The Simon and Garfunkel Story - 31 mars 2022

The Simon and Garfunkel Story

Une immersion qui fait du bien!

Hier soir au Capitole de Québec était présenté l’histoire et les grands succès "The Simon & Garfunkel Story.

Utilisant une projection à la fine pointe, en fond de scène, des images défilaient sur les thèmes découlant de leur histoire et de leur époque sur un grand écran: la guerre du Vietnam, Woodstock, des images de Londres, etc.

« The Sound of silence » fut la première chanson du spectacle. S’en suivit une série de chansons de leurs débuts en tant que Tom et Jerry puis comme Simon & Garfunkel. Des chansons plus connues, d’autres moins. Le spectacle suit la chronologie de leur carrière jusqu’à la séparation du duo. Un beau travail de recherche!

Les voix des deux chanteurs Benjamin Cooley (Garfunkel) et Georges Clements (Simon) s’harmonisent aussi bien que les originales. Le style de leur musique (la première partie) était plus contemplatif. Des mélodies lentes et des paroles simples qui sont la signature du duo.

La deuxième partie fut plus enlevante avec la chanson thème du film « Le Lauréat », Mrs. Robinson, comme première chanson. Puis ils ont interprété des chansons de leur deux derniers albums soit « Bookends » et « Bridge over troubled water ».

Les musiciens étaient très dynamiques et enjoués, il était évident qu’ils avaient du plaisir à jouer cette musique. Les deux chanteurs, plus statiques, reflétaient la personnalité des artistes fondateurs du groupe. 

Une soirée qui fait du bien à l’âme dans ces temps troublés : le Vietnam dans les années 70, l’Ukraine aujourd’hui.

Un petit bémol, le spectacle est uniquement en anglais. La partie biographique peut être perdue par les gens moins à l’aise en anglais.

Une très belle soirée, un incontournable pour les amateurs de Simon and Garfunkel et ceux qui aiment la musique folk des années 70.

Pour plus d’informations :

www.theatrecapitole.com

www.thesimonandgarfunkelstory.com

Louiselle LaVoie




ÉMILE PROULX CLOUTIER - 30 mars 2022

Émile Proulx-Cloutier

A mains nues, à fleur de cœur

Ne cherchez pas le troisième album d’Émile Proulx-Cloutier sur un site internet. Si vous êtes de la vieille école, ne scrutez pas non plus, les rayons de votre disquaire favori pour le trouver. Émile Proulx-Cloutier a décidé de travailler un peu à l’envers de la norme habituelle. N’ayez crainte, l’album viendra un jour. En attendant, il vient nous présenter quelques nouvelles pièces, dont quelques-unes seront certainement gravées sur un prochain enregistrement.

Celui qui a remporté sept prix au Festival en chanson de Petite-Vallée en 2011 s’est amené, ce mercredi sur la scène du Grand Théâtre de Québec pour nous offrir un spectacle totalement dépouillé. Seul sur scène, à mains nues, il nous présentera ses toutes nouvelles créations mais aussi, plusieurs pièces d’Aimer les monstres, paru en 2013 et Marée haute qui a été lancé quatre ans plus tard.

C’est d’ailleurs en puisant dans son second opus qu’il débutera la soirée avec Petite valise.

Émile Proulx-Cloutier utilise ses nombreux talents pour nous présenter ses mots, nous raconter ses histoires. Il le fera derrière son piano. Il le fera en nous racontant des histoires qui prennent parfois des allures de comptes, parfois racontés à un rythme slam effréné.

Retrouvailles nous parle d’une histoire d’amour improbable avec une collègue du secondaire. Par la magnifique L’enfant-scaphandre, il traite avec tendresse des gens différents. Il effleura l’impact un peu fou des réseaux sociaux avec Les opinions tranchées.

La chute est un compte qui est en réalité une analogie qui nous fait réfléchir sur la relation entre la société et l’environnement.

Tout au long de la soirée, il traitera habilement de l’humain et de ses travers. Il dira que les premières nations ont été évincés de leur propre langue. Il rendra un vibrant hommage aux peuples autochtones avec Maman, tirée de Marée Haute. Tout au long de la soirée, de belles projections soignées viendront embellir le sobre décor.  

Comme probablement bien des gens entassées dans la salle Octave-Crémazie, je ne connaissais que très peu de chose de l’œuvre d’Émile Proulx-Cloutier. J’ai fait une très belle rencontre. J’ai découvert un artiste dont les multiples talents lui permettent de faire déferler sa grande sensibilité jusqu’à son public. Ses mots sont comme des missiles à têtes chercheuses de cœurs.

Vous regrettez de ne pas avoir assisté à ce spectacle.

 Il reste peut-être quelques billets pour la représentation du 31 mars, toujours au Grand-Théâtre de Québec.

Il repart avec son piano pour quelques représentations à Montréal dans les prochaines semaines mais sera de retour dans la région pour un spectacle à la Salle Edwin-Bélanger de Montmagny le 22 avril et à la Chapelle spectacles de Vanier le lendemain.

Un petit secret. Une nouvelle supplémentaire prévue pour le 14 octobre prochain sera bientôt en vente. Soyez aux aguets.

Pour tout savoir http://emileproulxcloutier.com

Claude Gignac




GUILLAUME PINEAULT - 30 mars 2022

Un détour de onze ans pour… se trouver! »

Hier soir, avait lieu la Première à Québec, du premier one-man show de l’humoriste Guillaume Pineault intitulé « Détour », à la Salle Albert-Rousseau.

Ce nom, ne pouvait pas mieux refléter le parcours de l’humoriste. En effet, c’est après onze ans d’études en ergothérapie et en ostéopathie qu’il s’est finalement rendu compte que son bonheur se trouverait sur scène et nulle part ailleurs.

Dans une salle comble, de gens de tous les âges, c’est un Guillaume gonflé à bloc qui est apparu sur scène pour une heure et demie de rires que l’on entendait du parterre jusqu’aux balcons. Non seulement il est très bon raconteur (quoi qu’un peu cru) diront certains, mais ses gags sont très drôles et très bien ficelés.

Comme entrée en matière, il nous parle de sa famille. Comment son père, génie de la diversion, l’a consolé à sa manière bien particulière lors de sa rupture amoureuse d’une durée de douze ans. Il nous parlera de la détermination de sa mère, de son frère sourd et unique en son genre, de ses amis toujours là pour l’aider à remonter la pente, et bien sûr de son parcours d’études jusqu’à l'obtention de son diplôme universitaire à McGill.

D’ailleurs, un moment fort de la soirée est lorsqu’il nous raconte un examen pratique entre étudiants de sa classe, au cours d’ostéopathie, qui est surprenant et totalement hilarant!

L’humoriste nous raconte son premier rendez-vous post-rupture qui est loin d’être banal, jusqu’à ce qu’il trouve enfin alors qu’il ne cherchait  plus, celle avec qui il partage sa vie depuis cinq ans Anne-Elisabeth Bossé. Il nous dévoilera même un condensé d’une escapade haute en rebondissements, qui continuera de nous faire rire aux éclats.

Pour un premier spectacle solo, Guillaume Pineault peut en être très fier! Les textes sont excellents, le public est captivé du début jusqu’à la fin, le rythme est très soutenu, pas de temps mort, que du plaisir!

Peut-être que la route a été un peu plus longue avant d’arriver où il voulait se rendre, mais une chose est sûre, il est exactement où il doit être!

Je vous encourage fortement à voir ce spectacle.

Entrez dans l'univers très particulier de Guillaume Pineault vous ferez la rencontre d'un bon raconteur et de son humour intelligent.

Vous passerez un très bon moment garanti, car c’est certainement l’ostéopathe le plus drôle que vous rencontrerez!

 « Y a aucun doute, l'humoriste Guillaume Pineault vaut carrément le Détour! »

 Caroline Gagnon

https://guillaumepineault.com

www.sallealbertrousseau.com




Radio Canada - 29 mars 2022

Dès l’automne

Une nouvelle quotidienne sur ICI TÉLÉ

Cette semaine nous étions conviés à une conférence de presse annonçant la venue d’une nouvelle série dramatique quotidienne d’ICI Télé qui sera produite par Fabienne Larouche et Michel Trudeau d’Aetios Productions et de Guillaume Lespérence d’A Média.

Après District 31, leur cheminement de carrière pour Fabienne et Michel n’était sûrement pas de produire une autre quotidienne. Mais, ils sont tombé sous le charme de Marie-André Labbé celle qui signera les textes de cette nouvelle série qui prendra place dans le milieu médicale. Le titre n’a pas encore été dévoilé.

Le duo Larouche/Trudeau est reconnu pour offrir au public des séries à succès dont (Virginie, 30 vies, District 31, Les Bougon, c’est aussi ça la vie! Unité 9, Ruptures, Doute raisonnable, Sans rendez-vous, Toute la vie, Cheval-serpent, Trauma).

La tête d’affiche sera la comédienne Suzanne Clément qui effectuera son grand retour à la télé. Rappelons-nous de son rôle de Shandy qu’elle incarnait dans Unité 9. Pour le moment, c’est tout ce que nous savons mais dans les prochaines semaines nous vous en dévoilerons plus.

Dès l’automne 2022 sur ICI TÉLÉ

Lyne LaRoche




ENFANCE DE L'ART - 29 mars 2022

L’enfance de l’art - doigts d’auteur de Marc Favreau

On en prendrait encore et encore

Ceux qui ont eu la chance de connaître l’émission pour enfants Sol et Gobelet n’ont assurément pas oublié comment Marc Favreau pouvait jongler avec les mots. Il les triturait d’une façon telle que nous ne pouvions résister aux éclats de rire qui nous envahissaient. Ce soir, ses mots ont résonné une nouvelle fois sur la scène du Théâtre de la Bordée.

Cinq comédiens les ont fait revivre à leur façon pour notre plus grand plaisir. Ses textes déclamés par Maxime Beauregard-Martin, Frédérique Bradet, Nicolas Gendron, Sophie Thibeault et Élie St-Cyr ont fait revivre l’immense plaisir que nous avions à découvrir un mot caché derrière un autre ou le sens d’une phrase transformée par un mot remanié.

 Chacun d’eux nous a donné de magnifiques performances. Maxime Beauregard-Martin a fait un remarquable monologue sur le cinéma (Cinémalomanie et Plusillanisme). Frédérique Bradet nous a bien fait rire avec plusieurs apparitions déroulant un tapis. Et le sketch du procès avec le procureur (Nicolas Gendron), l’avocat (Maxime Beauregard-Martin) et la prévenue (Frédérique Bradet) un vrai petit bijou !

Je dois souligner la performance de Sophie Thibeault qui a accepté de relever le défi et a remplacé Mary-Lee Picknell à la dernière minute. Arrivée à Québec à 17h45 de Montréal aujourd’hui même, son monologue « Je te love en silence » d’Annie Cloutier, inspiré par « La clé anglaise » et « La complainte au Garnement » de Marc Favreau, nous a plus qu’impressionné. Et celui de « Médicalmant » parlant avec des extraits de « La Tête sercheuse » a aussi beaucoup fait rire. Elle a récolté des applaudissements spontanés et vifs du public pour sa performance.

Deux apparitions surprises, on beaucoup plu. Une vidéo de Marcel Sabourin et le monologue « Le crépuscule des vieux » déclamé par Clémence DesRochers.

Comment ne pas tomber dans la nostalgie…

Un rendez-vous à ne pas manquer pour tous ceux qui aiment les textes de Marc Favreau ainsi qu’à tous ceux qui voudraient découvrir sa verve à la fois délectable et ébouriffée.

Merci de nous la ramener si joyeusement en scène.

Jusqu’au 9 avril 2022 au Théâtre de la Bordée.

Pour plus d’informations visitez

www.bordee.qc.ca

Louiselle Lavoie




VIRGINIE FORTIN - 28 mars 2022

 

Place à Virginie Fortin… Mes sentiments

De l’humour intelligent et drôle

 

Ce soir à la salle Albert Rousseau, l’humoriste Virginie Fortin présentait la première de son deuxième one-woman-show Mes sentiments.

Dans ce deuxième spectacle, toujours avec son regard taquin, elle aborde différents thèmes sur la vie, le stress, les privilèges, la réussite…

Elle se questionne, pourquoi le temps passe trop vite quand on aime quelque chose mais que c’est toujours trop lent quand on crée un malaise. Nous on pense qu’on peut gérer le temps, le structurer mais lui il s’en fout, il fait ce qu’il veut.

Pourquoi nous sommes nostalgiques quand on repense à de bons moments en famille puis qu’on retourne en vacances en famille et pourtant…On devient aussi nostalgiques quand on repense à nos réactions quand nous étions enfant et pourtant…Elle a l’impression qu’elle était plus heureuse avant mais que ça va être plus le fun plus tard.

Elle parle de son enfance, de ses études au collège privé, de ses parents, elle nous fait rire tout en nous faisant réfléchir.

Elle s’en prend aussi à l’existence pourquoi on existe? Question qu’elle avait posée à son père Bernard Fortin, 35 ans, comédien de renommée, quand elle avait 5 ans. S’il lui avait donné une réponse satisfaisante au lieu de lui répondre ‘’ Bonne nuit ‘’ peut-être que ce soir, elle ne serait pas sur la scène de la salle Albert Rousseau entrain de nous présenter Mes sentiments. Elle nous prouve qu’il y a du bon dans tout.

Je ne vous dévoilerai rien de plus car il faut la voir en spectacle pour apprécier son talent de conteuse qui est indéniableElle est excellente dans ses observations, on l’écoute, on rit et on se reconnaît.

Virginie Fortin, c’est une drôle de bibitte qu’on ne se lasse pas d’écouter. Elle nous amène avec elle, on embarque puis quand c’est fini on en voudrait encore et encore.

Ça aura pris quatre ans après Du bruit dans le cosmos mais ça valait le coup d’attendre car encore une fois elle frappe fort.  Un spectacle qui fait du bien après deux ans de pandémie.

Pour connaître toutes les dates de sa tournée

www.virginiefortin.com

Vous pourrez aussi la voir bientôt dans le film 23 décembre d’India Desjardins et elle sera de la série Pour toi Flora disponible le 14 avril sur l’extra d’ICI  TOUT.TV

Lyne LaRoche




Gregory Charles - 24 mars 2022

VINTAGE LIVE

Grégory Charles

Théâtre Capitole

Un véritable élixir de bonheur!

Après deux ans de contraintes, de restrictions et de confinement, enfin nous pouvons profiter d’un peu de liberté et oublier cette morosité qui nous entoure depuis ces derniers mois. Devant une salle comble et impatiente de l’entendre, Grégory Charles, accompagné de Kim Richardson et de six musiciens chevronnés, nous a offert tout au cours du spectacle plusieurs succès suggérés par les spectateurs.

Maîtrisant à la fois son clavier et deux écrans (sur lesquels il pouvait lire les demandes musicales) Grégory Charles anime, chante et orchestre le jeu des instrumentistes tout en les laissant improviser. Ses multiples connaissances du milieu de la musique ne cessent de nous surprendre. De la musique pop, au disco en passant par le rock et le blues, il nous interprète succès après succès. L’énergie et l’enthousiasme qu’ils dégagent tous sur scène est contagieux. Les gens dansent, chantent, tapent des mains sans aucune retenue.

Qualifié de « meilleure chanteuse au Canada » (et je le crois sans aucun doute depuis bien longtemps, et même plus à mon avis) Kim Richardson nous a interprété, entre autre A Natural Woman, Dancing Queen et Respect. Mais le moment que j’ai vraiment le plus apprécié c’est lors de leur interprétation si particulière du classique du groupe Queen, Bohemian Rhapsody. Que du bonheur!

Ils ont terminé la soirée tout en douceur avec Imagine et Quand les hommes vivrons d’amour, et débuté le rappel avec L’Hymne à l’Amour un baume au cœur par les temps qui courent.

Une superbe soirée en compagnie d’artistes aux multiples et immenses talents. Grégory Charles et son tout dernier spectacle, Vintage Live seront au Théâtre Capitole le 25 mars 2022.

Pour plus d’information et d’autres dates :

www.gregexperience.com

www.theatrecapitole.com

ouiselle LaVoie




Corneille - 24 mars 2022

Corneille… Toujours aussi authentique

Afin de rejoindre tous ses publics pour le lancement de son nouvel album Encre rose, Corneille avait convié ses fans hier soir à un spectacle-événement via l’application de streaming Whitebox Play.

Le concert ayant été capté dans le cadre onirique de l’Espace Norbert de St-Adèle, les décors étaient fabuleux. On a pu y voir une petite neige qui tombait lors de la deuxième interprétation de Corneille.

Entouré d’une vingtaine d’artistes le chanteur aux textes profonds doublés de mélodies Soul -R’n’B américaine fin des années 70-80 a encore une fois réussi à toucher tout le monde.

Encre rose est composé de 10 chansons. Comme toujours, on reste marqué par ses mots longtemps après les avoir entendus.  Il aborde les thèmes de l’amour, de la vie qui va vite, qu’il faut arrêter de dramatiser, faut-il mourir pour ne pas être oublié, dire adieu au passé, trouver l’amour en soi. Avec la chanson Nouveau monde, il s’est imaginé ce qui pourrait arriver après cette pandémie.

Avant chacune de ses interprétations, Corneille prend le temps d’expliquer le contexte et l’inspiration de chacune des pièces. On a l’impression qu’il nous parle comme si nous étions de sa famille. Il est calme et sa voix nous apaise, Dieu sait à quel point on en a besoin ces temps-ci.

En plus de sa chorale Gospel et de ses danseurs, Corneille avait comme invité spécial Dashny. Il a fait sa rencontre lors de la populaire émission Star Académie et ce fût un coup de cœur pour le duo. Dashny a participé à l’enregistrement de la chanson Encre rose, titre de l’album.

La carrière de Corneille est le reflet de sa vie. Il est un homme calme et bon, un humain qu’on voudrait tous avoir près de nous.

Le concert Encre rose est disponible dès aujourd’hui jusqu’au 24 avril 2022

Procurez-vous votre accès

www.corneilleofficiel.com

Lyne LaRoche




Qui remplacera Édith Cochrane - 23 mars 2022

La nouvelle complice d'André Robitaille

sera

l'énergique Mélanie Maynard

En janvier dernier, Édith Cochrane a annoncé dans une vidéo qu’elle quittait l’émission les Enfants de la télé à la fin de la saison. Pour la remplacer, il fallait trouver une personne qui avait un charisme et une verve autant qu’elle.

Ce matin, Radio-Canada et le Groupe Fair-Play étaient heureux de nous inviter à une conférence de presse pour nous dévoiler le nom de la nouvelle complice d’André Robitaille. Pour cette 13e saison des Enfants de la télé leur choix s’est arrêté sur nulle autre que Mélanie Maynard.

Sincèrement, ma surprise n’a pas été très grande car personnellement je ne voyais personne d’autre pour coanimer cette émission à succès qui rejoint à chaque semaine plus de 850 000 téléspectateurs.

Sa communication non verbale, ses mimiques, ses gestes, son humour et son sens inné de la répartie font d’elle une bouffée d’air frais.

 « Je suis emballée de me joindre aux Enfants de la télé. C’est une émission que j’aime déjà, un plateau de télévision toujours agréable à visiter comme invité… et voilà que je m’y trouverai toutes les semaines, quel plaisir ! J’ai hâte de découvrir toutes ces archives, de participer aux échanges avec les invités… et sûrement de les taquiner un peu, à ma manière ». Mélanie Maynard

La directrice générale de la Télévision de Radio-Canada Dany Meloul et le producteur exécutif du Groupe Flair-Play, Guy Villeneuve ont tout de suite su que ce serait elle après l’avoir vu à l’œuvre sur le plateau pour un hommage à Guy Jodoin.  « Nous sommes convaincus que Mélanie saura faire sa place rapidement dans le cœur du public, qui la connaît déjà très bien. Elle sera une excellente complice pour André ».

Crédit Andréanne Gauthier

Aussi, en plus d’avoir une nouvelle coanimatrice et bien nous avons appris que l’émission sera enregistrée dans un nouveau décor. N’ayez crainte, la fameuse table restera la même mais elle a été revampée au goût de 2022

Les Enfants de la télé prendra l’affiche en 2022-2023 sur ICI TÉLÉ.

La 12e saison des Enfants de la télé se terminera le mois prochain sur ICI Télé. La dernière émission sera diffusée le 6 avril. Une émission spéciale composée de moments inédits sera présentée la semaine suivante.

Lyne LaRoche

 




GUILLAUME PINEAULT - 19 mars 2022

Brin de jasette avec l’humoriste Guillaume Pineault

DÉTOUR pour l’humoriste Guillaume Pineault, ça veut tout dire. Pourquoi? Parce que ça en a pris plusieurs avant de pouvoir présenter son premier one man show.

Diplômé en ergothérapie et en ostéopathie, le sympathique et attachant Maskoutain savait depuis le secondaire qu’il voulait gagner sa vie en faisant rire. Qu’on se le dise, le souhaiter et réussir, c’est autre chose.

C’est au salon rose du Château Frontenac que j’ai piqué une jasette avec l’humoriste qui commençait tout juste à descendre de son nuage. Ayant présenté la première de Détour à Montréal le 8 mars dernier, les critiques étaient unanimes.

L : Allo Guillaume comment vas-tu aujourd’hui, es-tu descendu de ton nuage?

G : Ça m’a pris du temps le après Montréal. C’était bizarre, j’essayais de l’expliquer au monde car je n’avais jamais vécu ça. J’étais tellement drainé, autant émotionnellement que physiquement le lendemain que j’avais l'impression que tout me heurtait mais dans le sens positif. J’étais très sensible, c’est comme un accomplissement de tellement d’affaires.

L : Détour ça représente beaucoup pour toi?

G : Oui, j’en parle dans le show mais en gros, plus jeune je voulais faire de l’humour mais plusieurs me disaient que ce n’était pas une vraie profession, alors je suis allé faire des études universitaires mais ça me ramenait toujours vers l’humour. À l’Université j’animais des galas de fin d’année. J’ai fait un concours en humour car quelqu’un à MCGill m’avait dit « Il y a quelque chose en toi de drôle, tu as une bonne base, tu devrais faire des cours du soir à l’école de l’humour » En 2011, j’ai fait En route vers mon premier gala et en 2015 Phil Roy m’a demandé de faire sa première partie, puis là c’est partie.  En 2011 je faisais de l’humour dans les bars et en 2015 dans les grandes salles, ouf j’ai vu la différence.

Depuis 2018, je travaille sur mon show mais il y a eu quelques détours car on a eu la pandémie. Au début ça m’affectait ben gros mais après en avoir parlé avec les gens qui m’entourent j'ai réalisé que c’était bon que ça soit arrivé comme ça.  Avec tous les reports qu’il y a eu, j’ai fait des modifications et là nous sommes rendus au plein potentiel du show.

L : Ta première à la salle Albert Rousseau est le 30 mars à quoi peut-on s’attendre?

G : Le show c’est une présentation de moi, ça commence avec « Si vous voulez mieux me comprendre, vous devez savoir d’où je viens, c'est qui ma famille, mes parents, mon frère qui est sourd, mon grand parcours scolaire, les choix que j’ai fait qui quelquefois laissait à désirer. Je parle aussi de ma vie de couple qui s’est terminée après 12 ans. J’avais comme perdu mes repères donc quand je me suis ramassé tout seul, rencontrer une autre personne ça n’était pas facile. Je parle de tout ça dans mon show. C'est un show rempli d’autodérision, il n’y a rien de méchant envers personne.

L : Parle-moi de tes collaborateurs

G : Mon show, c’est un show d’équipe. Yan Bilodeau est avec moi sur tout ce que je fais. On se complète tellement. Le show, je l’ai écrit du début à la fin. Comme moi je n’écris rien sur papier, c’est Yann qui s’est occupé de mettre ça sur papier. Il a tout restructuré afin d'avoir les bonnes choses aux bonnes places. Simon Delisle est à la script édition, il m’a beaucoup aidé à faire mon intro. Michael Gouin lui, il m’a déconstruit et reconstruit. Il m’a appris à ponctuer mes phrases. Il a fait quelque chose de bien avec ce show- là. Au début c’était seulement une suite de numéros et maintenant c’est une histoire de A à Z. Pierre-Luc Beaucage concepteur éclairage m’a fait quelque chose de parfait. Je trouve que ça ressemble à des feux de circulation, ça va bien avec DÉTOUR.

L : Albert Rousseau as-tu l’impression d’y être enfin arrivé?

G : Oh oui, j’ai hâte de voir, c’est pour moi un rêve qui se concrétise, je n’y crois pas encore, tant que je n’aurai pas les pieds sur le stage.

L : Dans ton podcast tu demandes au monde leur mot préféré et celui qu’il déteste pour Guillaume Pineault, c’est quoi?

G :  J’adore le mot pupitre. Ça me rappelle mon petit pupitre au primaire avec la petite chaîne, l’odeur. Je regarde toujours dans les ventes de garage s’il n’y en aurait pas un à vendre. J’ai l’impression que je serais capable d’écrire des textes sur un petit pupitre.

Celui que je déteste est babeurre. Des biscuits au beurre ok mais des biscuits au babeurre, non!

L : Guillaume je te dis le mot de cambronne pour ta première mais je ne suis même pas inquiète

 Guillaume sera en spectacle le 30 mars prochain à la salle Albert Rousseau

Pour connaître toutes les dates

www.guillaumepineault.com

Lyne LaRoche 




CHARLOTTE CARDIN - 16 mars 2022

Charlotte Cardin

Plus grande que nature

Qu’ont en commun les villes de Paris, Bruxelles, Londres, Amsterdam, Hambourg, Berlin, Istanbul, Vancouver, Montréal et Toronto? Elles auront toutes la chance de recevoir la tournée Phoenix de Charlotte Cardin. Québec n’est pas en reste.  C’est dans la salle de L’Impérial Bell que Charlotte déposera ses instruments pour y rencontrer ses fans pour la toute première de cette tournée, un an après la sortie de son album.

C’est vraiment un privilège que nous avons de faire sa rencontre dans une salle de moins de mille spectateurs. Au rythme où se déroule sa carrière, elle se produira certainement dans de bien plus grandes salles lors de ses prochaines visites.

Quoi qu’il en soit, mercredi soir, j’étais parmi plus de neuf cents fans, entassés dans une salle pleine à craquer. Elle qui, à l’âge de 15 ans, faisait ses premiers pas professionnels en tant que mannequin, s’est présentée au grand public en 2013 lorsqu’elle a participé avec succès à l’émission La Voix, sur TVA.

Forte de quelques mini-albums (EP) présentés ces dernières années, la jeune femme de 27 ans, a lancé son tout premier album complet intitulé Phoenix le 23 avril de l’an dernier.

Grâce aux réseaux de diffusion musicale en continue, le succès planétaire est instantané.

Et ça commence fort à l’Impérial.  Elle enchaine les succès Passive agressive, Daddy et Sad girl. « C’est fucking malade d’être ici ce soir » Elle est heureuse et ça se sent. Le public est en extase. Bizarre de se retrouver debout en admission générale, en plein cœur d'une salle remplie à pleine capacité. J'avais un peu l'impression d'être dans un bar clandestin à 4h du matin.

Pour XOXO une colombe, perchée sur une branche en projection sur l’écran arrière, lui donne la réplique. Elle nous chante les tourments de l’amour avec Je quitte, la seule pièce francophone de son album.  Elle chante la douleur, elle chante la séduction, elle chante l’amour, le tout dans une électro-pop actuelle, très efficace. Appuyée à la batterie par Benjamin Courcy et par Mathieu Sénéchal à la basse, aux claviers et à la direction musicale, ils ont su efficacement reproduire presque parfaitement le son de ses enregistrements.

Zach Zoya, qui avait assuré de brillante façon la première partie du spectacle, est revenu sur scène pour interpréter avec elle Dirty dirty. « Ça fait tellement du bien! » nous lancera-t-elle. Et à nous aussi.

Parlant de faire du bien. Elle nous livrera la très belle Anayone who loves me. Une ode à la force des femmes, un hommage à ces femmes qui l’on côtoyée. Pour ce faire, un chœur de près de 700 femmes entassées dans la salle l’a accompagnée de belle façon.

Malgré une feuille de route encore bien mince, elle a su monter un spectacle qui n’avait rien d’amateur.  « C’est le premier spectacle de toute la vie où on a un Set-up complet » nous confiera-t-elle.

On aura droit à une danse en ligne au début de son méga succès Meaningless, et ce, devant un sublime couché de soleil.

Trois autres spectacles se succéderont à l’Impérial Bell. Malheureusement pour vous, ces représentations sont déjà toutes à guichet fermé. Ce sont ces premiers spectacles mais je suis prêt à parier ma chemise que ce ne sont pas ses derniers. Elle foulera sans aucun doute, les grandes scènes d’ici et du monde entier. Si vous voyez de nouvelles dates pour son spectacle, n’hésitez pas, allez-y.

Vous avez le gout de la suivre sans faire le tour du monde? Rendez-vous au www.charlottecardin.com.

Claude Gignac




Maude Landry - 12 mars 2022

Brin de jasette avec l’humoriste Maude Landry

Vous l'avez sûrement vu à plusieurs reprises, c’est la petite blonde pince-sans-rire, qui est toujours calme, qui jongle avec les sujets qu’elle aborde et vise toujours à côté de sa cible.

De nature touche​-​à​-​tout, elle est autodidacte. La passion du métier d’humoriste l’a amené à faire son chemin dans le monde de l’humour. Rien n’y personne ne l’arrête. Ce mercredi, elle présentera au Centre d’art la Chapelle son premier one-woman-show L’involution.

Pour en connaitre plus sur Maude

L : Allo Maude, tu n’as presque plus besoin de présentation car ça fait longtemps que tu roules ta bosse, tu vas enfin présenter ton premier one-woman-show L’involution, est-ce toi qui a choisi le titre et pourquoi ?

M :  Oui c’est moi qui l’ai choisi. Tout d’abord j’aime découvrir des nouveaux mots dans le dictionnaire et je suis tombé sur le mot l’involution dans un moment de solitude. Au début j’ai pensé tomber sur le contraire d’évolution mais non. L’involution veut dire évoluer de l’intérieur, une forme de repli sur soi et ça résonne bien avec les thèmes de mon spectacle. Je suis très introspective de moi durant le spectacle.

L : Avec la pandémie as-tu eu le temps de le rôder à ton goût?

M :  On a cassé la glace, après la glace a regelé mais justement il y a eu une involution sur le spectacle, j’ai pris du recul dans le show que je prenais du recul, ça porté fruit. En tout cas ça m'a beaucoup aidé personnellement​ car​ je trouve que le show est meilleur. Ça m'a fait du bien de prendre une pause. Mais je ne dis pas que la pandémie a été une bonne chose, loin de là.

L :  Ça veut dire que ton show a beaucoup ​ évolué ​depuis les premières fois où tu l’as présenté?

M : Mets-en, et je ne suis pas la seule humoriste qui a retravaillé son spectacle car il y a des thèmes qui ne viennent plus nous chercher comme avant. De toute façon, moi je ne prends pas trop de risque mais mon spectacle change un peu à chaque représentation. Mon spectacle j’aime le laisser vivre, le voir grandir et le voir évoluer comme moi.  Ça me permet de ne pas me tanner de le faire.

L : Tu es reconnue pour être une pince-sans-rire avec beaucoup d’auto-dérision et tu as aussi un bon sens du punch, est-ce que ton show va dans cette direction -là?

M : Oui, moi j’accorde beaucoup d’importance à la surprise et à la prémisse d’une blague encore plus que le punch. Car le début est tellement important. L’image que je vois, c’est comme du tir à l’arc. Quand tu tires sur la corde avec la flèche dedans tu ne sais pas où et comment tu vas atteindre la cible et j’aime ça viser à côté. J’aime que le public soit assis sur le bout de leur chaise et qu’il ait l’effet de surprise.

L : Parle-moi de tes collaborateurs

M : J’ai travaillé sur la mise en scène avec Guillaume Lambert, il a apporté une belle couleur au spectacle, j’adore son sens de l’humour. Simon Delisle est à la script édition et toutes les personnes qui m’entourent, qui me challengent, je ne pourrais pas faire ce show-là toute seule.  C’est un gros travail d’équipe. Sans oublier le public aussi car personne ne se force à ne pas rire. Donc le rodage a été fait pour ça.

L : Tu as fait les premières parties de Louis-José et de François Bellefeuille, est-ce que ce sont des humoristes qui t’ont influencé dans ton parcours?

M : Oui mets-en, dans le style, la discipline et l’éthique. Ayant eu la chance de les regarder avant qu’ils montent sur scène, je peux te dire que j’ai beaucoup appris d’eux.

L : Es-tu nerveuse de présenter enfin ton spectacle?

M : Oui, ça fait partie de mon anxiété, je veux plaire à tout le monde, je ne veux pas décevoir, je ne veux pas de mauvaises critiques et je ne veux surtout pas me décevoir. Je suis ma pire critique, je ne suis jamais totalement satisfaite de ce que je fais. Mais ce spectacle-là, m’allume et je suis excitée de le faire, je le trouve ​le ​fun, je me sens comme une enfant adulte sur scène. De voir les gens s’amuser et rire, c'est comme ​de la magie dans l’air.

Nomination au Gala des Oliviers

L : Tu es en nomination au Gala des Olivier qui aura lieu le 20 mars prochain dans la catégorie Numéro de l’année, ça représente quoi pour toi?

M : Ce numéro-là, je n’osais pas le faire car il me sortait de ma zone de confort, d’habitude je ne parle jamais de moi sur la scène. Mais ce qui m’a motivée à le faire, ce sont les témoignages des gens qui m’ont dit « Moi aussi je souffre de ça » donc j’ai été très touchée par leurs réponses.

Des souhaits pour Maude

L : Si j’avais quelque chose à te souhaiter pour 2022 ce serait quoi?

M : De la santé c’est toujours important, du bonheur et je veux plus d’amis. Avec ce qu’on vient de vivre, je pense que des amis on n’en a jamais assez. Aussi, plus de spectacles et j’aimerais jouer dans quelque chose car le jeu me manque. Je souhaite que François Létourneau m’appelle et qu’il me trouve un rôle dans la saison 3 de C’est comme ça que je t’aime.

L : Ok, alors je te souhaite tout ça ma belle. Je te laisse le mot de la fin pour que tu puisses inviter les gens à venir voir ton premier one- woman-show L’involution

M : Venez voir mon show, vous allez rire et vous allez en ressortir grandi. Je vous le dis vous aurez juste à vous mesurer en arrivant chez-vous.

L : Maude ce fût un plaisir de piquer un brin de jasette avec toi et je te dis un gros merde.

Important à savoir

Maude ne connait pas ton histoire personnelle mais tout au long de la soirée sache que tu vas te reconnaître. Si elle te vise, sois sans crainte tu seras safe. C'est ton voisin qui va se sentir coincé sur sa chaise et tu vas te bidonner, car c’est ça du Maude Landry.

Elle sera en spectacle au Centre d’Art la Chapelle mercredi le 16 mars

Elle sera de retour le 20 avril prochain au Théâtre Petit Champlain

Pour connaître toutes les dates visitez

www.maudelandry.com

Lyne LaRoche

 




Mickey - 11 mars 2022

 

Disney sur glace 2022

Tout simplement génial!

Après une pause d’un an, les artistes de Disney étaient de retour sur la glace du Centre Vidéotron pour le plus grand plaisir des jeunes et des moins jeunes

Cette année, l’équipe de Disney a innové. Il y avait des trampolines et des manœuvres de gymnastiques sans patin ce que l’on ne retrouve pas habituellement dans les spectacles Disney on Ice.

De plus, certaines princesses ont été mises de côté pour faire place à Moana, Coco et Kristoff et ses blocs de glaces!

Les spectateurs ont retrouvé leurs personnages préférés en chair et en os effectuant des numéros éblouissants combinés à des effets spéciaux incroyables.

Pour terminer en beauté, un spectacle de Disney sans la Reine des neiges n’aurait pas été aussi féérique.

Les deux narrateurs du spectacle ont fait participer les enfants qui ont répondu aux demandes avec joie!

Après une longue pandémie, c’était très rafraichissant. Pour les petits, c’était un pur moment de bonheur et nous les grands ont a retrouvé nos cœurs d’enfants.

C'est vraiment incroyable après toutes ces années, la magie de Disney opère encore!

L’Expédition de Mickey se poursuit au Centre Vidéotron du 11 au 13 mars 2022.

Pour l’achat de billets

https://www.lecentrevideotron.ca/fr/2021/12/07/disney-sur-glace-presente-lexpedition-de-mickey-au-centre-videotron

Audrey Lavallée




Andréanne A Malette - 10 mars 2022

Brin de jasette avec Andréanne A. Malette

Aujourd’hui, j’ai eu le plaisir de piquer une jasette avec la talentueuse Andréanne A. Malette.

Depuis 2012, elle est entrée dans le cœur du public grâce à l’émission Star Académie. À chacune de ses performances, elle tissait des liens privilégiés avec le public en interprétant ses compositions. Avec sa plume, elle a toujours sculpté à la perfection ses mots et ses mélodies. Auteure-compositrice-interprète, metteure en scène, réalisatrice, productrice, elle est une entrepreneure hors pair, une touche à tout, une femme de son temps, une artiste complète.

L : Allo Andréanne, est-ce que durant la pandémie tu as réussi à t’occuper de toi et est-ce que ça été bénéfique pour toi?

A : Oui, les deux premières semaines. Mais comme tout le monde, j’ai eu le fameux choc à savoir ce qu’on va faire et ça va durer combien de temps!  J’ai pris un bon trois mois pour tirer la plogue, m’occuper de l’humain que je suis et ça fait du bien.  J’ai écrit beaucoup, j’ai lu et j’ai composé.

L : C’est impossible pour moi de ne pas te parler de Star Académie. Déjà 10 ans avec du recul si c’était à refaire, retournerais-tu passer les auditions et referais-tu ton parcours de la même façon?

A : Sais-tu quoi, oui je le referais mais pas à 33 ans mais à 23 ans comme à l’époque. Ce fût la plus belle expérience de ma vie, un trip de gang exceptionnel, j’ai appris mon métier, j’ai appris sur moi, j’ai appris à me faire confiance et à prendre ma place. Toutes ces choses qui me servent encore tous les jours.  Et oui, je le referais de la même façon, j’avais une drive, une soif d’apprendre et une belle naïveté aussi. Je suis resté moi-même tout au long de l’aventure, je ne faisais que mes compositions, je retiens vraiment que du positif de cet événement qui a été important pour moi.

L : On a demandé aux artistes de se renouveler, toi-même avant la pandémie tu étais déjà une entrepreneure, as-tu toujours eu le désir de toucher à tout, d’apprendre constamment? 

A : L’image qu’on me renvoyait de moi-même c’était que j’étais une fille extrêmement gênée et pas très fonceuse. Je pensais que j’étais comme ça. Aujourd’hui si je regarde en arrière, ben j’organisais toujours des trucs au secondaire, je montais des spectacles, j’étais partout en même temps, j’ai enregistré mon premier album j’avais 16 ans, je faisais des billets de spectacles sur Paint, je louais des salles, je vendais mes propres albums à l’école. Avec du recul, je regarde ça puis je n’étais pas si gênée que ça. J’étais déjà une entrepreneure à cette époque-là.

L : Tu écris pour toi et pour plusieurs autres artistes, est-ce que c’est plus facile de mettre des mots sur tes chansons personnelles ou c’est plus facile d’écrire pour les autres?

A : Quand ce sont des chansons personnelles, la portion facile c’est que ça sort plus rapidement parce que c’est à l’intérieur de moi.  Tout le après comme c’est moi qui vais la chanter, ​alors il faut que ce soit parfait​,​ donc c’est plus long. À l’inverse, quand je l’écris il y a un petit peu plus de travail mais après ça, il y a beaucoup moins de censure, moins de retouches si la personne aime déjà les paroles de la chanson.

L : Est-ce que ça t’est déjà arrivé d’avoir de la misère à laisser partir une chanson?

A :  Oui et non, c'est le même processus quand je fais de la mise en scène, car c’est très satisfaisant de créer quelque chose et de ne pas la livrer toi-même et de regarder sa propre œuvre.

L : Parlons maintenant de ton 3e album Sitka qui est sorti il y a déjà un an. Cet album est sorti suite au voyage que tu as fait seule en Alaska, raconte-moi son histoire?

A : C’est un album de pandémie, comme on disait tantôt il y a beaucoup de chansons qui sont plus personnelles. On sent beaucoup le froid, l’affirmation de soi, un processus quasiment de pèlerinage. C’est un album qui fait du bien à moi mais aussi à d’autres car je reçois beaucoup de commentaires positifs comme quoi l’album est tombé pile- poil dans leur vie.

L : Tu es reconnue comme une auteure qui s’attaque toujours à des thèmes percutants, qui font réagir et réfléchir. Est-ce que ça t’est déjà arrivé qu’une fois la chanson écrite tu la lises et que tu te dises, bon, j’ai réussi à dire ce que je voulais mais ca peut aussi dire autre chose?

A :  Oui très souvent. J’aime ça être assez précise dans ce que j’écris mais assez flou aussi assez pour que les gens puissent se reconnaître. Exemple, la chanson Dis-lui de partir, le thème est le cancer mais il y a beaucoup de gens qui ont eu des deuils amoureux qui se l’ont appropriés.

L : Tout le monde sait que tu es proche de tes fans et qu’ils te sont fidèles, tu reprends ta tournée de spectacle es-tu nerveuse de les retrouver?

A : J’ai un peu la même fébrilité qu’au début car on a fait un long temps d’arrêt.  Mais j’ai vraiment hâte. Dès que je vais reconnaître le visage de mes fans ça va me faire du bien.

L : À quoi peut-on s’attendre de ce spectacle?

A : C’est un show qui montre une grande vulnérabilité mais j’aime ça me déstabiliser. On sera cinq sur scène et tout le monde joue un peu de tous les instruments. On a une belle complicité qu’on va partager avec le public. J’amène le monde dans ce fameux voyage personnel, je parle de mon bagage génétique et émotionnel.

L : Si j’avais quelque chose à te souhaiter pour l’année 2022, ce serait quoi?

A : Que la culture reprend du gallon. Les gens sont contents de revenir nous voir en show mais ils sont plus frileux. Les billets se vendent à la dernière minute. Plusieurs n’ont pas encore repris le goût de revenir voir un show en salle​,​ car on s’est déshabitués​ ​. Alors ce serait que cet engouement-là reprenne en 2022 pour notre beau métier.

L : Voici quelques petits mots que les gens sur les réseaux sociaux ont tenu à t’écrire après avoir annoncé que je piquerais une jasette avec toi.

Merci Andréanne pour tous les mots que tu écris, ils me font tellement de bien. Souvent, j’ai l’impression que tu racontes mon histoire…Sabrina

Merci d’avoir réussi à atteindre mon cœur car grâce à tes paroles, il est moins lourd…Geneviève

Merci Andréanne d’avoir mis le doigt sur mes peines, tu m’as apaisé…Caroline

À vous tous, sachez que​ ​Andréanne était très émue de recevoir cette vague d’amour et elle vous en remercie sincèrement.

Elle sera en spectacle ce soir au Vieux Bureau de poste de Lévis, il reste quelques billets

https://andreanneamalette.com/spectacles/

Vous pouvez aussi la suivre sur sa page Facebook

https://www.facebook.com/andreanneamalette

Lyne LaRoche




À COEUR BATTANT - 10 mars 2022

À CŒUR BATTANT

DÈS L’AUTOMNE PROCHAIN

Ce lundi, nous apprenions une grande nouvelle qui allait j’en suis convaincue faire plaisir aux adeptes de Toute la vie qui prendra fin au printemps.

Christophe L’Allier, personnage phare de la série Toute la vie, interprété par Roy Dupuis, sera de retour dans la toute nouvelle série dramatique annuelle de l’auteure Danielle Trottier À cœur battant.

Tout comme pour Unité 9 et Toute la vie, cette nouvelle fiction prendra l’affiche sur ICI TÉLÉ en 2022-2023, sera produite par Fabienne Larouche et Michel Trudeau d’Aetios Productions et réalisée par Jean-Philippe Duval.

À cœur battant suivra le personnage de Christophe Lallier alors qu’il effectue un changement de carrière. Christophe quittera ses fonctions à l’école Marie-Labrecque pour travailler dans un CPV Centre de prévention de la violence un organisme communautaire qui intervient auprès des hommes violents. Le Centre a été mis sur pied afin de permettre une prise de conscience à ces hommes ayant commis des actes de violence auprès de leur femme, leurs enfants, leurs parents et même leurs amis(es) et collègues

Christophe adoptera la perspective suivante : dans les cas de violence intrafamiliale ou conjugale, l’agresseur est connu, les victimes sont connues, l’escalade vers des gestes plus graves est prévisible. Il désire apprendre aux hommes à voir venir le geste de trop, la parole qui fera basculer leur vie, l’attitude qui ruinera leur relation. Il veut discerner pourquoi un homme choisit la peur, l’intimidation, les coups pour faire valoir ses droits, son point de vue, ses désirs, son amour. Il choisit d’intervenir au cœur même de la violence parce qu’il y voit l’espoir de la comprendre, de la faire comprendre et, ultimement, de la diminuer.

L’auteure Danielle Trottier explique pourquoi elle a tenu à conserver son intrigue autour de Christophe L'Allier : « J'ai créé un personnage, qui est Christophe L'allier, un psychoéducateur, et je lui donne un passé de violence. Non seulement il est victime de violence quand il est enfant, mais il va être lui-même violent dans sa vie. Il va avoir un détour en prison qui va changer sa vie et qui va après ça changer son attitude par rapport à son comportement envers les autres. »

La série gravitera aussi autour d'un autre personnage, Gabrielle Laflamme, procureure de la Couronne, dont l’interprète sera dévoilée à une date ultérieure. Elle intervient en particulier sur les cas de violence familiale et intrafamiliale. Elle vise les mêmes objectifs que Christophe L’Allier mais a une approche diamétralement opposée, axée sur la victime.

Comme il s'agit d'un spinoff à Toute la vie, les personnages qui gravitaient autour de Christophe L'Allier, notamment sa famille, seront de cette nouvelle série. L'autrice Danielle Trottier n'exclut pas non plus la présence de Tina Carpentier-Trudel, qu'interprète Hélène Bourgeois Leclerc dans Toute la vie.

Roy Dupuis aborde cette nouvelle expérience ainsi : « Quand Danielle m'a appelé, on n'avait pas fini de tourner encore, pour me proposer cette histoire-là et me dire que c'était sur la violence masculine, il a fallu que j'y réfléchisse. J'ai demandé de me faire lire. J'ai mordu, parce que la violence masculine, c'est quelque chose qui est présent dans ma vie depuis que j'existe, moins dans mes dernières années, mais surtout dans mon enfance. Même encore aujourd'hui, c'est quelque chose d'important pour moi et c'est pour ça que je pense que la société a énormément de travail à faire en ce sens-là et je pense qu'on peut peut-être brasser la cage. »

Le comédien confirme s'être engagé pour une période minimale de deux ans dans ce nouveau projet.

C’est un rendez-vous dès l’automne prochain sur ICI TÉLÉ

 




PATRICE MICHAUD - 10 mars 2022

Patrice Michaud

Ému et émouvant

Il avait bien hâte de nous revoir.  Que dire de nous. On s’est donné rendez-vous ce jeudi à la salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre de Québec pour embarquer dans son Grand voyage désorganisé.

Les toutes premières notes jouées au piano, ont annoncé la douce Origami, l’histoire d’une vie un peu compliquée.

« Ça là, ça là, J’y ai rêvé » C’est de cette façon, en montrant la salle et ses spectateurs, qu’il s’est tout de suite adressé à son public. « Ce soir, c’est notre premier spectacle avec une salle pleine. On va tout vous donner et on s’attend à tout recevoir ».

Comme pour nous prouver que la soirée serait un voyage dans le temps, il enchaine immédiatement avec Julie revient, Julie s’en va, tirée d’Almanach paru en 2017.

On a beau l’avoir vu comme animateur à la télé. On a beau l’avoir suivi sur les réseaux sociaux, revoir Michaud sur scène reste toujours un plaisir indéniable. Les applaudissements sont plus que sentis. Ce plaisir est franchement partagé.

Patrice Michaud est un excellent compteur. Il aime développer l’histoire autour de ses chansons. L’introduction de Golden Record en est un très bon exemple. 

Pour nous présenter le fruit de sa récolte, semée en pleine pandémie, il s’est entouré de vieux et nouveaux complices. Simon Pedneault qui conduit magnifiquement sa guitare, a comme co-pilote Marie-Pierre Bellefeuille aux claviers, Marc Hébert à la basse et l’excellent Marc Chartrain à la batterie.

En 1977, deux grands évènements ont eu lieux. L’envoi de la sonde Voyager 1 dans le ciel et le mariage de ses parents. « N’eut été de ce mariage, il n’y aurait pas eu de Patrice Michaud. Il n’y aurait pas eu de spectacle ce soir et vous ne seriez pas ici ». On comprendra que la pièce 1977 raconte l’histoire de ses parents. Un mariage où son père était recouvert de 132$ de velours.

Il reviendra en douceur en mode piano-voix pour une magnifique interprétation de La saison des pluies. Il offrira Je t'aime quand je mens à Britanie, une jeune spectatrice présente pour une de ses premières sorties après plusieurs mois d’hospitalisation. Il nous fera par la suite, entendre Je cours après Marie, remaniée de belle façon à la sauce U2.

Son Grand voyage désorganisé, le 4e album du gaspésien, est un voyage dans le temps. Des thèmes de toutes sortes, livrés avec franchise et authenticité. Il nous prouvera que la musique est la meilleure machine à voyager dans le temps. En un instant, il nous ramènera dans les années 90, où il passait ses mercredis soir à l’aréna de Cap-Chat. En nous interprétant Living on my own de Queen, il nous partagera la première pièce de la face « B » de la cassette du patinage libre de l’époque. Les spectateurs se lèveront pour danser pour ne plus se rassoir jusqu’à la fin.

Des nouveautés, des souvenirs, un brin de nostalgie et beaucoup d’amour.  Voilà la recette de Michaud. On aime ça et on en redemande. Un spectacle qui fait du bien!

Le grand voyage désorganisé de Patrice Michaud se poursuit partout au Québec. Il visitera Montmagny, Joliette, Trois-Rivières avant de revenir à Québec le 18 mars prochain. Il nous a aussi annoncé qu’une nouvelle supplémentaire, prévue pour le 9 décembre prochain, serait en vente dès ce vendredi.

Vous pouvez le suivre via son site au patricemichaud.ca

Claude Gignac

 




Manuel de la vie sauvage - 09 mars 2022

Manuel de la vie sauvage à Séries Plus

Dès le 16 mars, Séries Plus présentera la nouvelle production originale Manuel de la vie sauvage, mettant en vedette Antoine Pilon, Virginie Ranger-Beauregard, Rodley Pitt, Gabriel Lemire, Louis Morissette, Gildor Roy et Catherine Brunet.

Produite par KOTV et adaptée du roman de l’auteur Jean- Philippe Baril Guérard, cette série dramatique est coécrite et réalisée par Christian Laurence.

Manuel de la vie sauvage raconte l’histoire de Kevin Bédard, un millénarial brillant et ambitieux. Avec deux amis, il fonde une startup qui met au point une application permettant de dialoguer avec les défunts grâce à leurs traces numériques. La route vers le succès ne sera pas de tout repos et l’expansion rapide de l’entreprise entraînera des conséquences qui forceront son fondateur à poser des choix éthiques douteux.

« Porter mon roman à l'écran en collaboration avec Christian et les équipes de KOTV et Séries Plus a été une surprise inespérée et précieuse. Ça m’a donné la chance de revisiter et de bonifier un univers qui m’est cher, et de le voir s’incarner à l’écran grâce au travail d’artistes et d’artisans talentueux, intelligents et investis. Le résultat est cohérent, fidèle à mes intentions de départ et unique dans notre paysage télévisuel. Je ne pouvais pas espérer mieux comme première incursion dans le monde de la télé », se réjouit l’auteur Jean-Philippe Baril.

Les six épisodes de 60 minutes de Manuel de la vie sauvage seront diffusés le mercredi à 20 h, dès le 16 mars à Séries Plus.




HARMONIUM - 07 mars 2022

HARMONIUM SANS PAROLES-HARMONIUM SYNPHONIQUE

DU 24 MAIS AU 4 JUIN

Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières

 

Cette semaine nous apprenions que la direction de l’orchestre symphonique de Trois-Rivières (OSTR) avait été confiée à la cheffe Dina Gilbert. Les chanteuses Luce Dufault et Kim Richardson participeront également à la série de concert.

Dina Gilbert est reconnue pour sa polyvalence, son énergie et sa précision de grandes qualités qui font d’elle la personne idéale pour mener à bien cet événement exceptionnel. Voici un aperçu de sa longue feuille de route

Directrice musicale de l’Orchestre symphonique de l’Estuaire, au Québec, et du Kamloops Symphony Orchestra, en Colombie-Britannique, ainsi que cheffe attitrée de l’Orchestre des Grands Ballets canadiens de Montréal. Au cours des dernières années, elle a dirigé de nombreux orchestres, tels que l’Orchestre symphonique de Montréal, l’Orchestre métropolitain, l’Orchestre symphonique de Québec, le Toronto Symphony Orchestra et le Hamilton Philharmonic Orchestra.

Après avoir participé à l’enregistrement de l’album Histoire sans paroles, Luce et kim se joindront à la série de spectacles. Leurs sublimes voix viendront appuyer en complément l’OSTR. Inspirée par l’univers psychédélique du rock progressif, c’est plus de 100 artistes qui se côtoieront sur la scène.

Vivre une expérience musicale et visuelle haute en émotion

La conception visuelle, la scénographie et la mise en scène du concert seront conçues par Marcella Grimaux (Noisy Head Studio), sous la direction artistique de Nicolas Lemieux (GSI Musique).

Un succès populaire

L’album instrumental Histoire sans paroles-Harmonium symphonique est paru en décembre 2020. 100 000 exemplaires ont trouvé preneurs, un Félix a été remporté dans la catégorie Album de l’année-Réinterprétation. Coréalisé par Serge Fiori et Simon Leclerc, qui signe les arrangements, sous la direction artistique de Nicolas Lemieux.

L’album double instrumental est offert en format numérique, CD ou vinyle (180 g), exclusivement sur le site www.harmoniumsymphonique.com

 Pour se procurer des billets

Offerts à partir de 88,28$ (taxes en sus), les billets sont en vente au www.amphitheatrecogeco.com

 à la billetterie de la salle J.-Antonio Thompson

et au 819 380-9797 ou au 1 866 416-9797 du lundi au samedi, de 11 h à 18 h.

À propos de l’Amphithéâtre Cogeco

Situé au confluent de la rivière Saint-Maurice et du fleuve Saint-Laurent, l’amphithéâtre est un lieu de diffusion de spectacles exceptionnel ayant été inauguré à l’été 2015. Comptant 3 500 sièges couverts et pouvant accueillir 5 500 personnes supplémentaires sur son esplanade gazonnée, cet équipement culturel unique accueille chaque année une programmation variée d’artistes internationaux en plus d’être la résidence d’été du Cirque du Soleil avec la présentation des spectacles exclusifs mettant en lumière l’univers d’artistes québécois. Tous les détails de la programmation sont disponibles au www.amphitheatrecogeco.com

Lyne LaRoche