m’est apparue comme un cerf-volant de velours. Le public de Québec l’a transportée sur un vent d’amour. « On t’aime » lui a crié un spectateur. Après avoir spontanément répondu « moi plus » St-Pierre a fondu en larmes lorsque le public s’est spontanément levé pour une longue ovation. Une soirée chargée d’amour.

La jeune femme de 33 ans poursuivra sa tournée pour encore quelques dates ce printemps avant de retourner sur la route à l’automne prochain, nous proposant un nouveau rendez-vous le 26 octobre prochain, toujours au Grand Théâtre.

Je vous invite à la suivre sur son site au www. ingridstpierre.com

Claude Gignac




Patrick Groulx - 01 janvier 2019

Du Groulx à son meilleur

Plus assumé, plus croustillant et encore plus drôle!

Hier soir, l’humoriste Patrick Groulx présentait la première de son quatrième one man show ‘’Groulx’’ à la salle Octave Crémazie du Grand Théâtre de Québec. Même si les critiques ont été élogieuses pour sa première au Club Soda en février dernier, on sentait quand même une petite pointe de fébrilité au tout début du spectacle pour deux raisons. Tout d’abord, il y a 17 ans il était en spectacle sur cette même scène avec Louis-José Houde et  ajouté à cela un soir de première à Québec après une absence de cinq ans. Même s’il se produisait dans une salle comble, comme toujours pour le sympathique humoriste,  il n’y a jamais rien d’acquis.

Avec ce quatrième spectacle de 90 minutes sans entracte, il sort l’artillerie lourde. Toujours aussi naturel, mais un petit peu plus croustillant que par le passé, il aborde différents thèmes dont la paternité, la séparation, les malaises, les partys, la famille… avec son énergie toujours aussi contagieuse.

À 44 ans, il avoue n’avoir jamais été aussi heureux de sa vie et sincèrement ca parait. On a l’impression qu’il se confie sans retenue en faisant abstraction de ce que les gens vont dire. Il s’assume complètement et ca lui réussi car le public rit en continu. Ses numéros sont tous aussi hilarants les uns que les autres mais j'avoue qu'il fesse vraiment fort quand il nous parle d’une de ses tournées à Thetford Mines et des pruneaux, je ne vous en dit pas plus, ses mimiques sont bidonnantes. Il avoue se mettre souvent le pied dans la bouche et avec sa facon bien à lui de raconter ces anecdotes, il nous confirme son immense talent de raconteur.

À la toute fin du spectacle, il y va avec numéro mémorable qui fait crouler de rire la salle au grand complet.

Bilan

Toujours aussi attachant, Patrick Groulx prouve qu’il n’a rien perdu de sa verve et que même rendu à 44 ans, il y a encore un ado en dedans de lui qui le rend franchement drôle. Ce show-là est selon moi son meilleur car tout comme le public, j’ai ri du début à la fin!

Première partie

L’humoriste Guillaume Pineault avait la tâche de réchauffer le public et il a réussi haut la main. C’est avec dérision, qu’il nous a amené dans son monde relatant ses expériences personnelles complètement hilarantes.

Surveiller son passage à Québec les 15 et 24 mai au Théâtre Petit Champlain et

Au Centre d’Art la Chapelle le 13 juin

Patrick sera de retour le 22 octobre au Grand Théâtre de Québec

Le 16 mai et le 8 septembre au Centre d’Art la Chapelle

À noter, Groulx est recommandé pour les 16 ans et plus

Pour plus d’informations

www.patrickgroulx.com

www.grandtheatre.qc.ca

www.centredartlachapelle.com

www.guillaumepineault.com

Lyne LaRoche




Alain Choquette - 01 janvier 2019

Alain Choquette

Le temps nous file entre les doigts

En novembre dernier s’amorçait ce qui devrait être la dernière tournée de la carrière du magicien québécois Alain Choquette. Après avoir passé plus de 8 ans en France, Choquette est de retour au Québec pour nous présenter La mémoire du temps.

Pour l’occasion, la magnifique salle du Capitole était pleine à craquer. La mémoire du temps, c’est un peu le combat que, comme nous tous, vit le magicien qui vient tout juste de fêter ses 57 ans.

La mémoire du temps, c’est 12 numéros qui tournent de cet implacable combat que l’on mène contre le sable qui s’écoule, contre les aiguilles qui avancent sans cesse, contre les pages que l’on déchire sur notre calendrier.

En début de soirée L’enfant en soi nous présentera une intéressante interaction avec le petit Alain Choquette, présenté grâce à un jeu d’ombre.

Comme dans tout bon spectacle de magie, la participation du public est essentielle. Le magicien, fort de plus de 35 ans de carrière, sait exploiter cette relation. Que ce soit par l’entremise de ballons lancés chez les spectateurs ou par un amalgame de critères de sélection, le choix de ses ponctuels partenaires semble laissé au hasard, éliminant du même coup toute forme de connivence. La participation du jeune Ilan, huit ans et demi a contribué à rendre le numéro Retour dans le temps, bien charmant. Après avoir réalisé son tout premier tour de magie, où il a fait apparaitre des centaines de bonbons, le jeune complice a reçu un bonbon magique qui, des dires de Choquette, se transformera en 2$ s’il le dépose sous son oreiller. Parions que le tour s’est bien terminé.

Que dire du couple formé de Gaétan et Jocelyne. La singulière participation de Gaétan formant un couple vieux de 52 ans était bien drôle. Cet impressionnant tour s’est soldé par la lecture d’une lettre d’amour écrite par Gaétan à sa Jojo. Je pense que Gaétan se demande encore ce qui s’est passé.

Ce spectacle à la facture plutôt sobre et classique, comporte quelques numéros impressionnants. Notons la fin du film où l’on voit le jeune Choquette présenter ses premiers tours à ses parents dans le salon familial. Il nous fait gratter la tête. Cultiver sa mémoire nous propose un tour où, de façon très habile, le magicien retrouve des cartes à l’aide de sa mémoire photographique.

Au final, Choquette se transporte à l’extérieur de la salle avant de réapparaitre sur la scène. Est-ce le fruit de la magie de la vidéo? À moins que la magie existe vraiment…

Alain Choquette reviendra à Québec le 15 mai prochain à la Salle Albert-Rousseau avant de partir vers Montréal. Il sera aussi de retour les 1er et 2 février 2020 au Capitole. Pour toutes les dates, vous pouvez le suivre via le alainchoquette.ca

Claude Gignac




Chrisitne la Reine garcon - 01 janvier 2019

17 avril 2019

CHRISTINE, LA REINE GARÇON

Théâtre de la Bordée

Des performances admirables et un texte remarquable.

Suède, 1649. La reine Christine, anticonformiste et avant-gardiste, invite le philosophe René Descartes pour tenter de comprendre le sentiment amoureux qui la tenaille à la lumière de la raison. Elle découvre qu’elle n’est amoureuse que d’une seule chose : son libre arbitre.

Le texte de Michel-Marc Bouchard créé à Montréal en 2012 et joué à Stratford, en Ontario, à Chicago à Genève et en Suisse. Parsemé de poésie et de philosophie, il est remarquablement interprété par Marianne Marceau (la Reine Christine) et Jean-Michel Déry (René Descartes).

Les décors et les costumes sont inspirés du froid et de la lumière des pays nordiques. Les aurores boréales, lumière blanche projeté sur un mur noir, les couleurs (violet, jaune, vert, turquoise) ne sont décrites que verbalement mais leur interprétation force l’imaginaire. Les magnifiques robes et habits sont tous de coupes et de tissus différents mais tous noirs.

Christine la reine garçon est prête à tout pour parler et vivre en toute liberté. Celle qui veut offrir à son peuple «la paix, des écoles, des bibliothèques, des savants et des poètes » devra tout abandonner pour s’affranchir. Élevé comme un garçon, avant-gardiste, féministe et érudit, elle reniera son père, sa patrie et sa foi pour vivre son libre arbitre.

Une pièce à ne pas manquer au théâtre la Bordée jusqu’au 11 mai 2019.

Distribution : Ariane Bellavance-Fafard, Frédérique Bradet, Jean-Michel Déry, Érika Gagnon, Eliot Laprise, Simon lepage, Marianne Marceau, Vincent Michaud, Réjean Vallée.

Texte : Michel Marc Bouchard
Mise en scène : Marie-Josée Bastien
Assistance à la mise en scène : Émile Beauchemin
Décor : Marie-Renée Bourget Harvey
Costumes : Sébastien Dionne
Lumières : Sonoyo Nishikawa
Musique : Stéphane Caron

www.bordee.qc.ca

Louiselle LaVoie




Fais-toi une belle vie - 01 janvier 2019

 

 

 

 

Fais-toi une belle vie

Une job de famille complètement réussie

 

 

 

 

 

 

 

Hier soir à la salle Albert Rousseau était présenté la pièce Fais-toi une belle vie comme disait toujours la mère de Guillaume Lemay Thivierge.

Fais-toi une belle vie, c’est l’histoire de Michel (Guillaume Lemay-Thivierge) 38 ans qui se retrouve face à un burn-out. Sous les ordres de son médecin, il doit se reposer. Son amoureuse (Émily Begin) et deux de ses amis (Sandrine Bisson et François Chénier) veulent absolument lui venir en aide. Ils décident donc d’acheter un chalet ensemble afin de lui remonter le moral. Quoi de mieux que la tranquillité dans la nature et la beauté des paysages pour venir calmer le stress de la vie quotidienne. Pour ce faire, tout le monde se retrouve ensemble dans le fameux chalet y compris Janie Sucre (Charlie Lemay-Thivierge) une adolescente de 15 ans qui vient chambouler les plans de tout le monde à différents moments dans la pièce. Pensant que c’est son travail de policier qui le mettait à terre, plus les journées se succèdent dans le chalet, plus son humeur dépérit et il réalise d’un grand coup que ce sont les gens qui l’entourent qui sont toxiques. La question qui tue, d’après vous Michel retrouvera t’il son sourire un jour?

L’un des thèmes principaux de la pièce est la dépression. Même si ce n’est pas un sujet drôle, tout ce qui l’entoure est drôle. On y retrouve cinq stéréotypes de personnalités différentes ce qui fait en sorte que le public se retrouve assez aisément et ça fait rire inévitablement du début à la fin.

Tout le monde cherche sa quête du bonheur et avec Fais-toi une belle vie, ça nous permet de réaliser à quel point on peut dérailler sans chercher à savoir pourquoi.

Chapeau à l’auteur François Chénier qui malgré le sujet sérieux et même parfois dramatique, arrive à faire rire et à réfléchir. Le metteur en scène Yves Desgagnés a réussi à traiter le sujet avec sa mise en scène audacieuse et efficace.

Après seulement quelques minutes du début de la pièce, nous réalisons rapidement l’étendue du talent des comédiens.

Maintenant, parlons de ces cinq personnages qui s’en donnent à cœur joie et qui livrent des performances remarquables devant une foule conquise et enchantée, qui a savouré chaque moment.

Guillaume Lemay Thivierge (Michel) est intense, surprenant et drôle, quel comédien!

Émily Bégin (Nancy), capte avec brio l’attention des spectateurs. Ses intonations et ses postures sont ahurissantes. On y croit.

Sandrine Bisson (Julie) dans son rôle de control freak, est excellente

Francois Chénier (Gilles) Dégoulinant de bonnes intentions, son jeu est irréprochable

Charlie Lemay Thivierge est une bouffée d’air frais à chaque apparition. Comme dit l’adage, la pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre, Charlie a un talent inné.

Bilan

Jouée par cinq comédiens tous plus talentueux les uns que les autres, Fais-toi une belle vie est une pièce divertissante, intelligente remplie d’auto-dérision et de situations cocasses. Tout y est pour une soirée réussie. Tout comme moi, vous aurez un gros coup de cœur! C’est la pièce à voir absolument!

Fais-toi une belle vie sera de retour à la salle Albert Rousseau le 2 février 2020

Pour plus d’infos :

www.faistoiunebellevie.ca

www.albertrousseau.com

Lyne LaRoche




Il était une fois - 01 janvier 2019

Debbie Lynch-White

Elle était une fois
Il y a quelques années déjà, la série télévisée Unité 9 nous a permis de rencontrer  Debbie Lynch-White, la comédienne. Quelques apparitions dans des émissions de variété nous auront aussi permis d’apprécier une autre facette de son immense talent. Cette fois en tant que chanteuse. On a aussi eu l’occasion d’apprécier l’envergure de son talent d’interprète en prenant le rôle-titre dans le film La Bolduc.
Mardi soir, à la Salle Albert-Rousseau, Debbie Lynch-White présentait au gens de Québec, son premier spectacle tout en chanson intitulé  Elle était une fois. Pour l’occasion, l’interprète s’est entourée sur scène de Gabriel Gratton à la direction musicale et aux claviers, de Lysandre Bourdages à la batterie et de Simon Pedneault à la guitare.
Elle était une fois, ce sont des mots de femmes. Des textes d’auteures féminines, majoritairement francophones.
Sous une pleine lune, parapluie à la main, Lynch-White s’est avancée pour nous interpréter La vie d’factrice de Clémence Desrochers. Avec Briser un cœur d’Ariane Moffatt, la chanteuse viendra confirmer l’ADN du spectacle. Un tour de chant qui nous permettra de naviguer dans l’univers de l’artiste aux multiples talents. Son côté comédienne viendra habilement faire les liens entre les chansons. Elle nous parlera de ses noëls chez sa tante au Nouveau-Brunswick pour nous amener jusqu’au monde de Saphia Nolin. A travers le répertoire de Pink, de Barbara et d’Édith Piaf, on sentira sa sensibilité. L’artiste qui saurait défoncer la muraille de Chine est capable de la délicatesse d’une fleur. Ses interprétations sont senties.
En début de seconde partie, elle se fait plaisir au son des Spice Girls. Les chansons d’Aretha Franklin, de Macy Gray, de France D’Amour, de Pauline Julien et de Francine Raymond sont toutes signées d’une main de femme. Une seule exception. Destin, écrite par Jean-Jacques Goldman. Elle pouvait se le permettre, c’était pour son idole Céline Dion. 
Attention naturelle pour une comédienne, la mise en scène de Frédéric Dubois était judicieuse et bien appuyée par de très beaux éclairages.


Les interactions avec le public sont dynamiques, drôles et efficaces. Dans un élan de poésie, elle passera très vite de Soir d’hiver de Nelligan à Hiver maudit de Dominique Michel. La romantique neige se déposant doucement sur ses épaules lui aura donné du fil à retordre. Dans un cocasse moment, la chanteuse s’est étouffée avec des flocons, le tout confirmant le titre de la chanson. 
Aucun doute, Debbie Lynch-White est une chanteuse. Et une chanteuse de grand talent. Comme elle, sa voix est tantôt douce, tantôt puissante mais toujours juste.
Dans un tel contexte, au rappel, Il était impossible de passer à côté de la toute première auteure-compositrice-interprète québécoise, Mary Travers celle que Debbie Lynch-White interprète avec tellement de brio dans le film La Bolduc. La foule heureuse est restée debout en tapant des mains pour Ça va venir et J’ai un bouton sur la langue.
Vous pouvez suivre l’agenda professionnel et la carrière de Debbie Lynch-White via son site internet au debbielynchwhite.com.  Vous y constaterez, entre-autres, qu’elle présentera Elle était une fois à Trois-Rivières le 25 avril, à Lorraine le 26 avril, à Shawinigan le 5 octobre et le 2 novembre à Beloeil


Claude Gignac

 




ZAZ - 01 janvier 2019

Zaz, un miroir qui reflète un amour réciproque

Le mercredi 24 avril, presque deux ans, jour pour jour après son dernier passage au même endroit, le Centre Vidéotron était à nouveau l’hôte de la sensation française Zaz.

L’Effet Miroir, le 4e album de Zaz, paru l’automne dernier, est le prétexte à cette visite en sol québécois. Celle que François Legault a rebaptisée «Zaza», a déjà vendu plus de 3.5 millions d'exemplaires de ses trois premiers albums qui  ont comblé des fans dans plus de 50 pays à travers le monde. Prolifique, elle prévoit déjà la sortie de son prochain enregistrement à l’automne. En attendant, 5500 fans s’étaient rassemblés pour entendre son dernier album qui comprend quelques pièces un peu plus douces. Signe peut-être que la jeune femme de 38 ans s’est un peu assagie. Peut-être pas…

Les lumières s’éteignent, les premières notes résonnent et l’artiste s’avance sur le trottoir qui s’étend sur le parterre. Elle amorce ce qui sera une soirée mémorable, avec Si c’était à refaire, Nos vies et Plume, toutes trois tirées de son récent opus. Elle ira rejoindre ses cinq musiciens sur la scène pour y interpréter La fée devant un décor parisien projeté sur le grand écran à l’arrière scène.

« Tous les enfants sont mes enfants » dit-elle en s’agenouillant pour nous livrer la très belle Demain c’est toi. Effet miroir est un spectacle où l’on passe par une variété de rythmes et d’émotions. « On danse? » s’écria-t-elle, avant d’entamer Que Vendra à la sonorité latino. Zaz nous a démontré un côté plus rock. Les deux excellents guitaristes font habilement rugir les cordes de leur instrument. On naviguera dans la tendresse au son de la très belle et touchante Souvenir de toi. Des larmes ont certainement ruisselé sur des joues endeuillées. Que ce soit par l’introspective J’aime j’aime, par le rouge et les étoiles d’Éblouie par la nuit ou l’intimité de Résigne-moi, Zaz nous prête son monde. Un monde de bonheur.

N’ayez crainte, Zaz n’a pas perdu un brin de son énergie. Elle multiplie les déplacements, s’approche de son public, elle bouge sans arrêt dans une très belle scénographie d’amphithéâtre qui reste proche des gens.

Après une longue salve d’applaudissement Zaz a fermé la soirée avec un rappel de trois chansons dont On ira et Laponie, dans laquelle elle raconte ses interrogations d’artiste sous une projection d’étoiles et d’aurores boréales.

Zaz, c’est l’artiste généreuse. C’est un long spectacle de 24 chansons. C’est des dons et de la visibilité qu’elle accorde à un organisme local. C’est l’organisme Premiers pas qui a pu profiter de cette exceptionnelle tribune. C’est aussi de longues minutes sur la scène, après le spectacle, à se prêter à une séance de photos avec ses fans.

Zaz… quelle extraordinaire et généreuse artiste!! Un spectacle… parfait!  Du pur bonheur!

Isabelle Geffroy, ou si vous préférez Zaz, sera au Centre Bell de Montréal le 28 avril. Elle fera un bref détour via Londres avant de prendre la route du Japon pour une série de 3 spectacles avant de retourner en Europe pour plusieurs dates. Vous pourrez la suivre via son site au www.zazofficial.com

Première partie

Je ne saurais vous quitter sans vous parler de Claudio Capéo. Trois des cinq membres de la formation ce sont acquitté de réchauffer la salle. Ils ont fait leur travail avec brio. Leurs chansons à boire aux teintes gypsy ont ravi le public qui leur a réservé une ovation debout en fin de prestation. L’émotion était déjà au rendez-vous. Parions qu’ils n’en sont pas à leur dernière présence à Québec.

Claude Gignac




New York-Hollywood - 01 janvier 2019

New York-Hollywood au Cabaret du Casino de Montréal

Pas assez d’yeux pour tout voir

Pas de mots assez forts pour faire honneur au spectacle

Hier soir, au Cabaret du Casino de Montréal était présentée la première d’une série de spectacles  ou musique, rêve, sensualité et bonheur étaient présents du début à la fin.

Livré par quatre interprètes au talent incommensurable et de neuf danseurs qui se glissent au cœur même de ce spectacle grandiose, New-York-Hollywood est sans contredit le spectacle à voir absolument. Qu’importe l’âge tout le monde y trouve son compte.

Se voulant une rétrospective des comédies musicales et des films cultes présentés depuis les cinquante dernières années, le spectacle a débuté avec la trame musicale de Chaplin. Il n’en fallait pas plus pour avoir l’attention complète des spectateurs, car dès le tout début, les danseurs canne à la main, souliers à claquettes, papillons au cou et petites moustaches ont exécuté un numéro qui a donné le ton à cette soirée haute en couleur.

Par la suite afin de continuer d’en mettre encore plus plein la vue au public, c’est avec The Time of my Life du film Dirty Dancing que les voix de Nancy Fortin et de Yannick Mathieu se sont unies magnifiquement bien en présence des danseurs qui sur une danse remplie de sensualité faisant honneur à l’original. Une trapéziste qui s’exécutait de façon élégante tout en haut de la scène était une valeur ajoutée au niveau des sensations. Comme si ce n’était pas assez, une bande de religieuses n’hésitant pas à user de leur sex-appeal ont interprété Shout, Rescue Me et un Oh Happy Day (Sister Act) ou tout le monde a eu le goût de se lever tellement c’était festif.

Je pourrais continuer à vous raconter ce qu’ils ont fait sur Soul Man, The Body Guard, Gimme Some Lovin, Every Body Needs Somebody to Love (The Blues Brother), sur Gostbusters, Back to the Futur, Love Story, The Jersey Boys, The Body Holly Story ou de Mamma Mia mais je vous dévoilerais toute la beauté de ce spectacle dont je n’ai pas de mots assez forts pour faire honneur.

Une ambiance de feu

Pour terminer cette soirée inoubliable c’est sur les airs de Bohemian Rhapsody, Someboy to Love, Another One Bites The Dust, We will Rock You et We are The Champions qui qualifie bien tous ces artistes qui ont livré avec brio ce spectacle grandiose. Oh que oui! Vous êtes des champions.

D’une durée de 90 minutes sans entracte, c’est un des plus beaux voyages dans le temps livré parfaitement qui vous donnera assurément des frissons. Notez bien que tout ce qui entoure ce spectacle est d’une qualité extrême. Que l’on pense aux costumes, à l’éclairage, au son, aux chorégraphies, aux talents des danseurs, aux quatre sublimes voix uniques et aux excellents musiciens chevronnés, tout comme moi, vous n’aurez pas assez d’yeux pour tout voir. J’y retournerais avec un grand plaisir!

CV des artistes

Nancy Fortin

Elle a prêté sa voix à plusieurs princesses de Disney. On l’a aussi vu !aux côtés de plusieurs personnalités  dont Alain Dumas dans le spectacle hommage, 100 ans de Sinatra.

Elle a beaucoup de spectacles à son actif. Elle sera aussi sur la scène du Cabaret du Casino pour le spectacle L’essentiel qui se veut un hommage à l’œuvre musicale de Ginette Reno. Elle a une voix exceptionnelle, puissance et énergie, c’est ce qui la définie le mieux. Dès les premières notes, on tombe en amour avec elle.

Marianne Mathieu

Elle a participé à plusieurs spectacles mais c’est à la populaire émission La Voix qu’elle s’est taillé une place dès son audition à l’aveugle ou tous les coachs se sont tournés quand elle a chanté Ain’t No Mountain Enough. Étant dans l’équipe de Lara, lors des duels, la coach n’avait pas voulu se départir d’elle et de Geneviève Jodoin. Elle a une voix puissante et une énergie contagieuse.

Martin Lacasse

Lui aussi n’en ai pas à ses premières armes. Il a été sur plusieurs distributions dont Band on tour, Ca rock au Casino, Forever Michael, Icons on Tour, et depuis la première saison de La Voix, il est choriste. Il a une voix incroyable, un talent immense.

Yanick Lanthier

À 18 ans, la carrière professionnelle de Yanick a débuté dans la revue musicale Rock and roll et il a par la suite participé au spectacle Dancing à Atlantic City et à Rent à Montréal. Il a performé dans 80s Flashback, Doo wop, Sinatra à Streisand et plus encore. Ses interprétations sont à en couper le souffle. Il a un contrôle sur sa voix incroyable.

Des musiciens exceptionnels

Philippe Brochu, Gilles Boulet, Patrick Coiteux, Francis Têtu et Denis Fortier sont le roc dernière cette revue musicale. Je leur donne une mention bien spéciale.

Les danseurs sont magiques

Raiko Poruondo, Alexanne Plouffe, Yunier Cordova Jimenez, Eddy Jesus Mijares, Mélissa Jurgutis, Caroline Nnatel, Jenna Lloyrd, Mélanie Martin et Catherine Friesen donnent au spectacle tout le côté illusion, rêve et fantasme.

 

Je dois aussi vous parler du magnifique Cabaret du Casino qui présente New York-Hollywood qui vous est offert aussi en formule Souper-Spectacle. Nous avons eu la chance de déguster leur table d’hôtes qui est tout à fait délectable. Je vous invite à la découvrir.

New York Hollywood est présenté les 18 – 24 – 25 – 31 mai, 1er et 7 juin. Vous pouvez vous procurer des billets ici.

New York-Hollywood, au Cabaret du Casino de Montréal, un incontournable!

Lyne LaRoche




Critique Mario Pelchat/Aznavour - 01 janvier 2019

Mario Pelchat livre avec élégance l’œuvre de Charles Aznavour

On dit de Mario Pelchat qu’il est un pro pour redonner vie aux répertoires de nos icônes de la chanson Française et c’est vrai. Après avoir revisité celui de Gilbert Bécaud et de Michel Legrand, il nous revient cette fois-ci avec Aznavour, Désormais. Étant lui-même un fan d’Aznavour, il s’attaque à des monuments de sa discographie et avec sa voix chaude et unique, il les interprète en leur redonnant leurs notes de noblesse.

L’album est composé de 14 pièces. Les fans de Charles Aznavour ne risquent pas de crier déshonneur car Mario, lui rend un hommage phénoménal.

J’ai écouté l’album en boucle que j’ai franchement aimé.

Notez bien que Mario sera en spectacle les 7-8-9 juin au Capitole de Québec, un show qui promet.

Pour l'achat de billets visitez http://www.lecapitole.com/fr/spectacles/

Pour plus d'informations à savoir quand Mario s'arrêtera près de chez-vous

Visitez     http://www.mariopelchat.com/evenements/

Mes trois coups de cœur

Désormais,Hier encore et La bohème

Voici les 14 titres que vous retrouverez

Voici les titres sur l’album

1.Je m’voyais déjà

02. Hier encore

03. La bohème

04. Désormais

05. Que c’est triste Venise

06. La mamma

07. Le temps

08. Sa jeunesse

09. J’en déduis que je t’aime

10. Et pourtant

11. Non je n’ai rien oublié

12. Mourir d’aimer

13. Emmenez-moi

14. Il faut savoir

L’album « Pelchat Aznavour Désormais » est disponible en magasins.

Lyne LaRoche




Demain Medhi Bousaidan - 01 janvier 2019

 

Medhi Bousaidan atteint son objectif

Hier soir l’humoriste Medhi Bousaidan était de passage à la salle Albert Rousseau afin de présenter au public de Québec son premier one man-show intitulé Demain.

Diplômé de l’école nationale de l’humour en 2013, il a touché à plusieurs facettes dans le milieu artistique. Il s’est notamment fait connaître grâce ses nombreuses apparitions à la télé dans la série jeunesse MED, Ça décolle, La soirée est encore jeune, Vlog, Trop, Like-moi! M’entends-tu. Il a aussi fait partie de la distribution du film De père en flic 2, et plus encore. Sa feuille de route est assez impressionnante. Avec tout le bagage qu’il a acquis au fil des années, le sympathique algérien d’origine livre son premier spectacle solo en atteignant parfaitement son objectif, faire rire, émouvoir et offrir un humour rafraichissant.

Qu’on se le dise, la salle Albert Rousseau était pleine à craquer de jeunes qui sont déjà des accros de l’humoriste. Dès qu’il ouvre la bouche, les rires se font entendent. Il a un talent fou ca c'est certain, mais en plus,  il offre de la nouveauté sur scène c'est ce qui le différencie de tous les autres humoristes. Autour de lui,  trois écrans  lui permettent de présenter un spectacle interactif ou le public est appelé à voter à différents moments durant la soirée.

Tout d’abord, on entend la voix d’un couple qui doivent choisir un spectacle sur Medflix et surprise, leur choix s’arrête sur le spectacle de Medhi. Un fil conducteur brillant car la mise en scène de son spectacle est inspirée de Netflix.

Très à l’aise sur scène, Medhi est un improvisateur hors pair. Ses interactions avec le public mettent ses talents d’imitateur à profit et le public embarque et rit abondamment. Ses anecdotes sont complètement hilarantes. Doté d’un talent naturel, ses mimiques, sa gestuelle et ses accents deviennent quasiment du grand art.

Il aborde différents sujets avec son regard humoristique dont, les sports, les sonneries de téléphone, les inégalités hommes-femmes, ses voyages à travers le monde, les tueries, les armes à feu et même si ce sont des sujets percutants, il les livre avec doigté prudemment. D’une durée de 90 minutes sans entractes, il n’y a aucun temps mort.

Bilan

Si vous désirez des rires en continus pensez à Demain, Medhi Bousaidan va s’occuper de vous car il est une véritable bête de scène. À voir!

Medhi sera de retour à la salle Albert Rousseau le 16 avril 2020

Pour plus d’informations sur les dates de sa tournée

www.medhibousaidan.com

Lyne LaRoche




COMÉDIHA! 2019 - 01 janvier 2019

As-tu tes lunettes pour Voir la vie en drôle

DU 7 AU 18 AOÛT

Cette semaine, le ComediHa! Fest-Québec avait donné rendez-vous aux partenaires et gens des médias au Palais Montcalm afin d’y présenter leur programmation toujours aussi diversifiée. Cette année pour ses 20 ans, le plus grand festival d’humour francophone au monde a mis le paquet, il y en aura vraiment pour tous les goûts.

C’est la première fois que j’assiste à une conférence de presse ou il y a temps de monde qui se sont déplacés. Cela prouve hors de tout doute de l’intérêt que les gens porte à ce festival toujours aussi fabuleux

Tout d’abord, c’est plus de 350 spectacles et activités dans près de 20 lieux qui seront présentés.

500 artistes et artisans y participeront. Les festivaliers pourront choisir leur propre parcours humoristique car ce sera impossible de voir tout ce qui ce passe.

Je ne peux pas vous présentez tout ce qui va se passer mais voici un petit apercu de la programmation

Pour en savoir plus visitez https://comedihafest.com/

Nouveautés

Les soirées 20 ans seront présentées à quelques pas du Palais Montcalm ou un nouveau village verra le jour à la Place D’Youville. Les détenteurs des lunettes Jaunes ComediHA! pourront accéder à une zone privilége.

8 août Les Denis Drolet chante Plume

9 août Le party country avec Guylainer Tanguay et ses invités

10 août Le bal masqué avec La Compagnie Créole

14 août Les années Woodstock avec Eric Hugues, Pascal Dufour et Miriam Baghdassarian

15 août Le grand feu de camp festif avec les 2frères et leurs invités

16 août KARAOKÉ Extravaganza avec P-A MÉTHOT, SON BAND ET SES INVITÉS

 

Des retours à la demande générale

Mike Ward Sous-Écoute étant le podcast humoristique francophone le plus écouté au monde viendra enregistrer six épisodes de son célèbre podcast devant public.

Roast Battle ComediHa »! sera désormais présenté à 21h30 tout juste après Piment fort avec Normand Brathwaite. Les shows mystères présentés pas Videotron où l’identité des humoristes sera découvert au début seulement des spectacles.

Le Juke-Box vivant , une tyrolienne géante et le défi Tombe à l’eau sont de retour.

La Comédie dans le noir

Show xxx

Théâtre LNI et plus encore

Les légendaires Galas toujours aussi en demande

8 août P-A Méthot

9 aoûtPhil Roy

10 août Kev Adams

14 août La soirée Bonne fête ComediHa! sera animée par Normand Bratwhaite

15 août Les Denis Drolet

16 août Pierre Hébert

17 août Fabien Cloutier

 

Au cœur de la Grande Allée, il y aura un lieu de rassemblement ou les festivaliers pourront déguster une variété de bière québécoise, des cocktails et des plats mettant en valeur le terroir local. Le blé d’inde fera partie de vos soirées.

AS-TU TES LUNETTES

Le laissez-passer officiel du ComediHa! Fest, donnant accès à plus de 350 spectacles en 12 jours est en vente dès maintenant. Au cout de 40$ jusqu’au 19 juin dans les Jean Coutu et au ComediHaFest.com. à compter du 20 juin le prix sera de 60$.

À chaque année, ComediHa Fest est un incontournable. Cette année grâce à sa programmation diversifiée, ses nouveautés, le nombre de spectacles présentés, la panoplie d’artistes qui y participeront c’est certain que ce sera une année record. Nulle part ailleurs vous aurez un Festival aussi éclaté et diversifié au prix dérisoire de 40$

Faite vite vous avez jusqu’au 19 juin, par la suite les lunettes jaunes seront à 60$

ComediHa! lance une deuxième collecte de fonds.

L’argent recueilli sera partagé entre deux organismes. Le premier, le Fonds Antoine s’implique auprès des personnes autistes, épileptiques et ayant un retard global de développement ainsi que de leur entourage.

Le second, La Fondation Dr Clown, dont les programmes visent à créer des relations porteuses de joie et empreintes de bienveillance et de respect afin d’insuffler un vent de légèreté et de joie dans des milieux où il y en a parfois peu.

6 facons de faire un don

Pour plus d’informations visitez https://comedihafest.com/collectedefonds/

 

Lyne LaRoche




Mike Ward (Noir) - 01 janvier 2019

Mike Ward

Mike Ward, n’a pas ramolli, son talent de provocateur est toujours aussi intense.

Son humour Noir déclenche les rires à tous coups

Hier soir à la salle Albert Rousseau, c’est devant une salle comble que la première du cinquième one man show intitulé Noir de l’humoriste Mike Ward a eu lieu. Les fans du talentueux provocateur n’ont sûrement pas été déçus car Ward leur en a donné pour leur agent, il a livré la marchandise comme d’habitude.

En forme plus que jamais, dès son arrivée sur scène, il a été accueilli comme une Rock Star. Comme il le dit si bien ‘’Moi, j’ai pu rien à perdre’’ Au début on sent très bien qu’il y va lentement mais sûrement. On s’entend pour dire que Mike Ward, c’est un vrai. Son humour grinçant n’est pas fait pour tout le monde mais en même temps, il dit souvent bien haut ce que les gens n’oseraient dire. Dès qu’il ouvre la bouche on s’attend à la phrase qui va défriser une matante et on ne se trompe pas. Malgré son passé et avec toutes les controverses qu’il y a eu à son sujet, il n’a pas peur de prendre des risques et c’est tout en son honneur. C’est ce que son public aime.

Avec Noir, les sujets qu’il aborde sont un peu plus profonds. Il parle de sa dépression, de kidnapping, de suicide, de menaces de mort, d’agressions sexuelles, la boisson, les transgenres et plus encore. À 45 ans, on peut sans l’ombre d’un doute dire qu’Il est passé maitre dans l’art de déclencher des rires même si certains sujets sont tabous.

Tout au long du spectacle, il écorche quelques personnalités publiques qui ont fait les manchettes durant le mouvement ##MeToo. Avec la même verve qu’on lui connait, il ne passe pas par quatre chemins, bien au contraire.

Après avoir fait un numéro d’ouverture que je suis obligé de taire car à lui seul vaut le déplacement. Après avoir donné un show corrosif à la hauteur des attentes de son public, à la toute fin, le p’tit gars de Québec a tenu à remercier ses fans qui le suivent depuis toujours, on sentait franchement qu’il était heureux et fier.

Bilan

Pour ceux qui pensaient que l’humoriste allait se censurer un peu plus, détrompez-vous.

Il est toujours aussi provocateur et baveux, il n’a pas peur d’aller au front et ça lui réussit.

Selon moi, Noir est son meilleur show! J’ai ri du début à la fin!

Il sera de retour à la salle Albert Rousseau ce soir le 24 mai et de retour le 24-25 septembre

Pour plus d’infos sur la tournée

www.mikeward.ca

www.sallealbertrousseau.com

Lyne LaRoche




CharleboisScope - 01 janvier 2019

ROBERT EN CHARLEBOISSCOPE

Grand-Théâtre de Québec

Un spectacle loin d’être ordinaire!

Devant une salle comble et impatiente de l’entendre, Robert Charlebois fait son entrée en force, tout de blanc vêtu et entonnant Manque de confiance en soi, un texte de Réjean Ducharme, extrait de son tout nouvel album Et voilà. Entouré de dix musiciens, et appuyé par des projections vidéo sur un écran de la dimension de deux maisons, il nous a fait passer par toute une gamme d’émotions.

Lorsqu’il poursuit avec Dolorès, Les ailes d’un ange et Entr’deux joints la foule ne demande pas mieux que de participer (difficile de résister!!!). Les gens gesticulent sur leur siège, chantent, tapent des pieds et des mains sans aucune retenue. Lorsqu’il chante La divine de son nouvel album il est déchainé.

Les éclairages sont impressionnants. Les projections sont de petits bijoux à la fois artistiques et chargées d’archives. Pendant l’interprétation de Fu Man Chu nous avons eu droit à des extraits du film Un génie, deux associés, une cloche de Sergio Leone avec Terence Hill, Miou-Miou et Robert Charlebois. Par moment, on oubli ce qui se passe sur scène, omnibulés par les images projetées sur l’écran.

Puis les premières notes de Californie ont débutées et Louise Forestier a fait son entrée sur scène. La foule était en délire. Elle a reçu un accueil mémorable avec une ovation soutenue et bien sentie du public. Bien entendu, ils ont poursuivi avec la très attendue Lindbergh. Après les ovations, les élans d’amour et d’acclamation du public, après avoir souligné « 50 années d’amitiés et de liberté » avec Mme Forestier, ce monstre sacré nous a offert un moment touchant, émouvant avec Ordinaire. En rappel, Louise Forestier revient faire un duo, M. l’ingénieur, un ver d’oreille du Charlebois à son meilleur.

Les batteries, le saxophone, les trompettes et le violon … je manque de mots… la musique, on la connait, c’est magnifique et les instrumentistes sont exceptionnels. Quels artistes!

Images d’archives, d’entrevues, de spectacles antérieurs, de films, une idée magistrale. On savoure chaque moment et lorsqu’un de ceux-ci se termine nous espérons l’autre avec grand intérêt. Tout, sans exception est du bonbon. Un spectacle peaufiné du début à la fin. Robert en CharleboisScope, que du bonheur, un incontournable.

www.robertcharlebois.com

www.grandtheatre.qc.ca

www.latribu.ca

www.4u2c.com

www.champagneclubsandwich.com

Louiselle LaVoie

 




La tournée des idoles 2019 - 01 janvier 2019

La tournée des idoles 2019 : Un voyage dans nos cœurs!

Hier, le Centre Vidéotron recevait pour deux représentations le spectacle « La tournée de nos idoles 2019" était de retour et comme les années passées, le public était au rendez-vous pour voir et entendre leurs idoles de jeunesse, chanter les chansons qui bercent encore leurs souvenirs.

Animé par la talentueuse chanteuse Brigitte M et l'animateur de radio bien connu des québécois, Mario Lirette, dans une mise en scène de Mouffe, c’est le chanteur Michel Stax qui a parti le bal avec « Je suis un gigolo".

Nous avons eu droit à la première visite au Québec de la chanteuse française Sheila qui nous a interprété en compagnie de son guitariste, deux de ses succès, « L'école est finie" et « Bang bang".

Pierre Sénécal nous a fait un magnifique pot pourri de ses plus belles chansons, couvrant ses 60 ans de carrière, avec entre autres la célèbre chanson « Les yeux d'un ange".

Le public a eu aussi le privilège de voir Claude Valade qui nous a offert sa dernière prestation, car après 50 ans de carrière, elle nous a annoncé récemment qu'elle tirait sa révérence avec ce spectacle. L'émotion était palpable sans la salle, surtout avec la chanson « Aide-moi à passer la nuit".

Dans une introduction à saveur italienne par Brigitte M sur un air d’Andrea Bocelli, la table était mise pour accueillir le rital préféré des québécois, nul autre que Claude Barzotti. Il a su charmer toutes les dames dans l’assistance avec « Prends bien soin d'elle".

Ensuite est venu le moment de se dégourdir les jambes avec celle qui n'a plus besoin de présentation depuis fort longtemps, la célèbre Michèle Richard toujours très élégante avec sa robe de paillettes noire, nous a offert « Les boîtes à gogo" et un touchant hommage à son père Ti-Blanc Richard.

La première partie du spectacle s'est terminée par le chanteur d’origine algérienne Enrico Macias, qui sortira un nouvel album bientôt. Il nous a interprété entre autres la superbe chanson « Dis-moi ce qui ne vas pas".

La deuxième partie a débuté par un chanteur que j'avais bien hâte de voir, car je l'ai beaucoup écouté quand j'étais jeune, l’électrisant Plastic Bertrand. Il nous a fait bondir de nos chaises avec la chanson qui à l’époque s’était rendue au classement du Billboard américain, « Ça plane pour moi", un grand classique!

Un des moments très attendu est sans aucun doute cet hommage aux plus grands groupes de l'époque de Jeunesse d'aujourd'hui. Avec la formation d’un super groupe composé de Gilles Girard des Classels, André Fortin des Bel Canto, Eddy Roy des Bel Airs, Simon Brouillard des Lutins, Pierre Harvey (fils de Guy Harvey) des Gendarmes, Yvan Côté des Hou-Lops, Ghislain Dufault des Sultans, Gilles Héroux des Aristos, Donald Seward de César et les Romains et Arthur Cossette des Jaguars. Ils nous ont tous chanté les hits de leurs répertoires respectifs, pour notre plus grand plaisir! Que du bonheur!

Par la suite, c'est la reine du disco Patsy Gallant, qui nous démontré toute la grandeur de son talent, toujours en voix et à la recherche de son Sugar Daddy, elle nous a donné toute une performance!

C'est le chanteur Gérard Lenorman, qui a clôturé ce marathon de souvenirs, avec ses grands succès dont « La balade des gens heureux", de quoi nous laisser sur une bonne note et décrivant très bien l'état d’esprit des gens en sortant du Centre Vidéotron, soit des gens heureux ayant passé un très agréable moment, en compagnies de leurs idoles!

Caroline Gagnon




Philippe Audrey Larue St-Jacques - 01 janvier 2019

Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques

Un drôle de bibitte au style unique

Hier soir, au théâtre Petit Champlain, l’humoriste Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques présentait son premier one man show Hélas, ce n’est qu’un spectacle d’humour. Sincèrement, qu’on se le dise, il n’est absolument pas comme les autres humoristes. En plus d’être toujours tiré à quatre épingles veston-cravate, il est aussi mordu de poésie et de l’époque de la galanterie envers les femmes. Il est comme surnaturel on a vraiment l’impression qu’il vient d’une autre époque. Ce qui n’empêche en rien le pince- sans-rire d’exceller dans les blagues absurdes.

Un peu d’histoire

Né en 1987 avec trois siècles de retard, Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques aurait souhaité que sa naissance fût annoncée par un décret royal. Cependant, c’est un médecin obscur du nom de Luc Marois qui l’officialise, et c’est en 2010 que débute véritablement son existence. Après trois années d’études durant lesquelles il explore tous les registres du jeu et subit 347 crises existentielles, Philippe-Audrey reçoit son diplôme du Conservatoire d’art dramatique de Montréal. Dès sa sortie, il a la chance de jouer pour le célèbre Théâtre de la Roulotte. Il obtient aussi d’autres rôles à la télévision et au théâtre (Starbuck, Toute la vérité, Leçon d’hygiène et bestialité) en plus de jouer ses propres textes dans différentes soirées théâtrales. Sa participation à la populaire émission Like-Moi a été tout un tremplin car du jour au lendemain, une vague d’amour a déferlé sur lui grâce à son personnage de Jonathan. Ayant prouvé hors de tout doute, qu’il avait plusieurs cordes à son arc, son public attendait impatiemment son premier one man show.

Durant la soirée, l’humoriste n’a qu’une seule vitesse de croisière et on s’y fait. Il joue la carte de l’intello et franchement ce rôle lui va à merveille. Romantique à souhait, il récite du Shakespeare et du Nelligan de la même façon qu’Éric Lapointe chante Mon ange ou que Dan Bigras interprète Tu me tueras. Le fil conducteur de son spectacle est la déception sous toutes ses formes autant professionnelles qu’affective et tout le monde s’y reconnait. Il admet vouloir être moderne mais il est attaché à tout ce qui est ancien. La preuve il dit haut et fort ’’Si tu es mort, tu augmentes tes chances de 100% de devenir mon ami’’. L’adage qui dit ‘’Souvent l’on tire de ses malheurs des avantages que l’on n’aurait pas obtenus sans eux’’’ Philippe Audrey s’en sert aujourd’hui pour faire rire son public et ça marche.

Bilan

Avec, Hélas, ce n’est qu’un spectacle d’humour, le plus intello des humoristes ne réinvente pas l’humour, mais il nous livre son mode d’emploi hyper facile qui consiste à rire de soi alors obligatoirement ça fait rire les gens. Ce spécimen rare qu’est Philippe -Audrey Larrue St-Jacques, cette drôle de bibitte au style unique, séduit tout d'abord par son nom, par sa différence et son humour éveillé. Après lui, il faut absolument tirer l’échelle.

*Tirer l’échelle sert à qualifier celui qui a fait une chose qu’on ne peut égaler

Il sera de retour au Théâtre Petit Champlain le 7 juin prochain

Pour connaitre toutes les dates de sa tournée

www.philippeaudrey.com

Lyne LaRoche




Le téléthon 2019 - 01 janvier 2019

Opération Enfant Soleil

Parce que les petits miracles n'arrivent pas seul

Aujourd'hui avait lieu au Centre de foires de Québec le plus grand rendez-vous des québécois, le 32e téléthon Opération Enfant Soleil. D’année en année, la maladie frappe toujours mais grâce à l’implication de milliers de donateurs, de bénévoles et de partenaires, Opération Enfant Soleil aide les enfants à mieux guérir en adaptant les soins hospitaliers à leurs besoins.

ROXANNE BRUNEAU

THE FRIENZZ &MARVL

Robby Johnson & Léa-Maude Leblond

LAURENCE NERBONNE

Plus d'une centaines d'artistes ont participés à ce grand rassemblement collectif qu'est Opération Enfant Soleil. Pour la plupart c'est une tradition, ils le mettent même à leur agenda.

Les animateurs principaux Annie Brocoli et Maxime Landry étaient entourés d'une équipe composée de Philippe Femiu, Roseline Fillion, Louis-Georges Girard, Josée Lavigueur Anick Dumontet, Alain Dumas, Alex Perron, Annie-Soleil Proteau, Charles Antoine Sinotte, Saskia Thuot et d’Éric Caouette des 2 frères. Plus les heures avançaient, plus la fébrilité de tous étaient bien présente.

Grâce à la générosité des Québécois le dernier chiffrier a atteint les 20 millions de dollars, c'est la voix de Mme Reno qui a terminé cette journée en beauté

CE QU’IL FAUT SAVOIR

Depuis 1988, c'est plus de 240 millions de dollars qui ont été remis aux grands centres pédiatriques, aux centres hospitaliers régionaux ainsi qu'au organismes de la province.

À QUI CES SOMMES SONT-ELLES DISTRIBUÉES?

  • Le Centre mère-enfant Soleil du CHU de Québec-Université Laval
  • Le CHU Sainte-Justine de Montréal
  • L’Hôpital de Montréal pour enfant CUSM
  • Le CiussS de l’Estrie-CHUS

DE QUELLE FACON CET ARGENT EST -IL UTILISÉ?

1.Les grands centres pédiatriques du Québec se dotent d’équipements et d'installations à la fine pointe de la technologie et aménagent des espaces spécialement adaptés pour les enfants malades.

2.Les centres hospitaliers régionaux se procurent de l’équipement spécialisé, ce qui permet aux enfants d’êtres soignés dans leur région près de leur famille.

3.Les organismes œuvrant en santé sociale et physique achètent du matériel spécialisé pour les jeunes.

Merci à tous les partenaires pour leur appui inestimable, dont Walmart, Costco, Re/max, Familiprix, Lowe’s Canada, Énergie Cardio, Aluminerie Alouette, Desjardins, Couche-Tard, TELUS, TD, Cominar, The Brick, Bizou et Opto Réseau.

Cette année, les trois plus gros montants ont été : Walmart (3 M$), Costco (1,54 M$) et RE/MAX (1,2 M$) 

Vous pouvez si vous le désirez faire un don en tout temps

Visitez www.operationenfantsoleil.ca




Entrevue téléthon 2019 - 01 janvier 2019

Entrevues deux questions

Je désire remercier tous les artistes qui malgré un horaire chargé ont accepté de venir faire un petit coucou dans la loge et de répondre à mes deux questions.

Pourquoi avoir accepté de participer à OES?

Parlez-nous de vos projets?

Louis-Georges Girard

1.Ça fait tout drôle, quand j’ai commencé j’étais un père et maintenant, je suis un grand-père. C’est différent et je m’aperçois que les enfants allument quelque chose en moi. Je vois revenir des enfants qui ont été Enfant Soleil qui sont guéris aujourd’hui et qui reviennent redonner à la cause, je trouve ça formidable. C’est vraiment donner au suivant. Ça fait 16 ans que je m’implique, j’avais des cheveux à cette époque. Tant qu’on va vouloir de moi, je serai là. Après toutes ces années, nous avons développer une grande amitié. Nous venons ici pour aider une cause, on l’adore on met l’épaule à a roue et en même temps on retrouve une camaraderie et une amitié que nous ne retrouvons pas ailleurs. Le téléthon est une machine qui est rôdée, avec des gens qui sont là depuis des années, qui sont là pour la bonne cause, c’est une amélioration constante mais qui a toujours le même focus, la santé des enfants. Ce soir, j’aimerais voir un peu plus que l’an dernier, c’est toujours ça le but 20 millions nous serions très heureux. Vous savez il y a un appareil qui a couté près de 10 millions qui permet à des neuro chirurgiens d’opérer au cerveau une seule fois, le médecin n’a pas besoin de réopérer l’enfant. Ça sauve des vies.

Joshua Moreno qu’on a eu la chance de voir à La Voix 2017

1.C'est une grande cause pour moi car j'ai une sœur qui est tombé malade en 2017, alors pour moi c'est ma façon de remettre.

2. J'ai un premier single qui va sortir en juillet et je continu à écrire. Présentement j’écris pour d’autres artistes, c’est vraiment trippant.

Alexe Gaudreault

1.Je n'aurais pas pu ne pas accepter. On prend souvent tout comme acquis mais quand tu dois te lever tous les jours avec la maladie, c'est autre chose. Nous on est chanceux.

2.Je travaille fort sur le nouvel album et je suis très contente de ce qui m’arrive, j’ai de beaux projets.

David Thibault

1.Pour moi c'est quelque chose de très important comme tout le monde. De chanter devant des gens qui ont la joie facile, malgré la maladie ça me touche énormément. En fait, c’est eux qui me font un cadeau.

2.Je travaille actuellement sur un album original en français toujours dans le style Rock, Blues, Gospel. Cet automne je fais partie d'une tournée qui s'appelle Les Immortels avec d'autres artistes 2019-2020.

Yama

1. C'est la cause que j'ai le plus à cœur.

2.Je serai en spectacle avec La Voix Expérience au Capitole et j’ai plusieurs autres projets qui s’en viennent.

Eléonore Lagacé et Vanessa Duchel

1.C’est tellement une belle cause. Nous sommes tous entouré d'enfants, nous sommes tous conscients de ces malheurs- là qui existent. On veut aider, car nous avons été enfants nous aussi et nous aurions aimé être pris en charge si nous avions été malades.

2. Eléonore, je m'en vais chanter pour la St-Jean Baptiste en Corée du Sud à Saoul en Chine et au Japon à Tokyo pour le gouvernement du Québec. Je suis l'artiste québécoise invitée.

2.Vanessa Je suis à l’écriture d'un livre qui devrait sortir au printemps. J’écris aussi des web séries, j’ai un podcast qui s’en vient et je vais animer une soirée d’humour bientôt.

Nous serons en spectacle au Capitole avec Francostalgie avec Maxime Landry et Michael

Étienne Drapeau

1.Depuis les tous débuts de ma carrière je participe. Mon attachement pour la cause remonte au temps où je chantais dans les bars. J'installais une petite boîte et quand les gens voulaient des demandes spéciales, je leur disais de mettre une piastre dans le pot. Aujourd'hui je suis un ambassadeur pour OES. Je fais la tournée des hôpitaux, je suis très impliqué dans la cause.

2.En février dernier, j'ai lancé mon album Fiesta mon premier album en espagnol. J’ai fait des shows à Cuba et en République Dominicaine. L'album a été nous 1 au Québec durant 3 semaines. Je continu à développer le côté international. Je vais faire plus de 25 festivals cet été avec mon show Latino. C'est le plus gros été de ma vie. Je fais tous les grands classiques en espagnol Despasito, La Macharena mets-la tous en français. L’année prochaine peut-être un nouvel album.

Nadja

1.Ça fait des années que je n’implique, j'ai fait beaucoup de tournée avec OES. Les fois où je ne pouvais pas être là, j'en pleurais.

2.Mon plus grand projet a été de recommencer à marcher. J’ai une plaque de métal et 4 vis dans la jambe. C'est la deuxième fois que je mets des talons hauts, je suis en réhabilitation. La semaine passée on a décidé de faire un nouvel album, je le fais pour les gens. En ce moment je suis à la recherche de matériel car je veux savoir ce que le public veut entendre.

Jonathan Painchaud

1.Je fête mes 25 ans de carrière cette année et j'ai pas mal été toujours là. Dans mon entourage j'ai beaucoup d'enfants malades. Je croise les doigts car ma fille est en santé, c'est le plus beau cadeau que la vie m'a fait. Quand tu regardes un enfant qui se bat pour une maladie grave et qu'il a le sourire ça te donne un coup de pied au derrière

2.25 ans de carrière, 45 ans d’âge on voulait fêter ça. Avec mon frère Eloi on fait une compilation de réenregistrements des succès de ma carrière parsemé de quelques nouvelles chansons qui va sortir en septembre. Il y a aussi le projet Salebarbes avec Jean François Breau, mon frère Eloi, Kevin McIntyre et Georges Béliveau. C'est un projet de vacances de gars qui se disent on va faire de la musique ensemble pour le fun et qui finalement va nous monopoliser. En 2020, il va y avoir plus de Salebarbes qu'autre chose.

Jérôme Charlebois

1.Parce que naturellement ça ne se refuse pas ça me fait toujours plaisir de m'associer à cette belle cause. J'ai fait d'autres téléthon mais pour OES c'est ma première expérience et je suis vraiment content d’être là.

2.En février dernier, j'ai sorti mon album. Cet je fais plusieurs festivals avec mes musiciens. J'ai aussi quelques spectacles avec Yves Lambert, Marco Calliari des beaux shows d’été. Ça tient occupé d'avoir plusieurs formules, car c'est ça la clef aujourd’hui.

Andréanne A Mallette

1.Qui peut refuser cette invitation, c'est la plus belle demande. Si on peut aider en tant qu’artiste et ramasser des sous, je pense que c'est la moindre des choses. Depuis hier, je croise juste du beau monde gentil, c'est comme un rassemblement de belles personnes, pis en plus le show est bon. Tout à l’heure, j'ai aussi la chance de chanter une de mes chansons avec Stéphanie Fugère une enfant soleil et avec elle ma chanson prend tout son sens.

2.Je passe tout l’été dans les festivals jusqu’en novembre. Je commence à plancher sur un nouvel album qui va sortir en 2020.Je produis aussi la tournée Feu de camp qui en est à sa quatrième année.

Robby Johnson

1.Ça me touche vraiment beaucoup car la recherche c'est super important. Quand ma fille est venue au monde, c’était une césarienne et ce fut très complexe. Elle a attrapé une pneumonie à la naissance, elle a été soignée au Chull à Québec. Elle a passé 7 jours à l’hôpital. Le médecin nous a dit '’Vous savez votre fille a vu les anges’’ alors pour nous, c'est une cause très importante. Moi j'en ai bénéficié de la recherche sinon je n'aurais pas de fille aujourd'hui.

2.J'ai mon album en anglais qui s'en vient à l'automne j'ai aussi une tournée au Québec et au New Brunswick. Cet été, je fais des spectacles un peu partout, des festivals. Au début 2020 je ferai la tournée des salles au Québec.

Brigitte Boisjoli

1.Comme à chaque année, c'est pour nos enfants. C'est une tradition, on met ça à nos agendas. Quand on est une maman et qu’on a la chance d’avoir un enfant en santé, alors on n’hésite pas à venir.

2.Je commence les festivals bientôt et je suis en préparation du gros show Les Pionnières qui sera présenté en septembre. C’est une gang de filles qui rendent hommage au pionnières du country. Je prépare aussi ma tournée Woman qui partira en 2020. Je suis présentement dans une tournée acoustique ou je présente beaucoup de Plamondon, Patsy Cline c’est une tournée bin, bin cool. Bin intime dans des petites salles moi j'aime ça. Puis après, il y aura la tournée de Noël.

Martine St-Clair

1.Ça fait 40 ans que je fais ce métier et à toutes les fois qu'on me le demande, je ne réfléchis pas. Je viens d'une grande famille, nous sommes 8 enfants chez-nous et heureusement nous sommes tous en santé. J'ai eu à confronter la maladie car mon neveu a vécu quelque chose de difficile à sa naissance, maintenant ça va mieux. Quand la maladie frappe tu veux juste l’épauler mais tu ne sais pas trop comment. On a la chance d'avoir un système de santé qui est là pour nos enfants malades, alors cet élan d'amour et de générosité c'est pour tous ces enfants-là.

2.Un gros show à l'automne, début d'une nouvelle tournée. Je viens de terminer le spectacle Entre vous et nous qui a eu un succès fou à travers le Québec. Mon nouveau spectacle s'appelle C'est juste des hits et ça rassemblent tous mes succès. En fait c'est une excuse pour me raconter. Durant toutes ces années, on m'a souvent dit « Martine on te connaît mais pas tant que ça » alors je vais présenter mes chansons en expliquant pourquoi je les aime. Ce show sera une biographie musicale. C'est le métier qui m'a choisi, car à la base je devais revenir infirmière. Aussi je peins de l’art abstrait depuis 15 ans, la musique et la peinture se marient ensemble.

2FRÈRE

1.Parce qu'on a des enfants en santé. Le téléthon a 32 ans et moi j'en ait 30 donc ça toujours fait partie de ma vie. Quand on te demande de d’impliquer, c’est certain que tu dis oui tout de suite.

2.On prépare un troisième album et une troisième tournée. On a beaucoup d'ouvrage, mais c’est le fun.

Michael

1.Ça fait près de 20 ans que je m’implique, c'est presqu'une famille pour moi. Je suis toujours heureux quand il me le demande car je l'ai tatoué dans le cœur. J’ai deux garçons en santé alors je remercie la vie pour ça. Cette année, ils m'ont proposé de faire de l'animation et j’étais bien ému de ça.

2.J'ai un été bien rempli, le show Francostalgie au Capitole de Québec. QuebecIssime chante Starmania à Sherbrooke et je travaille aussi sur des nouvelles chansons. La semaine dernière on a lancé une nouvelle chanson que Linda Lemay a écrite pour mon fils et moi’’ J’allais être papa’’. J'ai aussi lancé ma boutique en ligne qui s'appelle Michael inspiration.com, c’est mon petit magasin.

Qu4rtz

1.Maintenant on connaît mieux la fondation et de voir l’impact que ça a au niveau de la recherche on ne peut pas faire autrement que de s’impliquer. En plus maintenant, nous avons 4 enfants. Il ne faut jamais oublier cette belle cause

2. Nous sommes en ce moment en Socio financement. Ça veut dire que nous vendons un album qui n'existe pas encore. Une campagne est en cours nous sommes rendus à 80% des fonds nécessaires pour faire cet album. Il devrait sortir à l'automne 2019 si tout va bien. On va avoir un été très occupé. Les gens doivent donner à OES et s'ils leur restent un petit 20$ils n’ont qu’à visiter Qu4rtz.

Nicola Ciccone

1.J’ai toujours participé à cette grande cause car elle me tient à cœur.

2. Mon nouvel album est sorti Le long chemin, je pars en tournée dès l’automne en ce moment je suis en rodage. Je compte aussi ressortir ma plume d’écrivain pour un quatrième livre.

Saskia Thuot

1.Tout d’abord ça fait des années que j’en rêve, j’attendais le fameux téléphone car je leur avais déjà laissé savoir et chaque chose arrive quand ça doit se faire. C’est un cadeau de la vie, une opportunité extraordinaire de pouvoir m’impliquer dans une cause comme OES, j’ai deux enfants pour moi ça me permet de donner à ma façon. Pendant que je faisais Décore ta vie, j’ai rencontré des familles qui ont fait face à la maladie, alors c’est tout naturel pour moi.

2. L’émission Bien est de retour pour une troisième année en septembre, j’Écris toujours pour le 7 jours, j’ai un gros projet qui s’en vient pour ma boutique en ligne, j’écris pour mon Blog, j’ai plusieurs projets qui s’en viennent et je suis mère à temps plein.

Jean-Francois Breau et Mia Ross

1.Ça fait vingt ans que nous participons à OES Marie-Ève et moi. Cette année je m’étais fait proposer de faire un duo avec Mia. Nous on s’est connu à Un air de famille, il y a quelques années. Mia était venue avec sa famille. Elle avait 3 ans à cette époque. J’avais vraiment été impressionné par elle. Quand on m’a fait la demande pour faire une chanson avec une jeune fille de 9 ans j’ai tout de suite dit oui, ne sachant pas que c’était ma Mia. C’est en répétition que je l’ai reconnue. C’est elle qui a choisi la chanson Si jamais j’oublie de ZAZ. Elle a une voix exceptionnelle et j’ai été chanceux de chanter avec elle aujourd’hui. Cette journée-là, c’est le partage et le don de soi. Aujourd’hui, c’est moi qui a reçu le plus.

2. SaleBarbes qui va nous monopoliser tout l’été. C’est cinq Acadiens qui vont faire de la musique. On a enregistré un des shows qu’on a faits ensemble et c’est devenu un album qui a été lancé le 26 avril dernier. Nous avons même embauché des gens pour booker les shows car on a trop de demandes. C’est mon trip de boys, mon band de garage et les gens ont envie de faire la fête avec nous. Je serai à Rythme FM tout l’été le morning. Je vais être debout tous les matins à 4 heures pour réveiller le monde. Ce n’est pas mon biorythme, d’habitude je me couche à cette heure -là, mais j’ai vu ma blonde allé puis Rythme FM, je les aime beaucoup, c’est une belle famille, je vais passer 10 semaines avec eux cet été. Je serai aux Francos le 16 juin sur la scène Bell à Montréal, le 30 juin Colline Parlementaire à Ottawa et le 9 juillet à Boisbriand.

Nathalie Simard et sa fille Ève 

1.Nathalie Premièrement pour la cause, j’ai animé durant trois ans avec René le téléthon dans les débuts. J’étais vraiment touché quand le réalisateur m’a texté cette année pour me demander de venir ici. En plus, Ève c’est sa première fois à la télé.

Ève Oui, c’est ma première fois et je trouve tellement que c’est une belle cause. C’est la journée qui prouve qu’il y a encore énormément d’humanité, on est tous des humains et ont a tous besoin d’aide. Pour moi, c’est vraiment un honneur d’être ici avec ma mère.

2.40 ans de carrière et je fête mes 50 ans cette année au mois de juillet. Pour mes 40 ans je fais une belle tournée avec les Productions Martin Leclerc, c’est une belle équipe pleine d’amour. Nous sommes entrain de bâtir mon nouveau spectacle. Ève va être mon artiste invitée. C’est certain que la chanson My Girl va être dans le show. Une rétrospective de la carrière, ce qui est le plus dure c’est trouver celles qui vont le plus plaire au public. Car tu le sais moi, je ne veux pas déplaire au public. Aussi je vais faire partie du spectacle de Noel une tradition en chanson cette année, je suis bien contente. Je commence ma nouvelle tournée en octobre j’arrête à la fin novembre pour me consacrer au spectacle de Noel. Je reprends la tournée en janvier 2020.Je vais aussi animer un coloc à Lac Mégantic le 28-29 novembre dont le thème est Je veux vivre, faisant référence à toutes sortes d’abus.

Marie-Élaine Thibert

1.Ça fait 16 ans que je fait ce métier-là et ça fait 16 ns que je participe à OES. À Chaque année c’est un retour avec une belle équipe, tu sais ce sont tous des amis les producteurs, les musiciens, les techniciens ont fait ça ensemble pour une belle cause qui est connue à travers le Québec. Juste ma présence à moi, c’est seulement un petit grain de sel mais tous ensemble on peut faire la différence pour les enfants.

2.Je vais faire un nouvel album de chansons originales, j’ai trouvé ma nouvelle équipe. J’ai fini de porter tous les chapeaux. Maintenant je vais seulement chanter. Je vais peut-être essayer d’écrire quelques textes. Ça ne me dérange pas de rester interprète toute ma vie, mais je vais quand même essayer d’être auteure-interprète aussi, c’est un beau défi pour moi. Je serai du spectacle Noel une tradition en chanson, entre temps je prépare mon album, je fais aussi un hommage à Félix Leclerc en novembre avec L’OSM. Je vais être un petit peu partout.

Geneviève Jodoin

1.Parce que c’est une cause qui me tient tellement à cœur. J’ai trois beaux enfants en santé et si jamais il y avait quelque chose qui leur arrivait, j’aimerais avoir de l’aide. Moi j’écoutais le téléthon quand j’étais toute petite jusqu’à ce que ma mère me dise d’aller me coucher. À l’âge de 15 ans j’avais même fait le concours d’amateurs la nuit.

2. Mes projets, ça va bien. Je peux te dire que ça va très vite. On s’en va en studio pour l’album qui sortira à l’automne, ensuite on a La Voix Expérience. Il y a des choses que je ne peux pas dire mais que vous allez savoir jeudi. C’est juste du positif et c’est le fun.

Lara Fabien

1.Quand on a l’opportunité de redonner à la vie, c’est une chose qui faut faire qui que l’on soit. J’ai souvent la chance de me dire que j’ai une jolie famille et que tout le monde va bien, tout le monde est en santé, dans ces moments-là c’est vraiment la maman en moi qui se déplace et qui vient ici, qui dit merci.

2. Je continue la promo de mon album Papillon qui vient de sortir. J’ai aussi ma tournée 50 qui touche une cinquantaine de ville à travers le monde dont Québec au Centre Videotron le 4 avril et le 1 et 2 à la salle Wilfrid Pelletier à Montréal

Laurence St-Martin

1.Parce que c'est une belle cause. J'invite tous les gens à donner généreusement.

2.Mon album est sorti en janvier et on continue à travailler fort, il y aura une série de spectacles cet été.

Marvl

1.C'est notre deuxième année on contribue à notre manière en dansant. Ici ça nous permet de rejoindre les gens qui nous suivent et ça permet d'amasser plus de dons.

2.Nous participerons à Danse encore à Trois-Rivières pour une deuxième année consécutive, au Stade Olympique le 15 juin pour La grenade récompense défi Pierre Lavoie, le 21 juillet Juste pour ados à Montréal et nous serons aussi au Festivent de Lévis du 31 juillet au 4 août dans lequel nous présenterons 30 minutes de Marvl, 2 fois par jour.

Mauvais Sort

1.Je suis impliqué depuis 32 ans dans la cause, c'est certain que j’allais être ici aujourd'hui soit pour venir porter des sous ou pour faire de la musique. A chaque fois que les gens du téléthon vont nous inviter nous allons y êtres.

2.Nous avons quelques spectacles cet été. Le 22 juin nous serons sur les plaines d'Abraham au Kiosque Edwin Bélanger et le 30 juillet au Parc Roland Beaudoin aussi nous allons fêter la fête nationale dans Lanaudière.

King Melrose et Liana Adam

1.Je ne pouvais pas refuser, c'est tellement une belle cause

2.J'ai mon album qui va sortir en septembre et je me considère choyé de faire le métier que j'aime.

 




Les Écorchés - 01 janvier 2019

Les Écorchés… Un spectacle d’acteurs

C’était soir de première hier, pour Marie-Chantal Nadeau et Marco Côté qui présentaient le spectacle Les Écorchés à la salle Méchatigan de Sainte-Marie de Beauce.

Je dis spectacle car on y retrouve du stand-up, de l’humour, des sketchs et du théâtre. Avec les Écorchés on peut dire que le talent des acteurs est vraiment mis à l’épreuve, car sur scène on y retrouve 12 personnages et seulement deux comédiens pour les interpréter.

C’est avec brio que Marie-Chantal et Marco donnent vie à une galerie de personnages tous aussi drôles les uns que les autres. Leurs aptitudes à multiplier les nuances dans leurs gestuelles, les mimiques et les postures qu'ils prennent sont incroyables. Ils les interprètent de façon claire et direct, pleins d’excès et de grandes surprises. Leur complicité est palpable, ce sont deux comédiens de grand talent.

Tout d’abord, Marie-Chantal campe le rôle d’une animatrice de radio qui s’offusque de tout, d’une Marianne naïve, d’une Virginie très talentueuse, d’une Brigitte désabusée et d’une Juliette relaxe. Marco, lui donne vie à un animateur de radio fendant, un Sylvain pas de classe, un Manuel qui s’assume, un Étienne coquin et un Pierre menteur.

Après le succès de Shooter, la barre était très haute pour Marco Côté. Ça lui aura pris 4 ans d’écriture et de ré-écriture et il y est franchement parvenu. Cette pièce est écrite intelligemment car elle ressemble en tout point au monde chaotique dans lequel on vit. Les désirs, les échecs amoureux, les fantasmes, les désillusionnés et les sites de rencontres qui nous laisse souvent bien perplexe. Le choix judicieux des trames sonores représente bien chacun des numéros.

Ayant toujours réalisé ses propres mis en scène cette fois-ci, Marco a décidé de s’entourer de personnes dont la réputation n’est plus à faire soit les comédiens Pierre-Luc Fontaine et Marcel Lebœuf, Claude Montminy (Le Nouveau Théâtre de l’île d’Orléans) et Aline Carrier reconnue pour être la dame de la culture.

Bilan

Marie-Chantal et Marco nous offre un jeu dès plus dynamiques.

Pour  les questionnements qu'ils provoquent, pour les préjugés et leurs effets pervers qu'ils nous mettent au visage et pour les rires en continue qu'ils déclenchent Les Écorchés c'est le spectacle à voir absolument. ! Une pièce de théâtre drôle qui en dit beaucoup sur le couple et la complexité. On est tous des écorchés à différents niveaux et on se pose tous la question qui tue: L’amour avec un grand A est-ce encore possible? Attelez-vous à votre siège car ce duo d'acteurs irrésistibles vous donnera l’heure juste en s’il vous plait.

Les Écorchés vous seront présentés tous les samedis du 20 juillet au 17 août en formule cabaret à la salle Le Shack du Woodooliparc de Scott.

La pièce Shooter sera présentée tous les jeudis et vendredis du 28 juin au 30 août à la Cache à Maxime de Scott

Lyne LaRoche




La tournée Forever Gentlemen - 01 janvier 2019

La tournée Forever Gentlemen... que du plaisir!

C’est la beauté, le charme et la classe pour monsieur, le chic et le choc pour madame

En fait ce spectacle est parfait sur toute la ligne pour lui, mais conçue pour elle.

Après avoir conquis plus de 200 000 spectateurs, hier soir, la tournée Forever Gentlemen s’est arrêtée pour deux représentations au Théâtre Capitole de Québec. Entourés d’une douzaine de musiciens, Roch Voisine, Corneille et en remplacement de Garou Jean-François Breau ont repris les grands hits américains et français des années 50. Pour cette nouvelle tournée, les trois crooners ont pris la décision d’y amener avec eux un vent de fraicheur et une grande beauté naturelle, la talentueuse Marie-Ève Janvier.

Tout d’abord, le trio est apparu sur scène arborant le smoking noir, la chemise blanche et le papillon au cou, la tenue par excellence pour ce spectacle. Le charme a opéré dès les tous débuts. Visiblement très heureux de se retrouver ensemble sur la même scène.  Les gars en plus d’être beaux à regarder et à entendre, ils ont réussi à mettre une ambiance de plaisir et de bon goût, rappelant en tout point la belle époque du Rat Pack. En ce qui concerne Jean-François, il a un talent fou. Il peut chanter de tout, il est drôle et il est franchement très à l‘aise dans son rôle de Gentleman. En ce qui concerne Roch, j’ai trouvé qu’il était beaucoup moins gêné qu’au tout début de cette tournée. Le beau Roch est décontracté, il fait des blagues et nous livre avec sa voix des interprétations à en couper le souffle. Corneille, en plus de nous émouvoir quand il chante, il faut le dire c’est le petit comique, ses mimiques sont hilarantes. Il tire la pipe à ses camarades et les gens rient, ça marche, les mises en scène sont parfaites.

Marie-Ève Janvier donne à ce spectacle sa touche féminine, elle est hyper drôle et a le sens de la repartie. Naturellement, il y a sa voix qui vient nous chercher au plus haut point mais il y a aussi l’image qu’elle projette. Quand elle arrive sur scène vêtue d’une élégante robe rouge, tous les hommes font Wow! Ses différents looks sont visiblement adaptés afin de mettre en évidence la féminité sous toutes ses formes. Ses robes longues laissant paraitre sa jambe et même ses coiffures à la Élisabeth Taylor ou à la Ava Gardner donnent une image saine de douceur et de sensibilité. Ses lèvres d’un rouge écarlate projettent la volonté de séduction avec laquelle les femmes de cette époque pas si lointaines en faisaient usage. Aujourd’hui en 2019, qu'on se le dise, 60 ans plus tard, les lèvres pulpeuses sont encore une arme de séduction massive pour la gent masculine.

Pour le plus grand plaisir des spectateurs, le légendaire Robert Charlebois a fait son apparition, il s’est installé au piano le temps de deux chansons dont Can’t help falling in love with you que Presley a popularisé et que Robert a chanté en français. Toute une belle surprise pour le public qui a bien fait sentir à Charlebois qu’il était encore bien aimé et fort apprécié.

Sincèrement c’était impossible de ne pas se laisser porter dans cette ambiance qui était tout à fait incroyable. Les trois Gentlemen et la déesse de l'amour  ont offert des performances de haut niveau, tellement qu’on avait l’impression d’être dans un tout inclus. Un voyage dans le temps où l’espace temps n’avait aucune importance. La seule chose qu’on avait à faire c’était de se laisser bercer par la réunion de ces grandes voix.

Pendant plus de deux heures, c’est plus d’une trentaine de chansons que le quatuor a livré avec brio, Come fly with me,Misty, It’s impossible, Que reste-t-il de nos amours, New York, New York, My way, La Bohème... Les quatre interprètes s’approprient le répertoire de nos artistes dont Charles Aznavour, Trenet, Bécaud, Elvis, Dean Martin, Sammy Davis Jr… comme si s’était le leur. L’humour est aussi bien présente tout au long du spectacle, la complicité qu’ils ont entre eux et leur délinquance fait en sorte que ce spectacle est unique.

Bilan

On ri, on chante, on danse, quatre grandes voix qui nous font redécouvrir les plus beaux airs qui ont bercés notre enfance.

NB Si vous avez assisté aux premières représentations de la tournée Forever Gentlemen et bien n’hésitez surtout pas à vous racheter des billets pour la tournée 2019, car il y a pleins de nouveautés, de surprises et de faits cocasses que vous n'avez pas encore vu.

Voici un petit brin d’histoire

Apprendre et Comprendre ce qui se passait à cette époque, c'est se donner la Chance d’Écouter avec le Plaisir en Plus !

Qu’est-ce que le Rat Pack

Le Rat Pack (Franck Sinatra, Sammy Davis et Dean Martin) se produisait souvent à Las Vegas (Nevada) et contribua à la réputation de cette ville comme destination privilégiée de divertissement. Ses membres jouèrent un rôle important dans l'abolition de l'esprit ségrégationniste qui régnait dans les hôtels et les casinos des années 1960 de la ville. Sinatra et les autres refusaient de jouer ou de parrainer les établissements qui n'embauchaient pas les noirs américains comme Sammy Davis, Jr.Une fois les apparitions du Rat Pack devenues populaires et attractives pour les médias, Las Vegas fut obligée d'abandonner sa politique de ségrégation.

Le groupe n'avait pas idée de sa future place dans l'histoire du divertissement. Il était connu pour ses divertissements joyeux, son style musical agréable et ses comédies pour la plupart improvisées.

L’album Forever Gentlemen est en vente maintenant.

La tournée se poursuit pour plus d’informations

www.forevergentlemen.com

Lyne LaRoche

 




V'là bon vent - 01 janvier 2019

Un hymne à la culture francophone rafraichissant et dynamique

Mission accomplie

L’ensemble vocal, qui a été fondé par M. Gilles Julien et M. François Provencher a toujours eu pour mission de promouvoir, diffuser et encourager la culture canadienne et québécoise. Pour leur 61è anniversaire cette année, la troupe présente pour deux soirées consécutives au Centre d'Art la Chapelle son tout nouveau spectacle De Natashquan à Saint-Élie.

Hier soir, la troupe V’là bon vent nous a offert plus d’une trentaine d’airs connus provenant de notre immense répertoire québécois et français. Tout d’abord la soirée a débuté avec la magnifique chanson Mon pays de Gilles Vigneault avec comme animateur de la soirée, nul autre que son petit-fils, Émile. Tout au long de la soirée, Émile a fait plusieurs interventions sur différents sujets.

De Félix, en passant par Daniel Bélanger, Jean-Pierre Ferland, Charlebois, Claude Léveillée et Aznavour pour ne nommer que ceux-ci, comme toujours la troupe a su captiver l’attention du public. Dans ce lieu de culte, qu’est le centre d'Art la Chapelle la chanson francophone était à l’honneur.

La troupe V’là bon vent dure depuis longtemps parce qu’au fil des années, elle a su se renouveler. Autant par les bons arrangements musicaux, l’extraordinaire côté théâtral qui s’y ajoute et la qualité des interprètes qui y mettent tout leur cœur afin de créer une ambiance tout à fait incroyable. Rien n’est laissé au hasard car pour agrémenter encore plus le spectacle sur écran on peut y voir défiler les photos de nos grands artistes mais aussi des paysages de notre Québec.

La formation nous livre des performances de haut calibre. Je ne peux passer sous silence l’interprétation de la chanson Le monde à l’envers que la belle Alicia Rochevrier nous a offert. Elle nous a fait découvrir qu’en plus d’être une excellente attachée de presse, elle a un talent inouï pour le chant.

Au rappel, tout le monde était debout chantant le succès de Joe Dassin Dans les yeux d’Émilie

Mes trois coups de cœur

Aimons-nous quand même de Yvon Deschamps pour la beauté des harmonies

Parlez-moi de vous, pour les voix et aussi pour les danseurs endiablés

Si jamais de ZAZ pour le plaisir que ça m’a apporté

Bilan

De beaux souvenirs ont refait surface pendant cette soirée. Je me souviens du premier spectacle du Chœur que j’avais vu quand j’étais jeune fille. Comme aujourd’hui, les décors, les costumes, la danse, les voix et la mise en scène avaient été déployés pour en mettre plein la vue et plaire aux spectateurs. Après 60 ans pour ma part, leur mission a été accomplie. Toujours mieux, toujours avec une grande passion contagieuse!

Pour plus d’informations

www.troupevbv.com

Lyne LaRoche




Le Grand Marché - 01 janvier 2019

Le Grand Marché deviendra vite, un incontournable

Le 14 juin dernier, la fébrilité était dans l’air pour les commerçants qui recevaient leurs premiers visiteurs au Grand Marché de Québec, nouvellement aménagé sur le site d’Expo Cité à l’ancien Pavillon du Commerce. Pour cette grande ouverture, des festivités étaient prévues durant tout le weekend afin de faire découvrir au public ce grand projet.

Pour ma part, c’est dimanche que je me suis pointé le nez et que je me suis délecté de tous les bons et beaux produits qui étaient offert tout au long de la journée. Que ce soit une tartine de tomates et d’avocat, un petit morceau de morue panée, un beignet maison, des churros aux sucres ou une bonne bière…je me suis régalé. Je vous confirme que la première visite du Grand Marché m’a convaincue que ce sera la sortie à faire seul en couple ou en famille durant les weekends.

J’ai l’impression que la phrase ‘’On vas-tu faire un tour au marché?’’ va se dire beaucoup plus souvent car la place est géniale. Tout d’abord, pas besoin de chercher ou de payer le stationnement, côté concept, l’aménagement et le décor amènent une façon complètement différente de ce qui était avant. Il y a en a pour tous les goûts. Les aires de restaurations sont faites en sorte qu’il y a de la place pour tout le monde.

Assi ce weekend, c’était le BBQ Fest, pour ce faire plusieurs camions de bouffes étaient installés pour le plus grand plaisir des visiteurs. L’ambiance était très festive surtout avec la belle température au quelle on a eu droit.

À la fin de la journée dimanche, tous les commerçants étaient fatigués mais ils avaient tous le sourire aux lèvres et avec raison. À l’heure où je vous parle, je ne sais pas combien il y a eu de visiteurs, mais chose certaine c’est beaucoup plus qu’on avait espéré.

PS

Les fraises du Québec devraient arriver bientôt. Une boucherie, une poissonnerie, une boulangerie et une brasserie vous attendent. Si vous n’avez pas eu la chance de visiter Le Grand Marché la fin semaine dernière dépêchez-vous car je suis certaine que tout comme moi, vous n’aurez pas assez d’yeux pour tout voir et vous ne saurez pas capable de manger tout ce que vous aimez. Il n’y a pas d’autre choix, Le Grand Marché va devenir un incontournable.

Pour plus d’informations et savoir tout ce qui se passe

https://www.legrandmarchedequebec.com/fr/

Lyne LaRoche




La Cache à Maxime - 01 janvier 2019

La Cache à Maxime, une expérience client de qualité

Qui n’a pas entendu parler de la Cache à Maxime et du Noah Spa? Faudrait vivre sur une autre planète pour ne pas en avoir entendu parler, par contre savez-vous tout ce que vous devriez savoir, je ne crois pas, alors laissez-moi vous la présenter.

Située dans la municipalité de Scott en Beauce à seulement 20 minutes des ponts c’est sur un site enchanteur que vous trouverez la Cache à Maxime. Tout a été pensé afin de faire en sorte que la clientèle soit comblée à tous les niveaux, il y en a pour tous les goûts.

Parlons hébergement

L’hôtel compte 47 suites somptueuses et 4 choix s’offre à vous :

La suite Junior 1 lit King,

La suite Junior 1 lit King et sofa-lit adapté

La suite Exécutive 1 lit King et sofa-lit

La suite Présidentielle

Les chalets

2 chambres à coucher privatives,

2 salles de bain,

Une salle de séjour avec sofa-lit double,

Une cuisine entièrement équipée,

Un barbecue extérieur opérationnel à l’année terrasse couverte,

Un foyer au gaz,

Laveuse et sécheuse,

Wi-Fi sans frais,

Système de cinéma maison avec lecteur DVD.

Les chalets sont tous climatisés et disposent d’un système de chauffage radiant pour un grand confort.

Vous avez des enfants

UN ÉTÉ COMPLÈTEMENT « WOODOOLI »

Valide du 5 juillet au 24 août 2019.

Pour réserver

Appelez au 1 855 387-5060

Voisin de La cache à Maxime, Woodooliparc vous transporte dans un monde d’émerveillement pour tous.

Une nuit douillette

Un laissez-passer pour le parc thématique Vol 315 – L’ère des dinosaures (10h à 17h)

Un laissez-passer pour le parc thématique Frima – La magie des couleurs (20h à 23h)

Pour en savoir plus sur Woodooliparc, visitez www.woodooliparc.com

UNE JOURNÉE AU MILLER ZOO

Valide jusqu’au 14 septembre 2019

Pour réserver

Appelez au 1 855 387-5060

Situé à moins de 30 minutes de La cache à Maxime, le Miller Zoo de Frampton est un centre de réhabilitation pour les animaux sauvages. Au fil d’un circuit pédestre, vous serez en mesure d’observer une centaine d’animaux dans leur milieu naturel. Les petits et les grands pourront également profiter d’un arrêt à la mini ferme afin de nourrir leurs animaux favoris.

Une nuit douillette

Admission pour une journée au Miller Zoo

Pour en savoir plus sur le Miller Zoo, visitez www.millerzoo.ca

Bon maintenant qu’est-ce qu’on peut faire à la Cache à Maxime?

Le vignoble

Vous êtes amateurs de vin ou vous désirez en apprendre un peu plus sur la récolte du raisin, le développement de la vigne et faire des dégustations, le vignoble de la Cache à Maxime est l’endroit idéal. Sept forfaits vous sont offerts.

Petite histoire

Le vignoble a été créé en 2001, c’était un projet de retraite pour M. Jean Grégoire et finalement aujourd’hui c’est un complexe avec un restaurant, un spa, un bar, un hôtel, des chalets et un vignoble artisanal. Ce qui veut dire, qu’ils font pousser les raisins avec des cépages locaux, une équipe travaille dans les vignes et ils transforment et produisent le vin que vous trouverez uniquement à la Cache. Il y a des saveurs particulières dont trois cépages, un blanc et deux rouges.

La cache propose une gamme de sept vins avec cinq vins secs dont un rosé, deux blancs, deux rouges et deux vins de vendanges tardives, un rouge et un blanc.

Est-ce que c’est vrai?

Paraitrait-Il qu’à la Cache à Maxime on fait jouer de la musique classique aux plants, du Mozart et du Beethoven, curieuse comme je suis, naturellement j’ai voulu en apprendre davantage.

Louis, le vigneron de la Cache a fait des études en Europe et il en est venu à la conclusion que les plantes sont réceptives au bruit et aux sonorités, elles y répondent. Est-ce que ça aide à avoir un meilleur vin? Selon le directeur général M. Stéphane Parent à la blague il m’a répondu ‘’Après une bouteille et demi ca aide. Non sérieusement on ne peut en avoir la certitude,  mais j’aime y croire’’.

J’ai eu la chance de faire la tournée du vignoble avec la sympathique Priscillia une italienne d’origine qui vient tout juste d’arriver au Québec et qui partage son amour pour les vignobles et pour les vins à la Cache à Maxime. Je lui ai demandé ‘’Pourquoi, le classique comme musique?’’ Elle m’a répondue’’ Paraitrait-il qu’en leur passant du Rock, les mêmes plantes ont poussées beaucoup plus vite au début et après elles se sont arrêtées d’un coup sec et elles sont mortes. Je ne dis pas que le Rock les a fait mourir mais par contre on leur a passé du Mozart et elles ont eu une croissance plus progressive et une meilleure longévité.

Théâtre

La pièce Shooter est présenté pour la dernière fois à la Cache. Je peux vous en parler car j’ai assisté à cette pièce. Je peux vous dire que j’ai ri à en avoir mal aux côtes. Le beauceron Marco Côté qui en est l’auteur ne se cache pas pour dire que Shooter est intégré dans l’ADN Beauceronne. La pièce affiche complet depuis bientôt quatre ans. Mais pour la dernière année, ils ont doublé le nombre de représentations.Donc vous n’avez pas d’excuse pour ne pas y assister.

                                                              M.Stéphane Parent Directeur général de La Cache   Marco Côté auteur de la pièce Shooter

Synopsis de la pièce

Ce sont des femmes qui décident de prendre un certain contrôle sur leur région. Elles travaillent toutes dans une usine de textile qui ferme ses portes et les femmes se retrouvent sans emploi. Il y en a une qui se dit’’ Ce n’est pas vrai que je vais rester à la maison et que je ne saurai pas quoi faire de ma vie, je vais trouver quelque chose’’ Alors elle décide d’investir en s’achetant un bar. Elle trouve deux de ses anciennes collègues et elle leur demande d’embarquer dans ce projet avec elle. Le problème, c’est que les femmes n’ont pas vraiment de fonds pour investir donc elles doivent trouver quelqu’un qui va les financer. Elles vont essayer de trouver la solution miracle pour faire de l’argent avec ce bar. Elles décident de faire un bar semi-sexy pour aller chercher le plus d’hommes possible. Chacune de ces femmes a une frustration personnelle envers les hommes. Il y en a une que son conjoint est parti avec une jeune femme, l’autre on ne sait pas pourquoi mais il y a quelque chose d’étrange dans son histoire et la troisième a un mari supposément contrôlant à la maison. Donc, elles ont chacune raison d’avoir une frustration. C’est une comédie complètement hilarante du début à la fin. L’affiche de la pièce en dit long sur l’émancipation de la femme car à toutes les années, elle fait parler beaucoup d’elle. Monsieur vient voir la pièce pour le contenant et madame pour le contenu. En bout de ligne, tout le monde aime car c’est du bon théâtre.

La cache à Maxime se transforme tout l’été en Galerie d’Art Éphémère.

Le salon des arts de Chaudières Appalaches s’arrêtera à la Cache du 28 juin au 6 octobre.

Les artistes-peintres seront présents tous les weekends pour discuter avec les gens de leur passion pour les arts et de leur travail. Le vernissage se fera le 3 juillet.

Les jeudis et vendredis

Les jeudis Club de dégustation de vin

Les vendredis Place à la musique

Mariage

À la Cache à Maxime cet été, il y aura plus de 70 célébrations de mariage

Maintenant parlons bouffe

Restaurant GREG

Le nouveau chef Jean-Pierre Borivant arrive directement de France. Sa créativité et son expertise viennent ajouter un petit quelque chose de plus à la fabuleuse table du restaurant. Ses côtes levées dorment 36 heures dans leur vin Route 73 avant d’êtres cuites à la perfection.

Qu’est-ce que j’ai mangé?

Pour ma part, j’ai dégusté un demi club au saumon fumé, fine couche de fromage à la crème et avocat servi avec des frites qui ont été trempés dans la bière avant la cuisson et une salade du chef au goût unique. C’était délectable.

Mon photographe a opté pour la bavette de bœuf cuite à point avec frites et salade du chef. Il en salive encore.

La soupe était une crème de légumes et le désert un petit gâteau aux carottes.

Pour accompagner ce dessert le vin de fin de saison nous était offert en blanc ou en rouge. Mon photographe a dégusté le rouge et moi le blanc. Vous dire à quel point c’était bon, l’odeur était incroyable. J’ai un petit secret pour vous à la fin de cette rencontre nous avons été à la boutique en acheter. Le goût est vraiment très agréable en bouche. C’est un vin ou il faut prendre le temps, il se découvre par le nez.

Le bar le Charly

Le bar lounge le Charlie propose un décor unique à voir absolument. Pour un 5 à 7 ou tout simplement prendre un verre, c’est la place. Une grande terrasse est aménagée offrant une vue incroyable sur la beauté des paysages.

Le Noah Spa

J’ai eu la chance de le visiter mais je n’ai pas encore eu la chance de vivre l’expérience. Je me suis entretenue avec la gérante du Spa ‘’J’ai environ 25 à 30 thérapeutes qui y travaillent et je pourrais en avoir plus car la demande est là. C’est un endroit ou on peut y passer la journée au complet sans aucune problématique. Au Noah Spa on y accueille des gens de tous âges à partir de 16 ans. Nous avons même déjà eu un centenaire. Nous avons des thématiques exemple les mardis, c’est un spécial pour les 50 ans et plus ''Le Noah Spa, c’est un concept unique. Je vous en reparlerai quand j’aurai vécu l’expérience.

Terrasse-Entreprises

La mode ces temps-ci pour les entreprises est de prendre le temps de réunir ces employés afin de discuter de l’avenir de la compagnie. La meilleure façon, c’est d’être à l’extérieur du bureau afin de parler de leur vision, de leur défi, de leur clientèle cible, de l’expérience client qu’ils désirent offrir, de la façon d’aller chercher de nouveaux clients et de les garder par la suite… Avant tout ça se faisait dans une salle, mais aujourd’hui, les compagnies et les employés veulent autre chose. Quand je me suis rendu à la Cache, j’ai rencontré sur la terrasse plusieurs petits groupes d’une compagnie dont je tairai le nom qui était assis à différents endroits et qui parlaient du travail. J’ai demandé au patron de l’entreprise si ça changeait la donne cette façon de faire. D’emblée il m’a répondu’’ Oh que oui, tout d’abord, c’est beaucoup plus relaxe et il en sort de très grandes idées car les employés ont l’impression d’être les patrons. Ils se sentent importants et l’ambiance est incroyable. Tout le monde a le sourire, ils prennent un bon repas, ils n’ont pas l’impression de travailler et pourtant, ils le font durant des heures. C’est la plus belle idée que nous avons eue et de le faire à la Cache à Maxime dans ce décor, c’est magnifique et nos employés l’apprécient énormément privilège.

Les employés de la Cache à Maxime

Le directeur général Monsieur Stéphane Parent est un homme avec un charisme incroyable. Il a aussi une grande expérience au niveau de la gestion du personnel. Les employés de la Cache ont tous le sourire. Le service est d’une qualité exceptionnelle car le bien-être des employés est scruté à la loupe, c’est ce qui fait toute la différence. Le client obtient un service impeccable et toujours avec le sourire.

Donc en résumé

Pour les gens qui désirent décrocher un petit 24 ou 48 heures ou pour ceux qui ne peuvent pas se rendre en Toscane par manque de temps ou d’horaire et bien il est possible de relaxer et de refaire le plein à la Cache à Maxime.

Bien manger au restaurant le Greg, bien boire au bar le Charly, bien rire en assistant à la pièce Shooter, bien relaxer au Noah Spa et bien dormir à l’hôtel ou au chalet on peut dire que tout y est pour prendre du temps de qualité.

Je désire remercier toute l’équipe de la Cache à Maxime pour cette invitation, c’est certain que je vais y retourner, la prochaine fois, je vous parlerai de mon expérience au Noah Spa

www.lacacheamaxime.com

265, rue Drouin
Scott (Québec) G0S 3G0

Tél. : 418 387-5060
Sans frais : 1 855 387-5060
Téléc. : 418 386-5868

info.cam@chotels.ca

Lyne LaRoche




La mallette rouge - 01 janvier 2019

La mallette Rouge

Hier soir au Théâtre Beaumont St-Michel tous les rêves étaient permis pour notre pauvre Claude-Henri et pour les spectateurs les rires et les crampes aux mâchoires étaient au rendez-vous.

Voici la mise en situation

Depuis 30 ans Claude-Henri travaille dans un bureau et à tous les matins, il part avec sa mallette rouge et son sandwich. Le jour de son anniversaire en revenant de sa journée de travail, sur le traversier entre Québec et Lévis il se trompe de mallette. Dans cette mallette, il y trouve plus de 3 millions de dollars. Comme cette journée est très spéciale, en l’attendant sa femme lui cuisine un bon gigot et un gâteau avec coulis de kiwi. Elle a invité ses amis Paulette et Benoit. Notre Claude-Henri capote pour lui tous les rêves sont permis. En arrivant à la maison, il tente de convaincre sa femme Jeanne de partir le plus loin possible dans les Iles Maurice. Elle ne comprend pas pourquoi, jusqu’à ce qu’il lui montre tout l’argent qu’il y a dans sa valise. Tout se passe dans le salon et c’est franchement hilarant.

Pour sa 44è année, le Théâtre Beaumont St-Michel en met plein les yeux et les oreilles aux spectateurs. Sur scène six comédiens qui grâce à leur immense talent arrivent à nous faire croire que ces personnages sont bien réels. Remplie de rebondissements cocasses, de désopilantes répliques, de ridicules jeux de mots, c’est quasi impossible de reprendre son souffle tellement on rit. On se perd dans les menteries, on essaie de suivre la maudite mallette rouge comme si elle était à nous. On adore regarder tout ce qui se passe et surtout le physique des acteurs qui est mis à l’épreuve pas à peu près.

La mise en scène de Reynald Robinson utilise toutes les possibilités de stress qu’on peut avoir quand une porte se ferme ou qu’une sonnerie se fait entendre.

Le rythme de la pièce est cadencé par les allées et venues des personnages. La porte est un signal d’alarme pour une nouvelle catastrophe et il y en a beaucoup!

Les acteurs Carl Béchard (Claude Henry) Isabelle Drainville (Jeanne) Caroline Dardenne (Paulette) Jacques Girard (Benoit) Patrick Saucier (Maurice) et Amélie Grenier dans les rôles de (Thérèse et Armande) s’en donnent à cœur joie. Le jeu des comédiens est très énergique. Plus la soirée avance plus la situation se corse et les comédiens s’amusent et nous amusent de plus en plus. Tous les acteurs se soutiennent, c’est un bon vaudeville endiablé.

Une pièce de théâtre d’été comme on les aime. Beaucoup de quiproquos et d’action. Une suite de situations toutes plus folles les unes que les autres amènent les personnages à s’embourber dans leurs mensonges toujours plus délirants.

Durée approximative 2 hres avec entracte

Présentée jusqu’au 17  août avec possibilité de supplémentaires

Pour plus d’information ou l’achat de billets en ligne, consultez-le

www.theatrebeaumontstmichel.com

Les billets sont aussi en vente par téléphone au 418 884-3344.

Lyne LaRoche




Plan de match - 01 janvier 2019

PLAN DE MATCH

Nouveau théâtre de l’Île d’Orléans

Un incontournable de l’été 2019.

Pour sa 9e saison, le Nouveau théâtre de l’Île d’Orléans présente la comédie Plan de match de Claude Montminy une mise en scène de Carol Cassistat. Un duo gagnant.

Ensemble depuis longtemps, Sophie et Jeff forment un couple solide. Au tennis comme à la maison, la sous-ministre et le facteur se complètent parfaitement… jusqu’au jour où Jeff perd son emploi. Surprise! À 42 ans, il décide alors d’écouter son cœur et de retourner au CÉGEP… en ART. Sophie, de treize ans son ainée, à l’aube d’une retraite bien méritée, voit ses projets d’avenir partir en fumée. Camarades de classe envahissants, jalousie, conflits de générations, humiliations et remises en question : rien de tout cela ne faisait partie du plan de match!

Une pièce drôle et contemporaine. Sarah (Laura Amar) jeune militante, végétalienne et fluide, William (Élie St-Cyr) footballeur, plutôt benêt et cupide, une caricature de la nouvelle génération avec leur travers, mais aussi et surtout avec leur indépendance et leur ouverture d’esprit. Par moment tous deux sont d’une crédulité excessive. Élie St-Cyr interprète aussi un mécanicien macho et balourd qui nous fait beaucoup rire.

Éva Daigle et Sébastien Dorval sont savoureux. D’insécurités en compromis, le couple qu’ils forment est attachant. Ils nous offrent tantôt des scènes irrésistibles, désopilantes et même loufoques. Des performances remarquables de deux acteurs aguerris.

La mise en scène est bien ficelée. Une musique rétro omniprésente et accrocheuse nous accompagne entre les tableaux. Quatre comédiens sur scène se démènent pour nous offrir un très bon divertissement.

Une pièce d’été qui vous déridera à coup sûr! Le Nouveau théâtre de l’Île d’Orléans une fois de plus devient un incontournable de l’été. Une tradition à mettre à son agenda.

Jusqu’au 1er septembre 2019

www.nouveautheatredelile.com

 

Une nouveauté pour les amateurs de comédies théâtrales, toujours au Nouveau théâtre de l’Île d’Orléans, il y aura une nouvelle pièce à l’automne. Massage secret qui mettra en scène motards, ex-mécaniciens et pseudo-massothérapeutes. Des fous rires assurés en perspective à ne pas manquer… Du 6 septembre au 13 octobre 2019.

Louiselle LaVoie




Serge Fiori - 01 janvier 2019

Le Cirque Éloize.

Serge Fiori Seul ensemble

Un pur bonheur

L’ouvre de Serge Fiori est immense. Il a en quelque sorte, sculpté une partie du paysage musical du Québec. C’est pour cette raison que le Cirque Éloize a monté ce spectacle.

Ce mercredi, c’est au Théâtre Capitole de Québec qu’était présentée la première d’une série de plusieurs représentations dans la capitale. Pour l’occasion, quelques invités de marque ont défilé sur le tapis rouge étendu devant les portes du magnifique bâtiment. On a entre autre pu y voir Yann Perreau, Louis-Jean Cormier et Karim Ouellet. Pierre-Karl Péladeau et quelques artisans du spectacle y ont aussi défilé.

Après une brève introduction de Jeannot Painchaud, président et chef de direction du Cirque Éloize, les premières notes de flute traversière identifieront clairement la thématique de la soirée.

Les premiers numéros, axés sur la danse, nous permettront d’entendre Comme un fou, En pleine face et De la chambre au salon. Un brin de folie s’est ensuite installé sur scène avec les jongleurs qui s’entremêlent au son de Vient danser. Serge Fiori, lui-même a travaillé en tant que directeur artistique du spectacle. Avec son immense talent, Louis-Jean Cormier, flanqué d’Alex McMahon ont su habilement redonner une touche de jeunesse à l’œuvre de Fiori. Ils ont été en mesure de bien polir le diamant.

Même si la vedette du spectacle est sans contredit Serge Fiori, le cirque est d’abord et avant tout un travail d’équipe. Et quelle équipe. La mise en scène a été confiée à un jeune homme du nom de Benoit Landry. Il a fait un travail remarquable afin d’enchainer intelligemment les différents tableaux.

Que dire des 5 danseurs et 15 athlètes du cirque. Leur dynamisme, leur fougue et leur talent sont sans équivoque. Bien que tous les numéros soient très efficaces, les prestations des portées acrobatiques, du cadre aérien, de la corde lisse et de la planche coréenne sont magnifiques. Chacune des prestations sied à merveille avec les dix-sept chansons qu’elle accompagne.

Un funambule a traversé le ciel du Capitole au son de L’exil Part. 3. Spectaculaire.

Quelques enregistrements sonores, judicieusement dispersés, viendront expliquer la genèse de certains textes. On y apprendra notamment que Dixie a été créée en cinq minutes. Il nous expliquera comment Fiori est tombé en amour avec la « douze cordes », son instrument de prédilection. Un numéro de mat chinois, dans un décor rappelant la pochette de La 5e Saison nous conduira à une autre superbe exécution de roue Cyr.

Ému, Fiori est monté sur scène pour remercier tous les collaborateurs dans un élan un peu cabotin.

Ne manquez pas Serge Fiori Seul ensemble, une MAGNIFIQUE soirée avec le cirque Éloize qui a fait honneur à l'œuvre de Fiori.

Présenté au Théâtre du Capitole jusqu’au 14 juillet prochain.

Vous pouvez visiter le site du spectacle au www.fioriseulensemble.com

Je vous invite aussi à suivre les activités du Cirque Éloize au www.cirque-eloize.com

www.lecapitole.com

Claude Gignac




Boeing Boeing - 01 janvier 2019

BOEING BOEING

Un nouveau succès d’été, à voir au Théâtre Petit Champlain.

Après Le Dîner de Cons, L’Emmerdeur, Les Visiteurs, Le Placard et Les Meilleurs Amis du Monde, le Théâtre du Petit Champlain nous offre cet été Boeing Boeing une comédie de Marc Camoletti, un prolifique auteur de vaudevilles des années 60. C’est après plus de 25 000 représentations dans 55 pays et une inscription au livre Guinness World Records comme la pièce française la plus jouée dans le monde qu’elle sera présentée cet été. Certains reconnaitront le film de 1965 avec Tony Curtis, Jerry Lewis, Dany Saval et Kirk Douglas.

C’est en compagnie d’Emmanuel Bédard, Frédérique Bradet, Simon C. Lepage, Carolanne Faucher, Jonathan Gagnon et Mary-Lee Picknell que vous pourrez passer une agréable soirée.

Un habile séducteur croit avoir trouvé la solution idéale pour vivre en toute sérénité avec trois femmes qu’il a promis d’épouser. Son secret pour profiter des avantages de cette situation sans en subir les conséquences? Choisir d’adorables agentes de bord dans différents pays et harmoniser les horaires, avec la complicité de sa bonne drôlement bourrue. Et voilà que sous le regard abasourdi de son ami d’enfance, les horaires se dérèglent et l’heureux séducteur quitte les cieux paisibles de ce formidable arrangement pour entrer dans une zone de turbulence rocambolesque.

Jonathan Gagnon est le clou de la soirée. Vraiment exceptionnel dans son rôle de Berthe, la fidèle bonne. Il nous fait rire à chacune de ses apparitions. Un des moments savoureux est celui où il (elle) fait du « lip-sync ». Le spectacle est à voir pour rire un bon coup. Émmanuel Bédard et ses acolytes ne sont pas en reste. Ils offrent tous de solides performances. Ils assument avec brio leur rôle de soutien. Les réparties sont savoureuses et hilarantes.

La mise en scène de Marie-Hélène Lalande est inventive. L’introduction est présentée par Frédérique Bradet qui nous présente les informations d’usage à la façon d’un agent de bord.

Un vaudeville avec portes qui claquent, des intrigues, des cachotteries et des rebondissements à souhait. Une pièce à ne pas manquer au Théâtre Petit Champlain jusqu’au 3 août 2019.

www.theatrepetitchamplain.com

Louiselle LaVoie




La Cabane à Pierre - 01 janvier 2019

La Cabane à Pierre à Frampton

Un passé qui nous ressemble…qui vaut le détour

Qu’on se le disent, les Beaucerons sont des gens chaleureux, sympathiques qui aiment recevoir et avoir du plaisir. Alors quand j’ai reçu l’invitation, c’est avec un grand plaisir que j’ai tout de suite accepté. Tout d’abord, c’est dans une ambiance festive que nous avons été accueillis par les employés de la Cabane un peu comme si nous étions des membres de leur famille. Un petit verre de vin ou de Wapiti nous a été offert pour bien débuter notre expérience. Par la suite, un succulent repas nous a été servi. Juste pour vous mettre un petit peu l’eau à la bouche mon choix s’est arrêté sur la joue de porc qui était tout à fait délectable. Mon accompagnateur a opté pour le steak qui selon ses dires étaient très bon. Naturellement le pouding chômeur et la tarte au sucre de mon acolyte ont satisfaits amplement nos becs sucrés. Tous ceux qui goûtent à la tarte au sucre de la Cabane à Pierre s’entendent pour dire que c’est la meilleure tarte au monde. Et vous pouvez en acheter directement sur place.

Un petit peu d’histoire

Afin d’en savoir un peu plus sur l’historique de la Cabane à Pierre, je me suis entretenu avec la gérante Nathalie

Lyne : Allo Nathalie, présente-moi la Cabane à Pierre

Nathalie : Pierre Faucher a ouvert sa première cabane à sucre à Rigaud en 1978. À l’origine il accueillait 35 personnes à la fois, maintenant c’est plus de 2000 personnes par jour dans le gros temps des sucres, qu’on peut accueillir dans quatre salles. Ici nous avons ouvert en 1993, donc ça fait 26 ans cette année que la Cabane à Pierre reçoit des gens d’un peu partout à travers le monde. Nous travaillons beaucoup avec l’industrie touristique, il y a des autobus organisés qui amènent des gens qui viennent d’Espagne, du Mexique, de la France, de l’Italie et des États-Unis. Cette année notre nouveauté, c’est Martin Savoie qui présente son spectacle Beauce. Pour le souper-spectacle, nous avons réinventé le menu, nous voulions sortir un peu du menu cabane à sucre. Nous y allons avec un menu quatre services, avec un choix de quatre menus soit le poulet, le saumon, le steak et le porc donc, il y en a pour tous les goûts.

Le spectacle de Martin est beaucoup axé sur l’histoire de la Beauce, les traditions. Ici quand la Cabane à Pierre a été construite, le but était de conserver les traditions québécoises, montrer aux gens à travers le monde qu’est-ce que c’était pour nous le temps des sucres, le sirop d’érable, la musique, la nourriture et nos recettes qui sortent des traditions familiales, donc le spectacle se prête vraiment bien à l’endroit on dirait même qu’il a été écrit pour être présenté ici.

Lyne : Combien d’employés travaillent à la Cabane à Pierre?

Nathalie : En grosse saisons c’est de 25 à 35 personnes.

Lyne : Dans le temps des sucres combiens de repas vous pouvez servir par jour?

Nathalie : 350 personnes par repas. On leur fait vivre une expérience. Les gens arrivent entre 11h30 et midi. Les musiciens commencent à jouer, les serveurs commencent à couper le pain et ils le dépose sur les tables. Tous ce qui sort de notre cuisine est fait maison. Notre pain, nos marinades, notre ketchup aux fruits, nos tourtières et nos tartes. Nous sommes ouverts à l’année, nous célébrons environs entre 25 et 30 mariages par année, plus les partys des fêtes. Nous avons environs 8000 étudiants anglophones qui viennent des États-Unis, de l’Ontario et de l’ouest Américain. Ils viennent en vacances avec les écoles et en ils en profitent pour vivre l’expérience de la cabane à sucre. On leur fait faire la visite, comme à l'ancienne nous entaillons encore à la chaudière et aux chalumeaux, on leur explique comment on fait le sirop d’érable. Par la suite, ils entrent à l’intérieur, les musiciens commencent à jouer et nous les faisons participer en jouant de la cuillère et ils mangent nos recettes traditionnelles.

Lyne : Nathalie, je sais c’est mieux de réserver avant de venir, mais disons qu’une petite famille décide à la dernière minute de venir vivre l’expérience, est-ce possible?

Nathalie : Certainement, quand les gens entrent ici, ils ne ressortent pas sans avoir manger mais c’est préférable de réserver.

Nouveauté jusqu’au 29 août

Cette année, tous les jeudis en plus de déguster un bon repas, le conteur Martin Savoie vous partagera son amour pour la Beauce mais aussi sa passion pour la musique et les mots.

Après le souper nous nous sommes déplacés en avant de la scène afin d’écouter pendant 90 minutes le conteur-chanteur Martin Savoie qui nous a amené dans son univers où l’eau coule à flots, celle de la rivière Chaudière, celle de l’érable et celle de la vie.

Vous cherchez quoi faire…Une belle découverte

De Québec, c’est une heure de route pendant laquelle vous pourrez profiter de la beauté des paysages.

Le village de Frampton compte 1400 habitants. Il y a une pisciculture, un club de chasse et de pêche, un camping en bordure d’un lac où de nombreuses activités vous seront offertes.

Vous pourrez aussi faire un petit arrêt à la Microbrasserie Frampton Brasse qui se spécialise dans les bières de dégustations.

Pourquoi ne pas en profiter pour visiter le Miller Zoo qui saura satisfaire les jeunes comme les moins jeunes avec son centre d’observation de la faune.

Et pour finir cette journée, vous rendre à la Cabane à Pierre pour déguster un bon repas. En arrivant le personnel courtois vous accueillera chaleureusement.

C’est assurément, une belle sortie à faire en couple, entre amis ou en famille.

https://cabaneapierre.com/2019/04/souper-spectacle-beauce-par-martin-savoie/

Lyne LaRoche