MOMENTUN OF ISOLATION MOI - 27 octobre 2022

Momentum of isolation MOI

Un sublime duel

 

Après trois ans d’absence, La Rotonde était de retour à la salle Multi du Complexe Méduse. C’est là qu’on m’avait donné un rare rendez-vous avec la danse pour assister à la première québécoise de MOI – Momentum Of Isolation.

Momentum of isolation c’est la découverte de l’isolement sociale.  Une œuvre qui fait ressortir la souffrance des gens, la souffrance d’un peuple dans un monde où la technologie prend souvent trop de place.

Étrangement, c’est cette même technologie qui donnera vie à cette pièce. Huit excellents danseurs sont appuyés par des jeux de lumières efficaces et des musiques tantôt enveloppantes, tantôt stimulantes et même parfois provoquantes.

Avant même que la pièce ne débute, un commis, interprété par Shay Kvebler, est assis à son bureau de travail et effectue des tâches répétitives, dans un monde qui semble vide de toute chaleur humaine. Le temps semble être son seul guide. C’est justement ce même Shay Kuebler qui signe la Direction artistique, les chorégraphies et la création de MOI.

Dès les premières notes de musique, Krubler par le biais de son personnage, nous offre une prestation énergique, acrobatique spectaculaire, dans une danse où il est attaché à des fils qui représentent le stress et les contraintes imposées par une vie moderne.

Les différents tableaux nous plongeront en plein cœur d’une vie trépidante et stressante. La quête de l’autre, la recherche de l’amour nous est livrée dans une danse à trois où une marionnette sans tête pourrait porter le nom d’un réseau social où les échanges sont froids et impersonnels.

Momentum of isolation nous transporte dans un monde d’oppositions. En plus de la danse, le théâtre, les arts martiaux, et les nouvelles technologies seront complices.  

Entre douceur et force, entre vulnérabilité et puissance, l’auteur a créé un sublime duel entre solitude et vivre-ensemble.

Après la représentation, le public était invité à échanger avec les membres de la troupe de Vancouver. Les gens ont fort apprécié.

Une troisième et dernière représentation est prévue le 28 octobre toujours à la salle Multi du complexe Méduse. Après coup, la pièce poursuivra sa tournée à l’Assomption, Ottawa et Montréal.

Pour plus d’informations, vous pouvez vous rendre au www.radicalsystemart.com

Claude Gignac




Smashing Pumpkins - 27 octobre 2022

Une soirée électrisante avec The Smashing Pumpkins!

Hier soir, avait lieu au Centre Vidéotron, la venue tant attendue du groupe rock alternatif The Smashing Pumpkins, dans le cadre de sa tournée américaine « Spirit on fire ».

Suite à l’annonce il y a quelques jours du retrait du groupe Jane’s Addiction en raison d’une blessure, c’est le groupe canadien originaire de Toronto, Our Lady Peace, qui a repris le flambeau pour assurer la première partie avec la chanteuse américaine Poppy.

Certains spectateurs étaient contents, d’autres déçus. Mais quoi qu’il en soit, Our Lady Peace a dit être très excité de faire partie de cette série de trois spectacles, soit Toronto, Montréal et Québec.

La chanteuse Poppy, fût la première à se présenter sur scène pour réchauffer la place. La salle était à peine remplie mais j’ai remarqué qu’elle était très appréciée auprès des jeunes. À ma grande surprise, j’ai été stupéfaite, quel style éclaté! Mélange de pop et de métal assez « trash ».

Ensuite ce fût le tour de la formation Our Lady Peace de nous offrir une prestation d’environ une heure couvrant leur répertoire incluant leurs plus grands succès tels que « Superman’s dead», « Innocent » et « Clumsy . Le chanteur Raine Maida, nous a confié que c’est à l’âge de 16 ans qu’il a vu Jane’s Addiction pour la première fois. En reconnaissance et par respect envers le groupe, la formation nous a interprété un de leurs succès « Mountain song ».

C’est vers 21h que la bande de Billy Corgan, est arrivée sur scène comme une tonne de briques avec « Quiet » et la nouvelle chanson « Empires ». C’est alors que l’on entendit « The world is a vampire... » et dès le début de la très populaire « Bullet with butterfly wings », la réaction du public fût instantanée.

Le visuel et l’éclairage était très beau, le son était fort, pesant mais excellent! Le groupe visiblement très content d’être de retour à Québec, dont la dernière visite remonte à 1996, nous a interprété plusieurs de leurs grands succès comme « Today », «Eye » de la trame sonore du film Lost Highway« Ava adore », « Tonight, tonight » et plus encore, survolant ainsi 34 ans de carrière musicale.

 Vers la fin, l’incontournable «1979», « Beguiled » que j’aime particulièrement et pour clore la soirée « Silverfuck »

Bref, The Smashing Pumpkins nous en a mis plein la vue et les oreilles, les miennes bourdonnent encore, mais ça m’a fait un bien fou!

Je n’étais pas particulièrement fan de Smashing Pumpkins avant ce soir, même si je connaissais plusieurs chansons. Ils m’ont gagné par leur prestation électrisante! Si on me demande comment j’ai trouvé ma soirée, je leur répondrai « J’ai adoré! »

Caroline Gagnon

www.lecentrevideotron.ca

https://smashingpumpkins.com

www.ourladypeace.com

www.impoppy.com




Grosse Ile - 27 octobre 2022

GROSSE-ÎLE, 1847

Dans les mots de ceux qui l’ont vécu.

Devoir de mémoire tout en émotion.

Dans cette pièce pour le moins unique en son genre, nous entendons la voix de nombreux témoins, victimes et intervenant, qui ont surtout vécu en 1847 et qui ont laissé des traces écrites ; lettres, journaux, blocs notes, etc. Des archives ont été méticuleusement scrutées par l’acteur Émile Proulx-Cloutier. Il en a fait une mosaïque, un «remix» d’une grande richesse historique mais aussi remplie d’informations pertinentes et surtout remplie d’émotion.

La grande famine qui sévissait en Irlande a amené des dizaines de milliers de migrants jusqu’à Grosse-Île (archipel de l’Isle-aux-Grues), rêvant de vivre simplement, décemment, enfin avoir une vie meilleure au Canada. Mais le trajet dont plusieurs pensaient qu’il ne durerait que 3 semaines s’est poursuivi jusqu’à 2 mois dans des conditions de malnutrition et d’insalubrité incroyable. Pour plusieurs le voyage se terminera définitivement à Grosse-Île, des décès entre 100 et parfois plus de 200 par semaine. Le typhus frappe surtout les adultes confinés en situation précaire, sous-alimentés et en absence d’hygiène. Pas besoin de dire que tous les éléments étaient présents pour ce bouillon de culture. L’île et ceux qui y travaillaient ne pouvaient accueillir et soigner décemment ces nombreux malades.

Malgré l’ignorance et la peur, de grands élans de générosités ont émergés. Entre autres à Pointe-Saint-Charles où les Sœurs de la Charité ou Sœurs Grises ont accueilli et soigné nombreux d’entre eux. 

Émile Proulx-Cloutier a réalisé une œuvre de mémoire monumental. La mise en scène est magnifique; des projections à travers des rideaux transparents, une voile qui s’impose en fond de scène. On commence tout en légèreté avec un aperçu de ce que l’on trouvait comme publicité dans les médias en 1847.  Puis les acteurs, porteurs d’archives, donnent vie à ces écrits remplis d’espoir, d’émotions mais aussi des demandes d’aides matérielles et surtout de mains d’œuvre. Hugues Frenette interprète le Dr George Douglas, une performance remarquable. Il est entouré de 7 autres acteurs/porteur d’archives qui supporteront aussi le bruitage, la musique et les chœurs.

À la veille de ses 175 ans, je crois qu’à défaut de tout connaître et de tout comprendre de cette histoire infiniment triste, il est important d’en apprendre plus sur ce pan de notre histoire (il faut le dire pas toujours reluisante et méconnue). Cette pièce est un incontournable préambule à une éventuelle visite de Grosse-Île. Ou pas. Mais assurément incontournable pour la richesse en témoignages et en émotion.

À voir jusqu’au 19 novembre 2022 au Théâtre de la Bordée.

Création et mise en scène d’Émile Proulx-Cloutier.

Distribution : Vincent Champoux, Nicolas Drolet, Hugues Frenette, Érika Gagnon, Marie-Hélène Gendreau, Véronika Makdissi-Warren, Élie Saint-Cyr et Sarah Villeneuve-Desjardins.

www.bordee.qu.ca

Louiselle LaVoie




8 péchés capitaux - 25 octobre 2022

 

Les 8 péchés capitaux…les mieux expliqués par Christian Bégin

 

Hier soir, Christian Bégin présentait à la salle Albert Rousseau son spectacle d’humour Les 8 péchés capitaux.  Ça prenait bien juste lui pour en créer un huitième qui va passer dans les annales, ça c’est certain.

Après une pause d’une vingtaine d’années sans faire de show d’humour, c’est un Curieux quinquagénaire blanc, hétérosexuel, cisgenre et privilégié qui est arrivé sur scène en forme plus que jamais.

Il n’allait surtout pas rater l’occasion de nous déstabiliser quelque peu avec ses anecdotes croustillantes à souhait. On aurait dit Sol des années 2000 qui a l’impression d’être complètement dépassé par les 25 dernières années autant par les réseaux sociaux, le consentement, les microagressions, les téléréalités, tout en étant capable de rire de lui.

Étant lui-même au cœur de ses attaques, quand il est question de paresse, de colère, de gourmandise, d’avarice, de luxure, d’envie et d'orgueil qu’il avoue ne pas avoir, il joue habilement et abondamment avec les mots. Il s’approprie tous les péchés mais pas pour longtemps car ils nous les retournent assez vite avec un petit rire baveux. 

La mise en scène de Chantal Lamarre est simple mais très efficace. L’artiste de 59 ans confirme qu’il a tout pour être heureux n’en déplaise à certain, mais il avoue que même s’il peut cocher toutes les cases du bonheur, il rote de l’acide à batterie, ses poils poussent un peu partout et pas nécessairement aux bons endroits, qu’il a un trou qu’il remplit de poudre, que sa sexualité est médiocre mais qu’il a trouvé de bons trucs pour s’en sortir hypocritement quand il rencontre une femme.

Même s’il n’a pas la shape qu’on lui a attribué sur l’annonce de son show, avouons, qu’il est quand même beau bonhomme et en plus, son sens de la répartie est une arme de séduction et de pouvoir qu’il maîtrise très bien.

Comme, c’était soir de première à Québec, on pouvait ressentir un peu sa nervosité, mais grâce à ses talents de comédien, il est passé maître dans l’art du bon timing.

Le huitième péché nous amène complètement ailleurs et il nous le livre avec une bonne dose de confiance, de calme, un petit soupçon d’ego et une franchise désarmante.

Bilan

Assumant parfaitement son statut de quinquagénaire blanc, hétérosexuel, cisgenre et privilégié ce beau spécimen fait rire et réfléchir durant 90 minutes sans entracte.

Un show qui vaut la peine d’être vu!

L'humoriste partira en tournée partout au Québec. Pour connaître toutes les dates visitez :

https://www.christianbegin.ca/

Il sera de retour à la salle Albert Rousseau, le 15 février 2023

https://www.sallealbertrousseau.com/programmation/christian-begin/

Lyne LaRoche




Jasette avecAnnie et Maxime - 21 octobre 2022

 

Brin de jasette avec Annie Blanchard et Maxime Landry

Qu’ont en commun Annie et Maxime?

Native de Maisonnette au Nouveau-Brunswick, Annie est entrée dans nos cœur en 2005 où elle s’est rendue en grande finale de Star Académie. Tout de suite, sa voix unique nous a charmé. Son interprétation de la chanson Évangéline nous en a coupé le souffle.

En 2009, le Beauceron Maxime Landry passe par la grande porte en gagnant la finale de la quatrième édition de la même populaire ​émission​. Son interprétation du grand succès de Claude Dubois, Si Dieu existe, nous ​a ​donn​é des frissons  

Depuis, ils ont des carrières florissantes mais ils travaillent fort, rien n’est jamais acquis pour eux. Ils accumulent les spectacles et les albums. Ils ont un respect énorme pour leur public.

Ils se sont rencontrés pour la première fois grâce à la regrettée Renée Martel qui les avait invités sur scène lors d’un spectacle. Ils sont amis depuis une douzaine d’années maintenant.

Ils ont grandi tous les deux en écoutant de la musique country et aujourd’hui, ils nous présentent l’album Jolene and the Gambler qui se veut un hommage à deux grands de la musique country. Elle est notre Dolly et lui notre Gambler. Ils sont le couple de l’heure, le couple country du Québec et aujourd’hui, j’ai le grand bonheur de piquer une jasette avec eux.

Lyne : La dernière fois qu’on s’est rencontré Annie, c’est en 2016 au Théâtre Petit Champlain lors d’un spectacle ou tu présentais ton nouvel album Those Were The Days qui a figuré parmi les meilleures ventes de disques anglophones au Québec et qui s’est positionné également dans le top des ventes au Nouveau-Brunswick.

Maxime, c'est en décembre 2021 qu’on a piqué une jasette pour parler de tes deux albums Party Beauceron 1 qui en moins d’un mois 15 000 copies ont été vendues et Le Noël Beauceron qui a accompagné plusieurs personnes durant les fêtes puisque nous étions en pleine pandémie. Tu as plus de 350 000 copies vendues en carrière.

Aujourd’hui, on parle de votre album Jolene and the Gambler qui se veut hommage à Dolly Parton et Kenny Rogers qui a trôné au sommet du palmarès des ventes anglophones au Québec durant 4 semaines

Lyne : Ma première question, nous sommes dans une ère ou la vente d’albums est plus difficile alors dans la vie êtes-vous Gambler?

Maxime : Oui, moi je le suis de toute façon à partir du moment où tu fais ce métier, tu dois l’être un peu.

Lyne : D’où vient cet éclair de génie?

Annie : Très humblement, je dois t’avouer qu’on a travaillé fort depuis le début de nos carrières. On a eu tous les deux beaucoup d’albums de chansons originales. On dirait qu’après deux ans à être dans l’insécurité à ne pas savoir ce qui allait nous arriver, on a eu plein de remises en question. Je pense qu’on avait juste besoin de se faire du bien, de ne pas se casser la tête à essayer de faire découvrir de nouvelles affaires. On était rendus là. Ça faisait longtemps qu’on cherchait un projet à faire ensemble puis à un moment donné, on est arrivé dans un même événement et Maxime m’a parlé de son projet en me disant : Kenny Rogers est décédé et il me semble qu’on n’a rien fait pour lui. J’ai le goût de faire un album hommage et d’emblée je lui ai répondu ‘’ Si tu fais Kenny, je fais Dolly’’ Maxime m’a répondu ‘On va le faire ensemble’’

«Pourquoi on ne se permettrait pas de faire des reprises qu’on aime et de faire un projet qui nous fait tripper » Annie

Lyne : Pour vous de voir l’immense succès que vous avez avec ce magnifique album, ça doit être jouissif?

Annie : Ce n’est pas le mot. On a lancé l’album au Festival de St-Tite cette année. Maxime et moi on n’est pas des gens très nerveux. D’habitude quand on embarque sur scène on sait ce qu’on a à faire, mais là, ouf! Il fallait vraiment performer, on n’a jamais été si nerveux tous les deux. Quand on a vu la réaction du monde, c’était incroyable.

 « Je le dis souvent Nashville c’est le rêve pour ceux qui font de la musique country mais nous autres au départ c’était d’être au Festival de St-Tite» Annie

 Maxime : Aujourd’hui de voir tout le succès qu’a cet album, tu ne peux pas savoir pour nous ce que ça représente.

« À ce moment-là, les deux se sont regardés et leurs yeux sont devenus mouillés » Lyne

Annie : À la base, on avait aucune idée de ce que ça allait donner, mais quand tu fais quelque chose et que t’es passionné, t’es heureux et content ça devient contagieux. Les gens qui sont autour de toi embarquent et ça donne des choses magnifiques. Dans nos carrières respectives notre public est fidèle et de nous voir ensemble en duo, la réponse est extraordinaire.

Maxime : Notre public on le connaît, depuis des années. Annie et moi sommes à l’écoute de ce qu’ils aiment, on fait ce métier-là à la base pour le monde. 

Lyne : Vous avez fait vos propres versions des 14 chansons sans les dénaturer était-ce voulu?

Maxime : On a choisi des chansons que les gens allaient aimer, qu’ils allaient reconnaître mais avec au goût du jour. C’est Hubert Maheux qui a fait les arrangements, ce gars-là vient de se pogner un contrat à vie, il est génial. Quand j’écoute une chanson de reprise, je suis le premier à être insulté quand je ne reconnais pas la toune, alors c’était très important pour nous.

Annie : On voulait avoir l’impression que cet album-là soit comme la musique qu’on écoute dans notre voiture du New Country.

Lyne : Annie, quelle est la chanson que t’aime le plus que Maxime interprète?

Annie : Mon gros coup de cœur en studio, c’est quand Max a interprété Lady. Je t’en parle et j’en ai encore des frissons. Ça été pour moi un moment de grande performance vocale.

Lyne : Et toi Maxime celle d’Annie?

Maxime : We’ve Got Tonigh, c’était comme si je ne l’avais jamais entendu chanter de cette façon-là. Elle avait une puissance dans la voix incroyable. Je pense que même elle a été surprise. J’avais des frissons, tu ne peux pas savoir comment.

Lyne : Comment s’est fait le choix des chansons, est-ce que vous étiez d’accord tout le temps?

Annie : Pas une seule fois on a été en désaccord. Quand on a choisi les 14 chansons, oui nous sommes allées avec les incontournables mais il y a aussi des chansons qui nous faisaient plaisir et que nous avions envie de faire découvrir aux gens.

« C’est la première fois que depuis une dizaine d’années on a un projet qui est tracé au moins pour les deux, trois prochaines années. Les dates de spectacles s’accumulent à la vitesse de l’éclair et ça fait du bien. Même l’Ontario veut nous avoir » Maxime

Lyne : Vous allez partir en tournée, à quoi peut-on s’attendre de ce show-là?

Maxime : Six musiciens sur scène, des changements de costumes, des éclairages incroyables, plein de surprises et du gros fun! C’est un show à grand déploiement mais très chaleureux. Attendez de voir Annie quand elle arrive en chantant I Will Always Love You.

Annie : Oui, nous allons faire les chansons de notre album mais aussi de nos piliers de la chanson country francophone dont Patrick Norman, ​Julie et ​Paul Daraîche, Renée Martel… ceux et celles qui nous ont donné le goût de faire de la musique country. On a eu la chance de les côtoyer, ils ont été des mentors pour nous de leur rendre hommage et de chanter en français, c’est important pour nous.

« Personne d’autre qu’Annie aurait pu faire ma Dolly » Maxime

« On sait qu’on peut compter l’un sur l’autre » Annie

Ils sont beaux ensembles, ils forment un duo incroyable, leur voix se marient parfaitement et leur album Jolene and the Gambler est un petit bijou.

Après deux ans de pandémie, maudit qu’ils nous font du bien.

L’album Jolene and the Gambler en CD ou en vinyle 33 tours est en vente partout en magasin ou au

https://maximelandry.com/boutique/  La livraison est incluse dans le prix partout au Canada.

Pour savoir quand le couple country du Québec sera de passage chez-vous visitez

https://maximelandry.com/en-concert/

https://bammedia.ca/annie-blanchard

En primeur, je vous annonce qu’ils seront au Capitole de Québec en avril 2023. La date reste à déterminer.

Lyne LaRoche




Britishow - 21 octobre 2022

Britishow: Le roadtrip musical

Électrisant! Que du bonheur!

Présenté au Théâtre Capitole pour deux soirs consécutifs le spectacle Britishow nous amène dans un roadtrip de 90 minutes tout à fait exaltant.

Les trois bêtes de scène aux voix puissantes Renée Wilkin, Yvan Pedneault, et Pascal Dufour nous transportent dans un voyage musical qui couvre 50 ans d’histoires. Appuyés par quatre excellents musiciens qui prennent plaisir à être sur scène, ils ajoutent une plus-value au spectacle par leurs remarquables prestations.

Chaque chanson choisie dans l’immense répertoire anglais est un succès. On voyage du yé-yé au gros rock lourd en passant par les mielleux succès de Tom Jones ou Engelbert Humperdink.

On découvre une multitude d’informations au sujet des groupes, des régions du Royaume Uni et de certaines chansons traduites et interprétées par nos vedettes. Une allusion est même faite à James Bond et c’est très apprécié du public. On entend plusieurs chansons thèmes qui sont aujourd’hui des classiques.

C’est un show énergique et il est bien difficile de rester assis sans bouger. On tape des mains, on chante, on siffle en un mot on ne boude pas notre plaisir.

Durant la soirée à de nombreuses reprises, les artistes eu droit à des acclamations et des ovations. La mise en scène de Mike Gauthier est bien ficelée et les éclairages sont spectaculaires.

À la fin du spectacle le clin d’œil à la reine est d’actualité. Sur écran géant on y voit plusieurs vedettes avec la reine : Rod Stewart, Paul Mc McCartney, Elton John, etc.

Un spectacle à ne pas manquer. Un voyage dans la nostalgie pour les plus vieux et un périple d’agréables découvertes pour les plus jeunes.

Il reste un spectacle demain samedi le 22 octobre au Capitole puis ils seront en tournée partout au Québec.

Pour plus d’information :

www.theatrecapitole.com

www.britishow.ca

Louiselle LaVoie




MICHAEL BUBLÉ - 19 octobre 2022

Michael Bublé : Élève l’admiration de ses fans une fois de plus!

Séduction… Voilà un art que Michael Bublé maîtrise à la perfection! Il nous l’a prouvé encore une fois hier soir, lors de son passage au Centre Vidéotron de Québec!

C’est devant une foule majoritairement féminine, que Michael Bublé était de retour sur scène, pour nous présenter son nouveau spectacle, dans le cadre de sa tournée intitulée «Higher », titre de son plus récent album, sorti le printemps dernier.

Trois ans se sont écoulés depuis le dernier passage du chanteur canadien à Québec. Mais le public était là, fidèle au rendez-vous, fébrile et prêt pour deux heures de musique, en compagnie de leur crooner préféré et son incroyable orchestre, d’une trentaine de musiciens et de ses choristes, tous aussi talentueux les uns que les autres.

Il a parti le bal avec « Feeling good » parfait pour mettre le ton à la soirée, suivi de « Haven’t met you yet ». La table était mise.

L’interaction qu’il a avec le public est géniale, il est très drôle! J’ai spécialement rit quand il nous a demandé combien nous étions à le voir en spectacle pour la 1ère fois. Après avoir vu le nombre de mains levées, il a dit « Alors 50% des gens dans la salle vont dire, c’est le gars de Noël (Christmas boy)! » faisant référence aux nombreux spectacles de Noël qu’il a présenté au fil des années.

Un moment fort de la soirée fût quand il nous a interprété la magnifique chanson « Smile » de Charlie Chaplin, qu’il considère comme étant la plus belle au monde.

Mais ne pensez pas que Michael Bublé ne chante que des chansons romantiques, il nous a raconté sa rencontre avec Priscilla Presley et du projet qu’il a fait en enregistrant la chanson «Fever» en duo avec Elvis. Ensuite il s’est dirigé vers une scène centrale au milieu du parterre, pour nous faire un medley hommage au King avec entre autres « One night with you » et All Shook up ». La fan d’Elvis que je suis était ravie!

Pour clore la soirée, il nous a offert « How sweet it is », It’s a beautiful day » pour ensuite enfiler un chandail des Nordiques en disant à la foule : « Il est temps que la LNH revienne ici, let’s go Gary Bettman!" et enchaîner avec « Always on my mind ». 

Professionnel jusqu’au bout des ongles, Michael Bublé nous a séduit à nouveau, avec un spectacle de grande qualité, généreux et sans aucune prétention. Tout était parfaitement ficelé, il était en plein contrôle, impeccable, comme à l’habitude. Il fait partie des grands tels que Céline Dion ou Bryan Adams, deux artistes canadiens qu’il affectionne particulièrement.

Il n’y a pas à dire, le talent et le charme font partie intégrante de l’ADN de Michael Bublé! Il a le don de nous entraîner dans son sillage, dans une ambiance réconfortante et feutrée, on s’y sent bien et heureux!

Caroline Gagnon

www.michaelbuble.com

www.lecentrevideotron.ca




Jasette avec Ludovick Bourgeois - 18 octobre 2022

Un brin de Jasette avec Ludovick Bourgeois

Sortie de son nouvel album Rêveur

En 2017, il participe à la cinquième édition de la populaire émission La Voix et il est couronné grand gagnant. Dès sa première interprétation, il devient le chouchou québécois d’un public de tous âges confondus. Il sort son premier album et c’est un immense succès. Il se promène partout, son public est au rendez-vous, les salles sont pleines. L’auteur-compositeur-interprète poursuit sa route et en 2020, il sort un deuxième album en pleine pandémie mais rien ne l’arrête. Il fait même des spectacles dans les ciné-parcs.

La clef de son succès est simple.

Son talent d'auteur compositeur, sa voix, son authenticité, ses collaborations gagnantes et son sourire ravageur.

Aujourd’hui, je vais le rejoindre dans un petit café de la rue St-Joseph pour faire un brin de jasette avec lui.

Lyne : Ludovick, je n’ai pas le choix de te poser la question, t’attendais-tu à ce que ta vie change comme ça avant de participer à La Voix?

Ludovick : Non, moi je l’ai fait en me disant, ça va être cool, je vais pouvoir sortir du nouveau matériel et me faire connaître. À chaque fois que je sors une chanson et que ça va bien, je me dis bon ben, c’est une belle ride. Je ne me crée pas d’attente, je ne veux pas que ça s'arrête mais si un jour ça devait s’arrêter, je me dirais bon ben ça été ça et ça valu la peine! Comme ça continu, c’est flatteur, je suis content de voir que les gens aiment ce que je fais.

Lyne : Qu’on le veuille ou pas, tu avais une grande pointure à chausser, si on pense à ton papa mais tu as su tracer ton propre chemin dans le paysage musical québécois et ça c’est tout en ton honneur.

Ludovick; Merci Lyne. Oui, je me dis que si mes tounes tournent à la radio, ça doit être que le public aime ce que je fais et non parce que je suis le fils de Patrick Bourgeois.

Lyne : Ton deuxième opus est sorti en pleine pandémie, ça ne t’a pas arrêté?

Ludovick : Non, car même si je n’ai pas pu le défendre autant que j’aurais voulu en spectacle, je suis chanceux car mes chansons ont beaucoup tourné à la radio.

Pendant la pandémie, j’ai réalisé plein de choses

J’aime ma job

En show, on va chercher l’énergie du monde, c’est comme une drogue et quand tu ne l’as pas, il manque ton fix.

Il ne faut jamais rien prendre pour acquis

 

Lyne : Le titre de ton nouvel album est Rêveur? Es-tu un gars qui rêve souvent?

Ludovick : Je ne suis pas un gars qui rêve beaucoup la nuit mais j’aime bien faire de la visualisation et me projeter dans le futur, surtout avec les deux années qu’on vient de passer.

Lyne : J’ai écouté ton album et tes chansons sont entrainantes, tes mélodies sont belles et les textes sont magnifiques. Plusieurs de tes chansons sont des vers d’oreille, quel est ton processus de création?

Ludovick : Mon père était un excellent mélodiste et il m’a toujours dit « Dès que la toune commence, il faut qu’on sache que c’est une de tes chansons ». Quand j’écris, c’est toujours à ça que je pense. Aussi, je m’entoure bien. J’ai plein d’idées mais ça prend du monde autour de moi qui sont honnêtes et qui sont capables de me dire « Ça c’est bon, ça c’est moins bon »

Lyne: Ma chanson préférée sur l’album est Dans tes mains, je la trouve un peu américaine

Ludovick :  Oui, t’as raison, je voulais avoir une toune un peu à la Justin Bieber, on a fait ça sans prétention. Je me dis toujours que ce n’est pas moi le juge de cette chanson mais bien les gens. Mais je t’avoue que je tripe aussi sur cette chanson.

Lyne : En cinq ans, tu en as fait du chemin, une quantité incroyables de shows, 3 albums et une magnifique petite fille du nom de Sam. Comment trouves-tu ta vie aujourd’hui?

Ludovick : Ma vie n’a pas vraiment changé, elle a évolué. J’ai vieilli, je suis devenu papa et je me suis bâti une maison. J’ai gardé les mêmes chums, je joue au hockey encore deux fois par semaine, la seule chose qui a changé, c’est que je ne travaille plus de 9 à 5 c’est tout.

Lyne : Maintenant parlons de ton show, à quoi peut-on s’attendre?

Ludovick : Je ne fais pas un show pour moi mais pour les gens qui viennent me voir. Je veux leur faire plaisir alors je fais mes tounes, des covers et quelques tounes des BB. Je m’amuse et je veux que les gens s’amusent.

Lyne:Tu es en nomination dans deux catégories au Gala de l’ADISQ soit Interprète masculin de l’année et Chanson de l’année, tu dois être fier?

Ludovick :  Je suis rendu à 12 singles depuis 5 ans, beaucoup de numéros 1, mon public est fidèle encore cette année, j’ai deux nominations, c’est une tape dans le dos qui fait plaisir.

Lyne : Qu’est qui s’en vient pour toi?

Ludovick :  Quelques spectacles en novembre et décembre. En janvier, je pars pour la Floride un mois et ensuite, je reviens faire des shows, j’ai déjà une vingtaine de dates à venir. Le 12 avril 2023 on sera à Québec à la salle Albert Rousseau et pleins de festivals à l’été 2023.

Lyne : Si je te demande de décrire ton album?

Ludovick : Disons que je me suis éclaté en le faisant. On n’était pas pressé, puis j’en suis bien fier!

Lyne : Si j’avais quelque chose à te souhaiter ce serait quoi?

Ludovick : Ce serait que mes chansons continuent de toucher les gens et qu’elles traversent le temps.

« Rêveur » le nouvel album est disponible sur toutes les plateformes numériques et en disque compact dès aujourd’hui.

Pour le spectacle du 23 avril à la salle Albert Rousseau

Les billets sont en vente dès maintenant

https://www.sallealbertrousseau.com/programmation/ludovick-bourgeois/

Pour connaître toutes les dates

www.ludovick.ca

L’album Rêveur est en vente partout

Lyne LaRoche




Roxane Bruneau - 14 octobre 2022

Acrophobie, un spectacle Accroche-cœur

Ce soir, l’auteure-compositrice-interprète Roxane Bruneau était de passage au Capitole pour présenter son spectacle Acrophobie du même titre que son dernier album.

C’est dans une salle comble qui réunissait des gens de tous âges que Roxane est apparue sur scène après quelques projections en interprétant Acrophobie. Il n’en fallait pas plus pour que les « On t’aime Roxane » fusent de partout.

Tout au long du spectacle, elle entretient la ferveur de ses fans qui l​'​idolâtrent​. Elle leur parle, elle les embarque dans son monde et ça marche. Alliant l’humour et la chanson avec brio, elle n’a rien à envier à personne, ce petit bout femme est tout simplement géniale.

Fallait la voir chanter C’est N’importe Quoi ((Oulalala) chanson composée avec des phrases que son public lui a fait parvenir à sa demande. Sur l'écran géant on pouvait y apercevoir le nom des personnes et leurs commentaires. Tout le monde chantait, c’était tout simplement magnifique.

Durant presque deux heures, elle parcourt les chansons de son dernier opus dont Aime-moi encore, Des p’tits bouts de toi, Si j’aimais on me cherche, Bienvenue dans mon cirque…

Entourée de ses quatre musiciens dont la connivence est palpable, Roxane a du plaisir et ce plaisir est franchement partagé avec son public grâce aux liens qu’elle a su tisser habilement depuis ses débuts de carrière.

Pas surprenant qu’elle soit en nominations pour le prochain Gala de l’ADISQ dans 4 catégories

1.Album de l’année – Succès populaire

2.Chanson de l’année

3.Interprète féminine de l’année

4.Spectacle de l’année

Dépêchez-vous d'aller voter, il est encore temps pour la Chanson de l’année et Interprète féminine de l’année.

C’est avec J’suis pas stressée et À ma manière qu’elle conclura cette ​superbe ​soirée où toute l’assistance est debout et se transforme en une immense chorale.

Bilan

Le spectacle Acrophobie est selon moi un spectacle Accroche-cœur car Roxane Bruneau prend possession de notre cœur immédiatement.

Son charisme, son authenticité, son humour et son talent nous accrochent automatiquement. On a beau l’avoir vu à la télé, l’avoir entendu à la radio, l’avoir suivi sur les réseaux sociaux, il faut aller la voir en show​, elle est une ​véritable bouffée d’air frais et on en a besoin.

Elle sera de retour demain au Capitole mais c’est déjà complet.

Pour connaître toutes les dates

www.roxanebruneau.com/tous-les-spectacles

Lyne LaRoche




Mario Pelchat - 11 octobre 2022

Mario Pelchat

Mon premier rendez-vous

Lorsqu’on parle d’une carrière de 40 ans, les mots talent et persévérance s’associent inévitablement.

Ce sont des mots que l’on associe aussi à Mario Pelchat. Je vous raconte, simplement, de façon très succincte, quelques faits marquants de cette longue et prolifique carrière.

Après être monté sur scène pour la première fois en 1973, il lance son premier album en 1982, il y a exactement 40 ans. Je suis un chanteur, écrite par Martin Pelletier, tracera le chemin d’une carrière prometteuse.  En 1990 un 2e album intitulé Couleur passion, certifié disque d’or en moins d’une semaine.

Des albums parus en 1993 et 1995 sont aussi rapidement certifiés platine et double-platine.

Tout au long de cette belle carrière, en plus d’interpréter de magnifiques textes d’auteurs de renom, il aura écrit plusieurs chansons, participé à quelques comédies musicales, enregistré des disques « hommage ». En 2006, il élargi ses horizons et devient à son tour, producteur. Il propulsera ainsi la carrière de plusieurs chanteurs et chanteuses en plus de produire plusieurs albums réunissant des grands noms de la chanson d’ici.

En quatre décennies, il aura lancé ou participé à plus de 25 albums. Il aura reçu tellement d’honneurs qu’il est impossible d’en faire le recensement.

Puissance et passion

Pour faire un meilleur résumé de tout ça, le chanteur de Dolbeau m’a donné un premier rendez-vous au Capitole de Québec ce mardi.

Mais avant d’entrer sur scène, Pelchat a généreusement offert l’avant-scène à Margau, elle qui sera sa choriste tout au long du spectacle. Le temps de trois chansons, elle aura su charmer les spectateurs grâce à sa belle voix.

Fort de sa vaste expérience, Mario Pelchat sait recevoir. Il débute les choses en grand en lançant la soirée avec Pleurs dans la pluie. Il enchainera avec Encore, tirée de son tout dernier album Comme au premier rendez-vous, paru il y a un an.

Comme pour plusieurs artistes, la pandémie a été une période de remise en question.  Avait-il perdu le gout de chanter, de faire des spectacles. Avait-il Perdu l’envie d’aimer?

Comme un premier rendez-vous, il nous dresse un portrait de sa carrière, des premières chansons qui ont bercé son enfance. Il nous offrira un bouquet de chansons d’Engelbert Humperdinck, de Tom Jones et d’Elvis Presley, les rares chanteurs anglophones qui avaient le droit d’entrer chez eux.

Sa maman lui aura présenté Michel Sardou et la musique française en lui offrant l’album sur lequel on pouvait retrouver La maladie d’amour, qu’il nous a magnifiquement interprétée.

Il nous raconte des souvenirs, des tranches de vie qui nous portent vers ses chansons.

Tout au long de cette rencontre, entouré de 9 musiciens, musiciennes et d’une choriste, il nous offrira quelques pièces de son dernier album mais aussi de grands classiques qui ont marqué sa carrière. Voyager sans toi, Plus haut que moi, Des milliards de personnes et bien d’autres.

Au rappel, il interprétera Comme au premier rendez-vous, pièce titre de son dernier album et titre du spectacle.

Comme au premier rendez-vous, c’est un deux heures sans entracte qui fait du bien!

Mario Pelchat sera de retour demain sur la scène du Capitole de Québec Il reste encore quelques des billets au balcon.

Il prendra les routes du Québec afin de poursuivre sa tournée avant de revenir dans cette même salle pour trois soirs dès le 27 janvier prochain.

Vous souhaitez avoir de ses nouvelles et en connaitre un peu plus sur lui, rendez-vous au www.mariopelchat.com

Claude Gignac




Alex Roy - 06 octobre 2022

Alex Roy

La naissance d’un jeune vétéran

Peut-on parler d’un humoriste de la relève lorsque vous faites de la scène depuis 12 ans et que vous avez plus de 2 000 spectacles à votre actif ou encore lorsque vous avez assuré la première partie des Grandes Crues et de Lise Dion? En fait, oui et non.  Peu connu du grand public, Alex Roy a participé à plusieurs reprises aux Galas ComediHa! de Québec. En 2014, il a même été récipiendaire du nez d'or remis à la révélation du Grand Rire de Québec.

Mais, rien de mieux pour évaluer le talent d’un humoriste que d’assister à son spectacle. C’est ce que j’ai fait ce jeudi au Théâtre du Petit Champlain en étant présent à la toute première médiatique de son premier one man show intitulé Des choses qui arrivent.

Pour nous placer en contexte, il nous partage ses expériences des dernières années où il a présenté ses spectacles via Zoom devant son ordinateur où il ne voyait personne. Pas facile de faire de l’humour sans aucune rétroaction.

Dans le but de se faire connaitre des gens réunis dans la belle salle du Petit Champlain, il dresse un portrait de lui.  Il se dit tellement influençable qu’il a attrapé la mycose des ongles en regardant la télé.

Il nous racontera sa mésaventure en tentant de se procurer un passeport dans un délai disons, assez serré. Il nous fera bien rigoler lors de son récit dans une toilette sans barrure.

Dans un rythme soutenu, il naviguera dans des sujets personnels en nous parlant de sa blonde et des enfants de celle-ci en nous décrivant son expérience aux compétitions de gymnastique de sa belle-fille. Il nous racontera sa demande en mariage et de son souhait d’avoir des enfants.

Son humour est de bon goût. Il est drôle et sans prétention. Il s’est moqué de lui-même lorsqu’il s’est trompé dans son texte. Le public lui a évidemment pardonné ses quelques petits cafouillages.

Alex Roy occupe la scène avec l’aisance d’un vétéran. Il a un sens du « timing » fort efficace. En plus des textes qui lancent des images fortes, il est une vraie machine à sons. Il nous démontrera son talent de bruiteur lorsqu’il nous racontera ses années à trainer dans les bars. Hilarant!

En début de soirée, on retrouvait dans la salle, des gens qui l’avaient déjà vu lors de courts numéros de galas, en première partie des Grandes Crues ou de Lise Dion. Il y avait aussi des gens qui le voyaient pour la toute première fois. En fin de soirée, quatre-vingt-dix minutes plus tard, il n’y avait que des gens qui étaient tombés sous le charme d’Alex Roy. Un vétéran de la relève qui mérite d’être connu. Vous aurez d’ailleurs l’occasion de le connaitre lors de son prochain passage à Québec lorsqu’il se produira à la Salle Albert-Rousseau le 22 juin 2023.

Allez-y, vous passerez une très belle soirée. Vous aimeriez avoir des nouvelles d’Alex Roy, rendez-vous sur sa page Facebook ou sur le site des Productions Sixième sens au www.sixiemesens.ca

Claude Gignac




Contre vents et marée - 04 octobre 2022

Malgré tous les obstacles

Paul Daraîche présente Contre vents et marée au Théâtre Capitole

Ayant perdu en décembre dernier celle qu’il surnommait « sa jumelle, sa sœur cosmique » Paul Daraîche a décidé de lui rendre hommage en poursuivant leur projet de tournée Contre vents et marée tirée de leur album du même nom.

Nés tous les deux le 26 juin 1947 à la même heure, ils devaient être réunis sur scène pour la première fois, mais le destin en a décidé autrement.

Toujours avec le visage au sourire lumineux, c’est entouré de cinq musiciens, que Paul Daraîche a débuté la soirée en duo avec Renée Martel comme c’était prévu. Grâce à la technologie, sur écran géant on pouvait voir et entendre Renée interprété « Je pars à l’autre bout du monde » C’était magnifique, tout à l’image de la grande dame de la chanson country.

Pour la célébrer, le vieux routier a demandé à ses deux talentueuses amies Laurence Jalbert et Annie Blanchard de partager la scène avec lui pour interpréter les grands succès de Renée « J'ai un amour qui ne veut pas mourir, Si on pouvait recommencer, C’est mon histoire » pour nommer que celles-ci.

Tout au long de la soirée, c’est avec générosité et le cœur rempli d’amour que les artistes ont partagé certains moments magiques qu’ils avaient eu la chance de vivre avec Renée. On y apprend que Laurence et Annie ont réalisé leur rêve de petites filles.

Il y a eu plusieurs segments touchants  dont celui à la mémoire de Julie Daraîche où les artistes ont chanté « Que la lune est belle ce soir »   

En plus de faire la première partie du spectacle Émilie Daraîche en duo avec son père a interprété un medley des chansons de Marcel Martel et la chanson Contre vents et marée qui se retrouve sur l’album du même nom qui a été reconnu par l’Adisq en méritant deux nominations. Un autre très beau moment.

Quand l’idée a jailli de présenter le spectacle Contre vents et marée, Renée Martel avait demandé à Émil​ie de faire la première partie, alors, c’est avec beaucoup d’émotion qu’elle a interprété quelques chansons de son premier album. L’adage qui dit : La pomme ne tombe jamais loin de l’arbre, lui va comme un gant.

Pour la finale, les quatre artistes se sont rassemblés pour interpréter « Nous on aime la musique country »

Bilan

Ce que j’ai ressenti ce soir et je ne suis pas la seule à voir la réaction du public, c’est que notre magnifique cowgirl dorée nous a laissé en héritage un répertoire de chansons qui nous ressemble et nous rassemble.

Contre vents et marée est un vibrant hommage mais aussi un 90 minutes rempli de cette belle musique country si rassembleuse dans lequel tous les humains aiment se retrouver.

Le spectacle Contre vents et marée poursuit sa route, il sera de retour au Capitole de Québec le 4 février 2023, les billets seront en vente dès le 7 octobre prochain.

Pour connaître toutes les dates visitez :

www.daraiche-martel.ca

Une production de Martin Leclerc

Lyne LaRoche




Julien Clerc - 01 octobre 2022

Julien Clerc : Une soirée au cœur de ses préférences!
 

Hier soir, avait lieu la première d’une série de trois spectacles du chanteur français Julien Clerc, au Capitole de Québec.
Aussitôt après avoir mis les pieds sur scène, avant même d’avoir sorti la première note, le public l’a accueilli sous un tonnerre d’applaudissements. Quelle belle façon de recevoir à nouveau le chanteur dans la Vieille Capitale.

Entouré de ses musiciens sous la direction de Benjamin Constant, il nous a offert deux heures de musique présentée sous différents volets.


Nous racontant des anecdotes rattachées à ses chansons comme « Mademoiselle » inspirée de son institutrice, en passant par une chanson à saveur antillaise de Marc Lavoine intitulée « Ma petite Terre », le bal était lancé pour une soirée bien remplie, au fil de ses souvenirs.


Avec son dernier album intitulé « Les jours heureux »,  nous avons fait un retour dans le temps avec plusieurs classiques des grandes icônes de la chanson françaises, que le chanteur a choisi parmi ses préférées afin de leur rendre hommage à sa manière et de façon particulièrement touchante.

En effet, à chaque interprétation, il nous raconte sa rencontre marquante avec chacune d’elles. Il a débuté ce segment, par une chanson secrète qui se trouve à la fin de l’album, « Derrière le rideau », écrite avec Didier Barbelivien, qui résume parfaitement l’essence même de cet album.
Ensuite, le voyage commence avec « Boom » de Charles Trenet et « À bicyclette » de Yves Montand etc… Ce fût mon coup de cœur de la soirée.


Moments forts

Il y en a eu plusieurs mais disons que les émotions étaient très fortes  quand le chanteur s'est installé au piano pour « Ma préférence » et par la suite en nous bouleversant avec les magnifiques paroles mais combien troublantes de « La jeune fille en feu », sur la violence faite aux femmes, malheureusement encore beaucoup trop d’actualité aujourd’hui.


Au dernier volet, c’est un Julien Clerc vêtu de sa veste de cuir, qui a sorti la machinerie lourde pour nous offrir une sélection parmi ses plus grands hits dont l’incontournable    « Cœur de Rocker » Il n’en fallait pas plus pour que l’audience se lève pour une ovation debout bien méritée!

Julien Clerc nous a fait vivre un merveilleux voyage dans la musique et dans le temps!

Julien Clerc jusqu’au 2 octobre au Capitole de Québec, il reste encore quelques billets de disponibles.

www.theatrecapitole.com

Pour connaître toutes les dates de sa tournée

www.julienclerc.com

Caroline Gagnon