Critiques année 2015 - 31 décembre 2018

LES SPECTACLES MUSICAUX
   

HUMOUR

     
JEUNESSE-CIRQUE-MAGIE
 
THÉÂTRE-CINÉMA
TROIS NUITS AVEC MADOX
www.destinationvilledequebec.com/blog/critique?id=3703

 

 




Critiques des événements 2018 - 31 décembre 2018

TÉLÉTHON OPÉRATIONS ENFANTS SOLEIL 2018

1 PARTIE

2 PARTIE

3 PARTIE

4 PARTIE

MUSIQUE
Résultats de recherche d'images Résultats de recherche d'images pour « guylaime tanguay livre vert »
Résultats de recherche d'images pour « sylvain cossette 80 »
       
Résultat dâ??images pour petula clark albert rousseau
L'HUMOUR
   

SPECTACLES HUMOUR COMÉDIHA!
Résultats de recherche d'images pour « gala fabien cloutier » Résultats de recherche d'images pour « soirée gladius » Résultats de recherche d'images pour « gala veronique claveau et mario tessier »
   
THÉATRE ET COMÉDIE MUSICALE
Cheeese!
R�©sultats de recherche d'images pour �«� QUEBEC ISSIME WENDAKE� �»

JEUNESSE  ET CIRQUES

Résultats de recherche d'images pour « juste une petite chansoN AMPHITH�ATRE COGECO »
CONFÉRENCES DE PRESSE - LANCEMENTS D'ALBUMS-CRITIQUES D'ALBUMS-CRITIQUES DE LIVRES
Résultats de recherche d'images pour « footloose albert rousseau »
Image associée Résultats de recherche d'images pour « BRIGITTE m »

 

ENTREVUE 1ÈE PARTIE

GUYLAINE TANGUAY

 

ENTREVUE 2È PARTIE

GUYLAINE TANGUAY

 

ENTREVUE 3È PARTIE

GUYLAINE TANGUAY

 




Garou au Capitole - 20 décembre 2018

Un cocktail explosif servi par Garou au Capitole de Québec

Hier, c’était soir de première réussi pour Garou qui présentait son spectacle Dans l’temps. En résidence du 19 au 29 décembre, le public retrouvera avec tout le naturel qui le caractérise un Garou débordant d’énergie que ce soit au piano, à l’harmonica, à la guitare, à la trompette et même à la cuillère. En bonus ceux qui le désirent pourront défoncer l’année 2019 avec lui car il présentera son spectacle le 31 décembre dès 22 heures toujours au Capitole.

Le spectacle Dans l’temps c’est un grand party rempli de surprises dans une ambiance survoltée ou Garou y sert un cocktail explosif

Tout d’abord dès la levée du rideau le décor enchanté nous amène directement dans l’atmosphère du temps des fêtes. Entouré de ses cinq musiciens c’est élégamment vêtu que notre hôte a débuté la soirée avec Let it’s snow. La première partie de ce spectacle est consacrée aux chansons du temps des fêtes que Garou affectionne particulièrement. Il prend même le temps de dire aux gens ‘’Je me présente petit Pierre’’ de son vrai nom Pierre Garant, j’espère que je vais réussir pour ceux qui n’aiment pas Noel à vous faire apprécier autant que moi les chansons de Noel’’

Il nous avait concocté presque tous les beaux airs du temps des fêtes en passant Amazing Grace, Jingle Bells Rock Sainte-Nuit, Holy Night, White Christmas et plus encore. Il a livré un Blue Christmas à la saveur Elvis, déhanchement compris qui a conquis comme toujours la gente féminine.

Les‘On t’aime Garou’’ fusaient partout dans la salle.

Tout le monde sait à quel point le chanteur est fier de sa protégée Yama. À plusieurs reprises, elle est venue le rejoindre sur scène offrant au public en duo avec son coach des interprétations qui nous ont donné des frissons dont le Minuit chrétien et la chanson Un peu de nous que Garou lui avait co-écrite avec David Nathan lors de la grande finale de La Voix. Garou avait réservé aussi une autre belle surprise car la jeune chanteuse Chloé Doyon qui a aussi fait partie de son équipe à la populaire émission La Voix était aussi de la partie. Elle a rejoint le duo afin d’interprété Happy Xmas et le chanteur s’est retrouvé au centre d’un trio ou les voix s’entremêlaient d’une sublime façon. À plusieurs reprises Garou et ses complices ont eu droit à des ovations bien méritées.

Pour la deuxième partie, on a retrouvé un Garou comme Dans l’temps qui fonctionne à haute vitesse et qui nous transmet son plaisir et sa foudre. Il oubli la cravate, retrousse ses manches et il endosse sa guitare pour nous amener dans son univers musical. Il nous fait cadeau de ses plus grands succès dont Seul, Que l’amour est violent, Gitan, Sous le vent, Je suis le même, Avancer pour ne nommer que ceux-ci.

Une place était réservée aussi à ses coups de cœurs dont plusieurs reprises qu’il a livré avec brio dont Every Breath You Take(The Police) Iris (Goo Goo Dolls) Let it be (Beatles) Screamin (Jay Hawkins) I Put a Spell On You et sur That’s The Way (KC and the Sunshine Band) tout le monde était debout.

Pour la finale, le public s’est transformé en chorale interprétant avec lui Belle.

Bilan

Plus le spectacle avance plus l’énergie de Garou nous électrise.

C’est un méchant beau part,y que j’ai adoré!

Pour plus d’informations

www.garouofficiel.com

Et procurez-vous vos billets pour défoncer l’année avec Garou le 31 décembre prochain dès 22 heures.

http://www.lecapitole.com/fr/spectacles/garou-decembre-2018/

Lyne LaRoche




Corteo - 07 décembre 2018

 

Corteo. Des funérailles à l’italienne

Il y a des funérailles auxquelles nous assistons qui sont plus tristes que d’autres. Lorsque l’on assiste aux funérailles d’un clown, on doit s’attendre à toutes sortes de rebondissements. Lorsqu’il s’agit d’un clown qui assiste à ses propres funérailles, dans l’univers du Cirque du Soleil, tout est permis.

Après avoir pris naissance à Montréal il y a plus de treize ans, Corteo revit maintenant en version aréna, lui qui avait fait ses premiers pas sous un chapiteau. Le cortège (Corteo en italien) a déambulé dans plus de 64 villes à travers 19 pays. Si on en croit les huit millions de spectateurs qui sont venus « rendre hommage » à notre clown, Corteo est apprécié dans le monde entier.

L’histoire nous replonge au début du XXe siècle quand un clown revit sa vie à travers ses propres funérailles. Un monde de contradictions où s’affrontent la force et la délicatesse, le tragique et la comédie, le grand et le petit. Entre le géant et la petite Valentina, haute de trois pieds, sept pouces, se côtoient plus de 50 artistes.

Une des productions les plus théâtrales du Cirque du soleil, Corteo navigue entre le théâtre traditionnel italien et le cirque. Des personnages incontournables comme le maître de piste, le géant et la cantatrice. Les numéros plus acrobatiques restent aussi dans un univers traditionnel. Corde raide, jongleurs, et des clowns qui font le délice des plus petits.

Le tout a débuté en nous transportant entre ciel et terre dans un numéro où des acrobates exécutent de gracieux mouvements suspendus à trois majestueux chandeliers. Retournant à son enfance, on aura le droit de sauter sur les lits. Des sauts pas banals.

Un tendre moment entre le géant et sa toute petite amie clownesse qui volle en toute légèreté, accrochée à des ballons.

La configuration particulière de la scène, occupant la patinoire sur la longueur, permet au public d’être à proximité des acteurs, qui, pour une des rares production, parlent tantôt en anglais, en italien et en français.

Comme toujours, les musiciens, placés aux quatre coins de la salle, ajoutent de la puissance aux numéros puisés dans l’imaginaire du créateur et metteur en scène Daniele Finzi Pasca.

À chaque étape de la vie de notre défunt les anges bienveillants seront là tout près, imprégnant l’histoire d’une touche poétique. La seconde partie de Corteo sera plus spectaculaire avec son magnifique numéro de main à main en hauteur, la planche coréenne et les dix toréadors qui s’entrecroisent autour de barres parallèles.

Filant dans les airs, notre clown s’envolera finalement dans les cieux au guidon de son vélo sous le regard d’une festive fanfare.

Corteo, qui a renait dans les murs de l’ancien Colisée l’an passé, n’a rien perdu de sa beauté. Il demeure une belle histoire, une mort qui fait du bien.

Corteo fait un arrêt au Centre Vidéotron du 6 au 9 décembre avant d’aménager au Centre Bell du 19 au 30 décembre prochain. Pour plus de détails, consultez le www.cirquedusoleil.com

Claude Gignac




Critique d'albums - 05 décembre 2018

Image associée

Ginette Reno présente son 40e album À jamais!

Même avec le temps qui passe, notre Ginette nationale n’a rien perdu de sa puissance vocale et elle nous le prouve encore avec son nouvel opus À jamais. Pour ce nouvel album, qu’elle qualifie de testament, la grande dame de la chanson signe deux titres sur treize soit La maison est grande et À jamais

Pour ce 40è album, encore une fois, elle a fait appel à de grands noms dont Luc Plamondon, Lynda Lemay, Romano Musumarra, Rick Allison, Daniel Barbe, Grand Corps malade, Steve Marin et Jacques Veneruso .

Personne mieux qu’elle ne peut livrer une chanson avec autant d’authenticité. Qu’importe l’âge, tout le monde aime Ginette. Pour dire vrai, avec les anées, sa voix est encore plus belle et l’émotion qu’elle met dans ses chansons nous fait encore de plus en plus vibrer. Ginette nous ressemble et nous rassemble avec ce nouvel album.

Ce disque constitue son premier album original en français depuis La musique en moi, il y a 7 ans. Il souligne ces 60 ans de carrière.

Chaque chanson de cet album «raconte une histoire très personnelle»

Voici mes quatre coups de cœur :

1.On en est là (En duo Avec Lynda Lemay, c'est l’histoire de deux femmes amoureuses du même homme, où la plus jeune l’emporterait sur la première).

2.Je serai là? (Moi, je l’écoute comme si c’était ma mère qui me parlait)

3.La maison est grand?e? (?R?elate la peine qu'elle a eue lorsque son amoureux Carlo l'a quittée pour une autre femme?)?

4.On ne fait que passer?? (?Ca le dit, on ne fait que passer)

Les 13 titres de l’album À jamais

1.On ne fait que passer

2. Je serai là

3. La grosse

4.Ta vie

5.Je n’ai pas vu le temps

6.On est là

7.Un être humain

8.Je l’aime pour deux

9.Je pars

10.La maison est grande

11.L’amour à défendre

12.L’arbre de vie

13.À jamais

L’album À jamais est en vente dès maintenant

Pour plus d’informations www.ginettereno.com

Lyne Laroche




Critique album de Noel - 05 décembre 2018

Résultats de recherche d'images pour « BRIGITTE m »

Brigitte M présente son premier album de Noel

Noel entre amis

Tout le monde le sait, c’est toujours magique quand la soprano Brigitte M interprète une chanson. Que ce soit du pop, du classique ou même du heavy metal, elle réussi toujours à nous donner des frissons.

Pour Brigitte le temps des fêtes est signe de rassemblement et d’amour. Alors pour ce faire, elle a invité ses amis qui sont aussi nos plus belles voix du Québec à se joindre à elle afin de livrer au public son premier album de Noel  ou tous les plus grands airs de Noel seront interprétés. Noel entre amis se veut un album rempli de petits trésors qui assurément vous réchauffera le cœur.

Mes deux coups de cœurs

  1. L’amour en cadeau (La voix de Brigite et de Marc Hervieux se marient à merveille)
  2. Ave Maria Medley ( La voix de Brigitte et celles de Guylaine Tanguay, Michael et Annie Villeneuve, c’est tout féérique )

Voici les titres de l’album:

1.Adestes Fideles

2. L’amour en cadeau

3. Les enfants oubliés

4. Noël blanc/ White Christmas

5. Nella Fantasia

6. Minuit Chrétiens

7. Ave Maria

8. Sainte-Nuit

9. Panis Angelicus

10. Ding Dong

Pour plus d'informations, vous pouvez la suivre sur sa page facebook

https://www.facebook.com/brigittemmusique/

Lyne LaRoche

 




Noel une tradition en chanson - 03 décembre 2018

Noel une tradition en chanson

Hier, la salle Albert Rousseau avait revêtu ses plus beaux habits de Noel afin d’accueillir Michel Louvain, Renée Martel, Johanne Blouin, Yves Lambert, Annie Villeneuve, David Thibault, Michael et Émilie-Claire Barlow. Réunis sur scène afin de présenter au public le spectacle Noel une tradition en chanson, les huit artistes ont offert aux spectateurs des performances à en couper le souffle, c’était réellement beau.

Pour une deuxième année consécutive, le talentueux Joel Legendre a assuré la mise en scène réglant les moindres petits détails afin de faire en sorte que le spectacle soit rempli de moments magiques et nostalgiques tout en étant festifs.

Dans un majestueux décor, le public a eu droit à un avant-goût du temps des fêtes. Dès la levée du rideau la magie de Noel s’est installée, les sept musiciens étaient entourés de sapins lumineux, c’était féérique. La réaction des gens s’est tout de suite faite entendre. Pour la chanson d’ouverture tous les artistes ont uni leur voix avec la chanson Il y a de plus en plus de magie dans l’air. Durant deux heures, tous les grands classiques de Noel ont défilés les uns après les autres interprétés soit en solo, en duo ou en trio, chacun y mettant sa couleur.

Tout au long du spectacle, il y a eu plusieurs grands moments mais certains en ont donné des frissons plus que d’autres. Je pense au Minuit Chrétien de Michael avec sa voix puissante qui nous a encore complètement séduite. Le Blue Christmas de David Thibaut à la façon du King incluant le petit déhanchement en a fait sourire plusieurs. La douce et pétillante Annie Villeneuve a interprété un Glory Alléluia à la perfection et un Noel chez-moi rempli d’émotion. Le charismatique Michel Louvain avec sa prestance et sa voix unique nous a livré un Noel Blanc comme on l’aime. Johanne Blouin avec sa sublime voix a interprété la magnifique chanson Sainte Nuit à la façon Gospel, comme seulement elle peut le faire, c’était de toute beauté. Émilie-Claire Barlow a interprété Marie-Noel avec son petit accent anglophone qui nous a complètement fait craquer. Le clou du spectacle a été sans l’ombre d’un doute quand Johanne Blouin et Michael ont interprété en duo The Prayer. Avec leur voix, ils ont littéralement fait trembler les murs de la salle Albert Rousseau, je n’ai pas de mot pour dire à quel point c’était grandiose.

Naturellement, avec son accordéon et son harmonica, Yves Lambert a donné le ton au spectacle avec les chansons à répondre dont La poule à Collin et La cuisinière. Tout le monde chantait et tapait des pieds et des mains. Annie et Michael sont même descendu au parterre pour faire swigner les gens.

Tout au long du spectacle, il y a eu plusieurs medleys dont un qui a fait beaucoup rire les gens. Appelé medley comique, Yves Lambert a interprété Le père Noel c’t’un québécois, Annie Villeneuve a livré Le père Noel a pris un coup, Michael a chanté C’est Noel car il neige dans ma tête, Johanne Blouin et Renée Martel ont en duo interprété All I want for Christmas is my two front teeth. Pour terminer ce medley en beauté, Émilie et Annie ont turlutté avec La turlutte des Little-Delisle.

Bilan

Encore cette année, Noel une tradition en chanson nous a été servi comme un bon repas que l’on prend en famille par une brochette d’artistes appréciés de tous. Chacun à leur façon, ils nous ont fait prendre conscience que Noel est là pour nous rappeler nos traditions. Et qu’il faut surtout prendre le temps de dire aux gens qu’on les aime.

Noel une tradition en chanson, livré avec brio par huit artistes de grands talents. Un spectacle qui fait rire et qui fait pleurer mais c’est ça la beauté de Noel!

La tournée se poursuit

Pour plus d’informations www.productionsmartinleclerc.com

Lyne LaRoche

 

 

 

 




Entrevue Tocadéo - 03 décembre 2018

Entrevue Tocadéo

Comme nos horaires ne concordaient pas ensemble, c’est une entrevue téléphonique que j’ai fait avec Patrick, un des quatre gars de la formation Tocadéo.

Pour ceux qui ne connait pas Tocadéo, c’est quatre gars passionnés qui partagent un goût commun pour les mélodies et les harmonies vocales. Cette année Dany Laliberté, René Lajoie, Benoit Miron et Patrick Olafson célèbrent le dixième anniversaire de la formation.

Au fil des années, Tocadéo a su se tailler une place de choix dans le paysage musical canadien. Grâce à la réunion de ces quatre voix sublimes, la passion, la complicité et la proximité qu’ils ont avec le public, cette année, il fête leur dixième anniversaire. Aujourd’hui, je me suis entretenue avec Patrick Olafson celui qui a composé la magnifique chanson Parle- moi

Lyne : Tocadéo fête ses dix ans cette année, ce n’est quand même pas rien!

Patrick : Non ce n’est pas rien. Nous sommes assez fiers de notre parcours.

Lyne : Quand vous avez débuté cette aventure, il y a dix ans, étiez-vous certain que Tocadéo irait aussi loin que ça?

Patrick : Non, absolument pas. En fait quand on s’est réuni, c’est Dany un des gars qui avait eu une demande d’un client pour faire un événement corporatif avec un quatuor vocal. Donc, il a fait appel à deux de ses amis qui était René et Benoit mais il cherchait un quatrième gars.

René me connaissait un petit peu, alors il m’a approché et j’ai accepté. On pensait que nous allions faire que quelques spectacles par année mais sans plus, puis finalement ça s’est mis à débouler. Dix ans plus tard, nous avons 7 albums, 7 spectacles différents, nous avons fait le tour du Québec, de l’Ontario et du New-Brunswick, nous sommes allés en France, c’est vraiment une belle aventure.

Lyne : Trouvez-vous que la formation a changé au fil des années?

Patrick: C’est certain qu’on a plus d’expérience de scène et surtout dans l’industrie. Il faut le dire ce n’est pas évident de faire sa place dans ce milieu qu’est la musique. Au début nous avions un producteur qui produisait le projet avec nous, maintenant on a repris les reines. C’est Dany et Benoit qui sont devenus producteurs du projet, donc nous avons maintenant le contrôle entier de ce qu’on fait et comment on veut le faire. C’est certain que ça nous donne beaucoup plus de marche de manœuvre.

Lyne : Avez-vous encore autant de plaisir à travailler ensemble?

Patrick : Bien oui, c’est primordial et c’est essentiel pour nous. Si nous n’avions plus de plaisir à faire ça ensemble, nous ne le ferions pas, car ce n’est pas facile de perdurer. Oui, ça fait dix ans mais on a travaillé très fort pour continuer à rester dans le paysage musical. Donc si on le fait c’est parce qu’on a vraiment du fun ensemble.

Lyne : Parle-moi de ce 7è album qui est encore tout chaud

Patrick : Il est sorti le 12 novembre dernier, nous sommes bien contents. C’est un peu un retour pour nous de faire un album original. Nos derniers albums étaient des albums de reprises parce que notre public nous en demandait. Il faut dire que nous aimions ça aussi. Mais là, nous avions le goût d’avoir du matériel original. Nous avons fait appel à des auteur-compositeurs qui ont écrit pour nous. Ils nous ont proposé des chansons, et c’est vraiment étrange car toutes les chansons que nous avons choisies, elles étaient un peu toutes reliées d’un thème soit l’amour. Tocadéo parle toujours d’amour et d’espoir. Même la chanson thème Rêve encore, c’est ce que ça dit. Peut-être que tu es déprimé, peux être que c’est difficile aujourd’hui mais continu de rêver parce que même s’il y a des moments difficiles, il faut garder l’espoir on réussit toujours à retomber sur nos pattes. Il y a plusieurs chansons qui nous ramènent à ça, qui sont un peu plus sombres dans les thèmes mais il y a toujours une touche d’espoir. C’est pour ça qu’on a choisi ce titre, car il répondait bien à ce que l’on veut véhiculer.

Lyne : Vous avez choisi Marc Dupré et Jérôme Coutu comme collaborateurs, ces deux gars-là sont reconnus pour pondent des vers d’oreilles

Patrick : Marc a composé la chanson Le dernier jour. Nous l’avions déjà reçu il y a quelques années, mais comme nous faisions des albums de reprise, nous l’avions mis de côté. Quand nous avons réalisé cet album, il était évident qu’on allait la mettre. Pour Jérôme, c’est une belle histoire. Nous sommes allés au Gala de L’Adisq l’année passée, nous étions en nomination pour le spectacle de l’année. À la fin de la soirée, nous nous en retournions à nos voitures puis on s’est retrouvée entrain de marcher à côté de Jérôme, on s’est mis à lui jaser. On s’est raconté nos histoires de projets, nous lui avons dit qu’on allait faire un nouvel album et on lui a dit ’’Si jamais tu as des chansons pour nous, on serait bien ouvert à les entendent’’ Une semaine plus tard, il nous a envoyé quelque chose. Sa chanson-là est tellement belle, c’est une chanson coup de cœur. Pour la chanson titre de l’album Rêve encore a été écrite par Vincenzo Thomas

Lyne : La chanson Parle-moi, c’est toi qui l’as écrite, elle est vraiment touchante

Patrick : C’est la première fois dans nos 7 albums qu’une chanson est écrite en entier musique et paroles par un des membres du groupe. Cette chanson-là a quand même un sujet délicat. L’histoire qui m’a inspiré pour écrire cette chanson, c’est le suicide et du désir de mourir.

Mais il y a un côté positif dans cette chanson, c’est que la personne en parle avant de poser le geste. Elle demande à quelqu’un, fais-moi rêver encore pour que je ne pose pas ce geste. Continu de me parler et dis-moi que je suis chanceux, que j’ai une belle vie que j’ai plein de richesse.

Je pense que ça vient toucher probablement les gens parce que nous avons tous des moments où on se sent déprimés et qu’on peut avoir des idées noires. On a même peut-être connu des gens autour de nous. Moi ça vient d’une expérience personnelle. Quand j’étais étudiant j’habitais avec une femme qui était suicidaire et qui avait déjà fait une tentative, je l’avais trouvé dans l’appartement. Bon, elle s’en ai sortie heureusement. À cette époque j’avais rencontré des gens d’un groupe qui s’appelle Suicide Action. Les gens du groupe m’avait dit’’ Vous savez une personne qui a des idées suicidaires, ne l’est jamais 24 heures sur 24 ces sont des crises qui se produisent, puis quand une crise arrive ce qu’il faut faire, il faut la laisser passer faut être avec la personne, la faire parler et lui parler. Donc j’imaginais le moment ou cette personne se dit ok, je ne vais pas bien, parle-moi jusqu’à temps que cette crise disparaisse, après je vais être bien. C’est ça l’histoire de ma chanson.

Lyne : Parle-moi de vos projets futurs

Patrick : On commence notre tournée pour le spectacle de Noel à chaque année depuis 7 ans, on termine le 21 décembre par la suite nous allons prendre un petit peu de vacances afin de se reposer et voir nos familles dans le temps des fêtes. Après les fêtes on reprend la tournée avec notre spectacle 4 et on va aussi reprendre la tournée avec notre spectacle 10è anniversaire pour souligner l’événement. À l’automne 2019, nous allons partir en tournée avec un nouveau spectacle en lien avec l’album Rêve encore.

Lyne : Qu’est-ce que je peux vous souhaiter pour 2019?

Patrick : Un autre dix ans au moins car nous n’avons pas l’idée de nous arrêter, nous avons trop de plaisir. Nous espérons que les gens seront toujours au rendez-vous parce que c’est ce qui nous tient en vie. C’est le public qui vient nous voir et qui nous aime qui fait en sorte qu’on fête notre dixième anniversaire cette année, sans eux rien de tout ça serait possible

Lyne : Pour finir, pourquoi les gens devraient allés vous voir en spectacle?

Patrick : S’ils veulent passer une belle soirée remplie de variétés, de rires, de frissons, entendre des belles chansons interprétées par de belles voix et des harmonies à en couper le souffle, ils ne seront pas déçus. Tous les quatre, quand nous sommes sur la scène on s’amuse et on aime partager cette complicité là avec le public. Nous serons à Québec le 5 avril prochain au Grand Théâtre. Nous aurons des invités spéciaux qui seront là exceptionnellement. Marc Hervieux et Annie Villeneuve vont nous accompagner le temps de quelques chansons et qui sait d’autres surprises s’ajouteront peut-être.

Lyne : Un gros merci Patrick

Patrick : Merci à toi, au plaisir

Tocadéo sera en spectacle le 5 décembre à l’Église de Beauport

Le 12 avril au Grand Théâtre de Québec avec leur spectacle 10è anniversaire

L’album Rêve encore est en vente dès maintenant

Pour connaitre toutes les dates

www.tocadeo.ca

Lyne LaRoche




Entrevue Guylaine Tanguay, 3e partie - 27 novembre 2018

Des projets amenez-en

Tout ce qu’elle touche se change en or

Elle peut chanter n’importe quoi

 

Lyne : Parle-moi de ton album 3764 Elvis Presley Boulevard.

Guylaine : Il y a vingt ans, j’ai fait une fausse couche, je n’allais pas très bien, alors pour me changer les idées, Carl m’a amené à Memphis voire la maison d’Elvis. Là-bas, j’ai tripé. Quand nous sommes revenus, de Memphis à Nashville en auto, j’ai écouté sans arrêt le poste de radio d’Elvis et puis j’ai dit à Carl ‘‘J’aimerais ça un jour faire cette chanson-là sur scène, puis celle-là, puis celle-là aussi’’ On a mis ça sur une liste en se disant un jour, peut-être. Et, il y a quelques années, je suis retourné encore à Memphis et j’ai dit à Carl, essaye de mettre ça dans une logique de carrière. Puis à un certain moment donné, il m’a dit ‘’Guylaine, les gens te connaissent maintenant, on pourrait le faire, alors pourquoi ne pas faire un album en lien avec le spectacle que tu vas faire, puis on fait ça à la façon country ‘’ Nous l’avons essayé d’abord guitare et voix et tout de suite c’était parfait. Il faut dire qu’Elvis a beaucoup de base country dans ses chansons. Nous n’avons rien réinventé, je me suis amusé, je l’ai fait puis la tournée commence officiellement fin janvier début février au Casino de Montréal, avec des danseurs. Je vais me payer la traite car ce sera un spectacle très vivant, moi je vais triper, les musiciens vont triper et les gens vont triper, on va avoir du fun.

Lyne: Parlons maintenant de ton album du temps des fêtes

Guylaine : Que les fêtes commencent c’est un projet que j’avais aussi dans la tête. Je voulais faire un album du temps des fêtes, pas juste de Noel. Parce que Noel c’est court, je voulais un album que les gens écoutent quand ils sortent leurs décorations de Noel, quand ils font à manger, le soir de Noel, après Noel quand les gens se préparent pour le jour de l’an, le jour de l’an et le début de l’année ou les gens aiment encore entendent quelques rigodons, alors cet album-là c’est ça. Que les fêtes commencent c’est le titre que je voulais donner à cet album et je voulais une chanson du même titre. Ma gang m’a dit ‘’Pourquoi tu ne la compose pas? Alors j’ai écrit les paroles et ma fille Mariepier a fait la musique à la guitare. Nous sommes retournés à Nashville pour enregistrer la chanson, c’est elle qui fait les back vocaux sur l’album. C’est une belle collaboration, moi j’ai chanté avec ma mère et là je chante avec ma fille.

Sur l’album, il y a des rigodons, des chansons traditionnelles de Noel, des grands classiques évidemment, une chanson pour faire pleureur, une chanson pour faire rire, une chanson pour faire giguer, il y a de tout dessus, car pour moi c’était important.

Le spectacle Que les fêtes commencent au Centre Vidéotron le 22 décembre prochain

Ceux qui ont déjà vécu de beaux Noel vont le revivre et ceux qui ne savent pas de quoi je parle et bien ils vont sortir du Centre Vidéotron en disant Là je comprends ce qu’elle voulait dire.

Il n’y aura pas de bouffe sur la scène, il ne va manquer que ça!

Tout le reste y sera!

Lyne : Bon entrons dans le vif du sujet, tu présenteras le spectacle Que les fêtes commencent au Centre Vidéotron, ce n’est quand même pas rien. As-tu hâte, es-tu nerveuse?

Guylaine : Non moi plus c’est gros, plus j’ai de la drave pour que ça marche. Quand je pense à ce show-là, j’aimerais ça voir des autobus arrivés de l’Abitibi, du Lac St Jean de partout. Le spectacle est pour tout le monde. Quand tu fais un party des fêtes t’invite tout le monde qu’importe l’âge et ce sera ça le 22 décembre prochain. Évidemment sur l’album je chante toute seule, je n’ai pas d’invités mais pour le spectacle je voulais quelque chose de festif, de familial, comme au jour de l’an dans ma famille. Alors, j’ai invité des gens qui sont tous dans le même état d’esprit que moi. Du monde qui aime le monde, on va vraiment s’amuser. C’est certain qu’on va faire un peu de country et quelques-uns de leur succès. Je pense que l’on vienne de n’importe où, nos Noel se ressemblent tous. Le temps des fêtes au Québec, c’est de la bouffe, de la famille, c’est de la musique pis c’est du gros fun. Ça va être ça. Il n’y aura pas de bouffe sur la scène, mais il va y avoir tout le reste.

Lyne: Qui seront tes invités?

Guylaine : Tout d’abord, les 2Frères, ces gars-là seraient ici avec leur guitare puis ce serait déjà le party. Amélie Veille qui est une fille d’une autre génération, une petite fille qui est pleine de douceur, dans sa voix. Naturellement si on veut réussir son party du jour de l’an ça prend absolument un violoniste par excellence qui tape des pieds et ce sera Alain François. La famille Dion, représente énormément mon histoire de famille. Le lien que j’ai avec les Dion c’est quasiment de sang, alors Claudette Dion fera le party avec nous. Il y aura aussi la belle Annie Blanchard, avec elle, c’est toujours les vraies affaires et il y aura aussi Klo Pelgag. C’est ça Noel, c’est ça le temps des fêtes, la diversité. On a tous dans le fond la même passion, la musique. Ne cherchez pas des explications à cette soirée- là, on va faire de la musique, puis on va s’amuser.

Lyne : Toi l’adage qui dit ’’Il faut battre le fer pendant qu’il est chaud’’ te colle bien à la peau car tout ce que tu touches se changent en or, ces temps-ci, comment recois-tu ça?

Guylaine : C’est vrai ce que tu dis, on dirait qu’il y a de la place pour moi partout, en ce moment. On dirait qu’il y a une place qui s’est libérée puis moi je la comble.

Lyne : Qu’on se le dise, pendant longtemps le country a été vu de haut, ça doit être une fierté pour tous ceux qui depuis longtemps te suivent et pour toi aussi par le fait même?

Guylaine : Absolument, c’était très différent d’avant. Je ne veux pas m’en vanter mais je pense que j’ai été capable, de faire un petit lien entre le pop puis le country. Je suis arrivé à faire un petit pont parce que c’était comme deux classes à part. Nous étions toujours divisés, pas à cause de la chicane c’était plus comme’’ Tu es un artiste country, ben tu fais un spectacle country on ne mélangeait pas les genres’’ Puis cette année, j’ai eu la confirmation que j’ai été capable de faire un lien entre tout ça car ils m’ont demandé de faire le numéro d’ouverture au Gala de L’Adisq avec Mario Pelchat, Martine St-Clair et Maxime Landry. Là, je me suis dit ok je ne suis pas juste une chanteuse country pour eux autres, je suis une chanteuse. Ils m’ont faite une vraie place au-delà du petit spécial country une fois par année. Ce geste-là a beaucoup de valeur et d’importance pour moi et pour les autres qui arrivent dans le country. Moi je n’ai jamais eu d’orgueil. Si on me disait ‘’Tu vas t’habiller full country pour un spécial je disais oui. Et si on me disait ‘’On veut que ça soit juste un petit peu country’’ Il n’y avait pas de problème non plus, car je ne dors pas avec un chapeau de cowboy.

Lyne : Quand la machine s’est ouverte, est ce qu’il y a un soir ou tu t’es couché puis que tu t’es dit ‘’ Wow! Qu’est ce qui m’arrive?

Guylaine : Ben oui, y a encore pleins de soirs que je me couche puis que je me dis ça. Et ça arrive souvent quand Carl et moi sommes dans la voiture. C’est tellement drôle car ce sont toutes des choses qu’on a espérés, qu’on a voulu vraiment, puis elles ne venaient pas. Puis là, elles viennent à nous sans qu’on pousse car elles nous sont proposées. Mais ce n’est pas un hasard, moi je dis toujours que c’est un rendez-vous. Tu sais nous l’avons fait la marche pour se rendre là dans slush, dans bouette, dans neige, dans glace, on l’a toute faite. On n’a jamais eu d’amertume de dire, heille on a tout marché ça puis ça rien donné. Je me disais ‘’Ce n’est pas grave, ce n’était juste pas fait pour moi. Si un jour s’est fait pour moi, ça va arriver’’ Et puis la vie m’a amené ça au bon moment. Carl et moi on se dit qu’on n’aurait même pas pu s’imaginer tout ça il y a six mois.

Lyne : Carl et toi vous travaillez toujours ensemble, c’est important pour toi?

Guylaine : Oui, sinon je ne le ferais pas, je suis trop famille pour être capable de laisser tout de côté puis faire juste de la musique. Ce serait impossible, je suis trop ma gang. Je fais encore des lunchs pour mes filles et de temps en temps leur lavage. Et ce n’est pas parce que mes filles ne sont pas capables ou parce qu’elles sont des princesses, non c’est juste que j’ai encore l’ancienne mentalité dans ma tête qu’une mère ça fait ça.

Soyez assuré que Guylaine Tanguay n’est pas la saveur du mois, elle est là pour rester!

Lyne : Parles-moi de vos projets?

Guylaine : Carl et moi on en a des projets, pour les quatre prochaines années bien planifiées. Carl est l’homme de projets, ça roule toujours dans sa tête. Moi je les réalise, je suis une fille bourrée d’énergie, donnes-moi s’en des projets, c’est tellement motivant. Nous avons en tête de faire un album avec des chansons originales mais pas n’importe quoi. Je veux quelque chose qui me ressemble, je ne veux pas faire une coupure pour tous les gens qui me suivent depuis des années, je ne veux pas changer de style. Moi je n’aurai pas de plaisir et eux autres non plus.

Lyne : Qu’est-ce que je peux souhaiter à Guylaine Tanguay pour l’avenir?

Guylaine : Ce serait de la santé, car moi j’ai des problèmes avec la fibromyalgie. C’est connu ça ruine pas mal de petits moments dans mes journées, mais pas assez pour m’arrêter. Alors tout ce que je veux c’est d’être capable de contrôler ça. Je sais que ça va empirer, je le sais, je le sens déjà car il y a une différence de mois en mois et d’année en année. Mes douleurs sont encore pires qu’avant mais pour moi, ce n’est pas grave parce que quand j’ai de l’ouvrage ça me motive à ne pas penser à ça. Quand je chante j’oublie que j’ai mal. Je te donne un exemple, tu peux avoir ben mal au dos mais quand ta visite arrive t’as plus mal. Mais quand la visite s’en va, ouf que le mal revient vite. Moi c’est comme ça souvent mais tout ce qui m’arrive c’est tellement positif que ça me fait oublier ce mal. Alors tout ce que je veux c’est de la santé, le reste je vais m’arranger avec inquiétez-vous pas, je suis assez débrouillarde.

Lyne : Pour finir, je te laisse le mot de la fin, invite les gens à venir festoyer avec toi et ta belle gang le 22 décembre prochain

Guylaine : Si j’avais pu je les aurais invités chez moi, mais ça va faire trop de monde. Tout ce que je veux c’est d’être capable de reproduire ce que j’ai dans ma tête et dans mon cœur des meilleurs moments de mes jours de l’an puis de notre temps des fêtes du côté de ma mère. C’est magique, ça enlève tous les malheurs, ça fait oublier tous les problèmes de l’année. Je sais qu’avec la gang qui partagera la scène avec moi qui sont tous des gens de qualité a on va être capables tous ensemble de reproduire ça pour que tout le monde soit capable de vivre un bon moment.

Lyne : Guylaine, ce fût un plaisir de passer ces instants avec toi, merci de ta grande disponibilité et de ton immense générosité

Guylaine : Un plaisir partagé, Lyne

Pour plus d'informations:

www.lecentrevideotron.ca

www.guylainetanguay.ca

Lyne LaRoche




Philippe Laprise - 22 novembre 2018

Philippe Laprise s’occupe parfaitement bien de faire rire son public

Hier soir, l’humoriste Philippe Laprise a pris d’assaut la scène de la salle Albert Rousseau pour la première de son tout nouveau spectacle Je m'en occupe

Avec ce troisième one-man-show, il s’est occupé de faire rire son public pendant 90 minutes sans entractes en racontant ses tranches de vie qui sont une rafale de situations loufoques. Dès son entrée sur scène, il met le public dans sa petite poche arrière et tout au long du spectacle, les gens sont pendus à ses lèvres. Reconnu pour être un conteur hors pair monsieur et madame tout le monde se reconnaisse à travers les différentes anecdotes et réactions que l’humoriste présente. Ses mimiques et sa façon d’interagir avec les gens est du grand art humoristique.

Même avec la binette d’un gars de 42 ans, on a toujours l'impression qu'il est un éternel adolescent. il arrive à nous faire douter qu’il est capable de s’occuper de tout. Son arme de prédilection demeure l’autodérision dès qu’il entre dans le vif d’un sujet la salle rit aux éclats.

Plusieurs de ses numéros sont complètement ahurissants dont celui de son entorse rectale celui de sa visite chez l’ostéo, celui de la séparation de son couple d’amis et celui de l’achat de sa tondeuse à nez.

Il excelle particulièrement quand il nous parle de l’amour qu’il partage avec sa conjointe depuis 19 ans, de ses trois enfants dont une adolescente. Il nous parle aussi de son chat Sable âgé de 19 ans qui est décédé à cause de ses différents problèmes de santé dont la glande thyroïde, l’anémie et la démence. De la façon qu’il raconte ses expériences et ses événements rocambolesques, l'humoriste se dépasse complètement. La salle au grand complet est sous son charme, il s’occupe de faire rire tout le monde.

Bilan

C’est somme toute une première très réussie pour Je m’en occupe, que Philippe Laprise présentera en tournée partout au Québec, tout au long de l’année 2019.

Occupez-vous d’acheter vos billets pour ce show-là, le reste Philippe Laprise s’en occupe, vous ne le regretterai pas, c’est certain!

Il sera de retour à la salle Albert Rousseau les 27-28 et 29 décembre à la salle Albert Rousseau

Pour plus d’informations :

www.philippelaprise.com

www.sallealbertrousseau.com

Lyne LaRoche




Guylaine Tanguay 2e partie - 20 novembre 2018

2e partie

On a tous une histoire à conter

Mais si elle peut aider

Guylaine Tanguay = Transparence

 

Lyne : Parlons maintenant de ton livre La ligne droite

Guylaine : Ça c’est drôle, dans la même semaine, j’ai reçu deux demandes, de deux maisons d’éditions différentes, me demandant si je voulais raconter mon histoire en me disant’’ Nous avons entendu des entrevues que tu as faites et nous aimons ton côté positif à travers toutes les choses difficiles que tu as vécues et ça pourrait être intéressant ‘’

J’ai dit à mon conjoint Carl, ‘’Ben voyons donc, c’est pas intéressant pour les gens, ma vie n’est pas exceptionnelle, y a des gens qui ont vécu ben pire que moi’’ Mais, Johanne Guay est revenue à la source et m’a dit ‘’Tu sais Guylaine, quand tu racontes les affaires, toi tu penses que ça ne nous intéresse pas mais oui, car tu as une vie qui n’est pas simple. On te regarde aller, et tout semble facile pour toi, mais en arrière de ça, il y a beaucoup d’affaires cachées. Faudrait que tu en parles c’est intéressant’’ J’ai dit’’ Je vais le faire, mais il faut qu’il en ressorte quelque chose de positif. Je ne veux pas que ça soit lourd comme livre, je ne veux pas faire pitié, car je ne fais pas pitié. Elle m’a dit ‘’Aucun problème’’

On a demandé à quelqu’un de le faire pour moi, puis dès la lecture des premières pages on s’est vite rendu compte que je triais mes mots quand je racontais les choses. Quand j’expliquais les affaires, pour ne pas aller trop dans le profond, dans le difficile. Alors ce que je lisais ce n’était pas moi. Les mots utilisés, ce n’était pas moi, je parle comme je parle, donc il fallait que ça se lise et que ça me ressemble. Bien sûr on le corrige pour que le français soit impeccable, mais il ne fallait pas que je transforme ma façon de m’exprimer. Alors je lui ai dit’’ Johanne je vais t’écrire quelques pages et trouve-moi quelqu’un qui est capable d’écrire comme ça’’ Puis après l’avoir lu, elle m’a dit ‘’ J’ai trouvé quelqu’un et c’est toi, faut que tu l’écrives’’

Elle était avec son amie Jeannette Bertrand en Floride quand je lui ai envoyé mes pages et elle m’a dit qu’elle avait fait lire ça Jeannette et qu’elle avait dit ‘’C’est elle qui doit l’écrire son histoire’’ Alors, je me suis dit ok, je vais me faire confiance, mais quand?

Nous étions sur un bateau Carl et moi car je chantais sur une croisière puis j’ai dit à Carl ‘’Ca me stresse quand est-ce que je vais trouver le temps d’écrire ce livre ?’’ et il m’a dit ‘’Là arrête de stresser on va te faire un horaire’’ Comme je suis une fille très disciplinée et que je respecte toujours mes horaires, je ne remets jamais rien à demain, alors on se fait un horaire. On a décortiqué mon horaire très déjà compliqué, on a essayé des fois c’était une heure, des fois deux heures, des fois c’était 3-4 heures d’écriture, puis j’ai toujours respecté ces horaires-là. Il y a des jours, j’arrivais chez-moi fatiguée et Carl me disait ‘’Oublie pas t’as deux heures à faire’’ et je lui disais’’ Je le sais’’.

Puis le livre est sorti, j’ai réussi puis en même temps ce fût presqu’un thérapie. Je n’en ai jamais faite, puis je n’ai jamais voulu rentrer là-dedans. D’écrire un livre, c’est quelque chose de particulier. Parce que quand je racontais des affaires qui m’avaient faite mal, on dirait que je les racontais mais toujours en riant un peu. Puis en disant, il y a des gens qui sont ben pires. Mais quand tu écris ton histoire, si tu veux que les gens soit capable de le lire puis d’embarquer dedans pour vrai, il faut que tu la raconte comme il faut. Si la pièce était sombre et que ça sentait telle affaire, faut que tu le décrives. En le faisant ça vient te chercher, veut, veut pas ça te ramène la dedans, tu le revis, donc c’était très difficile mais en même temps ça fait du bien. Ça règle les choses.

Moi je pensais dans ma vie d’avoir été capable de tasser pleins de choses, puis dire ok ça ça existe plus, c’est du passé. Mais ça reste toujours en dedans de toi. Mais là, j’ai été capable de le sortir et de dire ‘’ Ceux qui sont autour de moi, qui ne sont pas bien avec ça ben, ils feront leur chemin à eux. Le mien, il est fait. Ça fait plus de quarante ans que je vis avec ça, puis que ça me fait mal, j’ai fait ma part, à vous maintenant de faire votre bout de chemin’ ’Par contre avant, j’ai parlé à ma mère et à mes deux frères car ce sont les personnes les plus proches de moi concernés intimement, puis je leur ai dit ‘’Si vous ne voulez pas, je ne le ferai pas, mais si vous me dites que vous autres vous êtes capables de vivre avec ça, je vais le faire puis si vous voulez le lire vous le lirez sinon je ne vous oblige pas. On est ensemble, nous nous aimons déjà tout est pardonné, ce chemin-là, il est fait’’ Mes deux frères ne l’ont pas encore lu et je respecte ça. Ils ne sont pas obligés de le lire. Ma mère l’a lu, je pense quatre fois.

Donc, ce livre-là a été pour moi une longue étape mais je suis contente de l’avoir fait, ne serait-ce que pour donner l’exemple à mes filles. Moi je suis toujours là à prôner que la vie est belle et qu’il faut toujours être positif. Mais, il faut dire les vraies choses et pourtant moi ces choses- là, je ne l’ai avait jamais dites. Mes filles ne savaient pas le quart de mon histoire. Dans la vie, il faut savoir d’où notre mère vient, il faut savoir pourquoi des fois elle est triste, pourquoi quelquefois elle a de la misère à vivre une telle situation, faut savoir les blessures qu’elle a eu, nous ne sommes pas parfaits.

Quand j’ai commencé à être une mère ce n’était pas écrit maintenant vous êtes parfaite et vous ne ferez plus jamais aucune erreur. Je ne pense pas que personne ne puisse se vanter de cela.

Lyne : Quel âge ont tes filles

Guylaine : Marilyne celle qui est partie va avoir 26 ans en décembre. Mélissa a eu 23 ans et Marie-Pier 18 ans. Il m’en reste deux à la maison et je suis contente car ça fait de la vie quand j’arrive à la maison. C’est leur maison à vie.

Lyne : Tes filles doivent être fières de toi!

Guylaine : Oui, elles sont fières puis en même temps, c’est drôle mais on dirait qu’elles prennent cela comme une leçon. Elles se disent notre mère a tellement travaillé fort mais elle nous a tout le temps dit qu’elle ne travaillait pas pour être connue, qu’elle ne travaillait pas pour l’argent. Tu sais Lyne, c’est vrai, car il y a eu des années, il n’y en avait pas, il y avait juste le bonheur de chanter. Les filles l’ont vu, elles en ont eu connaissance de ça et maintenant qu’il m’arrive pleins de belles affaires, elles se disent elle n’est pas plus heureuse qu’avant. Elles savent que je le faisais pour les bonnes raisons. Je trouve que c’est important, il ne faut pas travailler pour la gloire, parce que la gloire des fois ça peut être éphémère. Pendant 25 ou 30 ans tu en arrache, puis un jour il y a un peu de gloire, il faut savoir que la gloire, tu ne la traine pas partout, t’as besoin d’être solide, d’avoir un équilibre, puis mes filles, c’est mon équilibre. Ma vie à la maison est aussi importante que la musique. J’ai besoin de tout ça.

Lyne : La suite demain, avec la sortie de son album et du spectacle 3764 Elvis Presley BLVD et de son album et du spectacle qu’elle présentera au Centre Vidéotron Que les fêtes commencent.

Lyne LaRoche

 




Entrevue avec Guylaine Tanguay - 18 novembre 2018

Enfin son immense talent est reconnu partout

Pour Guylaine Tanguay la vie quotidienne se déroule à la vitesse d'un marathon, mais elle rayonne et son bonheur est contagieux.

Cette semaine, j’ai eu le privilège de passer du temps avec la chanteuse Guylaine Tanguay afin de parler son album de Noel Que les fêtes commencent et de son spectacle qui aura lieu le 22 décembre prochain au Centre Vidéotron. Elle m’a accueillie comme si j’étais son invitée spéciale, et croyez-moi, elle s’est recevoir la Guylaine car c’est autour d’un verre de bulles que nous avons parlé, parlé et parlé de tout ce qui lui arrive.

Lyne : Coup donc as-tu le temps de dormir?

Guylaine : Il y a plein de monde qui me demande ça depuis quelques temps, comme nous faisons beaucoup de route, je dors bien dans la voiture. J’ai mes doudous, mon coussin, j’enlève mes chaussures et je me mets très à l’aise. C’est souvent là que je dors paisiblement. Mes nuits sont assez courtes mais j’ai appris à dormir quand c’est le temps.

Lyne : En ce moment tu es partout, que ce soit avec ton spectacle Le livre vert, le show Guylaine chante Céline, tu viens de sortir l’album 3764 Presley Boulevard et tu es en préparation du spectacle, tu participe à plusieurs revues musicales, tu as sorti un album du temps des fêtes et tu présenteras un gros show au Centre Vidéotron le 22 décembre prochain du même titre que ton dernier album Que les fêtes commencent. À travers tout ça, tu as réussi à écrire ton livre La ligne droite. Qu’est-ce qui s’est passé, pour que la fille qui était reconnue pour être une championne du yodeling canadien, celle qui faisait quelques apparitions télé quand le thème était le country puis d’un seul coup on la voit et on l’entend partout?

Guylaine : C’est comme une recette, c’est un mixe de tout. Carl et moi nous travaillons très fort depuis des années. Je pense que nous sommes allés chercher les gens un par un, kilomètres par kilomètres durant des années. Un jour nous avons décidés de faire une association avec Roland Lefebvre des Disques Création et nous avons sorti les albums en magasin. Ce que  je n’avais jamais fait avant avec mes produits country. En faisant ça, c’est comme si nous avions ouvert un peu les portes. Ceux qui me connaissaient déjà sont allés acheter en magasin mes disques, ceux qui ne me connaissaient pas se sont dit ‘’C’est qui cette fille-là ?’’Car après ça, tout s’est enchainé, les disques se sont vendus et les médias voulaient savoir qui j’étais. J’ai fait toutes les entrevues possibles et inimaginables, et ça piqué la curiosité des gens. Aujourd’hui, je retrouve des gens qui viennent à mes spectacles et qui me disent,’’ Moi je ne suis pas amateur de musique country, mais j’ai vu une fille à la télé qui avait de l’énergie, j’ai aimé ton attitude puis je suis allé acheter ton CD. C’est bizarre, il n’y avait rien de prévu dans tout ça, on dirait que les gens ont aimé ma personne puis après ma musique. La recette parfaite on ne la connait pas parce qu’on l’aurait faite bien avant. C’est un peu cliché, mais je pense que je me suis retrouvé sur mon X au bon moment. Il y a un peu de moi là-dedans, tu sais Lyne, je n’ai jamais voulu qu’une grande carrière décolle, car j’avais mes filles à la maison, c’était très important pour moi d’être là pour elles. De partir juste de temps en temps, juste la fin de semaine c’était correct comme ça pour moi. On dirait que je fermais tout, je bloquais tout, puis à un moment donné les filles vieillissent, elles sont de moins en moins là, elles font leur vie alors un jour je me suis dit : Là je pense que j’ai le droit, c’est comme à mon tour un peu. Puis à partir du moment ou je me suis donné la permission toutes ces belles choses sont arrivées et ça continue à chaque jour.

Lyne : On voit que tu t’amuses, que tu aimes chanter et que tu aimes le monde. Plus ça va plus les gens s’aperçoivent que tu peux chanter n’importe quoi car tu as un talent immense, avec tout ce qui t’arrive aujourd’hui tu dois être fière en bebitte

Guylaine : Tu sais dans mes débuts, ça arrivait très souvent qu’on m’invitait juste pour faire du yodeling et j’avais aucun problème à faire ça, parce que c’est ça que je faisais quand j’étais toute petite. Je trouvais ça le fun que les gens m’associent à ça. Il y a même des gens qui me disaient ‘’T’es pas insulté de ça qu’on t’invite à la télé ou à la radio juste pour faire du yodeling car tu peux faire autre chose? Je disais non, je vais faire mes preuves puis après ça, s’ils ont besoin de moi pour faire autre chose, inquiète-toi pas qu’ils vont me faire de la place. Un jour, quelqu’un m’a entendue chanter en autre à l’émission Belle et Bum. Eux, ils m’ont tout le temps fait faire autre chose, ils m’ont toujours amené ailleurs car ils savaient que je pouvais faire autre chose, et j’embarquais là-dedans. Il fallait que je fasse mes preuves et que je démontre aux gens que je pouvais faire autre chose que du yodeling. Il fallait aussi que je me fasse une crédibilité. Carl et moi on a monté l’escalier une marche à la fois et oui je peux dire que nous sommes fières. Et je n’ai jamais changé. Il y a une Guylaine et les gens qui me connaissent peuvent le dire, quand on mange en famille avec Guylaine c’est la même personne, à la maison, sur la scène ou entre nous, il y en a juste une Guylaine. Quand j’ai commencé à être un petit peu plus connue, j’ai dit à mon monde, vous ne commencerai pas à me dire là Guylaine tu ne peux plus dire ça, tu ne peux plus parler comme ça, tu ne peux pas faire telles farces, je leur ai dit, je sais ce que je dois dire au bon moment, puis si les gens m’aiment ils vont me suivre. Puis vois-tu ca marché, le monde est là pour moi. Dans la vie, je n’ai pas besoin de me transformer, la chanteuse c’est la même personne que dans la vie quotidienne. Pour moi, il n’y a pas d’hiérarchie, il n’y a personne de plus important qu’un autre. Chaque être humain est important.

Lyne : Débutons avec l’album et le show Mon livre vert

Guylaine : Le livre vert, c’est le cahier à anneaux dans lequel ma mère avait regroupé les chansons qu’elle interprétait dans les années 1970 et 1980. J’ai grandi avec ces chansons. Ce spectacle est l’histoire de ma jeunesse et de ma famille et celle de tout le monde. La réaction des gens est super bonne. Tout au long du spectacle le public chante, les gens embarquent avec moi, ils chantent les chansons qui ont aussi marqué leur jeunesse à eux aussi.

Lyne : Parlons maintenant de ton spectacle Hommage à l’œuvre musicale de Céline Dion

Guylaine : Ça s’est terminé, c’est un bonheur que je me suis fait pour mon anniversaire, quand j’ai eu 45 ans. Je me suis payé la traite en faisant ça. Ben, je dis que c’est terminé mais si un jour, j’ai l’opportunité de le refaire, si quelqu’un me le demande pour un événement spécial, si ça peut servir pour une cause, alors ce sera avec grand plaisir. Mais moi, je ne repartirai pas en tournée avec ce spectacle.

Demain, je vous présenterai la suite de cette entrevue. Guylaine nous parle, de son album 3764 Elvis Presley Boulevard, son livre La ligne droite, son album et le spectacle Que les fêtes commencent qu’elle présentera le 22 décembre prochain au Centre Vidéotron.

Lyne LaRoche




Martin Vachon - 15 novembre 2018

Martin Vachon

Une première date réussie

Hier soir, Martin Vachon présentait son premier one man show à la salle Albert Rousseau. Connu pour ses rôles de comédien et d’animateur dans Mémoires Vives, Cheval-Serpent, Ma première fois, Les magnifiques et plus encore…ce soir, c’est comme humoriste qu’il a cassé la glace et pour une première date avec le public, c’était tout à fait réussie.

Dès son entrée de jeu, il prend d’assaut la scène et il nage comme un poisson dans l’eau. Visiblement fier de présenter son 1ER ONE MAN SHOW, l’humoriste montre une autre facette de lui et il a autant de plaisir que son public.

Pendant 90 minutes sans entracte, il nous raconte ses expériences de vie toutes aussi drôles les unes que les autres.

Pour appuyer ses dires, des photos et des vidéos sont projetées sur des écrans géants. Il a eu la brillante idée d’avoir recours à des preuves visuelles afin de nous prouver que ses histoires ne sont exagérées en rien. Que ce soit l’accouchement de sa femme, son mariage, sa visite au Parc Safari, son expérience comme lutteur, son audition pour Cheval-Serpent, sa balade en Montgolfière, sa dépendance aux chips assaisonnées, ses séances de Yoga et son fameux voyage à Las Vegas qui est un numéro complètement hilarant, avec lui on ne voit pas le temps passé. Ses mimiques, ses déhanchements et son petit air de gars doux et tendre font craquer l’assistance au grand complet. Il est drôle et attachant.

Bilan

En plus d’avoir le talent indéniable de faire rire, le beau bonhomme sait comment partager ses expériences afin de créer une connexion entre lui et son public. J’ai tellement ri, que j’en ai mal aux côtes.

Faites un gros zoom sur l’humoriste Martin Vachon, car assurément, il est là pour rester longtemps.

Produit par le Groupe Entourage, pour son 1ER ONE MAN SHOW la mise en scène très efficace a été confiée à Dominic Sillon (Dominic et Martin).

Il sera de retour en supplémentaire le 30 avril et le 1 juin 2019

Pour connaitre toutes les dates

www.martinvachon.ca

Lyne LaRoche




Les Belles-soeurs - 07 novembre 2018

Les Belles-sœurs, autour des timbres et du Bon Dieu

En 1968, un jeune auteur montréalais propose un texte qui sera lu pour la première fois devant publique au Théâtre d’Aujourd’hui. L’été suivant, c’est au Théâtre du Rideau Vert, qu’est présentée la toute première représentation de ce qui deviendra un classique du théâtre québécois. Dans le cadre du 50e anniversaire de sa création, les Belles-Soeurs, ont mis leurs armoires de cuisine, leur table et quelques chaises dans un camion pour visiter le Québec.

Du 7 au 25 novembre, c’est dans un théâtre Le Capitole de Québec complétement rénové, que la gang de femmes au foyer de Montréal colleront leurs timbres Gold Star.

Les belles sœurs nous replongent dans les années soixante, dans un Québec encore complexé, de personnes nées pour un petit pain. A une époque où les femmes n’avaient que peu d’instruction, où l’on pouvait trouver le bonheur à quelque part entre des timbres et le bon Dieu. Ayant remporté un million de timbres Gold Star, lui permettant de se procurer une panoplie d’articles, Germaine Lauzon (Kathleen Fortin) fait appel à sa sœur et ses voisines pour une soirée de « collage ».

Tout comme Le Capitole, les Belles-sœurs ont subi une cure de jeunesse. En 2010, la musique de Daniel Bélanger se greffait aux paroles et à la mise en scène de René-Richard Cyr pour créer une version musicale de l’œuvre de Michel Tremblay.

La recette est plus que réussie. Les chansons de Cyr et Bélanger, loin de dénaturer l’œuvre originale, ont amené ce classique du théâtre québécois dans une dimension dynamique moderne dans décor d’hier. A travers les traits de caractère des personnages, à travers leurs propos, on vivra au rythme des premiers pas de l’émancipation, encore hésitante, de la femme. La quête du bonheur, l’espoir timide et un défaitisme senti font partie du paysage de l’époque.

Les Belles-sœurs, version 2018 bénéficie d’un casting solide et juste. Les comédiennes au jeu impeccable savent aussi très bien chanter. Bien que le travail des personnages secondaires Éveline Gélinas (Pierrette Guérin), Édith Arvisais (Linda Lauzon), Sylvie Ferlatte (Angéline Sauvé), Geneviève Alarie (Thérèse Dubuc), Geneviève St Louis (Marie-Ange Brouillette), Jade Bruneau (Desneiges Verrette), Michelle Labonté (Yvette Longpré), Frédérike Bédard (Olivine Dubuc), Hélène Major (Lisette de Courval) et Monique Richard (Rhéauna Bibeau) soit plus qu’efficace, le jeu de Sonia Vachon (Rose Ouimet) et Kathleen Fortin (Germaine Lauzon) est parfait. Les mélodies de Daniel Bélanger sont accrocheuses et les répliques colorées du texte de Tremblay restent, encore aujourd’hui, de petits bijoux. Les chansons naviguent entre la comédie et le drame, faisant inévitablement appel à la réflexion. L’ingénieuse mise en scène de René-Richard Cyr exploite habilement le décor ou le dessus des armoires de cuisine sert de zone tampon aux comédiennes hors scène. Des deux côtés de la scène, quatre musiciens partiellement visibles, viennent ajouter une touche fort intéressante à ce spectacle.

Au final, on comprendra que le bonheur n’est pas toujours facilement au rendez-vous mais que ce groupe de « matantes » aura un peu tracé le chemin vers l’égalité de la femme.

Une excellente pièce à voir absolument!

Après l’arrêt à Québec, les Belles-sœurs déménageront leurs pénates à Sherbrooke pour une série de représentations au début de la prochaine année.

Vous pouvez les suivre via le bellessoeurs.ca

Claude Gignac




Christophe Maé - 27 octobre 2018

Le bonheur au Centre Vidéotron

Hier soir, plus de 4000 personnes s’étaient déplacé afin d’aller à la rencontre du chanteur français Christophe Maé. Il n’aura fallu qu’une seule apparition à la télévision québécoise, soit En direct de l’univers pour que l’artiste se taille une place de choix dans le cœur du public. Dès le lendemain matin, sa chanson Il est où le bonheur s’est retrouvé sur toutes les lèvres. Jamais, selon ses dires, il n’aurait pensé que de faire plaisir à un artiste du Québec en chantant sa chanson préférée, aurait propulsé sa carrière aussi vite.

À son entrée en scène, Christophe Maé n’a pas caché sa joie d'être là. Il a pris le temps de se promener sur la scène de gauche à droite afin de voir tout le monde et de les saluer. Il a débuté la soirée avec Mon paradis, La rumeur, 40 ans demain des chansons qui donnent le goût de se laisser aller mais quand il a entamé Il est où le bonheur, ce fût des applaudissements et de l’hilarité partout dans l’Amphithéâtre. Maé était visiblement très ému et content de voir que tout le monde chantait les paroles de sa chanson fétiche.

Il est même descendu au parterre pour être plus près de ses fans afin de faire quelques selfies et donner quelques poignées de mains. Et croyez-le ou non, pour la finale, il a endossé un chandail des Nordiques. On peut dire sans l’ombre d’un doute qu’il a compris le principe avec les québécois, si tu les charme, il y a de fortes chances que qu’ils te suivent longtemps.

Le répertoire de Christophe Maé est plutôt pop, avec de petites touches de soul et de reggae ce qui donne un party comme on les aime.

Mes coups de cœur

Les chansons Maman et Ca fait mal pour la qualité des textes. Il est le bonheur parce que cette chanson me rend heureuse et qu’en plus c’est un ver d’oreille.

Bilan

Il est où le bonheur, c’est assurément la rencontre entre un chanteur français et un public québécois qui ont deux univers différents mais qui s’allient pour une grande et belle fusion musicale !

Première partie

La tâche de réchauffer l’assistance du Centre Vidéotron avait été confié au talentueux King Melrose. Même si son visage est peu connu et bien tout le monde chantait ses succès, dont l’entrainante chanson Ne me laisse pas tomber. Il a bien réussi à transmettre son énergie au public, avant l'arrivée de Christophe Maé. Lui qui a travaillé très fort dans les bars et dans les événements corporatifs a eu la preuve que petit train va loin même si la route est parfois cahoteuse, car c’est avec une touche d’humour qu’il a remercié Christophe Maé d’avoir bien voulu faire sa deuxième partie.

www.christophe-mae.fr

www.kingmelrose.com

www.lecentrevideotron.ca

Lyne LaRoche

 




Guylaine Tanguay - 25 octobre 2018

Guylaine Tanguay, tout simplement irrésistible

Chaudement accueillie hier soir au Centre d’art la Chapelle, la reine du country québécois Guylaine Tanguay présentait son spectacle Mon livre vert. Entourée de ses quatre musiciens, elle a offert à ses fans une soirée plus que parfaite.

Puisant dans les titres qui nous ont marqués et connus de tous, c’est avec simplicité et originalité mais surtout avec un grand talent qu’elle les a interprétés. Pour en nommer que quelques-uns Partons la mer est belle, Le cœur ne vieillit, J’ai dit non, Lâche pas la patate, À qui le p’tit cœur après neuf heures, Tout le monde veut aller au ciel et plus encore. Elle a repris le grand succès de Kain, Embarque ma belle à la façon Guylaine Tanguay et c’est vraiment bon. Mais les frissons étaient au rendez-vous pour tout le monde quand elle a livré“I Will Always Love You“ de Whitney Houston, sa version était carrément hallucinante!

Ce petit bout de femme peut chanter n’importe quoi car l’étendue de son registre vocal est incroyable.

Pas surprenant qu’elle soit au sommet des palmarès à voir les réactions particulièrement enthousiastes du public ce soir devant Burning Love, Suspicious Minds, Don’t Be Cruel / (Let me Be Your) Teddy Bear, Blue Suede Shoes, That’s All Right Mama sans oublier Can’t Help Falling in Love, tous des titres que l’on retrouve sur son dernier opus 3764 Elvis Presley BLVD, hommage au King Elvis Presley.

Bilan

Quoi qu’elle chante Guylaine Tanguay nous offre toujours des interprétations à en couper le souffle. Et son énergie contagieuse est à son comble quand elle nous livre son Yodeling.

Guylaine Tanguay sera de retour sur la scène du Centre d’art la Chapelle encore ce soir.

Première partie

Je m’en voudrais de passer sous silence la première partie, assurée par Menoncle Jason. Originaire de Memramcook, au Nouveau-Brunswick, le chanteur a offert aux gens du Centre d’art la Chapelle des chansons country rétro teintées d’une touche d’humour. C’est un chanteur à découvrir!

Pour plus d’informations : 

www.guylainetanguay.ca

www.menonclejason.bandcamp.com

Centre d’art la Chapelle Billetterie : (418) 641-6032

Le centre d'art La Chapelle vous offre une salle de 196 places au charme unique et intime, reconnue pour la qualité et la variété des spectacles qui y sont présentés. Son service personnalisé et la facilité avec laquelle on peut échanger avec les artistes en fait un petit bijou de salle à découvrir.

Pour connaitre toute la programmation

www.centredartlachapelle.com

Lyne LaRoche

 

 

 

 

 




Lise Dion Chu rendue là - 18 octobre 2018

Avec Chu rendue là,

Lise Dion est au sommet de son art

C’était soir de première ce jeudi à la salle Albert Rousseau pour l’humoriste Lise Dion qui présentait son quatrième spectacle Chu rendue là.

Toujours aussi authentique et attachante, l’humoriste livre encore une fois un spectacle ou tout le monde s’identifie. Avec sa gestuelle bien à elle, ses mimiques et ses expressions, elle nous raconte une histoire navrante, je dirais même décourageante et elle réussit à nous fait rire.

Naturellement, elle y va avec des valeurs sûres. Elle nous parle encore de son Marcel qui s’est remarié avec une Cubaine, du traitement qu’on donne aux personnes âgées via les prisonniers, de son chien, des sites de rencontres sur internet et de sa coiffeuse au franc-parler.

Elle rit toujours d’elle-même, de son corps qui change, des chairs qui ramollissent avec l’âge, sa patience qui s’effrite facilement, sa mémoire qui lâche, l’insomnie qui prend une place dans son lit et qu’en plus, elle n’a plus de retenue quand elle a envie d’uriner. Sa façon de parler de sexe ouvertement est hilarante. Les baby boomers se reconnaissent et les rires fusent allégrement.

Sa force est sans contredit sa simplicité et son aisance sur la scène. On a l’impression de retrouver à chaque fois une amie de longue date qu’on n’a pas vu depuis longtemps. Brillamment, elle livre un show parsemé de réflexions et on rit à en avoir mal aux côtes.

À 62 ans, l’humoriste est rendue là. C’est sans flafla qu’elle invite son public cible à prendre les petits travers de la vie avec humour. Lise Dion a encore une fougue incroyable, et je parie que même si elle dit que c’est son dernier show, je suis certaine qu’il y en aura un autre. Entre temps les supplémentaires de Chu rendue là continuent de s’ajouter.

Cette-fois-ci, Lise a fait confiance à Josée Fortier pour sa mise en scène. Josée est peu connue du grand public pourtant elle a travaillé sur plusieurs émissions et avec de grands noms dont : Céline Dion, Claude Meunier, André Sauvé, Yvon Deschamps, Véronique Dicaire, Stéphane Rousseau…Elle a aussi fait la mise en scène de quelques galas Juste pour rire et les galas des Gémeaux. Lise Dion a eu un bon flair.

Bilan

Lise Dion est tordante, j’en ai eu mal aux côtes tellement j’ai ri!

Chu rendu là, le show à voir absolument!

Pour connaitre toutes les dates de la tournée

Lyne LaRoche




Sylvain Cossette - 17 octobre 2018

 

80s un show mémorable

Sylvain Cossette livre que des hits coup sur coup

Hier soir au Capitole de Québec, Sylvain Cossette et sa gang ont transformé le Capitole de Québec en énorme piste de danse en plongeant essentiellement dans les hits des années 80.

Après avoir connu un grand succès avec son incursion dans les années 70, cette fois-ci, il s’attaque aux années 80 comme seul lui peut le faire. C’est à plein régime, qu’il a livré plus d’une quarantaine de chansons et son public était plus complice que jamais. De toute façon, c’était carrément impossible de ne pas succomber à l’entrain du chanteur et de ses musiciens.

Il a débuté la soirée avec Never tear Us Apart, Let’s Dance, What You Need, Relax, Every Breath You Take, Don’t You Forget, Everybody Wants To Rule The World, Broken Wings juste pour vous donner un petit aperçu. Vous comprendrez que ça ne faisait pas 10 minutes que le show était commencé que déjà les gens étaient debout.

Les éclairages étaient fabuleux, le son impeccable et la mise en scène était drôle et efficace. La complicité entre les gars était palpable. Il faut dire que Sylvain laisse de la place à ses musiciens car à différents moments de la soirée nous avons eu droit à de belles démonstrations de leur savoir-faire pour notre plus grand plaisir.

À aucun moment de la soirée, l’ambiance ne s’est essoufflée. Plus la soirée avançait, plus l’ambiance était survoltée. Quand il a interprété la chanson la plus populaire des années 80 soit Never gonna give you up de Rick Astley, tout le monde s’est levé d’un grand coup. Même si 99% des chansons qu’il interprète sont anglophones, il fait un clin d’œil à Patrick Bourgeois avec Loulou et Fais attention et à Normand Brathwaite avec Des larmes de métal.

Mes coups de cœur

Purple Rain, Lady in red, I just call et Africa

Bilan

Sylvain Cossette encore une fois nous en met plein la gueule. C’est fou, il peut chanter n’importe quoi, sa voix est toujours aussi impressionnante. Littéralement une bête de scène, il brûle les planches et son plaisir est très communicatif. La preuve, après deux heures de shows et plus d’une quarantaine de chansons tout le monde en aurait pris encore et encore, personne ne voulait partir, c’était tellement bon. Il a eu droit à plusieurs ovations durant la soirée et c’était plus que mérité.

La tournée des années 80s, un show incontournable !

Il sera de retour ce soir au Capitole

Pour connaitre toutes les dates de la tournée

www.sylvaincossette.net

Lyne LaRoche

 




Anthony Kavanagh - 17 octobre 2018

https://destinationvilledequebec.com/CKFinderJava/userfiles/images/P1050900.JPG

Anthony Kavanagh donne des conseils

Brillamment avec Showman

Hier soir à la salle Albert Rousseau, l’humoriste Anthony Kavanagh présentait son tout nouveau spectacle Showman.

Un show original ou la danse, l’improvisation, les mimiques, l’énergie, l’émotion et l’humour se marient parfaitement bien ensemble. Ajoutez à cela une aisance sur scène et un charisme incroyable. Au final, ça donne des moments divertissants et complètement hilarants.

Durant près de deux heures sans entracte, il nous partage sa vision de la vie. Tout d’abord, il explique comment faire un bon show d’humour en donnant des exemples et il coche à mesure ce qu’il fait. Il choisit dans l’assistance deux têtes de turc auquel tout au long de la soirée, il leur tire la pipe. Les gens rient car plusieurs bons gags ressortent fortement dans ce numéro.

Par la suite, il meurt sur scène, il est étendu de tout son long sur le sol avec son habit à paillette même mort, il brille. Après un court instant, il revient sur terre pour soi-disant donner des à son public, qui représente des âmes. Tout ça afin que les gens améliorent leur séjour sur terre et qu’ils comprennent les êtres humains.

https://destinationvilledequebec.com/CKFinderJava/userfiles/images/P1050925.JPGhttps://destinationvilledequebec.com/CKFinderJava/userfiles/images/P1050875.JPG

 

Les hommes, les femmes, la vie de couple en générale, Céline, la vie, la mort, l’amour, le bonheur, le pardon tous les sujets y passent. Anthony Kavanagh est vite et vif d’esprit. Son sens de la répartie lui sert bien. Il y va même avec des imitations dont celles de René Angelil, Cœur de Pirate, Boucar Diouf…et il fait quelques clins d’œil à Anne Marie Losique, Donald Trump, Éric Salvail, Corneille et bien d’autres.

Avec Showman, l’humoriste offre à son public un show à la hauteur de toutes les attentes.

Anthony Kavanagh présentera Showman en supplémentaires à la salle Albert Rousseau le 22 mai 2019. Pour connaitre toutes les dates de sa tournée visitez :

https://www.evenko.ca/fr/artistes/7284/anthony-kavanagh

www.sallealbertrousseau.com

Vous pouvez le suivre sur les médias sociaux :

Facebook : @ Anthony. Kavanagh.Officiel

Twitter :@kavanaghanthony

Instagram : kavanagh.anthony

Lyne LaRoche




Albert Rousseau revampée - 17 octobre 2018




Mon nom est Johnny Cash - 16 octobre 2018

 Cliquez sur la photo

Mon nom est Johnny Cash

Un hommage à l’homme en noir

Afin de souligner le quinzième anniversaire de la mort de Johnny Cash, plusieurs belles voix du Québec dont Paul Daraiche, Laurence Jalbert, Guylaine Tanguay, David Thibault, Ludovic Bourgeois et Tommy Charles se sont réunis ce mardi sur la scène de la Salle Albert Rousseau pour présenter le spectacle Mon nom est Johnny Cash.

C’est dans le répertoire de celui qu’on appelait The man is black qu’ils ont puisé plus d’une trentaine de chansons nous livrant chacune d’elles en y ajoutant leur couleur et leur intensité personnel.Les amateurs de country en ont eu pour leur agent car les artistes ont réussi à reproduire l’émotion et la simplicité qu’avait l’homme en noir.

Johnny Cash nous aura laissé un bel héritage discographique et ce soir, cette belle brochette d’artistes nous aura livré un spectacle à la hauteur de toutes nos attentes.

Pour débuté la soirée, tous les artistes ont uni leurs voix pour chanter un des grands succès de Johnny I walk the Line, le public a immédiatement manisfesté son appréciation.

Par la suite presque tous les hits de celui qu’on appelle l’icône de la chanson country nous ont été servis brillamment.

Mes coups de cœur

Ring of fire (Guylaine Tanguay), Hurts (tout le monde ensemble) Cry, Cry, Cry (Paul), Cocaine Blues (David) Sunday Morning Coming Down (Laurence) A Boy Named Sue (Tommy Charles) That Old Wheel (Ludovick) et Big River (Ariane en remplacement de Brigitte Boisjoli)

Bilan

Tout ensemble, ils ont fait revivre l’homme en noir en toute simplicité et c’était franchement bon!

Lyne LaRoche

 




Tommy Dosey Orchestra - 14 octobre 2018

« The legendary Tommy Dorsey orchestra" :

Un dimanche après-midi qui swingue à la New-Yorkaise!

Hier après-midi, la salle Albert-rousseau recevait le légendaire orchestre de Tommy Dorsey, renommé pour être un des plus prestigieux au monde.

Entouré de quinze musiciens, le directeur musical Terry Myers, nous a offert un hommage à Frank Sinatra, interprété par le talentueux Bryan Anthony. C’est avec sa voix de crooner semblant appartenir à une autre époque, celle où les big bands nous offraient de la musique avec piano, contrebasse et cuivres, que les chansons de Sinatra ont été livrées avec élégance.

Dans une salle majoritairement composé d'un public à la retraite, l'orchestre s'est réchauffé en nous jouant un morceau instrumental, avant que Bryan Anthony arrive sur scène en interprétant « Come Fly with me » et«I'll never smile again » . Déjà, je m’imaginais dans les années 50 avec le Rat Pack dont Sinatra était le leader incontesté.

Par la suite, la saguenéenne à la voix d'or, Annie Villeneuve, invitée spéciale, est arrivée sur scène vêtue d'une magnifique robe longue noire, nous interprétant « At last" et « You make me feel so young ». Elle nous a raconté que c'était la première fois en quinze ans de carrière, qu'elle avait la chance de vivre ce genre d'expérience. De chanter avec un orchestre aussi renommé. ‘’Je me sens comme une Diva’’ C’était tout simplement magnifique!

Monsieur Myers nous a expliqué que le Tommy Dorsey Orchestra a eu d'excellents batteurs, dont le célèbre Buddy Rich. C'est alors que le batteur canadien Rudy Petschauer nous a fait un solo extraordinaire!

Quand la chanson « Fly me to the moon" a commencé, la réaction du public a été immédiate.

Après l’entracte, M. Anthony et Mme Villeneuve nous ont chanté en duo « You can't take that from me". Leurs voix se mariaient à merveille.

L'orchestre nous a joué de très beaux morceaux dont un qui m'a fait sourire, « Night train", que l'on entend à la féérie dansante des sirènes, dans le film culte « Retour vers le futur".

Comment mieux terminer en beauté ce spectacle de musiciens exceptionnels qu’en nous faisant cadeau de « My way et « New York New York"!

Ce fût un véritable privilège d'avoir pu assister à un spectacle relatant une époque si marquante toujours autant appréciée des gens aujourd'hui encore.

Caroline Gagnon

www.sallealbertrousseau.com

www.buddymorrowproductions.com




Lara Fabian - 14 octobre 2018

Tendresse, émotion et puissance

Lara Fabian nous touche droit au cœur!

Durant une heure trente sans interruption devant plus de 6 000 personnes Lara Fabian a littéralement fait vibrer le Centre Vidéotron avec sa voix unique. Reprenant quelques-uns de ses grands titres tout en nous faisant découvrir de nouvelles chansons, elle s’est méritée pas moins de neuf ovations durant la soirée.

Entourée de cinq musiciens et de deux choristes, c’est avec une sensibilité incroyable qu’elle a livré ses chansons comme si elle offrait un bouquet de fleur à chacun d’entre nous.

Dès son arrivée sur scène les gens étaient debout pour l’accueillir. C’est avec Chameleon qu’elle a débuté la soirée, chanson de son dernier album anglophone. Par la suite, elle a enchainé avec ‘’Je t’aime’’. Il n’en fallait pas plus pour que son public lui démontre l’attachement qu’il ressent pour elle. Les On t’aime Lara fusaient de tous bords et de tous côtés.

Durant la chanson Humana le public s’est transformé en une immense chorale qui a touché au plus au point la chanteuse belge lui prouvant hors de tout doute l’amour inconditionnel qu'il lui porte. Chaque pièce qu’elle a interprétée, nous donnait la sensation d’être à la bonne place et au bon moment.

Lara n’a pas juste une voix puissante, elle sait comment déchanter afin de livrer les textes de ses chansons en douceur tout en émotion. Quand elle tient la note, on retient notre souffle afin de ne rien manquer, c’est tellement magique.

Le public a également eu droit à une de ses nouvelles chansons « Papillon », qui sera sur son nouvel opus qui sortira en 2019. Elle nous l’a présenté en nous disant quelle possède un son différent de tout ce qu’elle a fait auparavant.

Deux surprises

Pour rendre hommage à son amie Maurane décédée en mai dernier, elle a invité son ami, le chanteur George Perris à interpréter en duo la chanson Tu es mon autre. C’était très émouvant. Par la suite le chanteur grec a livré avec brio Broken Vow une des chansons de Lara

Félix Lemelin  un de ses protégés à La Voix est venu la rejoindre sur scène pour interpréter en duo Tu t’en vas, c’était de toute beauté. La fierté dans les yeux du coach Lara et dans les yeux de Félix était incroyable.

Mes coups de cœur

Pas sans toi pour l’émotion qu’elle nous a donné, La différence pour les mots qu’elle nous a partagé, Je suis malade pour son interprétation théâtrale et I Will Love Again qui nous a donné du gros bonheur.

Bilan

Un spectacle qui m’a donné des frissons, des larmes aux yeux et du gros bonheur du début à la fin Elle a un talent inné car comme tout le monde j’ai eu la sensation qu’elle avait chanté pour moi, rien que pour moi. Lara Fabian nous ressemble et avec sa voix elle nous rassemble.

http://www.larafabian.ca/spectacles/

Lyne LaRoche




Ca Avec André Sauvé - 04 octobre 2018

Ça livré par le haut gradé des réflexions André Sauvé

Hier soir pour la première médiatique de son tout nouveau spectacle Ca, André Sauvé a livré une performance parfaite au public de la Salle Albert Rousseau pleine à craquer.

Propriétaire d’un cerveau en constante ébullition, avec les années l’humoriste est devenu un haut gradé en réflexion. Dans sa tête, l’humoriste a un petit je ne sais quoi, qui part à gauche, part à droite mais qui reste centré sur l’essentiel, c'est-à-dire, faire rire et il y réussi parfaitement. Avec ce troisième one man show, sa logique nous amène dans l’exploration de la mécanique humaine. Il nous rappelle que juste vivre c’est de la folie en comparant l’immensité de l’univers et les mouches à banane et de l’orignal qui se promène avec un panache dans le but de copuler cinq minutes. Que personnellement il ne trouve jamais rien chez Jean Coutu et plus encore…

L’humoriste frisé-intelligent avec sa douce folie nous présente différentes façons de marcher et on y reconnait facilement certains êtres humains que l’on côtoie. Selon ses dires, après qu’il ait eu une conversation avec quelqu’un, il faut qu’il se couche les pattes en l’air avec une bouillotte car son cerveau envisage toujours quatre différentes avenues pendant une discussion banale. Son cerveau est toujours rendu plus loin pendant la conversation. Pas surprenant qu’il soit fatigué car juste à l’écouter il parvient à nous pousser à agir, à écouter notre petite voix, à se poser des questions comme suis-je dans la bonne traque et nous v'la nous aussi parti sur une chire.

Pas besoin de grand décor, pour raconter sa vie, on l’écoute avec attention. Rempli d’imagination, il partage ses insécurités, ses questionnements et ses émotions.

Avec CA André Sauvé nous prouve encore qu’il est un être unique, semblable à nous tous et que la meilleure façon de comprendre les rouages de notre vie, c’est de faire l’exploration de notre laboratoire intérieur.

Le spectacle Ca, c’est du délire des angoisses et du gros plaisir. Il est le seul humoriste de sa génération qui nous faire rire en compulsions. Ca, c’est encore du Grand Art livré par André Sauvé.

Un show à voir et à revoir!

Durée 1h45 sans entracte

Il sera de retour à la salle Albert Rousseau les 4-5 et 6 octobre

Pour plus d’informations

www.andresauve.com

Lyne LaRoche




Ce n'était qu'un rêve avec Guylaine Tanguay - 07 septembre 2018

Ce n’était qu’un rêve avec Guylaine Tanguay

Même si elle a le country tatoué au cœur, hier soir Guylaine Tanguay avait mis de côté ses bottes, son chapeau et son répertoire country afin de réaliser son rêve de petite fille, celui de chanter Céline au Capitole de Québec.

Dès la levée du rideau, elle a donné le ton à ce généreux spectacle avec la chanson I Drove All Night. Par la suite, c’est à travers différents tableaux qu’elle nous a transporté dans l’univers musical de son idole qu’elle a livré avec justesse et grâce. Avec ses interprétations épatantes, elle nous a prouvé son immense talent avec un naturel désarmant.

Entourée de sept musiciens dont deux qui ont déjà accompagné Céline en tournée et de quatre danseuses, c’est sans décor et sans flafla, juste avec son immense talent qu’elle nous a offert un spectacle dont le résultat final fût remarquable. En réalisant son rêve, c’est nous qu’elle a gâté. Elle a passée à travers tous les hits relatant tous les grands moments de notre Céline, dont Mon ami m’a quitté, D’amour ou d’amitié, Ce n’était qu’un rêve, Incognito, Unison, Where Does my Heart Beat Now, Pour que tu m’aimes encore, My Heart Will Go On, Une colombe, River Deep Mountain High, Love Can Move Mountains, J’irai ou tu iras, Vole, L’amour existe encore et plus encore…le public était conquis tout le monde était debout et l’acclamait. On pouvait voir dans les yeux de la petite Tanguay la fierté, elle était heureuse et comblée autant que nous.

Mes coups de cœur

Rappelons-nous de la très belle chanson Trois heures vingt qui jouait quand Céline est entrée dans l’église lors des funérailles de son époux René, et bien Guylaine nous a donné des frissons en l’interprétant.

Naturellement ce que nous attendions tous, c’était d’entendre la fameuse note de la magnifique chanson All by Myself. Tout le monde se disait va-t-elle réussir à tenir comme Céline nous a habitué à l’entendre? Et bien oui et avec brio. La salle au grand complet s’est levée d’un coup sec avec un trop plein d’émotion. De voir ce si petit bout de femme livrer de façon magistrale cette chanson, c’était plus grand que nature.

L’énergie et la passion qui se dégagent d’elle rend les gens heureux. Qu’importe ce qu’elle chante la reine du country québécois nous a démontré qu’elle met de la vie partout où elle passe. C’est beau de la voir.

Guylaine Tanguay sera de retour au Capitole le 27 avril prochain avec son nouveau spectacle consacré à Elvis Presley. Vous pouvez vous procurer son dernier album 3764 Elvis Presley BLVD.

Pour plus d’information :

http://www.lecapitole.com/fr/spectacles/guylaine-tanguay-elvis2018/

https://www.guylainetanguay.ca/

Lyne LaRoche

 




Bruno Pelletier et le Grand choeur Jukebox - 29 août 2018

 

La voix puissante et mélodieuse de Bruno Pelletier a résonné partout dans le Palais Montcalm

Après Luce Dufault, Patrick Norman, Nanette Workman et Marc Hervieux, c’était autour de Bruno Pelletier samedi soir dernier de partager la scène avec le Grand Chœur JukeBox au Palais Montcalm.

C’était impossible pour Bruno de décliner l’invitation. Car qu’on se le dise, c’est le rêve de tous les chanteurs d’avoir la chance de livrer au public son répertoire musical tout en étant entouré d’un chœur de 200 choristes. La scène de la salle Raoul-Jobin était disposée de façon à ce que chacun des musiciens et des choristes soit tout autant à l’avant plan et fasse partie d’un tout. C’était de toute beauté.

Il a débuté la soirée avec les chansons rythmées Coriace et S’en aller par la suite Regarde autour, une superbe chanson qui est un hymne à la vie mettant la prévention du suicide en premier plan, cause dont Bruno affectionne particulièrement. Mais fallait s’y attendre, la réaction du public s’est faite vraiment sentir quand il a entamé les premières paroles de La Manic. Sa voix, la musique et les paroles ont rempli d’émotion la salle au grand complet, car comme toujours, il a su se l’approprié comme si elle était sienne. On pouvait entendre une mouche volée tellement c’était magique.

Tout au long de la soirée, il nous a fait vivre plusieurs beaux moments. Il a pris le temps de présenter chacunes de ses pièces en y allant avec quelques anecdotes ce que les gens ont beaucoup apprécié. La complicité entre lui et le Grand chœur était palpable. On sentait le plaisir et la fierté qu’il avait d’être sur la scène avec toutes ces personnes qui chantaient les paroles de ses chansons. Ses performances vocales étaient à en couper le souffle. Il ne faut pas oublier que Bruno a une voix tout à fait particulière, elle apaise et dynamise. Pendant qu’il interprétait ses succès dont ‘’ Aime, Où que tu sois, Vivre sa vie, J’oublie ma folie, Ailleurs c’est comme ici ‘’ les gens du public ont lié leur voix aux choristes et les harmonies étaient parfaites.

Coup de cœur

La Manic, Miserere , le Temps des cathédrales et Nessum Dorma ont donné une source de chaleur et de réconfort à tous. On avait des frissons tellement c’était plus grand que nature. Sa voix et celle des choristes était une combinaison parfaite. Tout le monde était debout comme s’il venait de nous livrer à tous et à chacun notre quête du bonheur.

On l'impression que le chanteur ne vieillit pas, il a encore le feu sacré. Avec son charisme fou, il séduit et je m’amuse à dire, que c’est normal car il est un petit gars de Charlesbourg.

Il a terminé la soirée avec ‘’Je n’aurai pas le temps’’ tout en douceur

Bilan

Bruno Pelletier nous a fait passer par toute une gamme d’émotion, puissance, émerveillement, nostalgie, joie, tendresse, tantôt mélodique, tantôt rythmique. Avec sa voix magnifique appuyée par le Grand Chœur Jukebox, il nous a offert un spectacle grandiose et parfait sur toute la ligne.

Pour la cinquième  année, Productions Jukebox poursuit ainsi la mission mise de l’avant par Chanson internationale il y a 15 ans, soit de constituer un véritable répertoire de chant choral avec nos auteurs-compositeurs et interprètes québécois. Que nous réserve-t-il pour 2019 ? Je vous en reparle, c'est certain dès que j’en saurai plus.

Qu’est ce que le Grand Chœur Jukebox ? C’est plus d’une centaine de choristes provenant de différentes régions du Québec et de l’étranger qui unissent leurs voix afin d’interpréter le répertoire de nos artistes québécois.

Vous avez manqué ce spectacle unique et bien sachez que Bruno et le Grand Chœur Jukebox seront sur la scène du Monument National le 15 septembre prochain à 20hres

Un spectacle à voir absolument!

Pour plus d’information

www.monumentnational.com

www.brunopelletier.com

Lyne LaRoche




PIANO MAN EXPERIENCE - 22 août 2018

Piano Man Experience

Un feu roulant, bon du début à la fin

Une énergie et un plaisir contagieux

Hier c’était soir de première pour l’auteur-compositeur-interprète Christian Marc Gendron et son équipe qui présentait pour une série de huit représentations son spectacle Piano Man Experience au Théâtre Petit Champlain

Maintes fois on a vu l’auteur-compositeur-interprète Christian Marc accompagné nos vedettes dont France D’amour, Brigitte Boisjoli, Mario Pelchat…mais cette fois-ci assis en arrière de ses pianos, il est la tête d’affiche et ça donne un spectacle fabuleux.

Entouré de trois musiciens chevronnés : Frédéric Beauséjour à la basse, Gordon Wood à la batterie et le légendaire Toyo à la guitare, il maitrise son art à la perfection. Appuyé par une des plus belles voix du Québec son épouse Manon Séguin, c’est à travers différents medleys qu’il nous a fait voyager dans un univers musical apprécié de tous. Ce qui nous a donné par le fait même la chance de découvrir qu’en plus d’être un excellent musicien, il a une voix exceptionnelle.

Dès les tous débuts du spectacle, on se sent projeté dans les années 30 directement dans l’époque des pianos bars. Il nous sert un cocktail de chansons qui nous enivre tellement qu’on en veut encore plus et il nous en donne. De Jerry Lee Lewis en passant par Ray Charles, Elton John, Billy Joel pour ne nommer que ceux-ci, Christian Marc performe en interprétant les gros titres dont ‘’Georgia On My Mind, Hit The Road, Jack Jambalaya, Great Balls Of Fire, Tutti Frutti, New York, New York et Imagine du grand John Lennon.

Amoureux de la musique et des mots, il nous a offert aussi un volet francophone ou il a mis son talent d’imitateur à profit. Tout le monde est resté surpris quand il a interprété des Pleurs dans la pluie (Mario Pelchat), Une chance qu’on s’a (Jean-Pierre Ferland) et N’importe quoi (Éric Lapointe). Ses imitations étaient tellement sur la coche qu’on avait l’impression que Mario, Jean-Pierre et Éric étaient sur la scène si on se fermait les yeux. Par la suite il a enchainé avec Frédéric (Claude Léveillée) et Je voudrais voir New-York (Daniel Lavoie) qui lui ont mérité une vibrante ovation.

Avec du souffle plus qu’il n’en faut et l’arrogance d’interpréter de ces chansons parmi les plus difficiles avec ce qui semblait être d’une simplicité déconcertante, il s’est accroché un mini piano à queue autour du cou pour être plus proche de son public.

En deuxième partie, il invite ses musiciens à s’installer avec lui près du piano, dans le but de nous faire découvrir les talents de chanteurs de ses trois comparses. Frédéric a donné des frissons avec L’escalier de Paul Piché. Toyo a lui aussi performé avec son succès Angelie et Cold and Ice de Foreigner. Gordon nous a bien rire avec son N’importe quoi en version très très courte.

La sublime voix puissante de Manon Séguin interprétant, Je ne suis qu’une chanson de Ginette Reno, Angel de Sarah Mclachlan, Hello d’Adele et la magnifique chanson de Léonard Cohen Hallelujah lui a valu un tonnerre d’applaudissements.

Pour la finale, tout le monde était debout sur les airs de The Song, Crocodile Rock, Uptown Girl, Honesty et bien entendu le clou de la soirée Piano Man.

Bilan

Des harmonies qui ont su charmer les spectateurs, qui étaient déjà conquis dès les premières interprétations.

Le contact entre lui et le public se fait directement. Son immense talent, sa simplicité, son énergie, et sa volonté de partager sa musique le temps d’une soirée nous comble de bonheur.

Si vous êtes un amoureux de la musique et que vous désirez passer une soirée inoubliable Piano Man Experience, c’est le show à voir absolument. J’ose même dire qu’une fois ce n’est pas assez.

www.theatrepetitchmplain.com

Pour connaître les prochaines dates de la tournée : www.christianmarc.ca




Soirées Gladius et humour - 19 août 2018

Hier soir avait lieu la dernière soirée du Comédiha!Fest-Québec.Pour ce faire je me suis rendu sous le Grand Chapiteau à la Place Georges V et j’ai eu droit à trois spectacles de qualité.

Marthe Laverdière

18h30- Tout d’abord, qui ne connait pas Marthe Laverdière, celle qui est devenue un phénomène sur le web grâce à une capsule que sa belle-fille a mis un jour sur le web. Aujourd’hui, elle promène son spectacle un peu partout et hier soir, pour la première fois, j’ai découvert pourquoi, les gens l’aiment tant.

Elle ne se cache pas pour dire que les flaflas, elle n’en veut pas. Avec une simplicité tout à fait désarmante, elle a lancé ‘’Qu’il ne faut jamais mettre des masques’’ Une petite graine se met souvent dans une grosse poche et que la vie est belle’’ Impossible de ne pas l’aimer. Elle nous raconte ses anecdotes et on rit, on rit à s’en décrocher la mâchoire. Vêtue d’un simple t-shirt, d’un jeans et d’une casquette, cette colorée horticultrice nous a amené dans son univers teinté de folies contagieuses. Elle nous a fait rire et ce n’était même pas difficile pour elle, c’est un talent inné. Pas surprenant qu’elle fasse salle comble partout ou elle passe.

Martin Perrizolo

20h30- Une longue fille attendait pour assister au spectacle de Martin Perizzolo. Après avoir été le Benoit dans les fromages d’ici, le Poudy dans l’ gros show fromages, le faire-valoir de Maripier et le souffre douleur dans Les beaux malaises, le pince-sans-rire a fait rire tout en faisant réfléchir. Ses anecdotes étaient croustillantes. Il a abordé avec son ton unique des thèmes actuels dont les relations hommes-femmes, Tender, l’horloge biologique… il était hilarant. Pas besoin de vous dire, que le spectacle s’adressait aux 16 ans et plus car il y en avait pour défriser une matante pas à peu près.

Les soirées Gladius

21h30- Animés par Jean-Francois Baril et Alex Perron, les spectateurs ont pu jouer au Tricheur, à La guerre des clans… et les gagnants recevaient des sacs cadeaux d’une valeur de 150$. Il fallait tout simplement remplir un petit coupon à l’entrée et les noms étaient choisis au hasard. Ce fût une soirée tout à fait bizarre et drôle à la fois. Les deux comparses ont mis le party dans la place, une belle facon de terminer cette 19è édition de Comediha! Fest-Québec.

On se retouve l’an prochain pour la 20è édition

Lyne LaRoche




Véronique Claveau et Mario Tessier - 18 août 2018

Véro et Mario…

Le duo parfait

Hier soir au Palais Montcalm, les deux maitres à bord du 5è gala de Comédiha! Véronique Claveau et Mario Tessier ont avec humour et dynamisme offert au public un gala éclaté.

Après avoir passé les dernières années à imiter un nombre incalculable de personnalités, il fallait s’attendre à ce que pour le temps d’une soirée le duo nous embarque dans leur douce folie contagieuse. D’avoir l’idée de réunir Véro et Mario fût une initiative sans aucun doute saluée de tous.

Contrairement aux autres animateurs des galas précédents, le duo a décidé de ne pas donner de thème précis, laissant libre court aux talents des différentes personnalités qui ont défiler sur la scène.

En attendant que le spectacle débute, comme toujours depuis longtemps l’animateur de foule Archy donnait quelques consignes avec son humour bon enfant. Par la suite le président fondateur du ComediHa! Sylvain Parent-Bédard nous a parlé des débuts du Festival.

‘’ Je me souviens, il y a 19 ans ça s’appelait le Grand Rire Bleu. C’était 3 spectacles pendant 3 jours avec un léger budget de quelques centaines de milliers de dollars. Aujourd’hui pour la 19è édition, nous avons un budget de 13 millions de dollars, 300 spectacles et 450 artistes, nous sommes rendus au niveau mondial en humour et nous devons en être fier’’ Il a souligné le fait que ce festival a lieu grâce à de nombreux partenaires privés et publics. Le député M. Jean Yves Duclos en a profité pour livrer un petit message humoristique en disant : Personne n’a jamais été puni pour faire mourir de rire les spectateurs de comédiha!

D’entrée de jeu, ils se sont tirés la pipe à différentes reprises tout en introduisant subtilement le sujet qui serait leur premier numéro Les gentils. Patricia Paquin et Marc Hervieux ont embarqués avec brio en bitchant ce qui les mets en A,B,C, D. C’était ahurissant d’entendre et de voir Marc Hervieux chanté en opéra ‘’Mange d’la marde’’ et de voir Patricia Paquin péter sa coche aux trois autres, c’était un pur délice.

 

Par la suite, l’humoriste Mike Beaudoin nous a parlé de son rôle de papa avec sa fille de 8 ans et a avoué avoir perdu le contrôle. Il a manifesté sa frustration quand il entend quelqu’un dire ‘’Moi je l’ai l’affaire avec les enfants’’ Il a littéralement fait rire la salle au grand complet.

Les Denis Drolet avec leur humour déjanté nous ont présenté leur ‘’Nouveau numéro’’. Rachid Badouri nous a dilaté la rate en nous parlant de sa femme qui dors les yeux ouverts et qui est presque devenue un monstre depuis qu’il se sont mariés. Michel Barrette notre conteur invétéré s’est adressé à un jeune spectateur de quinze ans, lui démontrant à sa façon ce que c’était de vieillir. Comme toujours, tout le monde était pendu à ses lèvres. Pour terminer cette première partie, nous avons eu droit à une bataille de Mascottes où le personnage de Mario Jean Tourlou a refait surface.

En deuxième partie, Véronique chante Tessier. Mario campe le rôle d’un compositeur et fait chanter ces compositions sur des musiques connues. Chanteuse-imitatrice au talent incontestable, Véronique a imité les plus grandes voix dont Isabelle Boulay, Ginette Reno, Dalida et Céline Dion ou elle mérite une mention d’excellence. Kev Adam humoriste français nous a raconté comment un français se sent quand il est en visite au Québec, ce fût un savoureux numéro. Le magicien Luc Langevin nous a comme toujours servi un numéro complètement incroyable. Mario Jean a fait rire tout le monde en nous parlant des réseaux sociaux. Et mon coup de cœur va à Laurent Paquin qui nous a parlé de la loi contre le cellulaire au volant. C’est un numéro ou j’avais de la misère à reprendre mon souffle tellement c’était drôle et vrai.

Pour clôturer ce cinquième gala Véronique et Mario ont représenter ‘’Les Trudeau’’ avec des blagues sur la politique en attendant que Marjo vienne les rejoindre pour chanter ‘’C’est légal’’ au lieu de ‘’Illégal’’

Bilan

Un gala ou le talent de chacun a été exploité à son plein potentiel. Des rires, des culbutes et des imitations à l’image de nos deux animateurs. Un défi de taille bien réalisé pour Véronique Claveau et Mario Tessier.

Le dernier gala demain soir sera animé par Fabien Cloutier, je vous en reparle demain.

Le Comédiha! Fest-Québec se termine demain, pour plus d’informations

www.comediha.com

Lyne LaRoche




Gala Fabien Cloutier - 18 août 2018

Un gala à la bonne franquette

Avec Fabien Cloutier

La série de Galas présentée par Comediha! Fest-Québec a pris fin ce samedi avec comme animateur l’auteur, comédien, metteur en scène et humoriste Fabien Cloutier. Pour son premier gala, Fabien avait décidé de faire ça à la bonne franquette, ‘’Mais à la bonne franquette ne veux pas dire tout croche’’a lancé le Beauceron.

Avec le style d’humour engagé qu’on lui connait, il a partagé son regard sur la vie et sur la société en générale. Avec son franc parlé, il a tiré sur plein de choses et il a atteint ses cibles. ‘’Je suis pour le salaire minimum à 15$, ca va faire bouger une couple de lâches’’. Il nous a aussi raconté l’histoire de Martin un trisomique et de Mawambo un immigré qui se sont taillés tous les deux une place dans leur communauté. Reconnu pour être un gars qui n’a pas la langue dans sa poche, il nous a brassé la cage et c’était rafraichissant.

Mise à part, quelques grands noms dont Mario Tessier, Daniel Grenier, McGilles et Rachid Badouri, contrairement aux autres galas, Fabien avait misé surtout sur la présence de jeunes humoristes de la relève.

Franky a ouvert la soirée avec son style à la fois absurde mais songé. C’est un gars spécial qu’on va asssurement revoir. Par la suite, sans dire un seul mot, Jerry Tremblay acrobate a fait virevolter son vélo assis ou debout dessus. Il a eu droit à une ovation bien méritée. Cathleen Rouleau a réussi à nous embarquer avec sa visite chez le gastro entérologue. Avec ses mimiques, sa gestuelle et son sens du timing, sans oublier sa flexibilité, elle nous a bien fait rire. Maude Landry avec son humour pince-sans-rire a livré brillament un numéro sur la chaine vêtements Manteau Manteau c’était très drôle.

Bilan

Fabien a le don de provoquer toujours les rires et les applaudissements spontanés puisqu’il s’identifie facilement à ses histoires.Il s’est comment attirer l’attention du public de manière efficace. Ce fût un gala à son image simple mais efficace.

Lyne LaRoche




Gala Véronique Cloutier - 16 août 2018

Un premier gala sur la coche

Pour Véro

Hier soir, Comédiha! Présentait le troisième gala d’une série de six au Palais Montcalm. Alliant musique et humour pour son premier gala l’animatrice chouchou Véronique Cloutier a fait les choses en grand. Il y avait de la vedette au pied carré mes amis, c’était hallucinant.

« Bienvenue à mon gala ComediHa! qui est sous le thème de la musique. Savez-vous pourquoi? C’est parce que Louis est pas là! Je voulais faire un gala musical parce que je trouve que la musique est la base de tout. Il n’y a personne sur terre qui est insensible à la musique. On a tous une toune qui nous rappelle un souvenir. Toute le monde le sait, la musique a toujours été très importante pour moi, alors ce soir en grande primeur, je vous annonce que je vais lancer un album. Et pour être certaine que ca marche, je vais y aller avec des valeurs sûres comme des reprises de grands classiques et des duos. Voici donc quelques extraits de ce nouvel album »

C’est en duo avec la reine du country au Québec, Guylaine Tanguay qu’elle a interprété le succès de Yvon Deschamps ‘’Les fesses’’. Par la suite, France d’Amours est venue la rejoindre sur scène pour la chanson de Francois Pérusse ‘’Raymond’’. Elle a partagé Le feu sauvage de l’amour avec Mario Pelchat Pris Un p’tit verre de bière avec la Poune et chanter C’est Noel accompagnée de Yan Perreault. Un premier numéro rempli de surprises. Celle qui a campé le rôle principal dans la série Fugueuse la talentueuse Ludovine Reding a exécuté quelques pas de danse avec la troupe de danseurs. 

 

Par la suite, un hommage aux chanteuses d’hier à aujourd’hui 100% féminin a littéralement cassé la baraque. Pour ce numéro Véronique a fait appel à Debbie Lynch White, Véronique Claveau, Mélissa Bédard, Pascale Fillion, Julie Ringuette et Élyse Marquis en fauteuil roulant qui tenait à participer quand même au numéro malgré le petit accident qu’elle a eu en répétition. De La Bolduc en passant par Michèle Richard, Ginette Reno, Lady Gaga, Diane Dufresne, La reine des neiges, Mitsou, Piaf et plus encore, ce numéro mérite une mention parfaite car les changements de costumes et de perruques se sont fait à la vitesse de l’éclair. Le choix des chansons et des interprètes étaient à la hauteur de toutes les attentes. Et pour monter encore d’un cran les émotions Mélissa Bédard a interprété ‘’Respect’’de la reine du soul Aretha Franklin décédée aujourd’hui même.

Par la suite, Les Denis Drolet ont performé avec une rétrospective de la musique à leur facon. Arnaud Soly et Julien Corriveau ont livré deux numéros chantés, ce fût une belle découverte, ils sont vraiment drôles. L’humoriste, showman Julien Tremblay avec ses mimiques et sa guitare a soulevé la foule. Daniel Grenier nous a déposé un ver d’oreille dans la tête. La magie a encore une fois opéré quand Dominic et Martin ont repris leur personnage de Martin & Garsfulldoll. Pour la première fois sur scène ensemble le couple Patrick Huard et Annick Jean ont livré un numéro pimenté et drôle qui démontrait bien qui mène à la maison et qui boude. Dans un numéro hilarant, Jean Francois Breault a pour sa part eu de la difficulté à trouver une chanson se faisant interompre à tout coup par Kim Lévesque-Lizotte et Catherine Éthier faisant référence au consentement, sujet très actuel. Les nouvelles musicales lus avec brio par Caroline Joncas et Pier-Luc Funk, n’épargne personne. Et le talentueux Christian Marc Gendron assis au piano a réussi en 2 secondes à mettre un sourire sur le visage de tout le monde.

Pour la finale, plusieurs dindes sont apparus sur scène afin de rendre un hommage à la chanson ‘’Le temps d’une dinde’’ qui a propulser la carrière de Michel Barrette. Son fils a interprété à sa facon la chanson fétiche de Michel tandis que Ludovik Bourgeois lui a donné sa couleur. Par la suite Yama a interprété la chanson préférée de Michel ‘’Ave Maria’’ mais pour cette soirée d’humour est devenue Avé Ma HiHa ! Ce qui a ému et fait rire au plus haut point l’humoriste. Pour la finale de ce que l’on peut appeler un gala parfait, ‘’ Le temps d’une dinde’’ interprété par Gregory Charles était succulent.

Bilan

Pour son premier gala, Véro a encore prouvé, qu’elle sait quoi faire pour mettre le party, faire découvrir et apprécier les grands talents. Une soirée parfaite sur toute la ligne, la preuve tous les participants ont eu droit à leur ovation bien méritée.

Le prochain Gala de ce soir sera animé par Véronique Claveau et Mario Tessier

Je vous en reparle demain

Pour plus d’informations : www.comediha.com

Lyne LaRoche

 




Guylaine Guay et Julien Tremblay - 15 août 2018

Mercredi 15 août 2018

Grand Chapiteau

Conférence –spectacle Guylaine Guay

S’il y en a une qui ne se prend pas au sérieux, c’est bien elle. Quand on présente sa conférence c’est de cette facon : L’humour en guise de légèreté devant l’adversité. Confidences d’une comique moelleuse et presque zen sur la différence, la diversité corporelle, les deuils, mais surtout sur les petits et grands bonheurs qui s’y rattachent.

Cette fille là est extraordinaire. Animatrice, conférencière, comédienne et humoriste diplômée de l'École nationale de l'humour elle est maman de pas un mais bien de deux enfants autistes, Léo et Clovis. Durant 60 minutes Guylaine Guay a brisé les tabous en mettant un baume sur comment vivre avec la maladie de l’autisme. Elle a réussie à faire rire la salle au grand complet. Utilisant l’humour pour parler de ses enfants et des anecdotes qu’ils lui font vivre au quotidien, elle nous amène dans son univers avec autodérision. Pas obligé d’être parent d’un enfant autiste pour apprécier son spectacle, bien au contraire. Elle parle de tout ce qui dérange la nature humaine. À la fin de sa conférence, j’ai eu l’impression qu’elle m’avait donné un bon coup de pied au derrière avec son attitude positive. Avec l’humour, elle dédramatise la situation, elle la rend légère et amusante. Elle nous fait réaliser que trop souvent on se plaint pour des pacotilles. Ce fût un mauzus de bon 60 minutes

Grand Chapiteau

Julien Tremblay

Le showman, s’est présenté en disant ‘’ Bonjour, je m’appelle Julien Tremblay, je suis humoriste et musicien dans l’âme’’ Il a pris une de ses guitares, et dès les premières notes le public a tout de suite reconnu son personnage du gars hilarant qui se balance la tête de gauche à droite, qui donne un petit coup de côté avec sa patte, fait quelques accords de musique et qui ouvre la bouche pour dire un paquet de choses sans filtre. Sa guitare est une partie intégrante du show, il sait comment s’en servir pour faire réagir et faire rire.

Il improvise, il raconte, il pose des questions, on a l’impression qu’il veut tout connaître de son public, les gens deviennent automatiquement complices. C’est là qu’on s’aperçoit que même sans sa guitare et sans ses contorsions, il est drôle et attachant. De le voir sous un autre angle, nous fais réaliser à quel point ce gars-là a du talent. Il a un sens de la répartie incroyable.

Comédiha se poursuit pour plus d’informations :

www.comediha.com

Demain je vous parlerai du Gala de Véronique Cloutier

Lyne LaRoche




Show mystère et L'heure de pointe - 12 août 2018

Show Mystère-Grand chapiteau

Chus un farfadet

Suite au succès des années précédentes, le Comediha ! a décidé de revenir avec le Show Mystère. Qui fera rire les spectateurs cette année ? Ca le dit show mystère, alors je me suis présenté sous le grand chapiteau de la place Georges V en me demandant, si j’allais rire et surtout qui serait l’humoriste mystère.

Quelle ne fut pas ma surprise d’y voir arriver Jean Claude Gélinas allias Réjean de Terrebonne.

Dès l’ouverture du spectacle, Jean-Claude Gélinas nous a déridés par son sens de l’exagération et de l’absurde. Son talent de conteur et ses mimiques nous ont complètement amené un vent de fraicheur. À chaque fois que j’assiste à une de ses performances, il en sort toujours plusieurs bonnes. Loin d’en être à ses premières armes, qu’il soit en Réjean de Terrebonne ou en lui-même on est assuré d’avoir notre dose de rire avec lui. Habile conteur, il n’en manque pas une. Normalement il devait faire un show de 60 minutes mais reconnu pour être un humoriste très généreux, il a fait presque 90 minutes et on en aurait pris encore.

L’heure de pointe- Grand chapiteau

Mike beaudoin

Par la suite toujours sous le grand Chapiteau, l’animateur Mike Beaudoin a eu la tâche de réchauffer le public. Habitué de se promener à travers le Québec afin de faire rire les gens de partout, le dynamique humoriste n’épargne personne. Très à l’aise sur la scène, sa gestuelle et ses anecdotes croustillantes et drôles ont ouvert la grande porte à Étienne Dano.

Étienne Dano

D’entrée de jeu, il a lancé ‘’Wow! C’est plein, ca me touche vraiment, merci d’être là. Je me disais c’est dimanche soir, s’il y a 12 personnes je vais être heureux, ben merci de vous être déplacé pour moi’’

Le bon gars, nous en a comptés de toutes sortes. Ses anecdotes étaient drôles et bien ficelées. Sa force est sans contredit son charisme et ses jeux de mots. Il est surprenant et en ce qui me concerne 60 minutes ce n’était pas assez.

Lundi et mardi, Comediha! fait relâche

Je vous reviens mercredi avec le Spectacle-conférence de Guylaine Guay et par la suite L’heure de pointe avec Julien Tremblay sous le Grand Chapiteau.

Pour plus d’infos :

wwwcomediha.com

Lyne LaRoche




Gala Jean-Michel Anctil - 11 août 2018

Gala Jean-Michel Anctil

1 million de satisfaits

Hier soir, après dix d’absence Jean-Michel Anctil animait son gala avec comme thématique La peur. Et oui, dix ans que l’humoriste n’avait pas fait de Gala à Québec et ce n’est pas parce qu’on ne lui demandait pas c’était tout simplement parce qu’il avait peur. Il a débuté la soirée en disant :

‘’Sur la scène, j’ai l’air solide mais je suis mou, en dedans. Puis en dehors, j’ai des bouts mous et des bouts durs. Avec ses mimiques, sa gestuelle et son allure de bon Jean-Memi, il a décroché les rires immédiatement et il venait de donner le ton à ce qu’on peut appeler une soirée à la hauteur de mes attentes’’.

Ayant comme thématique la peur, avant de présenter ses invités, sur écran géant on pouvait voir un vidéo relatant des moments ou Jean-Michel avait eu un malin plaisir à leur faire peur. Leurs réactions étaient ahurissantes.

Sébastien Ouellette, un jeune humoriste de la relève qui a fait la première partie de Jean Michel Anctil à plusieurs reprises, a cassé la glace en nous parlant d’un permis pour être parent. Par la suite Boucar Diouf dès son entrée a eu droit à une ovation et comme toujours il a performé.

Le doyen des humoristes François Léveillée notre nouvelle poune nous a prouvé qu’il a encore le feu sacré. Fabien Cloutier ne laisse jamais personne indifférente à ses propos. Il a même presque entartré Jean-Michel qui riait comme un fou en disant que l’animateur était un cheap.

Phil Laprise a demandé à Jean Michel de lui dire, ‘’je t’aime’’ vêtu d’un costume, moi je fais du vélo. Le Chinois Buy Hay Mean  a confirmé les dires sur l’appareil reproducteur des asiatiques et il nous a aussi dit que s’il avait les yeux bridés, c’est à cause de nous les Québécois car nous le fatiguons trop. Maxim Martin nous a parlé du célibat à sa façon. Tous ont eu droit à des ovations bien méritées.

Aussi Jean-Michel nous a présenté une jeune humoriste de la relève du nom de Christine Morency. Elle nous a offert un humour direct et sans filtre sans aucun tabou. Ses histoires étaient crues et déplacées, mais tout le monde est tombé sous son charme. Une humoriste à découvrir !

 Jean-Claude Gélinas, qu’il soit en lui-même ou en Réjean de Terrebonne, le farfadet en sort toujours plusieurs bonnes.

Jean-Michel n’était pas au bout de ses peines. Comme il avait donné le droit à ses invités de faire un numéro carte blanche, il se doutait qu’il y gouterait. Une douce vengeance attendait l’animateur. Afin de combattre ses peurs, ils l’ont enfermé dans un cercueil. Une caméra installée en dedans, faisait en sorte que nous pouvions voir la réaction de Jean-Michel qui était terrifié.

Louis Morissette est arrivé sur scène avec un jeton de poker de 1 million car cela représentait 1 million de billets vendus en carrière. Un accomplissement dont il n’y a pas beaucoup d’humoristes peuvent se vanter.

La finale du gala de Jean-Michel Anctil a été un régal. Pour faire plaisir à son public, l’humoriste a fait revivre ses trois personnages culte, Priscilla, Maxime et Rateau. Plusieurs comédiennes, chanteurs et humoristes dont Marie-Chantal Perron, Salomé Corbeau, Debbie Lynch White, Maxime Landry et les Denis Drolet étaient accompagné d’une chorale d’une cinquantaine d’artistes, ce fût une conclusion parfaite du Gala de Jean-Michel Anctil.

Comme toujours l’animateur de foule l’excellent Archie a réussi à donner une ambiance festive même avant le début du Gala.

Demain soir, j’assisterai au Show mystère et à l’heure de pointe de Étienne Dano

Je vous en reparle

Pour plus d’infos :

wwwcomediha.com

Lyne LaRoche




Comediha! Première partie - 10 août 2018

Voir la vie en drôle à tous les âges

Comediha! Fest- Québec

En compagnie du grand chef Sylvain Parent-Bédard

 

Le slogan de Comédiha cette année est Voir la vie en drôle et ça pour tous les âges. Je me suis promené et j’ai assisté à quelques représentations et laissez- moi vous dire qu’il y en a vraiment pour tous les goûts.

Tout d’abord, au Village Pigeonnier, les plus jeunes pourront se promener dans une mini forêt. À cela s’ajoute la remise de Diogène, par le Théâtre Rude Ingénierie, et ComediHa dell’arte du Théâtre Niveau Parking qui est présenté trois fois par jour, c’est acrobatique, muet, et interactif.

Aussi, un énorme jukebox rouge vivant dans lequel sont installés les musiciens de la Ligue d’improvisation musicale de Québec, permet aux festivaliers d’entendre leurs demandes spéciales en direct.

Une limobus VIP est installé et à bord et Jean Christophe de Monsieur Cocktail vous offre une consommation sans alcool faite avec leur sirop, je vous en reparle plus tard dans une entrevue que j’ai réalisée avec lui.

Plusieurs cabanes-restaurants sont installés sur le site, vous pourrez y déguster de bons hotdogs, des mini bouchées de chez Boulé, des galettes libanaises et même du mais très original tout ça à petits prix. Des tables à pique-nique sont disponibles un peu partout.

À chaque soir dès 18 heures le funambule et artiste de cirque Lautrevu s’exécutera à une vingtaine de mètres de hauteur, au-dessus des deux villages.

Durant ma première soirée, j’ai assisté à trois spectacles d’une série de 15 que je me suis choisie car naturellement je ne peux pas assister à tous.

 

Impro Texto au Hangar

  1. Deux des têtes d’affiche de la populaire émissions LOL, Réal Bossé et Luc Senay se sont rencontré durant une improvisation de 60 minutes. Deux écrans géants étaient installés de chaque côté afin que les spectateurs leur envoient des textos pour interagir dans leur histoire complètement rocambolesque. C’était drôle et très imprévisible.

 

Piments forts au Hangar

  1. Toujours aussi populaire, l’animateur chouchou de tous, le coloré Normand Brathwaite a pour une première fois reçu ses trois invités Mathieu Cyr, Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques et Jean-Claude Gélinas au Comédiha!Fest-Québec! en exclusivité, et les C’est chaud, C’est chaud, mais mesdames et monsieurs, j’ai eu le temps de compter avec mon oeil de … fusaient de tous bord, tout côté, le public était en délire. Comme d’habitude, les trois panélistes ont reçu leur piments grâce au public qui pouvait voter en levant leur carton rouge jaune, vert. Et comme toujours Normand portait ses chapeaux assortis à ses questions. Ce fût un moment de grand divertissement.

 

Show XXX au Hangar

  1. Ce spectacle réservé aux 18 ans et plus est animé par Alex Roof reconnu pour avoir un humour mordant et sans retenu. Plusieurs humoristes durant 60 minutes parlent de Pénis, vagin, scrotum, cunnilingus et plus encore… C’est certain que vous ne raconterezpas ce show à tout le monde. Ils défrisent une matante, pas à peu près, avis aux oreilles chastes et pures.

 

Comme toute bonne chose doit avoir une fin et comme disait mon grand-père, faudrait ben que vous partiez si vous voulez revenir alors je vous reviens demain avec le Gala de Jean-Michel Anctil.

Le Comediha!Fest-Québec! est présenté jusqu’au 19 août pour la programmation complète visitez

www.comedihafest.com

 

Lyne LaRoche




Répétitions Notre Dame de Paris - 09 août 2018

Une œuvre qui vieillit bien

Un succès international inégalé

Hier, j’ai eu la chance d’assister aux répétitions de la Comédie musicale Notre Dame de Paris qui est de retour au Québec après 20 ans d’absence. Cette œuvre qui a marqué plusieurs générations vous donnera assurément des frissons car tous les gens présents hier n’avaient que des WOW en bouche.

Signée par Luc Plamondon et Richard Cocciante cette comédie musicale viellit bien. On n’a pas assez d’yeux pour tout voir. À deux jours de la première qui sera présentée pour 62 représentations dont 17 au Grand Théâtre de Québec, plus d’une quarantaine d’artistes, chanteurs, danseurs et acrobates donnent tout ce qu’ils ont afin de nous transmettrent même durant les répétitions toute la gamme d’émotions de cette grande œuvre.

La reprise de Notre Dame de Paris conserve l'essentiel de la version de 1998, mais fait souffler un léger vent de nouveauté. Gilles Maheux metteur en scène depuis les tous débuts s’assure que les acteurs dont Hiba Tawaji (Esméralda), Angelo Del Vecchio (Quasimodo), Richard Charest (Gringoire)Valérie Carpentier (Fleur de Lys) Martin Giroux (Phoebus) et Jay (Clopin) réussissent avec brio à faire découvrir à la nouvelle génération ou à redécouvrir aux fans le destin poignant de la belle Esméralda.

J’ai aussi eu la chance de m’entretenir quelques instants avec le sympathique Richard Cocciante fier de cette nouvelle mouture de chanteurs et de danseurs que nous allons découvrir dans ce spectacle qui est indémodable.

Des invités surprise, parmi lesquels des « anciens » de la production comme Robert Marien, Gardy Fury, et Matt Laurent risquent fort de se greffer à la tournée québécoise de façon impromptue, ainsi que des petits nouveaux comme Elhaida Dani, Flo Carli, Idesse et Yvan Pedneault

Présentée dans 20 pays, jouée dans 8 langues, 4300 représentations mondiales et vu par 11 millions de spectateurs, la réputation de Notre Dame de Paris n’est plus à faire. C’est un spectacle d’une grande qualité. Les chansons culte "Le temps des cathédrales", "Vivre" ou bien sûr "Belle sont livrées vocalement à la perfection. À ce jour plus de 75 000 billets ont trouvé preneurs nous a confié le producteur Paul Dupont-Hébert de Tandem.mu

Donc à voir dès le 11 août au Grand Théâtre de Québec

Par la suite pour son 20è anniversaire Notre Dame de Paris sera présentée à Trois-Rivières, Sherbrooke, Ottawa et Montréal.

Pour plus d’informations

www.notredamedeparis.ca

www.facebook.com/NDPqc

Lyne LaRoche




QuébecIssime - 19 juillet 2018

QuébecIssime à l'Amphithéâtre Wendake

Le coup de cœur de l'été

Du 13 juillet au 1 septembre 2018

De Céline à la Bolduc, c'est un voyage musical de plus de 100 ans d'histoires chanté, joué et dansé de façon magistrale.

Hier soir, la troupe de QuébecIssime a performé sur la scène de l’Amphithéâtre Wendake, laissant aux spectateurs une envie folle d’y revenir.

Vu par 500 000 personnes à travers les années et s’étant promené jusqu’en Suisse, ce spectacle est un feu roulant car en dix minutes seulement on se retrouve dans une autre décennie. Des chorégraphies à en couper le souffle, 400 costumes, plus de 120 chansons, des musicien(e)s, des chanteur(e)s et des danseur(e)s de grands talents revisitent en 12 tableaux, l’histoire du Québec d’aujourd’hui jusqu’aux années 30. Une chanson se termine et l’autre recommence tout de suite. Tout le monde y trouve son compte qu’importe l’âge car il y a une époque qui nous colle tous  à la peau. La mise en scène très efficace et la grande diversité musicale nous embarque dans une énorme machine à voyager dans le temps et c’est fabuleux.

Les plus grands hits défilent à la vitesse de l’éclair dont Quand on est en amour, On va s’aimer, Si j’avais les ailes d’un ange, Le temps des cathédrales, Journée d’Amérique, Demain matin, Montréal m’attend, Allegria, Méo penché, J’ai un amour qui ne veut pas mourir, Un peu plus haut, un peu plus bas, Dansons le pied de poule et plus encore. Céline, Pierre Lapointe, Marie-Mai, Léveillée, Charlebois, Dubois, Pagliaro, Luc DelaRochelière, Dan Bigras, Laurence Jalbert, Dédé Fortin, Alys Roby, René Simard et Diane Dufresne tous ceux et celles qui ont marqués notre histoire sont représentés en chansons et en costumes. C’est un immense panorama de l’histoire du Québec qui passe devant nous et nous en met plein les yeux et les oreilles.

Cest le show à voir et à revoir. En tout cas, moi j'y retournerais avec grand plaisir!

En plus, beau temps mauvais temps l’Amphithéâtre Wendake a la possibilité de présenter des spectacles à grand déploiement grâce au toit permanent et aux rideaux qui entourent l’Amphithéâtre, tout a été pensé afin que vous puissiez vivre une expérience unique.

Pour ceux qui le désirent plusieurs attraits touristiques vous attendent à Wendake :

Un hôtel 4 étoiles de 55 chambres, des boutiques, des monuments historiques dont la chapelle Wendake, un musée qui raconte l’histoire et qui préserve la culture Huron-Wendake, un restaurant qui offre une cuisine du terroir qui s’est méritée plusieurs prix prestigieux, des visites guidées en plusieurs langues et l’Amphithéâtre qui est situé à deux pas du parc de la falaise et des chutes Kabir Kouba.

Cet été, c’est un incontournable QuébecIssime à l’Amphithéâtre de Wendake

Billets en vente http://www.qi.wendake.ca

Téléphone : 1 833-870-1234

Stationnement gratuit

***Veuillez noter que des navettes gratuites seront mise à la disposition des spectateurs

Lyne LaRoche




Les meilleurs amis du monde - 19 juillet 2018

LES MEILLEURS AMIS DU MONDE

De Carole Greep

Adaptation de Jean-Denis Beaudoin

 

Un incontournable de l’été.

Découvrez comment une fausse manœuvre avec un téléphone cellulaire vous révèle ce que vos meilleurs amis pensent de vous en réalité! Et ceci, juste avant leur arrivée pour un week-end finalement pas comme les autres, à votre maison de campagne.

Le spectacle est à voir pour rire un bon coup. L’adaptateur Jean-Denis Beaudoin a réussi à prendre une pièce française et à en faire une histoire vraiment québécoise. Le texte est bien soutenu par la mise en scène de Véronique Côté.

Les acteurs s’en donne à cœur joie. Le texte en lui-même étant déjà savoureux, les acteurs peuvent en ajouter une épaisseur en caricaturant les différents traits de caractère de leur personnage.

Charles-Étienne Beaulne tient le rôle de Charles qui semble le plus équilibré des personnages. C’est le plus terre à terre du groupe. Marianne Marceau dans le rôle de Caro la conjointe de Charles est celle par qui tout arrive. C’est elle qui ne veut pas raccrocher, c’est elle qui décide d’aller au front en accueillant malgré tous leurs « amis ».

Émmanuel Bédard dans le rôle de Pierre l’ami prétentieux de Charles exprime très bien ses sentiments souvent justes avec ses yeux ou son visage très expressif. Ariane Bellavance est le clou de la soirée. Vraiment exceptionnelle dans son rôle de nunuche. Elle nous fait rire du début à la fin. L’Histoire pourrait être banale car nous sommes tous le « quétaine » de quelqu’un. Mais l’auteur a réussi à insuffler beaucoup d’humanité et de tendresse aux personnages qui font qu’on s’attache à eux.

Dans le fond, nous avons tous connu ce genre de malaise et la pièce décrit bien comment une situation peut s’envenimer même si on veut l’inverse.

Une pièce à ne pas manquer au théâtre Le Petit Champlain jusqu’au 18 août. Irrésistiblement désopilant!

www.theatrepetitchamplain.com

Louiselle LaVoie




Juste une p'tite nuite - 18 juillet 2018

Le Cirque du Soleil - Juste une p’tite nuite

Hommage aux Colocs

Après nous avoir fait voyager dans les univers de Beau Dommage, de Robert Charlebois et de Luc Plamondon, Le Cirque du Soleil, dans le cadre de sa Série Hommage, nous transporte au cœur d’une ruelle défraichie pour nous plonger dans le monde des Colocs, groupe culte des années 90.

Créateur sans fin, le Cirque du Soleil souhaitait nous transporter ailleurs, nous amener loin des précédentes productions de la série. L’univers à la fois, sombre et festif des Colocs s’y prête à merveille.

Comme il l’a fait pour les précédentes éditions de la série, Le Cirque a confié la direction créative à Daniel Fortin et la mise en scène à Jean-Guy Legault. Ils ont poursuivi dans la même veine, mandatant à nouveau Jean-Phi Goncalves pour revoir les arrangements et assurer la direction musicale.

Après un tapis rouge où on a vu défiler pas moins d’une trentaine de membres de la famille de Dédé Fortin, plusieurs personnalités du monde artistique, politique et sportif, le spectacle a débuté sur les chapeaux de roues avec du trampoline mural dans lequel les athlètes virevoltent sur les murs des bâtiments bardés de graffitis au rythme de Passe-moé la puck.

Au second tableau, Le mât chinois, a servi à présenter Belzébuth de manière tout aussi spectaculaire.

La force et la grâce s’étaient données rendez-vous sur Tassez-vous de d’là pour un duo main à main touchant et époustouflant. Je manque de qualificatifs pour vous décrire l’ensemble des quatorze tableaux de la soirée. Alors, Wow! sera de mise.

La lampe acrobatique nous a donné droit à un magnifique ballet aérien en solo au son de Le répondeur. Que dire de Dehors novembre où le bungee loop qui retient l’acrobate en suspension ressemble aux ficelles d’une marionnette. Une image forte, quand les cordes de la maladie mentale contrôlent la vie,,, la mort. Bouleversant.

Le Cirque du Soleil nous a habitué à des spectacles de grande qualité. Juste une p’tite nuite n’y fait pas exception. J’ai beau essayer de trouver des moments moins forts mais c’est peine perdue. Le spectacle est un feu roulant de tableaux époustouflants, parfois liés par des enchainements un peu moins spectaculaires mais tout aussi efficaces comme des danses ou un numéro de percussions humaines sur de vielles carcasses de voitures. Ils ont même réussi à être innovateurs dans un très bon numéro de jonglerie.

Daniel Fortin et Émilie Therrien ont habilement assemblé le travail extraordinaire des athlètes de très haut niveau aux textes parfois sombres et percutants mais jamais banals de Dédé Fortin. L’émotion fait une belle rencontre avec la musique festive des Colocs.

Après un autre très beau moment pour un Duo-Cerceau, les soixante-quinze minutes de cette magnifique soirée se concluront de belle façon par un numéro de balançoires russe déstabilisant où les artistes s’envolent à des hauteurs incroyables pour atterrir dans deux immenses draps verticaux, étendus de la scène au plafond. Frissons garantis.

Ce 4e volet de la Série Hommage du Cirque du Soleil est exclusivement présenté à l’Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières. Il vous sera possible d’assister à une des représentations du mercredi au samedi et ce, jusqu’au 18 août 2018.

N’hésitez pas à vous procurer des billets pour ce spectacle inoubliable. Vous pouvez suivre les activités du Cirque du Soleil au www.cirquedusoleil.com.

Tellement bon, qu’il sera difficile de se contenter de… Juste une p’tite nuite.

Claude Gignac




De Céline à la Bolduc - 01 juillet 2018

Résultats de recherche d'images pour « QUEBEC ISSIME WENDAKE »

Québec Issime en résidence à Wendake tout l’été

Un spectacle grandiose dans un amphithéâtre à découvrir

Cette année, le spectacle de Céline à la Bolduc sera présenté du 13 juillet au 1 septembre sur la scène de l’Amphithéâtre Wendake. Comme la mission de Québec Issime est de faire connaitre l’histoire de la chanson à travers différentes productions et de mettre en valeur les atouts culturels de différentes régions, Jean Vincent, Vice Grand chef de la nation huronne-wendat et le producteur de Québec Issime Robert Doré tout deux amoureux de la musique et des projets d’envergure se sont unis afin de présenter un événement estival unique et haut en couleur.

Ce qui vous attend

Dans une mise en scène et une direction musicale impeccable, entouré de musiciens et de danseurs, 9 chanteurs et chanteuses interprèteront plus de 100 chansons dans plus de 300 costumes différents. Afin de rendre hommage à la culture Amérindienne, ils feront un clin d’œil à la nation Huronne-Wendake grâce à la participation de Samuel Shukapesh Savard de Wendake qui sera sur scène avec la troupe de Québec Issime. Des projections, des éclairages et des décors grandioses, en bref, vous en aurez plein la vue et les oreilles tout au long de la soirée dans un décor hors du commun. Ce sera un feu roulant de chansons connues que tout le monde chantera.

En une seule soirée vous allez parcourir un siècle de chansons. Ce sera un voyage dans le temps impressionnant dans l’Amphithéâtre Wendake qui beau temps mauvais temps a la possibilité de présenter des spectacles à grand déploiement grâce au toit permanent et aux rideaux qui entourent l’Amphithéâtre, tout a été pensé afin que vous puissiez vivre une expérience unique.

Québec Issime n’a plus besoin de présentations car depuis 25 ans, il présente des méga productions et nous fait découvrir de nouveaux talents. C’est le rêve de jeunesse de deux familles de musiciens et de chanteurs de Shipshaw au Saguenay soit les Riverain et les Doré qui est devenu réalité pour le plus grand bonheur de plusieurs centaines d’artistes et du grand public.

Cet été, c’est un incontournable Québec Issime à l’Amphithéâtre de Wendake

Pour ceux qui désirent en connaitre davantage sur Wendake, plusieurs attraits touristiques vous attendent

Un hôtel 4 étoiles de 55 chambres, des boutiques, des monuments historiques dont la chapelle Wendake, un musée qui raconte l’histoire et qui préserve la culture Huron-Wendake, un restaurant qui offre une cuisine du terroir qui s’est méritée plusieurs prix prestigieux, des visites guidées en plusieurs langues et l’Amphithéâtre qui est situé à deux pas du parc de la falaise et des chutes Kabir Kouba.

Billets en vente http://www.qi.wendake.ca

Téléphone : 1 833-870-1234

Stationnement gratuit

***Veuillez noter que des navettes gratuites seront mise à la disposition des spectateurs

Lyne LaRoche




CHEEESE - 30 juin 2018

Cheeese!

CHEEESE!

Le nouveau Théâtre de l’Île d’Orléans

Pas toujours facile les nouvelles relations amoureuses! Surtout lorsque votre meilleur ami est un adolescent attardé et que votre ex est … une top-modèle internationale! Annie réussira-t-elle à faire changer Luc? Mais surtout, arrivera-t-elle à faire sourire le photographe? Cheese!

Une pièce d’été qui vous déridera à coup sûr! Quatre comédiens sur scène qui se démènent de quiproquo en quiproquo, de portes qui claquent en situations loufoques. Rien pour se prendre la tête, mais tout pour faire rire.

Israël Gamache se donne à cœur joie dans le rôle d’un adulte qui ne veut pas vieillir. Son jeu très physique nous rappelle le vaudeville d’Olivier Guimond.

Mary-Lee Picknell en dinde ingénue tire son épingle du jeu. Chantal Dupuis et Nicolas Drolet forment un nouveau couple bien assorti de joyeux lurons. Ils sont le pilier de cette bande de joyeux drilles.

La musique est un narrateur important car tantôt elle explique une situation, tantôt elle surligne des émotions. Une musique rétro dynamique et enlevante.

Une sortie qui vous enchantera par ses paysages, par son dépaysement, à quelques minutes de la ville. Une pièce à voir, pour toute la famille, pour s’amuser et pour le chaleureux accueil des codirecteurs Sébastien Dorval et Claude Montminy ainsi que du personnel du Nouveau Théâtre de l’Île d’Orléans. Un incontournable de l’été 2018. Jusqu’au 2 septembre 2018.

Une pièce de Claude Montminy

Mise en scène de Sébastien Dorval

www.nouveautheatredelile.com

Louiselle LaVoie




Footloose - 28 juin 2018

Footloose

Une énergie contagieuse et des performances à en couper le souffle.

Hier soir avait lieu la première médiatique très attendue de la comédie musicale Footloose à la salle Albert Rousseau. Mise en scène par le talentueux Serge Postigo, il fallait s’attendre à ce que rien ne soit laissé au hasard.

Les décors et les éclairages impressionnent. Les numéros musicaux et les chorégraphies sont superbement bien exécutés par les artistes et les prouesses vocales sont exceptionnelles.

C’est en 1984, que le film Footloose a cartonné au Box-Office. L’histoire avait été inspirée d’un fait divers survenu quelques années plus tôt dans la petite ville de Bomont. Depuis l'accident de voiture qui avait emporté le fils du révérend, le conseil de ville avait adopté une loi qui interdisait la danse et la musique. Mais l’arrivée d’un jeune homme de Chicago du nom de Ren McCormack a fait changer la perception des gens prouvant hors de tout doute que la danse ne mène pas nécessairement à la dépravation. La danse a réuni deux êtres en souffrance et une belle histoire d’amour est née.

Les deux têtes d’affiche Éléonore Lagacé dans le rôle de Ariel Moore et Philippe Touzel dans celui de Ren McCormack sont tous les deux incroyables. Le duo nous donne des frissons tellement leur talent est immense. Ils dansent, ils chantent et ils jouent avec beaucoup d’agilité. Ils nous offrent un spectacle sans aucun temps mort.

L’indéniable chimie qu’il y a entre les deux, donne des performances à en couper le souffle. Tous les artistes de la distribution maitrisent à fond leur art et performent. Leur énergie est contagieuse. Chacun d’eux brillent de tous leurs feux.

La comédie musicale Footloose de Juste pour rire est présentée à la salle Albert Rousseau jusqu’au 28 juillet

À voir absolument!

Pour plus d’informations : http://www.sallealbertrousseau.com/evenements/footloose

Lyne LaRoche




Le 31è téléthon OES Partie no 1 - 18 juin 2018

Le 31è Téléthon Opération Enfant Soleil

Parce que les petits miracles n’arrivent pas seuls

Grâce à la générosité, au dévouement et à l’implication de milliers de donateurs, de bénévoles et de partenaires encore cette année le téléthon Opération Enfant Soleil a réussi à atteindre un peu plus de 20 millions de dollars. C’est au Centre de foires que les animateurs de ce grand événement Annie Brocoli et Maxime Landry étaient entourés d’une belle équipe dont Louis-Georges Girard, Alain Dumas, Anick Dumontet, Philippe Fehmiu, Mélanie Gagné, Josée Lavigueur, Claudine Prévost, Annie Soleil Proteau, Étienne Boulay, Roseline Filion, Félix Antoine Tremblay et de Camille DG. Ils ont tous fait un travail colossal durant ce 31è rendez-vous

Dès 7 heures les enfants ont pu chanter avec leurs artistes préférées, Arthur L’aventurier, Les petites Tounes, Fredo le magicien, Théo et Annie Brocoli. Accompagnés de leur famille les 18 Enfants Soleil provenant de différentes régions du Québec ont été tout au long de ce grand événement au cœur de l’action durant toute la journée.

Cette grande chaîne de solidarité et d’amour année après année permet à Opération Enfant Soleil d’amasser des fonds afin de soutenir le développement d’une pédiatrie de qualité pour tous les enfants du Québec. Au fil des ans, plus de 230 millions de dollars ont été remis partout dans la province.

À chaque année, c’est toujours un grand défi de réussir à ramasser des sous car les gens sont sollicités de partout. Mais quand on parle d’enfants malades, ça vient nous chercher en dedans. Malheureusement à tous les jours un diagnostic de maladie vient ternir la vie d’une famille. Heureusement Opération Enfant Soleil aide à mieux guérir les enfants en adaptant les soins hospitaliers à leurs besoins. Et ça c’est grâce à vos dons, c’est le petit geste qui fait toute la différence.

Vous désirez faire un don, même si le téléthon est terminé, il vous est possible de faire un don ou donner à chaque mois et devenir un Parent Soleil.

OES c'est l'affaire de tous!

Pour plus d’informations

www.operationenfantsoleil.ca

Lyne LaRoche




Entrevues au téléthon OES Partie NO 2 - 18 juin 2018

 

Durant toute la journée plusieurs artistes ont mis leur talent au profit de cette cause qui leur tient à cœur. Après leur prestation, certains  sont venus nous rejoindre dans la loge des médias afin de prendre quelques photos et de répondre à nos questions. J’ai eu le privilège de m’entretenir avec certain d’entre eux et je leur ai posé à tous les deux mêmes questions.

Pourquoi avoir accepté de vous impliquer au téléthon OES? Et parlez-moi de vos projets?

Voici ce qu'ils m'ont répondu

Ludovick Bourgeois : C’est impossible refuser de participer à cette belle cause, car les enfants malades ça touche tout le monde de près ou de loin. En venant chanter, c’est ma façon de donner un petit peu et si les téléphones sonnent après ma prestation et bien ça vaut le coup.

J’ai pleins de projets, je me promène un peu partout avec mon show, j’en ai encore une cinquantaine à faire. Je suis super content, les critiques sont bonnes. Je m’amuse, je tripe, je vais à la rencontre du public et j’adore.

www.ludovick.ca

Étienne Drapeau : Je me fais un devoir d’être là à chaque année. Je suis un collaborateur pour OES je fais la tournée des hôpitaux, je rencontre les gens, je fais la remise des chèques sur la route, l’année dernière, j’ai même fait un peu d’animation.

C’est une belle grosse année pour moi. J’ai lancé mon album Fiesta en mars dernier et j’ai fait une série de shows au Casino de Montréal. Pour mes 40 ans j’ai été signé par le Casino de Montréal. En termes de show, c’est ce qu’il y a de plus gros, c’est énorme nous avons 8 musiciens, 6 danseurs, une scène de 3 étages avec 120 moving light, c’est complètement fou. Cet été, on se promène un peu partout sur la route. Je participe à une douzaine de festivals. Par la suite je m’en vais à Cuba car j’ai signé avec la compagnie de disque là-bas qui va distribuer mon album partout. Je serai en spectacle à Varadero, Havane et Holguin et je ferai aussi un show avec un groupe très connu. C’est vraiment une belle opportunité pour moi. Mon dernier album Fiesta c'est une compilation de mes grands succès que j’ai traduit en espagnol. En décembre, janvier je serai en République Dominicaine pour faire la promo de mon album et je reviens au Casino de Montréal pour deux supplémentaires et au Casino du Lac Leamy aussi en supplémentaire. J’ai aussi un autre projet d’album pour l’année prochaine, donc ça n’arrête pas. Je me considère très chanceux d’être toujours là après 14 ans.

www.etiennedrapeau.ca

Mélissa Bédard : Depuis 2012, je participe au téléthon, j’ai deux enfants en santé et je me trouve tellement chanceuse. On n’est jamais à l’abris de la maladie, faut pas penser que ça nous arrivera jamais au contraire. Il faut donner, puis si ça nous arrive un jour au moins on sait qu’OES sera là pour nous, comme il est là aujourd’hui pour les enfants malades.

Mon quatrième album est en préparation, une nouvelle série télé, M’entends-tu avec Florence Longpré et Ève Landry dès janvier à Télé Québec. Des beaux projets.

www.melissabedard.ca

Joannie Benoit : C’est une cause qui me tient à cœur car dans ma vie, j’ai eu besoin de soins. C’est ma façon de redonner en venant chanter.

Je viens tout juste de sortir mon deuxième album Feux de Bengale et il y aura une tournée qui s’en vient. Pour le moment nous sommes entrain de peaufiner le tout.

https://www.facebook.com/joanniebenoit26/

Guylaine Tanguay : OES c’est la plus belle cause. J’ai le privilège d’avoir 3 filles en santé alors ce sera toujours un oui pour participer au téléthon. On ne le réalise pas toujours quand nos enfants viennent au monde mais quand on vient ici c’est là qu’on réalise à quel point nous sommes des parents privilégiés.

Nous sommes en promotion avec mon album le 3764 Elvis Presley BLVD. Je refais les chansons d’Elvis à la saveur country, j’ai aussi un album de Noel qui va sortir au mois de novembre, j’ai un livre qui sort à l’automne. J’ai des projets jusqu’en 2020. Je serai aussi en spectacle sur les Plaines d’Abraham le 23 juin prochain et le 7 septembre au Capitole de Québec avec Hommage à Céline.

www.guylainetanguay.ca

Kevin Bazinet : À chaque fois, j’ai toujours une raison de participer. Car comme tout le monde j’ai des gens dans mon entourage qui côtoient la maladie et c’est une des choses dont nous sommes tous vulnérables. C’est un sujet qui me touche énormément. Nous sommes huit dans ma famille et s’il fallait que ça arrive à un de mes frères ou une de mes sœurs ce serait terrible. Cette année, je le fais surtout parce que j’étais avec Audrey. On se connait depuis presque 3 ans. J’avais commencé à lui donner des cours de chant et un jour avant un cours, elle m’a dit qu’elle avait écrite une chanson et au même elle se battait contre le cancer. Malheureusement avant qu’elle eu le temps de venir en studio avec moi, elle n’avait plus de voix. Alors nous avons décidé, de prendre ses paroles et que je la chante pour elle. C’est un projet super le fun à faire et en même temps très touchant. On a tripé ensemble de le faire et de le partager ici aujourd’hui avec le public, ça n’a pas de prix pour elle.

Je possède un studio, je donne des cours de chants nous faisons toutes sortes de choses même des vidéos. Je m’amuse, j’ai du fun, je travaille avec des personnalités différentes, je tripe. Je suis quelqu’un qui adore être sur la scène mais de pouvoir vivre de ma musique en étant chez-moi, il n’y a rien de mieux. Je suis très heureux.

www.kevinbazinet.com

Shirley Théroux : Parce que c’est très important de donner pour la recherche. C’est le seul et dernier téléthon qui existe et que le peuple québécois nous sommes les plus généreux de toute la planète. On ne le dit pas assez souvent.

Mon spectacle solo revient au printemps. Je peins, j’expose à la galerie Michel-Ange du Vieux Montréal, j’ai plusieurs choses qui s’en viennent, ça va super bien.

https://www.facebook.com/shirley.theroux

Philippe Brach : Il y a deux portions à cette question. La première c’est pour la cause, pour les enfants. J’ai toujours donné une place importante à la jeunesse car j’ai toujours cru qu’On ne peut pas changer le monde avec ceux qui le contrôlent, alors la jeunesse c’est une bonne option. Sinon, égoïstement d’un point de vue individuel, je trouve que ça donne une bonne claque et ça relativise nos petits caprices d’artistes. Quand je passe dans la loge vip des enfants malades après je suis correct pour plusieurs mois. Je ne fais pas chier personne avec mes petits problèmes. Avec les médias sociaux, il y a de moins en moins de rassemblement et le téléthon ça en est un beau rassemblement.

Je continu ma tournée jusqu’en mai 2019, je travaille en ce moment sur un projet d’émission de télé pour les enfants et aussi sur un projet de livre. En bref beaucoup de projets en branle qui vont peut-être prendre quelques années, mais qui sont en production. On ne lâche pas!

QW4RTZ : Je pense que personne ne peut refuser de venir porter une main forte à cette cause. Mais au delà de tout ça, nous sommes très impliqués auprès des jeunes, on fait des conférences dans les écoles, nous sommes aussi les porte-paroles pour la Fondation Docteur Clown, donc c’est un milieu avec lequel nous sommes toujours en contact et particulièrement ce soir en chantant avec la petite Juliette Descarie qui est un rayon de soleil, c’est une championne.

À court terme nous avons le spectacle de la St-Jean qui s’en vient. Nous avons un spectacle pour le 25è de Festivoix à Trois-Rivières, chez-nous à la maison. Ce sera un gros spectacle sur la scène prInicipale, 15 000 personnes qui se déplacent pour venir voir QW4RTZ ça fait un petit velours. Plusieurs supplémentaires sont ajoutées avec le spectacle dont on fait la tournée en ce moment Serge Postigo en a fait la mise en scène. Un spectacle A cappella avec énormément d’humour et de variétés. On poursuit jusqu’en 2020 -2021. On s’oblige à arrêter et quand tu as des enfants t’as pas le choix.

www.qw4rtz.ca

Marie-Ève Janvier : Tout d’abord, nous avons la cause dans le cœur, on l’a vécu, notre frère a été malade alors qu’il était petit. Le cancer est revenu plus tard et ca va faire 5 ans qu’il est décédé. Alors on fait partie de ces familles qui ont vécu avec le cancer. OES fait toute la différence dans le quotidien des enfants malades.

Marie-Ève : Tout d’abord au quotidien c’est la radio à rythme FM dès le 13 août prochain je serai dans le show du retour avec Sébastien Benoit et Alexandre Barrette à travers le Québec. Sinon, L’amour est dans le pré, qui reprend pour la 7è saison à l’automne.

Émilie Janvier : Je reprends en direct de l’univers à l’automne dans les choristes et je recommence à écrire de nouvelles chansons.

www.facebook.com/mejanvier.jfbreau




Entrevues OES 2018 Partie no 3 - 18 juin 2018

 

2Frères : OES, c’est une cause qui nous tient à cœur, nous sommes tous les deux papas. On a la chance d’avoir des enfants en santé et ce n’est pas le cas de tout le monde, alors on tient vraiment à en donner le plus possible. Puis une des façons de le faire c’est par notre présence, de mettre un peu de joie dans le cœur de ces familles-là, nous passons la journée ici, on essaye de socialiser le plus possible.

Des shows dans les festivals cet été, à l’automne des shows en salle. Nous sommes entrain de monter un grand projet, un gros party de famille pour le jour de l’an. Le plus gros party de famille au Québec, ca va être avec les 2Frères, je ne vous en dit pas plus pour le moment, vous allez en savoir plus bientôt, pour le moment c’est un secret.

www.2freres.com

Marc Hervieux : Cette année c’est encore plus incroyable car le téléthon tombe la journée de la fête des pères. Ça fait un petit quelque chose de plus dans le fait de penser à notre situation personnelle. Se dire que nous sommes très très très chanceux qu’aujourd’hui le 17 juin 2018, j’ai trois filles en santé mais qu’on ne sait pas ce qui nous pend au bout du nez. Mais ce que je sais, c’est qu’il y a comme une pensée de plus cette année à cause de ça. À matin, je me suis fais dire Bonne fête papa, par mes grandes filles, je suis chanceux. Les papas qui sont des papas d’enfants malades, ils se font dire aussi bonne fête des pères, mais ils ont toujours une inquiétude, ce que je n’ai pas. On n’a pas besoin de réfléchir à savoir si on va participer au téléthon.

Beaucoup de radio pour moi, cet été j’anime à Ici musique de Radio Canada le dimanche matin de 10h à midi une émission qui porte un titre que j’adore la Dolce vita. Beaucoup de concerts à gauche et à droite, dont un gros le 2 août avec 240 choristes. Je suis un amant de la chaleur et du soleil, j’essaye de profiter aussi de mes filles car elles sont en vacances l’été.

www.marchervieux.com

 

Corneille : Écoute, je ne sais pas comment on peut être constitué comme être humain pour ne pas avoir d’empathie pour un enfant malade. Nous sommes parents, moi je suis père de deux jeunes enfants. On se trouve bien démuni devant la maladie, devant la pire des injustices. On ne sait pas quoi faire alors on donne ce que l’on peut. Quand une opération comme OES nous appelle on vient.

J’ai un album de reprise que je viens de sortir, je suis en résidence au Casino de Montréal du 9 au 17 novembre. Je ferai les chansons de mon nouvel opus mais aussi mes classiques. Il y a aussi le spectacle avec Garou et Roch, mais il faut que nos horaires soient compatibles. C’est un projet que l’on veut continuer encore deux trois ans.

www.corneilleofficiel.com

Yama : OES c’est une des meilleures causes. Quand on regarde un enfant on ne peut que penser à l’avenir. De travailler tous ensemble pour offrir le meilleur aux enfants malade c’est ce qu’il faut faire.

Nous sommes en tournée présentement pour la vente de l’album des trois finalistes. Nous allons aller dans beaucoup de villes, aller voir les gens.

https://www.facebook.com/pg/YamaLaurent/posts/

Je prend le temps de dire un gros merci à l'équipe des communications qui ont accompagnés les artistes durant toute la journée

Lyne LaRoche




Entrevues OES 4 2018 - 18 juin 2018

Roch Voisine : Je suis un habitué, quand je suis au Québec, je viens et ça me fais toujours plaisir. C’est important pour ceux qui en ont besoin et on ne sait jamais quand ça sera notre tour, on ne sais pas ce que l’avenir nous réserve. Moi, j’ai deux beaux garçons qui sont en santé mais on y pense quand même, quand tu regarde les enfants qui se battent contre la maladie. On vient, on chante, ce n’est pas grand-chose mais ça fait une différence.

La St-Jean à St-Jérôme et à Timmins en Ontario, la fête du Canada à Chicoutimi, par la suite je serai en Europe au mois de juillet et j’annoncerai sous peu un nouveau projet à l’automne

www.rochvoisine.com

Jérôme Couture : OES et moi, c’est un truc de longue date, comment dire non à cette cause-là. Les enfants c’est l’avenir de la société. Moi je n’ai pas d’enfants, mais j’ai deux filleules et plusieurs neveux et nièces qui sont en santé. Ça nous déchire tellement le cœur de voir des enfants qui n’ont pas la chance de grandir en santé et de pouvoir s’amuser comme cela devrait être. OES aide tellement les enfants avec tous les équipements qu’il offre aux hôpitaux et surtout dans les endroits éloignés. Moi, je viens du Saguenay, alors ça me touche beaucoup. Il faut donner, il faut soutenir et nous en plus nous pouvons le faire en faisant notre art, je suis prêt à faire tous les allers retours Montréal Québec du monde pour cette cause.

Je suis en production d’un nouvel album, je suis en écriture en ce moment, il va sortir en octobre prochain. Il y a un single qui roule en ce moment à la radio qui est Prier encore. Je coécris aussi avec des gens pour différents albums dont Tocadéo et j’ai plusieurs autres projets dont je ne peux parler encore. Je poursuis ma tournée de spectacle, il m’en reste encore une vingtaine à faire un peu partout au Québec d’ici décembre prochain. Je continu aussi mon aventure avec le Britishow.

www.jeromecouture.net

Tire le Coyote : De participer au téléthon, c’était tout à fait normal. J’ai travaillé avec des enfants comme intervenant donc l’implication auprès d’eux, c’est primordial pour moi. J’en ai aussi, je suis content qu’ils soient en santé, les enfants d’aujourd’hui, c’est l’avenir et il faut s’en occuper. Je suis très heureux d’être ici.

Mon album Désherbage est sorti en septembre, nous sommes en plein dans la tournée en salle, Nous sommes rendus à plus d’une quarantaine de spectacles. J’arrive d’Europe et ma tournée se poursuit jusqu’au printemps été 2019

www.tirelecoyote.com

Judi Richards et ses filles : La question est pourquoi pas, j’ai trois belles filles qui sont en santé et nous avons des petits enfants qui sont aussi en santé, on touche du bois, les enfants, la famille c’est ce qu’il y a de plus beau et le plus important. Quand il y a quelque chose qui ne va pas avec nos enfants, nos vies s’écroulent alors pour tous les mamans et les papas qui traversent des moments difficiles, nous sommes là au moins aujourd’hui pour eux.

Nous allons faire un spectacle de Noel ‘’Noel chez les Deschamps’’ qui sera présenté quatre fois à l’automne- hiver, juste avant le temps des fêtes en novembre pour cette année. Nous présenterons le spectacle le 25 novembre au Lion D’or à Montréal, et à Eastman, Ste-Agathe et Pointe-aux-Trembles. L’année prochaine nous aimerions venir présenter notre spectacle à Québec. Un projet d’album de Noel aussi est sur la table.

https://www.facebook.com/JudiRichards

Andrea Lindsay : Je pense que c’est la cause qui nous touche le plus. Même avant d’être parent je participais parce que les enfants c’est la population la plus vulnérable. Donc nous sommes tous parents quelque part bien avant d’avoir nos propres enfants. Aujourd’hui je suis maman et quand mon enfant est malade, qu’il tousse juste un petit peu, j’aimerais souffrir à sa place, on veut tous protéger nos enfants, on veut juste que ces petits bouts choux aillent une belle qualité de vie possible, alors aujourd’hui c’est une façon concrète pour nous de donner. On peut aider à guérir un gros bobo, c’est ça.

Je suis entrain de composer un album avec mon conjoint Luc DeLarochelière, ce sera notre deuxième album ensemble. Notre petit Louis va avoir deux ans et nous avons calculé que si nous désirons partir en tournée avec lui, c’est maintenant, avant qu’il commence l’école. C’est là, nous voulons qu’il puisse voir le Québec et la francophonie. Ce sera un grand bonheur de voyager en famille. Sinon, je continue avec mon album Jazz et une tournée avec le Roseq en deux parties que je partage avec Luc.

www.andrealindsay.com

Sara-Émilie Chabot : Ça fait au-dessus de 20 ans que je participe à OES, car j’ai été un Enfant soleil quand j’étais plus jeune, et ca fait 10 ans que j’y participe en tant que chanteuse.

Je suis entrain de préparer un album de Noel. Tout ce qui manque, c'est le financement pour produire cet album avant qu'il soit sur le marché et qu'il rapporte des sommes bénéfiques pour Opération Enfant Soleil. Le montant demandé, servira à produire l'album

L’année prochaine je vais avoir 30 ans, ce sera une belle grosse année pour moi car j’envisage de sortir mon album cette année-là. Pour ceux qui désire aider Sara-Émilie visitez

www.gofundme.com/production-d039album-de-noel

Michael : J’accepte depuis toujours de chanter ici, la première fois que j’ai chanté j’avais 11 ans c’était au concours les jeunes espoirs Enfant Soleil et je n’ai jamais arrêté depuis. Je suis resté abonné, pour moi c’est important. J’étais enfant et ça me touchais déjà maintenant que je suis parent imagine. C’est un grand rendez-vous à chaque année, c’est une belle façon de donner et d’appuyer cette cause pour les enfants malades.

C’est une belle grosse année, beaucoup de spectacles à venir, Tout l’été je suis avec l’équipe de QuebecIssime avec l’hommage à StarMania qui fête ses 40 ans, un concert de 12 musiciens, je joue le rôle de Ziggy. Je suis en création d’un album dont la sortie est pour 2019. Je continu ma tournée de spectacles et je serai en première partie du spectacle de Isabelle Boulay aux Mongolfières à St-Jeans sur Richelieu. À l’automne le spectacle Francostalgie une revue musicale hommage à la chanson francophone nous sommes 4 artistes dont Éléonore Lagacé, Vanessa Duchel, Maxime Landry et moi-même. Plus pleins d’autres affaires.

www.michaelmusique.com/spectacles.html

Marie-Élaine Thibert : Ça fait 15 ans que je suis dans le métier et à chaque année, je me fais un devoir de participer au Téléthon OES. Pour moi les enfants c’est une priorité. Il n’y a aucun enfant qui devrait être malade. J’ai une petite fille qui est en parfaite santé. Mais si un jour elle devait être malade, je veux me sentir en sécurité, je veux que les hôpitaux soient en mesure de lui donner tous les soins nécessaires. Je sais que le téléthon fait toute une différence, j’en ai tellement entendu parler. Grâce au téléthon et aux dons de tout le monde, les hôpitaux peuvent avoir des machines à la fine pointe pour nos enfants, ça c’est du concret. Pour moi, c’est toujours un cadeau de venir ici à chaque année. Tous mes amis sont ici, les artistes, les musiciens, les choristes. Je prends le train et je mets mon petit grain de sel en chantant. J’ai toujours l’impression de retrouver une famille et qu’ensemble on fait une petite différence pour nos enfants malades.

2018-2019, c’est vraiment plusieurs spectacles avec les filles dont Luce Dufault, Marie-Michèle Desrosiers et Martine St-Clair. Il y a aussi mon spectacle cabaret Hommage à Piaf, que je promène un peu partout. Je fais la tournée Roseq cette année, Port-Cartier, Matane, Kamouraska et les Iles de la Madeleine. Je me gâte, de faire le spectacle de Piaf dans de petites salles c’est le bonheur, les gens sont proches ont peux sentir leur pouls, c’est un beau cadeau. Leur réaction est instantanée. Et je suis en préparation pour un nouvel album, sûrement des chansons originales car mes deux derniers albums étaient des reprises. En ce moment, je me cherche une machine, une équipe, pas trop grosse, ni trop petite, je veux avoir des gens qui vont croire et avoir confiance en moi. Et c’est entrain de se concrétiser. Je suis très présente sur Facebook et maintenant sur Instagram.

www.marieelainethibert.com

 

Luce Dufault et sa fille Lunou : On ne sait plus quoi répondre à ça, parce que OES c’est irrésistible. C’est une cause magnifique puis ça touche tout le monde. C’est la plus grande injustice un enfant malade, si on peut faire un temps soit peu alors on est là pour ça depuis plusieurs années.

Luce : Je suis en tournée avec les filles avec Marie-Élaine, Martine et Marie-Michèle on va se promener un peu partout à l’automne, à l’hiver et au printemps.

Lunou : Je suis à l’école en concentration musicale à Lionel Groulx, donc je suis très occupée

www.lucedufault.com

Jean-Francois Breau : Je n’aurais jamais pu dire non à OES, d’une année à l’autre on ne se demande pas si on va faire le téléthon les seules questions qu’on se pose, C’est où? C’est quand?

Cette année Marie-Ève fais une prestation avec sa sœur alors moi je trouvais ca le fun que les deux sœurs fassent quelque chose ensemble. Moi je voulais faire quelque chose de l’fun, je voulais chanter avec un enfant soleil. On m’a proposé de chanter avec Stéphanie. C’est un bonheur de chanter avec elle.

Stéphanie Fugère : Ça fait 8 ans que je m’implique et je n’ai pas l’intention d’arrêter. Chaque année je chante, et cette fois-ci c’est une toune sympathique contrairement aux fois précédentes c’était toujours des chansons tristes. Là c’est différent, je suis vraiment contente et de chanter avec le beau Jean-François ce n’est quand même pas négligeable.

Jean-François : La guerre des clans à partir de septembre à V je suis très fier de ça. C’est déjà tout enregistré, les familles sont toutes passé, on a eu beaucoup de plaisir. Je suis aussi avec Pénélope aux Échangistes tout l’été. Un petit peu de musique à gauche et à droite mais pour le moment c’est de la télé.

Stéphanie : L’école et je continue de m’impliquer pour la cause.

www.jfbreau.com




Marc Dupré - 03 juin 2018

Marc Dupré…le magnétique

Comme le veut la tradition, un feu roulant

Dans une mise en scène hallucinante, c’est devant 10 000 personnes que celui qu’on surnomme la machine à hits Marc Dupré a livré un spectacle digne d’une Rock Star au Centre Vidéotron samedi soir dernier.

Tout d’abord, chaque personne avait son bracelet interactif qui s’illuminait simultanément à chacune des chansons, provocant des effets lumineux partout, c’était magnifique. Des jets de lumières et de fumée, des écrans géants, et dès le tout début du spectacle une étonnante pluie de confettis a donné le ton à ce grand party mémorable.

Sa façon de se connecter avec les gens est incroyable. D'entrée de jeu, il s’est promené partout dans le Centre Vidéotron en chantant. Des gens de tous âge voulaient le toucher et prendre un selfie. Au sommet de sa forme, Marc était comme un adolescent qui voulait vivre à plein ce grand moment magique. À plusieurs reprises, il a lancé ‘’ Je ne voudrais pour rien au monde être ailleurs’’.

Entouré de neuf musiciens, c’est plus d’une trentaine de chansons qu’il a livré avec brio vocalement. Il a puisé dans son propre répertoire les grands titres dont Aimons-nous, Rien ne finit jamais, La vie qu’il nous reste, S’aimer comme on est, Rester forts, Pourquoi t’es resté, Ton départ, Du bonheur dans les étoiles ou d’énormes ballons ont fait leur apparition, et plus encore. Il nous a servi aussi quelques reprises connues dont Ride qu’il a interprété avec le jeune Raphael Dolan-Bachand de la voix junior et Zombie en duo avec Andréanne A. Malette. Il y est allé aussi avec des valeurs sûres comme Summer 69 de Brian Adams qui est sûrement devenue sa chanson fétiche.

Avec tout l’humour qu’on lui connait, à différentes reprises il a lancé ses petites flèches afin d’amener son public ou il voulait aller en voici un bel exemple. Juste avant d’interpréter en duo avec son guitariste la chanson Say Something de Justin Timberlake, il raconte qu’une jeune femme lui a écrit pour lui dire qu’elle avait demandé en cadeau des billets pour le show de Justin et qu’elle avait reçu à la place des billets pour son show, sans autre explication. Alors pour lui faire plaisir, il allait lui faire une toune de Justin. Ce Marc Dupré c’est un gars expérimenté, il sait comment toucher les gens. Il ne chante pas juste pour le monde, il chante avec le monde.

Nous étions encore bien loin de se douter des deux belles surprises qui nous attendaient. Tout d’abord, son fils Anthony l’a accompagné au piano avec la chanson Voyager vers toi, chanson que Marc a écrit pour lui quand il avait 3 ans. Le papa était très émotif et très fier, surtout que c’était la première fois qu’Anthony jouait avec un band. Il a eu droit à une longue ovation.

Par la suite sa fille la belle Stella est venue le rejoindre sur scène pour interpréter True Colors et l’incontournable You Are the Reason une vidéo qu’ils ont mis en ligne et qui a été vu par plus de 200 000 personnes sur YouTube. Stella a une superbe voix, faut dire que la pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre. Elle aussi a eu droit à une longue ovation. On pouvait voir la fierté de papa dans ses yeux.

Pour la finale, inutile de mentionner que les fans n’ont pu demeurer silencieux, concluant ainsi de façon parfaite cette soirée avec les chansons Entre deux mondes et Nous sommes les mêmes.

C’est sous un tonnerre d’applaudissements que l’auteur-compositeur-interprète a conclu sa performance, laissant comme toujours un souvenir impérissable à son public.

Bilan

De belles surprises, des effets visuels hallucinants, des chansons entrainantes, une ambiance de fête, mélangeant musique et humour.

Marc Dupré a livré un party sans temps mort comme il a l’habitude de livrer. 

Première partie

La ravissante Andréanne A. Malette a assuré avec brio la première partie. Elle a livré cinq chansons dont L’autre Rive qu’elle avait interprété en 2012 sur cette même scène avec la tournée Star Académie.

Marc poursuit sa tournée Rester fort à travers le Québec, il sera le 9 juin au Centre Bell à Montréal et le 15 juin à l’Amphithéâtre Cogéco de Trois-Rivières

Son sixième album La vie qu'il nous reste est en vente dès maintenant

Pour plus d’informations : www.marcdupre.com

Lyne LaRoche




Petula Clark - 13 mai 2018

Résultat d’images pour petula clark albert rousseau

PETULA CLARK

Salle Albert Rousseau

Une prestation exceptionnelle et resplendissante.

Cette grande dame, une incontournable dans les années ’60, réussie à nous éblouir encore aujourd’hui. Sa passion, son talent et sa grande générosité sont incontestable.

Une salle comble de ses admirateurs l’attendait. Elle a été accueillie avec applaudissements et clameurs, dès son entrée en scène. Entouré de cinq musiciens chevronnés, elle nous a offert tout au cours du spectacle plusieurs pièces de son nouvel album en plus de quelques classiques tirés de l’ensemble de son répertoire. Après From now on sorti en 2016, son nouvel album francophone Vu d’ici est conçu à Montréal avec Louis-Jean Cormier et Antoine Graton. De son nouvel opus elle a choisi de nous interpréter : Sourire, Ceux qu’on aime, Danser avec son ombre, Je reviens de loin, Le chemin de la gare et Jamais adieu.

À d’autre moment nous avons l’impression de remonter le temps avec Je me sens bien auprès de toi, My love, Chariot, This is my song, Don’t cry for me Argentina et Un enfant. Mais lorsqu’elle chante Personne ne veut mourir et Downtown ses fans ne peuvent que s’enflammer et entonnent avec elle les refrains. Gainsbourg, Brel, Aznavour, Chaplin lui ont offert certaines de ces compositions et elle parsème son spectacle d’anecdotes savoureuses des rencontres enrichissantes qu’elle a connu avec ces grands artistes.

Resplendissante et très en voix, elle a fait le plaisir de tous. Nous n’ entendions que des éloges pendant l’entracte. Elle n’a pas déçu ses nombreux admirateurs qui lui ont démontrée en lui offrant de nombreuses ovations. Une superbe soirée en compagnie d’une artiste accomplie qui ne cesse de surprendre en se réinventant et qui sait s’entourer de jeunes auteurs et compositeurs de talent.

La tournée se poursuit au Québec jusqu’au 23 mai 2018.

www.petulaclark.net

Louiselle LaVoix




Le cirque Eloize - 07 mai 2018

Saloon du Cirque Éloize, un western inoubliable.

Sculpté sur les terres des Iles de la Madeleine il y a plus de 25 ans, le Cirque Éloize, tout comme son grand frère, fait rayonner l’art du cirque Québécois à travers le monde entier. Plus de 3,5 millions de spectateurs ont eu l’occasion, le bonheur d’assister à une représentation du Cirque Éloize.

Ce lundi, le Cirque Éloize a transformé la salle Albert-Rousseau en salle de spectacle du Far-West pour y exhiber Saloon. Présenté pour la première fois au Québec en septembre dernier dans le cadre du Festival Western de St-Tite, Saloon a par la suite pris la route à travers les États-Unis et l’Europe. C’est un mélange d’acrobaties, d’humour et de musique dans un univers que le président du Cirque Éloize, Jeannot Painchaud a pris plaisir à dépoussiérer.

Même avant la levée du rideau, on pouvait entendre un train, histoire de nous préparer à vivre plus intensément cette page d’histoire du pays de l’oncle Sam.

Dès le début, les constructeurs du chemin de fer nous ont permis de voir un homme-drapeau qui l’élançait de haut en bas sur un mât chinois de façon spectaculaire. On verra vite arriver le train qui nous conduira vers le saloon pour y croiser un jongleur.

Devant une structure de bois, un couple d’acrobates, issus de l’école de cirque de Québec, nous feront un magnifique numéro main-à-main dans une sublime chorégraphie.

Éloi Painchaud a été sollicité par son cousin pour construire la trame sonore de ce spectacle. Sa musique est omni présente, un peu à la manière d’un film muet. Les musiciens de talent font partie intégrante du spectacle. Entre le piano droit du saloon, l’harmonica, la guitare et les violons, les musiciens seront parfois accompagnés par les athlètes.

Dans des numéros plus spectaculaires les uns que les autres, on y retrouvera tous les clichés d’un bon vieux film de cow-boys. Fusils, trains, boissons, bagarres et belles femmes.

Dans un numéro de roue Cyr la femme tourne et tourne à s’en rendre folle, tout ça sur la musique de Patsy Cline. En compagnie de sa collègue, les deux femmes s’accrocheront au lustre du saloon pour un ballet aérien.

La mise en scène d’Emmanuel Guillaume est un feu roulant de numéros drôles et spectaculaires où la danse et la musique viennent savamment prendre leur place. Les 11 artistes réunis sur scènes nous feront vivre une soirée inoubliable.

Que dire de la finale. Un spectaculaire duel (à trois) sur une planche coréenne où les belligérants volent à des hauteurs folles, tournoient à ne pouvoir compter les tours et retombent sur la planche.

Tous ensemble, ils finiront réunis autour du micro pour une dernière chanson, un dernier salut, remerciés chaleureusement par les spectateurs qui, sans aucun doute, ont passé une magnifique soirée.

Saloon présenté plus de 200 fois devant 90 000 spectateurs, poursuivra sa route dans 12 villes du Québec.

Vous pouvez suivre les nombreuses activités du cirque Éloize par le truchement de son site internet au www.cirque-eloize.com.

 

Claude Gignac




Le party de P-A Méthot - 05 mai 2018

Le party 90 de P-A, tout un party

Après avoir gagné sa vie durant des années dans les bars de Québec, on peut dire qu’il ne l’a pas volé. Le succès qu’il a aujourd’hui, P-A Méthot le mérite amplement.

Samedi soir dernier, l’humoriste P-A Méthot a invité les gens à venir faire la fête avec lui et ses artistes invités au Centre Vidéotron.

Dans son costume des années 90, l’humoriste est arrivé sur scène en faisant quelques petits pas de danse sur la chanson Barbie Girl (Aqua), tout le monde était debout pour l’accueillir.

D’entrée de jeu, c’est avec une grande fierté qu’il s’est adressé au public « De tous les grands partys qu’on a fait au Centre Bell et au Centre Vidéotron, c’est la première fois ce soir qu’on est soldout» c’était la frénésie totale.

Il a débuté la soirée en nous rappelant l’actualité des années 90, les films de Jurassic Park, les modificationsqui ont été effectuées dans ces années-là sur Barbie et la virilité de Kent, qui restait à discuter. On a eu aussi droit à une parade de mode de vêtements des années 90 qui a fait beaucoup rire. P-A nous a rappelé de beaux souvenirs en nous parlant des discothèques de cette époque dont La Relève quand il voulait danser, le Show bar et le Bar à L’os. Quand il avait le goût de voir et d’entendre de la bonne musique, c’était au Dagobert que ça se passait.

Par la suite, il nous a présenté le groupe qui faisait la pluie et le beau temps dans les années 90, le groupe Noir Silence qui a interprété On jase de toi. Les gars étaient en feu et ils avaient du plaisir à écouter les gens chanter. Le centre Vidéotron est devenu une immense chorale durant la chanson au grand complet.

Dubmatique a aussi fait chanter le public avec La force de comprendre. Jean-François Bastien a interprété en 1990 de Jean Leloup chanson de circonstance. Et Boom Desjardins avec Juste pour voir le monde a fait vibrer tout le Centre Vidéotron, c’était magnifique.

L’humoriste Dominic Paquet a livré avec brio sont numéro mais aussi ces imitations de chanteurs dont Éric Lapointe, Kevin Parent et Dan Bigras. Rachid Badouri a comme toujours été hilarant. Patrick Groulx en curé était complètement ahurissant. La pétillante Priscilla de Jean-Michel Anctil est apparue sur le bateau du Titanic et tout le monde s’est levé instinctivement. Elle nous a parlé de ses tops films des années 90, Pretty woman, Basic Instint, Notting Hill, Vous avez un message et de son coup de cœur Ghost,Mon fantôme d’amour. Elle a même ajouté que son rêve était de faire elle aussi de la poterie avec le beau Patrick Swayze. P-A s’est empressé de faire en sorte qu’elle réalise son rêve. Pleins de moments cocasses sont arrivés, ce fût un numéro très réussi.

Avec Vicky Martel chanteuse de la formation Vénus3, le drummer du groupe YELO MOLO Yanick Boivin et son guitariste Sébastien, P-A a enfilé sa guitare et ils ont interprété Mr Big, To Be with You et Zombies The Cranberries et à ce moment-là tous les cellulaires se sont allumés en même temps donnant au Centre Vidéotron une allure de ciel ouvert rempli d’étoiles.

Pour la finale Véronique Claveau et Émilie Bégin ont dansé et chanté Wannabe des Spice Girls. Elles étaient belles à regarder.

Simple, gentil et drôle P-A Méthot reste toujours fidèle à lui-même. Malgré son succès, Il n’a pas changé du tout, c’est pour ça qu’il a réussi à remplir le Centre Vidéotron. On pouvait voir la fierté dans les yeux de sa maman de 82 ans.

Bilan

Un show à la hauteur de toute les attentes. Le Party 90 de P-A c'est le party à ne pas manquer. Des ovations à chaque numéro, des rires à profusion et de la maudite bonne musique.

Des shows comme ca, y en pas assez!!! C’est vrai, il n'y a qu’un seul P-A Méthot

Bon, je m’avance sûrement mais P-A y aura-t-il un party des années 2000?

P-A Méthot présentera son nouveau one man show en rodage Faire le beau dès l’automne 2018

Les premières médiatiques se feront

Le 23 janvier 2019 à la salle Albert Rousseau

Le 29 janvier au Théâtre St-Denis à Montréal

 

Pour connaitre toutes les dates

www.pamethot.com

Lyne LaRoche

 

 

 

 

 




Brigitte Boisjoli - 24 avril 2018

Brigitte Boisjoli en mode Plamondon

Hier à la salle Albert Rousseau, c'était soir de première à Québec pour l’énergique Brigitte Boisjoli qui présentait son nouveau spectacle Signé Plamondon.

Durant un peu plus de deux heures, Brigitte Boisjoli a livré des performances incroyables en interprétant quelques-unes des plus belles chansons de ce grand parolier québécois. Elle a puisé dans l’héritage musical de Plamondon et ce fût la célébration d’une des œuvres les plus remarquables de la chanson québécoise et internationale. Car qu’on se le dise, l’héritage musical de Plamondon ne se démode pas.

Tout le monde le sait, Brigitte ne peut être longtemps sans bouger. Alors dès qu’elle entend les premières notes, c’est comme si quelqu’un appuyait sur son bouton panique et que tous ses sens se mettaient à fonctionner en même temps. Elle est belle à regarder et un pur délice à écouter. Allumée comme toujours, son énergie est contagieuse, elle est véritablement une bête de scène.

Elle a débuté la soirée avec Monopolis, Besoin d’amour, Lolita, La complainte de la serveuse automate, Ziggy, J’ai rencontré l’homme de ma vie et Cœur de rocker… Par la suite, c’est en duo avec son guitariste et directeur musical Jean-Philippe Audet qu’elle a interprété Question de feeling.

Brigitte Boisjoli est selon moi, l’artiste la plus transparente qu’il puisse exister. Pour elle, il n’y en a pas de problème. Quand elle s’attaque à une chanson, elle la livre tellement bien à sa façon, qu’elle arrive à nous faire oublier la version originale. Tout comme avec son interprétation du grand succès de Céline Danse dans ma tête c’était parfait.

En deuxième partie, toute vêtue de blanc elle offre à son public L’hymne à la beauté du monde de façon magistrale. S’ensuit Oxygène et Mon p’tit boogie woogie sur lesquelles elle saute, elle danse et elle réussie tout de même à performer sans être essoufflée. Elle termine la soirée toute en émotion avec la chanson L’amour existe encore et le Blues du businessman, sa voix puissante nous donne des frissons. Au rappel, elle nous fera redécouvrir un des plus beaux textes de Plamondon dont la musique a été composée par Diane Juster J’ai besoin de parler. À la fin de cette superbe soirée, tout le monde s’est joint à la voix de Brigitte avec la chanson Ma mère chantait toujours.

Bilan

Un spectacle rempli de surprises. Des grands succès livrés par une chanteuse de grand talent. Authentique, charismatique, énergique, drôle et généreuse, Brigitte Boisjoli donne un super bon show. Un show comme je les aime, sans temps mort.

Petite anecdote : Je devais partir à l’entracte, mais c’était tellement bon que je suis resté jusqu’à la toute fin.

Son album Signé Plamondon est en vente dès maintenant

La tournée se poursuit pour connaitre toutes les dates

www.brigitteboisjoli.ca

Lyne LaRoche




Footloose - 14 avril 2018

Footloose passe l’été à Québec

Après Grease et Mary Poppins c’est au tour de la comédie Footloose de passer l’été à la salle Albert Rousseau. Adaptée, traduite et mise en scène par Serge Postigo, Footloose saura assurément pour cet artiste de grand talent un autre grand succès.

Cette semaine gens des médias et invités ont pu apprécier la qualité de cette comédie musicale.

Philippe Touzel (Ren MacCormack ) et Éléonore Lagacé (Ariel Moore) sont incroyables. Même si nous avons eu droit qu’à quelques courts extraits du spectacle, nous avons été en mesure de voir à quel point la chimie est grande entre les deux têtes d’affiche. Leurs magnifiques voix se marient parfaitement bien et ils déploient tous les deux leur immense talent en danse. Les autres chanteurs-danseurs de la troupe sont tout aussi épatants. La musique est entrainante et on a juste le goût de se lever et de danser.

Petite histoire

Dans une petite ville des États-Unis, la musique Rock et la danse sont proscrites. Le révérend de la place a décidé d’interdire ce plaisir suite au décès de son fils dans un accident de voiture. Le jeune Ren MacCormack débarque et il va finalement décider de combattre cette loi avec ses amis Wiiliard et Ariel. Il n’est pas question qu’il accepte de se conformer à cette loi. Il va prouver au révérend que la danse ne mène pas nécessairement à la dépravation.

Créée sur Broadway en 1998 dans une adaptation pour la scène de Dean Pitchford et Walter Bobbie, la comédie musicale a été nommée 4 fois aux Tony Awards.

Inspirée du film à succès du scénariste Dean Pitchford et réalisé par Herbert Ross, Footloose la comédie musicale, sera présentée du 27 juin au 28 juillet à la salle Albert Rousseau.

Footloose, est la comédie de l’été à voir à Québec absolument.

Quatre supplémentaires ont déjà été ajoutées

Pour plus d’informations :

www.albertrousseau.com

Lyne LaRoche




Luc Langevin - 12 avril 2018

Luc Langevin, MAINTENANT DEMAIN

Son premier spectacle se dressait un peu comme un auto- portait, une introspection sur sa vie, ses rêves d’enfant, sa carrière. Avec Maintenant demain, sa seconde production, Luc Langevin porte un regard vers le futur.

Dans une mise en scène de René-Richard Cyr, Luc Langevin, le magicien, l’illusionniste s’est installé pour trois soirs à la Salle Albert-Rousseau pour mystifier le public comme il sait si bien le faire.

En préouverture de Maintenant demain, Langevin tentera de nous convaincre que nous sommes prévisibles… et il y parviendra J’étais déjà déstabilisé.

Après être apparu, comme par magie, dans un fauteuil, il prouvera à nouveau notre prévisibilité en concoctant un jeu d’addition  complètement surprenant. Cette gymnastique arithmétique nous amènera où il veut bien nous amener. 

Le numéro du miroir, dont seul une caméra arrivera à capter le reflet nous en mettra plein la vue. Magie ou chorégraphie bien synchronisée?

Plus tard, le sympathique Émile et sa maman Nancy, viendront aider le magicien natif de Saint-Augustin-de-Desmaures à nous parler de télépathie.

Le numéro sur la téléportation on y voit Rien que du feu, c'est à s’en gratter la tête, complètement étonnant !  

Au final, il ira nous décrocher la lune comme si on n'en avait pas assez eu.

Enrobé d’éclairages soignés et efficaces et d’une musique omniprésente, ce spectacle nous montrera du grand Langevin.

Entre science, illusion et magie, Luc Langevin saura défier l’impossible, semer le doute et confondre le vrai du faux.

En repartant de Québec, le créateur d’illusions prendra la 20 vers Montréal pour deux spectacles les 18 et 19 avril avant de poursuivre sa route, sillonnant le Québec jusqu’aux fêtes. Vous pouvez savoir tout sur ce grand magicien au luclangevin.com

Claude Gignac




Nicola Ciccone - 11 avril 2018

Nicola Ciccone

Un gars de cœur

Après plus de 25 000 albums vendus l’auteur-compositeur-interprète Nicola Ciccone présentait son spectacle Les immortels au Grand Théâtre de Québec.

Ce spectacle est venu au monde il y a plus de 20 ans dans son imaginaire, il avait 17 ans. Comme bien des ados, il écoutait de la musique en anglais. Au cegep, une fille qui le trouvait charmant, pour le déniaiser lui a donné trois albums, Brel, Ferré et Vigneault.

Il est arrivé chez-lui, il a essayé d’aimer ça pour l’impressionner. Mais de fil en aiguille, il s’est vite aperçu qu’il aimait vraiment ça. Quelque jour plus tard, il s’est mis à écrire ses propres chansons en français. Et la suite de l’histoire, tout le monde la connait, ça fait plus de 20 ans que Nicola Ciccone écrit et chante des chansons d’amour qui nous ressemble.

Avec ce spectacle Les Immortels, c’est un vibrant hommage qu’il donne à tous ces gens qui lui ont donné le goût de faire son métier en français.

Il est arrivé sur scène en chantant Que c’est beau la vie, une chanson qu’il aurait pu écrire lui-même tellement elle lui colle bien à la peau. Par la suite, il a continué avec selon lui, nos plus belles chansons d’amour, Je vais t’aimer, L’essentiel, Aimons-nous quand même, Je reviens te chercher, Une chance qu’on ça, Ne me quitte pas.

Par la suite, il nous a donné des frissons avec ses interprétations des plus belles chansons d’amours dramatiques, qu’il a entendu dont Je suis venu te dire que je m’en vais, Ils s’aiment, Les feuilles mortes, Qu’il est difficile d’aimer.

Et le dernier segment du spectacle fût réservé aux chansons qui nous collent à la peau, celle qu’on a l’impression qu’elles ont été écrites pour nous et celles qui sont métissés. Il nous les a présentés en disant que ce sont des chansons qui lui ressemblent comme, J’ai le souvenir encore, Le temps d’une chanson, Mon manège à toi, Avec le temps, Hier encore j’avais 20 ans, Ma solitude, C’est ma vie et Je l’aime à mourir.

Entouré de ses musiciens, avec qui la grande complicité est palpable, notre bel italien nous livre un spectacle à la hauteur de toutes nos attentes. J’en aurais pris encore.

Bilan

Des classiques, des chansons coup de cœur interprété par un gars intense au grand cœur. Durant 90 minutes, il chante l’amour comme seul lui peut le faire avec sa superbe voix, livrant la puissance des mots et leur intensité comme un poème.

Pour ceux qui ne le savent pas, il y a quelques mois, Nicola a publié son troisième livre Cuore, qui veut dire cœur, qui raconte un peu sa vie avant d’être connu de 0 à 20 ans.

Pour plus d’informations

http://www.nicolaciccone.com/

Lyne LaRoche




Le Fantôme de l'Opéra - 11 avril 2018

FANTÔME DE L’OPÉRA, la vie, la mort, le vrai et le faux

Au début du 20e siècle le romancier Gaston Leroux est inspiré par une histoire d'amour et par des rumeurs provenant des souterrains de l'Opéra Garnier à Paris dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Il en résulte un roman qui survivra à la guerre et au modernisme. Présenté sur scène dans des dizaines de productions, dont une qui est à l’affiche depuis 30 ans sur Broadway à New York, Le fantôme de l’opéra sera aussi porté sur grand écran dans plusieurs versions depuis 1925.

Ce mercredi, le Ballet-théâtre atlantique du Canada a présenté, à la salle Albert-Rousseau, sa production Fantôme de l’Opéra, inspirée de l’œuvre de Leroux. Sur la musique de Francis Poulenc, l’histoire traite d’amour, de rejet social et de solitude, des thèmes toujours d’actualité, cent ans après la création de l’œuvre. C’est l’amour sans espoir d’un homme rejeté. Un solitaire qui consacre sa vie à la musique. C’est une histoire qui navigue entre romance et frayeur.

La pièce qui se déroule en deux actes nous raconte la vie d’Érik, un homme défiguré, rejeté par sa mère, brutalisé et délaissé par le monde entier. Réfugié dans les voutes d’un théâtre, sa grande solitude finira par effacer la frontière entre le monde réel et l’imaginaire. Sa vie sera bouleversée lorsqu’il fera la rencontre de Christine, une belle jeune femme. Malgré son apparence hideuse, la belle Christine tombera en amour avec Érik jusqu’à l’arrivée inattendue de Raoul.

S’en suivra une saga menée par la jalousie où Érik devient de plus en plus violent. Si violent que Christine préférerait faire le sacrifice de sa vie et celle de Raoul plutôt que de vivre auprès d’Érik.

Dans une conception et des chorégraphies d’Igor Dobrovolskiy, les huit danseurs et danseuses de grand talent, menés par Sergiy Diyanov (Érik) et Yoriko Diyanova (Christine), sauront nous transporter dans le monde d’Érik. De simples colonnes triangulaires, conçues par Brian Perchaluk et des éclairages minimalistes de Pierre Lavoie, nous permettront de nous promener du théâtre jusqu’au monde imaginaire du fantôme.

La qualité de la trame sonore ne nous permettra malheureusement pas de ressentir toute la puissance de la musique de l’œuvre.

La dramatique finale se produira devant un drap de ciel magnifiquement bien utilisé où on ressent la dualité de la vie et de la mort.

Vous êtes fascinés par l’histoire du fantôme, sachez qu’une adaptation en langue française de la comédie musicale Le Fantôme de l'opéra sera présentée en version concert en juillet prochain au Monument-National, à Montréal.

En plus de la tournée Fantôme de l’opéra, présentée pour encore quelques soirs au Québec, le Ballet-théâtre atlantique du Canada présentera cette année les tournées Ombre et violence, Carmen et Creative dance exchange un peu partout au pays. Vous pouvez suivre les activités de la compagnie de dance de Moncton au atlanticballet.ca.

 

Claude Gignac




Sylvia - 08 avril 2018

Sylvia

Un incontournable pour les amoureux des chiens, anthropomorphisme mur à mur!

Hier soir à la salle Albert Rousseau, le décor était magnifique. Les sculptures d’arbres qui se déployaient lorsque Greg s’en allait au parc étaient remarquables.

Un animal de compagnie a-t-il déjà changé votre vie? Vous êtes-vous déjà demandé à quoi pense votre petite bête adorée lorsque, la tête sur le côté, elle rive ses grands yeux sur vous? Détient-elle les clés de grandes questions existentielles ou est-elle simplement attendrie par l’odeur alléchante de vos nouveaux souliers en cuir? Dans Sylvia, l’existence d’un couple de baby-boomers est bouleversée lorsque le mari ramène à la maison un pitou drôlement exubérant, retrouvé seul dans un parc. L’impossible ménage à trois avec une couleur animale.

Marcel Leboeuf(Greg) et Pauline Marin(Catherine) incarnent un couple qui se cherche malgré le fait qu’ils vivent ensemble depuis longtemps. Catherine a trouvé un sens à sa liberté retrouvé mais pour Greg, ce n’est pas si facile et le chien est prétexte à exprimer ses besoins et ses envies. Il ne remet jamais son couple en question, c’est son travail qui ne lui convient plus et il doit faire de nouveaux choix. Un choix plus « concret ». On voit bien leur complicité même lorsque le chien vient bouleverser leur équilibre.

Claude Prégent est la surprise de cette pièce. Il joue des rôles si différents qui montrent son grand talent. Sonia Cordeau est survoltée en goldendoodle qui cherche à se faire aimer. Un jeu physique est un euphémisme pour décrire sa performance. Ses costumes faisaient référence à un animal canin sans avoir recours à de la fausse fourrure.

Un texte léger parfait pour une soirée où l’on oublie ses tracas.

Texte de A. R. Gurney
Traduction et adaptation de Normand Chouinard
Mise en scène d'André Robitaille
Avec Pauline Martin, Marcel Leboeuf, Claude Prégent et Sonia Cordeau

www.sallealbertrousseau.com

www.meute.ca

Louiselle LaVoie




Parlons Centre d'Art la Chapelle - 07 avril 2018

Le Centre d’Art La Chapelle

Toujours un grand bonheur pour le public et les artistes

Aujourd’hui, j’aimerais vous faire découvrir pour ceux et celles qui ne le connaissent pas encore, un de nos joyaux à Québec Le Centre d’Art la Chapelle.

Situé  dans le quartier Vanier dans la Ville de Québec, le Centre d’Art la Chapelle est un de nos petits bijoux en tant que salle de spectacles. Tout d’abord, la chapelle a un cachet bien particulier. Que ce soit au niveau de l’acoustique, des éclairages ou du confort, les artistes et la clientèle s’entendent pour dire qu’ils adorent y venir faire leur tour et ils veulent y revenir à tous coups

Le directeur général Jacques Angers et toute son équipe travaillent très fort afin de présenter à chaque nouvelle saison une programmation des plus diversifiée, dans le but de toujours satisfaire les goûts d’un plus grand nombre de personnes possible. Un autre atout que possède cette salle, c’est qu’elle peut accueillir entre 165 et 200 personnes. Donc, qu’importe où nous sommes assis, rien nous obstrue la vue. Quand on assiste à un spectacle au Centre d’Art la Chapelle sur le plan de la proximité entre l’artiste et nous, c’est difficile de faire mieux. On a l’impression d’être assis dans notre salon et de passer du bon temps entre amis. La courtoisie du personnel et le service à la clientèle hors pair sont d’autres éléments essentiels qui viennent s’ajouter aux autres avantages qu’offre la Chapelle.

Pas surprenant qu’au fil des années le Centre d’Art la Chapelle obtient toujours un immense succès.

Ce lieu mythique de présentation de la culture offre un environnement unique et chaleureux, propice à la tenue de spectacles de la chanson, du théâtre, de l’humour ou tout autre type de représentations ou d’événements. En plus le stationnement vous est offert gratuitement, voici un autre avantage qui s’ajoute à tout ce qu’offre le Centre d’Art la Chapelle à sa clientèle. C’est assurément l’endroit pour passer une soirée unique. Seul, en couple ou entre amis, venez faire un tour vous aurez assurément un coup de foudre garanti!

Location de salle

Pour ceux et celles qui le désirent, la salle peut être louée pour une activité à caractère artistique ou culturel, des rencontres d'affaires, assemblées, conférences, comités ou autre. La salle est louée selon nos disponibilités. Les soirées privées telles que les soirées familiales, les réceptions ou autre du même genre sont exclues

Pour plus d’informations ou pour connaitre la programmation

www.centredartlachapelle.com

620, avenue Plante

Québec (Québec)

Canada G1M 3R5

418 641 6032

Lundi au vendredi 9 h à 13 h 14 h à 17 h

Samedi                  12 h 30 à 17 h

« Tous les artistes le disent : « Nous sommes vraiment bien reçu ici et nous avons du gros bonheur à être si proche de vous le public ».

Voici un petit brin d’histoire

En 1956, le chanoine J.-Alfred Côté initia le projet de construction de la Chapelle et elle sera inaugurée en février 1957. Plusieurs paroissiens à cette époque ont fait des gestes généreux entre autres la famille Latulippe et de Juda Lieb Gerwurz (don de terrain), Entrepreneur Philippe Bibeau, architecte Germain Toutant, Jean-Paul Champagne, maçon André Neault, menuisier Roger Garneau et Philéas Flamand, Camilien Martineau, etc.

Et c'est en juin 1996 que l’ancien lieu de culte est devenu le nouveau Centre d’art la Chapelle.

Lyne LaRoche




Roch Voisine et l'OSQ - 05 avril 2018

Roch Voisine, une grande simplicité

Ce n’est pas la première fois que Roch Voisine se produit en compagnie d’un grand orchestre. Cette semaine, au Grand Théâtre de Québec, il s'est joint à l’Orchestre symphonique de Québec pour présenter un spectacle intitulé Tout simplement.

Tout simplement, parce que, contrairement à ses habitudes, il ne sera pas accompagné de ses musiciens. En septembre 2016 Voisine avait eu le bonheur de se produire avec l’Orchestre symphonique de Montréal, dirigé par Simon Leclerc. Cette fois, Leclerc dirigera l’OSQ pour deux soirs devant le public de Québec pour célébrer les 30 ans de carrière de Voisine. Malgré l’appui d’un grand orchestre, Roch Voisine avait promis de ne pas dénaturer son répertoire, lui qui ne compte pas moins de 350 créations dans son catalogue de 40 albums.

Dès le début du concert, ils enfileront les succès de l’auteur-compositeur-interprète avec Oochigeas, Kissing rain et La berceuse, écrite du temps où il vivait à Québec.

Sans section rythmique, la musique de Voisine semble pleine de légèreté grâce aux arrangements symphoniques créés par le maestro Leclerc. La beauté et la force des orchestrations prendront toute leur puissance dans les balades, notamment pour Dance with a stranger et It’s impossible, qu’il avait eu le plaisir de chanter avec ses comparses Garou et Corneille lors de la tournée Forever gentlemen. Il nous a offert Les amants, une superbe composition qu’il chantait sur scène pour la toute première fois. Cette pièce est digne des grandes comédies musicales.

Avec les nouveaux enrobages, Voisine a quelques fois, perdu ses repères, manquant quelques départs sans que le public lui en tienne rigueur.

Un spectacle « bien habillé » comme lorsque l’on porte nos plus beaux vêtements pour recevoir une vieille tante le dimanche après-midi. Sur scène, arpentant les planches de gauche à droite, Voisine donnait parfois l’impression de souhaiter délaisser son costard noir, sa chemise blanche, sa cravate et ses souliers vernis pour enfiler des vêtements plus décontractés et ramasser sa guitare pour mettre un peu de chaleur à cette soirée.

Roch Voisine est plus à l’aise en seconde partie. Il empruntera la très belle Perce les nuages à Paul Daraiche, sa chanson country québécoise préférée. Il s’immiscera aussi dans l’univers de Boom Desjardins pour la superbe J’veux pas vieillir, qui semble taillée pour un orchestre symphonique.

Après avoir terminé le spectacle avec With this eyes et I’ll always be there, Roch Voisine ne pouvait nous quitter sans nous offrir son grand classique. Au rappel, il nous proposera Hélène dans un arrangement où la harpe a élevé l’histoire d’amour jusqu’aux nuages.

Un spectacle qui nous a fait découvrir quelques magnifiques nouveautés et redécouvrir des trésors qui portent bien les marques du temps.

Après cette parenthèse avec l’OSQ, Voisine poursuivra au Québec, sa tournée Devant nous avant de traverser en France pour plusieurs dates.

Vous pouvez suivre Roch Voisine sur son site officiel au www.rochvoisine.com 

Pour connaitre les prochains concerts de l'OSQ http://www.osq.org

 

Claude Gignac




La Compagnie Créole - 04 avril 2018

30 ans avec la Compagnie créole …toujours un grand party

Hier soir, malgré une soirée tempêteuse et un froid glacial, le groupe Antillais chouchou des Québécois La Compagnie Créole réchauffait le cœur de ses fans à la salle Albert Rousseau.

Tout au long de la soirée on se serait crus sur une plage, petit cocktail à la main avec une chaleur qui nous traversait le corps avec comme résultat une sensation de bien-être et de confort. Ne pensant pas du tout à ce qui nous attendait à la sortie heureusement.

Une énergie incroyable régnait dans la salle. Dès la toute première pièce Viva la Fiesta, la glace a fondue complètement. Toujours aussi populaire, c’est dans une salle de gens tous âges qui avaient bravé la tempête afin de pouvoir chanter et danser sur la musique de La Compagnie Créole. Toute la soirée la formation a fait lever les gens de leur siège à plusieurs reprises.

Tout le monde avait envie de festoyer sur les airs du Douanier rousseau en passant par Le Bal masqué, La machine à danser, Ca fait rire les oiseaux, Cadeau du ciel, Ba moin En Ti Bo, C’est bon pour le moral, Bons Baisers de Fort de France, Au mariage de ma femme et plus encore…

Heureusement quelques balades nous ont permis de reprendre notre souffle comme avec Santa Maria de la Guadeloupe qui se veut une très belle prière aux marins

Bilan

Durant 90 minutes, La Compagnie Créole nous a permis de nous évader du train-train quotidien en nous injectant de fortes doses de chaleur. Comme toujours avec leur énergie contagieuse et leur musique rassembleuse on a dansé, on a chanté et on en est ressortie avec le sourire et la musique dans le cœur!

Lyne LaRoche




Demain matin, Montréal m'attend - 03 avril 2018

 

Demain matin, Montréal m’attend

Un grand classique divertissant

Hier soir c’était la grande première de Demain matin, Montréal m’attend à la salle Albert Rousseau. C’est devant un public conquis d’avance que les colorés personnages dès l’ouverture du rideau ont fait ressentir la grandeur de cette comédie musicale.

Le trio formé de Francois Dompierre à la composition musicale, René Richard Cyr à la mise en scène et au texte Michel Tremblay a fait revivre de main de maître cette œuvre amblématique tout en gardant l’essence originale de la pièce.

Hélène Bourgeois Leclerc dans le rôle de Lola Lee de son vrai nom Rita Tétrault une ancienne danseuse travaillant aussi dans un bordel, nous démontre bien à quel point elle a un immense talent.

Benoit McGinnis, est méconnaissable avec ses cheveux bleachés, quel comédien!

Laurent Paquin, est le plus surprenant. Ave sa robe et ses talons hauts, il campe le personnage de la Duchesse de Langeais et il performe.

Katleen Fortin qui joue la tenancière du bordel du nom de Betty Bird, est d’une grande beauté, elle scintille dans ce rôle. Elle chante merveilleusement bien. Sa place est vraiment sur la scène.

 
 

Plusieurs autres comédiens viennent se joindre à cette brochette de comédiens tous incroyablement talentueux.

C’est dans un décor sobre laissant toute la place au talent des comédiens que Montréal m’attend est assurément la pièce que vous devez voir absolument.

Les costumes flamboyants, les beaux maquillages, les perruques exotiques et les chorégraphies enlevantes combinées au talent de l’auteur et des acteurs, nous démontre bien à quel point nos artistes sont indéniablement de grands acteurs.

Pour connaitre toutes les dates

http://demainmatin.ca/spectacles.html

Lyne LaRoche




Entre Vous et Nous - 01 avril 2018

Entre vous et nous

Un concept original, une idée géniale

Hier soir à la salle Albert Rousseau, avait lieu la première à Québec du spectacle Entre vous et nous. Réunissant quatre chanteuses d’expérience dont Luce Dufault, Marie-Élaine Thibert, Martine St-Clair et Marie Michèle Desrosiers, ce spectacle est une belle façon pour elles de faire plaisir aux fans qui les suivent depuis les tous débuts de leurs carrières.

Les quatre grandes voix sont arrivées sur la scène et déjà le public était conquis. Chacune leur tour, elles ont interprété leur succès respectif et ceux des artistes qui les ont marqués.

Les grands moments dans la soirée

Martine St-Clair a interprété son grand succès Ce soir l’amour est dans tes yeux de façon magistrale.

Comme toujours Marie-Élaine Thibert a livré une performance sans faille avec La Quête

Luce Dufault avec sa voix puissante et unique a donné des frissons avec Soirs de scotch

Marie-Michèle Desrosiers nous a fait voyager dans le temps en interprétant Amène pas ta gang et Je ferai un jardin.

Nos quatre talentueuses chanteuses ont toutes eu droit à une grande ovation

L’idée de réunir quatre de nos plus belles voix sur scène est un concept génial, car elles ont toutes des univers musicaux bien différents et un grand répertoire. Voici en autres quelques chansons qu’elles ont interprété hier soir Des milliards de choses, Quand on est seul sur son étoile, À toutes les fois, Padam Padam, Laissez-nous la chance Y a de l’amour dans l’air, Logical Song et quelques medleys

La mise en scène de Nelson Minville est simple mais très efficace. Que ce soit en solo, en duo, en trio, elles interprètent avec brio, leurs airs préférés. Elles ont du plaisir à partager la scène et ça se sent. Elles en profitent aussi pour faire un petit clin d’œil à Luc Plamondon en enfilant des lunettes fumées sur Des mots qui sonnent chanson que Céline a popularisé.

La tournée Entre vous et nous, s'arrêtera dans une trentaine de villes du Québec et de l'Ontario d'ici novembre

Elles seront de retour à la salle Albert Rousseau en supplémentaire le 18 mars 2019

www.albertrousseau.com

Conclusion

J’ai passé une excellente soirée en écoutant ces quatre superbes voix interpréter des chansons à succès que tout le monde connaissait. En plus quatre grandes star de la chanson pour le prix d’une. Entre vous et nous, c’est ça du grand bonheur.

Pour connaitre toutes les dates, visitez

http://productionsmartinleclerc.com/martine-st-clair-marie-michele-desrosiers-luce-dufault-marie-elaine-thibert-entre-vous-et-nous

Lyne LaRoche




Yvan Pedneault - 30 mars 2018

Un super beau trip avec Yvan Pedneault

Hier soir, le grand finaliste de La Voix 2016, Yvan Pedneault était de passage sur la scène du Centre d’Art la Chapelle afin de présenter son spectacle solo.

En plus de présenter plusieurs chansons de son premier album, il a interprété plusieurs grands succès des années 70-80, du bon vieux rock comme lui seul peut le livrer. Il a aussi fait un petit détour dans l’univers country avec les chansons « Mille après Mille, Six heure moins quart, Perçes les nuages lui rappelant son enfance et les moments privilégiés qu’il passait avec son père.

Yvan Pedneault est un chanteur de haut calibre. Il a une voix super puissante, il est beau à regarder et bon à entendre. Il a une énergie contagieuse et même si ce spectacle était intimiste, entouré de ses deux musiciens, il a complètement soulevé la foule à plusieurs reprises.

Racontant certaines anecdotes, il a bien fait rire les gens quand il a remercié ses sœurs qui écoutaient plusieurs films de danse, car dit-il c’est à ce moment-là qu’il s’est mis à triper musique. C’est avec son interprétation du medley des trames sonores de films qu’il a eu droit instantanément à un tonnerre d’applaudissements «Pretty Woman, Do You Love Me, Can ‘t Buy Me Love The Power of Love, Footloose et Unchained Melody ».

Par la suite, il a rendu un vibrant hommage à Freddy Mercury du groupe Queen avec «We Will Rock You, Don ‘t stop Me Now, Somebody To Love et We are the Champion». C’était incroyablement bon, tout le monde était debout, tout le monde en aurait pris encore et encore.

Bilan

Les choix musicaux, l’énergie, le charme et l’énorme talent d’Yvan Pedneault donne comme on dit une soirée plus que parfaite.

Voici quelques performances qui vous donneront des frissons

Son audition à l’Aveugle

https://www.youtube.com/watch?v=0gFTe35mUso (We are the Champion)

La demi-finale

https://www.youtube.com/watch?v=zyANO_SS2sM (Somebody To Love)

La chanson que son coach Marc Dupré a écrit pour lui

https://www.youtube.com/watch?v=m4c44qHrPSE (« La dernière fois »)

Lyne LaRoche




Québec en scène - 30 mars 2018

Québec en scène

Le plus grand mouvement artistique au Québec

Aujourd’hui avait lieu le lancement officiel d’un nouveau concours de talents dans l’industrie artistique au Québec.  L'humoriste Maxim Martin  n'a pas hésité un seul instant quand on lui demandé d'être le porte-parole de cet événement haut en couleur.

Propulsé par l’entreprise La Relève en force, le concours prône la valorisation de tous les artistes québécois de la scène sans exception. Contrairement aux autres concours, tout le monde est accepté, aucune candidature ne sera refusée.

Comment ca fonctionne:

Tout d'abord les candidats ont jusqu’au 18 mai 2018 pour déposer leur candidature en ligne et envoyer leur vidéo. En s’inscrivant à ce concours, les participants seront assurés d’avoir une visibilité via le site web et les réseaux sociaux de Québec en Scène, ce qui leur donnera  une visibilité qui touchera plusieurs milliers de personnes. Le public pourra aussi voter en ligne jusqu’au 1 juin 2018.

Les artistes qui se classeront pour les secondes étapes, auront la chance de performer dans des salles de spectacles devant public et jury lors des demi-finales régionales. Après les cinq finales régionales, 15 candidats ou groupes seront sélectionnés pour la grande finale provinciale, Après cette dernière épreuve, les jurys détermineront trois grands vainqueurs, un par catégorie. Chaque Lauréat re remportera une bourse de 10 000$.

William Plamondon président et fondateur de La Relève en force inc et directeur général de Québec en scène est un entrepreneur âgé de 21 ans. Auparavant Québec en scène était produit par une OSBL qui manquait de partenaires financiers. Suite à l’implication de William dans le projet en 2016, ce dernier décide de racheter le concept, d’enregistrer la marque de commerce Québec en Scène et de transférer les activités dans sa propre entreprise afin de développer le projet dans l’ensemble de la provine et du Canada. En plus de ses qualité d'entrepreneur, ce jeune visionnaire a plusieurs qualités dont celle d'être un véritable passionné. Grâce à sa persévérance ce jeune visionnaire  a su s’entourer des bonnes personnes afin que tout son projet prenne vie.

Vous désirez poser votre candidature ou pour avoir plus d’information

Visitez www.quebecenscene.com

Lyne LaRoche

 




Patrick Groulx en rodage - 29 mars 2018

Patrick Groulx en rodage

Jeudi soir dernier, l’humoriste Patrick Groulx était de passage au Centre d’Art la Chapelle afin de tester du nouveau matériel pour son prochain one man show.

Qu’est-ce qu’un show de rodage ?

C’est un passage obligé pour les artistes, car c’est à ce moment-là qu’ils testent leurs numéros. Quelque fois l’artiste pense que c’est bon et pourtant les gens ne rient pas. Le contraire arrive aussi, l’artiste essaie un gag et le monde embarque carrément et ça rit.

En tant que média et par respect pour les artistes, quand j’assiste à un show de rodage, je ne fais aucune critique. Je vous explique pourquoi.

Plusieurs des numéros qui sont testés normalement vont être retravaillés pour que le soir de la première ce soit le punch parfait. Et durant tout le rodage, de nouveaux gags vont s’ajouter jusqu’à la toute fin. Alors, si une mauvaise critique sort durant un show de rodage et bien ce serait malheureux que les tickets ne se vendent pas à cause de cela. Car le produit n’est pas final tant et aussi longtemps que le soir de grande première soit arrivé.

Alors non, je ne vous raconterai pas les numéros du spectacle de rodage de Patrick Groulx. Mais je peux vous dire qu’à toutes les fois, que les gens trouvaient le gag bon et bien la fierté s’installait dans le visage du sympathique humoriste.

Ce que je peux vous dire c’est qu’après trois ans d’absence et après plusieurs rodages, en ce qui me concerne et à voir la réaction du public dans la salle, il ne reste plus grand-chose à changer ou à déplacer car les rires fusaient de tous les côtés. Avec ses mimiques et son sens inné de la répartie, je suis certaine que ca sera un méchant bon show.

Tout le monde le sait, Patrick Groulx est un gars hyper sympathique qui carbure toujours aux nouveaux défis. Ce soir encore durant 75 minutes, il a littéralement fait rire tout le monde et ce n’était qu’un rodage, alors imaginez quand tout sera en place.

Il sera de retour au Centre d’Art la Chapelle le 14 septembre prochain

Pour connaître les autres dates

www.patrickgroulx.xom

Lyne LaRoche




Nos incontournables - 26 mars 2018

Nos Incontournables, un spectacle touchant

Hier soir, le spectacle Nos incontournable s’est enfin arrêté à la salle Albert Rousseau.

C’est dans une salle comble que les sept artistes ont livré chacun de belles performances.

Suite aux grands succès des albums hommage à Roger Whittaker (Mon pays bleu) et à Sweet People (On a tous quelque chose de Sweet People), il était comme presque évident pour Mario Pelchat d’aller à la rencontre du public avec ces deux petits bijoux.

Avec le spectacle Nos incontournables, Mario Pelchat, Paul Daraîche, Laurence Jalbert, Natacha St-Pier, Cindy Daniel, Manon Séguin et Christian-Marc Gendron revisitent les grands succès de ces deux icônes de la chanson française que nous avons tous fredonné et qui ont laissé leur trace dans nos souvenirs. À cela s’ajoute un volet musical qui rend hommage à nos grands disparus dont Johnny Hallyday, Demis Roussos, France Gall, Leonard Cohen sans oublier le regretté Patrick Bourgeois.

Entourées de quatre musiciens, les sept artistes ont tous offert au public un petit quelque chose de profond qui donnait des frissons, de la nostalgie et du grand bonheur. En plus, la joie que cette belle gang avait à être ensemble sur scène étaient contagieuse. On le sentait vraiment. Sans oublier leurs voix qui se mariaient à merveille.

Ce projet multi-artistes est encore une idée géniale de Mario Pelchat. De plus en plus, avant de payer pour aller voir un spectacle, le public recherche quelque chose qui va divertir et qui aura toujours un effet de surprise. Mario a mis le doigt sur le bon filon car c’est le genre de spectacle que les gens aiment. Plusieurs grands talents défilent sur scène offrant de grands classiques chacun à leur façon. C’est comme si nous assistions à plusieurs spectacles en même temps. On a l’impression d’en avoir pour notre argent, car il y en a pour tous les goûts. Alors Mario, la commande est donné, il en faut encore des shows comme ca!

Bilan

Nos incontournable, c’est un beau voyage musical empreint de vérité et de sensibilité ou le capitaine du bateau et ses coéquipiers vous amènent dans des endroits qui resteront à jamais gravé dans vos cœurs. C’est assurément un événement à ne pas manquer!

Lyne LaRoche




Race - 25 mars 2018

 

RACE

Salle Albert-Rousseau

Une pièce qui nous ébranle

Un homme d’affaire, blanc et fortuné, est accusé d’avoir violé une jeune femme noire dans une chambre d’hôtel new-yorkaise. Deux avocats, un Noir et un Blanc, ainsi que leur assistante de race noire, doivent décider s’ils représenteront ou non cet homme. Leurs échanges soulèvent de très délicates questions, jetant un regard brutal sur l’Amérique, ses conflits raciaux et leurs implications dans les rapports individuels et juridiques.

Une pièce qui fait réfléchir. Elle n’a pas besoin d’effets spéciaux, tout est dans le texte. Qui dit la vérité? Qui ment? À qui rapporte le dénouement de cette accusation? Il y a des centaines de questions sans réponse. Pour certains spectateurs, la justice a été rendue, mais pour d’autres, les questions demeurent délicates et sans réponse. C’est plus qu’une question de race : c’est une question de classes sociale, de rapport homme-femme, d’éducation, de différences. Si l’accusé n’était pas aussi riche, est-ce que les gens penseraient de la même façon? Tous nos préjugés et nos certitudes sont bousculés, remis en question. On ne cherche pas à clore le débat, on cherche plutôt à l’alimenter.

Les comédiens par leur jeu, font pencher la balance de la justice d’un côté à un moment et de l’autre à un autre moment. C’est une joute verbale. C’est de la précision d’horlogerie. Chaque phrase est importante pour la compréhension des idées de chacun des personnages. Il n’y en a pas un tout blanc ou bout noir. Benoît Gouin, Frédéric Pierre, Gabriel Sabourin et Myriam de Berger se lancent la balle et doivent répondre avec précision car la joute est incessante. Leurs jeux est parfait. Les décors et la mise en scène sont minimaux pour laisser toute la place au texte qui est le pilier de cette pièce. Les idées et la pensée des protagonistes passent par leur propos.

Une pièce intelligente qui amène des discussions animées à la fin du spectacle.

Texte de David Mamet

Mise en scène de Monique Beaulne

www.duceppe.com/piece/race/

Louiselle LaVoie




Annie Villeneuve - 24 mars 2018

 

De beaux moments au Centre d'Art la Chapelle

Avec Annie Villeneuve

Hier soir, Annie Villeneuve était de passage à Québec afin de présenter son  spectacle tiré de son dernier album 5. Comme toujours, l’auteure-compositrice-interprète était rayonnante.

Tout d’abord, la voix de la petite Léa s’est fait entendre ‘Vous allez voir bientôt ma maman chanter et pendant qu’elle donnera son pestacle, je voulais vous dire merci parce ce que à cause de vous, je suis avec ma gardienne et je peux faire des choses que je ne peux pas faire d’habitude, merci et bon pestacle’’. Quelle belle façon de débuter la soirée.

Rayonnante comme toujours, Annie a débuté la soirée avec la chanson qu’elle avait interprété aux jeux Olympiques de Vancouver J’imagine et dès les premières notes la magie s’est installée.

Visiblement heureuse et fière d’être sur la scène du Centre d'Art la Chapelle, tout de suite, elle s’est adressée à son public en disant ‘’C’était impossible pour moi de ne pas commencer ce spectacle avec une chanson qui parle de persévérance, l’atteinte de ses réussites, ses rêves et de ses buts. Moi ce soir devant vous je le sens comme un accomplissement gigantesque’’ Faisant référence à tous les changements qu’elle a effectué dans sa vie durant les deux dernières années. Elle a pris sa carrière en main, elle a choisi de porter plusieurs chapeaux, auteur-compositeur-interprète, productrice, réalisatrice, metteur en scène, gestionnaire, comptable, et tout ça en étant monoparentale. On retrouve une jeune femme qui s’assume beaucoup plus, sans artifice, sans flafla et ça donne un maudit bon show.

Tout au long de la soirée nous avons le bonheur d’entendre plusieurs chansons de son nouvel opus dont ‘’ C’est ça la vie, L’insomnie, Plus fort que nous… mais aussi plusieurs succès de ses albums précédents ‘’Un ange qui passe…Et Tomber à l’eau est même descendue au parterre donner la main au public. Entre chacune de ses interprétations, elle se raconte, on la sent proche de nous. Que ce soit  à la guitare, aux percussions avec Despacito, ou même déguisée en jeune femme sortie tout droit d'un des films de Walt Dysney, elle est à sa place partout.

Bilan

Entourée de ses quatre musiciens, Annie livre une performance absolument parfaite. La mise en scène est simple mais efficace. Son spectacle est rempli de surprises, elle nous fait passer par toute une gamme d’émotions, on rit, on pleure. Elle dessine l’amour et la vie avec sa plume et elle la chante avec passion. Son spectacle est le fruit d’une démarche artistique et personnelle complète qui prend tout son sens dans la tête et le cœur de ses fans.

Vous pourrez la suivre sur son site au www.annievilleneuve.com pour connaître les dates de sa tournée qui se poursuit partout au Québec

Lyne LaRoche




André Sauvé et l'OSQ - 24 mars 2018

André Sauvé, de sérieuses folies

À prime abord, l’association humour et musique classique ne semble pas nécessairement naturelle. Pourtant, ce samedi, nous avons assisté, à la salle Louis-Fréchette du Grand théâtre de Québec, à un beau mariage. Une grande noce entre l’humoriste André Sauvé et l’Orchestre symphonique de Québec. Pour l’occasion, rien de moins que 80 musiciens faisaient partie de la célébration, le tout présidé par le chef Adam Johnson.

Présenté l’an passé avec l’OSM dans le cadre du festival Juste pour rire, André Sauvé nous arrive à Québec pour offrir deux représentations de ce spectacle à guichet fermé, coup sur coup le même jour.

Mais à quoi s’attendre lorsque que l’on présente l’univers si déjantée de Sauvé à une si sérieuse bande.

C’est pourtant très simple, André Sauvé nous partagera la musique qu’il a dans sa tête. Et il part du tout commencement, du début de rien, lorsqu’il n’était qu’une «shnoute ». Les propos fous mais songés de l’humoriste traceront un sentier vers la prochaine pièce. Un effet multiplicateur se produira alors.

D’un monologue à l’autre, il nous conduira vers les œuvres de Chostakovitch, Bach et Holst.

Même s’il n’est pas lui-même un musicien, il n’en demeure pas moins qu’il sait, depuis son adolescence, apprécier la musique classique. «Si j’étais une note, je serais une croche».

Pour connaitre la musique, on se doit de connaitre les instruments. C’est en les comparant à des humains qu’il nous a présenté certains outils des musiciens de l’OSQ.

«Un glockenspiel, tu ne rencontreras pas ça à trois heures du matin dans une ruelle ». «Une timbale, t’écœures pas ça ». «Une trompette, ça ne flâne pas dans le lit le samedi matin ». «Un tuba, ça sa flâne, même un matin de semaine ». J’ai été un peu écorché quand il a dit qu’une contrebasse c’était tellement lent, qu’il y en avait beaucoup qui travaille pour la Ville.

Une longue réflexion philosophique sur ce que l’on est ou ce que l’on n’est pas nous a conduit jusqu’à Beethoven.

Après nous avoir savamment expliqué pourquoi il trouvait ça long parler, il a comparé la vie d’un humain à une commode. Chaque tiroir est une émotion. A l’aide des musiciens, ils nous ont joué la colère, les apparences (Menuet de la Suite pour orchestre no 1 de Bach), l’émerveillement et même l’ennuie tellement triste d’un dimanche pluvieux de novembre à Saskatoon (Adagio d'Albinoni).

« Nous sommes comme un projecteur qui diffuse le film de notre vie. Au fond de nous, on a un spot. Au cœur de nous, comme dans l’œil du cyclone, il y a le calme. On a tous au cœur de nous, une place pour le silence ».

André Sauvé & OSQ a été un excellent moment!!!  N'ayant pas d'attente face à ce spectable, je peux vous affirmer que c'est une très belle combinaison et que c'est gagnant.

C’est sur cette note que s’est terminé ce magnifique spectacle où on a ri, on a réfléchi, on a écouté de la très belle musique superbement interprétée. En un mot, on retourne à la maison, heureux. Un beau et un bon moment.

Après ces deux représentations à la Salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre de Québec, il se déplacera à Montréal pour trois soirs, cette fois en compagnie de l’OSM. Il reprendra la route l’été prochain avec son nouveau spectacle Ça, qu’il viendra nous présenter à Québec en octobre.

Vous voulez tout connaitre sur cet humoriste drôle et intelligent, visitez le andresauve.com

Claude Gignac




Francois Massicotte - 24 mars 2018

Quelle famille!

François Massicotte

François Massicotte présentait son septième one-man show en carrière sur la scène du Centre d’Art la Chapelle. Comédien, animateur, et figure marquante de Sponge-Towels, l’humoriste François Massicotte revient cette fois-ci avec Quelle famille!

Être père de quatre enfants, lui a donné beaucoup de matériel à présenter à ses fans qui le suivent depuis près de 30 ans. Il nous transporte dans son monde, dans le tourbillon qu’est sa vie et des multiples péripéties de ses enfants. Il nous raconte à quel point sa blonde est une Germaine, et ça provoque les rires de la gent masculine. Qu’elle décide tout, même ce qu’il doit manger au restaurant.

Il aborde des thèmes qui collent à la peau de tout le monde. Le système scolaire, la vie de couple, la parentalité, les fêtes d’enfants qui sont exagérées à outrance, la vieillesse, les lunchs pour l’école, les vacances en famille et sa bipolarité. Tout est en autodérision raconté à sa façon. Avec ses mimiques et sa gestuelle Massicotte a le don de nous faire vivre les évènements de sa vie, comme si nous y étions. On rit, on se reconnaît, on a l’impression que c’est un de nos chums qui raconte nos anecdotes.

Avoir un enfant à 50 ans c’est déjà difficile, en avoir quatre imaginez! Encore beau qu’il soit capable de se tenir debout tout au long du spectacle.

Bilan

Bref, avec sa bonne humeur communicative, François Massicotte livre un spectacle à son image, en toute simplicité. Grâce à son sens inné du timing et à son talent pour le stand-up, tout au long de la soirée, il accumule les rires et les applaudissements.

Pour s’informer des prochaines dates de spectacles :

www.francoismassicotte.com

Lyne LaRoche




Martin Fontaine - 24 mars 2018

Sur la route de Memphis avec Martin Fontaine

Un beau voyage dans le temps

Quand on pense à Memphis, le premier nom qui nous viens en tête, c’est assurément Elvis. Qui de mieux placer que Martin Fontaine pour nous faire découvrir l’univers de la musique dont laquelle le King a été influencé.

Hier soir, c’est au Centre d’Art la Chapelle dans une salle comble, en compagnie de ses trois musiciens que Martin Fontaine a littéralement dans une célébration spectaculaire revisité à sa façon plusieurs hits de R&B, Rock’n Roll, Soul, Funk et Dance des époques exaltantes des années 50 à 80.

En forme plus que jamais, c’est dans un feu roulant qu’il a interprété « Stand by Me, Great ball the fire, Hound Dog, Tutti Frutti, Get back, Dont be cruel…et plus encore». Une panoplie de medleys de toutes ces belles époques qui encore aujourd’hui groovent toujours.

Charismatique et d’une énergie sans borne, il livre la marchandise avec brio. Le public embarque, ça danse, ça chante et ça crie tout comme Martin.

Sans son costume d’Elvis on rencontre un chanteur avec une voix puissante, un danseur avec une fougue incroyable, un grand entertainer qui contamine tout le monde avec sa drive et son talent.

Un spectacle sans temps mort, qui défrise une matante pas à peu près.

Sur la route de Memphis avec Martin Fontaine, c’est sans contredit un show dont vous allez vous souvenir longtemps.

NB

Martin Fontaine a fait l’acquisition dernièrement du cabaret-spectacles Satyre de Trois-Rivières. En ce moment, les rénovations vont bon train et la salle devrait ouvrir prochainement et le nouveau nom de cette dernière n’a pas encore été annoncée.

Vous pouvez suivre Martin sur sa page Facebook

https://www.facebook.com/Martin-Fontaine-Story-145261968991361/

Lyne LaRoche




Kevin Parent - 22 mars 2018

Kevin Parent a father on the go

On ne va pas assister à un spectacle de Kevin Parent. On va rencontrer un chum avec qui on partage quelques heures, un chum chanteur, guitariste… et généreux. La dernière rencontre avec l’auteur-compositeur-interprète de la Gaspésie n’y fait pas exception. Jeudi soir il était de retour en ville, dans une de ses salles préférées. Une soirée avec Kevin Parent est comme un party, un moment de plaisir. De son propre aveu, Kanji, son deuxième album anglophone, a été construit dans cet objectif. Le pur plaisir de jouer de la musique, de créer un instant de bonheur.

Sur la scène du Centre d’art la Chapelle, Parent et son complice Michel Roy à la batterie et aux voix, installeront rapidement une atmosphère de fête. Bien avant de saisir sa guitare, il s’adressera à ses fans pour les remercier d’être là pour fêter la musique en sa compagnie. Il nous dira de profiter de chaque moment pour échanger avec les gens qu’on aime, comme il le fait avec son grand-père, maintenant âgé de 102 ans. C’est cet homme qui lui a inspiré Face au vent qu’il nous offrira pour ouvrir la soirée.

Fort d’une carrière de plus de 22 ans et de 7 albums studio, Parent n’aura pas de difficulté à piger dans son répertoire pour plaire à son public. Contrairement à ce qu’on est habitué de voir, Parent n’empruntera que deux pièces à son dernier enregistrement soit Kanji et Honey I’m home. Dans des arrangements guitare et batterie, il revisitera tous ses hits. Il nous les offrira tous. Father on the go, Fréquenter l’oubli, La jasette, Maudite jalousie et Nomade sédentaire, sa première chanson en français que sa blonde trouvait plate. Dans une livraison avec un accent français, il nous interprétera Caliente et Boomerang et termine en chantant When the Saints Go Marching In en falsetto. Ce spectacle de Parent lui ressemble. Ses chansons ont un air de party et sa musique brute est livrée avec énergie. De très beaux éclairages viendront joliement habiller la scène.

Kevin Parent semblait en grande forme. Cette soirée a donné lieu à beaucoup de cabotinage. Peut-être un peu trop, le gaspésien semblant parfois se perdre dans ses folles allocutions, diminuant la puissance de certaines chansons. « Arrêtez de rire, vous nourrissez la bête». Il nous a présenté une version plus ou moins sérieuse de Suite Madame blue de Styx et s’est même permis quelques imitations en se moquant gentiment de Luc Plamondon et de son collègue de La Voix, Éric Lapointe. On sentait une belle complicité entre Roy et Parent. Une complicité qui leur permettait de partir dans des élans qui semblaient parfois improvisées mais jamais banales. Il n’a pas oublié Seigneur que le public a chanté suite à l’invitation de Parent.

Kevin Parent poursuit inlassablement sa route. Maskinongé, Drummondville, Lavaltrie, Brossard, Frelighsburg avant de rendre visite à ses compatriotes de sa Gaspésie natale.

Vous pouvez suivre ses aventures via son site facebook.

Claude Gignac




Anthony Kavanagh - 21 mars 2018

Anthony Kavanagh donne des conseils

Brillamment avec Showman

Hier soir à la salle Albert Rousseau, l’humoriste Anthony Kavanagh présentait son tout nouveau spectacle Showman.

Un show original ou la danse, l’improvisation, les mimiques, l’énergie, l’émotion et l’humour se marient parfaitement bien ensemble. Ajoutez à cela une aisance sur scène et un charisme incroyable. Au final, ça donne des moments divertissants et complètement hilarants.

Durant près de deux heures sans entracte, il nous partage sa vision de la vie. Tout d’abord, il explique comment faire un bon show d’humour en donnant des exemples et il coche à mesure ce qu’il fait. Il choisi dans l’assistance deux têtes de turc auquel tout au long de la soirée, il leur tire la pipe. Les gens rient car plusieurs bons gags ressortent fortement dans ce numéro.

Par la suite, il meurt sur scène, il est étendu de tout son long sur le sol avec son habit à paillette même mort, il brille. Après un court instant, il revient sur terre pour soi-disant donner des à son public, qui représente des âmes. Tout ça afin que les gens améliorent leur séjour sur terre et qu’ils comprennent les êtres humains.

Les hommes, les femmes, la vie de couple en générale, Céline, la vie, la mort, l’amour, le bonheur, le pardon tous les sujets y passent. Anthony Kavanagh est vite et vif d’esprit. Son sens de la répartie lui sert bien. Il y va même avec des imitations dont celles de René Angelil, Cœur de Pirate, Boucar Diouf…et il fait quelques clins d’œil à Anne Marie Losique, Donald Trump, Éric Salvail, Corneille et bien d’autres.

Avec Showman, l’humoriste offre à son public un show à la hauteur de toutes les attentes.

Anthony Kavanagh présentera Showman en supplémentaires à la salle Albert Rousseau le 23 avril prochain. Pour connaitre toutes les dates de sa tournée visitez :

www.anthonykavanagh.com

www.sallealbertrousseau.com

Vous pouvez le suivre sur les médias sociaux :

Facebook : @ Anthony. Kavanagh.Officiel

Twitter :@kavanaghanthony

Instagram : kavanagh.anthony

Lyne LaRoche




Les fourberies de Scapin - 19 mars 2018

Les fourberies de Scapin

Salle Albert-Rousseau

Après plus de trois cents cinquante ans d’existence la pièce de théâtre Les fourberies de Scapin de Molière, nous fait toujours autant rire et réussi à nous divertir même si nous connaissons le mot de la fin et même si nous l’avons vue plus d’une fois. On ne s’en lasse pas.

À Naples, où se passe l’action, Octave et Léandre, deux fils de famille un rien empotés, se sont mis les pieds dans les plats avec des histoires d’amour pendant que leurs pères étaient en voyage d’affaires. Or – panique! – les papas sont de retour. Heureusement, Léandre a comme valet un repris de justice merveilleusement débrouillard nommé Scapin, qui passe à l’action : mensonges, escroquerie, intimidation, violence, rien n’est à son épreuve. Tout ce mal, évidemment, mènera au bien général, au triomphe de l’amour et à la prospérité des familles!

Une impressionnante distribution se donne la réplique en alexandrin avec un naturel impressionnant. Des performances remarquables de comédiens aguerris s’en donnent à cœur joie et nous en fait voir de toutes les couleurs. André Robitaille (Scapin), Benoît Brière (Géronte), Patrice Coquereau (Argante) sont incomparables. Il faut voir les scènes les plus hilarantes : la bastonnade de Géronte dans un sac par Scapin, l’extorsion de deux cents pistoles à Argante et cinq cents écus à Géronte toujours par Scapin, ainsi que la réplique répétée à de nombreuses reprises « Que diable allait-il faire dans cette galère ? ».

Réglée au quart de tour, la mise en scène de Carl Béchard a réussi habillement à dépoussiérer cette comédie qui traverse les siècles. Décors, costumes et accessoires, tout surprend. Par-dessus tout, les effets sonores (percussions, bruits de l’eau) accentuent les faits et gestes des protagonistes.

Un classique qu’on doit voir au moins une fois dans sa vie ou même plus. Divertissement et plaisir garanti.

 

Avec Simon Beaulé-Bulman, Marie-Ève Beaulieu, Carol Bergeron, Benoît Brière, Patrice Coquereau, David-Alexandre Després, Alain Lavallée, Sébastien René, André Robitaille, Catherine Sénart, Tatiana Zinga Botao

Pour plus d’informations :

www.sallealbertrousseau.com

www.tnm.qc.ca

Louiselle LaVoie




Ludovic Bourgeois - 18 mars 2018

Ludovic Bourgeois livre la marchandise

Hier soir, à la salle Albert Rousseau, c’était soir de première pour le gagnant de la cinquième édition de la populaire émission La Voix, Ludovic Bourgeois. C’est dans une salle comble et de tous âges confondus que le grand chouchou québécois a livré un show complètement survolté devant une foule en délire.

Entouré de ses trois musiciens et de son invité Travis Cormier finaliste de la quatrième édition de La Voix aussi de l’écurie d’Éric Lapointe, le jeune Ludovic a interprété plusieurs chansons de son album lancé l’automne dernier ou il s’est entouré d’une belle brochette de gens chevronnés dont Ingrid St-Pierre, Nelson Minville, Fred St-Gelais et Dave Thomson. Il a débuté la soirée avec Si je commençais écrite par son coach pour la grande finale de l’émission. Une chanson entrainante, qui est un ver d’oreille.

Le charismatique chanteur a aussi revisité des classiques rock qui lui ont mérité plusieurs ovations, Drops of Jupiter (Train) American Woman (The Guess Who) et Yellow (Coldplay).

En duo avec Travis, ils ont livré une performance sans faille en interprétant Wanted Dead or Alive (Bon Jovi). Ils ont fait vibrer la salle Albert Rousseau avec leur guitare, le vibe et leur voix qui se complétaient parfaitement.

Par la suite, il a demandé au public, Connaissez-vous La Voix? C’est grâce à ça que je suis ici aujourd’hui et il a enchainé avec un des grands succès de son coach Terre promise

Naturellement, il ne pouvait pas passer à côté de faire un vibrant hommage à son papa Patrick avec un bloc de chansons des B.B et dès les premières notes, tout le monde était debout et chantait. Je suis certaine que tout en haut, il y avait un papa fier de son fils. Je prends même le temps de vous dire qu’il y avait au balcon deux jumelles de 81 ans qui arboraient fièrement leur gilet avec le visage de Patrick Bourgeois.

Un autre des moments forts de la soirée c’est quand il a interprété la merveilleuse chanson La main sur ton épaule que la talentueuse Ingrid St-Pierre a composé pour lui. Tous les cellulaires étaient allumés, une grande chaine d’amour traversait la salle au grand complet.

Bilan

Ludovic avait une grande pointure à chausser quand on pense à son papa. Et il a réussi avec brio. Je le regardais sur scène et j’avais l’impression de revenir des années en arrière. Son visage, ses gestes, ses mimiques et sa voix sont pratiquement identiques.

Il m’a fait vibrer du début à la fin.

L'Énergie, le charisme, la beauté et le talent étaient au rendez-vous

Son papa a été l’idole de toute une génération. Aujourd’hui Ludovic continu la tradition car il est la coqueluche de tout le monde.

Pour suivre Ludovic Bourgeois

http://ludovick.ca/

Lyne LaRoche




The Tree Spirits - 17 mars 2018

Un beau road-trip avec Éric Rousseau

Hier soir avait lieu à l’espace Bar de la salle Albert Rousseau le lancement de Fork You I'm happy le nouvel album de Ricky Sunshine ou si vous aimez mieux Éric Rousseau.

Ce projet d’album musical anglophone, Éric le chérissait depuis un moment et grâce à la collaboration de son fidèle complice d’Ozéta Productions Stéphane Desbiens,  Fork You I'm happy a vu le jour. Un album qui donne le goût de partir en voyage et qui nous met un sourire au visage. Le rock, le pop et l’électro sont au rendez-vous, impossible de ne pas se faire aller le popotin sur cette musique entrainante. Disons qu’avec le froid et les intempéries que nous avons connus ces derniers mois, cet opus vient inévitablement mettre du soleil dans notre quotidien.

Le premier extrait radio Godzilla's Tail fût lancé il y a environ quatre mois sur toutes les radios Canadienne anglophone et la critique a été unanime . Au Québec, tout le monde s’entend pour dire Quelle belle découverte! Pourtant, l’auteur-compositeur a déjà une feuille de route bien remplie car il longtemps sillonné les routes des Maritimes et du Québec avec différents band. L’adage qui dit : Nul n’est prophète dans son pays, lui colle bien à la peau car presque partout sur la planète on danse sur ses chansons et sa musique. Pourtant ici au Québec, ses chansons ne jouent presque pas dans nos radios.

L‘album Fork You I'm happy propose des mélodies accrocheuses qui donne du gros bonheur en bref c'est de la maudite bonne musique.

En écoutant l’album j’ai eu plusieurs coups de cœur dont naturellement le premier extrait radio  Godzilla's Tail.  Mais,j'ai été conquise aussi par Éric qui est un passionné au grand coeur d'une simplicité déconcertante

Si vous ne le connaissez pas encore visitez

http://www.thetreespirits.com/indexfr.html

Pour écoutez le nouvel extrait

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=kdOsyOaRt-c

Le plus récent ici - Music Keeps me alive : https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=kdOsyOaRt-c

Demandez à vos animateurs radio de jouer ces chansons et quand il recevra son premier Juno vous pourrez dire

‘’ Je suis un des premiers à avoir fait en sorte qu’il reçoive ce grand prix.

Vous aussi vous apprécierez son immense talent et en plus c’est un gars de chez-nous

L’album Fork You I'm happy,  mon premier coup de cœur pour l’année 2018

Lyne LaRoche

 




Rêver en grand - 09 mars 2018

Disney sur glace, un incontournable

Encore  cette année, Disney s’installe au Centre Vidéotron mais cette fois-ci avec la production Rêver en grand afin de faire vivre aux petits et grands la magie de Disney.

C’est Jasmine et Aladin qui ont le plaisir d’ouvrir le spectacle. Après s’enchaine Blanche Neige et les 7 nains, Raiponce, la colorée Ariel et la belle Aurore. À chaque fois, que les princesses entament une chanson, les gens chantent car naturellement tout le monde  les connait par cœur. Plusieurs numéros de patineurs sont exécutés par  les princesses et leur héro et c'est de toute beauté.

Durant deux heures à travers plusieurs tableaux nous suivons la Fée clochette, mais évidemment vous ne serez pas surpris d’apprendre que le tableau final est nul autre que les célèbres sœurs Anna et Elsa. En plus des costumes colorés, des décors fabuleux et des numéros flamboyants  Disney en ajoute davantage alors que la pyrotechnie illumine les yeux des jeunes et moins jeunes, la magie opère, c’est ca Disney!

Tout le monde chante et bouge au rythme de la chanson thème du film de La Reine des Neiges, les enfants sont comme dans un rêve et les plus vieux retrouvent leur coeur d'enfant.. Année après année, Disney sur glace se distingue par son originalité, il ne se démode jamais.

 

Disney sur glace Rêver en grand, un incontournable  qui vous en mettra plein la vue durant la semaine de relâche.

Du gros plaisir garanti en famille vous attend au Centre Vidéotron du 8 au 11 mars 3018.

http://www.lecentrevideotron.ca/fr/evenements

Audrey Lavallée




Isabelle Boulay - 07 mars 2018

 

Avec Isabelle Boulay

Aucun artifice, juste un grand talent pur

Hier soir, Isabelle Boulay présentait son nouveau spectacle En vérité, titre de son dernier album à la salle Albert Rousseau.

Laissant toute la place à sa voix et aux paroles de ses chansons afin que nous puissions nous les approprier, c’est sans artifice et sans flafla, juste un bel éclairage comme toile de fond que la chaleureuse Isabelle est arrivée sur scène en nous disant « Ce soir, je voudrais que ces chansons vous appartiennent, que vous en soyez les héros, les héroïnes… » on aurait pu se fermer les yeux, juste écouter et la chaleur aurait réchauffé nos cœurs.

Entourée de cinq excellents musiciens Mathieu Désy, Justin Allard, Simon Godin, Martin Lizotte et Jean Luc Huet dont la complicité est palpable, Isabelle interprète avec toute la sensibilité qu’on lui connait et avec intelligence plusieurs pièces de son tout dernier opus, Les mains d’or (Lavilliers) Won’t Catch Me Crying (Willie Nelson) Una storia d’amore ( Jovanotti), Nashville(Cœur de pirate) Le garçon triste (Carla Bruni et Julien Clerc) pour ne nommer que celles-ci. Elle propose aussi des chansons de ses précédents albums, ses incontournables dont Je t’oublierai, je t’oublierai, Jamais assez loin, Mon cœur en prend plein la gueule et Bâton rouge qui comble son public au plus haut point.

Tout au long de ce concert, elle nous parle de son enfance, de son fils, de ses parents, de son fiancé, de sa carrière. On n’y apprend qu’elle a demeuré à St-Pascal ici à Québec et que durant son adolescence elle écoutait à outrance la chanson Still Lovin’ You, de Scorpions qu’elle a interprété de façon magistrale. Elle a aussi rendu hommage à Serge Regianni avec son interprétation théâtrale de la chanson Si tu payes un verre qui a surpris tout le monde. Mais mon véritablement coup de cœur est la chanson Le train d’après écrite par Alex Nevsky ou Isabelle nous la chante comme un hymne à l’amour car à la toute fin elle ajoute

« Je pense qu’importe le train que j’aurais pu prendre ou qu’importe la route que j’aurais pu emprunter, je suis certaine que je serais quand même devant vous ce soir ».

Les Je t’aime fusaient de tous les côtés et la grande dame était très émue.

Bilan

Un spectacle de deux heures sans entracte rempli de tendresse, d’amour, de passion, d’anecdotes et de souvenirs. En vérité, je vous le dis, c’est comme aller à la rencontre d’une amie réconfortante qui donne tout ce qu’elle a afin de nous faire passer une excellente soirée. Avec Isabelle Boulay on passe par toute une gamme d’émotions, elle nous amène dans son univers musical et sa voix unique combiné à son immense talent nous donne des frissons qui font du bien. Que demander de plus!

Elle poursuit sa tournée pour connaitre toutes les dates

www.isabelleboulay.com

Lyne Laroche




Francois Bellefeuille (Le plus fort) - 28 février 2018

François Bellefeuille

Le plus fort au monde en tête du classement

Hier, c’était soir de première pour François Bellefeuille qui présentait Le plus fort au monde son deuxième one-man-show à la salle Albert Rousseau.

C’est dans une salle comble, qu’il a été accueilli chaleureusement par ses fans dès son apparition sur scène. L’inimitable ex-vétérinaire nous avait promis que son deuxième spectacle solo serait plus personnel et il a tenu sa promesse. S’étant fait connaitre avec son personnage colérique, il nous revient cette-fois ci encore avec ses éclats de colère mais très habilement dosés.

Il a débuté la soirée en lançant ‘Ben oui, j’ai engraissé’’ déjà il venait de déclencher les premiers rires. Quand on l’écoute parler de l’environnement, des bonnes manières, des punaises de lit, des jeans, de sa blonde, de ses enfants, de la vaseline et des courges, on rit jaune car on se reconnait facilement.

Durant le spectacle qui est un feu roulant, il fesse fort car certains numéros donnent terriblement mal aux côtes. Je pense aux dessins qu’il a fait à huit ans et des photos de son enfance qu’il nous présente sur écran géant, c’est complètement ahurissant.

Bilan

François Bellefeuille est une drôle de bibitte car dès qu’il ouvre la bouche, les gens s’esclaffent. Ses intonations et ses mimiques viennent appuyer ses propos et ça donne un fichu bon show d’humour. Avec Le plus fort au monde, il prouve hors de tout doute qu’il est là pour rester.

La première partie

En première partie du spectacle, la tâche de réchauffer le public avait été confié à Pierre-Luc Pomerleau et malgré une courte prestation, le jeune humoriste a su capter l’attention du public avec efficacité.

François Bellefeuille sillonnera les routes du Québec afin de présenter Le plus fort, surveillez son passage. Pour toutes les dates, visitez le www.francoisbellefeuille.com

Lyne LaRoche

 




Velours Katherine Levac - 24 février 2018

 

Katherine Levac

Velours, un show qui lui ressemble

Une vraie bouffée d’air frais

Hier soir, c’est devant une salle comble et conquise que la jeune humoriste Katherine Levac y présentait la première de son premier one- woman show Velours à la salle Albert Rousseau.

Après s’être fait connaître et appréciée du public avec ses célèbres personnages de Rebecca et Paidge dans SNL Québec, Like-Moi, c’est en s’inspirant de sa propre vie que l’attachante pince-sans- rire a pour un premier spectacle solo offert à son public pendant 1h30 un show bien ficelé à la hauteur de toutes les attentes.

Originaire d’un petit village de l’est de l’Ontario du nom de St-Bernardin, la Franco-Ontarienne, fière d’avoir maintenant son statut de québécoise depuis qu’elle a reçu sa carte soleil aborde des thèmes comme la différence qu’il y a entre les deux cultures, l’impact de la religion dans son enfance, les jeux télévisés, faire son propre pain, l’homme de sa vie, le gym, ses relations amoureuses et intimes et bien plus encore. Avec sa binette angélique et sa voix douce, elle décoiffe quand même une matante avec ses propos sans malice mais qui punch à la bonne place. Son numéro chanté sur les femmes de 64 ans est complètement hilarant.

Écrit en collaboration avec David Beaucage et Thomas Levac avec l’aide de Marc Brunet, Velours se veut un spectacle sans artifices, dans la plus pure tradition du stand-up comique. La mise en scène de Sonia Cordeau est très efficace.

Bilan

Son charisme, son authenticité, sa spontanéité et ses anecdotes comiques appuyées par ses mimiques nous prouvent à quel point, elle a un talent inné. Incontestablement l’humoriste Katherine Levac est une vraie bouffée d’air frais.

Velours

Rôdé 77 fois, plus de 100 représentations à venir en 2018, 50% de ces représentations affichent déjà complet, 50 supplémentaires ajoutées dont les billets sont en vente dès maintenant et à ce jour 80 000 billets ont déjà trouvé preneurs.

Première partie

La présence de David Beaucage en ouverture du spectacle n’est pas un hasard car il est un ami de longue date de Catherine. Il a coécrit les textes de Velours. Ce soir, il avait la tâche de réchauffer la salle et il a réussi. Diplômé de l’École Nationale de l’Humour en 2013, ce beau bonhomme a su laisser sa trace. Retenez ce nom David Beaucage.

Katherine Levac sera de nouveau de passage à la salle Albert Rousseau ce soir et en supplémentaires 5 & 6 mars- 4 & 5 mai-1 & 2 novembre

www.sallealbertrousseau.com

Pour connaître toutes les dates de sa tournée, on visite son site officiel.

www.katherinelevac.com

Lyne LaRoche




Les Denis Drolet - 24 février 2018

 

En attendant le beau temps

Il y a toujours Les Denis Drolet

Hier soir les Denis Drolet présentaient leur quatrième one man show En attendant le beau temps à la salle Octave Crémazie du Grand Théâtre de Québec

C’est dans une salle comble que les deux complices s’amusent à nous transporter dans leur univers complètement décalé qui raconte n'importe quoi et ça marche.

Qu’on aime ou pas, il faut quand même avouer que les Denis Drolet roulent leur bosse depuis déjà 18 ans. Où ils se produisent les salles sont pleines car leur public est fidèle. Naturellement ce genre d’humour ne s’adresse pas à tout le monde et les gars le savent très bien. Mais c’est leur différence qui fait toute la différence. Ils sont tous les deux étourdissants, un est explosif, l’autre est un Roger bon temps et c’est leur force.

En attendant le beau temps, il n’y a aucun fil conducteur, pas beaucoup de logique et il ne faut pas essayer de suivre l’histoire car vous allez vous y perdre. Mais depuis toujours c’est ça les Denis Drolet, un duo qui s’amuse sur scène et les gens rient. Je me suis toujours demandé, comment font-ils pour ne pas se perdre, car moi je me perds souvent avec eux et c'est ca la beauté de la chose, je m'y attend tout le temps.

Bilan

Avec ce quatrième one man show, ils deviennent des machines à paroles que rien n’y personne ne peut arrêter. Denis la barbe et Denis les palettes partagent leur grande folie, leur humour absurde et leur imaginaire bonifié par quelques chansons, le tout sous un arc-en-ciel et les gens rigolent. Leur adage ‘’Ceux qui nous aime, nous suive’’

Ils seront de retour à la salle Octave Crémazie les 7 et 8 décembre prochains

Pour connaitre toutes les dates de la tournée

www.lesdenisdrolet.com

Lyne LaRoche




Sylvain Larocque - 24 février 2018

On aura tout vu avec Sylvain Larocque

Vendredi soir dernier, l'humoriste Sylvain Larocque était de passage au Centre d'Art la Chapelle afin de présenter le spectacle On aura tout vu, en rodage. Ce spectacle est une combinaison des numéros qui a marqué sa carrière  et des numéros inédits.

Reconnu pour son humour intelligent, il a encore beaucoup de choses à dire. Ce vendredi , malheuresuement Sylvain était grippé. Je suis certaine qu'il aurait sûrement aimé mieux être dans son lit, ca se voyait,  il transpirait beaucoup et sa voix était beaucoup plus roque qu'à l'habitude. Mais son grand professionalisme et le respect qu'il a pour ses fans a fait en sorte qu'il a continué quand même.

Rodage, ca le dit, aucun numéro dévoilé mais je peux quand même vous dire avec certitude que ce nouveau spectacle sera sûrement  encore vous faire rire et réfléchir.

Vous le savez déjà, Sylvain Larocque est un gars d'expérience et il ne livre jamais n'importer quoi, ses preuves sont faites depuis longtemps

Alors surveillez son passage

www.sylvainlarocque.com

Lyne LaRoche




Nathalie Simard - 18 février 2018

Nathalie Simard a encore le feu sacré

Hier soir au Centre d’art la Chapelle, l’idole de toute une génération présentait son nouveau spectacle Coup de cœur.

Durant plus de deux heures, accompagnée de ses quatre musiciens et de deux choristes, l’enfant chérie qui est maintenant rendue une jeune femme assumée a littéralement séduite chaque personne présente.

Elle nous a transporté dans son univers musical, nous faisant voyager entre ses grands succès et ses coups de cœur musicaux. Entres autres, elle nous a offert Reste Ami, À ton départ et L’amour a pris son temps, chanson thème de la comédie dramatique québécoise réalisée par André Mélacon qu’elle avait interprété en 1984. Par la suite elle nous a servi un répertoire de chansons sur un plateau d’argent digne d’un cinq étoiles.

À la façon de Nathalie, elle nous a fait redécouvrir la chanson Amène toi chez-nous c’était de toute beauté. Ses performances vocales nous ont chaviré avec I will alaways love you et Hallelujah. Nathalie habite la scène avec une aisance incroyable, elle communique avec son public et elle le respecte énormément. Plusieurs fois durant la soirée, elle le dit ‘’Je vous aime’’

Elle a démontré à tout le monde son aplomb enfilant ses lunettes fumées durant un medley disco ou tout le monde était debout et se faisant aller le popotin. Nul doute, sa place est vraiment sur la scène, elle est heureuse comme un poisson dans l’eau.

Surprise

Sa fille Ève est venue la rejoindre sur scène et l’adage qui dit que ‘’La pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre’’ et bien dans ce cas-ci c’est vrai. Elle a le charisme de sa mère et elle chante merveilleusement bien. Les deux voix se marient à merveille, le public a pu apprécier le duo avec Perce les nuages (Paul Daraîche) et Nous autres (2Frères). Ève a littéralement soulevé la foule avec son interprétation de la chanson At Last.

Et ce fût toute une surprise quand Nathalie s’est aventurée dans un medley d’enfant qui nous a rappelé pleins de souvenirs. Son incontournable Danse des canards a aussi fait danser tout le monde.

Dès la levée du rideau son charisme et son talent ont opéré. C’est quasi-impossible de vous expliquer l’ambiance qu’il y avait au Centre d’art la Chapelle. Croyez-le ou non, huit ovations durant le spectacle, des pluies d’applaudissements et des On t’aime Nathalie à profusion.

COUP DE CŒUR

C’est un spectacle sans aucun temps mort, rempli de surprises. Nathalie Simard est une artiste qui a encore le feu sacré et qui se donne à 100% afin d’offrir à son public une soirée inoubliable.

Elle déploie toutes ces ressources et ça donne un fichu de bon show.

Je prédis une longue tournée, elle le mérite amplement.

PS

Avant, c’était le village de Nathalie mais aujourd’hui c’est

La Cabane à Nathalie ou vous pouvez vous sucrer le bec

1220 Chemin St Joseph, Saint-Mathieu-du-Parc, QC G0X 1N0

Téléphone : (819) 532-2843

Pour plus d’informations :

Visites sa page Facebook

https://www.facebook.com/NathalieSimard.Artiste/

Lyne LaRoche




Piano Man Christian Marc Gendron - 17 février 2018

Piano Man super bon, du début à la fin

Hier soir, le talentueux Christian Marc Gendron était de passage au Centre d’art la Chapelle afin de présenter son spectacle Piano Man Experience.

Maintes fois on a vu l’auteur-compositeur-interprète Christian Marc accompagné nos vedettes dont France D’amour, Brigitte Boisjoli, Mario Pelchat…mais cette fois-ci assis en arrière de son piano à queue orange, il est la tête d’affiche et ça donne un spectacle fabuleux.

Entouré de trois musiciens chevronnés : Frédéric Beauséjour à la basse, Gordon Wood à la batterie et le légendaire Toyo à la guitare, il maitrise son art à la perfection. Appuyé par une des plus belles voix du Québec son épouse Manon Séguin, c’est à travers différents medleys qu’il nous a fait voyager dans un univers musical apprécié de tous. Ce qui nous a donné par le fait même la chance de découvrir qu’en plus d’être un excellent musicien, il a une voix exceptionnelle.

Dès les tous débuts du spectacle, on se sent projeté dans les années 30 directement dans l’époque des pianos bars. Il nous sert un cocktail de chansons qui nous enivre tellement qu’on en veut encore plus et il nous en donne. De Jerry Lee Lewis en passant par Ray Charles, Elton John, Billy Joel pour ne nommer que ceux-ci, Christian Marc performe en interprétant les gros titres dont ‘’Georgia On My Mind, Hit The Road, Jack Jambalaya, Great Balls Of Fire, Let The Good Time Roll, Mess Around, Ain’t That A Shame, Tutti Frutti, New York, New York et Imagine du grand John Lennon.

Comme il est un amoureux de la musique et des mots, il nous a offert aussi un volet francophone ou il a mis son talent d’imitateur à profit. Tout le monde est resté surpris quand il a interprété des Pleurs dans la pluie (Mario Pelchat), Une chance qu’on s’a (Jean-Pierre Ferland) et N’importe quoi (Éric Lapointe). Ses imitations étaient tellement sur la coche qu’on avait l’impression que Mario, Jean-Pierre et Éric étaient sur la scène si on se fermait les yeux. Par la suite il a enchainé avec Frédéric (Claude Léveillée) et Je voudrais voir New-York (Daniel Lavoie) qui lui a mérité une ovation.

Comme Christian Marc aime les gens et adore être proche d’eux, c’est avec un mini piano à queue accroché autour de son cou qu’il est descendu dans la salle afin de continuer le spectacle.

Le contact entre lui et le public se fait directement. Son immense talent, sa simplicité, son énergie, et sa volonté de partager sa musique le temps d’une soirée nous comble de bonheur.

En deuxième partie, il invite ses musiciens à s’installer avec lui près du piano, dans le but de nous faire découvrir les talents de chanteurs de ses trois comparses. Frédéric a donné des frissons avec L’escalier de Paul Piché, Toyo a lui aussi performé avec son succès Angelie et Cold and Ice de Foreigner et Gordon nous a bien rire avec son N’importe quoi en version très très courte. Tout le monde a repris sa place sur les airs d’un des succès de Christian Marc La Plus Belle Chose, l’une des chansons préférées de Véronique Cloutier.

La sublime voix puissante de Manon Séguin interprétant, Je ne suis qu’une chanson de Ginette Reno, Angel de Sarah Mclachlan, Hello d’Adele et la magnifique chanson de Léonard Cohen Hallelujah lui a valu un tonnerre d’applaudissements.

Pour la finale, tout le monde était debout sur les airs de The Song, Rocket Man, Crocodile Rock, Uptown Girl, Honesty et bien entendu le clou de la soirée Piano Man.

Bilan

Si vous êtes un amoureux de la musique et que vous désirez passer une soirée inoubliable Piano Man Experience, c’est le show à voir absolument. J’ose même dire qu’une fois c’est pas assez.

Christian Marc et son équipe seront de retour à Québec du 22 au 25 août en résidence au Théâtre Petit Champlain.

Pour connaître les prochaines dates de la tournée : www.christianmarc.ca

Information :

L’hyper élétrosensibilité vous connaissez?

Selon Statistiques Canada 170 000 québécois souffriraient d’hyper sensibilité environnementale dû à une surexposition aux champs électromagnétiques provenant des lignes électriques, des cellulaires, des ordinateurs, des wifi, des Bluetooth...Christian Marc est de ceux qui souffre de cette maladie. Il doit faire attention à tout ce qu’il mange car plus il fait de l’acidité, plus il est conducteur d’électricité, plus il est souffrant. En plus de sa diète alcaline, Christian Marc doit s’entraîner chaque jour. Pour plus d’informations sur L’hyper sensibilité environnementale

www.electrosensibilitequebec.com

Lyne LaRoche




Jose Gonzalez - 11 février 2018

 

 

José González, Voyager léger

Avec un carnet de route garni de trois albums et de plusieurs collaborations José González visitait Québec dimanche pour une toute première fois. Un concert à guichets fermés au Grand Théâtre pour cet artiste pourtant peu connu du grand public.

Mais qui est-il? Son nom à consonance espagnole ne laisse pas présager qu’il est suédois. Il doit son nom aux origines argentines de ses parents qui ont migré en Suède pour fuir la guerre. Pour ma part, j’ai découvert González par l’entremise de l’excellente trame sonore du film La vie secrète de Walter Mitty, sur laquelle on pouvait entendre trois de ses titres.

Sa carrière solo s’est amorcée dix ans avant avec la parution de Veneer, son premier album. In Our Nature en 2007 et Vestiges and Claws en 2015 suivront, entremêlés de plusieurs collaborations.

Sur la scène, un micro, une chaise et deux guitares laissaient présager à une soirée en toute intimité. D’entrée de jeu, il a commis un petit lapsus amusant en nous lançant un « Bonsoir Montréal ». Il s’est vite repris en saluant Québec. Heureusement que les fans remplissant la salle n’ont, pour la plupart, pas connu la rivalité Canadiens-Nordiques. Certains maniaques étaient prêts à parcourir beaucoup de Km pour entendre celui qui ne traverse pas souvent l’Atlantique pour nous partager sa musique. Sous la pluie verglaçante qui s’abattait sur Québec, j’ai croisé un couple du Maine qui s’est spécialement déplacé pour voir et entendre Gonzàlez.

Ouvrant avec With the ink of a ghost il a enchainé avec Stay in the shade sous des éclairages discrets, qui seront, tout au long de la soirée, souvent à contrejour, laissant planer un certain mystère sur l’artiste.

Avec sa belle voix et son habile jeu de guitare, il puisera dans l’ensemble de son répertoire pour nous livrer une soirée dynamique malgré un répertoire folk et une ambiance minimaliste. Ses interactions avec le public sont courtes et rares mais ça ne compromet pas le résultat final.

Les deux « cases » de guitare déposés sur la scène nous suggèrent que Québec est une halte dans son voyage. Il poursuivra d’ailleurs sa route vers l’Australie après s’être arrêté à Toronto lundi soir. Down the line, Every age et Line of fire, de son époque avec Junip, viendront garnir la soirée. La silhouette de montagnes, formée sur le rideau arrière, viendra subtilement nous ramener sur le parcours de Walter Mitty pour Far away. Une flutiste se joindra à l’auteur-compositeur pour former un duo le temps de The Forest. González nous chantera The blackbird emprunté aux Beatles non sans avoir échappé quelques lignes. Au rappel, Teardrop de Massive Attack viendra conclure une très belle soirée où José Gonzàlez, avec sa sonorité bien à lui, a sans aucun doute fait plaisir à ses fans.

Je m’en voudrais de ne pas souligner la présence de Bedoine en début de soirée. Grâce à sa voix chaude et à un folk tout en douceur, la chanteuse d’origine syrienne aura habillement jeté les bases de cette soirée.

Vous pouvez suivre les activités de José González sur son site au www.jose-gonzalez.com

Claude Gignac




Yves P Pelletier Moi? - 30 janvier 2018




Mme G - 18 janvier 2018

MME G

Théâtre de la Bordée

 

 

Mme G. fait revivre un personnage légendaire du nightlife de Québec : Thérèse Drago. Celle qu’on surnommait « Mme Thérèse » a été pendant des années tenancière de La Grande Hermine, puis d’un bar clandestin dans le quartier Montcalm. À mi-chemin entre la réalité et la fiction, relatant des épisodes de la vie de cette femme qu’il admire, Maxime Beauregard-Martin nous fait voyager dans le temps, entre l’avenue Cartier des années 1970 et le sombre appartement où elle a passé ses dernières années. Dans ce docu-théâtre, on est également plongé dans les angoisses du processus de création d’un spectacle. L’auteur se met lui-même en scène, avec autodérision, partageant ses craintes, ses remises en question, les difficultés qui se sont dressées tout au long de son parcours d’écriture.

L’auteur Maxime Beauregard-Martin nous livre un vibrant hommage à Mme Thérèse Deslauriers (Drago), celle qui se qualifie elle-même de « fier-pet pour sa vie ». Je comprends très bien comment il a pu se sentir habité et inspiré par cette personnalité plus grande que nature. Elle a tenu commerce sur la rue Cartier pendant 35 ans. Je dois souligner l’impressionnante performance de Mme Marie-Ginette Guay. Son expérience et son immense talent font démarrer la pièce sur les chapeaux de roues. Elle est remarquable lorsqu’elle explique les règles auxquelles elle tient mordicus à un client un peu trop insistant auprès d’une de ses filles.

Chaque lieu est évoqué avec peu d’ameublements et d’accessoires. Un lit, une table de chevet et un tabouret pour la chambre de Mme G. Au pied d’un escalier, table et chaises de bistrot, tabourets et comptoir derrière lequel un mur vitré contient une quarantaine de bouteilles d’alcool pour représenter La Grande Hermine. Il ne faut surtout pas oublier l’accessoire le plus important après le lit de Mme G. : le piano Weber. Un personnage en soi. Patrick Ouellet y interprète plusieurs grands airs des années 50 : Great balls of fire, Les feuilles mortes….

La mise en scène de Maryse Lapierre est ingénieuse. Les « flash-backs » se produisent sous les yeux de Maxime Beauregard-Martin comme un rêve éveillé ou un spectacle qui se déroulerait dans son imagination. Les allers retours du présent au passé son bien ficelés.

La ville de Québec est la trame de fond de cette pièce. Un pan de notre histoire, un peu romancé, mais des anecdotes et des extraits riches et incontournables à connaître de cette époque. Et l'impressionnante performance de Mme Marie-Ginette Guay est à voir absolument. Vous y passerez une soirée des plus agréable.

Avec Maxime Beauregard-Martin, Nicolas Gendron, Marie-Ginette Guay, Patrick Ouellet, Annabelle Pelletier Legros, Monika Pilon.

En coproduction avec la compagnie On a tué la une !

Les mémoires inutiles

Au rez-de-chaussée et au premier étage du théâtre, se dressent quelques cabines avec un banc, des livres d’écriture sur une table basse et un écran de grande dimension avec Roland Lepage qui nous accueil. Il nous invite à choisir un de ses cahiers et de le placer devant nous. C’est alors qu’il se met à nous raconter des anecdotes de sa vie ; ses parents, son enfance, ses rôles,…

Au début du mois de novembre, j’ai vu l’installation dans le foyer du théâtre du Trident. Mais, je n’avais pas eu le temps d’en profiter. Puis le tourbillon du temps des fêtes étant, je l’avais oublié. Il faut arriver un peu plus tôt pour profiter de ce moment intime avec ce grand acteur de Québec. L’installation se déplacera encore une fois le 10 février 2018 pour être accessible au Périscope du 13 mars jusqu’au 5 mai 2018.

www.memoiresinutiles.ca

Un abonnement pour les trois dernières pièces est encore disponible jusqu’à la dernière représentation le 10 février 2018. Pour l’achat de billets ou pour plus d’information :

www.bordee.qc.ca

Louiselle LaVoie




La mort d'un commis voyageur - 15 janvier 2018

La mort d’un commis voyageur

Arthur Miller

Willy Loman est commis voyageur et passe ses journées sur les routes. Lui qui, afin d’assurer sa réussite et son bonheur familial, a tout misé sur son acharnement au travail, voit peu à peu ses certitudes vaciller. Après s’être fait retirer son salaire il peine à payer ses dettes. Ses deux fils échouent à réaliser les grandes ambitions qu’il nourrissait pour eux. Le passé se mêle au présent, les remords et les souvenirs ressurgissent ne laissant place qu’à la désillusion.

Marc Messier et Louise Turcot incarnent à merveille leurs personnages. Louise Turcot est bouleversante de vérité en épouse qui idolâtrait son mari. Jusqu’au bout elle ne verra jamais son mari tel qu’il est. Marc Messier fait un commis voyageur dont les apparences sont toujours plus importantes que la réalité. Comme tout parent, il souhaite que ses enfants réussissent mieux que lui mais sa façon maladroite de les amener là où il voudrait qu’ils aillent avec des attentes que les garçons ne pourront jamais atteindre.

Le reste de la troupe n’est pas en reste. Chacun à sa façon ajoute une pierre à l’édifice de cette histoire qui peut être vraie mais qui pourrait aussi être l’imagination de Willy.

La mise en scène est inventive. Une couleur, une lumière ou un changement du fond de scène et nous voilà transporté dans une autre époque ou un autre endroit. Pas besoin d’artifice ou de gadget compliqué pour y croire.

Cette pièce du répertoire américain montre les angoisses de réussites qui existaient en ces temps-là mais qui aujourd’hui sont aussi présents par la maladie de se montrer sur les réseaux sociaux toujours infaillibles et parfaits. Les temps changent mais tout reste pareil.

Cette pièce est un classique incontournable qui traverse les époques et est toujours d’actualité.

Louiselle LaVoie




L'Aventure gonflable Leclerc Proludik - 05 janvier 2018

L’Aventure Gonflable Leclerc Proludik

Encore cette année, l'événement gonflable Leclerc Proludik présenté au Stade Leclerc est un incontournable pour bien terminer les fêtes en beauté!

Avec le temps froid des derniers jours, petits et grands s'en donneront à cœur joie afin de dépenser une tonne d'énergie. Cette année, plusieurs nouveautés sont au rendez-vous: les enfants peuvent apprendre le tir à l'arc tandis que d'autres peuvent glisser dans un glissage beaucoup plus abrupt qu'à l'habitude!

De plus, un énorme jeu gonflable qui fait presque la moitié du stade est situé le long du mur où parents et enfants prendront part à une course à obstacles! Pacane la clown est aussi présente pour faire des ballons et divertir les plus jeunes et le kiosque de maquillage est toujours aussi populaire.

Quant aux trampolines Jumpai qui sont victimes de leur popularité, je vous conseille fortement d'y aller tôt dans la journée dès votre arrivée car la file d'attente atteignait les 1h en début d'après-midi. Bien qu'ils aient doublés le nombre de trampolines, c'est sans aucun doute le jeu le plus populaire de l'événement, années après années!

Un beau moment de plaisir à passer en famille à un prix très abordable!

www.aventuregonflable.com

Audrey Lavallée