Critiques & entrevues pour l'année 2017 - 31 décembre 2017

MUSIQUE

Michaël Rancourt
Le Caboose Band
Résultats de recherche d'images pour « patrick norman salle st augustin »
HUMOUR
Résultats de recherche d'images pour « claudine mercier »
Show XXX
   
CINÉMA-THÉÂTRE-COMEDIE MUSICALE
Résultats de recherche d'images pour « le placard THEATRE PETIT CHAMPLAIN »
   
ENFANTS-CIRQUE-MAGIE
PLANÈTE CIRQUE      
ENTREVUE-CONFÉRENCE DE PRESSE
     

 

 

 

 

 

 

 




Fred Pellerin - 20 décembre 2017




2Frères - 16 décembre 2017

 




Gregory Charles Live - 14 décembre 2017




Le Noel des idoles - 13 décembre 2017

Le Noel des idoles, c’est un spectacle réconfortant, qui séduit et diverti.

Lyne LaRoche




Crystal - 13 décembre 2017




La Voix Junior - 10 décembre 2017




Tire le coyote - 09 décembre 2017




Jérémy Demay - 29 novembre 2017




Edgar et ses fantômes 2 - 28 novembre 2017




Noel une tradition en chanson - 27 novembre 2017




Louis José Houde - 22 novembre 2017




Paris, le spectacle - 17 novembre 2017




Mario Pelchat - 16 novembre 2017




À contre sens avec Michael - 15 novembre 2017




Blue Suede Show - 15 novembre 2017




Déplaire avec Laurent Paquin - 15 novembre 2017




Francois Massicotte - 14 novembre 2017




Showtime - 13 novembre 2017




Entrevue avec Michael - 11 novembre 2017

 




Geneviève et Jacques - 07 novembre 2017




Juste Dominic et Martin - 06 novembre 2017




Britishow - 04 novembre 2017




Guy Nantel - 31 octobre 2017




Qu'est ce qu'on a fait au bon Dieu - 29 octobre 2017




Guylaine Tanguay - 28 octobre 2017




Alexandre Poulin - 20 octobre 2017

Alexandre Poulin, d’histoire en histoires

L’auteur-compositeur-interprète, Alexandre Poulin a déposé son « case » de guitare pour la première fois au Grand Théâtre de Québec vendredi soir. Il a convié les gens de la capitale à venir écouter les pièces de son quatrième album Les temps sauvages paru l’automne dernier.

Dès son tout jeune âge, après avoir gratté ses premiers accords, Alexandre Poulin développe sa passion pour les mots et les transpose en chanson. En harmonie avec son passe-temps, Poulin obtient un baccalariat en français et histoire suite à des études à l`université de Sherbrooke, sa ville natale.

Depuis, il raconte des histoires. Son dernier spectacle ne fait pas exception. Ses chansons sont des histoires et l’histoire qui mène à l’histoire occupera beaucoup de place au cours de la soirée. Lui qui a débuté avec Couleurs primaires avant d’enchainer avec Les serpents, toutes deux tirées de son dernier enregistrement, nous racontera un long récit qui nous conduira au livre sur la vie de Maurice Richard dont les mésaventures auront forgé sa persévérance. Une persévérance qui saura servir d’exemple à Poulin qui a été contraint d’attendre de longues années avant la sortie de son premier disque. Ses très longues, mais intéressantes présentations auront justement comme trait d’union cette persévérance. À travers ses chansons, il nous présente Monsieur Désilets (L’écrivain) et la petite Estelle et ses parents inventeurs de possible. Avec des liens où se côtoient la lumière, l’amour, la vie, la mort et l’espérance, il nous fera découvrir la force du Petit Benjamin (Franklin) et de ses parents chasseurs d’étoiles.

Appuyé de Luc Catellier à la batterie et de son fidèle comparse Mathieu Perreault aux guitares, basse, mandoline et banjo, Poulin nous livre des textes d’une grande sensibilité. Derrière de doux éclairages, un croissant de lune ajoute une touche de romantisme à cette soirée.

Que dire d’Eugénie et son père qui revit par l’entremise du nouveau porteur de son cœur et qui nous conduira à Petit géant. Fernand, pour sa part, fait prendre conscience à son beau-frère des travers du capitalisme. Ces chansons, construites pour la majorité sans refrain, sont livrées avec aplomb tout en laissant transparaitre la finesse des mots.

Au rappel, sans avoir quitté la scène pour « éviter qu’on sait pas qu’on sait que je vais revenir», il bouclera la boucle par les derniers battements de cœur de deux amoureux à l’aube de leur vie avec la très belle Entre chien et loup.

En interaction constante avec son public Alexandre Poulin aura su habilement puiser dans chacun de ses quatre albums pour rattacher des parcelles de vie unies par un fil conducteur, par un dénominateur commun.

En novembre, Alexandre Poulin passera par Brossard et Ste-Marie de Beauce avant de poursuivre sa tournée.

Vous pouvez le suivre via son site internet au www.alexandrepoulin.com  ou sur sa page officielle sur facebook

Claude Gignac




Annie Villeneuve - 19 octobre 2017




Alain Choquette - 17 octobre 2017

Alain Choquette

Drôlement magique

Après plusieurs années d'absence, notre magicien Alain Choquette est revenu au bercail pour le plus grand plaisirs de ses fans. Plus de 30 ans après ses débuts à Ad Lib et après avoir présenté Drôlement magique 500 fois en France, c’est au Capitole de Québec qu’il a fêté sa 595e représentation.

Le spectacle a débuté avec un diaporama qui nous a transporté directement dans les années ’80 à l'émission Ad Lib de Jean-Pierre Coallier. Des photos de grands disparus comme Fernand Gignac, Michel Noël (Le Capitaine Bonhomme), mais aussi de grands artistes : Ginette Reno, Dominique Michel et  Julie Masse.

Pendant le spectacle, Alain Choquette se dévoile, il fait un survol de sa vie et du chemin qu’il a parcouru pour en arriver à ce qu’il est devenu aujourd’hui. Quelques moments attendrissants, émouvants mais aussi drôles.

Tours de cartes, prédiction, défis, il nous implique directement tout en nous mystifiant. Un savant mélange d’humour et d’interactions avec le public. La salle était dynamique et les gens participaient beaucoup, tous prêts à se porter volontaire pour être le plus près possible de la magie.

Après sa dernière performance, le sympathique Alain Choquette a lancé ‘’ Ne partez pas toute suite, venez me retrouver dans le foyer du Capitole pour une séance d’autographe et d’autoportrait pour ceux et celles qui le désire. 

Alain Choquette et son spectacle Drôlement magique sera présent encore pour un soir au Capitole le 18 octobre.

Une soirée garantie en rebondissements, en surprises et en rires. Un spectacle hautement divertissant!

À voir absolument

Pour plus d’informations, de dates et de villes qui l’accueilleront :

www.alainchoquette.ca

www.lecapitole.com

Louiselle LaVoie




Maxime Landry - 17 octobre 2017

.

Maxime Landry

Tout simplement touchant

Hier soir, Maxime Landry était de passage au Grand Théâtre de Québec afin de présenter à son public son nouveau spectacle Nos histoires, titre de son cinquième opus qu’il a entièrement écrit et composé.

Ses textes nous rejoignent tous et chacun de nous peut se les approprier. Il raconte nos histoires qu’il avoue bien humblement avoir pigé dans celles que le public lui a raconté au fil des années.

Entouré de quatre musiciens, Maxime nous présente les chansons de son nouvel album sans laisser de côté pour autant les grands succès de ses albums précédents Fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve, Ne t'en va pas, Cache-cache…

Le jeune homme qui nous avait touché au plus haut point lors de l’émission Star Académie en 2009, a maintenant 30 ans et à chaque fois qu’il chante, il continu de nous donner des frissons. Après deux romans et cinq albums, l’auteur-compositeur-interprète en a fait du chemin. Toujours d’une grande intensité, Il a une prestance sur scène incroyable. Il est heureux quand il chante, sa voix exceptionnelle est magique.

Il ne laisse rien au hasard, toutes les petites attentions sont là pour son public et ses proches. Pour ajouter encore plus de charme à son spectacle, il a invité sa mère à le rejoindre sur scène pour chanter avec lui Cent fois la même histoire, une chanson qui parle de la maladie d’Alzheimer, c’était touchant au plus haut point.

Par la suite, il a invité la jeune chanteuse Naomie Turcotte à chanter avec lui en remplacement de Lynda Lemay, la pièce intitulée On chantera encore. Par la suite, en solo elle a interprété Le plus fort c’est mon père. Naomie Turcotte, un nom à retenir.

Bilan

Avec nos histoires Maxime Landry nous propose un spectacle solo à l’image de son 5e album qui est aussi à notre image. Un spectacle touchant en toute simplicité.

Maxime reprend la route, surveillez son passage près de chez-vous

Pour plus d’informations :

www.maximelandry.com

Nathalie Robert




Geneviève Leclerc - 15 octobre 2017




Messmer - 14 octobre 2017

Mes5mer, jusqu’au 6e sens

Après avoir battu son propre record mondial d’hypnose collective en prenant le contrôle des gestes de 854 personnes simultanément au Centre Vidéotron en janvier dernier, le grand Messmer est de retour à Québec, cette fois dans le cadre de sa toute nouvelle tournée Hypersensoriel.

Ce vendredi, le grand fascinateur, qui a déjà hypnotisé plus de 120 000 personnes au cours des 10 dernières années, entamait une série de trois spectacles à la salle Albert-Rousseau.

Lorsqu’Éric Normandin a imaginé son nom de scène, il s’est inspiré de Franz-Anton Mesmer, fondateur de la théorie du magnétisme animal, aussi appelé mesmérisme. Depuis, il multiplie les spectacles au Québec et en Europe.

Pour pleinement apprécier un spectacle de Messmer, il faut faire preuve d’ouverture et de faire une profession de foi. Il joue avec les spectateurs qui se prêtent au jeu. Ils deviennent les vedettes de la soirée.

La première étape est de tester leur réceptivité. Les 20 plus réceptifs resteront sur scène et participeront à L’endormitoire et L’éveil des sens. Il sélectionnera deux participants souffrant de vertige pour en faire Les premiers hommes volants. Les deux sujets, enfilés dans un sac, s’élèveront au-dessus de la scène, suspendus par un câble. Ils voleront confortablement au-dessus de New-York, combattant leur peur grâce à la puissance de l’hypnose. Il fera ensuite appel à la technologie en hypnotisant un participant au travers une lunette de réalité virtuelle. Il sera en mesure de reformer le groupe Kiss grâce au « talent » de quatre volontaires. Même par l’odorat, il réussira à prendre le contrôle des participants entassés sur la scène. Hypnotiser par l’odeur d’orange, les volontaires deviendront des champions de surf. Il nous prouvera qu’il peut hypnotiser par tous nos sens.

En deuxième partie, après avoir recruté de nouveaux sujets, ceux-ci participeront à un quiz après qu’une dame eu été extirpée d’un film d’horreur. On a aussi droit à une soirée dans une boite de nuit en compagnie de John Travolta et de la séduisante Natacha.

Passer une soirée en compagnie de Messmer, c’est naviguer entre science et théâtre, du rire à la stupéfaction.

Au final, il développera un 6e sens chez certains spectateurs. Celui de la séduction. Plusieurs d’entre-eux auront terminé la soirée dans une brève danse lascive après avoir séduit un partenaire éphémère.

En plus de le voir dans l’émission Laché lousse, aux côtés de Charles Lafortune sur les ondes de TVA, vous pouvez suivre les exploits de Messmer en vous rendant au messmer.ca ou sur facebook au MessmerFascinateur.

Claude Gignac

Destination Ville de Québec .com




Entrevue Nous Martin Perizzolo - 09 octobre 2017




Spectacle Nous, avec Martin Perizzolo - 09 octobre 2017




Biographie de Denise Filiatrault - 07 octobre 2017




Les filles chantent Dassin - 07 octobre 2017




Mélissa et Joannie - 06 octobre 2017




Julien Clerc - 25 septembre 2017

Entre deux pianos… Julien Clerc

Après un premier passage Québécois en juin dernier, Julien Clerc était de retour au Palais Montcalm pour la supplémentaire de son spectacle Pianos.

Après avoir lancé, en novembre dernier, son album Fans, je vous aime, Julien Clerc rend visite à son public. Pour se faire, il a opté pour une formule intimiste. Avec déjà presque 50 ans de carrière, Julien Clerc peut puiser dans un très vaste répertoire. Comme il aime ses fans, il a décidé de leur faire plaisir en leur offrant ses plus grands classiques de manière dépouillée. Mais Julien Clerc n’a pas fait que ses classiques. Il nous a aussi plongés dans son plus récent matériel comme Entre elle et moi, une chanson dédiée à sa femme, et Je t’aime etc le premier extrait du nouvel album qui paraîtra à la fin octobre. Un premier extrait qui nous donne envie d’entendre la suite.

Si on chantait a eu une réponse spontanée. Les fans ont bien voulu devenir la «Marie divine» de Julien Clerc et ont chanté de tout cœur. Dans une sonorité plus exotique, Mélissa, une chanson d’amour et d’humour, nous a été offerte à quatre mains, accompagné de son pianiste Benjamin Constant.

Julien Clerc nous parle de celui qui a été son parrain de la chanson. Celui pour qui il a fait à plusieurs reprises la première partie des concerts, Gilbert Bécaud. Dès les premières notes, le public applaudissait chaleureusement «C’est en septembre».

Il bouge peu mais sa présence est vivante, ses interprétations sont passionnées. Debout ou assis au piano, il nous offre, entre les chansons, de généreux sourires spontanés.

Les fans avaient été mis à contribution dans l’élaboration du programme de la soirée. Une sélection de huit titres était proposée. Elle a au fond des yeux, Entre elle et moi, Les fleurs des gares et Le cœur trop grand pour moi ont été retenues par les spectateurs.

Un programme bien choisi. Julien Clerc a su voyager entre chansons rythmés, dont La Californie ou la célèbre Cœur de rocker de Luc Plamondon et les balades Femmes je vous aime et bien sûr, le classique, mélancolique et intemporel Ma préférence où le public n’a fait qu’un avec le chanteur.

Un concert mémorable avec un artiste d’une grande générosité. De toute évidence, le public de Québec a une place au fond de son cœur pour Julien Clerc.

Après cette très belle soirée, il récidive mardi soir au Palais Montcalm avant de poursuivre sa route qui le conduira à St-Jérôme, Sherbrooke, Victoriaville, Terrebonne et Brossard avant de retourner en France pour une série de soixante-douze nouvelles dates.

Vous pouvez suivre ses activités au www.julienclerc.com

Lucie Monaghan




Dominique Hudson - 23 septembre 2017




Entrevue avec Annie Villeneuve - 23 septembre 2017




Critique du 7e albums de Marie-Élaine Thibert - 23 septembre 2017




Simple Plan - 19 septembre 2017

 




Expo 67 Live - 19 septembre 2017




Marc Martel Queen - 14 septembre 2017




Chanter pour le feu - 10 septembre 2017

Vous pouvez faire vos dons 

www.autourdepetitevallee.com

Lyne LaRoche




Entrevue Simon Leblanc - 07 septembre 2017




Cobaye Humain - 02 septembre 2017




Concert Bénéfice Petite Vallée - 26 août 2017

 

 

 

 

 




Le king n'est plus - 16 août 2017

Une célébration à la hauteur du King

Martin Fontaine fait revivre Elvis dans toute sa splendeur, comme dans un rêve, il nous replonge dans les années 70 et on y croit.

Hier soir au Centre Vidéotron Martin Fontaine a offert un spectacle grandiose. Plus de 13 000 personnes s’étaient déplacé pour assister à ce concert unique d’Elvis Experience Symphonique. Entouré de 70 musiciens dont 56 de l’Orchestre Symphonique de Québec et de 8 choristes celui qui entre dans les costumes d’Elvis depuis plusieurs années, a tout comme le public ressenti l’amour inconditionnel que les fans lui portent encore.

En introduction sur écran géant était inscrit :

16 août 14h30, Elvis Presley surnommé le King, est retrouvé mort à sa résidence de Memphis au Tennessee. La planète au grand complet s’arrête, c’est la consternation. L’icône du Rock’n’ roll plonge le monde dans une profonde tristesse. 40 ans plus tard, et après 20 ans d’hommage sur scène à Québec et à travers le monde, Jean Pilote et Martin Fontaine adresse ce soir un ultime salut à l’idole de toute une génération.

Dès les premières notes de Viva Las Vegas les gens criaient’’ envoye’’ Martin, The show must go one’’ . Quand il est apparu sur scène, c’est comme si tout à coup d’un claquement de doigt nous nous retrouvions en 1972 au Big Freaky International Hotel.

Durant un peu plus de deux heures, Martin Fontaine a redonné vie à l’émotion des dames en leur mettant ses fameux foulards autour du cou ou en leur lancant des toutous tout en interprétant les plus beaux classiques du King : The Wonder of you, My way, Love me tender, Blues Suede Shoes, All Shook Up, Burning in love, It's Now or Never, Bridge Over Troubled Water, Don’t Cry Daddy ainsi que Hound Dog et Can't Help Falling in Love pour ne nommer que ceux-cicar évidemment je pourrais vous en nommer une panoplie. Le répertoire du Roi du Rock, Martin Fontaine plonge dedans depuis des années, alors il nous l’a servi sur un plateau d’argent.

Durant cette soirée, Martin Fontaine a su recréer toute la frénésie et l’émotion qui entourait le king. Avec sa voix, son déhanchement, ses costumes aux longs cols et ses pattes d’éléphant, en aucun temps, il a laissé ses fans sur leur faim. Il est vraiment le King réincarné.

Quelle bonne idée d’avoir pensé faire un show comme celui-là 40 ans plus tard et surtout au Centre Vidéotron. Tous les gens présents ce soir, s’en souviendront longtemps de ce concert. En sortant il y a même une dame qui disait ’’Je suis certaine qu’Elvis n’est pas mort’’ Ouf, ca c’est vraiment le véritable amour.

Elvis Experience sera présenté

MONTRÉAL

THÉÂTRE ST-DENIS

DU 25 AU 27 AOÛT 2017

DU 1 AU 3 SEPTEMBRE 2017

ACHAT DE BILLETS ICI

514-790-1111

TROIS-RIVIÈRES

AMPHITHÉÂTRE COGECO

LES 8 ET 9 SEPTEMBRE 2017

ACHAT DE BILLETS ICI

819-380-9797

Lyne LaRoche




Marc Hervieux et le Grand Choeur Jukebox - 14 août 2017




Julien Lacroix - 12 août 2017




Sam Breton - 05 août 2017




Steeve Diamond - 04 août 2017

Steeve Diamond...un revenant aux grands talents

L’imitateur, l’humoriste et chanteur Steeve Diamond reconnu pour ses imitations uniques de Ginette Reno, Jean-Pierre Ferland, Boccelli et bien d’autres était de passage au Centre d’Art la Chapelle hier soir, afin de présenter son tout nouveau spectacle en rodage. Qui dit rodage, dit on essaie de nouvelles choses, si la réaction des gens est positive le numéro fera partie du prochain spectacle.

Il a débuté la soirée en disant ‘’Maudit que je suis nerveux, car ça fait longtemps que je n’ai pas fait de show au Québec. Je suis nerveux comme la première fois que j’ai fait l’amour, j’espère que ça va être plus long’’ Il n’en fallait pas plus pour que les premiers rires se fassent entendent.

Il a enchaîné avec ses imitations de Yvon Deschamps, Peter Macleod, Mike Ward, Pierre Légaré, Denis Drolet, Maxime Martin, Stéphane Rousseau, Réal Béland et Jean-François Mercier les imaginant faire un autre métier, c’était hilarant.

Alternant imitations et musique c’est avec les voix de Bob Dylan, Tina Turner, Éric Lapointe, Johnny Holliday, Ozzy Osborne, Alice Cooper, Kiss, Styx, Gerry Boulet pour ne nommer que ceux-ci qu’il a fait vibrer la salle au grand complet.

Mes coups de cœur :

Joe Cocker qui chante You Are so Beautiful

Gibert Bécaud qui chante C’est en septembre

Bilan

Pour un spectacle de rodage, il est sur la coche pas à peu près. Car tout en gardant ses grands classiques et ses irrésistibles mimiques, il nous a servi des parodies loufoques, des imitations très bien exécutées et des performances vocales à en couper le souffle. En plus des éclats de rires qui fusaient de partout, les spectateurs ont participé tout au long du spectacle. En bref, un show drôle et impressionnant très réussi!

Depuis 2011, on ne l’a pas vu beaucoup sur les scènes du Québec, car il fait carrière en Europe dans un quatuor avec un Belge, un Suisse et un Français. Les trois gars cherchaient quelqu’un qui pourrait imiter les chanteurs américains car eux avec leur accent, ils ne sont pas capables. Ils ont communiqué avec Sylvain Parent-Bédard de ComédiHa et il a tout de suite pensé à Steeve.

Heureusement pour nous, aujourd’hui il revient au bercail afin de nous partager sa passion contagieuse.

Pour plus d’informations : ICI

Lyne LaRoche




Planète, quel cirque - 25 juillet 2017

PLANÈTE CIRQUE

Planète, quel cirque

Une belle expérience

Les enfants adorent…les parents s’amusent

La fébrilité était dans l’air hier, car c’était soir de première pour Ekasringa, cirque équestre qui présentait sa troisième production majeure Planète, quel cirque au Boisé du Quai de Baie- Saint-Paul.

Sous le chapiteau jaune la troupe Ekasringa a offert au public une grande variété de prestations exécuté par les jongleurs, les acrobates, les dresseurs d’animaux et les cavaliers. Durant la soirée, les musiciens ont appuyé le tout avec une musique d’ambiance.

Donnant parfaitement le ton à la soirée, la clown comédienne Noémie Armellin a réussi à émouvoir le public tout en le faisant rire et réfléchir.

Vêtue d’un costume de circonstance la jeune cavalière Maika Guay était adorable. Les poneys, Yoda, Casimir et Chiquito, ont exécutés toutes les prouesses qu’elle leur demandait.

Les jeux d’adresse exécutés par les cochons Idéfix et Choucroute ont retenu l’attention de tout le monde. Le chien Farfelu a réussi à surprendre les gens, surtout quand il est monté sur le dos des poneys.

Malheureusement, j’ai dû quitter avant la fin du spectacle, alors j’ai manqué la performance de Fripouille le chat, que j’aurais bien aimé voir.

Avec ce cirque, tout le monde y trouve son compte. Les enfants adorent ça et les parents s'amusent.

Refaire le monde, c’est ce que veut à la base les créateurs, les artistes, les chevaux et les animaux. Les thèmes abordés sont la surconsommation, le gaspillage, la simplicité et le tout jetable. Je dois souligner que même les décors et les costumes sont presque tous fabriqués avec des matériaux recyclés. Fait à noter Ekasringa devient cette année une entreprise écoresponsable certifiée par la Réserve de la Biosphère de Charlevoix.

Ékasringa est présenté du 25 juillet au 6 août 2017 au Boisé du Quai Baie-Saint-Paul

Planète, quel cirque est un spectacle sans artifice avec des numéros drôles et émouvants à la fois. Un bon divertissement.

Durée du spectacle 2 heures avec entracte, 280 places de disponibles

Pour achat de billets ICI

Plusieurs activités connexes sont également organisées pour toute la famille sur le site tels que des ateliers familiaux de jour dédiés à l’initiation aux arts du cirque pour les enfants

Lyne LaRoche




LE PLACARD - 20 juillet 2017

Résultats de recherche d'images pour « le placard THEATRE PETIT CHAMPLAIN »

LE PLACARD

Théâtre Petit Champlain

Irrésistiblement désopilant!

Après L’emmerdeur et Le dîner de cons le Théâtre Voix d’accès récidive pour notre plus grand plaisir avec Le placard.

François Pignon, modeste et timide comptable dans une fabrique de préservatifs, apprend qu’il sera bientôt licencié. Désespéré de sa situation et dépassé par ses problèmes personnels, il décide de se jeter par la fenêtre de son appartement. Heureusement, un de ses voisins arrive à temps pour le sauver et lui proposer une avenue pour garder son emploi : répandre la fausse rumeur qu’il est homosexuel. Ce stratagème fonctionne si bien que non seulement Pignon garde sa place dans l’entreprise, mais il trouve également la sympathie de ses collègues.

Hugues Frenette incarne un François Pignon «drabe» à souhait. Après la suite de tuiles qui lui sont arrivées, on croit facilement à cet homme monotone et transparent. Bertrand Alain, en voisin gay est naturel, il ne fait pas le gay trop maniéré. Il est intelligent et toujours plein de ressources. Il nous fait rire avec ses remarques souvent inattendues. Son jeu est remarquable. Jack Robitaille et ses acolytes ne sont pas en reste. Charles-Étienne Beaulne, Patric Saucier, Joëlle Bourdon et Alexandrine Warren offrent tous de solides performances. Ils embarquent dans cette belle folie sortie de l’imaginaire de Francis Véber.

Le décor, sur deux étages sert bien la pièce. Sa vie est bien définie : au premier se déroule sa vie au travail et au deuxième sa vie privée. La mise en scène de Nicolas Létourneau utilise bien le décor, alors qu’au deuxième les idées saugrenues du voisin émergent et sont développées, elles prennent forme au premier, c’est-à-dire au bureau.

Une pièce tout en finesse où il y a plusieurs deuxièmes degrés qui nous font bien rigolés. Des rires spontanés ont fusé à plusieurs moments de la pièce.

Pour passer une agréable soirée, dans un lieu situé au beau milieu d’un site historique, ne boudez pas votre plaisir, Le Placard est un incontournable. Présentée au Théâtre du Petit Champlain jusqu’au 26 août 2017.

Louiselle LaVoie




Stone - 20 juillet 2017

Stone

Dans l’univers de Luc Plamondon

Des mots et des images tout en émotions

Hier soir, l’Amphithéâtre Cogéco de Trois-Rivières a accueilli la première de Stone, le troisième spectacle de la série hommage présenté et créé par45 DEGREES, la compagnie des événements et des projets spéciaux du Cirque du Soleil.Pour l'événement plusieurs artistes ont défilé sur le tapis rouge

Galerie de photos cliquez ICI 

Après Le monde est fou (Beau Dommage) ou la poésie était à l’honneur et Tout écartillé (Robert Charlebois) ou on avait misé sur le rythme, avec Stone on s’en va complètement ailleurs, comme le veut la tradition

Puisant dans le répertoire du grand parolier Luc Plamondon, le spectacle nous a entraîné au cœur d’un univers d’Opéra-punck-rock-funck-électro, ou un Maestro excentrique s’attache à Lolita qui deviendra sa muse. Il voit en elle,  la meilleure personne pour donner vie à son œuvre musicale. Tout au long du spectacle la serveuse automate se donne entièrement en musique et en mot à l’œuvre de Plamondon. Tout se déroule comme dans un parc Belmont désaffecté, autour d'un caroussel où on y retrouve d'excentriques personnages.

Comme l’auteur-compositeur a toujours fait une grande place aux femmes, le spectacle compte onze interprètes féminines. Enregistrées sur des bandes sonores, les voix de Marie-Mai (Je danse dans ma tête) Ariane Moffatt  (S.O. S d'un terrien en détresse) Valérie Carpentier (Call Girl) Safia Nolin (Le blues du businessman) Marie-Josée Lord (Les sans-papiers) Marie-Pierre Arthur (Ma mère chantait toujours) Martha Wainwright (Parc Belmont) Catherine Major (Tiens-toi ben, j'arrive ) Klô Pelgag ( Iles aux mimosas) Betty Bonifassi ( Oxigène) Gabrielle Shonk (Le monde est fou ) Milk & Bone (Monopolis)  Beyries (Le monde est stone ) et La Bronze (Lili voulait aller danser ) ont résonnées partout dans l’Amphithéâtre sur les airs du grand parolier qui a donné carte blanche à l’équipe de création. Le directeur musical Jean-Phi Goncalves a remodelé les chansons leurs donnant presqu’une autre vie tout en respectant l’œuvre de celui-ci. Le choix a été difficile car il a dû choisir parmi un répertoire de plus de 450 chansons.

Sur scène on y compte 23 artistes, huit gars et quinze filles, acrobates et danseuses qui nous font dresser le poil sur les bras. On n’a pas assez d’yeux pour tout voir. Le spectacle est d’une durée de 75 minutes et on en prendrait encore. Chapeau à Jean-Guy Legault pour la mise en scène très efficace.

Durant la soirée il y a eu plusieurs moments forts,  mes coups de coeurs sont: Iryna Galenchyk et Dmytro Turkeiev dans la discipline Duo Sangles (Stone)  qui ont donné des frissons à plusieurs reprises, ainsi que celui de Batbold Andryei, Munkhbat Ganbayar et Eloi Cousineau (Tiens-toi ben j'arrive) qui dans un tableau excentriques ont exécuté un numéro appelé Jeux icariens à en couper le souffle.

Au niveau de la chanson, mon coup de coeur est Marie-Pierre Arthur qui a interprété Ma mère chantait toujours avec sa superbe voix douce. C'était tellement beau d'entendre chanter le public, je parie que M.Plamondon a lui aussi eu une grande émotion. 

Rien n'a été laissé au hasard. Comme l'oeuvre de Plamondon est immense les artistes ont conconté un medley de plusieurs grands hits. Que l'on pense à Un gars comme toi, Une histoire d'un soir, J'ai besoin d'un homme, Trop jeune pour aimer, Vivre ma vie comme un gitan, Incognito, Celui qui n' a jamais été seul, Quand je tombe en amour, Coeur de rocker, Nuit magique, Depuis le premier jour et Dans ma camaro, toutes des chansons que nous avons un jour ou l'autre fredonné. Elles étaient interprété par les voix de Judith Little-D et la seule et unique voix d'homme durant la soirée Gardy Fury. Pour la finale, un numéro de trapèze appelé Vol Coulisseau avec la chanson Hymne à la beauté du monde interprété par la voix sublime de Diane Dufresne. Tous les artistes étaient réunis invitant les gens à chanter avec eux, c'était magique. C 'est sous un tonerre d'applaudissements et une ovation plus que méritée que la soirée s'est terminée. Laissant à chacun de nous, une chanson en tête du grand et unique Luc Plamondon.

Bref 

Un spectacle rempli d'émotion, de frissons et d'émerveillement. Le tout agrémenté de diversités, d’extravagances et de styles musicaux variés

Un show à voir absolument!

Au point de presse après le spectacle c'est un Luc Plamondon très fier que nous avons retrouvé. À la blague il a dit: 

''Je ne pensais pas finir ma vie dans un cirque''

Le spectacle Cirque du Soleil – Stone, Hommage à Plamondon est présenté à compter du 19 juillet.

Les billets sont en vente en ligne au www.amphitheatrecogeco.com et à la billetterie de la salle

J.-Antonio-Thompson au 819 380-9797 ou au 1-866-416-9797.

 

Les spectacles à venir à l’Amphithéâtre Cogéco

La comédie musicale Grease sera présentée les 1er, 2 et 3 septembre

Le spectacle Elvis Experience avec Martin Fontaine les 8 & 9 septembre.

Lyne LaRoche




Galerie de photos Stone - 20 juillet 2017

 




Nuit blanche en Traversin - 16 juillet 2017




BUCKLAND - 09 juillet 2017




Mary Poppins AR - 05 juillet 2017




Saturday Night Fever - 30 juin 2017




Le Concierge - 28 juin 2017




SHOW XXX - 18 juin 2017




Gala Billy Tellier et Mario Jean - 18 juin 2017




Gala Phil Roy - 17 juin 2017

 

 

 

 




Dans l'univers de lol - 13 juin 2017




Gala Philippe Bond - 10 juin 2017




Comédie dans le noir - 10 juin 2017




Gala Patrice L'Écuyer - 10 juin 2017




Entrevue avec René Simard et Joelle Lanctôt(MP) - 07 juin 2017




Les Productions D'ALBERT - 07 juin 2017

.




30è Téléthon OES - 05 juin 2017




Patrice Michaud - 24 mai 2017




Jason Mraz - 15 mai 2017

 




Sophie Thibault - 05 mai 2017

 




Daniel Bélanger - 03 mai 2017

                       Daniel Bélanger sera à nouveau au Grand Théâtre demain soir et poursuivra sa tournée le 4 mai à Chicoutimi.

Un peu plus de 40 concerts sont à l’agenda jusqu’en mai 2018.

danielbelanger.com

Lucie Monaghan




Claudine Mercier - 27 avril 2017

 




ZAZ - 27 avril 2017




La calèche de Québec - 25 avril 2017




Jérôme Couture - 16 avril 2017

Pour plus d’informations :

 www.jeromecouture.net

 www.saradufour.com

 Lyne LaRoche




Luc De Larochellière - 16 avril 2017




L'Avare - 16 avril 2017




Patrick Norman - 15 avril 2017

Il sera de retour à Québec

Les 11-12 et 13 mai au Centre d’art la Chapelle et le 14 mai au Capitole de Québec

Pour plus d’informations :

www.patricknorman.ca

www.sallealbertrousseau.com

Caroline Gagnon




TOCADÉO - 15 avril 2017

Après l’entracte, nos quatre chanteurs ont troqué leurs tuxedos pour un habit plus décontracté. Ils nous ont offert en primeur leur toute nouvelle chanson, « Your light to guide me », qu’ils viennent tout juste d’enregistrer.

S’en est suivi d’une vibrante prestation de la chanson « Quand on a que l’amour », faisant référence à tous les attentats qu’il y a eu récemment partout dans le monde, même ici chez-nous, mais démontrant aussi la vague d’amour qu’ils ont engendré.

J’ai passé une très belle soirée en leur compagnie. Ce fût une très belle découverte pour moi!

Tocadéo se produira aussi ce soir, le 14 avril. De plus, ils nous ont confirmé leur retour en décembre prochain, pour leur nouveau spectacle de Noël.

C’est un rendez-vous à ne pas manquer!

www.tocadeo.ca

www.grandtheatre.qc.ca

Caroline Gagnon




Les Tannants - 10 avril 2017




Betty Bonifassi - 08 avril 2017




Michel Louvain - 07 avril 2017




La collection Desjardins - 05 avril 2017




Claude Dubois - 04 avril 2017




JiCi Lauzon - 22 mars 2017




La Cabane Urbaine - 11 mars 2017

 




Les Fantastix - 11 mars 2017




Disney:Passeport pour l'aventure - 10 mars 2017

 

Pour plus d’informations :

http://www.gestev.com/fr/disney-sur-glace--passeport-pour-laventure

Audrey Lavallée

 




Entrevue avec Jessica Leatham - 07 mars 2017

Caroline : Pour ceux si hésitent toujours, pourquoi ne devraient-ils pas manquer ce spectacle?

Jessica: C’est une incroyable expérience que le public va vivre! Dans ce spectacle il y aura vraiment un large spectre des personnages de Disney à la fois vieux et nouveau, c’est certain que les gens ne seront pas déçus. C’est une chance unique que les gens ont de voir tous ces personnages aussi près de chez eux, ici au Canada!

Caroline : Dernière question, je ne sais pas si vous en connaîtrez la réponse, toutes les jeunes filles se demandent s’il y aura « La reine des neiges 2 » bientôt ?

 Jessica : je ne pourrais vous dire mais je le souhaite beaucoup!

 

Donc assurément la magie enchantera encore les fans de Disney de tous âges

Au Centre Vidéotron du 9 au 12 mars prochain

Pour plus d’informations :

 http://www.gestev.com/fr/disney-sur-glace--passeport-pour-laventure

 

Caroline Gagnon




Jean-Michel Anctil - 03 mars 2017




Entrevue avec Steeve Matthews - 02 mars 2017

 




Encore une fois, si vous permettez - 27 février 2017




BOBBY BAZINI - 26 février 2017

.




Shooter - 23 février 2017




Kevin Parent - 23 février 2017




Daniel Lavoie - 23 février 2017




Fabien Cloutier Assume - 21 février 2017

 

 

NB

Ce soir, Fabien a recu un billet d’argent certifiant la vente de plus de 25 000 billets de son premier one man show  Assume




Tribunal de l'histoire - 20 février 2017




Entrevue Émilie Ouellette - 20 février 2017




Pierre Hébert - 16 février 2017

 

 




Tire le coyote - 11 février 2017

 




Ariane Brunet en spectacle - 10 février 2017

 

 




ENTREVUE AVEC MARCO CÔTÉ - 05 février 2017




ENTREVUE AVEC ARIANE BRUNET - 04 février 2017

 

Native de Kirkland dans la région de Montréal, la musique a toujours fait partie de sa vie. Dès l’âge de 9 ans elle s’inscrit à des cours de piano et à l’âge de 12 ans elle reçoit sa première guitare. Elle poursuit ses études au Cegep de Saint-Laurent pour faire un DEC en chant Jazz, là où Ariane Moffatt et Diane Tell ont étudié. Découverte sur MySpace en 2008, deux ans plus tard son premier album ‘’Le pied dans ma bulle’’ remporte un franc succès. Plusieurs de ses compositions tournent à la radio. Sa chanson Bien avec toi, devient la trame de fond d’une pub de McDonald’s. En 2013, elle lance son deuxième album Fusée qui l’entraîne dans une tournée européenne jusqu’à l’automne 2015. En 2016, elle nous revient avec un troisième opus Stella.

ARIANE BRUNET UNE FILLE DE COEUR




Noir & Blanc 2 - 03 février 2017

 

Noir & Blanc 2…Un succès incontestable

Hier soir au Capitole de Québec, le public était au rendez-vous pour la première d’une série de trois du spectacle Noir & Blanc 2, présentée par Gregory Charles et Marc Hervieux.

Après avoir remporté un grand succès avec Noir & Blanc lancé en 2002 avec plus d’un million de billets vendus, 43 représentations au Centre Bell et plusieurs aux États-Unis et en France, Gregory Charles nous revient mais cette fois-ci accompagné de l’attachant ténor Marc Hervieux.

Quelle complicité, ils forment un tandem formidable. Étant un jukebox ambulant et un chef d’orchestre hors pair Gregory sort Marc Hervieux de sa zone de confort et ça donne des interprétations uniques et mémorables.

Dès qu’ils sont arrivés sur scène, ils se sont adressés au public ‘’ Nous comprenons que cette semaine a été une semaine éprouvante pour l’ensemble du Québec, mais ce soir nous sommes venus pour avoir du plaisir. Est-ce qu’il y a des gens ici qui ont assistés à la première mouture de Noir & Blanc, il y a quelques années? a lancé Gregory. Marc a tout de suite rétorqué ‘’Vous allez voir c’est bien meilleur Noir & Blanc 2’’ Le duo venait de donner le ton à cette soirée magique.

Entouré de six musiciens chevronnés, les deux grands talents revisitent à leur façon plusieurs grands succès des années 50 à aujourd’hui. Il faut voir Gregory sur scène, il communique avec ses musiciens par ses doigts. Il change de tonalité et de chansons comme si rien n’était, son talent est indéniable. Marc, saute avec brio dans cette aventure. Son sens de la répartie, son autodérision et sa voix puissante nous transporte, nous touche et nous amène dans différents univers musicaux. À plusieurs reprises durant la soirée Gregory insiste sur le fait que rien est prévu d’avance.  De Elvis à Ray Charles en passant par Boule Noir, Michael Jackson et Pavarotti, les deux complices se lancent la pipe.

Pour la deuxième partie, ils répondent aux demandes spéciales des gens, ce qui nous donne des medleys assez originaux. D’un O Sole Mio en passant par Le temps d’une dinde, d’un Poker Face de Lady Gaga via Sex Bomb de Tom Jones et même du AC/DC et du Muse, nos deux virtuoses sont inébranlables. 

Il y a eu plusieurs grands moments durant la soirée premièrement quand Gregory et Marc ont entonné la chanson Hallelujah et Quand les hommes vivront d’amour. L’auditoire s’est subitement changé en chorale, c’était tellement beau et touchant que tout le monde s’est levé comme si une vague d’amour venait de déferler dans tout le Capitole. Tout de suite après cette interprétation, Gregory a expliqué pourquoi, il était si ému. Tout d’abord, à cause du drame que nous avons vécu cette semaine faisant référence à la violence barbare qui a eu lieu à la mosquée de Québec.’’ Nous vivons tous un deuil national et moi particulièrement je suis sensible car je suis en deuil de ma mère qui est décédée, il y a quelques semaines maintenant.  Ce soir, en écoutant Marc et vous le public chanter, je me suis dit que ma mère avait raison, elle disait’’ On t’a fait don de la musique, tu ne seras jamais malheureux, et s’il y a quelque chose qui nous définit comme Québécois c’est ce don de la musique que nous avons dans toutes les circonstances. Partageons-le avec tous ceux qui viennent habiter chez-nous. Ce fût un moment émouvant de partage avec le public.

Par la suite, le duo a interprété Ca fait rire les oiseaux suite à la demande de Louise une spectatrice qui se bat en ce moment contre une maladie. Ils ont invité les gens à se lever afin de lui donner une tonne d’énergie. 

Pour la finale, les petits chanteurs de Charlesbourg sont venus rejoindre nos deux artistes. Il fallait voir le sourire et la fierté que ces jeunes avaient sur leur visage, c’était magnifique.

Bilan

Tout d’abord, je dois vous dire que c’est la première fois que j’assiste à un spectacle où il y a autant d’ovations.

Durant plus de deux heures trente, nous avons assisté à des performances uniques, des duos et des solos à en couper le souffle, et une fusion du rire et de l’émotion inoubliable.

Que dire de plus mise à part WOW!

Gregory et Marc seront de retour sur la scène du Capitole de Québec ce soir à 20h et dimanche à 15h

Un show à voir absolument

Pour informations

www.lecapitole.com

www.gregorycharles.com

www.marchervieux.com

Lyne Laroche




Phil Roy - 02 février 2017




Michael Rancourt de Piaf à Sinatra - 28 janvier 2017




L'EMMERDEUR - 26 janvier 2017

L’emmerdeur

Salle Albert Rousseau

M. Milan (Normand D’Amour) est un tueur à gages qui doit exécuter son « contrat » depuis sa chambre d’hôtel donnant sur le palais de justice où est attendu Randoni, témoin clé d’un procès en corruption et homme à abattre. Son voisin, François Pignon (Marcel Lebœuf), photographe de presse délaissé par son épouse qui l’a quitté pour le docteur Wolf, un neurologue réputé, tente de se suicider en se pendant à la tuyauterie de la salle de bains et provoque une inondation. Milan persuade le garçon d’hôtel de ne pas appeler la police, promettant de veiller lui-même sur le dépressif pour éviter une récidive. Il se trouve alors irrémédiablement pris dans les problèmes de Pignon, au détriment de sa mission.

Sur scène deux chambres d’hôtel. Dans chacune d’elle un lit double, une fenêtre avec un store dysfonctionnel, un téléphone, une chaise et une table sur laquelle on retrouve un vase avec un bouquet de fleurs. La pièce repose sur le jeu des six comédiens.

Disons les choses telles qu’elles sont : pour une comédie c’est le « Dream Team ». Mise en scène de Normand Chouinard, rôles principaux par Normand D’Amour et Marcel Lebœuf et les rôles de soutiens sont aussi irréprochables. Des performances remarquables, époustouflantes.

La mise en scène est très physique, et même à maintes reprises à la limite du jeu de cascadeurs : Normand D’Amour et Marcel Lebœuf s’en donnent à cœur joie : ils sautent, ils tombent, ils se battent, ils courent. Nous allons de surprises en surprises, ils ne sont jamais là où on les attend. Normand D’Amour est explosif et Marcel Lebœuf hilarant. Patrice Coquereau, Pierre-François Legendre, Danny Gagné et Monique Spaziani viennent compléter cette troupe de comédiens aguerris.

Une pièce à voir. D’irrésistibles éclats de rire vous attendent. C’est drôle du début à la fin. Vous allez vous bidonner parole de François Pignon.

Dépêchez-vous, il ne reste qu’une représentation à Québec le 27 janvier 2017 à la salle Albert-Rousseau et le 8 avril 2017 au cégep de Lévis-Lauzon

www.sallealbertrousseau.com

www.meute.ca

Louiselle LaVoie




Rencontre annuelle SSQ - 25 janvier 2017

Une rencontre annuelle teintée d’humour

SSQ une entreprise à découvrir!

C’est à la salle Albert Rousseau hier, que les employés D’SSQ étaient conviés à la rencontre annuelle avec le PDG M. Jean-Francois Chalifoux. Qu’on se le dise, 2016 a été une année de turbulance pour les employés à cause de la  transformation et des changements que SSQ a effectué.  Le changement fait toujours peur. Le changement implique souvent différentes décisions qui ne plaisent pas à tous et c’est normal. Mais dans la vie, comme dans tous les domaines nous avons besoin de changements. Reculons de quelques années, nous avions comme moyen de transport  les chars à crottes et dans quelque temps nous aurons des voitures intelligentes qui se conduiront toutes seules. Entre les deux, il y a eu les voitures au gaz, au diésel et même électrique, heureusement qu’il y a eu de l’innovation et de l’évolution car  aujourd'hui en 2017 nous aurions l’air un peu fous.

Plus de 2100 employés travaillent dans les bureaux de Toronto, dans la nouvelle tour SSQ à Longueuil et à Québec où est situé le Siège Social. L’entreprise voit grand et voit loin depuis longtemps. Cette année SSQ fête ses 73 ans ce n’est quand même pas rien. Durant toutes ces années, il y a eu des hauts et des bas comme dans toutes les entreprises, mais SSQ a toujours réussi à se sortir la tête de l’eau en innovant. Que ce soit en Assurance Collective, en Assurance  de dommages ou en Assurance Individuelle, SSQ se veut une entreprise proactive et audacieuse. Les valeurs à la bonne place et l’expérience client font en sorte que SSQ se démarque des autres compagnies d’assurances. 

Normalement une rencontre annuelle, pour la majeure partie des gens, c’est long et c’est ennuyeux. On  parle de chiffres, de revenus, de dépenses, bref un jargon qui n’intéresse pas tout le monde. SSQ a trouvé une excellente facon d’intéresser les employés en y proposant des mises en situations teintées d’humour. Même les  hauts dirigeants de l’entreprise ont embarqué dans le jeu en y mettant leur talent de comédien  à l’épreuve. Tout le monde s’est senti impliqué. Le message a été clair SSQ veut devenir la destination d’assurances préférées, et quelques soit le département, le client doit sentir qu’il est à la bonne place. Pour y arriver, il ne faut pas se cacher la tête dans le sable, c’est nous les employés qui avons la clef. Il nous faudra collaborer ensemble, avoir du respect les uns envers les autres, être professionnels et avoir à cœur nos résultats.

Mes opinions

Les gens qui me connaissent vous diront que je n’ai pas la langue dans ma poche. Que je n’ai pas peur de mes opinions et que même si parfois je ne fais pas l’unanimité et bien je vis très bien avec ca. Ce qui m’amène à vous parler de la famille et du travail.

Dès qu’un petit bébé tout neuf arrive dans une famille, il est le plus beau et le plus fin. Même s’il n’a que quelques mois, nous sommes tous en pamoison devant lui. On en parle comme s’il était le bébé le plus intelligent du monde. Et pourtant, désolée de vous décevoir mais ce ne sont pas tous les bébés qui sont beaux et intelligents.  Là, c’est certain que je ne me ferai pas d’amis, mais que voulez-vous, c’est mon opinion.

Un bébé, c’est un bébé, mais, quand c’est le nôtre, c’est différent. L’attachement qu’on a envers lui dès le départ n’est comparable à rien. C’est impossible de mesurer la fierté qui nous habite. D’un seul coup, grand est ce sentiment d’appartenance que nous avons envers ce petit être qui fait parti de notre famille.

Tout le monde a besoin d’avoir un sentiment d’appartenance, que ce soit dans un groupe d’amis, dans une famille ou au travail.  Martin Matte en a fait la preuve avec la série ‘’Les beaux malaises’’. Presqu’à chaque épisode, les trois acolytes sont assis sur un banc avec leurs raquettes de tennis. Martin et Patrick (Patrice Robitaille) se lèvent pour aller jouer. Francois (Martin Perrizollo) reste là,  seul sur le banc des innocents à les regarder.  Jamais,  ils ne lui demandent de jouer et pourtant, il est toujours présent. Plusieurs diront qu’il est l’ami rejet. Que Martin et Patrick n’en ont rien à foutre de lui. Moi, je vais aller plus loin que ca.  D’abord, dites-vous que s’ils prennent le temps de  l’informer  qu’ils s’en vont jouer au tennis, c’est qu’ils veulent qu’il soit là. Ils sont loin d'être indifférents envers lui. .Francois dans sa tête et dans son coeur, il fait parti du trio, car il est toujours invité. Oui, c’est vrai peux-être qu’il aimerait jouer une partie de tennis, mais au-delà de tout ca, il a un  sentiment d’appartenance, il fait parti de la gang. Souvent en tant qu’employés nous avons tendance à penser que les grands penseurs de ce monde n’en ont rien à foutre de nous, mais on se trompe.

Depuis sept ans, je suis une employée de cette compagnie d’Assurances et j’en suis fière. Bon, je sais que sûrement il y en a qui se dises ‘’Tiens v’là la licheuse’’ Et bien, ca me tente de vous répondre. J’ai 56 ans, et je suis une femme libre. Libre de faire ce que je veux et quand je veux. Depuis mon très jeune âge, quand je ne suis pas heureuse quelque part, je vais parquer mes  shoe clak ailleurs. Si je travaille chez SSQ c’est parce que j'apprécie cette entreprise, j’adore ce que je fais et j’aime les gens qui y travaillent. Pas tous naturellement, ce serait vous mentir. Mais, je ne suis pas obligé d’aimer tout le monde avec qui je travaille mais je me fais un devoir d’apprendre à travailler avec eux.

Savez-vous quoi? Quand j’arrive au coin du blv Laurier et de Robert Bourassa et que je vois les immeubles SSQ, je ressens une fierté. Bon, c’est certain que je ne suis pas la propriétaire de ces immeubles, mais à l’intérieur de ces bâtisses, il y a des milliers de cœurs qui battent chaque jour afin d’offrir le meilleur service possible à la clientèle et le mien mon cœur, fais parti de la gang. J’ai ce sentiment d’appartenance qui fait en sorte que chaque jour devient pour moi un nouveau défi. Et j’aime insuffler ce sentiment d’appartenance autant à mes collègues qu’à la clientèle.

Bien avant de faire partie de la grande famille d’SSQ quelqu’un m’avait dit en parlant de l’entreprise pour qui elle travaillait : J’ai donné 15 ans de ma vie à cette entreprise.

Moi, je lui avais répondue : Non, tu as été payé durant ces 15 années et il y a des jours où tu n’as pas donné  ton 100% pour différentes raisons et malgré tout tu as été payé quand même.

J’ai ma facon de penser qui n’est peut-être pas parfaite, mais c’est la mienne. Je reste convaincue que si nous y mettons chacun de nous un petit peu plus chaque jour de notre créativité et de notre bon vouloir nous allons faire toute une différence.

Bien sûr, que ce soit dans notre famille ou au travail, il y aura  toujours  des lacunes et c’est normal mais nous faisons tous partis d’un clan et nous pouvons en être fiers.

En date d’aujourd’hui, l’entreprise a déjà une grande histoire en arrière d’elle, pensez-y une petite minute dans quelques années, quand vous serez à votre retraite vous pourrez dire :

Wow! Dire que j’ai fais partie des employés qui ont fait le succès d’ SSQ

Et c’est là que votre sentiment d’appartenance prendra tout son sens.

Message à Monsieur Chalifoux 

Vous avez eu une idée géniale de réunir tous les employés dans un autre cadre que celui du travail. Et si on se donnait rendez-vous non pas dans 10 ans car j'en aurai 66, mais l’année prochaine à la même heure et à la même place, toujours sous le signe de l'humour!

Pour ceux qui désirent en apprendre davantage sur l’histoire de SSQ

https://ssq.ca/a-propos/histoire

Lyne Laroche




Le Caboose Band - 20 janvier 2017

On ne peut pas recevoir tout le monde dans notre auberge

Alors, nous voilà !

L’auberge appartient au vrai monde

C’est à la salle Albert Rousseau, dimanche soir dernier que le groupe musical de l’Auberge du chien noir, le Caboose Band est sorti de nos écrans de télé pour venir nous dire bonjour et merci d’être toujours aussi fidèle depuis maintenant 15 ans. C’est dans une salle comble jusqu’au dernier balcon que le public était au rendez-vous pour accueillir la famille Trudeau et ses proches.

Quel show !  Tous les comédiens nous surprennent par leur talent de chanteurs et de musiciens.

De voir ces personnages qui prennent vie sur scène, qui nous parlent en direct, c’est comme un rêve éveillé. Ils nous ont interprétés des chansons populaires mais aussi des compositions. Le band a commencé la soirée avec On n’est pas sorti de l’auberge ce qui a donné le ton à la soirée.

Laurent (Renaud Paradis), Ariane (Julie Daoust), Manon (Sophie Paradis), Mathilde (Isabelle Lemme), Alex (Pierre-Alexandre Fortin), Christian (Stéphan Côté) et l’incontournable Ken (Sylvain Massé) nous ont amené durant deux heures dans leur monde.

Des coups de coeur, il y en a tellement que je ne peux pas tous les nommer. Que ce soit le Soulman, le poème d’excuses, l’interprétation de River deep mountain high, le medley des chansons de Beau Dommage ou les chansons cochonnes des filles et des gars tout est bon.

Et que dire de la fabuleuse interprétation de Stéphane Côté de la chanson Quand les hommes vivront d’amour, tout le monde était debout pour une ovation méritée à 200%

Comme la musique est une partie intégrante de l’Auberge, le spectacle est théâtral et musical. Les comédiens- chanteurs- musiciens se donnent la réplique et on rit, on rit de bon coeur.

Il n’est pas question que je vous raconte les détails de ce spectacle qui selon moi, briserait la surprise. Vous devez le voir pour le croire. C’est véritablement un pur délice et je n’exagère en rien. Ils sont bourrés de talent.

Vous les aimez dans votre salon et bien croyez-moi en vrai vous allez les adorer.

Si vous avez manqué ce spectacle, reprenez-vous vite, ils seront de retour à la Salle Albert Rousseau en supplémentaire le 9 mai 2017

http://www.sallealbertrousseau.com/evenements/le-caboose-band

Vous pouvez aussi vous procurez leur album, qui contient douze chansons dont neuf originales.

Croyez-le ou pas, après le show les sept comédiens ont signé des autographes, pris des photos et parlé avec leur public, jusqu’à ce qu’il ne reste plus personne. Ils sont tous véritablement reconnaissants envers leurs fans et surtout très sympathiques.Voyez en photos les fans qui attendaient leur tour. J'ai même entendue une dame dire, si vous saviez comment vous m'avez aidé tout au long de ces années. J'ai perdu mon mari et ma fille, la même année. Je ne voulait plus sortir, je ne voulait plus voir personne, la seule rencontre que je voulait c'est vous autres. Vous êtes devenues en quelque sorte ma famille. 

PS

En passant, si vous êtes de ceux qui n'ont pas suivi le téléroman, et bien vous allez adorer quand même ce spectacle. Je suis certaine qu'après le show, vous allez chanter ''On n'est pas sorti de l'auberge''

NB

L'Auberge du chien noir a changé de case horaire. Dorénavant, le Caboose Band vous donne rendez-vous le jeudi à 20hres toujours sur les onde de Radio Canada 

Lyne Laroche




J'accuse - 12 janvier 2017

J’ACCUSE

Théâtre La Bordée

Cinq performances exceptionnelles de comédiennes aguerries!

Pour commencer l’année 2017, le théâtre La Bordée met sur les planches des voix de femmes, des paroles qui proviennent de sentiments profonds et intimes.

J’accuse, c’est cinq monologues vibrants. C’est surtout cinq femmes qui luttent contre une société qui les juge. Cinq femmes qui osent crier leur frustration.

Catherine Paquin-Béchard, qui interprète la fille qui encaisse, a commencé la soirée avec un monologue touchant. Une fille qui n’en peut plus de se sentir jugée par les gens qu’elle côtoie dans le métro  et de se faire regarder de haut par ses clientes hautaines.

Puis la fille qui agresse, Catherine Trudeau, propriétaire d’une PME portée à bout de bras, qui en veut aux « BS et à ceux qui se pognent le cul », à ceux qui donnent 20$ à des organismes pour s’acheter une paix d’esprit, mais par-dessus tout elle s’en veut à elle-même de ne pas être assez honnête, fidèle.

« La fille qui intègre » fait son entrée avec un vent de fraicheur. Alice Pascual cherche son âme sœur. Avec humour elle décrit les habitudes, les obsessions et les manies des habitants de sa terre d’accueil. J’ai beaucoup aimé sa naïveté et sa détermination ainsi que les clins d’œil à nos us et coutumes.

Debbie Lynch-White, admiratrice sans bornes d’Isabelle Boulay, invective l’auteure Annick Lefebvre. Elle l’accuse d’exagérer son obsession, son culte à la chanteuse gaspésienne.

Le dernier monologue est celui de la fille qui aime trop. Léane Labrèche-Dor, vit une peine d’amour insurmontable. Debout sur la pointe des pieds, appuyée sur le dossier d’une chaise, comme si elle se retenait pour ne pas tomber, elle nous livre un monologue bouleversant et émouvant.

Les décors et la mise en scène minimalistes laissent toute la place aux monologues riches, intenses et puissants. Les personnages nous bousculent, nous étonnent et nous surprennent, mais avant tout ils nous font réfléchir. Nous ressentons la frustration, les blessures et les déceptions accumulées de chacune d’elles. Un texte et des monologues percutants, qui se terminent sur une note d’espoir et d’amitié.Les comédiennes ont une mémoire phénoménale.Une pièce à voir absolument!

Jusqu’au 4 février 2017

www.bordee.qc.ca

www.theatredaujourdhui.qc.ca

Louiselle LaVoie




Messmer Centre Vidéotron - 04 janvier 2017

Messmer…Intemporel l’ultime représentation

Un autre record battu

Après avoir hypnotisé simultanément 548 personnes en moins de quatre minutes au Zénith de Strasbourg et afin de souligner la fin de sa tournée Intemporel au Québec, Messmer était de passage au Centre Vidéotron ce mercredi afin de fracasser son record pour une quatrième fois. Il avait en tête d’hypnotiser 1000 personnes et il l’a presque atteint. 854 personnes ont goûté à la sauce de Messmer, il a encore une fois battu son propre record, toute une réussite.

Tout commence avec les doigts collés, les mains sur les genoux, les yeux fermés et ca y est les meilleurs sujets sont invités à monter sur scène. Messmer utilise les techniques traditionnelles de l’hypnose. L’aventure débute dès qu’il s‘approche des gens. Il touche leur front et leur nuque et les plus réceptifs s’écroulent les uns après les autres.Plus de 6000 personnes ont les yeux rivés vers la scène, deux écrans géants sont aussi installés pour ne rien manquer. Toujours aussi élégant, il fascine avec son regard percutant.

Accompagné de son complice de toujours Sinclair, et dans une mise en scène bien ficelée, il travaille la force du magnétisme et du subconscient. Il aurait hérité cela de son grand-père, quel héritage !

Tout au long de la soirée, nous assistons en direct à des évènements très particuliers qui nous font complètement disjoncter. Il faut le voir pour le croire, c’est tellement irréel. Le public passe par toute la gamme d’émotion. Naturellement, je ne vous dévoilerai pas les sensations, les chocs et le bonheur que les sujets partagent entre eux, car vous devez y assister pour vous faire votre propre idée.

Que ce soit par curiosité, parce qu’on veut rire ou tout simplement parce que nous sommes un peu voyeurs, le spectacle nous amène à nous poser pleins de questions, mais évidement, elles demeurent sans réponses. Grâce au doigté du héros Messmer, à la fin du spectacle, les septiques sont confondus

Petiit bilan sur Messmer

Plus de 120 000 personnes ont été hypnotisées sur scène dans les dernières années

Intemporel a été présenté plus de 700 fois à ce jour au Québec et en Europe

Il a atteint le cap du million de billets vendus en carrière

Messmer poursuit sa tournée en (Europe, Afrique, Proche Orient) tout en travaillant sur son nouveau spectacle qui devrait voir le jour dès l’automne 2017.

En attendant vous pouvez le voir sur les ondes de TVA avec Messmer fascine les stars.

Pour plus d’infos : www.messmer.ca

Lyne LaRoche




Aventure Proludik - 02 janvier 2017

 

L'aventure gonflable Leclerc Proludik

Une très belle aventure familiale

Encore cette année l’aventure gonflable Proludik est de retour afin de permettre à vos enfants de dépenser leur énergie tout en s’amusant dans un cadre structuré et bien pensé.

Nous sommes arrivés vers 9hres 30, il n’y avait aucune attente ce qui a permis à mes deux filles de profiter de plusieurs jeux. La mascotte de l’Aquarium de Québec ainsi que l’orignal du monde de Karibou étaient sur place bien heureux de se faire prendre en photos avec les enfants.  Les jeux étaient diversifiés au grand plaisir de tous. Il y avait même certains jeux, dont l'énorme tigre orange, qui mesurait plusieurs mètres de hauteur au grand bonheur des plus vieux !

Tout était bien pensé, car dès notre arrivée sur le stationnement des navettes gratuites nous attendaient afin de nous amener au Stade Leclerc en toute sécurité, afin d’éviter que les jeunes enfants circulent à travers les voitures. Des cafés et des chocolats chauds Tim Hortons et de petits sacs de biscuit Leclerc nous ont été offerts. Nous avions le choix entre un vestiaire gratuit pour tous sans surveillance ou pour un petit 2$ en avoir un plus sécuritaire. Un immense ‘’parc à bottes’’ était aménagé afin que tous puissent les retirer dans le but de maintenir l’endroit propre. Très bien aménagé, il y avait même un petit coin spécial pour les enfants d’à peine quelques mois. Pour le diner, plusieurs familles avaient apportés leurs repas. Tout le monde voulait rester au premier étage, même s’il manquait quelques tables, certaines familles ont opté pour le style pic-nic. Ils ont mangé assis par terre sur le gazon synthétique. Il y avait au deuxième étage un coin resto plus tranquille mais tout le monde voulait rester au coeur de l’action en bas.

De la barbe à papa et des maquillages étaient offert à petits prix.

Ce fût une très belle activité familiale qui a donné l’occasion à mes filles de dépenser toute l’énergie accumulée du temps des fêtes.

Ne manquer pas l’Aventure Proludik qui se poursuit les 2 et 3 janvier prochain.

C'est certain que les enfants de tous âges y trouveront leur compte.

Pour de plus amples informations et l’achat de billets, rendez-vous sur le site de l’Aventure Gonflable Proludik : http://aventuregonflable.com/

Audrey Lavallée